• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Bonapartiste en 2016

Bonapartiste en 2016

Bonapartiste ! Le mot est lâché, cinglant comme une insulte dans la bouche de ceux qui représentent le politiquement correct. Vous ne pouvez plus vous revendiquer de cette filiation sans être taxé immédiatement de séditieux, de nationaliste, de partisan de la dictature et de que sais-je encore. Le bonapartisme dérange car il s’inscrit dans ce combat pour une autre idée de la France et il est plus facile pour ceux, qui depuis des années poussent la France vers le mur, de le dénigrer, d’insulter ses partisans, que de remettre en question leurs politiques et leurs dogmes.

Pour pouvoir combattre efficacement tous ces préjugés, tous leurs détracteurs, les bonapartistes doivent prendre conscience que le bonapartisme ne peut s’identifier à une nostalgie, à un immobilisme ou au conservatisme. Tout comme les idées et les principes qu’ont appliqué en leurs temps nos deux Empereurs et qu’ils nous ont légué, le bonapartisme du XXIème siècle doit être un aiguillon. Il doit incarner une volonté de renaissance, un choix et non un abandon, une vision de l’avenir et non une histoire passée.

Parce que le bonapartisme est une étique pour les époques difficiles et un recours dans les instants de découragement, comme nous les vivons actuellement, les héritiers politiques de Napoléon 1er et de Napoléon III doivent se mobiliser et non se réfugier dans la seule commémoration. Le rôle des bonapartistes est de sonner le réveil des politiques car la référence bonapartiste est moderne !

Etre bonapartiste c’est servir la France, oui mais pourquoi à travers nos Empereurs ? Pas seulement parce qu’ils l’ont défendu et qu’ils l’ont incarné mais parce que les principes, qui ont été les leurs, sont d’une pertinence toujours d’actualité. Aussi parce que la situation de la France, qui a vu leur acension, est étonnamment proche de la nôtre : un pays qui a cessé de s’assumer, un Etat qui ne sait plus maintenir l’ordre, une situation sociale et économique explosive, une classe politique sclérosée et discréditée. Tous ces éléments accumulés entretiennent chez bon nombre de Français un désarroi et une méfiance vis-à-vis de nos politiques et, même si la comparaison avec la réaction royaliste qu’a connue notre pays en 1815 et après la chute du Second Empire peut paraitre forte, poussent ceux-ci dans les bras d’une Droite, dite nationale, qui n’en demande pas moins pour pouvoir exister.

C’est pour lutter contre l’incapacité des régimes qui les ont précédé, pour canaliser les crues politiques et empêcher tout autant les dérives extrémistes que la paralysie du pays que les deux Napoléon ont proposé une autre politique. Cette autre politique, est crédible aujourd’hui car elle prône une modernisation de notre vie politique, elle propose des réformes capables d’initier de réels changements.

C’est sans complexe que le bonapartisme affiche ses idées, ses valeurs et les défend clairement.

Depuis plus de trente ans nos politiques successifs n’ont su que produire des illusions, des effets d’annonce mais le temps des réalités et des doutes est arrivé. Il apparait de plus en plus clairement aux Français que les politiques menées tout autant par la Gauche que par la Droite, depuis Valéry Giscard d’Estaing, n’ont jamais reposé sur une vision claire et précise de l’avenir de la France. Elles résultent de marchandages, de renoncements, de détricotages mais aussi de gages aux groupes de pression.

De François Mitterrand à Nicolas Sarkozy, en passant par Jacques Chirac et aujourd’hui François Hollande, la France est dirigée à coups de formules et de faux-semblants, l’électoralisme a été érigé en règle fondamentale de la politique. Nombreux sont les politiques, et ce depuis longtemps, qui ont fait de l’action politique une vaste et systématique opération de relations publiques. Leurs orientations, tout du moins leurs postures, n’ont comme finalité que de séduire successivement et simultanément certains groupes de Français, ou non, sans se soucier de l’intérêt général.

LR, FN et PS agissent comme des apôtres de l’immobilisme actif, ils veulent faire croire aux Français en leurs capacités à réformer, à modifier, à protéger, à transformer la France. Ils savent que les élections se gagnent sur des impressions, des images et des slogans. Cette stratégie, celle des grandes phrases, des discours passionnés, des indignations calculées n’a qu’un but, celui de préparer les prochaines échéances électorales tant ils sont sûrs de dominer le paysage politique.

Insécurité toujours présente, politique au service de l’économie, abandons de souveraineté, paupérisation grandissante d’une grande majorité des Français, immigration illégale, disparition de notre agriculture, dislocation des services publics, mort de nos territoires. La liste est longue des maux et méfaits que l’on peut imputer aux politiques dites de Gauche ou de Droite.

Notre pays ne peut se satisfaire d’une telle logique qui s’avère destructrice. Il appartient aux bonapartistes de redonner un sens à la politique, de faire en sorte que celle-ci ne soit pas l’apanage de professionnels cumulant mandats, honneurs et fonctions. Nous ne devons pas avoir peur de dénoncer mais aussi, et surtout, de réformer et de modifier les règles de notre vie politique.


Moyenne des avis sur cet article :  1.96/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • Nicolas_M bibou1324 1er avril 2016 13:47

    Peut être que je manque d’instruction, que je ne m’intéresse pas suffisamment à la vie politique du pays, que sais-je... 


    Mais justement dans un tel débat, je pense assez bien représenter le français moyen.

    Et le français moyen, il a rien, mais alors rien compris du tout à votre discours. Pour plusieurs raisons :
    • Déjà parce que le français moyen, un bonapartiste, il ne sait pas ce que c’est.
    • Ensuite parce qu’il y a dans votre discours les termes immigration, agriculture, services publics. Bref les termes repris par tous les bonimenteurs politiques qui n’ont rien dans le crâne mais qui souhaitent faire de l’esbroufe. Donc le français moyen, même s’il pourrait vous comprendre, il ne vous écoute pas.
    • Parce que vous dites que tous les autres partis politiques sont nuls. Vous êtes les seuls à avoir quelque chose à apporter à la France. Vous seul avez compris quelle était la solution miracle. Non mais ça va bien, les chevilles ? Vous guérissez les hémorroïdes, aussi ?
    • ET SURTOUT, SURTOUT, vous parlez de donner du sens à la vie politique, vous parlez de modifier les règles. C’est bien mais comment ? Vous n’en dites pas un mot.

    Votre article, c’est du vent.



    • David Saforcada David Saforcada 1er avril 2016 14:02

      @bibou1324

      cher bibou 1324 tout d’abord merci d’avoir pris le temps de lire mon article et d’en avoir tiré les conclusions qui sont les vôtres.

      Ce « papier » est un premier article (qui en appelle d’autres si les gestionnaires du site le veulent bien) dans lequel j’ai souhaité survoler la question et ne pas entrer dans tous les détails. Je vous promets d’expliquer très prochainement ce qu’est le bonapartisme. de donner des détails sur nos propositions, etc ...

      effectivement j’effleure certains sujets qui sont des points importants de la politiques nationales mais pas les seuls je vous le concède mais peut être pourriez vous me donner des pistes à suivre ?

      merci de vous soucier de ma santé, mes chevilles vont bien et ce malgré des années de sport intensif et de marches militaires ... je n’ai pas encore de talent de guérisseur mais il se peut que je me lance dans ces études là si vous me conseillez une bonne filière.

      le vent, Eole pour les intimes, on aime son bruit dans les feuilles de nos forets ...


    • Séraphin Lampion M de Sourcessure 1er avril 2016 14:13

      « Parce que le bonapartisme est une étique pour les époques difficiles »


      Normal ! En période de vaches maigres, l’étisie est la règle.

      • David Saforcada David Saforcada 1er avril 2016 14:25

        M de Sourcecessure loin de moi l’idée de vouloir amaigrir les mots, vous avez trouvé là une faute dont je rougie car voilà ce qu’il en coûte de ne pas doubler les relectures ... merci à vous pour ce rappel qui va fouetter mon goût pour le meilleur.


        • Séraphin Lampion M de Sourcessure 1er avril 2016 14:50

          @David Saforcada


          Rougier (même sans Plé) est un nom propre, pas un verbe.

        • David Saforcada David Saforcada 1er avril 2016 14:57

          @M de Sourcessure

          décidément tout cela va me fâcher pour de bon avec mon « smartphone » et son écriture intuitive ou bien avec ma vue qui me joue des tours sur le clavier . peut être devrais-je ne pas vouloir avoir la politesse de répondre immédiatement mais d’attendre d’être tranquillement devant mon ordinateur. je suis désolé pour ces fautes.


        • Lonzine 1er avril 2016 15:48

          Et encore un !!!!!............


          • David Saforcada David Saforcada 1er avril 2016 16:22

            @Lonzine un quoi ??? un gars qui défend ses idées ???


          • Alekshar 5 avril 2016 10:49

            @David Saforcada peut-être un « fachiste » ou « pro-dictature » ou « monarchiste », tant de mots qui résonnent indéniablement à la mention de dictateurs telle que la lignée napoléonienne. 


            A ce propos vous dites que ce serait mal vous comprendre que de vous considérer avec un tel vocabulaire. Dans ce cas n’y a-t-il aucun personnage républicain dont les idées sont celles que vous défendez et dont vous pourriez vous revendiquer ? 
            Car la chose est sûre, un mouvement se revendiquant bonapartiste attirera les monarchistes aussi bien qu’un mouvement nationaliste attirera les racistes. 

          • David Saforcada David Saforcada 5 avril 2016 11:05

            @Alekshar en 2002 nous avons fait campagne pour Jean-Pierre Chevènement, en 2012 pour Nicolas Dupont-Aignan par exemple ...


          • Alekshar 5 avril 2016 11:44

            @David Saforcada Il reste que l’étiquette bonapartiste ne rassurera pas forcément les citoyens et pourrait même faire fuir des individus don vous partagez pourtant la vision des choses (du moins pour ce que j’en ai compris). 


          • Benjamin.Q (---.---.77.59) 1er avril 2016 18:21

            Malheureusement on dirait que les gens qui ont laissé ces commentaires, vides de sens, ont peur. Peur d’un changement. Je voudrais dire à ces gens-là, qui parasitent un article brillant et fondé avec leurs pseudos réflexions et leurs faux constats, qu’ils peuvent continuer à voter pour une alternance gauche/droite pour se faire entuber (comme depuis 1974) et laisser un pays anéanti à leurs enfants. 

            Tout d’abord, bibou1234 n’a sans doute pas compris que c’était un article et non un programme politique.

            Ensuite, Monsieur de Sourcessure qui nous fait un petit cours d’orthographe pour décrédibiliser monsieur Saforcada. Cette technique est vieille comme ma grand-mère et nul doute que c’est un moyen de cacher un argumentaire médiocre. Un jour les français comprendront qu’au lieu de se cracher l’un sur l’autre, ils feraient mieux de s’unir pour relever le drapeau national. 


            • Donbar 1er avril 2016 19:26

              Mon Premier a abaissé définitivement la France par rapport aux Godons.
              Mon Troisième l’a abaissé complètement par rapport aux Teutons.
              Ma Cinquième devrait laisser place à pareils thons ?


              • Napoleonix (---.---.204.6) 1er avril 2016 21:51

                @Donbar Sans numro je peux affirmer de vous que vous tes un cuistre et un gros c*n.


              • robert 4 avril 2016 20:28

                @Napoleonix
                idemn pour toi camarade sans numero.....


              • Jean Pierre 1er avril 2016 23:50

                Les registres des conscrit (qui compilaient des données physiques de tout les hommes et forment donc un matériel précieux pour les historiens) montrent que la période Napoléonienne a conduit à une baisse significative de la taille moyenne des hommes en France (7 cm si ma mémoire est bonne). En effet les unités d’élite de Napoléon étaient constitué des hommes ses plus grands et ces unités ont eu une mortalité énorme. D’une certaine façon, il a forgé une France à son image.


                • Le vengeur masqué (---.---.198.33) 2 avril 2016 01:13
                  J’aimerais savoir pourquoi vous mettez le FN dans l’histoire. 

                  Veuillez préciser en quoi le FN agit en «  apôtres de l’immobilisme actif, ils veulent faire croire aux Français en leurs capacités à réformer, à modifier, à protéger, à transformer la France » 

                  Tout en sachant qu’ils n’ont jamais gouverné, une argumentation solide est demandée merci, ou une révision logique de votre article. 

                  • David Saforcada David Saforcada 2 avril 2016 05:43

                    @Le vengeur masqué par immobilisme actif je veux parler du fait qu’actuellement le FN renforce le système en servant de catalyseur de la contestation sans pour autant pouvoir franchir le seuil permettant de l’emporter.


                  • Le Vengeur masqué (---.---.198.33) 2 avril 2016 15:33

                    @David Saforcada

                    Oui c’est normal, tant que tout les souverainistes joueront le jeu des divisions et des chapelles idéologiques. Votre critique sur le FN vaut pour tous les mouvements souverainistes. C’est dommage car le reste de votre article est de bonne facture.


                  • David Saforcada David Saforcada 2 avril 2016 15:38

                    @Le Vengeur masqué peut être pas pour tous, je ne pense pas. Quelque part le FN est devenu l’allié du PS et de LR leur permettant de l’emporter, pour le moment, à coup sûr. Par contre il est vrai que j’aurais peut être dû parler « des » FN et non du FN.


                  • David Saforcada David Saforcada 2 avril 2016 15:40

                    @Le Vengeur masqué peut être pas pour tous, je ne pense pas. Quelque part le FN est devenu l’allié du PS et de LR leur permettant de l’emporter, pour le moment, à coup sûr. Par contre il est vrai que j’aurais peut être dû parler « des » FN et non du FN.


                  • Le vengeur masqué (---.---.198.33) 2 avril 2016 20:30

                    @David Saforcada

                    Ce n’est pas le FN qui permets à l’UMPS de l’emporter, mais le peuple électeur. Et sinon quel est votre positionnement sur le FDG ? sur EELV ? qui sont tout autant des partis qui permettent à l’UMPS de l’emporter ? 


                  • Le vengeur masqué (---.---.198.33) 2 avril 2016 01:23

                    C’est quoi les réformes de France Bonapartiste depuis sa création ?

                    Oui, je comprends, il n’est pas évident pour un parti qui n’est pas au pouvoir (ou un mouvement) de faire des réformes, bah figurez-vous que c’est pareil pour le FN !

                    Je rajoute que ce n’est pas un parti qui engage des réformes, mais un gouvernement ;)


                    • Iren-Nao 2 avril 2016 11:32

                      @ auteur
                      Pour moi le Bonapartiste a pour commencer un problème de nom, Bonaparte (le premier) avait peut etre du génie a l’occasion, voire du talent en certaines circonstances, mais il a assez rapidement amené la France dans le trou et occasionne des massacres invraisemblablement.
                      Ce gus avait un problème d’ego assez sérieux, mais franchement revenir de l’Ile d’Elbe était assez stupide et on aurait pu se passer des morts de Waterloo, tout cela pour chasser un Roi certes peu photogénique mais au total plus soucieux de la France que N1.
                      Par contre je crois que N3 était plutôt un type bien et son règne fut fort constructif, mais ce malheureux était afflige d’une épouse franchement toxique.
                      On disait Seguin bonapartiste, je ne suis pas expert, mais il me semble que c’était plutôt un type bien.
                      Même si cette tendance politique me parait pas si mal, le mot Bonaparte ne tentera pas grand monde sauf quelques Corses, ce qui n’est pas forcement plus tentant. et pas une tres bonne image pas fort vertueuse.
                      Et si on restait Gaulliste pour bon ?
                      Iren-Nao


                      • David Saforcada David Saforcada 2 avril 2016 11:39

                        @Iren-Nao votre vision du premier est quelque peu réductrice.

                        Pour ce qui est de Napoléon III vous êtes pas mal. Effectivement Philippe Séguin a écrit une super biographie de Louis-Napoléon.

                        Gaullisme... ce n’est pas une école de pensée qui pioche beaucoup dans le bonapartisme ?


                      • Iren-Nao 2 avril 2016 14:07

                        @David Saforcada
                        Je suis allergique aux nabots ( a talonnettes ou a gros cul !) et les clowneries du sacre, bon on va laisser tomber. Bref je n’aime pas du tout le personnage même si je connais ses qualités fort réelles (je serais emmerde pour les citer.).
                        J’ai lu et aime l’excellent livre de Philippe Seguin, et celui de Galouzeau sur les cent jours, bien aussi.
                        Le gaullisme penche t il dans le Bonapartisme ? bien possible ma foi, mais au moins il ne tombe pas dans l’idolâtrie des admirateurs de N1. Qui a mon point de vue condamne le Bonapartisme.
                        Sur N3, je crois que nous sommes d’accord, a part des moustaches de clown et une Montijo qui doit être l’ancêtre de Nabila, je le trouve plus positif queN1.
                        Pour les Corses, je suis adepte de Pasqua et Mariani n’est pas si mal (bien que adepte du Niafron a talonnettes, traitre absolu).
                        Iren-Nao


                      • Laconique Laconique 2 avril 2016 12:16

                        Bonapartiste, hum... Je me demande pour qui vous avez voté en 2007. J’ai ma petite idée...


                        • David Saforcada David Saforcada 2 avril 2016 12:20

                          @Laconique en 2007 dans la mesure où il n’y avait ni Jean-Pierre Chevènement, ni Nicolas Dupont-Aignan j’ai voté blanc aux 2 tours.


                        • lsga lsga 2 avril 2016 12:55

                          Les individus dans l’Histoire comptent peu. Si Napoléon n’était jamais né, un autre homme aurait incarné son rôle, l’Histoire de France aurait été sensiblement la même.
                           
                          Ce qui compte, ce sont les courants historiques. Napoléon appartient au courant Historique qui tente de créer un super État centralisateur, doté d’une bureaucratie pléthorique dirigeant l’appareil de production, État tout entier dirigé vers la guerre et la domination. Le système social y apparaît comme une nécessité cruciale, un élément central, permettant de s’assurer « le bon coeur » des soldats.
                           
                          Louis XIV ==> Napoléon ==> Bismarck ==> Mussolini ==> Hitler & Staline
                           
                          Quel magnifique courant historique, n’est-ce pas ?


                          • Scribus Scribus 2 avril 2016 14:53

                            @David Saforcada 

                            Bravo Monsieur pour cet article intéressant qui a le mérite de mettre en lumière un pan important de notre histoire supprimé des programmes scolaires mais également donner une lueur d’espoir pour l’avenir.
                            J’attends avec impatience vos prochains articles.
                            Je ne suis guère étonné par les réactions assez critiques. Sont elles partisanes, liées à l’ignorance, les deux ... très peu sont argumentées sur le fond. Ce n’est malheureusement pas nouveau. Napoléon III déjà en son temps eu à subir, une forte opposition souvent injustifiée. Il est peut être temps de mettre en lumière les 2 empires et démontrer la possible application au XXIème siècle d’une politique bonapartiste représentant une réelle alternative à la politique menée depuis une quarantaine d’années sans tomber dans le piège de la division. Le peuple a besoin de se retrouver acteur et rassemblé pour une cause commune. Au plaisir de vous lire !

                            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 2 avril 2016 21:00

                              Si en 1958 on avait choisi Napoleon VI au lieu de De Gaulle pour remplacer la 4eme Republique, le monde aurait été bien différent,,,,, et on nous dira peut-être un jour que cette option n’a pas été aussi improbable qu’on veut nous le dire aujourd’hui. Mais, c’est de la politique fiction, bien sûr. 


                              Pierre JC Allard



                              • voxpopuli voxpopuli 2 avril 2016 21:39

                                @l’auteur

                                Entièrement d’accord avec vous sur la situation de notre pays.
                                D’accord aussi avec vous sur le fait que l’on a aujourd’hui une vision tronquée de Napoléon I réduit à ses excès militaires et autoritaristes oubliant au passage tous ses apports au pays de même pour Napoléon III réduit à son putsch et la défaite de Sedan oubliant les avancées politiques de sa fin de règne.
                                Cependant la question majeure reste posée à la fin de votre article, hormis les valeurs louables du bonapartisme, que propose-t-il aujourd’hui concrètement pour améliorer la situation de notre pays ?

                                • soi même 3 avril 2016 00:54

                                  Bon c’est bien le bonapartisme, et la suite c’est quoi ?


                                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 3 avril 2016 00:58

                                    La question préalable, c’est de voir si les Francaist ont vraiment compris que le démocratie que nous avons est une escroquerie, permettant a ceux qui contrôlent les banque et les médias d’acheter le vote des jocrisses. Si il semble qu’on l’ait compris et que s’impose une forme d’ autocratie, il y a plusieurs alternatives en pistedont la royauté est sans doute la plus difficile à justifier.


                                    Si on choisit la royauté, reste a déterminer si on pense Capet, Bourbon, Orleans... ou que sais-je. Si on prend cette direction, tout sera affaire d’image plutôt que de discussions dynastiques. Le Comte de Montfort avait pour lui tous les atouts d’un Roi dans un monde de croquants...., mais on n’est pas allé au bout de l’affaire. Est-ce qu’on réussira a créer le mêmes conditions autour de Jean Christophe, en traitant cette fois le dossier avec sérieux ? Tout dépendra de ceux qui prendront l’affaire en mains. Je ne crois pas que ce soit une coïncidence qu’on ait publie vos articles le 1er avril

                                    PJCA

                                    • sylvie 8 avril 2016 19:16

                                      Allez Alain, tu blagues ou quoi ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité