• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Bruxelles (aussi) refuse le CETA !

Bruxelles (aussi) refuse le CETA !

Le parlement wallon refuse le CETA en l'état, ça vous le saviez. Mais pour quelles raisons la plupart des médias omettent-ils de préciser que cela fait plus d'un an et que la Région Bruxelles Capitale le refuse tout autant ?

Difficile d'y échapper, les Wallons refusent le CETA et quelle coïncidence : leurs représentants politiques aussi ! Par contre le même refus de la part des Bruxellois et de leurs élus rencontre beaucoup moins d'échos, quand il n'est pas omis.

La première raison de cet oubli récurent est évidente, "Bruxelles" est devenue -au grand damne des Bruxellois- synonyme de "Communauté Européenne", là où siège cette dernière. Facile dès lors d’imaginer l’embarras dans les rédactions au moment d'écrire : "Bruxelles refuse le CETA".

Pour comprendre la seconde il faut d'abord rappeler que le gouvernement belge actuel est le fruit de la trahison du MR (droite ultra-libérale francophone), qui avait promis de ne pas gouverner avec la NVA flamande et nationaliste, c'est à dire séparatiste en Belgique, terre de paradoxes.

En clair, le seul parti francophone au gouvernement fédéral ou national, représente moins de 18% de l’électorat Wallon et Bruxellois ! C'est une première dans l'histoire politique belge. Le président du MR, M.Michel est premier ministre du gouvernement fédéral, M.Magnette lui est président de la région Wallonne et socialiste (Les lecteurs Français seront probablement surpris d'apprendre qu'en Belgique il reste des et du socialisme au P"S").

Ensuite c'est la NVA séparatiste et les partis flamands qui ont imposés ces compétences et cette autonomie aux Francophones du pays (Wallonie et Bruxelles), qui sont -contrairement à une grande partie des flamands- très majoritairement pour le maintient de l'unité du pays.

Il est donc d'autant plus piquant de voir la droite flamande ultra-libérale accuser la Wallonie -qu'elle accable de tous les maux- de prendre l'Europe en otage tandis qu'elle ne fait qu'appliquer des compétences qui lui furent imposées, le droit belge et accessoirement la démocratie.

Un autre fait régulièrement omis est que le parlement Wallon avait signalé son désaccord depuis plus d'un an(1). Ce n'est que très tardivement que la CEE semble en prendre note, depuis elle montre une nette préférence pour les ultimatums et non pour l’exercice démocratique.

Beaucoup à gauche avaient misé sur l'alternative grecque avant de déchanter sévèrement, Grecs en premiers. Là où Podemos se fait attendre. Se pourrait-il que que la véritable première riposte au recul démocratique, aux diktats de la CEE et des multinationales vienne de cette barricade inespérée ? Dressée en Wallonie et sur les terres Bruxelloise -là où siègent les imposteurs- par un vieux parti qui ne s'était que trop compromis et qui retrouverait enfin le sens de l'histoire ? C'est à espérer et nous pourrons le vérifier d'ici peu.

Laissons certains Flamands vociférer et les traîtres du MR répéter en boucle que le PS tente ainsi de récupérer la partie de son électorat qui se tournait vers le PTB, plus radical et actif sur le terrain. Le fait est que deux régions belges donnent ainsi le ton d'un refus partagé par bien des Européens. Si la CEE est à ce point convaincue de la nécessité et de la popularité du CETA, qu'elle le soumette à un référendum, comme le devrait être une telle modification du droit social et autres (et comme le proposait récemment le président du PTB(2)).

Retrouvez les "Chroniques de future-ex-Belgique" sur la Fourmi Rouge.

(1)http://www.liberation.fr/planete/2016/10/19/la-wallonie-inflexible-dans-son-refus-du-ceta-a-la-veille-du-sommet-de-l-ue_1523094

(2)http://solidaire.org/articles/organisez-un-referendum-europeen-et-vous-verrez-que-les-wallons-ne-sont-pas-seuls


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • leypanou 25 octobre 2016 10:37

    La Belgique n’a pas de chance, prise en otage par la Wallonie et accessoirement par la région de Bruxelles.

    Nous en France, on est mieux loti : la promoteuse de la démocratie participative, aka la Madonne du Poitou, avait publiquement avoué : « il est hors de question d’organiser un référendum sur la sortie de l’euro ».


    • L'enfoiré L’enfoiré 25 octobre 2016 18:46

      @leypanou,


       Pas de chance ?
       C’est à voir avec le temps...
       En France mieux loti ?
       Même réponse.
       Associer cela avec la sortie de l’euro me parait très choisie, même pour la madonne du Poitou, mais ne lui répétez pas, elle pourrait mal le prendre. smiley..

    • ddacoudre ddacoudre 25 octobre 2016 12:17

      bonjour activista

      en dehors de toute les sensibilité politique ’j’ai écouté la déclaration de Magrette a son parlement j’ai aimé
       le CETA, c’est comme le Tafta, ce sont des accord passé entre défenseur du capitalisme. si je partage l’avis des employeurs ou des entreprises d’essayer de solutionner leurs différents commerciaux par un tribunal a doc qu’ils élisent, mais à aucun moment il ne peut se trouver au dessus des lois des états ; et c’est la que le bas blesse nous l’avons vu avec l’affaire qui c’était déroulé au canada sur ce sujet, j’ai oublié le nom.
      cordialement ddacoudre.over-blog.com.


      • L'enfoiré L’enfoiré 25 octobre 2016 18:53

        @ddacoudre,

         Bonsoir DD,
         Je corrige : la déclaration de Magnette, et la peinture de Magritte.
         A ne pas confondre, donc.
         Le CETA, c’est le sujet à la mode actuellement, chez nous.
         Si cela vous amuse, sur mon dernier billet, on ne fait que parler de cela avec humour de nos humoristes.
         Ce qui s’est déroulé au Canada sur ce sujet, si vous trouvé le nom, cela m’intéresse.
         .

      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 25 octobre 2016 13:37

        La vraie question est pourquoi seul « la Wallonie » et même si on ajoute « Bruxelles », pourquoi alors seule la Belgique refuse le CETA ? 


        Car il n y a même pas matière à négocier dans ce brouillon traître ! 

        Tout ce qui se traite, se conclut et se solidifie entre les Etats et entre les coalitions Hyper-Nationales-Socialistes est contre les intérêts collectifs nationaux ; TOUT VA VERS LES PARADIS FÉCAUX DES EMPIRES FINANCIERS ! 

        • Croa Croa 25 octobre 2016 15:52

          À Mohammed MADJOUR,
          Parce que les traîtres sont élus ! Parce que ces gens représentent la mafia qui vit en parasite sur le pauvre monde. Heureusement qu’il y a, comme dans toute mafia, des rivalités sanglantes et parfois des intérêts divergents, ce qui peut provoquer l’advection de blocages salvateurs. 


        • joletaxi 25 octobre 2016 14:57

          Ensuite c’est la NVA séparatiste et les partis flamands qui ont imposés ces compétences et cette autonomie aux Francophones du pays (Wallonie et Bruxelles), qui sont -contrairement à une grande partie des flamands- très majoritairement pour le maintient de l’unité du pays.

          lablablabla
          c’est la partie wallone qui a demandé le fédéralisme,pour tenter de faire pièce au CVP de l’époque tout puissant, avec un leader déjà bien rouge dont je ne me rappelle plus le nom ? André Renard non ?
          Quant à Bruxelles.... c’est un grand Molenbeeck en devenir,
          et c’est la seule chose, avec la dette à répartir, qui maintient encore la pseudo unité du pays, car les flamands n’abandonneront pas Bruxelles
          C’était d’ailleurs encore une fois très « intelligent » de la part des wallons d’élire capitale à Namur, tandis que les flamands plus rusés s’installaient à Bruxelles.
          On voit les limites de la solidarité wallonie Bruxelles, qui ne l’oublions pas est enclavées en terre flamande

          Il faut bien avouer que c’est une situation très dure pour la partie francophone qui de plus en plus doit déposer les armes devant la main mise flamande, surtout que économiquement, cela se dégrade.

          On a sous les yeux la démonstration en vraie grandeur de la faillite du socialisme., et de la lente descente aux enfers d’une région.
          Cette dernière péripétie va surement améliorer son image internationale, c’est sur

          Mais restons fiers de « nos ptit patrey »


          • activista/// activista/// 25 octobre 2016 17:27

            @joletaxi

            Merci pour votre commentaire auquel je réponds en commençant par la fin.
            Votre parti pris vous empêche de voir que ce que nous avons sous les yeux c’est au contraire la réhabilitation du politique et de la démocratie (si les Wallons tiennent bon).
            De toute l’Europe s’élèvent les voix citoyennes -de toutes opinions politiques- pour saluer et non moquer la courageuse position wallonne et bruxelloise.

            André Renard c’était après ma seconde guerre mondiale, la première réforme de l’état belge date de 1970.
            Renard voulait émanciper la Wallonie de la Flandre qui se contenterait alors d’une autonomie culturelle et pour cause : étant majoritaire numériquement, les Flamands contrôleraient de fait l’ensemble du pays. Ce à quoi il faut ajouter la « question royale » : le roi ayant collaboré les wallons n’en voulaient plus, contrairement aux Flamands ; ainsi que les grèves de l’hiver ’60/61
            Son attrait pour le fédéralisme n’était pas partagé par la majorité wallonne, il sera par ailleurs amené à créer son propre mouvement le MPW.

            Prétendre que les SIX réformes de l’état belge furent menées sous la pression des Wallons/Francophones serait soit faire preuve d’une grande méconnaissance de l’histoire politique belge, soit d’une mauvaise foi totale.
            http://www.belgium.be/fr/la_belgique/connaitre_le_pays/histoire/la_belgique _a_partir_de_1830/constitution_de_l_etat_federal/premiere_et_deuxieme_ reformes_de_l_etat/

            Ce qui semble vous échapper est que le CETA correspond parfaitement aux projets de l’ultra-droite belge, c’est à dire la NVA et ses amis du MR.

            BàV


          • joletaxi 25 octobre 2016 17:52

            @activista///

            ben oui, les flamands n’étaient pas demandeurs et pour cause.
            Les réformes qui ont suivi, c’était la suite logique, à savoir fixer les limites du « détricotage », au prix de compromis typiquement belges,
            c’est eux qui ont ouvert la boite de Pandore, et cette fois les flamands ont commencé àréaliser qu’après tout, ils pouvaient envisager l’indépendance.

            Les opinions en Europe, à part la mouvance habituelle, sont plutôt à la consternation.
            Et le Ceta n’est en rien une demande de ce que vous appelez « l’ultra droite » NVA, mais un traité qui se discute depuis des années, que personne n’a lu, et qui permettrait de promouvoir les échanges avec le Canada, ce n’est en rien les buts affichés de l’ultra droite qui voudrait au contraire des barrières.

             la direction de Caterpilar, quand elle venue sur le site, a pu voire des piquets de grève empêchant l’entrée des ouvriers qui, en majorité, voulaient travailler,
            C’était une grande idée de la FGTB
            Cette fois, la même image va être répercutée à l’international, on peut dire qu’ils ont de la suite dans les idées.
            Mais on a les champions que l’on mérite non ?


          • L'enfoiré L’enfoiré 25 octobre 2016 19:20

            @joletaxi salut,


              La NVA, bien sûr. La Fédération Wallonie-Bruxelles a fait le reste.
              La frontière linguistique a toute une histoire derrière elle.
              André Renard, le syndicaliste, oui, encore.
              Bruxelles, un grand Molenbeek, là, je pense que vous déconnez complètement.
              Il y a 19 communes à Bruxelles et presque toutes différentes, mais c’est vrai, il y a souvent des quartiers plus « étranges » pour ne pas dire « étrangers ».
              La dette maintient l’unité du pays, bien sûr mais pas seulement.
              Vous n’avez pas tout compris de l’esprit belge, très différent de l’esprit bruxellois.
              Un esprit surréaliste que vous reconnaîtrez chez Magritte dont je parlais ci-dessus ;
              Le jour où les Français parviendront à le comprendre, à dire septante et nonante, nous en reparlerons.
              Si vous vous souvenez de Tall sur cette antenne, c’était un extrémiste qui voyait la fin de la Belgique depuis bien longtemps.
              Elle continue pourtant d’élection en élection.
              La grosse erreur est à imputer à Baudouin qui n’a rien vu venir avec la Belgique fédérale en 1993 avant de passer l’arme à gauche,
              Namur, capitale de la Wallonie ? Je ne dis pas vraiment nom, mais la fête de la Fédération Wallonie-Bruxelles, se déroule toujours à Bruxelles.
              Liège est par contre très francophone. La fête nationale française y est fêtée.
              Economiquement, la Wallonie ne se dégrade pas actuellement, les startups sont le fer de lance de la Wallonie. Avant cela elle offrait le PIB à la Belgique avec les grandes fortunes comme Coquerill, Solvay...
              La Flandres n’était pas dans la misère, mais pas loin.
              Si vous ne connaissez pas les différentes versions du plan Marshall wallon, renseignez-vous. 
              Oui, précédemment, la Wallonie qui avait la plupart des charbonnages et les usines fonderies de l’acier, ont périclité, comme tous les autres pays qui avaient ce genre de travail, envahis par les aciers et les charbons venus de pays moins chers.
              Ce n’est pas pour rien que des familles flamandes se retrouvent en Wallonie avec des couples mixtes, comme aujourd’hui dans l’autre sens.
              Parce que la Flandres a un gros problème : le vieillissement de la population..
              Oui, absolument, restons fiers de notre p’tit pays ;
              Je suis Bruxellois et fièr de l’être.
              Comme en France on dit, qu’on n’a pas de pétrole mais des idées
              En Belgique, nous n’avons pas d’idées surréalistes, avec un humour particulier qui casse tous les tabous.
              Albert II est rappelé à la barre de la Justice en février....
              Sa fille en deuxième main, demande une reconnaissance en paternité...  


          • L'enfoiré L’enfoiré 25 octobre 2016 19:29

            @activista///


             Bien vu.
             Oui, la démocratie n’est pas ce que l’on croit.
             Ce n’est pas la majorité qui parce qu’elle l’a qui fait penser qu’elle a raison.
             Les Pays Bas se sont mis sur les rangs en soutenant le « non » de la Wallonie.
             A mon avis, on est loin du socialisme dans ce pays ;
             Le syndicalisme André Renard est arrivé en effet, dans une période faste de la Wallonie.
             Le syndicalisme wallon d’aujourd’hui, n’est plus l’ombre de lui-même.
             Les actions de grèves, ils n’ont pas encore compris, que plus il y en a, plus ils se font mal voir ;
             Apparemment, vous êtes plus connaisseur de l’histoire belge que Jo le taxi.
             Allez, comme on dit chez nous : salutjes en de kost en de wind van achter". smiley
             (vous traduisez si vous le désirez à nos amis Français 

          • activista/// activista/// 25 octobre 2016 20:00

            @L’enfoiré, Bonsoir,

            Merci pour votre commentaire,
            en effet il est toujours difficile d’expliquer nos subtilités outre-Quiévrain sans pondre un roman imbuvable...

            Juste une remarque, beaucoup aujourd’hui critiquent la gréve comme moyen d’action, pourtant elle reste à ce jour le seul moyen d’action non-violent qui mette réellement la pression sur les dirigeants et ceux pour qui ils « dirigent » : le grand patronat ( pas les « petits » patrons de PME qui créent de l’emploi plutôt que de le supprimer).

            S’il est un fait que certaines grèves furent (si j’ose dire ;) contre-productive, comme celle des transports en communs un jour de manifestation nationale des syndicats ou comment se tirer une balle dans le pied. Il reste que si des ouvriers ou des employés tentent d’autres modes d’actions, elles sont soit totalement ignorées, soit dénoncées comme une dangereuse « radicalisation ».

            Ce qui est vrai est que pour être réellement efficace une grève doit être générale et illimitée et là il y a encore du chemin. Les dirigeants l’ont bien compris, c’est pour cela qu’ils n’attaquent qu’un secteur à la fois, dressant les citoyens les uns contre les autres, travailleurs contre chômeurs, immigrés de Xem génération (ce que sont la plupart des belges) contre immigrés de génération plus récente, vieux contre jeunes et n’oublions pas : francophones contre flamands.

            Enfin bref : si vous voyez d’autres modes d’actions, envoyez, la plupart des syndiqués sont demandeurs car une grève ça ne se fait pas par plaisir quand vos moyens sont déjà limités voire insuffisants.

            (les Français se trompent quand ils pensent que c’est Wallons vs. Flamands, car ils oublient Bruxelles qui est très majoritairement francophone)


          • activista/// activista/// 25 octobre 2016 20:45

             @joletaxi

            Vivez vous en Belgique ? Si oui, vous n’allez pas sans savoir que le premier point du programme officiel de la NVA est l’indépendance de la Flandre ?

            Ensuite sur le site du gouvernement, en Néerlandais, au sujet de la première réforme de l’état, vous pourrez lire :
            « Deze eerste hervorming is een antwoord op het streven van de Vlamingen naar culturele autonomie. »
            càd
            « Cette réforme répond à l’aspiration des Flamands à l’autonomie culturelle. »

            Les suivantes vont toutes dans le même sens, plus d’autonomie pour les régions à la demande expresse de la Flandre et malgré les réticences de la Wallonie et de Bruxelles.

            Vous ne pouvez ignorer que ce mouvement séparatiste et indépendantiste pèse sur l’ensemble de l’échiquier politique flamand à l’exception notable du PTB/PVDA qui est le dernier parti « national » (le même en Flandre, à Bruxelles et en Wallonie).
            Que cela fait maintenant plus de 40 ans que les Francophones font ce qu’ils peuvent pour éviter le démembrement de la Belgique et que chaque réforme offre le même spectacle pathétique où ils se voient obligés d’accepter des compromis totalement déséquilibrés afin de tenter (en vain) de calmer les ardeurs séparatistes et repousser ainsi l’éclatement du pays.

            Concernant le CETA, s’il est critiqué c’est précisément parce qu’il n’est pas discuté depuis longtemps mais préparé loin des processus démocratiques par des experts et non des mandataires (idem pour le TTIP)
            Le parlement wallon avait signifié son désaccord depuis plus d’un an comme précisé dans l’article mais l’avez vous lu en fait ?

            Quelques précisions extraites de l’interview de Peter Mertens lié dans le texte qui montrent que ce traité va bien dans le sens de l’ultra-libéralisme/droite* belge des NVA/MR (je n’ai pas écris qu’il s’agissait d’une « demande » mais qu’il « correspond ») :

            "La Tufts University américaine a réalisé une étude sur les retombées du CETA pour l’emploi et a conclu que 200 000 jobs passeraient à la trappe. Le phénomène du dumping social, que nous voyons déjà en Europe, continuera à s’accroître. Au lieu d’une harmonisation des normes et des règles vers le haut, pour protéger les travailleurs, la santé et l’environnement, nous risquons de continuer à glisser vers le bas. (...)

            les multinationales pourront traîner un pays devant un tribunal spécial si la législation de ce pays porte atteinte à leurs intérêts. C’est sur base de ce genre de traités commerciaux que l’Égypte a été attaquée par la multinationale Veolia lorsque le pays a introduit un salaire minimum.
            L’entreprise suédoise Vattenfall a exigé de l’Allemagne un dédommagement de 4,7 milliards d’euros parce nos voisins avaient décidé de sortir du nucléaire, au lendemain de la catastrophe nucléaire de Fukushima. Et l’entreprise américaine Ethyl Corporation a attaqué les autorités canadiennes après que celles-ci avaient voulu interdire la très nocive substance MMT dans le mazout.
            En tout, à l’échelle mondiale, il y a eu près de 700 procès dans lesquels des entreprises ont attaqué des autorités d’État. Cela coûte des milliards d’euros aux États en frais de procès et dix fois plus encore pour les réparations qu’ils doivent payer aux multinationales. Ces tribunaux spéciaux opérant pour les grandes entreprises sont des tribunaux d’exception et ils n’ont absolument rien à voir avec la démocratie. On ne peut faire aucune concession, sur ce plan, à moins, naturellement, qu’on veuille que les simples citoyens n’aient plus rien du tout à dire.« 

            *Voici l’échiquier belge de gauche à droite, où le »centre« se situerait qq-part entre PS et Groen :
            PTB/PVDA (marxistes), PS (fr), SPA ( »socialiste" nl), Groen (nl), Ecolo, Defi (fr), CDH (ex cathos) fr), CDNV(ex-cathos nl), VLD(ultra-libéraux nl), MR(ultra-libéraux fr), PP (ultra-droite fr), NVA (ultra-droite sépartiste nl), VB (extrême droite séparatiste)


          • L'enfoiré L’enfoiré 25 octobre 2016 20:46

            @activista///,

             Oui, je réitère ma constatation au sujet de Bruxelles.
             Pour parler de la grève, tout dépend des cas.
             Trois articles sur le sujet.
            « Grève autrement »’

          • joletaxi 26 octobre 2016 11:46

            @L’enfoiré

            mais oui, mais oui

            le fédéralisme a été un combat wallon, initié par les wallons et par les syndicalistes de la FGTB ,affidé au PS,
            essayez toujours de démontrer le contraire.

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Renard_(syndicaliste)

            Seul le fédéralisme peut créer les conditions favorables aux réformes de structure économique qui créeront elles-mêmes les conditions de l’expansion économique dans le progrès social.
            et on est en 1960, avec l’émergence du MPW, parti franchement séparatiste

            résultat, sous couvert d’autonomie culturelle,en 1970 est mise sur pied la première réforme de l’état

            ce sont donc bien les wallons qui ont ouvert la porte, les flamands ont tout de suite saisi l’opportunité

            quant au syndicalisme de l’époque, on peut dire qu’il a été le fossoyeur de la wallonie.
            A l’époque, la Flandre commençait son essor.Ils ont profité à fond de la mauvaise image que donnait la wallonie.
            Sidmar a été le déclencheur.
            Les Flamands ne demandaient rien, ils profitaient à fond de l’état unitaire, on parlait d’ailleurs à juste titre d’état CVP
            Ils ont bâti leur essor économique sur fonds communs, bien joué
            pendant ce temps, en wallonie, on faisait grève sur grève, et souvent violente.
            Ajoutez à cela que les wallons riches de leurs industries( les verriers sablaient le champagne à la pause de midi) méprisaient gaiement les « ménapiens » plus toutes les rancoeurs fondées ou non,cela a réveillé le mouvement nationaliste flamand, plutot discret après la guerre, et pour cause.On parlait français partout en Flandre dans l’administration, la sphère économique , et les jeunes flamands apprenaient le français, indispensable à l’époque pour avoir un espoir de carrière.

            Résultat final, la Flandre est riche, la wallonie est pleine décrépitude
            certaines mauvaises langues prétendent même que si les transferts Nord Sud, s’arrêtent , en wallonie on ferme

            mais tout cela est de l’histoire ancienne, on y reviendra pas, et il s’agit maintenant de rebatir, par exemple en donnant une image d’une wallonie dynamique, entrepreneuriale, ayant fait table rase de toutes ses dérives.

            là, c’est bien parti


          • activista/// activista/// 26 octobre 2016 15:48

             @joletaxi

            Bonjour,

            A la lecture de vos autres commentaires je comprends mieux notre désaccord
            ou le fait que vous vous retrouviez dans les déclarations de la NVA.
            en effet vos thèses, pour le moins partisanes, sont celles défendues par ce parti d’ultra-droite séparatiste

            Quelques précisions :

            -Le MPW n’était pas un parti mais un mouvement éphémère vu le décès de son meneur André Renard.

            -Voir dans les grèves de l’hiver 60 les raisons de l’essor du mouvement indépendantiste en Flandre c’est oublier les deux guerres mondiales et les siècles qui précèdent*. La première renforcera le mouvement pacifiste et identitaire flamand, durant la seconde une grande partie de ce mouvement sera récupéré par l’occupant qui le flatte et donne des ailes au lion (les Francophones ne sont pas en reste avec Degrelle).

            -Le français était à travers l’Europe, voire le monde, la langue de l’élite, de la bourgeoisie. Si le français était parlé en Flandre c’est tout simplement parce que les bourgeois flamands le parlait. En Wallonie (et à Bruxelles) aussi le français fut imposé à la population et les différents dialectes bannis des administrations.

            -La faillite de la Wallonie industrielle d’antan est une conséquence du capitalisme mondialisé certainement pas du syndicalisme : le charbon ou le métal de Wallonie était et est toujours d’excellente qualité mais il fallait vendre celui de nos alliés US, ensuite celui du moins offrant, peu importe les conditions de production ou le pays d’origine.
            Le savoir faire des ouvriers Wallons (et Flamands, car nombreux sont ceux qui travaillaient en Wallonie) est de renommée internationale contrairement à vos dires. La productivité par main d’œuvre du travailleur Wallon est avec la Flandre en 5em position mondiale (loin devant l’Allemagne et juste devant la France), voire quatrième pour certaines études qui se focalisent sur la Wallonie.
            Cette productivité est aussi une conséquence du combat syndical, car à la grande surprise du grand patronat, des ouvriers respectés travaillent mieux...

            Les délinquants politiques et économiques qui gouvernent aujourd’hui, qui n’en ont que pour les profits à court terme et pillent bien public l’ont oublié, ils en payeront le prix tôt ou tard.

            *Une autre histoire de la Belgique écrite il y a près de 10 ans :
            http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/une-histoire-belge-29790


          • joletaxi 26 octobre 2016 16:50

            @activista///

            cette déclaration de bon sens ,vous auriez pu la retrouver chez n’importe que l flamand,
            par contre en wallonistan....

            le MPW n’était pas un parti,

            https://books.google.fr/books?id=pLI2rUf0-4QC&pg=PA19&lpg=PA19&dq=parti+mpw&source=bl&ots=XJykNJ8_tS&sig=SV8oro7Ux—fZLydP-ILdEPwmPw&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi9hqrA1fjPAhXOFsAKHdtwAxwQ6AEIKDAC#v=onepage&q=parti%20mpw&f=false

            pour moi, un mouvement qui est dirigé uniquement par des politiciens, c’est en fait un parti

            concernant les grèves
            je vais vous raconter une petite anecdote, comme quoi la politique se fait parfois en dehors des grands discours.
            Un ami de mon père était le directeur des domaines pendant cette période.
            Il avait suivi le cursus de nombres de travailleurs flamands, cantonnés dans des postes subalternes, et à l’époque être fonctionnaire n’était pas vraiment un plan de carrière, et au fil des ans( et du travail, de léconomie blablabla) il était devenu directeur de ce département important.D’ailleurs à cette époque, toute l’administration centrale était de fait flamande, ce qui explique entr’autre la rage des wallons qui voyaient tous les crédits aller au Nord, d’où leur volonté de fédéralisme.
            Bref, quand ces investisseurs étrangers prenaient conact avec le gouvernement belge, ils avaient en face d’eux des fonctionnaires flamands, et bien entendu, ceux-ci avaient tout loisir de leur montrer une wallonie en gréve perpétuelle, aux mains de dangereux bolcheviques.
            Rien que pour Cat, il a fallu quasi se prostituer pour qu’ils acceptent de s’implanter à Gosselies
            Résultat,un tissu industriel neuf, adapté aux nouveaux marchés, et des ouvriers qui travaillent, économisent blablabla.
            Et tout ce savoir faire wallon, tout ce courage de cette classe ouvrière(êtes vousdéjà descendu dans un puit de mine en activité ?) a été galvaudé par des leaders politiques qui rêvaient de « grand soir », et surtout de stature et de pouvoir
            D’ailleurs ,ils n’ont rien appris, suffit de voir le Venezuela.

            Mais encore une fois, ceci est de la vieille histoire,il faut batir un avenir

            je vous renvoie à ce très bon commentaire de The Wolf sur un article de contrepoint

            http://www.contrepoints.org/2016/10/26/269970-reprochent-wallons-ceta

            vraiment, vous seriez industriel canadien ou US vous investiriez en wallonie ?

            par contre en flandre, travail, économie blabblabla...


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 octobre 2016 11:36

            @activista///
            Le cas belge est tout à fait particulier en Europe, cela tient, si j’ai compris, à son système fédéral !?
            Article de Romaric Godin, généralement bien informé :
            « Ceta, pourquoi la Wallonie a pu dire non »
            Vous pouvez me donner votre avis ? Merci d’avance.


          • L'enfoiré L’enfoiré 27 octobre 2016 12:40

            @Fifi Brind_acier


            Maintenant, il faudra voir si en remontant à la CE et aux autres pays, si cela sera bon pour tout le monde ce CETA

          • L'enfoiré L’enfoiré 27 octobre 2016 12:42

            Oui, notre système fédéral que certains voudraient voir comme une confédération, est la raison


          • L'enfoiré L’enfoiré 27 octobre 2016 12:49

            Alors, il y a eu ceux qui étaient pour et qui inventaient n’importe quoi


          • JL JL 27 octobre 2016 15:14

            @L’enfoiré
             

             savez-vouis si votre compatriote (Magnette ?) a été grassement payé, ou bien si on lui a rendu le membre de sa famille qui était détenu en otage ?
             
             Ou peut-être a-t-on trouvé dans la nébuleuse internet quelque chose qui aurait pu lui valoir à l’aide de témoins grassement achetés, des ennuis avec la justice ?
             
             J’en profite pour souligner ici qu’il est extrêmement dangereux par les temps qui courent, de faire dépendre le destin de populations entière sur un seul homme.
             
            Et c’est là je crois, la plus grosse arnaque contre laquelle nous devons nous battre.
             
            Pour commencer, nous n’avons en France, qu’une seule alternative : vite une sixième république qui nous mettra à l’abris de ce danger mortel.
             


          • L'enfoiré L’enfoiré 27 octobre 2016 16:15

            @JL bonsoir,


             Grassement payé ?
             Je dois avoué que je m’en fous royalement si cela a été le cas.
             Il n’est pas dans la catégorie des « pauvres », ça je peux vous affirmer.
             Je ne fais pas partie du consortium de membres qui a été à la base des discussions.
             On a parlé de 3 ultimatums qui avaient été adressé à Magnette pour dire « oui » et qu’il n’en accepterait pas un 4ème.. Si vous voulez en rires allez écouter ce qui en a été dit dans les podcasts que j’ai fait à la suite de mon article « La boule de Vintage Pinball ».
             Chez nous, tout ce qui se passe dans l’actu, trouve des réactions dans l’humour à la belge. 

             « Un membre de sa famille en otage ? » .
             Pourriez-vous préciser votre question ?
             Je ne suis ni carolo, (= habitant de Charleroi) 
             Des ennuis avec la justice ? Il ne faut pas penser que tous les hommes d’Etats sont sarkoziens ou sarkozistes. (choisir la version.

             Bien d’accord avec la remarque sur les décisions qui reposent sur un seul homme, mais je suis sûr qu’il y avait une équipe PS et que le CDH y en a ajouté une touche.
             Nous avons eu ce weekend une « nuit des idées » pendant laquelle le public était convié à réfléchir.

             A moi de poser une question :
             Qu’est-ce qui caractérise le passage de république en république ?
             Est-ce comme nos différentes réformes de l’Etat ?
             Si oui, nous avons de l’avance nous sommes déjà à la 6ème 

          • JL JL 27 octobre 2016 18:53

            @L’enfoiré
             

            ne prenez pas mes suppositions pour argent comptant : je ne suis que dans mon modeste rôle de conspirationniste !
             
             smiley
             
            Comment on change de république ? Il n’y a pas de règle. Je pense - c’est loin, ça pour moi - que c’est quand on change les institutions. Par exemple quand on est passé du quinquennat à 7 ans au quinquennat à 5 ans in n’a pas changé de république.

          • JL JL 25 octobre 2016 18:51

             Le plus grand danger du CETA est de se voir imposer l’exploitation des gaz de schiste.

             
             L’exploitation des gaz de schiste est une arme de destruction massive de notre agriculture. La France compte parmi les principaux producteurs au monde, de céréales.
             
             Le Canada est le pays des industries où sont domiciliées la presque totalité des industries d’extraction et le droit minier y est redoutable pour l’écologie. Ces industries ont pour objectif d’imposer ce même droit minier partout dans le monde. Les tratés internationaux sont la voir royale pour y arriver.
             
             J’avance ici une hypothèse : le décideur européen qui fera obstacle à la signature de ce traité a intérêt à bien regarder à droite et à gauche quand il traverse la rue !
             
             D’un autre coté, le président qui sera en poste lors de cette signature si elle advient sera coupable à tout jamais devant l’histoire, de haute trahison à un degré jamais atteint.

            • Bertrand Loubard 25 octobre 2016 21:55

              @JL
              OK 100%

              La volonté d’aller le plus vite possible pour donner au Canada les droits et les concessions pour l’exploitation (par des entreprises multi-américaines) du gaz de schiste (entre autres autorisations) est évidemment liée à l’élection présidentielle aux USA. (Pauvre Mme Freeland...qui a dû laisser ses enfants tous seuls là-bas...dans le froid canadien....sans autre aide qu’une petite douzaine de barbouzes et de sept ou huit nurses.... !!! Comprenez son émotion ! (sic Mobutu)). Tous nos pervers européens néo-cons ont, d’ores et déjà, vendu les autorisations d’exploitation. Ils se retrouvent maintenant tout dépourvus devant Hillary qui, en bonne reine du chaos, n’hésitera pas à faire comme le disait l’une de ses plus proches collaboratrices, Victoria Nuland (nébuleuse Albright, Otan, Dick Cheney, etc., etc.) : « Fuck the EU ».... !!!! Les Verhoofstadt, Tusk, Junker, sans parler des Barosso, De Gucht et autres corrompus devront chercher ailleurs l’immunité perpétuelle et les revenus éternels auxquels ils prétendent en tout ingénuité....les paradis fiscaux ont encore de beaux jours devant eux !!!....Mais attention !!!, si Hillary ne se souvient pas qu’elle aurait dit qu’Assange méritait un « drone »....elle pourra toujours dire que s’est Poutine qui aura « droné » Magnette....


            • JL JL 26 octobre 2016 08:59

              @Bertrand Loubard
               

               Outre la destruction de notre agriculture, c’est l’eau qui finira par nous manquer : la concomitance de la pollution des nappes phréatiques par l’exploitation des gaz de schistes d’un coté, et les conséquences d’un bouleversement climatiques qui fait alterner déluges catastrophiques et sécheresses durables de l’autre, va à court terme devenir problématique. 
               
               


            • JL JL 26 octobre 2016 09:23

              Le discours politique qui nous affole sur le réchauffement climatique d’un coté, et qui promeut le CETA, donc l’exploitation à outrance des gaz de schistes, de l’autre est littéralement schizophrène. 

               
              En politique une absurdité n’est pas un obstacle, disait Napoléon : les politiciens qui persistent dans l’erreur sont diaboliques. 
               
              Soit on arrête de nous bassiner avec le réchauffement climatique, soit on arrête de construire des ponts d’or aux industries minières d’extraction et de forage pour encore plus d’énergie fossile au prix de la disparition de l’eau potable. 
               
               Nous devons prendre conscience que les dirigeants politiques dits de gouvernement sont tous, de gré ou de force, inféodés au NWO et pour commencer, entièrement soumis à ce qui constitue déjà l’embryon d’un gouvernement mondial : l’UE, les transnationales de l’OMC, le FMI les ONG bidons, les communautés et autres lobbies promus et encouragés par le néolibéralisme à la fois rampant et triomphant.
               
               Si l’oxymore avait une figure, ce serait celle du père Ubu. Tous ceux qui sont actionnaires sont coupables (Cf. l’expérience de Milgram).
               

            • joletaxi 26 octobre 2016 11:56

              @JL

              n’importe quoi sur ce sujet comme d’hab

              on vous a déjà à maintes reprises demandé de nous citer un cas( et ne revenez pas avec gazland, hein) de pollution avérée de nappe phréatiques par la fracturation.
              On vous a déjà expliqué 100 fois, que l’EPA, aux mains des lobbys verts US, soutenue par Obama(la petite qui tousse à cause des particules....) a fait de multiples tentatives pour tenter de trouver un prétexte pour s’attaquer à cette industrie, et résultat... nada

              Autre chose, vous qui êtes des adeptes des complots(toujours dans le même sens, quand c’est vert par contre...)des révélations de Wikileaks semblent prouver que ce bon Vlad a financé ,une campagne de dénigrement des shalegas au travers des innombrables ong « citoyennes » (en bon ex coco ilsait comment s’y prendre avec les idiots utiles)

              Par contre, si nos vieux pourront encore se chauffer cet hiver, ils peuvent dire merci aux boys, qui grâce à cette technique ont fait s’effondrer le prix du baril.
              A combien il serait le litre de fuel sinon, à votre avis ?

              Quant au réchauffement climatique, ... ben si c’est votre religion, à vrai dire, du moment que cela reste dans la sphère privée...


            • JL JL 26 octobre 2016 12:07

              @joletaxi
               

               merci de venir confirmer en négatif la pertinence de mes propos.

            • Algérien (---.---.96.154) 25 octobre 2016 20:54

              Si tous les pays adoptaient ce principe, la bonne gouvernance serait une réalité. Et une certaine démocratie, aussi.


              • fcpgismo fcpgismo 25 octobre 2016 21:03

                L’UE est une construction technocratique, qui vire à la dictature fasciste.


                • activista/// activista/// 25 octobre 2016 21:37

                  rectificatif :

                  une erreur à corriger, si depuis le MR est en baisse, aux dernières élections il représentait moins de 23% de l’électorat francophone (Wallonie/Bruxelles) et non 18% comme écrit dans l’article.
                  désolé pour cette coquille, je la signale à la rédaction.


                  • Arthaud Arthaud 25 octobre 2016 21:51

                    « La Belgique francophone prend la Flandre et l’Europe en otage »

                     
                    S
                    Voyez .. on ne parle pas de Wallonie ici ou de Brussels ..

                    Cela Vient du site de la NVA

                    « La N-VA œuvre au développement d’une Flandre solidaire, qui investit dans la prospérité et le bien-être, et offre des chances à quiconque travaille, épargne et ... » 

                    ..ça en fait des sous-entendus ..

                    • joletaxi 26 octobre 2016 11:59

                      @Arthaud

                      quiconque travaille, épargne

                       sur qu’en flamand, cela semblera naturel... par contre , in het frans, cela va pas faire recette


                    • L'enfoiré L’enfoiré 27 octobre 2016 16:44

                      @Arthaud,


                       Si vous ne connaissez pas la « Fédération Wallonie-Bruxelles », il vous manque un joint en effet.
                       Ce n’est pas Brussels, bien sûr, mais « Wallonie-Bruxelles », il ne faut pas confondre.
                       Ce qu’a dit dès le départ par le représentant du mouvement de contestation, c’est qu’il n’était pas contre le CETA, mais contre le CETA en état.
                       La preuve c’est l’accord qui est arrivé in extremis ce midi.
                       Quant aux sous-entendus, si on ne prenait qu’eux, ce serait mettre aussi Paris en bouteille.
                       

                    • L'enfoiré L’enfoiré 27 octobre 2016 16:48

                      Salut Jo le taxi, 

                      Zullen we in vlaams spreken ? Maar dat zou moeilijk worden voor onze vrienden franstaalig om te verstaan... smiley 

                    • Ruut Ruut 26 octobre 2016 15:33

                      Au moins eux ils ont lu et compris le CETA d’où le rejet ou la méfiance.
                      Ce n’est pas comme notre traître de gouvernement.

                      Qui signe consent en l’état.
                      Et ça les Belges le savent.


                      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 30 octobre 2016 16:14

                        Aujourd’hui il y a eu des signatures dans le cirque de Bruxelles ! 

                        Tout se fait au nom des peuples mais les peuples sont plus que jamais morts ! 

                        Les Européens resteront-ils morts jusqu’à ce quel’Empire de Métropolis se concrétise ? 

                        Il y a eu la « sélection naturelle » qui a produit la race du bipède destructeur, cette race privilègie et sélctionne en son sein les élements les plus Nazis en vue de concrétiser l’Empire de l’argent sans autres valeurs, sans intelligence, sans conscience et sans resposabilités : 
                        Le Nouveau Monde est déjà là ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès