• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > C’est Hippocrate qu’on assassine... Et l’humain, dans (...)

C’est Hippocrate qu’on assassine... Et l’humain, dans tout ça ?

C’est Hippocrate qu’on assassine…

Et l’humain, dans tout ça ?

 

 Depuis le début de cette histoire, il y a les « pour » et il y a les « contre » le professeur Raoult. Je fais partie des « pour », comme une partie de mes proches, et comme tout le monde en France, cela me vaut régulièrement de me chamailler avec mes autres amis qui font partie des « contre »… Sudistes contre Yankees, catholiques contre protestants de cette satanée chloroquine.

 Mes amis « contre » ne manquent pas de m’envoyer toutes les études qui sont censées prouver l’inefficacité du traitement raoultien, et pourtant je continue d’être pour. Même s’il finit par apparaître — ce qui n’est pas le cas à ce jour — que ledit professeur se serait trompé, que son traitement ne serait pas efficace.

 En revanche, s’il y a bien quelque chose « contre » lequel je me sens, c’est le décret gouvernemental français du 26 mars 2020, qui interdit aux médecins de prescrire la chloroquine à leurs patients.

 Pourquoi suis-je « pour » un médecin qui s’est peut-être trompé, et surtout « contre » le décret d’un ministre auquel la science donnera peut-être raison (ou pas) ?

Parce que ce décret me paraît tout simplement inhumain. L’espoir fait vivre, et priver les hommes d’un espoir, quand il n’y en a pas d’autre, me semble criminel. Non seulement parce que l’on sait les miracles que peut produire l’espoir de guérison sur la guérison elle-même — le fameux « effet placebo » —, mais parce que priver un homme d’espoir, c’est criminel en soi, c’est un crime du point de vue de l’humain.

 L’effet placebo, selon certaines études et selon les pathologies, serait capable de guérir de 30 à 70% des patients, du simple fait qu’ils pensent avoir pris un médicament efficace, par un effet mystérieux qui fait que véritablement, l’espoir fait vivre, l’espoir soigne. Qui ne s’est pas senti soulagé, voire presque guéri, du simple fait d’être allé voir son médecin et d’être soigné, pris en charge, par celui qui sait et cherche à l’aider ? Qui n’a pas ressenti cette force que le médecin nous transmet et qui nous aide à guérir ? Inversément, la peur mène à la résignation, à l’autodestruction. Quand j’étais gosse, passait à la télévision un gros monsieur barbu, médecin, qui s’appelait Alain Bombard… Il racontait des tas d’histoires passionnantes sur ses expériences de survie en pleine mer et avait surtout montré, dans son livre Naufragé volontaire, que lors d’un naufrage, les gens meurent davantage de terreur et de désespoir, que de faim ou de soif. Je ne suis pas médecin mais l’expression « mourir de peur » me semble une réalité possible ; le désespoir fait abandonner la lutte. Le professeur Raoult a donné de l’espoir à des millions de gens, c’est un médecin qui lutte contre les peurs délétères de ses contemporains, et je l’admire déjà pour cela.

 La deuxième raison qui me fait penser que ce décret est inhumain, est qu’il prive le médecin de la possibilité d’être humain. La conscience du médecin, ce serment d’Hippocrate qu’il prononce, l’enjoint à aider son patient : « je ferai tout pour soulager les souffrances ». Aider, faire quelque chose pour… juste de l’humanité, et la base de la médecine. Et là, un décret lui interdit de venir en aide, lui interdit d’essayer quoi que ce soit, lui interdit de prescrire un médicament qu’il pouvait prescrire deux mois auparavant, juste parce que son efficacité dans cette indication n’est pas prouvée par A+B. Mais qu’a donc fait la médecine pendant des millénaires, avant l’invention de l’étude randomisée en double-aveugle, si ce n’est tenter, essayer de soigner, et si possible de guérir, empiriquement, avec des drogues dont on n’était pas forcément sûr qu’elles fonctionneraient, mais en observant son patient et en réajustant le traitement selon ses observations ? Est-ce autre chose que l’art de la médecine ? L’intelligence des médecins, leur conscience, leurs longues études, leur expérience, leur intuition ne les rendent-elle pas dignes de notre confiance sur l’exercice de cet art ? Les médecins en seraient-ils réduits à appliquer bêtement ce que leur dictent les résultats des laboratoires ? Les médecins sont-ils en train de devenir des machines ?

 Je ne suis pas médecin et l’on pourrait me dire que je ne sais pas de quoi je parle, mais il me semble que ce décret s’attaque à la racine de ce qu’est la médecine, de ce qu’elle devrait être, si le monde continue à être humain. Et je suis humaine, alors du point de vue de l’humain, je sais de quoi je parle.

 Je ne suis pas médecin, mais je suis potentiellement patiente. Alors souffrir et mourir, oui, si l’on n’a pas le choix ; mais souffrir et mourir sans espoir et sans l’aide d’un humain, non, mille fois non. Si j’attrape ce virus, je veux être soignée, par un humain qui essaie de m’aider ; pas par un ordinateur, pas par un protocole, pas par une molécule qui a prouvé son efficacité après une étude randomisée en double-aveugle… Je veux être soignée.

Je ne veux pas me transformer en machine à être guérie, je ne veux pas voir mon médecin transformé en machine à devoir me guérir, je ne veux pas être une machine à vivre, à travailler, à payer des impôts, et à mourir quand je ne produirai plus assez. Je veux être une créature humaine, aimant, aimée, aidant, recevant, et donnant à d’autres créatures humaines.

 

Marie-Hortense Lacroix, être humain vivant en France

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 12 mai 09:00

    Bonjour, Emma

    Il est tout aussi absurde d’être « pour » Raoult qu’être « contre » ce médecin.

    Mis à part ceux  peu nombreux qui vouent ce praticien aux gémonies pour des raisons parfois purement idéologiques ou politiques, nos compatriotes souhaitent évidemment que son traitement fasse la démonstration de son efficacité contre le Covid-19. Il en va en effet de la santé des personnes qui pourraient être contaminées dans les prochaines semaines ou les prochains mois.

    Le problème est que ce n’est pas le cas actuellement. Rien n’a été démontré de probant, que ce soit en France ou dans les autres pays où l’hydroxychloroquine a été testée.

    C’est pourquoi il est urgent d’attendre, avant de s’emballer dans un sens ou un autre, les retours des très nombreuses expérimentations de différents traitements qui sont faites sur la planète dans le respect des protocoles, seule garantie de la fiabilité des résultats ! 


    • Fergus Fergus 12 mai 09:08

      L’interdiction qui a été faite par décret de délivrer le Plaquenil sur ordonnance des médecins de ville ne visait pas à ostraciser ces derniers, mais à enrayer un phénomène de prescription qui risquait d’aboutir à une carence de ce traitement en pharmacie pour les malades chroniques qui en ont un besoin impératif alors que ce besoin dans le cas du Covid-19 n’était  et n’est toujours pas  démontré !

      A noter que des dispositions analogues ont été prises dans d’autres pays, et notamment chez nos voisins suisses.


    • chantecler chantecler 12 mai 09:08

      @Fergus
      T’as raison Fergus .
      Faudrait que tu deviennes patraque , fiévreux , toussoteux ...
      Et là ton avis serait à prendre au sérieux :
      Quekjf’ais : j’en prenty, j’enprentypas !
      Je suppose que ton épouse décidera à ta place ....
      Farceur !


    • Fergus Fergus 12 mai 09:18

      Bonjour, chantecler

      La confiance entre les malades et les praticiens étant une nécessité pour ne pas combattre une maladie dans des conditions de faiblesse psychologique, je m’en remettrais évidemment aux prescriptions des médecins sans me soucier un instant de ce qu’elles sont et de qui elles viennent. Et pour cause : je n’ai pas la moindre compétence en médecine.

      Ce que je conteste dans cette affaire Raoult, c’est la manière dont des millions d’internautes sont soudainement devenus des experts en virologie et en épidémiologie, et assènent sur le web et les réseaux sociaux leurs certitudes de manière péremptoire !


    • chantecler chantecler 12 mai 09:23

      @Fergus
      Oui mais en dehors de ça ?
      Passque contester d’accord !
      Mesensuite ?
      Je suppose que tu fermes ton ordi de temps en temps ?


    • dimitrius 12 mai 09:38

      @Fergus
      Mais par contre tu valides tout ce que les sommités gouvernementales nous disent , petit farceur , toi t’aimes bien la marche hein , tu es en marche tous les jours sur ce site.


    • joletaxi 12 mai 09:58

      @Fergus

      vous devez avoir une bonne santé , je vous félicite.

      bien sur, il faut consulter un médecin quand on est malade,mais la sagesse ,et la prudence, c’est d’en consulter plusieurs.
      De mon expérience personnelle, à de multiples reprises, je n’ai du mon salut, que d’avoir appliqué ce sage principe.
      La médecine est un art, il y a des gens doués et des besogneux.
      Et le plus important c’est de se prendre en charge, ne pas croire que le médecin , qui vous consacre 10 minutes( dans le meilleur des cas)va s’impliquer jour et nuit à résoudre votre problème, et cela se comprend aisément.
      Quand on voit la cacophonie des avis des médecins sur les médias, c’est à avoir peur.
      Rien que sur les masques, que n’a-t-on pas entendu ; alors que ,simple bon sens, il était évident qu’il fallait porter un masque

      https://realclimatescience.com/2020/05/fauci-people-should-not-be-wearing-masks/

      et dès le premier jour.
      Ce covid aura aussi révélé combien notre médecine est encore « empirique » contrairement à la chirurgie qui a fait des progrès spectaculaires.
      bon, c’est l’heure de prendre mes granules d’homéopathie


    • Francis JL 12 mai 10:10

      @Fergus
       
       ’’Il est tout aussi absurde d’être « pour » Raoult qu’être « contre » ce médecin. ’’
       
      Absurde : Contraire à la raison, au bon sens, à la logique.

       
      Est-ce bien raisonnable de déclarer tout de go qu’il est absurde d’avoir des préférences, des convictions ?
       


    • Pimpin 12 mai 10:45

      @Fergus
      C’est bien, vous récitez bien la leçon officielle !
      Le traitement de Raoult a largement fait ses preuves à Marseille et ailleurs.
      De nombreux médecins commencent à l’appliquer sous le manteau parce qu’ils n’en ont pas le droit. C’est sans doute cela qui sauve des vies. 
      L’obligation faite aux médecins de ne prescrire que du paracétamol puis d’envoyer les patients les plus atteints dans des hôpitaux surchargés qui ne font qu’envoyer de l’oxygène sous pression dans leurs poumons, est tout à fait criminelle.
      On dirait que tout est fait pour qu’il y ait le maximum de morts alors que les médecins généralistes sont tout à fait capables de proposer des traitements efficaces en fonction de l’état de leur patient ! Comme ils le font pour la grippe classique.
      De nombreux médecins commencent à protester, souvent dans l’anonymat pour éviter les représailles du conseil de l’ordre. 
      C’est un immense scandale.


    • JC_Lavau JC_Lavau 12 mai 10:58

      @Pimpin. Le plan du gouvernement et de la galaxie pharmaceutique autour est bien de maximiser les morts pour maximiser la terreur.


    • Arogavox Arogavox 12 mai 11:22

      @Pimpin
      Pour l’anonymat, des pistes commencent à se dessiner ... mais ça ne se fera pas tout seul ...
       et, pour défendre une optique démocratique, cela doit ne pas se laisser faire tout seul ... 


    • pemile pemile 12 mai 11:33

      @Pimpin "les médecins généralistes sont tout à fait capables de proposer des traitements efficaces en fonction de l’état de leur patient ! Comme ils le font pour la grippe classique."

      Vous en êtes sûr ?

      https://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2020/05/05/covid-19-une-pneumonie-pas-comme-les-autres/


    • Fergus Fergus 12 mai 11:40

      Bonjour, JL

      « il est absurde d’avoir des préférences, des convictions ? »

      Bien sûr que non, ce n’est pas absurde, et ce n’est pas ce que je dis.

      Ce qui l’est, c’est d’avoir des convictions  dans un sens ou son contraire  sur ce qui relève de la croyance non étayée par des faits avérés  !

      Je ne dis pas autre chose à propos du traitement de Raoult. On est, avec cet épidémiologiste, beaucoup trop dans une relation irrationnelle qui confine soit à la foi aveugle, soit au rejet diabolique. Je redis que c’est absurde dans les deux cas ! 


    • Emma Shell Emma Shell 12 mai 11:48

      @Fergus
      Bonjour Fergus,
      Et merci de vos commentaires. Mon petit texte ne propose pas un Nième débat entre les pour et les contre Raoult : je crois que tous les arguments ont été rebattus sur le sujet, et de brillants esprits les ont défendus dans les deux sens (je pourrais, par exemple, vous objecter qu’il ne semble pas insurmontable de gérer des stocks de chloroquine réservés aux patients atteints de ses indications habituelles, ou encore que l’Allemagne, qui a laissé ses médecins libres de prescrire ce que leur analyse et leur conscience leur dictent, comme bien d’autres pays, ne paraît pas s’en sortir trop mal).
      Mon propos est de nous interroger sur la violence que constitue une interdiction de prescrire, et sur ce que cela révèle de l’évolution de la médecine, de sa déshumanisation. Que fait-on de la valeur intrinsèque du médecin et de son rapport empathique avec son patient ? Si l’on considère qu’un médecin n’est juste bon qu’à appliquer un protocole de traitement tout fait, et valable pour n’importe qui, alors on pourra bientôt le remplacer par une application numérique. Et cela serait juste monstrueux. Encore une fois, la question est : dans quel monde voulons-nous vivre ?


    • Fergus Fergus 12 mai 12:06

      @ Emma Shell

      Je comprends très bien votre questionnement sur la nécessité de ne pas couper la science, et ceux qui la servent, de l’humanisme qui devrait présider à toutes les prises de décision dans notre société, et bien évidemment dans le domaine sanitaire en tout premier lieu.

      Faut-il pour cela considérer que la décision prise à l’encontre de la prescription par les médecins de ville l’a été pour des motifs inavoués ? Je n’en suis pas certain du tout, et je m’amuse de voir ici tous ceux qui en prennent prétexte tirer à boulets rouges sur les pouvoirs publics. Certains sont d’ailleurs les mêmes qui, il y a peu, vomissaient les mêmes pouvoirs publics, coupables d’envoyer à l’abattoir les enfants en rouvrant les écoles ; or, depuis, la quasi-totalité des pédiatres affirment que c’est non seulement sans danger pour eux en termes de contamination, mais nettement plus bénéfiques que la poursuite d’un maintien à domicile, vectrice de troubles psychologiques potentiellement préoccupants.

      Bref, qui sommes-nous, nous les béotiens, pour juger ce qui est dit et fait alors que les avis des scientifiques n’ont pas cessé de fluctuer au fil des semaines et de la meilleure connaissance de cette maladie ?


    • arthes arthes 12 mai 12:06

      @Fergus

      Chaque découverte est précédée d’une croyance non ?

      Ou alors il s’agit d’une question de sémantique, faut il dire ; Je pense que, plutot que je crois que ?

      Ensuite, pour étayer , il faut mettre ce que l’on pense ou croit à l’épreuve.
      Il y a même eu une expérience avec des vers marins, assez calamiteuse, de ce que j’en ai appris....Fallait bien que certains y croient.
      Mais ce fut testé sur des porcins, ouf.

      Question : Lorsque des malades se présentent avec symptômes du corona et testés comme positifs, faut il qu’une moitié d’entre eux ne soient pas soignés pour prouver que le traitement appliqué sur l’autre moitié fonctionne ?
      Avec les risques que cela comporte pour ceux qui ne seront pas soignés.

      Si les fanas de la randomisation en double aveugle préconisent cela, cela signifie aussi qu’ils optent pour laisser des gens sans soins.

      p’têtre aussi que les grands labos préfèrent la recherche extrêmement plus juteuse sur un vaccin et que trouver à soigner , surtout avec un médoc pas cher n’est pas une priorité.

      Spéculation hein, mais assez logique.

      En outre, faudrait aussi se pencher sur le contenu des produits désinfectants, à force de détruire tous microbes et bactéries ne peut on craindre que notre système immunitaire devienne des plus faibles et que nous soyons de vraies et tendres cibles pour toutes sortes de merdouilles ? La vie vaccins sur vaccins...

      https://youtu.be/3A0JfsJt98Y


    • Arogavox Arogavox 12 mai 12:17

      @Emma Shell
       Merci ! Je témoigne de ma caution appuyée à votre admirable conclusion !
      Ne pouvant faire mieux, je témoigne aussi de ma conviction de devoir ne pas faire moins !

      « Si l’on considère qu’un médecin n’est juste bon qu’à appliquer un protocole de traitement tout fait, et valable pour n’importe qui, alors on pourra bientôt le remplacer par une application numérique. Et cela serait juste monstrueux. Encore une fois, la question est : dans quel monde voulons-nous vivre ? »

      Je témoigne aussi de ma simple conviction que lorsqu’il n’existe aucun référentiel absolu permettant à tous d’interpréter d’une unique façon les ’faits’ perçus (voire souvent seulement supposés), la croyance affichée en une rationalité dite ’scientifique’ lorsqu’on privilégie sa propre interprétation personnelle, n’est qu’une illusion, un mensonge, ou en tous cas un manque de conscience de son propre défaut de rationalité.
        Une telle faute est-elle digne de ceux qui , n’accordant pas une égale dignité à leurs ’frères’ innombrables ayant des vues différentes des leurs, prétendent vouloir les protéger d’un obscurantisme qu’ils semblent si bien connaître ?!

    • Pimpin 12 mai 17:14

      @pemile
      Oui, bien sûr ! l’article de LeMonde parle des cas extrêmes. Avant d’en arriver là il y a d’autres possibilités que de donner uniquement du paracétamol (procédure imposée) et et attendre que ça passe tout seul et que cela s’aggrave !!! 


    • laberniaire laberniaire 12 mai 17:40

      @JC_Lavau 12 mai 10h 58
      .
      Il est vrai que l’entreprise de maximiser la Terreur a toujours eu pour but de maximiser les profits...
      Mais ..........
      S’en tenir à la galaxie pharmaceutique  est un parti pris qui oublie un peu trop facilement la galaxie des vendeurs de cierges amulettes et autres cérémonies exotiques


    • panpan 12 mai 18:39

      @Fergus
      Chez nos voisins suisses... C’est pas en Suisse qu’il y a beaucoup de labos pharmaceutiques ?.. ;


    • Attila Attila 12 mai 18:49

      @Emma Shell
      «  Mon propos est de nous interroger sur la violence que constitue une interdiction de prescrire »
      Il y a aussi la responsabilité de prescrire des traitements dont on n’a pas de preuve de l’efficacité et avec des risques connus. Un doctorant en médecine s’interroge :
      j’ai commencé à m’intéresser aux études de Raoult parce qu’avant de prescrire ce traitement à des patients ou aux gens que j’aime, je voulais être sûr de ne pas faire pire que mieux. Je voulais savoir s’il y avait des bénéfices réels et, le cas échéant, s’ils dépassaient les risques prévisibles à l’association des deux molécules. Un mois plus tard, je n’ai toujours pas la réponse, mais le faisceau d’essais cliniques et d’études diverses et variées me font de plus en plus pencher la balance en faveur du non. "
      Ne soigner que ceux qui guériront seuls

      .


    • Emma Shell Emma Shell 12 mai 19:35

      @Attila
      Mais absolument ! Les interrogations de ce doctorant prouvent bien qu’il a été capable de se faire une idée de la question par lui-même, et qu’il n’était nul besoin de lui interdire quoi que ce soit. C’est cela que je défends.


    • pemile pemile 12 mai 19:50

      @Emma Shell « Les interrogations de ce doctorant prouvent bien qu’il a été capable de se faire une idée de la question par lui-même »

      Pour cela, il a dû éplucher les études de Raoult, tous les toubibs de ville ne disposent pas du temps nécessaire ! smiley


    • Roubachoff 13 mai 01:19

      @Fergus
      Il faudra lire vos élucubrations jusqu’à quand ? Je vous l’ai dit et redit, rien n’a été encore établi, sur aucune molécule, tout simplement parce que le temps d’une épidémie n’est pas compatible avec celui de la recherche et de ces « protocoles » que vous chérissez tant. (Au fait, dans le cas d’une maladie potentiellement mortelle, vous accepteriez de faire éventuellement partie du bras témoin ? Ou qu’un de vos proches s’y colle ? Réfléchissez avant de répondre, ça n’est pas rien, comme question.) 
      De plus, avec le genre de cibles du Covid-19  des gens très affaiblis (cancers, graves pathologies cardiaques, etc.) très âgés (âge médian 84 ans) ou en fin de vie (Ehpad, allez-y voir un peu)  il n’est pas sûr qu’on puisse quoi que ce soit avec une molécule ou un vaccin (contre un virus). D’où l’importance d’une prise en charge précoce pour éviter (quand c’est possible) de basculer dans la phase critique et terminale. 
      Sachant que les résultats de toutes ces fabuleuses recherches (sans parler de Discovery, cet extraordinaire flop) arriveront quand l’épidémie sera terminée (espérons-le, sinon, le monde est foutu) comment justifiez-vous votre éternel discours « modéré et prudent » ? Avec des penseurs comme vous, on en serait encore à chasser l’auroch, parce que s’aventurer loin de sa grotte est dangereux.
      Enfin, un exemple, pour essayer de vous convaincre.
      Imaginons un virus de type Ebola (létalité 50%) doté d’une haute contagiosité, qui se répand très vite à cause de la mondialisation (comme le Covid-19) et qui vise disons... les 10/45 ans, soit les forces vives de la nation (et de son avenir). Que prôneriez-vous ? Essayer tous les traitements potentiels (à l’exception de ceux dont la toxicité est pire que celle de la maladie) ou prendre le temps de mener vos fabuleuses études (en laissant mourir la moitié du bras de contrôle) et commencer à agir quand la moitié de la planète aura disparu ? Là encore, réfléchissez, parce que la réponse n’est pas anodine. 


    • JC_Lavau JC_Lavau 13 mai 02:10

      @Roubachoff. Chasser l’aurochs n’est pas pour les pusillanimes.


    • Roubachoff 13 mai 03:55

      @JC_Lavau
      Exact. Avec le grand sage omniscient d’Agoravox, on en serait encore à attendre que les fruits tombent des arbres.


    • Emma Shell Emma Shell 13 mai 07:58

      @pemile
      Oui, et c’est sûrement dommage : ce serait bien que les médecins soient un peu plus nombreux, afin d’avoir plus de temps pour soigner chaque patient et pour exercer leur esprit critique en examinant les choses par eux-mêmes, ce qui ne serait pas du temps perdu...


    • cevennevive cevennevive 12 mai 11:07

      Bonjour Emma,

      Oui, je pense la même chose que vous, l’humain d’abord (et aussi l’attention, l’empathie et l’amour du prochain).

      J’ai longtemps travaillé dans une clinique privée où je n’étais pas soignante, mais assistante de direction. Et j’ai souvent pensé à ce fameux serment d’Hippocrate, que nous appelions, par dérision ; serment d’hypocrite.

      Car, dans le nombre de médecins et spécialistes qui nous entouraient et travaillaient dans cette clinique, il y en avait bien la moitié qui ne se conduisaient pas comme nous le décrivons vous et moi.

      Quant au Pr Raoult, à mon avis, c’est un parfait humaniste avant que d’être un spécialiste renommé. Je crois qu’il veut soigner, guérir et apaiser avant que de toucher quel chèque que ce soit.

      Et pour les détracteurs en tous genres, lorsque l’on est malade, très malade, on serait capable, pour guérir, de croquer des crottes de lapin si un médecin digne de ce nom, et en lequel nous avons confiance, nous le prescrivait.

      Des « docteurs » comme Cyme ou autres pédants sont-ils humanistes ?

      Bien à vous.


      • Emma Shell Emma Shell 12 mai 11:50

        @cevennevive
        Bonjour et merci à vous, Cevennevive. « Humaniste », quel joli mot, dont on ne voudrait pas qu’il disparaisse...


      • Fergus Fergus 12 mai 13:16

        Bonjour, cevennevive

        Je suis évidemment d’accord avec vous sur le fond de votre commentaire relativement au comportement de nombre de soignants qui, en effet, relèvent plus du « serment d’hypocrite » que du « serment d’Hippocrate ».

        Pour ce qui est du Pr Raoult, croyez-vous qu’il soit d’un « parfait humaniste », et plus encore d’un scientifique par principe rigoureux, d’affirmer  ce qu’il a fait au début de la pandémie — que le Covid-19 ferait « moins de morts que les accidents de trottinette » ? Ce propos ne dénotait-il pas de sa part une forme de cette pédanterie que vous reprochez, à juste titre, à d’autres ? smiley

        Attention de ne pas idéaliser d’un côté, et vouer aux gémonies de l’autre. La réalité est bien souvent très différente de la représentation qu’on en a ! Souvent lorsqu’elle est la résultante d’intérêts occultes  que ce soit en termes d’image, de prestige ou plus trivialement financiers  dont nous n’avons pas la plus petite idée.

        Cdlt


      • arthes arthes 12 mai 15:45

        @Fergus
        Un propos, certes imagé naïf, de la part d’un scientifique , qui veut relativiser et dédramatiser une situation très mal gérée et portée façon propagande dans un concert médiatique de psychose outrancière vous choque ?


      • Fergus Fergus 12 mai 17:31

        Bonjour, arthes

        Non, ce propos  plutôt délibérément provocateur qu’« imagé naïf » — ne me choque pas plus que cela car il rejoint d’autres propos d’éminents scientifiques qui, au début de la crise, refusaient eux aussi de voir dans ce virus un danger plus grand que celui de la grippe saisonnière alors qu’il n’existait, et n’existe toujours pas, contre le Sars-CoV-2 de traitement d’efficacité avérée ni a fortiori de vaccin !


      • Fergus Fergus 12 mai 17:34

        Au fait, attention à vous ! le foyer d’Egliseneuve n’est qu’à km de chez vous. smiley



      • Roubachoff 13 mai 01:27

        @Fergus
        La différence, c’est que Raoult, après ses propos de carabin (cela dit, attendons les chiffres finaux, sur l’année 2020, avant de tirer des conclusions) s’est retroussé les manches et, avec son équipe (un détail que les gens comme vous oublient systématiquement) a abattu un travail titanesque tandis que d’autres conseillaient aux malades de prendre du paracétamol en attendant de commencer à crever. 


      • Aimable 13 mai 10:40

        @Roubachoff
        Je ne suis pas médecin , mais de ce que je sais , c’est que le paracétamol fait baisser la fièvre , si vous ajoutez la chloroquine qui elle fait baisser la charge virale , si ces deux résultats sont au rendez vous , le corps normalement doit pouvoir se défendre , dixit Raoult , enfin si j’ai bien compris les explications de l’un de ses assistants au début de la polémique .


      • pemile pemile 13 mai 10:43

        @Roubachoff « a abattu un travail titanesque »

        Sur Youtube et Facebook ?

        Je sais, c’est facile, mais que savez vous du travail des tous les autres personnels hospitalier en France ?


      • Attila Attila 13 mai 11:26

        @Roubachoff
        " En effet, un concept central de la médecine est la balance entre les bénéfices et les risques d’une intervention. Surestimer la gravité de la maladie pourrait nous faire accepter ou promouvoir des interventions aux bénéfices maigres et/ou aux risques disproportionnés. Bien comprendre cela est indispensable pour étudier critiquement le protocole de Marseille."
        Avis d’un doctorant en médecine qui soigne des gens lui-aussi
        Lien

        .


      • Roubachoff 13 mai 23:42

        @Aimable
        Je crains que vous n’ayez pas compris grand-chose. Dans le protocole Raoult, le paracétamol ne joue à ma connaissance aucun rôle. En revanche, administré seul,
        il fait baisser la fièvre, qui est une défense naturelle contre l’infection et l’inflammation. Du coup, le patient se sent mieux... jusqu’à ce qu’il se sente très mal. 


      • Roubachoff 13 mai 23:57

        @pemile
        Le niveau baisse et il n’était déjà pas bien haut. Vous croyez qu’un quart d’heure par semaine sur You Tube empêche quelqu’un de travailler ? (Non, si vous regardez la vidéo cinq fois, l’intervenant ne vient pas la refaire à chaque coup.) J’en sais beaucoup plus long que vous sur l’hôpital, et je ne parlais pas de ça, mais des experts divers et variés (y compris au gouvernement) qu’on nous inflige chaque jour.
        @tous mes gentils contradicteurs
        Très forts pour taper en dessous de la ceinture, mais quand il s’agit de répondre à mes deux questions, ça ne se bouscule pas au portillon. Je les résume pour mémoire :

        1. Dans le cas d’une maladie potentiellement mortelle, accepteriez-vous d’être éventuellement inclus dans le groupe témoin ?
        2. Face à une épidémie vraiment dangereuse, préconiseriez-vous les études randomisés (terminées quand l’hécatombe le sera aussi) ou la médecine empirique ?

      • nono le simplet nono le simplet 14 mai 02:39

        @Roubachoff
        J’en sais beaucoup plus long que vous sur l’hôpital

        (@pemile)
        Du coup, le patient se sent mieux... jusqu’à ce qu’il se sente très mal. (com précédent)
        ouais ... t’en sais long sur l’hôpital, mais sur quel sujet ? l’architecture ou la plomberie ?
        la randomisation ne consiste pas à laisser crever le groupe témoin en lui filant des treets et du coca en perf ...


      • pemile pemile 14 mai 09:22

        @Roubachoff « mais quand il s’agit de répondre à mes deux questions, ça ne se bouscule pas au portillon »

        Avis d’un doctorant en médecine sur l’usage compassionnel
        Lien (posté par @Attila)


      • Aristide Aristide 14 mai 10:27

        @pemile

        Ce qui est étonnant dans cette affaire, c’est que l’on puisse utiliser le même argument pour démontrer un chose et son inverse.

        Les éléments fournis par l’IHU sont insuffisants, pas randomisés, enfin faillibles et sujets à questionnement ... On peux sans équivoque en déduire que ce traitement n’a pas démontré son efficacité à ce stade des études.

        Mais voilà que à partir des mêmes éléments, on pourrait en déduire à coup sûr que ce traitement n’a pas d’efficacité.

        Bizarre que l’on ne puisse attendre les résultats de l’étude américaine à Albany pour conclure ce sujet. Dans l’attente, si on admet que l’on ne sait pas, il me semble que compte tenu des coûts faibles de ce traitement, il n’est pas complètement aberrant de l’utiliser dans les conditions préconisées, cad au stade primaire. Si on nomme cela un usage compassionnel ....


      • pemile pemile 14 mai 10:44

        @Aristide « Ce qui est étonnant dans cette affaire, c’est que l’on puisse utiliser le même argument pour démontrer un chose et son inverse. »

        La logique de l’exemple qui suit me laisse perplexe !

        « Les éléments fournis par l’IHU sont insuffisants, pas randomisés, enfin faillibles et sujets à questionnement ... On peux sans équivoque en déduire que ce traitement n’a pas démontré son efficacité à ce stade des études. »

        Non, on peut en déduire que Raoult n’est pas sérieux et ne fait aucun effort pour démontrer quoi que ce soit.

        « Mais voilà que à partir des mêmes éléments, on pourrait en déduire à coup sûr que ce traitement n’a pas d’efficacité. »

        Non, « pas d’efficacité » n’est pas l’inverse de « pas démontré son efficacité » !!


      • Aristide Aristide 14 mai 11:38

        @pemile

        « pas démontré son efficacité »

        Personne n’a non plus démontré son inefficacité !

        Que Raoult soit sérieux et ne démontre rien, ne change rien au fait que l’on ne peut rien déduire sur l’efficacité ou l’inefficacité de ce traitement avec les éléments connus ce jour  ?

         


      • arthes arthes 15 mai 14:36

        @Fergus

        Et bien il se trouve toujours d’éminents scientifiques qui ne voient pas autre chose qu’une grippe saisonnière dans le covid 19 (et oui, on peut mourir d’une simple grippe) , qu’il faut soigner, et d’autres que l’on trouve surtout sur  les plateaux télé (donc mm info transmise à des millions de personnes au mm moment) qui voient un danger terrible et nous annoncent tels des prophètes  l’imminence d’une deuxième vague et le vaccin obligatoire qui viendra se surajouter aux 9 autres pour le bien de nos petits est déja dans les tuyaux : ça rapporte davantage que de soigner.

        Curieux que l’on ne puisse et sache pas soigner et que l’on mette au pilori celui qui veut faire entendre sa voix, sous prétexte qu’on le trouve trop bruyant, mais comment faire autrement dans le concert des médias qui distillent une pensée unique ? 

        Le totalitarisme sanitaire est en marche, parce que cela n’est qu’un début.

        Sanofi, veille sur nous, le nouvel NOM vient de trouver sa nouvelle arme pour lobotomiser et rendre docile par la peur : Les virus.

        Non pas que celui ci fut créé à ces fins, mais il tombe à point nommé.
        Mieux que l’arme nucléaire.

        Sinon, ça va très bien pour moi, le cas de Vergt n’a rien d’exceptionnel, mais bien monté en épingle ça fait des titres de presse, et forcément qu’il y aura d’autres cas, le virus mettra moins longtemps à s’éteindre justement parce que nous fument confinés, et la vue de tous les zombies avec leur masque , depuis le déconfinement me file la gerbe, de même que les gosses de 6 ans plantés sur des carrés dans des cours de récrée , vidées de tous les jeux.

        Il faudra 1 an pour avoir assez de recul pour analyser les courbes et faire des rapprochements, en attendant, on spécule, mais le système hospitalier, dans la plupart des pays montre ses faiblesses


      • arthes arthes 15 mai 19:10

        @arthes

        Erratum : Le virus mettra plus de temps pour s’éteindre, parce que nous fument confinés etc....


      • Arogavox Arogavox 12 mai 11:15

        L’humain ?

        Parole de Janus (https://framapic.org/YRDAX2ZbMEcN/OmA5e3B2hAsY.gif) :

         l’humain, la raison ou la démocratie ne sont pas une solution donnée par des équations mathématiques, ni même un ’produit’ que l’on puisse laisser piloter par une Intelligence artificielle !


        • Traroth Traroth 13 mai 18:18

          Je vais me permettre de ne conserver que deux phrases de votre article :

          "Même s’il finit par apparaître — ce qui n’est pas le cas à ce jour — que ledit professeur se serait trompé, que son traitement ne serait pas efficace.

          (...)

           Pourquoi suis-je « pour » un médecin qui s’est peut-être trompé (...) ?"

          Tout le problème est là. Raoult a eu consulté des études chinoises qui montraient que la chloroquine et ses dérivés avaient peut-être une efficacité contre le Covid-19, et là, au lieu de faire une étude sérieuse, dans les règles de l’art, qui auraient permis de construire rapidement une certitude sur son efficacité ou son inefficacité, il a commis une pseudo-étude bancale de tous points de vue (elle contient des fautes méthodologiques vraiment scandaleuse, franchement), dont le but manifeste était de démontrer que la chloroquine EST efficace, que ça soit vrai ou non. Résultat, 3 mois après, on ne sait toujours pas de manière certaine si la chloroquine est efficace ou pas contre le Covid-19. Et ça, c’est grave. Encore plus si elle est effectivement efficace, parce que la volonté de Raoult de se mettre en avant aura fait perdre du temps à beaucoup de patients. Certains seront morts à cause de son orgueil.


          • Roubachoff 13 mai 23:45

            @Traroth
            Argumentation débile. Aucune étude dans « les règles de l’art » comme vous dites, n’a permis d’établir quoi que ce soit sur les autres molécules. Une dernière fois : le temps de l’épidémie et celui de la recherche ne sont pas compatibles.


          • Traroth Traroth 15 mai 11:17

            @Roubachoff
            Comment ça, aucune étude rigoureuse n’a permis d’établir quoi que ce soit sur les autres molécules ? C’est absurde, ce que vous racontez ! Avec une étude rigoureuse, on établit systématiquement et sans ambiguïté si une molécule est efficace ou non. 

            « le temps de l’épidémie et celui de la recherche ne sont pas compatibles » : Ah oui, c’est malin, ça. En attendant, ça fait presque 6 mois qu’on se pose des questions sur la chloroquine sans s’être donné les moyens d’obtenir les réponses. Vous trouvez ça responsable ?


          • Roubachoff 16 mai 01:55

            @Traroth
            Chaque jour, plusieurs études sortent, et elles se contredisent. Pas seulement sur la chloroquine, d’ailleurs. Voyez pour le remdesivir, par exemple. Dès que le résultat déplaît à quelqu’un, hop, quelqu’un d’autre trouve autre chose. Ou... rien du tout, comme Discovery, cette incroyable farce. En passant, cher fan des études randomisées et tout le... Buzyn (jeu de mot idiot, mais ça fait du bien, parfois) que dites-vous de l’Inserm qui, de son propre aveu, n’avait aucun protocole prêt pour faire face à une pandémie ? Et ces abrutis se félicitent de l’avoir « écrit en 22 jours ». Au cas où ça vous aurait échappé, l’OMS alerte depuis au moins dix ans sur les risques de pandémie liés, pour aller vite, à la mondialisation. 
            Etudes ou pas études, une vérité émerge : détecter, isoler, traiter ou au moins soutenir est la bonne attitude face à une épidémie. Pas confiner les gens qui ne risquent presque rien, comme une analyse non biaisée des profils de victimes le démontre. Pas ruiner le monde pour le sauver. Ensuite, on sait très bien qu’il est difficile de lutter contre un virus, donc le mot d’ordre doit être « réactivité et repositionnement ». Et c’est pour ça que Raoult est grand.
            En passant, toujours pas de réponse à mes deux questions... 


          • Désintox Désintox 17 mai 14:16

            Buvez du jus d’orange.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité