• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > C’était mieux avant, pour une fois c’est vrai !

C’était mieux avant, pour une fois c’est vrai !

Désormais il y aura un domaine où ce sera mieux avant, vraiment : le social.

Jusqu'à il y a une vingtaine d'années, l'évolution du monde du travail s'était faite positivement.
En partant de l'article 1781 du code civil de 1804 consacrant "l'infériorité légale de l'ouvrier face à l'employeur", jusqu'à la semaine de 35 heures de 1998, en passant par l'interdiction du travail des "enfants de moins de 8 ans" (1841)(*), le travail des femmes limité à 11 heures, interdit la nuit (1892), le repos hebdomadaire (1906), la création des retraites ouvrières (1910), de la sécurité sociale (1945), l'instauration d'un salaire minimum (1950 puis 1970), de l'autorisation administrative de licenciement (1975), etc.

En revanche, depuis 2003 et la loi Fillon sur les retraites, tous les changements se font dans l'autre sens.
Des réformes nécessaires pour sauver notre modèle social qu'on veut absolument sauvegarder au mieux, nous dit-on !
Exemple : le candidat Macron a inscrit dans son programme électoral : "Nous ne sommes pas naïfs. Nous savons bien que, dans la vie, on n’a rien sans rien et que tout progrès, personnel ou collectif, dépend de cet effort qu’on appelle le travail. Nous savons que le travail, lorsqu’il est pratiqué dans de bonnes conditions et correctement payé, est le moteur de la progression sociale".
C'est pour cela que désormais on peut licencier sans motif sérieux, sans contrôle et sans grand risque devant les tribunaux prud’homaux. Le CDI est devenu périssable.
Ainsi il n'y a plus, d’un côté des privilégiés en CDI et de l’autre, des précaires en CDD ou intérimaires. C'est ça la justice sociale aujourd’hui.
Et sur la même rengaine, à bas le statut des cheminots, des fonctionnaires, tous ces apparatchiks.
Tous égaux devant les licenciements, tous précaires soumis au pouvoir du chef, du directeur, de l'employeur, du patron.
Incroyable, c'est le retour de l’article 1781 du code civil de 1804 ?

Ça c'est de la réforme efficace ma bonne dame et ça marche pour tout :

- il n'y a pas assez de différence de revenus entre ceux qui vivent d'allocations et les travailleurs pauvres, baissons les allocations ; les très pauvres seront encore plus miséreux et les autres ne seront pas mieux lotis, mais au moins il y aura une vraie différence ;

- les chômeurs ne retrouvent pas de travail, durcissons leur contrôle pour suspendre leur indemnité voire les radier ; ça n'augmentera pas le nombre d'emplois disponibles mais ça pourra faire baisser les statistiques.
Socialement efficace : les retraités financent la baisse des cotisations des salariés.
Economiquement efficace selon la théorie du ruissellement : les plus riches bénéficient d'importants avantages fiscaux.
Désormais, la recette est : supprimer tout ce qui pourrait être avantageux pour certains, amener tout le monde jusqu'à un statut social minimal, le même pour tous et épargner les vrais nantis.
Mais ça ce n’est pas nouveau et donc pas étonnant, même si c’est pire que jamais.

En revanche voilà ce qui me sidère : non seulement beaucoup acceptent cette dégradation, mais en plus, souvent l'encouragent ; « retirez à tous les autres, tout ce dont nous ne bénéficions pas nous-même ». Ils approuvent la perte de droits pour autrui, évidemment tant qu'on ne touche pas aux leurs. (A mon avis parce que pour eux, revendiquer collectivement est dangereux ou non rentable individuellement).
Exemple : suppression de la garantie d'emploi des fonctionnaires. Même si cela ne rapportera rien de plus à personne.
Pourtant, ils devraient le savoir, la garantie d'emploi des fonctionnaires c'est d'abord l’intérêt et la protection des citoyens parce que la garantie d'emploi des fonctionnaires c'est la garantie d’un traitement égal de tous les français par l'état. En effet un fonctionnaire ainsi protégé peut résister aux pressions qu'il pourrait subir. Un juge, un policier ne plieront pas devant un puissant. Un enseignant ne se soumettra pas à une idéologie. Un fonctionnaire des finances, un douanier ne céderont pas à un riche. Etc.

Dans d'autres pays les accords obtenus par l'action syndicale ne profitent qu'aux syndiqués. En France ils profitent à tous, à ceux qui ont milité comme aux autres.
De tout temps le progrès social a été obtenu par la lutte de ceux qui, n'ayant que ce moyen de le conquérir, se sont battus et parfois au prix de beaucoup de sacrifices. Mais tous en ont profité donc.
On dirait une formule de propagande lue dans un tract. Pourtant ce n'est que le reflet de la stricte réalité historique.
Pour conclure, ne vous tirez plus une balle dans le pied : laissez agir ceux qui l’osent sans les discréditer parce que vous bénéficierez comme toujours de leurs succès éventuels.

 (*)
Loi relative au Travail des Enfants employés dans les Manufactures, Usines ou Ateliers.
LOUIS-PHILIPPE, Roi des Français, à tous présents et à venir, salut,
Nous avons proposé, les Chambres ont adopté, nous avons ordonné et ordonnons ce qui suit : Art.2.
Les enfants devront, pour être admis, avoir au moins huit ans. De huit à douze ans, ils ne pourront être employés au travail effectif plus de huit heures sur vingt quatre, divisées par un repos. De douze à seize ans, ils ne pourront être employés au travail effectif plus de douze heures sur vingt quatre, divisées par des repos. Ce travail ne pourra avoir lieu que de cinq heures du matin à neuf heures du soir.

Fait au palais des Tuileries, les 22 jours du mois de Mars, l’an 1841.


Moyenne des avis sur cet article :  4.05/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • Claude Simon Claude Simon 7 avril 21:43

    « En revanche voilà ce qui me sidère : non seulement beaucoup acceptent cette dégradation, mais en plus, souvent l’encouragent ; « retirez à tous les autres, tout ce dont nous ne bénéficions pas nous-même ». Ils approuvent la perte de droits pour autrui, évidemment tant qu’on ne touche pas aux leurs. (A mon avis parce que pour eux, revendiquer collectivement est dangereux ou non rentable individuellement). »


    La culture économique de notre peuple, sur son plus petit dénominateur commun est : le malheur des uns fait le bonheur des autres.

    En tant qu’anarchiste et donc défendant l’autogestion, à part facturer vos pertes directement sur le ticket de trains des députés, je ne vois pas trop.



    • picpic 7 avril 22:01

      L’absolu du capitalisme, c’est de vous vendre quelque chose sans valeur le plus chère possible !
      Donc...tout se dégrade...

      Prenez une boulangerie par exempl...le pain a t’il quelque chose à voir avec le pain d’il y a 30 ans ?
      Un croissant contient t’il encore du beurre ? de la même qualité qu’il y a 30 ans ?
      Etc...
      vos petits bonbons et chocolats d’antan n’ont absolument plus rien à voir avec ce qu’on vous vend aujourd’hui.

      je suis d’ailleurs toujours étonné quand je vois qu’on calcule l’inflation sur le panier de la ménagère...
      hors, si vous y réfléchissez...le panier de la ménagère d’il y a 30 ans n’existe tout simplement plus aujourd’hui...vous ne pouvez pas trouver des produits similaires pour comparer.

      Si vous voulez le panier de la ménagère d’il y a 30 ans...c’est impayable ! même si vous êtes un bobo VIP.

      Alors...oui, c’était mieux avant et sans aucun doute, demain ce sera pire, car la logique mercantile ne peut qu’amener à de tels résultats.


      • pipiou 7 avril 22:17

        « 

        C’était mieux avant, pour une fois c’est vrai ! »

        toutes les personnes en fin de vie disent ça depuis des siècles.


        • BAËSA 8 avril 18:17

          @pipiou
          Je ne suis pas dans la nostalgie du passé. Je dis simplement que le modèle social et les droits des salariés se dégradent de plus en plus après chaque « réforme » désormais appelée « transformation » par les gouvernants d’aujourd’hui.


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 7 avril 22:18

          Vous avez , a gauche , accepté libéralisme économique au nom de votre libéralisme sociétal .Demerdez vous !!!


          • JL JL 8 avril 08:18

            @Aita Pea Pea
             
             
             Ben voyons ! Dans cette posture vous faites exactement ce que énonce cet article.
             
             Vous savez bien que si les élections changeaient quelque chose, ça se saurait. La stratégie du patineur, vous connaissez non ? un pas à droite, un pas à gauche, et ça avance toujours dans le même sens.


          • Le421 Le421 8 avril 16:36

            @JL
            Sauf que depuis bien des années, c’est :
            Un pas à droite, un pas à droite !!


          • JL JL 8 avril 16:49

            @Le421
             
             on peut le voir comme ça aussi. Mais ce n’est ni vous ni moi qui nommons « politique de gauche » la politique menée par Macron Hollande et cie.


          • nono le simplet nono le simplet 8 avril 04:37

            petit oubli des avancées sociales, les congés payés en 1936 ...

            avancées sociales toutes issues de gouvernements de gauche au pouvoir ou de luttes sociales ou des deux ...

            • Le421 Le421 8 avril 16:35

              @nono le simplet
              Que les petits enculés de droite s’empressent de prendre plutôt deux fois qu’une !!

              Oh, non !! Vous comprenez, je suis de droite. Je suis contre les 35H. Mes RTT, j’en veux pas.

              Ben voyons...


            • Cadoudal Cadoudal 8 avril 16:59

              @Le421
              Il a déjà travaillé 35 heures une fois dans sa vie le Caudillo ?


            • colibri 8 avril 06:41
              Ne suis pas d’accord , nous sommes devenus un pays communiste ou la lutte des classe sévie encore au profit du salarié surprotégé , le côut du travail est trop important , personne ne peut embaucher sans que ca lui coute un bras , même pas l’Etat .

              Il y a déséquilibre aux dépens des patrons , des entreprises , même des particuliers :dans les années 60 les familles de classe moyenne avaient une cuisinière , des employés des maison , qui ne vivaient pas plus mal qu’aujourd’hui , cette manne d’employeurs a disparu , la faute au droit du travail qui favorise les salariés , qui du coup ont fini par scier la branche sur laquelle ils sont assis :
              personne pour les embaucher .

              Le salariat va finir par disparaître comme a disparu le communisme en Russie et ses mirages ) au profit de l’entreprenariat individuel , la gauche par idéologie déconnectée des réalités, a trop tirée sur la corde des avantages sociaux ...

              • JL JL 8 avril 08:21

                @colibri
                 
                 ’’manne d’employeurs’’
                 
                 smiley
                 
                 Vous êtes un comique, pas vrai ?
                 
                 ps. La famille des classes moyennes qui avait avait une cuisinière et, des employés des maison, c’est pas mal non plus ! Vous viviez à Tombouctou ?


              • #Shawford #Shawford42 8 avril 08:25

                @JL

                Ou à Toctoucau !? smiley smiley (?)

                🙅🏼‍♀️🙅🏻‍♂️🙂🙃🤣🤪


              • Le421 Le421 8 avril 16:33

                @colibri
                personne ne peut embaucher sans que ca lui coute un bras

                Attendez quelque temps. L’esclavage sera la dernière étape.
                Pour parler comme ça, je ne doute pas que vous serez du côté du fouet.

                En 42, on avait des bons français dans la police allemande, des petits revanchards cocus et frustrés...  smiley


              • Robert Lavigue Robert Lavigue 8 avril 16:39

                @Le421

                En 42, on avait des bons français dans la police allemande, des petits revanchards cocus et frustrés...

                En 2018, on a Le421 et la bande à Benitoto... D’autres petits revanchards cocus et frustrés...

                Qu’est-ce qu’il racontait déjà Marx ? Ca y est, j’ai trouvé :
                "tous les grands événements et personnages historiques se répètent pour ainsi dire deux fois […] la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce."


              • Le421 Le421 8 avril 18:13

                @Robert Lavigue
                J’ai visé, j’ai tiré et... A priori, j’ai touché dans le mille !! smiley


              • BAËSA 8 avril 18:39

                @colibri
                Même les politiciens de droite prétendent œuvrer pour une société juste où chacun peut vivre de son travail, patron, artisans, salariés et tous les citoyens même les capitalistes, actionnaires et autres
                 Pour cela il faut des règles qui équilibrent les droits de chacun compte tenu que leurs intérêts divergent. On s’en fout qu’il y ait des milliardaires pourvu qu’il n’y ait plus de pauvres dont le seul espoir est de survivre.
                Par exemple pour que les pauvres ne meurent pas faute de pouvoir se payer les traitements nécessaires, on a créé la sécurité sociale financée par tous les travailleurs mais aussi tous les citoyens avec la CGS.
                Après si l’idée c’est que chacun se débrouille pour sauver sa peau, il n’y aura plus beaucoup de consommateurs capables de maintenir leur niveau de vie et cela tuera le commerce, les artisans, les patrons, faute de clients.


              • colibri 8 avril 20:59
                @BAËSA
                Le problème est que malgré les « avancées » socialistes de redistribution ,il n’y a jamais eu autant de misère et de pauvres dans les rues , c’est donc que le socialisme ne fonctionne pas , car il n’y a plus personne pour entreprendre .Ce sont les entrepreneurs qui créent la richesse , 

                redistribuer oui mais pas assister , or il y a trop d’assistanat trop de gens qui profitent ,
                Dans mon travail je fais du social , je vois de tout et des cas sociaux toute la journée , ils prolifèrent de père en fils au dépens de la société , c’est donc que le système qui encourage la paresse est mauvais .

                Vous parlez de la SS , trouvez normal que les 40 % de contribuables qui la finance en majorité n’en profitent pas car eux ils doivent payer ? alors que c’est tout gratuits pou les CMU at autres ...
                je vois des étrangers et des familles d’assistés qui ont tout gratuit alors que des retraités , souvent des veuves qui ont été commerçantes et ont bossées toute leur vie doivent vendre leurs bijoux pour se faire soigner les dents ou avoir des lunettes ou des prothèses auditives ...ce n’est pas ca la justice .
                Les professions libérales , les artisans , les agriculteurs sont sacrifiés par rapports aux salariées qui gagnent beaucoup plus qu’eux en bossant moins et avec plus d’avantages (certains agriculteurs touchent 500 € par mois) , alors qu’avant ils embauchaient ; ils sont capables de créer des richesses et des emplois , 
                trop de social tue le social , car un jour il n’y a plus personne pour payer , les entrepreneurs français sont exsangues , alors détricoter les avantages des salariés ne peut qu’aller dans le bon sens et permettre de fluidifier le monde du travail .

                Avant c’était mieux oui , jusqu’aux années 70 , les gens avaient un budget santé et payaient leurs opérations , faire tout gratuit ce n’est pas bon ;

                Je suis issue de milieu paysans , mes deux grands mère ont été placées comme bonne à tout faire , comme c’était l’usage dans les familles pauvres avec une nombreuses fratries (10 enfants ) .L’un s’est mariée avec un immigré espagnol sans le sou , et bien sans alloc ni aides mais en bossant ils s’en sont sortis, parce qu’à l’époque c’était encore possible (il n’y avait pas l’URSSAF ni les charges ), ils travaillaient sur les marchés comme employé pour un primeur , petit a petit ils ont économisé et emprunté et ils ont acheté un camion pour livrer , et ce sont installés comme marchands de légumes , ils bossaient tout le temps mais ils étaient surement plus heureux que beaucoup de gens d’aujourd’hui .Ensuite ils ont tenu un restaurant routier après la guerre .Une arrière grand mère placée aussi comme bonne a commencé à vendre des boutons sur les marchés , elle a fini avec une mercerie avec des employés , elle a pu s’acheter une maison et financer un commerce pour son fils , sans avoir été assistée .Il n’y a jamais eu aucun salarié dans ma famille , les oncles et tantes de mes deux familles pauvres ont toujours été travailleurs libéral :café , restaurateur , infirmière ..en bossant 60h par semaine et en cultivant leur jardin , leur légumes , et bien ils n’ont jamais compté sur les autres ni aides sociales .Maintenant ce n’est plus possibles pour ces gens là de survivre , ni d’embaucher , les salariés ont trop d’avantages , il est temps que le mouvement s’inverse ..

              • Dzan 9 avril 11:13

                @JL
                Colibri, chante l’air à la mode Merdef !


              • BAËSA 9 avril 22:36

                @colibri
                C’est incroyable de penser que les salariés sont la cause des difficultés des petits commerçants, artisans, agriculteurs.
                Vous ne savez pas où part l’argent ? 5% de la population mondiale en possède autant que tous les autres réunis.
                Les salariés et tous ceux qui ne font pas partie des richissimes nantis ont les mêmes intérêts que ceux dont vous parler.
                N’oubliez pas que l’intérêt premier de ceux-ci, c’est d’avoir des consommateurs dont la plus grande partie fait partie des salariés.
                Une civilisation moderne devrait permettre à chacun de vivre dignement de son travail.
                Vous vous trompez de responsables en vous en prenant aux salariés.
                Les coupables sont ailleurs et vous feriez bien de vous joindre à ceux qui essaient d’en obtenir quelque chose pour le bien de tous.


              • colibri 9 avril 23:10
                @BAËSA
                Ou ai-je dit que les salariés était cause de quoique ce soit ?? C’est le système de prélèvement sur les salaires , les charges , donc le cout du travail qui est trop élevé , la majorité des salariés n’en sont pas la cause , c’est l’état qui prélève trop .’.
                Il y a trop de prélèvement et trop de redistribution et de gabgie 

              • BAËSA 10 avril 11:57

                @colibri
                L’état ne prélève rien du tout. Ce sont des cotisations, du salaire différé. L’argent collecté ne va pas au budget de l’état. L’état ne gère pas la sécurité sociale ou plutôt les sécurités sociales, celles des artisans, des indépendants, des salariés, des fonctionnaires, etc.
                Si la couverture maladie, accident du travail, retraite n’était pas assurée par ces cotisations et la CSG (en principe pour celle-ci), chacun devrait financer individuellement cette protection. Un peu comme pour les complémentaires santé qui ne sont pas toutes des mutuelles d’ailleurs et qui déjà coutent très cher, 110 euros par mois en ce qui me concerne. Vous imaginez le coût réel pour chacun sans la sécurité sociale ?
                Aux Etats Unis ce sont des compagnies privées qui assurent les résidents. Savez-vous que la plupart imposent une franchise avant de commencer à rembourser des soins ? Elles imposent aussi un plafond de remboursement : quand vous l’avez atteint, elles arrêtent de vous prendre en charge. Et le poids de la protection sociale dans le PIB est beaucoup plus important qu’en France. Et il est entièrement supporté par les habitants, un peu moins depuis l’Obama care que Trump veut supprimer.
                Essayez de fonder vos opinions sur des données objectives, sur des informations vérifiées. Avec internet maintenant, c’est facile de les trouver.
                Dernière chose, il n’y a pas que 40% de citoyens qui financent les sécurités sociales : déjà tous ceux qui ont un emploi plus tous les autres avec la CGS.


              • bob14 bob14 8 avril 08:25

                ben..oui...mais les peuples sont trop stupide pour s’en apercevoir...


                • #Shawford #Shawford42 8 avril 08:30

                  @bob14

                  Tu m’y inclus, mes allié.e.s & moi, Quiche Squaw ?


                • J’ai une autre hypothèse. Le passé n’était pas mieux. Simple illusion d’optique (Johnny Hallyday est l’exemple parfait de cette illusion-désillusion). Aujourd’hui, les cadavres remontent à la surface,...évidemment, cela fait mal.


                  • L'enfoiré L’enfoiré 8 avril 09:39

                    Être nostalgique, regretter le passé est une perte de temps tant qu’on a pas encore trouver la machine à voyager dans le temps.


                    • bob14 bob14 8 avril 10:30

                      @L’enfoiré.....en effet pas de regrets pour les autoroutes vendus aux privés... smiley


                    • #Shawford #Shawford42 8 avril 10:32

                      @bob14

                      Matricule/mdp/Univers !

                      Schnell / Schnell !


                    • BAËSA 9 avril 22:39

                      @L’enfoiré
                      Le titre de l’article est peut-être mal choisi.
                      Je ne suis pas dans la nostalgie du passé. Je dis simplement que le modèle social et les droits des salariés se dégradent de plus en plus après chaque « réforme » désormais appelée « transformation » par les gouvernants d’aujourd’hui.


                    • arioul arioul 8 avril 12:40

                      Article de gauchiasse , qui ne voit pas que le monde évolu autour de lui. Certainement un assisté.


                      • Le421 Le421 8 avril 16:31

                        @arioul
                        Partout le facho de service...


                      • BAËSA 8 avril 18:43

                        @arioul
                        Assisté, non.
                        Je suis retraité après avoir été cadre dirigeant.
                        Gauchiasse ? Je suis simplement humaniste et solidaire comme d’autres sont chrétiens.


                      • colibri 8 avril 20:01
                        @BAËSA
                        cela se voit que vous êtes de gauche , style lutte des classes

                      • BAËSA 9 avril 12:17

                        @colibri
                        Humaniste comme Rousseau, Voltaire, Hugo, Zola, Camus, Sartre, Jésus et bien d’autres.


                      • colibri 9 avril 21:12
                        @BAËSA
                        tous des gaucho sauf Jésus , qui n’était pas humaniste au sens ou on l’entend actuellement , 
                        mais comme l’entendait Pic de la Mirandole, et qui n’est pas du sentimentalisme ni de l’assistanat , 

                      • BAËSA 10 avril 12:03

                        @colibri
                        Vous avez lu Pic de la Mérindole ! Alors là, chapeau. Vous savez qu’il n’était pas français et que pendant quelques années il a été un migrant en France.


                      • colibri 15 avril 17:56
                        @BAËSA
                        Ce n’est pas le problème d’être immigré c’est le problème de l’argent d’abord :les migrants riche comme lui sont bienvenus partout , et du nombre ensuite :trop de migrants d’une même éthnie et culture détruisent l’identité du pays d’accueil .
                        Mon grand père espagnol est devenue français de culture il ne fréquentait pas les espagnols pour faire bande à part et recréer un quartier espagnol en France .

                      • popov 8 avril 14:32

                        @BAËSA

                         
                        Bonjour
                         
                        Avant, il y avait le spectre de l’URSS qui faisait peur au patronat et l’encourageait à faire des concessions.
                         
                        Depuis la chute de l’URSS, la part des bénéfices réalisés par les entreprises et redistribuée aux salariés n’a cessé de diminuer au profit de la part qui va aux actionnaires.
                         
                        On vous dira que si les actionnaires ne font pas assez de bénéfices en France, ils iront investir ailleurs. Et c’est ce qu’ils feront effectivement puisque le capital n’a plus de frontières.
                         
                        Le pire est à venir. De plus en plus, les travaux répétitifs seront réalisés par des robots. Les Chinois (pour ne citer qu’eux) seront parfaitement aussi capables que les Français de produire ces robots. Où ira la production ? Dans les pays qui prélèveront le moins de taxes sur le travail de ces robots. La France ne sera pas très attractive pour les investisseurs car elle devra prélever beaucoup de taxes pour payer les foultitudes de gens sans compétences et à faible QI qu’elle importe par centaines de milliers chaque année et qui pour la plupart seront, ainsi que leur descendance, des assistés à vie.

                        • BAËSA 8 avril 18:53

                          @popov
                          Je comprends le début de votre commentaire.
                          Ensuite : "La France ne sera pas très attractive pour les investisseurs car elle devra prélever beaucoup de taxes pour payer les foultitudes de gens sans compétences et à faible QI qu’elle importe par centaines de milliers chaque année et qui pour la plupart seront, ainsi que leur descendance, des assistés à vie« .
                            »Des gens sans compétences et à faible QI qu’elle importe" ?
                          Vous voyez ça où ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Alain Alain


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès