• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Cameroun : à quoi servent ces agrégés d’universités ?

Cameroun : à quoi servent ces agrégés d’universités ?

 

A vivre dans les dédales où nous confinent nos agrégés d’universités, aux titres aussi ronflants que vides, l’issue d’une lisibilité, voire d’une sortie de la nuit crépusculaire tend à s’éloigner. Que valent leurs paroles de nos jours ? Tous ou presque, ont abandonné leurs missions fondamentales, qui sont celles de transmettre le savoir, les valeurs. En somme, leur destin est celui de façonner des têtes bien faites. Les gardiens du savoir ont dévalorisé ce noble et grand métier. Les enseignants ne sont plus adulés, respectés, considérés. Ils n’ont qu’une chose en tête, s’emparer du pouvoir. Et souvent par des raccourcis qui frisent la démence. Qu’ont-ils fait pour changer notre quotidien ? Rien.

Que savent-ils faire ? Bavarder, discourir, parlementer. Que veulent–ils démontrer ? Qu’ils savent. Mais ils savent quoi ? Tout, sauf se remettre en question. Que vaut aujourd’hui leur voix ? Dans la mythologie, leur parole est comme la voix d’Orphée au pouvoir enchanteur, qui fut brisée par la fureur des Ménades. Les agrégés d’universités, ou si vous voulez les «  intellectuels » ont perdu l'éclat de leur parole. Ahurissante constatation, à l’heure de la prolifération des médias, à l’heure où tous les canaux de l’information ont décuplé. Étant devenus politicards et rhéteurs, leur mode de communication est usé, défraîchi, amoché. N’ayant aucun projet de société à proposer, et ayant presque tous contribué au maintien au pouvoir de Paul Biya, leur antienne est le tribalisme. Ils sont devenus des vendeurs de haine. Pitoyable !

Les professeurs et la politique

Depuis quelques temps, ils fanfaronnent, sont dans leurs lubies et rêveries : Ils sont candidats à l’élection présidentielle… S’ils ne le sont pas, ils sont les commerçants de la haine, de la mort, du déclin de leur propre pays. Ceux des professeurs qui concourent à la magistrature suprême, comme Maurice Kamto ont d'ailleurs mauvaise presse : Mots creux, langage technocratique et fumeux, parole démonétisée et désacralisée ...

J’avais beaucoup d’admiration pour Maurice Kamto, que je trouvais pondéré, apolitique, mais surtout son investissement dans les médias me fascinait. Depuis qu’il a accepté de composer avec ce régime despotique du RDPC, sa collaboration m’a scié. Je suis resté sans voix. Scotché, j’ai compris que nos intellectuels sont des traîtres. Autant je lui trouve des qualités, mais autant je trouve inopportune et abjecte sa candidature. N’en déplaise à sa horde de fanatiques. J’ai encore plus de nausée, quand je vois l’outrance et la violence des agents du RDPC, qui sous le couvert de le défendre de manière grossière et maladroite, l’enfoncent bien au contraire. Encore du gâchis !

Sur le plan opérationnel, Je suis quand même surpris qu’on lui trouve une virginité, et pourtant que cet exégète de droit, défend becs et ongles un des pires régimes autocratiques du continent africain, celui de la Guinée équatoriale. La Guinée équatoriale est un fief familial, où trône depuis 40 ans un putschiste du nom d’Obiang Nguema, qui assassina son cousin Macias Nguema pour s’emparer du pouvoir. Son fils héritier putatif, est sûr d’assurer la succession dynastique de son père. Ce régime despotique et népotique est poursuivi pour des biens mal acquis.

Rions ! Monsieur Kamto a oublié de saisir lorsqu'il était ministre la cour suprême, qui siégeait en tant que Conseil constitutionnel , pour que soit appliqué l'article 6 de Constitution camerounaise sur la déclaration des biens : et lui même avait omis à cette période de déclarer les siens.

Monsieur Kamto, avait oublié de s’insurger contre la révision de la Constitution scélérate de 2008, qui pérennisait Biya au pouvoir. On espère qu'il a retrouvé ses esprits.

Monsieur Kamto défend le régime d'Obiang Nguema qui est un des plus xénophobes d'Afrique, tous les jours des filles camerounaises sont violées par les autorités équato-guinéennes ; tous les jours leurs marchandises sont pillées par les équato-guinéens ; tous les jours les Camerounais sont expulsés comme des chiens de ce pays...Pourquoi ne pas saisir l'ONU et la CPI pour ces violations flagrantes des droits humains ?

Monsieur Kamto n'était pas mal à l'aise lorsqu'on emprisonnait sans vergogne : Atangana Mebara, Inoni Ephraïm, Siyam Siwe, etc.

Monsieur Kamto, n'a pas pu diligenter une enquête sur la mort du journaliste Bibi Ngota, lui qui est promoteur de journaux.

Enfin, pourquoi Kamto ne s'était-il pas insurgé contre l'embastillement d'Yves Michel Fotso au Secrétariat d’État à la défense (SED) ; et,pourquoi n'avait -il pas saisi les instances internationales sur l'état maladif de nos prisons ? En tout cas, le Professeur agrégé ès droit, a oublié que c'est l'exemple qui fait la leçon et que nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude.

Le job pour la famille Obiang Nguema,fut-il bien rémunéré, a terni l’image de la personne soi-disant porteuse d’espoir et de changement. Encore un rêve de brisé. Ah, l’argent est un bon ami, mais un mauvais maître !

L’autre catégorie de professeurs vendeurs de haine et d’illusion est cette catégorie d’homme qui cherche une reconnaissance sociale, on dirait qu'ils ont une libido mal accomplie et des refoulements en cascade. Ils sont en constante lévitation, tels des nénuphars, ils prospèrent dans la bêtise. En tout cas, vu leurs propos et implications dans certains conflits, jamais de la vie, ils n’enseigneraient dans plusieurs pays occidentaux. Avec ce que j'ai lu dans les réseaux sociaux, ces enseignants de pacotille seraient radiés de l'éducation. Ils seraient même interdits de s'approcher de tout milieu qui s'apparente à la jeunesse et à la formation .

Sur le plan académique vu ce qu'ils étalent sur toile, on se demande comment ils ont fait pour acquérir leurs diplômes, tant leur prose est glauque et désuète. Certains d'entre eux se réclament être des hommes de Lettres :écrivains !Sur le plan littéraire, leurs écrits éculés, touffus et moribonds, n’ont rien à voir avec la littérature, comme celle que nous avons aimée chez les Calixte Beyala, Mongo Béti, Leonora Miano.

Négationnistes, révisionnistes et ignorants, ils se saisissent de tous les sujets, avec une mauvaise foi congénitale. Ils sont exubérants dans l’injure et l’invective ; leurs suiveurs et fanatiques sont comme eux , égarés !

Aimé Mathurin MOUSSY

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Milka Milka 14 juin 16:26

    ’ Négationnistes, révisionnistes et ignorants ’

    Faites excuses l’auteur, mais en France les révisionnistes et les négationnistes ne sont pas ignorants !  smiley

    Autrement, Aimé Mathurin Moussy, nous avons les mêmes problèmes ici avec nos agrégés désagrégés et nos professeurs de faculté, qui ne les ont plus leurs facultés !  smiley 


    • microf 15 juin 10:05
      Propos Du *Mpodol Ruben Um Nyobe*

      " Je ne peux accepter en l’état, une prise du pouvoir dans le seul soucis de protéger les intérêts du colon tout en trahissant, le pacte patriotique et républicain qui lie tous les fils de notre cher pays ceci par la dissolution pure et simple du nationalisme.  Le faisant, le peuple Bassa dont je suis issu jouira alors de tous les privilèges du colon mais qu’adviendra t-il des autres membres de notre collectivité ?  Je ne peux l’accepter, car ceci ne fait pas partie de la destinée prophétique de notre cher et beau pays.  En effet, comme le veut le Cameroun mystique et profond, le premier règne ira chez les longues robes ( *Grand Nord*) leur règne sera long.  Ensuite, viendront les feuilles de manioc ( *Grand Betis*), leur règne sera plus long que celui des longues robes. Il y aura beaucoup de souffrance en cette période, beaucoup de désordre.  On vous vendra des vêtements, de la nourriture et bien d’autres choses dans les maisons, mais il n’y aura pas d’argent pour en acheter.  Il y aura une faiblesse remarquable du pouvoir d’achat des citoyens, la misère sera ambiante et quelques privilégiés du système de prévarication mis en place auront droit au soleil, ce qui créera un profond malaise social. De ce malaise social, émaneront des marres de sang, créant de brefs affrontements fratricides.  Malheur à ce moment pour ceux qui seront dans les métropoles.  Puis apparaîtra aux yeux de tous, celui qui viendra restaurer le développement durable, la souveraineté de notre Nation pour laquelle nous posons ici les jalons.  Cet homme providentiel qui viendra de nulle part ( *Non pas de l’establishment politique*), *Viendra du ventre de l’oiseau (de l’avion), il sera, vêtu d’un court pagne blanc, tenant un chasse mouches, jeune, philosophe, intellectuel, magicien et polyglotte. * *Aimé et accepté par tous, il conduira alors notre grande nation dans la concorde vers des lendemains radieux" *

      Entretien du *Mpodol Ruben Um Nyobe* en 1957 Avec *Msgr Thomas Mongo.*

      Journaliste : *Victor Esso Tiki*

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès