• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Cameroun : Les Monologues ...

Cameroun : Les Monologues ...

 

Dans les années 90, une pièce de théâtre a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Les Monologues du vagin d’Eve Ensler. Ce fut aussi un bestseller en librairie. On peut faire du théâtre même avec l’intimité féminine. On peut tout banaliser et rire de tout. La politique fait partie aujourd’hui du comique. Le show est gratuit. Souvent au grand dam du peuple.

Le palais des congrès de Yaoundé, est devenu la Commedia dell’arte. A l’affiche est inscrit en gros caractère : L’apostasie. Où, l’immonde est joué en avant-première. Le spectacle est mortifère. Il faut s’accrocher sur son siège pour ne pas faire un infarctus. L’acteur est Paul Biya. Il a eu un Golden Globes de l’épouvante, pour ses œuvres depuis 1962.

L’UC-UNC-RDPC, sont comme ces vieilles stars du showbiz des années 60. Ces chanteurs qui n’arrêtent jamais leur tournée pour exister, et exister encore. Cette envie d’exister est plus forte qu’eux, malgré l’usure et le temps qui les ont relégués au passé. Ce gouvernement a franchi la ligne rouge, avec cette farce qui va plonger le Cameroun dans le noir. Nous partageons confusément le sentiment que le lien entre les Anglophones et l’Etat s’est abîmé définitivement. Des voix s’élèvent déjà à peine les travaux commencés : Paddy Asanga, Akere Muna, etc.

 

 Une énième trahison de Ngute-Biya

 

Tout le monde aimait Dion Ngute. Aujourd’hui, c’est lui le problème. Tant qu’il était ce joyeux premier ministre, cette naine tige dégingandée, qu’on trimballait dans les salons de la primature, pour serrer les mains aux premiers venus, sous l’œil des caméras des télévisions. Ou, dans les villages du Sud-ouest et du Nord-ouest, pour s’ébaubir de son hilarité et de son style vestimentaire, surtout ses talonnettes. Il faisait l’unanimité. Qu’il était romantique.

Le voici dans une pièce de théâtre, un jeu de rôle où des équipes avec des sommes sonnantes et trébuchantes, ont invité des supplétifs, pour tuer symboliquement le Cameroun. Biya est engagé dans des courses-poursuites qui vont se terminer aux municipales et législatives de 2020. Pour tromper les Camerounais, il va leur demander de lui octroyer une majorité à l’Assemblée nationale, pour que celle-ci entérine les propositions du dialogue national, qu’il aura enterré dans sa moumoute.

       Congrès du Rdpc 

Dès lors qu’un parti politique a un statut spécifique, il tend à occuper tout l’espace. C’est le cas du parti-État, le Rdpc. Le mélange des genres est mortel, pour des questions substantielles qui engagent la vie de la Nation. Ce dialogue est une affaire symbolique qui vise à préempter un champ politique. On sait que toutes les batailles politiques sont des batailles pour l’hégémonie. Dans le cas d’espèce, il s’agit de clarifier les lois : Sur la culture, la justice, l’exécutif, les institutions. Le Rdpc étant hégémonique au Cameroun, il se dit que c’est de son côté que souffle le vent. Donc, il peut ramener qui il veut, et faire ce qu’il veut, au nom du parti-État. Pour préparer les futures échéances électorales. Cette fois-ci, la salle de spectacle est minée par la variole. Ils auront des pustules.

 

Aimé Mathurin MOUSSY


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Yanleroc Yanleroc 3 octobre 10:13

    Au Cameroun, se trouvent les Cameruineuses !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires