• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Cancer : cette vie qui se souvient, elle, tandis que nous ne faisons, nous, (...)

Cancer : cette vie qui se souvient, elle, tandis que nous ne faisons, nous, que tout oublier…

Sans plus tarder, pour traiter du cancer, je vais me tourner vers ce que l’on appelle une « autorité scientifique ». En l’occurrence, il s’agira de François Jacob, prix Nobel de physiologie ou médecine en 1965.

Dans son célèbre ouvrage, La logique du vivant – Une histoire de l’hérédité (Gallimard 1975), il écrivait (pages 335-336) :
« Comprendre le cancer, c’est accéder à la logique du système qui impose aux cellules les contraintes de l’organisme.« 

Autrement dit, la viabilité du corps (humain, tout particulièrement) exige que tout ce qui se développe en son sein réponde à un système d’information dont l’efficacité devra s’étendre jusqu’à l’infiniment petit, sous peine de voir des processus se mettre en place et se développer aux dépens peut-être de la survie de cet organisme dans son entier : on sait que c’est là le rôle que se donne le cancer.

Nous allons voir maintenant que François Jacob (photographie jointe) lui-même évoque deux systèmes de discours qui se développent dans un certain parallélisme, et qui viennent briser la chaîne des processus que nous dirons simplement mécaniques :
« Les deux points de rupture de l’évolution, l’émergence du vivant d’abord, celle de la pensée et du langage plus tard, correspondent chacun à l’apparition d’un mécanisme de mémoire, celui de l’hérédité, celui du cerveau. » (page 11)

Autrement dit, dans chacun des deux systèmes, il doit y avoir conservation et même accumulation de l’information qui permettra ensuite la perpétuation à la fois de l’espèce (humaine) dans sa structure physique et dans l’ensemble des processus organiques et mentaux qui lui permettront de persister un certain temps dans cette situation particulière que nous appelons la vie, pour ensuite la transmettre selon le double registre du vivant et du pensé…

Avec François Jacob, penchons-nous maintenant sur ce que nous laissons constamment derrière nous sans jamais y penser :
« On ne rencontre, sur cette terre, aucun organisme, fût-ce le plus humble, le plus rudimentaire, qui ne constitue l’extrémité d’une série d’êtres ayant vécu au cours de deux milliards d’années ou plus. Aucun animal, aucune plante, aucun microbe qui ne soit un simple maillon dans une chaîne de formes changeantes. » (page 146)

Nous pouvons lire la suite en songeant un peu plus étroitement à cette étrange condition « humaine » qui est nôtre :
« À tout être vivant aboutit inévitablement une histoire qui ne représente pas seulement la suite des événements auxquels ont été mêlés ses ancêtres, mais aussi la succession des transformations par quoi s’est progressivement élaboré cet organisme. » (page 146)

C’est à cette mémoire-là, en quelque sorte, que le cancer choisit de faire la sourde oreille, et nous avec lui… peut-être.

Clic suivant :
Faut-il vraiment répondre au cancer rien que par la guerre totale ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Christian Labrune Christian Labrune 11 septembre 11:07
    à l’auteur,

    Les dernières avancées remarquables dans le traitement des cancers, comme dans pas mal d’autres domaines de la recherche fondamentale, nous viennent d’Israël. Il y aurait trop d’articles à citer, mais on pourra en trouver quelques-uns en consultant cette page de Google :


    • njama njama 11 septembre 11:11
      Bonjour Michel J. Cuny

      Il s’agit bien là de la réflexion d’un généticien.

      Personnellement peu convaincu de cette approche, je situerais davantage le cancer comme conséquences d’atavismes toxiques, mal nutrition par exemple, tabagisme, pollutions chimiques ou nucléaires, ... que dans une filiation héréditaire génétique, ce qui ferait qu’effectivement dans cette logique le cancer s’en fout pas mal de notre histoire comme de nos ancêtres.

      Tout au plus, l’hérédité ne peut que produire des complexions fragiles, jamais vraiment constantes dans une fratrie, une famille, lesquelles rendraient certaines personnes plus susceptibles d’être atteinte d’un cancer.
      Mais lequel au juste, car il y en a toute une panoplie, le crabe est multiforme.

      • Michel J. Cuny Michel J. Cuny 11 septembre 11:39

        @njama
        Bonjour njama,
        Et cependant « tabagisme, pollutions chimiques ou nucléaires » font également partie de notre histoire comme de celle de certains de nos ancêtres... Ou je me trompe ?...



      • njama njama 11 septembre 11:57
        @Michel J. Cuny

        non pas d’erreur, ces avatars toxiques font bien partie de l’histoire humaine, j’en conviens.
        Par contre la connexion entre la biologie et l’anthropologie me paraît douteuse, question d’échelle dans le temps plus que dans l’histoire de l’humanité qui ne compte que quelques millénaires.
        Je confesse ne pas être adepte du darwinisme.

      • Christian Labrune Christian Labrune 11 septembre 12:28
        @njama

        Il y a un problème éthique qui va se poser avec de plus en plus d’acuité aux palestinomanes du BDS lorsqu’ils seront atteints d’un cancer. Beaucoup de traitements sont actuellement mis au point en Israël ; je pense en particulier à celui du mélanome dont les métastases conduisent toujours assez rapidement à la mort (voir lien plus bas). Un partisan du BDS pourra-t-il avoir recours à des traitements made in Israël ? Déjà, dans l’appareillage médical (IRM, scanner, etc.) beaucoup de composants du hard comme du soft viennent de là-bas et ces sortes d’examens lui sont donc irrémédiablement interdits. Que faire en pareil cas ? Recourir aux médecines parallèles ? A l’homéopathie ? Peut-être un voyage à Lourdes, ou quelque circumambulation à la kaaba ?

        https://www.rtl.be/info/magazine/sante/cette-decouverte-scientifique-israelienne-sur-le-melanome-pourrait-revolutionner-son-traitement-845578.aspx

      • njama njama 11 septembre 12:48

        @Christian Labrune

        "Les dernières avancées remarquables dans le traitement des cancers... nous viennent d’Israël."
        J’ai vu, en suivant votre lien, le test à 20.000 shekels (4.800 €) ... une panacée ? derrière les promesses, on ne sait pas encore, mais un prochain blockbuster de bansksters assûrement, le marché est mondial.
        Je ne pense pas que les palestiniens pourraient se l’offrir, ni forcément que IRM, scanner, chimio soient les solutions miracles. Marchent-elles mieux qu’un voyage à Lourdes, que quelques circumambulations à la kaaba ou lamentations à Jérusalem ?

      • foufouille foufouille 11 septembre 14:16

        @njama

        tu as toujours été aussi malade de la tête ?


      • Christian Labrune Christian Labrune 11 septembre 14:26
        Je ne pense pas que les palestiniens pourraient se l’offrir, ni forcément que IRM, scanner, chimio soient les solutions miracles. Marchent-elles mieux qu’un voyage à Lourdes, que quelques circumambulations à la kaaba ou lamentations à Jérusalem ?
        ================================
        @njama

        En tout cas, ce n’est pas ce que pensent tous les Palestiniens. Abou Mazen, par exemple, a souvent eu recours pour lui-même comme pour son épouse, aux hôpitaux israéliens. Ismaîl Haniyeh a lui aussi envoyé des proches se faire soigner en Israël, ce qui suppose, alors qu’il menace quotidiennement ses voisins de les exterminer en masse, qu’il leur fasse quand même une sacrée confiance !

        Je vous accorde que ces deux-là, grâce aux « aides » reçues des pays européens et de beaucoup d’autres, et dont ils ont détourné à leur profit une très grande partie, sont désormais à l’abri du besoin, et probablement pour plusieurs générations. Il peuvent donc se soigner si besoin est, sans regarder à la dépense : l’Europe paiera.

      • Christian Labrune Christian Labrune 11 septembre 17:45
        Je ne pense pas que [...] IRM, scanner, chimio soient les solutions miracles. Marchent-elles mieux qu’un voyage à Lourdes, que quelques circumambulations à la kaaba ou lamentations à Jérusalem ?
        ===============================
        @njama

        Vous avez tout à fait raison : on n’a encore jamais été témoin d’un seul miracle dans les hôpitaux, même l’hôtel Dieu ; pour voir ça, il faut se rendre à Lourdes dont plus de 99% des aveugles, des paralytique et des cancéreux (je le pense, je n’ai pas les chiffres en tête) reviennent définitivement guéris.
        Quand j’ai quitté mon Berry natal, il y a bien un demi-siècle, on y trouvait encore des rebouteux qui guérissaient très efficacement les entorses, les brûlures, l’islamisme, le cancer, et même aussi la variole, la tuberculose et la peste bubonique. Malheureusement, leur talent était tel (et on venait de très loin pour les consulter) qu’à cause d’eux toutes ces maladies ont fini par disparaître complètement.

      • JL JL 11 septembre 11:17
        Je n’ai jamais très bien accepté ce concept freudien de pulsion de mort.
         
         Mais je pense qu’il serait intéressant d’en parler dans ce contexte.

        • Michel J. Cuny Michel J. Cuny 11 septembre 11:41

          @JL
          Vous avez mis le doigt sur quelque chose de très sensible...
          que je traiterai dans la continuité de ce livre...
          https://livrescunypetitdemange867999967.wordpress.com/2018/06/27/22-freud-et-lacan-a-quoi-bon-tome-1-1ere-edition-2018/


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 septembre 11:32

          Un cancérologue m’a dit clairement : le cancer est le plus grand biznessdu monde médical. Nous portons tous des cellules cancéreuses qui se développeront ou non. Les détecter creuseraient un gouffre énorme dans la sécurité sociale. Le cancer a ce paradoxe d’être lui-même un cancer. Le problème, c’est que nous vivions au 20 ème siècle et que nous n’avons plus simplement le droit de mourir, parce ce serait un échec pour la médecine. DE ce point de vue là, la vie de nos ancêtres était plus logique. quand l’heure était arrivée, il ne fallait pas la contrarier. Par contre, nous serions étonnés du pouvoir de l’inconscient pour pincer le cancer entre les deux pinces du crabe comme le fit Mitterrand. Une force plus grande l’a maintenu en vie. 


          • Michel J. Cuny Michel J. Cuny 11 septembre 11:43

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
            Merci pour ce commentaire qui me semble très pertinent.


          • njama njama 11 septembre 11:52

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            Une force plus grande l’a maintenu en vie.

            avec l’aide de thérapies parallèles, celles de Jean Solomidès, celles de Mirko Beljanski
            l’un et l’autre ostracisés et persécutés par les gardiens de l’académisme

          • njama njama 11 septembre 23:01
            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
            comme le fit Mitterrand. Une force plus grande l’a maintenu en vie.

            Sans dénier qu’il était animé sinon d’une grande force morale, du moins d’une grande cohérence existentielle et intellectuelle qui lui ouvrait d’avoir une volonté assez inflexible,...

            Le Conseil de l’Ordre des médecins, crée sous le régime de Vichy par la loi du 7/10/1940, a pour mission d’élaborer et d’appliquer un code de déontologie. Il n’a donc pas à proprement parler de fonction scientifique. Son action est souvent contestée, et sa suppression faisait partie des propositions du candidat François Mitterrand lors de la campagne de 1981

            Il n’en a rien fait. Face à la maladie, il a contourné le problème pour son cas personnel, simple fait du prince.

          • sweach 11 septembre 11:48

            Je pense qu’il y a une petite erreur conceptuel.


            *il doit y avoir conservation et même accumulation de l’information qui permettra ensuite la perpétuation*

            Cela est en parti vrai, mais pas totalement, le vivant ne peut se contenter de la conservation et de la perpétuation, il faut obligatoirement une parti d’évolution.

            L’évolution consiste à ajouter un facteur inconnue qui doit être conservé si il apporte un avantage ou bien réprimer si c’est un inconvénient.

            La reproduction est le premier facteur pour faire apparaître de nouveaux caractères, mais nous avons également une adaptation évolutive aux seins de nos cellules et de leur exploitation, par exemple si on est confronté à du poison notre organisme finira par s’y adapter pour vivre avec.

            Le cancer est en quelques sorte un « couac » ou peut être une soupape de sécurité ? de l’évolution permanente de nos cellules.
            Si on veut l’éviter il ne faut pas forcer notre organisme à vouloir s’adapter, on parle donc de facteur de risque comme le tabac ou l’alcool, en réalité notre organisme cherche une solution à ces agressions, si elles sont trop nombreuses on augmente les chances de « couac »

            En claire nous développons en permanence des cancers et nos défenses les détruisent en permanence, sauf si le facteur inconnue consiste à vaincre nos défenses.

            • Michel J. Cuny Michel J. Cuny 11 septembre 13:09

              @sweach
              Je suis d’accord avec vous. Comme cela peut se voir selon le contexte qui est le sien, ma formule ne visait que les phénomènes de mémoire.
              De même, la suite de votre propos me convient de façon générale : nous ne pouvons pas encore entrer dans les détails, mais je suis à peu près sur cette ligne.


            • l’alsacien 11 septembre 13:08

              ‘’Dans un des procès intentés à Ryke Geer Hamer, le ministère public autrichien de Wiener Neustadt a reconnu que , lors de la perquisition du Centre de Médecine Nouvelle de Burgaud, les 65000 adresses de patients saisies ont permis de constater que plus de 6000 étaient encore en vie 4 et 5 ans après …

              Ce qui signifie un taux de réussite de 92.3%, un nombre de succès que la médecine conventionnelle ne peux, hélas, pas revendiquer à son actif.’’

              Lu dans ‘’La maladie a-elle-un sens ?’’ de Thierry Janssen.

              (Pour Hamer le cancer arrive après un gros choc émotionnel vécu dans l’isolement.)



              • sweach 11 septembre 14:40

                @l’alsacien
                Il manque un zéro pour arriver à 92.3% smiley


                C’est vouloir traiter le cancer comme une maladie mental qui lui a valus d’être radier de l’ordre des médecins et l’interdiction d’exercer la médecine, il a été jugé coupable d’avoir provoqué la mort de plusieurs personne.

                Dans l’absolue, je sais qu’il existe un lien entre l’humeur et la flore intestinal, l’un pouvant affecter l’autres et vise versa.
                Je sais aussi qu’il y a un lien entre la flore intestinal et le cancer (en cour d’étude).

                Donc établir un lien entre l’humeur et le cancer ne me semble pas si farfelu que ça, on sait tous que la volonté peut faire des miracles.

                De là à l’utiliser comme mode opératoire pour essayer de guérir les gens, cela s’apparente trop à du charlatanisme.

                Des médecins qui jouent avec leur patiens comme avec des cobeys, il y en a pas mal et tous ceux qui font appel à eux sont dans un désespoir totale, c’est un peu comme avec le radiologue Schwartz.

                Sous couvert qu’il n’y a pas de solutions efficace, ces gens profitent de la détresse humaine.

              • l’alsacien 11 septembre 15:54

                @sweach

                C’est vrai que Hamer a fait de la prison. Par contre Servier n’en a pas fait.

                Il est mieux d’être du côté qui détient le pouvoir que d’aller contre.

                Il y a beaucoup de ’’suicides’’ chez les médecins holistiques

                http://lesmoutonsrebelles.com/11eme-medecin-holistique-retrouve-mort-a-son-domicile/

                http://abnormalreport.canalblog.com/archives/2017/06/26/35419334.html

                https://www.anguillesousroche.com/etats-unis/77e-medecin-holistique-assassinee-maison-famille/

                Il est dangereux d’être contre le système.

                ‘’il a été jugé coupable d’avoir provoqué la mort de plusieurs personne.’’

                Il faut bien trouver un prétexte. D’autres personnes vous diront que la chimiothérapie tue les patients

                http://www.lelibrepenseur.org/horrible-un-professeur-de-berkeley-les-gens-ne-meurent-pas-du-cancer-mais-de-la-chimiotherapie/

                Personnellement j’ai travaillé dans un hôpital et particulièrement en oncologie. Tous les cancéreux qui mouraient avaient été soignés par les moyens de médecine classique (chimio, chirurgie, radiothérapie). S’il fallait mettre en prison tous ceux qui n’avaient pas réussi à guérir les patients, il n’y aurait plus d’oncologues en liberté.


              • sweach 11 septembre 17:44

                @l’alsacien
                *Il est mieux d’être du côté qui détient le pouvoir que d’aller contre*

                LOL !
                Vous sous entendez qu’ils auraient été tué et non des cas de suicide.

                En science on ne peut pas faire n’importe quoi, hors avec le cancer c’est quand même un peu ce qu’on fait, car presque tout le monde en meur tôt ou tard.

                Même avec des traitements qui fonctionnent, il est interdit de les utiliser temps que la véracités n’a pas été démontré, puis les gouvernement freine quand les coût explose.

                Ainsi on a actuellement les inhibiteurs des points de contrôle immunitaire qui sont en train de révolutionner toutes la cancérologie, mais les coûts sont si important et l’approche si empirique qu’on n’est pas encore sur l’explosion du marché et sur des vagues de guérison, mais c’est en bonne voix pour la prochaine décennie.

                Les industriels veulent qu’on le prescrive à tout le monde, hors on n’est pas encore capable d’identifier ceux chez qui ça fonctionne de ceux chez qui ça ne fonctionne pas, ni pourquoi.
                Puis ce traitement fonctionne chez des patient dont les cas ne sont pas à l’étude donc ça ne sera jamais prescrit pour eux.

                Personnellement j’ai bon espoir que ces nouveaux traitement remettre tout à plat et qu’on arrête de tout sectoriser par organe et qu’on arrête les chimios qui font de la destruction pour se concentrer sur les traitements qui cherchent à réparer.


                *la chimiothérapie tue les patients*
                Ce n’est pas parce que la chimiothérapie n’est pas la bonne réponse pour traiter le cancer, que ça donne le droit de tenter n’importe qu’elle autre traitement.

                La Thérapie holistique ne me poserait aucun problème si elle démontre dans une étude en double aveugle qu’elle est plus efficace que le traitement standard, mais ce n’est pas le cas.

                C’est les gourous qui prescrivent des traitements alternatifs sans preuve et utilise leur patient comme des cobayes en dehors de la médecine traditionnel.

                Pour le moment aucun de ces « docteurs » n’est sortie grand gagnant en agissant de la sorte et tous se disent qu’ils ont trouvé le bon filon et ont une flaupé de FAN pour se justifier.



              • Delphus Delphus 11 septembre 17:51

                Ma mère est décédée d’un cancer des poumons, et le médecin nous avait clairement fait comprendre que la chimio ne servait à rien d’autre qu’a remplir les caisses des labos...Pas vraiment d’avancées notables dans la lutte contre le cancer. Les traitements d’aujourd’hui sont peu ou prou les mêmes qu’il y a trente ans. J’ai longtemps fait des dons, mais manifestement et comme dans de nombreux autres domaines, on nous prend pour des imbéciles, je garde mon argent pour des choses plus utiles.


                • Michel J. Cuny Michel J. Cuny 11 septembre 18:28

                  @Delphus
                  Merci pour votre témoignage qui donne effectivement à réfléchir.


                • sweach 12 septembre 09:27

                  @Delphus
                  *Les traitements d’aujourd’hui sont peu ou prou les mêmes qu’il y a trente ans*

                  Ça ce n’est pas vrai.

                  Dans l’intervalle on a eu principalement les thérapies ciblés, ce sont des traitements qui permettent de stopper l’évolution du cancer. Ca ne permet pas d’en guérir mais cela donne un répis, mon beau père à peu vivre 6 ans de plus grâce à ce genre de traitement.

                  C’est loin d’être révolutionnaire et ça a son lot d’inconvénient, mais globalement les gens vivent plus longtemps avec leur cancer qu’il y a 30 ans et certain cancer comme celui du sein se guéri de mieux en mieux.

                  *Pas vraiment d’avancées notables dans la lutte contre le cancer*
                  Il est encore trop tôt pour le dire, mais les traitements sur les point de contrôle immunitaire font actuellement des miracles depuis 2015, un axe thérapeutique très sous estimé et sous exploité pour le moment.

                  *J’ai longtemps fait des dons, mais ... on nous prend pour des imbéciles*
                  Je peu vous dire que vos dons servent à financer des études de recherche qu’on ne ferait jamais sans cela, malheureusement c’est surtout le privé qui bénéficie des découvertes du public, mais peut importe la machine à Fric, l’important c’est que la connaissance augmente et que des traitements voient le jours.

                • njama njama 11 septembre 22:48
                  @ Michel J. Cuny

                  Le cancer je le trouve intéressant d’un point de vue métaphorique.

                  Biologiquement, sans que les causes soient clairement définies, on constate que les cellules malades dans un organe se reproduisent, prolifèrent, asphyxient un peu à la fois des fonctions vitales diverses.

                  Dans la société des « mauvaises » idées (qui pourraient être des idées pas nécessairement mauvaises mais mal interprétées ou comprises), prennent corps et gangrènent doucement le corps social ... qui dans un premier temps s’en défend, mais ne pouvant toujours y résister, sombre petit à petit en décadence, et périclite. Ainsi passerions nous d’une ère ou d’une civilisation à une autre.

                  • Jean Keim Jean Keim 12 septembre 07:43

                    Nous voulons lutter contre la mort quand nous ne savons pas ce que vivre signifie.


                    • JL JL 12 septembre 08:21

                      @Jean Keim

                       
                       
                      Lutter contre le cancer ou contre la maladie et lutter contre la mort, est-ce vraiment la même choses.
                       
                      Est-ce que la vie ce n’est pas un éternel combat contre la mort ?

                    • Jean Keim Jean Keim 12 septembre 13:54

                      @JL
                      Le corps décline, se dégrade, c’est apparemment inéluctable dans nos conditions de vie, la mort du corps est donc inévitable, mais est-ce pour autant un combat ? 


                    • Jean Keim Jean Keim 12 septembre 13:57

                      Le cancer ressemble au processus de la pensée, avec le temps l’un comme l’autre s’emballent... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès