• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Cannabis. Gérard n’aime pas Marie-Jeanne !

Cannabis. Gérard n’aime pas Marie-Jeanne !

« Je ne peux pas, en tant que ministre de l’Intérieur, en tant qu’homme politique dire à des parents qui se battent pour que leurs enfants sortent de l’addiction à la drogue, que l’on va légaliser cette merde. Et je dis bien « cette merde », s’insurge le ministre de l’intérieur Darmanin à l’intention des sirènes de plus en plus nombreuses qui lui serinent de légaliser le cannabis en France.

Après Vaillant, Le Guen à gauche, voilà Robinet, le maire LR de Reims qui en remet une louche. Ça évolue, ça évolue…

Alors, on le légalise ce tarpé qui est partout, ou on préfère les guerres de dealers à la Kalash ? Une société sans stupéfiants ? La drogue se trouve partout dès le collège. Une société sans consommateurs ? La France a la plus grande proportion de fumeurs de cannabis du continent. 700 000 en fument quotidiennement et 18 millions en ont « déjà fumé ».

Eh, ci-devant ministre Darmanin, une politique ne se juge pas sur ses intentions mais sur ses résultats ! On connaît les succès de l’approche moralisante de tartuffes à l’égard du cannabis… Il serait peut-être temps, après un demi-siècle de prohibition, de faire le bilan de la consommation et du trafic et d’ouvrir un débat réaliste sur le sujet, non ?

La réalité est celle-ci : une dépénalisation de fait de l’usage avec le tarpé taxé au niveau d’un excès de vitesse léger ou d’une absence de port de muselière ; un trafic concédé aux gangs mafieux ; une impuissance totale de la police et de la justice à éradiquer une consommation massive ; des prisons encombrées pour pas grand chose. La prohibition du cannabis constitue donc une fiction, un mythe confortable.

Moralement, on ne peut évidemment pas souhaiter que nos enfants « se droguent » au même titre qu’on ne peut accepter qu’ils deviennent alcooliques, c’est-à-dire dépendants. Qu’ils consomment de l’alcool ou du cannabis à l’occasion, quelle différence ? Une seule et de taille : on ne peut pas mourir d’une overdose de cannabis.

Alors, diaboliser le tarpé au nom de la morale tout en tolérant le binge-drinking et ses comas éthyliques à la vodka et au mauvais whisky, voilà une belle tartufferie !

Pourquoi les gens fument-ils le tarpé ? Mais pour la même raison qu’ils boivent le pastaga, le cognac, la vodka et, pour les plus raffinés, les bons vins ? Pour le plaisir que ça leur procure ! Les vins sans l’alcool ? Un bide. Les bières sans alcool ? Un bide. Parce qu’au-delà du plaisir gustatif, l’usager recherche les effets psychoactifs de ces produits. Ne pas comprendre cela est soit de l’hypocrisie, soit de la naïveté tangentant la konnerie.

Les femmes et les hommes politiques qui s’opposent à toute légalisation sont de beaux faux culs : ils s’opposent surtout à l’arrêt du trafic parce que cette concession faite aux gangs de dealers constitue une sorte de RSA Banlieue qui leur assure une relative paix sociale et… des voix pour être réélu. Après ça on nous parlera de « reconquête des territoires perdus de la république »… Tant qu’un « chouf », un guetteur, gagnera en une journée autant sa mère ou son père en une semaine, les jeunes, tonton Darmanin, ils te diront « Tè, fume » !

Cette faux-culterie est d’autant plus cynique que l’Insee intègre le trafic de drogue à son calcul du PIB national à hauteur d’un milliard d’euros pour le cannabis !

La prohibition du cannabis est un échec flagrant. Policiers et gendarmes se noient dans la paperasse des procédures, perdant ainsi 1,2 million d’heures d’activité qui seraient mieux utilisées ailleurs. La consommation s’est banalisée, surtout chez les jeunes : 18 millions de Français l’ont expérimenté, 1,4 fume régulièrement et 700 000 fument quotidiennement.

Une légalisation bien pensée et bien organisée permettrait : - production en France ou en Europe via des filières contrôlées, - qualité du produit alors que les dealers font fumer du goudron aux jeunes, - autoproduction pour ceux qui veulent pour leur conso perso, - vente dans les bureaux de tabac et des « coffee-shops  » bien contrôlés, - interdiction évidente pour les mineurs, et de juteuses rentrées de fric pour l’État.

Les résultats seraient : - remise des flics sur des tâches utiles, - du boulot pour les agriculteurs notamment en zones de montagnes, - de l’activité pour les buralistes et les « coffee-shops », - la fin des financements des réseaux maffieux, puisqu’ils n’auraient plus rien à y gagner, - une meilleure détection des personnes à la dérive par surconsommation, - une prévention plus aisée, notamment par la suppression de « l’attirance pour l’interdit » chez les ados, - des taxes pour la sécu, - une meilleure qualité, contrôlée, garantie pour les consommateurs, - et pourquoi pas, des « dealers » devenant chef d’entreprise et confrontés alors aux règles de concurrence ! Et donc beaucoup moins d’insécurité dans nos villes.

Et puis, le fait d’asphyxier ces trafiquants qui naviguent dans les mêmes eaux troubles, se partagent les mêmes territoires et aussi le même fric que les fondamentalistes islamistes serait un sacré coup donné à ces ennemis de la république. Combattre le terrorisme salafiste passe par la coupure de ses sources de financement au nombre desquelles figurent tous les trafics dont celui du cannabis.

Cela mettrait fin à une situation d’autant plus révoltante que 10 % des effectifs de la police et de la justice se consacrent sans relâche à une prohibition virtuelle, mobilisant des forces qui font défaut dans la lutte antiterroriste, sans faire reculer d’un pouce la consommation ou le trafic. Réallouer de tels moyens à la lutte contre l’État islamique pourrait constituer un tournant stratégique majeur, sans rien coûter au contribuable.

« Pas question, qu’il a dit notre flic en chef  ! Le cannabis, c’est de la merde ! » Ben ouais, on voit qu’il connaît notre Javer de sous-préfecture, c’est comme ça que disent les fumeurs : du « shit », c’est-à-dire de la « merde » !

Pourtant, si de temps en temps Gégé ou Manu tiraient un petit tarpé ou dégustaient un savoureux « gandga cookie », ça leur déconstiperait un peu les boyaux de la tête !

Photo X - Droits réservés
 


Moyenne des avis sur cet article :  3.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 16 septembre 10:33

    Darmanin semble avoir toutes les qualités requises pour nous faire regretter Castaner. C’est dire !

    Personnellement, je ne connais pas de parents qui se battent pour faire « décrocher » leur gamin, ils ont d’autres soucis bien plus prégnants.

    Allez, Moussa, don’t worry, on ne va pas vous le prendre, le cannabis, on sait bien qu’il fait partie des liaisons dangereuses qu’entretient le pouvoir avec le milieu via la police, qui au passage, profite « un peu » du business.

    Pourquoi pas faire sortir la coke des ministères pendant qu’on y est !


    • V_Parlier V_Parlier 16 septembre 22:54

      @Clocel
      Si le cannabis reste interdit c’est étonnemment parce-que son traffic reste un délit relativement « modéré » (surtout par rapport à ce qui se passe maintenant en dehors de ce cadre). Paradoxal ? Pourtant, ce traffic occupe ceux qui ne reviendront jamais dans le monde de l’activité légale (parce-que quand c’est légal il faut travailler plus dur pour gagner autant, et payer des impots). Tant qu’ils s’occupent de ça, la part des traffics plus dangereux reste plus limitée, et ils ne passent pas encore aux traffics d’humains, d’organes comme au Brésil...

      Donc, dans la situation actuelle de toute puissance accordée aux gangs de toutes espèces par les gouvernements des 40 dernières années, la seule solution est de conserver ce faux-vrai interdit tampon. Et, dans l’impossibilité (*) d’avoir une justice plus répressive, je reconnais que c’est la seule solution. Après ça, je rappelle que tout comme l’ivresse sur la voie publique, l’ivresse des mineurs et l’ivresse au volant, l’hypothétique consommation de cannabis devrait de toutes façons, en toute logique, être soumise aux mêmes sanctions.

      (*) Le choix des électeurs, en fait...


    • V_Parlier V_Parlier 16 septembre 22:58

      @V_Parlier
      J’ajouterais aussi qu’il faut être logique avec soi-même : Quand j’entends ou lis qu’un criminel barbare a comme circonstance atténuante la consommation de cannabis je fais des bonds. Soit ça ne tient pas, soit le dealer est un assassin, il faudra se décider un jour, hein...


    • Septime Sévère 16 septembre 10:34

      JaverT

      .

      Kouchner dans les années 90 a rendu possible la morphine pour les mourants. Auparavant ils avaient un avant-goût de l’enfer au motif qu’on ne voulait pas en faire des accros de la drogue. Si, si, on disait ces conneries à propos des agonisants.

      .

      Cela m’en rappelle une autre, rapportée par André Frossard. Il avait en audience privée demandé à Paul VI pourquoi dans Humanae Vitae il avait refusé la pilule y compris aux couples déjà très chrétiennement dotés d’enfants, alors qu’à la veille encore de la publication de cette encyclique tout le monde s’attendait à l’autorisation des contraceptifs non-abortifs. Réponse du pape : on ne pouvait pas se moquer ainsi des générations de chrétiens auxquels depuis des siècles on avait demandé l’effort de l’abstinence. 

      .

      La priorité est d’assécher le trafic illégal avec ses effets sur « les quartiers », et ses retombées sur les innocents (cambriolages et vols par des drogués en manque d’argent)


      • foufouille foufouille 16 septembre 10:41

        @Septime Sévère

        ouais, enfin il existe toujours beaucoup de connards au niveau de la douleur avec le niveau variable et imaginaire.


      • velosolex velosolex 16 septembre 12:03

        C’est à la fois de la merde, et une substance qu’il faut légaliser. 

        De la merde car j’ai trop vu les effets que cela crée, chez les jeunes dont certains effectivement deviennent totalement addictifs ; cela est vrai aussi pour l’alcool, mais l’alcool n’a pas les effets rebonds au delà de quelques heures, même si au niveau somatique, l’alcool est plus dangereux. L’entrée dans la psychose se fait au niveau de l’alcool au niveau du délirium tremens ; dans le shit ça peut être très explosif pour des gens border line ; Mais comparer les excès de ces deux produits est une planche glissante.

        Que les jeunes savent qu’ils restent positifs au THC dans un espace de deux à trois jours pour des fumeurs rares, jusqu’à 60 pour ceux qui se défoncent de plusieurs joints par jours. ( Avec les risques d’effets rebonds évoqués plus haut, le THC se stockant dans les masses graisseuses) En cas d’accident, même si quelqu’un vous rentre dedans, et qu’en d’autres circonstances vous serez jugés victime, là vous serez jugé totalement responsable, avec circonstances aggravantes. Alors faut choisir, encore plus que l’alcool, ou après une nuit de sommeil, les effets biologiques se sont normalement effacés.

        Légaliser permettrait de casser une partie du Traffic et de faire de la prévention et du soin. Bien sûr le cannabis peut être utiliser thérapeutiquement, pour différents profits. 


        • Rincevent Rincevent 16 septembre 13:14

          @velosolex

          Complètement d’accord et je rajouterai un “détail“. Le développement du système nerveux à l’adolescence n’est pas complètement “terminé“. De mémoire, je crois qu’on a son stock maximum de neurones vers 25 ans. Alors, quand je lis que des gamins de 12/14 ans consomment, bonjour les (futurs) dégâts !

          De plus, les teneurs en THC de ce qui circule actuellement n’ont plus rien à voir avec ce qu’on a pu connaitre jadis…


        • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 16 septembre 12:18

          La principale raison de la non-légalisation est le maintient du monopole marocain sur le cannabis en France. La police ne fait que protéger l’exclusivité du « commandeur des croyants » sur ce juteux marché.

          Une deuxième raison est la difficulté à gérer la situation des populations qui ne vivent que de cette activité, si on leur coupait leur source de revenu.

          Les problèmes de santé publique viennent essentiellement des produits de coupe, c’est à dire de l’absence de réglementation.


          • Ruut Ruut 16 septembre 12:32

            C’est une jolie plante qui sent bon et pousse bien en France ou en appartement.

            Hélas ses effets a moyen et long terme sur les neurones sont catastrophiques.

            Le sevrage de 6 mois minimum avec des symptômes grippaux n’est pas non plus très agréable. (symptômes qui disparaissent immédiatement lorsque tu reprend)

            Oui j’ai due m’y reprendre a 2 fois pour sortir de cette merde.


            • Ruut Ruut 16 septembre 12:34

              @Ruut
              Notons que cette drogue te rend dangereux sur la route.


            • foufouille foufouille 16 septembre 12:42

              @Ruut

              c’était coupé avec de l’opium ?

              ou avec 20% de THC ?


            • Jeekes Jeekes 16 septembre 12:58

              @Ruut
               
              ’’Le sevrage de 6 mois minimum avec des symptômes grippaux n’est pas non plus très agréable.’’
               
               
              Baratin !
              Ou alors t’as un vrai problème avec ton self-control.
               
              Le sevrage, pas bien pénible au demeurant, ne dure pas plus de quelques jours.
               
              Je le sais.
              J’ai fumé mon premier pétard vers mes 16 ans.
              J’ai fumé le dernier (peut-être, pour l’instant) vers mes 65 ans.
               
              Entre-temps j’ai arrêté un très grand nombre de fois (pour diverses raisons, pas envie, autre chose à faire...), et je n’ai jamais rencontré aucune difficulté pour ça.
              Pas comme pour mes Gitanes...
               


            • foufouille foufouille 16 septembre 13:09

              @Jeekes

              sur le long terme ça bousille le cerveau ce qui explique ton état proche de cabanon et ses patates.


            • Albert123 16 septembre 15:21

              @Ruut

              « Le sevrage de 6 mois minimum avec des symptômes grippaux n’est pas non plus très agréable. (symptômes qui disparaissent immédiatement lorsque tu reprend). »


              la merde c’est surtout tous les produits bien dégueulasses de coupe que vous avez du vous enfiler pour avoir de pareils symptômes. Produits de coupe qui n’existerait pas sur un marché régulé.


              c’est soit cela soit une surconsommation et auquel cas vous ne devez que vous en prendre à vous même et non à la plante si vous n’êtes pas capable d’un minimum de modération. Consommation déviante qui serait particulièrement rare avec un produit légalisé et dont l’usage serait ritualisé.


              « Oui j’ai due m’y reprendre a 2 fois pour sortir de cette merde. »

              un petit sevrage au CBD aurait fait l’affaire



            • Ruut Ruut 17 septembre 07:10

              @Jeekes
              Tu as donc repris ...
              Tu n’est donc JAMAIS allé au bout de ton sevrage.


            • Jeekes Jeekes 17 septembre 10:25

              @Ruut
               
              Tu ne m’as pas comprise.
              Je t’expliquais que ça n’est absolument pas difficile d’arrêter.
               
              Certaines de mes ’’pause’’ ont durées plusieurs années.
              Sans que je n’éprouve aucun besoin de reprendre. Alors si, on peut parler de sevrage, même si ce terme ne me semble pas approprié.
                
              Quand j’ai reprit c’était par choix, pour l’aspect récréatif, le plaisir...
              Parfois juste le temps d’une soirée.
               
              Faut dire (et c’en est peut-être la raison) que je n’ai jamais fumé que ma propre production ou celle de potes qui cultivaient eux-aussi.
              Donc de la qualité, et dans des quantités raisonnables...
               


            • Jeekes Jeekes 16 septembre 12:50

              ’’Policiers et gendarmes se noient dans la paperasse des procédures, perdant ainsi 1,2 million d’heures d’activité qui seraient mieux utilisées ailleurs.’’

               

              Comme planquer des radars dans des endroits absolument pas dangereux, histoire de faire un max de chiffre, par exemple ?

               


              • zygzornifle zygzornifle 16 septembre 13:09

                « Je ne peux pas, en tant que ministre de l’Intérieur, en tant qu’homme politique dire à des parents qui se battent pour que leurs enfants sortent de l’addiction à la drogue ....

                Mais les parents des dealers sont bien contents quand leurs rejetons leur amènent une bonne liasse de « pognon de dingue ».

                Je connais des malades qui se soignent au cannabis car les médocs des potes a Damanin les labos vendus hors de prix, de la vraie daube bien pire que le cannabis mais la c’est légal.

                Vive la vente de Cannabis libre mettant fin a une partie des trafiques et honte a ceux qui ont fait rentrer le chiffre des ventes de la drogue dans le budget du pays ...


                • zygzornifle zygzornifle 16 septembre 13:13

                  Et je dis bien « cette merde », s’insurge le ministre de l’intérieur

                  Une déjection du slip a Macron qui nous parle de merde, on aura tout vu ....


                  • Decouz 16 septembre 13:18

                    Sans compter que les prisons sont des lieux bien pourvues en substances illégales de toutes sortes, ce n’est pas forcement là que l’on peut oublier ces produits.


                    • binary 16 septembre 13:41

                      La légalisation de cette drogue qui détruit les neurones à la première fumette ne résoudra aucun problème sociaux. Aucun pays fumeur ne s’est jamais développé.


                      • Pere Plexe Pere Plexe 16 septembre 15:04

                        @binary
                        ...alors que le pinard !


                      • binary 16 septembre 15:55

                        @Pere Plexe
                        Depuis des milliers d années , des populations produisant du « pinard » se sont développées , créant des civilisations dont on parlent encore !


                      • Hervé Hum Hervé Hum 17 septembre 00:04

                        @binary

                        Au fait, toutes les civilisation produisent de l’alcool depuis des milliers d’années, autant les développés que les autres.

                        Bref, ta remarque est absurde !

                        Par contre, la consommation d’alcool produit majoritairement de la violence et un état d’excitation provoquant chaque année son lot de milliers de victimes, alors que le tarpé provoque majoritairement un état de tranquillité, dont on ne sait pas combien de milliers de drames cela peut éviter.*

                        Quand à la destruction des neurones, je crois que l’alcool en détruit bien plus, car par expérience, j’ai surtout remarqué la débilité chez les alcooliques et rarement chez les fumeurs de cannabis. Suffit juste de voir de quoi les uns et les autres parlent....


                      • Iris Iris 17 septembre 00:08

                        @Hervé Hum

                        Ouais vive le tarpé, ça rend vachement plus intelligent que le Ricard c’est sur.



                        • Pere Plexe Pere Plexe 16 septembre 15:09

                          Darmanin qui fait dans la démagogie pseudo sécuritaire, c’est malheureusement attendu.

                          Mais que le type qui monnaye son pouvoir contre une pipe

                          se place en moralisateur, on croit rêver.


                          • agent ananas agent ananas 16 septembre 15:10

                            Complètement schizo ce Darmanin ... qui viendra se lamenter ensuite sur la criminalité des gangs !

                            En fait il n’y a qu’une chose chose qui intéresse Gérard : Se faire « smoker » son dard malin, de préférence par de jeunes femmes ...


                            • Albert123 16 septembre 15:31

                              @agent ananas

                              Avec sa gueule de puceau, le tweeteur hystérique de la place Beauvau peut bien dire ce qu’il veut sur le sujet,

                              le pauvre type essaye de faire croire qu’il a la moindre colonne vertébrale, ça doit faire de droite de dire « merde » dans le microcosme con con des politocards sans doute.

                              bref on est bien dans la médiocrité macroniste, ce petit trou de balle y a bien sa place


                            • Ruut Ruut 17 septembre 07:18

                              @agent ananas
                              Visiblement il n’avait pas d’autre opportunitées moins contestables.
                              Il était donc dans une misère sexuelle sévère pour devoir aller voir ailleur.
                              C’est probablement un sujet a traiter, faire baisser la misère sexuelle en France.


                            • jef88 jef88 16 septembre 17:03

                              En 1964, je faisais mon service militaire ...

                              J’ai pris mes deux premières et dernières cuites !

                              Ayant vu les copains, en particulier un breton qui était rond tous les soirs j’ai décidé de ne pas trop boire et je tiens le coup depuis .....

                              Pour le tabac, le grillait un paquet de gauloises chaque soir d’avril à juin 1963 ...

                              J’ai vu mon beau-père complétement acro toute ma jeunesse !

                              DONC j’ai décidé de ne pas faire comme lui et depuis cette époque j’ai peut être fumé l’équivalent d’un demi paquet de clopes .....

                              TOUT LE PROBLEME EST DANS L’EDUCATION, c’est ce qui donne envie (ou pas) de se taper des saletés .......


                              • tinga 16 septembre 17:51

                                On croit rêver, avec chirac président bien que cocaïnomane, qui allait négocier la récolte de shit tous les ans avec le roi du Maroc, quel pays de blaireau...


                                • Octave Lebel Octave Lebel 16 septembre 20:51

                                  Et vous dans cette histoire, vos vous situez où ?

                                   « Les femmes et les hommes politiques qui s’opposent à toute légalisation sont de beaux faux culs . » 

                                  « Moralement, on ne peut évidemment pas souhaiter que nos enfants « se droguent » au même titre qu’on ne peut accepter qu’ils deviennent alcooliques, c’est-à-dire dépendants. Qu’ils consomment de l’alcool ou du cannabis à l’occasion, quelle différence ? Une seule et de taille : on ne peut pas mourir d’une overdose de cannabis. »

                                  Que chaque parent interroge sereinement son médecin. Il y a aussi des sites d’information très bien faits.

                                  Légaliser le hasch pour combattre les islamistes et renforcer la république.

                                   Vous devriez vous lancer en politique si ce n’est déjà fait.


                                  • Xenozoid 16 septembre 21:36

                                    retardés


                                    • Pauline pas Bismutée 17 septembre 10:43

                                      Ça doit sans doute être encore plus compliqué, avec « le terrain » de chaque individu a prendre en compte..

                                      Certains basculent dans la schizophrénie très vite, d’autres gèrent hyper bien (j’ai connu des toubibs qui fumaient entre des semaines de boulot pas possibles, pour se détendre)

                                      Un peu comme le « mystère » des individus qui tournent bien malgré des enfances horribles, et ceux de qui tournent mal malgré des enfances privilégiées..

                                      En fin de compte, on connaît assez mal le cerveau

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité