• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Cannes 2018 : un grand bof....

Cannes 2018 : un grand bof....

JPEG

Le Festival de Cannes 2018 s’est achevé le 19 mai dernier. Une occasion de vérifier une nouvelle fois, avec un peu de recul, que le conformisme a de beaux jours devant lui. 

Le jury, présidé par l’australienne Cate Blanchett, actrice chevronnée au physique étrange et diaphane, comportait de parfaits inconnus (un acteur taïwanais, une chanteuse du Burundi, un cinéaste Russe) et pour la France le militant de gauche Robert Guédiguian (auteur de nombreuses œuvres naturalistes) ainsi que, dans un autre genre, l’héritière Léa Seydoux - son père est, entre autres activités, membre du conseil d'administration de Schlumberger et des chaussures Louboutin.

L’ombre portée d’Harvey Weinstein a plané sur la Croisette et changé la physionomie des raouts nocturnes : la face cachée des soirées Cannoises a été prudemment gommée, du moins officiellement. Les agressions sexuelles reprochées à Harvey Weinstein « relèvent d'un comportement impardonnable », avait diagnostiqué les organisateurs dès octobre 2017, et les bacchanales y sont désormais proscrites : pour la 71e édition les organisateurs ont par conséquent « exigé » un « comportement correct ».  Un flyer distribué aux festivaliers rappelait mêmes les peines encourues pour harcèlement sexuel, en mentionnant un numéro de téléphone dédié pour victime ou témoin.

Quoi qu’il en soit de cette nouvelle virginité - il est cocasse de contempler certaines actrices sexy en appeler à la condition de première communiante - le festival a comme à son habitude généré des happenings politiques divers, la tradition n’ayant pas été bousculée.

90 actrices et réalisatrices ont ainsi monté les marches en protestant contre l’inégalité entre les sexes ; parmi elles figuraient les actrices Julie Gayet, Salma Hayek (l’épouse mexicaine du milliardaire Pinault), les revenantes Jane Fonda et Claudia Cardinale, ou encore Marion Cotillard. Délaissant son Arles natale, la Ministre de la Culture Françoise Nyssen a bien entendu rejoint l’armada. La procession s'est arrêtée à la moitié du parcours dans cette montée symbolique des marches. L'occasion pour Cate Blanchett et Agnès Varda de lire simultanément un texte en français et en anglais, réclamant des mesures concrètes pour imposer de gré ou de force l'égalité entre les femmes et les hommes (et surtout les salaires afférents, si l’on a bien compris). 

Les festivaliers ont eu droit aussi à 16 comédiennes d’origine africaine réunies en haut du Palais, le lendemain, pour « combattre les clichés racistes » dans le cinéma. Cette journée militante a commencé tôt sur la Croisette : interviews à la chaîne et poses devant les photographes. La comédienne Aïssa Maïga a pris l'initiative nommée : « Noire n'est pas mon métier », sous forme d'un livre collectif rassemblant les témoignages de comédiennes blacks et blâmant les préjugés racistes qu'elles auraient endurés. Eye Haïdara rêve d'être une actrice du répertoire classique. "C'est fermé pour moi. Pourtant, j'ai été à l'école en France. La langue des alexandrins fait partie de ma culture", regrette-t-elle. Dans le cinéma français, la diversité peut certes mieux faire, nous apprennent en tout cas les statistiques : sur les 2 617 rôles distribués en 2017, seulement 171 l'ont été à des comédiens noirs, dont 31 rôles principaux. 

Dans un genre assez voisin, pour la présentation de son « BlacKkKlangsman », Spike Lee a affiché une attitude hostile à l'égard de Donal Trump. Le réalisateur, dont le nouveau film attaque le président américain frontalement, a déclaré avec beaucoup de nuances : « Nous avons un type à la Maison-Blanche - je ne prononcerai même pas son nom - qui, à ce moment décisif, aurait pu choisir l'amour contre la haine. Pourtant, ce fils de pute n'a pas dénoncé le KKK, l'alternative-right et ces fils de putes de nazis. » Spike Lee a ensuite souligné le caractère universel de son film. « S'il vous plaît, ne le voyez pas en pensant que cela ne se passe qu'en Amérique. Regardez vos pays et comment vous traitez les musulmans ou les migrants… » Ou encore : « Ce que je voudrais dire, c'est que ces conneries d'extrême droite, ce n'est pas seulement aux États-Unis : c'est partout dans le monde, et nous ne pouvons pas rester silencieux. Il faut nous réveiller ! »

La sélection française, quant à elle, a comme attendu fourni des films ennuyeux, et didactiques. Retenons par exemple l’oeuvre du dénommé Stéphane Brizé. Son opus précédent, très réussi, évoquait les errances d’un chômeur (La loi du marché) et avait valu à Vincent Lindon le prix d'interprétation en 2015. Or Brizé propose quasi le même film avec En guerre, avec ce coup-ci des fermetures d'usine. Le prix Fondation Louis Roederer a été remis au jeune Félix Maritaud, déjà présent dans 120 battements par minute, couronné aux Césars par huit prix. Dans Sauvage, le premier film de Camille Vidal-Naquet, notre Félix campe Léo, jeune prostitué masculin décrit par son concepteur comme une « bête de sexe » (sic) : La Caméra d’Or, ainsi que la Queer Palm (récompense réservée aux films faisant la promotion de l’homosexualité) ont consacré un autre film pro-gays : « Girl », du belge Lukas Dhont.

Le thème de l’immigration est bien entendu abordé, notamment avec le film présenté à la Quinzaine des Réalisateurs « Amin ». Le résumé de cet opus émeut : « Amin est venu du Sénégal pour travailler en France, il y a neuf ans. Il a laissé au pays sa femme Aïcha et leurs trois enfants. En France, Amin n’a d’autre vie que son travail, d’autres amis que les hommes qui résident au foyer. Un jour, en France, Amin rencontre Gabrielle et une liaison se noue. » Gabrielle est, on l’aura deviné, blanche, et elle s’embarquera pour Cythère grâce au vaillant Sénégalais, malgré la défiance de collègues jaloux. Comme tout ceci est audacieux et transgressif !

Au chapitre des films français affligeants, on notera aussi la prestation de Vanessa Paradis, interprétant une productrice de pornos gays dans le médiocre "Un couteau dans le coeur", oeuvre flinguée par toute la critique. Enfin, on évoquera pour mémoire le mini happening lié aux migrants. Condamné par la justice pour son action en faveur de ceux-ci (plus de 200 déjà « sauvés » et hébergé par son action), Cédric Herrou a été invité sur le tapis rouge de la Croisette, à l’occasion de la présentation d’un documentaire hagiographique. Le sauveur de migrants en a profité, avec plusieurs sans papiers, pour faire un doigt d'honneur devant les caméras. Cédric Herrou a ensuite, avec beaucoup d’audace sémantique, dressé un parallèle entre le traitement des migrants demandant l'asile et celui des juifs sous l'Occupation.

Examinons le palmarès final à présent : depuis toujours Cannes consacre des films rasoirs dont une grande majorité sombre dans l’oubli peu après. Cette loi d’airain n’a pas failli, et le palmarès 2018 sera source de bâillements pour de nombreux spectateurs. Une affaire de famille du nippon Hirokazu Kore-Eda (le Ken Loach japonais) remporte la Palme d'or. L’autre récompensé, BlacKkKlansman, déjà évoqué plus haut, reçoit le pompeux « Grand Prix ». Soyons honnêtes, son scénario était par essence un aspirateur à trophées (un gentil black infiltre de méchants blancs du Ku Klux Klan), mais il semble que ce film soit, lui, très réussi : le Figaro le décrit ainsi : "c’est une comédie aux savoureux dialogues avec des images choc de croix qui brûlent, de blancs qui crient leur haine et crachent leur bêtise, sur une bande son seventies appuyée  »/ 

Il est temps de conclure. L’édition 2018 fut globalement terne et convenue, et cette cuvée ne restera pas dans les annales.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • bob14 23 mai 09:24
    Cannes 2018 ou le festival des années 30..du même niveau que le concours de l’eurovision avec les candidats Français.. smiley

    • gueule de bois 23 mai 13:16

      @bob14
      Remarquez que quand on voit ce qui est primé, gagner le concours de l’Eurovision c’est pas vraiment un gage de qualité.
      Une seule attitude digne, se retirer définitivement de ce concours devenu idiot.


    • arioul arioul 23 mai 09:50

      Tu m’étonnes que ce soit un flop , le cinéma et surtout français est devenu une soupe fade pour satisfaire l’ego de Bobos parisiens financés pour faire des merdes , destinées à laver le cerveau des rares spectateurs qui se déplacent encore pour voir ces médiocrités. Tu les vois ils se félicitent et se congratulent entre eux , sachant très bien que ce qu’ils font c’est justement de la merde. Cannes le reflet de quelques bourgeois se faisant plaisir et qui paradent comme de monstrueux paons.


      • gueule de bois 23 mai 13:12

        @arioul
        le cinéma et surtout français est devenu une soupe fade pour satisfaire l’ego de Bobos parisiens financés pour faire des merdes ,
        Mais en fait, comme beaucoup d’autres un support publicitaire. Le ’placement de produit’ et le ’placement de marque’ sont les mots à la mode pour la pub dans les films, les téléfilms, les séries télévisées.
        D’ailleurs cette tendance n’est pas nouvelle, elle remonte en France aux années 80.


      • MagicBuster 23 mai 11:29

        Maintenant que les porcs sont partis,
         que font les grosses truies violettes ?


        • gueule de bois 23 mai 13:13

          @MagicBuster
          Va falloir trouver de nouveaux petits cochons. Ya du boulot pour nif naf nouf.


        • gueule de bois 23 mai 13:07

          Article intéressant. L’auteur est souvent très pertinent.
          Première remarque :
          Oui on a beaucoup parlé du harcèlement sexuel etc... Ce qui n’empêche pas ces dames de monter les marches en exhibant qui sa poitrine, qui sa chute de reins, qui sa petite culotte etc... Dans le temps où la liberté de parole existait on appelait ces tenues des ’appels au viol’. Perso je suis un admirateur du corps féminin, et cela ne me dérange pas de voir tous ces trésors, mais entre le voile islamique et la mini-jupe n’y-a-t-il pas un peu de place pour la ’décence’. En somme certaines actrices veulent être ’sexy’ (éveiller le désir) et crier au loup dès que ce désir se manifeste. Par ailleurs les réveils vertueux dont de plus en plus tardifs. On balance de très anciens ’porcs’, pourquoi maintenant ? Comment expliquer qu’H. Weinstein ait pu sévir si longtemps dans l’impunité ?
          Seconde remarque :
          Valable pour le festival de Cannes mais aussi pour le grand prix de l’Eurovision. En matière d’art on doit récompenser avant tout le beau, l’original, tout ce qui évoque des sentiments puissants, tout ce qui s’adresse à l’affect. Or que voit-on maintenant ? Les œuvres primées sont des œuvres militantes. Pour l’immigration, contre le harcèlement, pour les minorités ethniques ou religieuses. On récompense des œuvres ou des artistes qui incarnent une lutte (sociale, politique) même si l’œuvre ne vaut rien. On récompense une femme à barbe (Wurz) parce qu’elle est un symbole du transgenre, sa chanson était nulle, on récompense une chanteuse qui évoque le problème des Tatars de Crimée, une autre qui milite contre le harcèlement, etc... Bref on ne vote pas pour une œuvre d’art, mais pour une cause. Tout cela est un dévoiement de ces manifestations. 


          • Milka Milka 23 mai 13:12

            Moi j’attends le moment de la consécration d’un singe et d’une guenon pour les prix du meilleur acteur et actrice, depuis le sacre d’un débile mental.

            Le populo toujours devant le palais et qui ne voit jamais un seul film primé en salle.
            Oui Cannes désertés par les américains, j’ai lu, au profit de Toronto et Berlin. Il y aurait donc pire que Cannes !
            Cette mode aussi : Des blacks dans tous les films et séries... des transgenres aussi en veux tu en voilà ! 
            Après tout pourquoi pas, le niveau ne peut de toute façon plus tellement baisser.
            Maintenant des pouffes qui acceptent de se réunir en troupeau... il y en a déjà eu au cours de manifs organisés par des prostitués, revendiquées celles-là !  smiley



            • Novae Novae 23 mai 19:30

              @Milka Quoi ? La « Planéte des Singes » n’a encore eu aucune récompense ? smiley


            • sound of 23 mai 15:27

              Franchement, c’est vraiment le genre d’article qui ne sert à rien... débattre du festival de cannes et sa qualité est une illusion, car les vrais sujets eux sont bien moins débattus ! Bref tant que le peuple est divertis, alors il sera manipulé ... Faire une article comme ça c’est donner du pouvoir à ceux qui veulent que nos préoccupations soient futiles... C’est comme le foot .... allez y continuer à donner de l’importance à tout ceci, mais il ne faut pas venir se plaindre car nous sommes les premiers acteur de notre déchéance ... A bon entendeur



              • marmor 23 mai 17:46
                l’héritière Léa Seydoux - son père est, entre autres activités, membre du conseil d’administration de Schlumberger et des chaussures Louboutin.
                La famille Seydoux est surtout propriétaire de la Gaumont et Pathé cinema, deux poids lourds du 7ème art, ce qui explique la « carrière exceptionnelle » de la rejetone !

                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 23 mai 18:23

                  Avant on demandait au cinéma d’être politiquement correct ; Aujourd’hui c’est le politiquement correct qui est cinéma.


                  • sound of 23 mai 19:35

                    @Aita Pea Pea

                    Sage réflexion !!!


                  • mmbbb 23 mai 21:12

                    Cannes est devenu une tribune politique féministe Donc je n ai pas regarde comme les annees precedentes Le cinema j ai completement decroche Quant au cinema francais classe au rang «  d exception culturelle francaise » je ne comprends pas qu aucune palme n ait ete decrochee Comme le souligne l auteur, je vais aller voir le film de Paradis, des personnes qui s enquillent cela est tres original , c est au moins un film ayant un fondement cul turel


                    • Djam Djam 23 mai 22:30
                      Mais qui s’intéresse encore à ce cirque cannois qui n’a d’intérêt que pour la ville qui a les retombées commerciales locales, ville par ailleurs remplie de gens plutôt aisées ?
                      Qui peut encore aller au cinéma voir des produits (ce ne sont que ça) calibrés selon la doxa idéologique mondialisto-ethnique ?
                      Qui a du temps à perdre à mater des starlettes venues du petit monde privilégié de la pellicule formatée elle aussi sur les critères idéologiques hollywoodiens, ieu de la pire violence qui soit ?
                      Qui a envie de payer son obole (jusqu’à 11 € et plus) pour s’enfermer 2h dans une salle qui pue et noire pour recevoir, à la façon du personnage d’Orange Mécanique, une dose inouïe de violence, de crétinerie, de fumisterie et de mièvrerie imbécile ?
                      Le Festival de Cannes n’est cannois que parce que la plupart de ceux qui l’organisent et le financent sont déjà utilisateurs de canne... en attendant qu’ils reçoivent leur fauteuil roulant pour croulants surpayés.

                      • L'Astronome L’Astronome 24 mai 08:12

                         
                        Bref, si je comprends bien, les récompenses et les salaires ne seront plus dus au talent, au mérite, mais aux quotas. Réduire les femmes à des quotas, n’est-ce pas méprisant ?
                         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès