• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Catastrophe de Fukushima : quel impact 9 ans après ?

Catastrophe de Fukushima : quel impact 9 ans après ?

Le 11 mars 2011, un tremblement de terre doublé d’un tsunami venaient ravager la côte est de Honshu au Japon. La ville de Fukushima a été détruite tout comme sa centrale nucléaire, où 3 réacteurs ont explosé. Cette catastrophe naturelle a provoqué un désastre, laissant derrière elle des tonnes de déchets radioactifs. Plus de 470 000 habitants ont été évacués, abandonnant leurs maisons et leurs terres. Neuf ans après la catastrophe de Fukushima, une zone d’exclusion de plus de 370 m² est toujours interdite au public ; jugée trop dangereuse. Comment le gouvernement japonais gère t-il cette crise à la veille des Jeux olympiques de Tokyo  ? Retour sur les conséquences de ce drame nucléaire.

Un bilan environnemental lourd

Depuis presque 10 ans, les sols, l’eau et l’air aux alentours de la centrale sont contaminés. La petite ville de Iitate, située à une cinquantaine de kilomètres de Fukushima, a rouvert ses portes en 2018. Les compteurs Geiger installés dans le village indiquent une radioactivité plus de trois fois supérieure aux normes internationales. Certaines zones sont inaccessibles aux civils en raison de leur haute contamination. En effet, l’environnement est fortement pollué, mais ce n’est pas tout ; il faut ajouter à cela, 14 millions de mètres cubes de déchets radioactifs. Après le séisme de 2011, ils avaient été stockés un peu partout sur le territoire de la préfecture de Fukushima ; aujourd’hui, un nouveau site a été construit sur la commune d’Okuma pour rassembler ces déchets. Un parc de 16 km² a été créé, composé de 7 trous gigantesques. Leur taille ? 800 mètres de longueur sur 200 mètres de largeur. Des centaines de camions déposent chaque jour, des sacs noirs remplis d'ondes radioactives. On compte entre 4 000 et 5 000 travailleurs dédiés à la décontamination de la zone. Dans ce tragique constat, un élément positif est tout de même à relever : la baisse de la radioactivité dans l’air et dans les eaux marines. L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire français (Irsn) traduit les données scientifiques japonaises montrant une diminution de 50 % depuis 9 ans. À 20 km des côtes, l’eau de la mer comptabilise des concentrations égales aux teneurs observées avant le tsunami (0,001 Bq/l). Un espoir de dépollution totale peut-il s’envisager ? 

Un casse-tête pour le gouvernement japonais

La catastrophe de Fukushima donne du fil à retordre à l’État japonais qui rencontre des difficultés dans la gestion de la décontamination de l’eau. De quelle eau parle t-on ? Celle du tsunami lui-même, celle qui sert à refroidir les réacteurs et enfin l’eau de pluie qui descend de la montagne et qui se contamine. Cette eau est traitée pour supprimer le maximum de radionucléides (mais pas la totalité) puis elle est entreposée dans des citernes. Le site recense un millier de fûts, d’une capacité unitaire de 1 200 tonnes ; d’autres sont en construction. Cependant, Tepco (la société d’électricité exploitante de la centrale) affirme que d’ici l’été 2022, toutes les citernes seront pleines. Tepco et le gouvernement planifient de rejeter l’eau directement dans l’océan Pacifique, ne souhaitant plus conserver ces litres contaminés. Les associations de défense de l’environnement montrent déjà leur opposition, tout comme le directeur du département de radioactivité du centre de la pêche et des milieux marins de la préfecture de Fukushima. Shaun Bernie, spécialiste de l’énergie nucléaire au sein de Greenpeace, donne sa solution pour minimiser l’impact écologique : prévoir un stockage à long terme, accompagné d’un traitement de purification renforcé. Quoi qu’il en soit, aucune décision ne sera prise avant les Jeux olympiques, initialement prévus cet été mais décalés en 2021, due à la pandémie de coronavirus. De plus, le Japon devra obtenir l’accord de ses pays voisins comme la Corée du Sud pour procéder à ce rejet. Pour l’instant, Tokyo reste en retrait sur ce sujet sensible, ne désirant pas davantage ternir son image sur la scène internationale.

Catastrophe de Fukushima : quel avenir pour les populations ?

Depuis 2017, les autorités locales incitent les habitants à retourner dans leurs villages respectifs ; notamment ceux originaires des quatre districts autour de la centrale. La levée de l’ordre d’évacuation se traduit par une perte automatique des aides financières et des subventions liées au relogement. On compte environ 32 000 personnes contraintes de revenir dans les communes de Tomioka, Namie, Iitate et Kawamata. Ces villes sont considérées comme une « source d’inquiétude pour la santé », à cause d’un niveau de radioactivité encore trop élevé. Les grandes ONG japonaises ont lancé un appel aux Nations unies, estimant que « cette réinstallation forcée restait inadaptée à l’habitat humain ». En effet, la Commission internationale de protection radiologique conseille une exposition maximale de 2 millisievert (mSv) sur l’année ; l’État japonais a reculé ce seuil à 20 mSv pour les résidents de ces zones. Ce chiffre correspond à la limite autorisée pour les travailleurs du nucléaire. Greenpeace Japan parle d’une « violation des droits de l’homme ». En parallèle, 75 % de la population des communes les plus éloignées est revenue vivre dans leurs villages. 

La page de la catastrophe nucléaire de Fukushima, événement le plus grave depuis Tchernobyl, est loin d’être tournée. Un grand nombre de zones est encore contaminé et inhabitable ; l’État ne sait pas si un retour à la normale sera possible un jour. L’impact environnemental et sociétal reste au cœur du débat ; pour le gouvernement japonais, une course contre la montre a démarré afin de calmer les tensions géopolitiques avant l'été 2021. 

Sources : 

https://www.courrierinternational.com/article/environnement-fukushima-et-la-difficile-equation-de-la-gestion-des-dechets-radioactifs

https://www.francetvinfo.fr/monde/japon/fukushima/japon-9-ans-apres-fukushima_3862045.html

https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/crise-nucleaire-au-japon/neuf-ans-apres-fukushima-tente-de-retrouver-la-normalite_142328

https://www.ouest-france.fr/monde/japon/japon-fukushima-visite-au-coeur-de-la-centrale-neuf-ans-apres-le-tsunami-et-avant-les-jo-6771848

https://www.geo.fr/environnement/leau-radioactive-de-fukushima-un-casse-tete-pour-le-monde-nucleaire-197901

https://www.geo.fr/environnement/eau-contaminee-de-fukushima-vers-un-rejet-dans-lenvironnement-199201

https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/crise-nucleaire-au-japon/tribune-fukushima-mais-ou-sont-les-scientifiques_8181


Moyenne des avis sur cet article :  3.71/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • xana 25 avril 2020 10:35

    Bonne chose ce rappel.


    • genrehumain 25 avril 2020 11:22

      Excellent rappel, pour ceux qui ont la mémoire courte.

      Merci.


      • gaijin gaijin 25 avril 2020 12:09

        « Comment le gouvernement japonais gère t-il cette crise »

        pff fastoche : interdiction de diffuser ou de posséder des informations a ce sujet ...

        une démocratie je vous dit ....


        • titi 25 avril 2020 13:42

          @L’auteur

          L’unscear a produit un rapport sur le sujet.

          http://www.unscear.org/docs/reports/2013/14-06336_Report_2013_Annex_A_Ebook_website.pdf

          Comme on peut s’y attendre, ce sont les ouvriers participants au nettoyage qui ont été le plus irradiés.

          Et....

          "No radiation-related deaths or acute diseases have been observed among the workers and general public exposed to radiation from the accident."

          Traduction : 0 mort, 0 malade.

          Il y a eu 76000 personnes évacuées.
          Sur ces 76000 personnes, il y a 1600 morts du fait du stress de l’évacuation.

          Traduction : la peur du nucléaire tue plus que le nucléaire.


          • Gabriel Gabriel 25 avril 2020 18:06

            Ne pas oublier que chez nous : 58 réacteurs nucléaires sont en fonction soit 58 Tchernobyl ou Fukushima potentiels mais bon, les adeptes du nucléaire vous diront qu’il n’y a aucun danger car nous sommes bien plus fort que les Japonais et les Russes réunis...



            • gaijin gaijin 25 avril 2020 18:35

              @Gabriel
              et puis en cas de problème on est prêts smiley
              "Quand ils sont arrivés à péremption, on leur a demandé ce qu’on en faisait. Ils nous ont dit : « Brûlez-les ou utilisez les pour faire de la peinture ! » Et on les a détruit… On a sciemment organisé le manque. Je peux vous dire que le stock de pilules d’iode en cas d’accident nucléaire a fondu comme le reste.

              "
              https://reflets.info/articles/penurie-de-medicaments-une-imprevoyance-organisee


            • titi 25 avril 2020 18:42

              @Gabriel

              Il n’y a aucune énergie sans danger.

              Les accidents nucléaires sont à l’énergie, ce que les accidents d’avion sont au transport : épouvantables, mais marginaux.
              Chaque fois qu’un avion s’écrase emportant 200 personnes, il fait la une de tous les médias. Dans le même temps 300000 indiens meurent par an sur la route. autant que les morts civils français de la seconde guerre mondiale, dans une silence total.


            • gaijin gaijin 25 avril 2020 19:59

              @titi
              «  ce que les accidents d’avion sont au transport : épouvantables, mais marginaux. »
              sauf que ça n’a rien a voir, un accident d’avion ou autre quand c’est finit c’est finit un accident nucléaire ça dure des décennies avec la promesse de jolis cancer pour les survivants ...
              et pour ceux qui se ferons sauter la thyroide dépendance a vie au levothyrox chinois
              déjà 3 millions de personnes en france ...( priez pour qu’il n’y ait pas de révolution en chine )


            • titi 25 avril 2020 22:09

              @gaijin
              "quand c’est finit c’est finit un accident nucléaire ça dure des décennies avec la promesse de jolis cancer pour les survivants ...

              "
              Les mineurs de charbon meurent de la silicose.
              Ce n’est pas moins pire...


            • Gabriel Gabriel 27 avril 2020 09:54
              • @titi
              Le problème n’est pas l’accident en lui même car comme vous le dites ils en arrivent tous les jours et dans tous les domaines mais, dans la gestion efficace de l’accident. Un incendie on le maîtrise, un fois que l’avion c’est écrasé c’est terminé, Alors qu’un réacteur qui s’emballe et bien là, on ne sait pas l’arrêter et je ne vous parle pas des déchets toxiques enterrés on ne sait où et qui sont nocifs pour des siècles et des siècles. Beau cadeau fait à nos enfants...

            • alinea alinea 27 avril 2020 15:18

              C’est quoi ce machin ?

              je me suis renseignée parce que, après avoir lu ça je suis restée sur le cul ! Déjà la date !!! Désinvolte la petite Manon, parler de Fukushima le jour d’anniversaire de Tchernobyl, ça cause, non ?

              Il s’avère que SEO, c’est un truc, une officine, qui doit payer pas cher des petites Manon pour qu’elles pondent un truc, en ordre, à partir des statistiques WEB ; voyez, le genre de truc que détecte un robot dans la fréquence des mots apparus sur la toile !

              Vive l’humain !!! j’aimerais bien que certains d’entre vous, chers lecteurs d’Agoravox, me lisent et cessent de cautionner ces merdes, cessent de faire passer ce genre d’articles !

              Merci les copains.


              • Manon Rédac Web SEO Manon Rédac Web SEO 27 avril 2020 15:43

                @alinea Merci pour ce commentaire très constructif et bienveillant. Si vous avez bien lu l’article, ce que je doute, je précise la date dans l’intro et mon article fait référence à la date anniversaire du 11 mars 2011. D’autre part, il est inutile d’étaler votre méconnaissance quant au SEO et à sa rémunération, cela n’apporte rien à personne. Cependant, si vous souhaitez en savoir plus, je serai ravie d’éclairer votre lanterne bien sombre.
                La petite Manon vous demande donc de ne plus polluer son article avec des commentaires infondés de ce genre.
                Bonne journée, 
                Manon


              • Pauline 29 avril 2020 08:55

                Super article, clair et bien écrit ! 

                Un bon rappel.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité