• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Catholiques en politique : Ne plus regarder depuis le balcon (...)

Catholiques en politique : Ne plus regarder depuis le balcon !

Catholiques en politique : Compromis ou compromission ?

Une tribune de Bernard Fournier, Sénateur LR de la Loire et de Ferréol Delmas, Président de l’Union des Jeunes pour le Progrès (UJP), Secrétaire général des Républicains-Sorbonne.

Alors qu’Emmanuel Macron souhaite « retisser les liens entre l’Etat et la religion catholique » comme il l’a affirmé devant la Conférence des évêques de France lundi 9 avril, au collège des Bernardins, il paraît, en effet, vital pour nos sociétés de méditer la sentence prononcée par le Pape François lors d’une audience solennelle, en 2015 : « Un catholique ne peut regarder depuis le balcon  ! ».

Cette métaphore fait écho à l’enseignement du Catéchisme de l’Église catholique « La soumission à l’autorité et la coresponsabilité du bien commun exigent moralement le paiement des impôts, l’exercice du droit de vote, la défense du pays » poussant le fidèle à réfléchir sur la beauté d’un tel engagement. Souvent rejetée, la participation à la vie de la Cité peut paraître source d’éloignement des paroles christiques, de renoncement à ses convictions, à ses valeurs, à sa foi. Ces peurs légitimes, le saint père demande aux chrétiens de les dépasser, considérant le combat politique comme « une forme de martyre » pouvant amener à la « sainteté ». L’Église invite le fidèle au compromis c’est-à-dire à la concession sur des détails mineurs afin de pouvoir s’engager réellement pour les causes importantes.

L’Église en tant qu’institution ne peut participer à la politeia, à l’organisation matérielle et au fonctionnement des institutions de la Cité comme le rappelle Benoît XVI dans Deus caritas est : « L’Église ne peut ni ne doit prendre en main la bataille politique pour édifier une société la plus juste possible. Elle ne peut ni ne doit se mettre à la place de l’État. Mais elle ne peut ni ne doit non plus rester à l’écart dans la lutte pour la justice. Elle doit s’insérer en elle par la voie de l’argumentation rationnelle et elle doit réveiller les forces spirituelles, sans lesquelles la justice, qui requiert aussi des renoncements, ne peut s’affirmer ni se développer ». Elle se fait éveilleuse de conscience, participant pleinement à la politique dans son acceptation la plus large, le cadre général dans lequel une société s’inscrit. Ainsi, les papes successifs donnent des indications aux chrétiens pour un « engagement chrétien en politique ». Dix points non négociables sont ainsi affirmés dans une Note doctrinale concernant certaines questions sur l’engagement et le comportement des catholiques dans la vie politique, en 2002, par le cardinal Ratzinger. Il s’agit du devoir de respecter et de protéger les droits de l’embryon humain, de la protection et la promotion de la famille, de la garantie de liberté d’éducation des enfants, de la protection sociale des mineurs , de la libération des victimes des formes modernes d’esclavage (en particulier la drogue et la prostitution), du droit à la liberté religieuse, du développement dans le sens d’une économie qui soit au service de la personne et du bien commun , du respect de la justice sociale , du principe de solidarité humaine et du grand thème de la paix.

Le portrait que dresse l’académicien Jean d’Ormesson dans son ouvrage, Au plaisir de Dieu, du duc Sosthène de Plessis-Vaudreuil, catholique intransigeant se repliant sur ses terres pour fuir le combat politique jugé « trop sale » est révélateur d’une certaine mentalité. Certains attendent toujours le candidat parfait, raillant par la même occasion leurs coreligionnaires qui s’investissent dans le champ politique. « Le problème de beaucoup de catholiques en politique, c’est l’idéalisme : la difficulté de confronter son idéal très élevé au réel, c’est à dire à l’imperfection de ce monde » explique l’Abbé Pierre-Hervé Grosjean. En effet, cette frilosité des chrétiens pour l’engagement dans la sphère publique est historique. Déjà, lors des débuts du catholicisme social, la politique du Ralliement débutée par Léon XIII et ses encycliques Inter sollicitudines et Rerum Novarum était considérée par une partie des fidèles comme une trahison. C’est le courage de personnalités comme Albert de Mun, Eugène-Melchior de Vogüé, Léon Harmel qui a fait entendre la voix de l’Église dans une société en pleine sécularisation.

Alors lisons Catholiques, engageons nous ! de l’abbé Pierre-Hervé Grosjean. Celui-ci affirme qu’il est urgent que les catholiques deviennent « une force de proposition, soient constructifs, prennent les places à prendre, plutôt que de continuer sans fin à se plaindre ». Quelle meilleure conclusion que cette adresse du pape François, en 2013, à la jeunesse : « donne le meilleur  : si le Seigneur t’appelle à cette vocation, vas-y, fais de la politique, cela te fera souffrir, peut-être cela te fera-t-il pécher, mais le Seigneur est avec toi. Demande pardon et va de l’avant. »


Moyenne des avis sur cet article :  1.44/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

126 réactions à cet article    


  • oncle archibald 19 avril 11:07

    Votre article est intéressant .... pour les catholiques seulement, dont je fais partie. Ça n’est pas rien, mais c’est peu. Vous auriez plus d’audience en publiant dans « le pèlerin » ou « la vie ».


    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 19 avril 12:18

      @oncle archibald

      Vous êtes bien trop perfectionniste.


    • Christ Roi Christ Roi 19 avril 20:19

      Bravo pour cet article courageux. Vous êtes le vrai dissident. Les autres pensent l’être aussi, mais ne sont que des mougeons de la télé. smiley


    • Ferréol Delmas Ferréol Delmas 19 avril 22:21

      @Christ Roi
      Merci beaucoup ! 


    • Gollum Gollum 19 avril 12:29

      Il n’y a strictement rien à attendre de cette vieille institution qui a largement eu le temps (un bon paquet de siècles) de montrer son incurie (fallait que je la fasse celle-là avec la Curie), son incompétence, son incapacité à innover et avoir des idées neuves.. et qui, de toute façon, est sur le point de disparaître corps et bien (m’enfin p’têt qu’en disparaissant... Vous savez la parabole du grain qui meurt pour porter du fruit)


      À ranger au musée des curiosités au même titre que le parti communiste, le parti socialiste, le LR, le FN, et autres fadaises des temps modernes...

      Du neuf que diable ! (oh pardon).. smiley



      • oncle archibald 19 avril 12:40

        @Gollum : je crains que vous ne puissiez voir de vos yeux la disparition des chrétiens ....

        N’oubliez pas, ils n’étaient que douze à y croire il y a vingt siècles et ils sont 2,18 milliards aujourd’hui, soit 1/3 de la population mondiale.

        En outre le nombre de chrétiens dans le monde a quadruplé en un siècle, à peu près comme celui de la population mondiale, ce qui signifie que la proportion du nombre de chrétiens est restée à peu près stable (de 35  % à 32 % aujourd’hui).


      • Gollum Gollum 19 avril 13:07

        @oncle archibald


        D’une part cela m’indiffère je ne suis pas en attente de quoi que de soit...

        D’autre part le terme chrétien me gêne comme pour Kierkegaard. Je cite :

        Qu’en est-il lorsque la société entière se dit chrétienne, que le chrétien vit dans la « chrétienté », que le christianisme semble avoir triomphé ? Pour Kierkegaard, la situation de « l’église triomphante » dans laquelle se trouve la chrétienté est une simple illusion. En faisant du christianisme une simple culture partagée par tous, la chrétienté a aboli l’exigence d’une relation intime et directe entre chaque singulier et l’absolu, d’un christianisme vécu. En faisant du Christ un simple objet de dogme, de savoir théologique et, in fine, de spéculation abstraite, elle a nié son caractère de personne devant être reçue par le croyant ici et maintenant. En insistant sur la croyance en des vérités objectives, elle a rejeté la foi entendue comme imitation de l’Homme-Dieu. En érigeant des systèmes théologiques, elle a rendu vaine toute existence chrétienne. Kierkegaard ne cesse de le répéter : « la chrétienté a aboli le christianisme ». Bien plus, elle est devenue l’exact inverse du christianisme : « le christianisme est exactement à la lettre détrôné dans la chrétienté ». Et de conclure : « Aussi longtemps qu’on n’y prête pas attention, le mot de “chrétienté” est la plus dangereuse de toutes les illusions. »
        Kierkegaard montre tout le désarroi du chrétien qui vit dans la « chrétienté » : « Mais certes, je me sentirais étranger dans une chrétienté de purs chrétiens, plus étranger que parmi des païens. Car un homme ne peut pas se sentir aussi étranger quand ceux qui ont une autre foi, un autre Dieu, sont indifférents à la sienne, qu’il ne l’est quand ceux qui prétendent partager sa foi y sont indifférents. » Le constat de Kierkegaard est amer : la chrétienté a oublié le christianisme, elle lui est devenue indifférente. Dès lors, la seule possibilité pour le chrétien de réveiller la chrétienté est de lutter contre elle. Pour Kierkegaard, le chrétien, même dans la chrétienté, est forcément militant : « Aussi, dans la chrétienté, le christianisme est-il encore toujours militant. […] Il y a peut-être dans la chrétienté un certain nombre de vrais chrétiens, mais chacun d’eux est militant. » Et être militant, dans la chrétienté, signifie attaquer cette même « chrétienté ». Si la chrétienté a consisté à « trahir le christianisme en le défendant » par des arguments dogmatiques, théologiques et philosophiques, le christianisme, lui, est le contraire de toute tentative apologétique, puisqu’il ne défend pas mais attaque : « Le christianisme n’a besoin d’aucune défense ; il n’est servi par aucune défense ; il attaque ; le défendre, c’est de toutes les altérations la plus injustifiable, la plus erronée et la plus dangereuse : c’est le trahir avec une inconsciente perfidie. Le christianisme est militant et il va de soi que, dans la chrétienté, il attaque par derrière. » Le programme de Kierkegaard est on ne peut mieux résumé : attaquer la « chrétienté » au nom du christianisme.


        J’ai souligné en gras les phrases particulièrement pertinentes et auxquelles j’adhère..

        Quand je vois le christianisme engendrer des AW caractériels et autres « chrétiens » du même acabit (ils sont légion ici sur Avox hormis quelques exceptions rares) le moins que l’on puisse dire c’est que ce ne fut pas très efficace...

      • oncle archibald 19 avril 13:44

        @Gollum

        Je vois que cela ne vous indiffère pas tant que ça ......

      • jmdest62 jmdest62 19 avril 16:31

        @oncle archibald
        L’article ne parle pas des chrétiens mais des cathos ....allez voir dans une église le dimanche si ils sont si nombreux que vous le dites .  smiley
        @+


      • oncle archibald 19 avril 17:11

        @jmdest62

        L’adjectif « catholique » vient du grec καθολικός (katholikos), qui signifie « universel ». Dès les premiers siècles de notre ère, ce mot apparaît chez différents auteurs chrétiens qui l’emploient pour clarifier ce qu’est une communauté locale en communion avec l’« Église universelle », face à l’émergence de diverses sectes chrétiennes aux christologies spécifiques.

        Alors oui en Europe il y a une baisse importante de la pratique religieuse chez les catholiques, mais en Afrique et en Amérique du sud il y a une augmentation qui compense largement cette baisse. Et puis en Europe si le nombre de baptêmes d’enfants a considérablement baissé, en revanche le nombre de baptêmes d’adultes a drastiquement augmenté.

        Il n’y a pas que le quantitatif pour donner une idée de la vitalité d’un groupe, le qualitatif a beaucoup plus d’importance ! Ceux qui fréquentent les églises aujourd’hui n’y vont pas par habitude pour faire comme leurs parents mais par conviction profonde. Ce sont des militants qui mettent en pratique leurs convictions, nombreux sont ceux qui sont très actifs dans des ONG de solidarité ou à but humanitaire, et ça me botte bien comme ça.


      • Pascal L 19 avril 18:21

        @Gollum
        Cela fait 2000 ans que l’église disparaît et qu’elle renaît plus belle un peu plus loin. Faut-il regretter l’Eglise de Constantinople qui a été ravagée par les Musulmans alors qu’elle était déjà ravagée de l’intérieur par des luttes qui n’en valaient pas la peine.

        Aujourd’hui, des monastères, on en trouve qui vieillissent tranquillement sans attirer aucun renouvellement et d’autres qui débordent de novices. Il ne faut pas s’inquiéter des monastères qui disparaissent car ils ne sont plus dans le plan de Dieu. Les temps changent et ce qui a été bon ne l’est plus forcément. Dans ma paroisse, ce qui marche le mieux a été fait principalement à l’initiative de laïcs et les prêtres font ce qu’ils peuvent pour courir derrière. Chez nous, il y a des séminaristes, mais aucun pour servir par la suite en paroisse. Le Christ continue à appeler, mais pas pour perpétuer ce qui a déjà été fait. L’évangélisation chez nous se fait tout azimuts : vers les musulmans, les athées, mais aussi vers les Chrétiens qui ne pratiquent plus et vers ceux qui pratiquent mais qui ont oublié une partie de l’enseignement de Jésus.
        Il y a encore beaucoup de Catholiques qui pensent que nous vivons en terre chrétienne et qu’il n’y a rien à faire. Ceux-là ne tiendraient pas plus de 5’ sur les commentaires d’Agoravox.

      • jmdest62 jmdest62 19 avril 18:23

        @oncle archibald
        Ah ouais ! et comment vous mesurez le qualitatif d’une conviction religieuse , c’est quoi votre échelle ?
        Une petite remarque : être actif dans une ONG de solidarité c’est montrer son humanité , son empathie sa générosité il n’y a rien de religieux là dedans.
        @+


      • Jonas 19 avril 23:04

        @Gollum "Il n’y a strictement rien à attendre de cette vieille institution qui a largement eu le temps (un bon paquet de siècles) de montrer son incurie« 

        L’état français a été construit intégralement pendant plusieurs siècles par des rois très chrétiens catholiques (Clovis, Charles Martel, Pépin le Bref, Charlemagne, Philippe Auguste, Saint Louis, Philippe le Bel, Charles VII, Louis XI, Louis XIII, Louis XIV, Louis XV, Louis XVI...), en rassemblant patiemment et méticuleusement les provinces, les régions et en luttant contre les hérésies destructrices de l’unité de la nation (catharisme, protestantisme, invasions islamiques, etc...).
        Toutes les institutions françaises, hôpitaux, associations caritatives, écoles, universités, tribunaux, parlement, cour des comptes, poste, ponts et chaussées, banques, cathédrales,... que vous connaissez aujourd’hui ont été pensés, structurés et édifiés sous la France catholique.
        Pourquoi croyez-vous qu’il y ait une croix catholique au sommet de l’université de la Sorbonne, et sur le dôme du Panthéon ?
        Pourquoi le plus vieil hôpital de Paris s’appelle Hôtel-Dieu ?

        La littérature chrétienne, le »Paradis perdu« de Milton, »Polyeucte« de Corneille, »Esther« , »Athala« de Racine, Bossuet, etc... la musique sacrée de Palestrina, Hildegarde Von Bingen, Bach, Mozart, Gounod, Schubert, etc... entre autres forment les piliers de la culture européenne.
        La république et sa religion maçonnique n’ont fait que piller et dilapider cet héritage millénaire à partir de 1789.

        Le calendrier de tous les pays européens est basé sur la naissance du Christ.
        Chaque jour, on fête un saint de l’Église catholique.
        Le dimanche est jour de repos pour tous, jour du Seigneur.
        Toutes les Églises font sonner leur cloches chaque heure qui passe.
        Les fêtes traditionnelles sont de tradition chrétienne (Noël, Pâques, Ascension, Assomption, Épiphanie, Toussaint, Carême, Pentecôte,...).
        Noël est fêtée depuis 15 siècles.
        Avant que le terrorisme islamique n’interdise toute représentation du Christ sur la voie publique, des crèches géantes étaient organisées à Noël, et ça ne gênait personne.

        S’il n’y avait pas d’Église catholique, il n’y aurait jamais eu de France,  »fille aînée de l’Église".


      • guepe 20 avril 14:04

        @Jonas

        « Toutes les institutions françaises, hôpitaux, associations caritatives, écoles, universités, tribunaux, parlement, cour des comptes, poste, ponts et chaussées, banques, cathédrales,... que vous connaissez aujourd’hui ont été pensés, structurés et édifiés sous la France catholique. »

        On est en droit de se poser la question vu que quantités de pays possèdent tout cela sans avoir subi une influence catholiques. Toutes ces structures ont d’ailleurs survécu au soi disant dynamitage de la République maçonnique. Et se sont même perfectionnées. En plus, le développement de l’université s’est très souvent fait contre l’Église. Exemple : Interdiction de la dissection, qui a empêché l’évolution des connaissances anatomiques du corps humain.

        Et faites attention à votre liste de rois très chrétiens : Y en a qui collectionnés les maîtresses et d’autres qui ont brûlé des Templiers.

        Parler d’hérésies destructrices de la nation en ce qui concerne le catharisme est ridicule. Ils ne se sont pas faits exterminés pour la France. Parler même de nation en 1200 est de l’anachronisme. On voit surtout que vous avez un esprit un brin totalitaire pour tout ce qui n est pas catholiques, à classifier comme ça tout ce qui s’en éloigne d’hérésies destructrices ou de dynamiteurs maçonnique, et une tendance à la réécriture historique. Ça m’étonnera toujours chez certains catholiques de se montrer acerbe en ce qui concerne la Révolution de 1789 mais de récupérer l’idée de la Nation qui en découle directement. Louis XIV défendait son royaume, pas la France.


      • Gollum Gollum 20 avril 14:52

        @guepe


        Merci de vous être chargé de cette réponse pertinente. J’avais quelque peu la flemme et vous vous en sortez très bien.

        Sur l’hérésie cathare en plus cela ne concernait pas réellement la France puisque les terres en question étaient indépendantes si je ne m’abuse non ? Sans compter que les bonshommes furent bien accueillis par les populations locales..

        Quant au développement culturel il ne fut jamais aussi exubérant qu’à partir du moment où l’Église a perdu en influence (hormis la période du Moyen-Âge). Et où les gens pouvaient ne pas suivre les mises à l’Index (rappelons que Victor Hugo et Balzac y ont eu droit) suivies uniquement par les cathos.

      • guepe 20 avril 15:27

        @Gollum

        Oui et non. En fait, le comte de Toulouse était vassal du roi de France mais indépendant en réalité. En plus, on est en 1200 et les habitants étaient plus proches des Catalans et subissait l’influence de l’Aragon. Ils ne parlaient même pas en français. Les présentaient comme des Français comme on l’entends aujourd’hui est vraiment du n’importe quoi. La croisade a surtout permis au roi de détruire ce comté et de définitivement le rattaché à son royaume, l’incluant dans sa sphère d’influence. Et cela n’a pas été fait pour « l’unité de la nation » mais bien celle de L’Eglise, avec l’Inquisition qui en a profité pour faire des exécutions collectives. Très chrétien dis donc smiley

        En plus, tout ces mouvements là, catharisme, protestantisme,...sont tous nés des excès et des abus de l’Eglise catholique, de sa décadence même. Chose que ce garde bien de rappeler Jonas. Même l’humanisme en découle indirectement.

        Decadence qui se voient aujourd’hui avec la progression du christianisme évangélique partout dans le monde ( les chiffres d’évolution des religions en Amérique du Sud doivent donner des sueurs froides au Vatican ) et l’absence de plus en plus grande de fidèles dans les églises.

        Elle a eu des siècles pour se réinventer mais l’Eglise et certains de ses fidèles ( l’autre qui nous parle de ses monastères , sérieusement et celui qui est en liaison personnelle avec le Christ....) préfèrent faire la sourde oreille, et les autres ne font que regarder en arrière.


      • Gollum Gollum 20 avril 17:08

        @guepe

        Et cela n’a pas été fait pour « l’unité de la nation » mais bien celle de L’Eglise, avec l’Inquisition qui en a profité pour faire des exécutions collectives. Très chrétien dis donc

        Oui bien d’accord. D’autant que les cathares présentaient une théologie concurrente qui était assez pertinente, basée sur l’absence de libre-arbitre, avec vies successives et sanctification progressive des êtres jusqu’à ce que tous soient délivrés du mal.

        On comprend donc qu’il fallait, de façon absolue, faire taire ces voix dissidentes. 

        On ne transige pas avec le péché originel qui permet la culpabilisation collective et donc la main mise du clergé sur les fidèles. smiley
        le dieu bon des cathares étant nettement plus bon que celui des catholiques puisque aucune perte d’âme à déplorer se lamentant au fin fond de l’enfer.. Insupportable vous pensez bien.

        Chose que ce garde bien de rappeler Jonas. 

        Oui le catholicisme provoque d’incompréhensibles troubles de la mémoire. smiley

        Decadence qui se voient aujourd’hui avec la progression du christianisme évangélique partout dans le monde

        Oui ils se gargarisent tous de signes de renouveau qu’ils sont bien les seuls à voir. Le relatif renouveau dans les pays neufs n’est dû qu’à l’attrait de la nouveauté rien de plus. D’ici quelques décennies si rien ne change le déclin se fera sentir là-bas aussi et là...

        Elle a eu des siècles pour se réinventer Ce « machin » pour paraphraser De Gaulle est dirigé par des vieillards, axés sur la conservation du dépôt de la foi, comme ils disent... Sans comprendre qu’une bonne herméneutique de haute volée, qui n’a jamais été réellement faite, serait à l’ordre du jour. Mais ils en sont incapables. Ils sont comme le figuier stérile. Voir aussi la parabole des vieilles outres incapables de contenir le vin nouveau.

      • oncle archibald 21 avril 08:53

        @guepe

        On peut objectivement constater que les pays européens chrétiens qui ont organisé les sociétés telles que nous les connaissons avec tous les services sociaux que vous citez l’on fait bien avant les autres et ont été imitées. Un peu comme le code civil, dit code Napoleon, qui a peine adapté aux particularités locales est en vigueur dans le monde entier .... ne crachez pas dans la soupe que vous mangez tous les jours.

      • guepe 22 avril 00:48

        @oncle archibald

        Bien sûr que non. La civilisation chinoise et indienne a été pendant très longtemps supérieure technologiquement aux pays européens. C’est de ces régions que sont partis les chiffres que nous utilisons ainsi que l’imprimerie ainsi que quantités de découvertes et de grands mathématiciens.

        L organisation des hôpitaux tels que nous les connaissons aujourd’hui nous vient des arabes. La systèmatisation de la médecine aussi. Le bouddhisme a inspiré les thérapies cognitivo- comportementales là où votre christianisme n’a servi à rien. La Chine et le Japon avaient aussi leurs universités, ses monuments, ponts, infrastructures , routes,....

        Et les pays qui ont été les plus loins dans les système de santé sociaux sont des sociétés communistes . smiley

        Tandis que votre christianisme n’a servi à rien aux arméniens. Voilà, moi aussi je peux faire des arguments bidons. De plus, mettre tout ce qui s’est fait en Europe sous le compte du christianisme est du n ’importe quoi. De cette façon, on a tôt fait de classer la théorie de l’évolution comme étant du au christianisme.

        Quand à votre code civil adapté dans le monde entier, il faut vous rendre compte qu’il existe d’autres mondes au delà de l’Atlantique et de l’Oural.

        Et il faudrait aussi montrer en quoi il émane du christianisme.

        Enfin bref, que des affirmations péremptoires, reflétant une inculture assez profonde. Continuez à boire votre soupe et je cracherais toujours dedans.


      • guepe 22 avril 00:55

        @Gollum

        C est vrai, mais c est une chance aussi. Leur nocivité n’est plus une menace si elle n’atteint personne.

        Toutefois, il existe aussi des cathos tradis, surtout des jeunes, qui sont capables d’admettre l’erreur de leurs coreligionnaires antérieures tout en ne se faisant pas d’illusions sur l’avenir de leur mouvement. J’en connais. Mais sur ce site, ils sont pas légions.


      • Gollum Gollum 22 avril 11:03

        @guepe

        Le bouddhisme a inspiré les thérapies cognitivo- comportementales là où votre christianisme n’a servi à rien. 

        Très pertinent. En effet, les méditations de type orientales sont très utilisées en milieu psychiatrique afin de lutter contre le stress, remettre des angoissés à l’endroit, lutter contre les TOC.

        Bref, il est clair que le Bouddha est en train de s’avérer meilleur médecin que Jésus. Il n’y a là aucune surprise à avoir. Comme je l’ai écrit souvent ici Jésus s’en est allé sans nous fournir aucun mode d’emploi...

        On peut rappeler aussi l’immense avance du bouddhisme quant au respect de l’animal par rapport au christianisme qui ne voyait ceux-ci que comme des êtres sans âme, vision qui inspira Descartes avec ses animaux-machines, utilisables à merci... Dans la droite ligne de la Genèse avec l’injonction faite à Adam de dominer sur toute chair.

        Et il faudrait aussi montrer en quoi il émane du christianisme.

        Bah avec ces gens là tout vient du christianisme. Ils ont même le culot de faire croire que la science n’a pu naitre qu’en Occident que grâce au christianisme. Quand on sait les difficultés des premiers scientifiques de la part des ecclésiastiques ça fait sourire..

        Mais c’est à ça qu’on les reconnait : ils osent tout.

        Sinon comme vous le dites ailleurs, ils sont neutralisés. Espèce en voie de disparition. smiley

      • arthes arthes 22 avril 11:30

        @Gollum
        Sinon comme vous le dites ailleurs, ils sont neutralisés. Espèce en voie de disparition. 


        Vous parlez des chrétiens ??? smiley

        Trop tard, je me suis déjà reproduite, mais pas beaucoup c’est certain...

        Sérieusement : 

        De toutes manières le bouddhisme, lequel reste une forme dénaturée de l’hindouisme (tout est souffrance, mais tout est décadence, hélas) disparaitra aussi, comme le reste, et en définitive, il restera le spirituel, pas plus votre « église » que la mienne , ni celle les autres n’y survivront.

      • Gollum Gollum 22 avril 12:11

        @arthes


        Non je parle juste des « chrétiens » qui ne réfléchissent pas, plus préoccupés d’adhérer à une grande structure et au catéchisme que de réfléchir par eux-mêmes... Il y en a beaucoup encore, la preuve.

        Sinon oui tout disparait. Car tout s’use. Le christianisme est usé d’ailleurs. Fortement. 

        Sinon je n’ai pas d’Église. J’ai compris, très tôt, que d’adhérer à une Église vous enlève tout esprit d’indépendance. Et ma liberté j’y tiens. 

      • Furax Furax 22 avril 17:22

        @Gollum

        Je ne viens plus que rarement sur Agoravox mais j’ai l’impression que, si vous commentiez un article sur la fabrication du boudin blanc, vous vous débrouilleriez pour placer un refrain anti-catho.
        Les cathos sont ce qu’ils sont mais je vous rappelle une phrase de René Guénon, que nous apprécions tous deux, il me semble, dans la conclusion de
        "La crise du monde moderne" :

        « Devant l’aggravation d’un désordre qui se généralise de plus en plus, il y a lieu de faire appel à l’union de toutes les forces spirituelles qui exercent encore une action dans le monde extérieur, en Occident aussi bien qu’en Orient ; et, du côté occidental, nous n’en voyons pas d’autres que l’Église catholique. »

        Bien cordialement


      • Gollum Gollum 22 avril 18:40

        @Furax


        Vous m’avez déjà sorti cette citation cher Furax il y a peu. J’y ai répondu. Je vous invite donc à vous reporter à cette réponse.

      • arthes arthes 23 avril 00:04

        @Gollum


        Le christianisme se porte bien justement , celui qui ne se voit plus précisément par les croyants , il suit son cours, le cours de toutes choses...Trankilou...C est son destin .

        Vous semblez adhérer à une spiritualité bouddhiste quand même.. .C est ce que je nomme une Église, même si le temple est votre corps, et vu que la spiritualité est liberté, ce n est pas antinomique avec l indépendance.. Me paraît- il.

      • Furax Furax 23 avril 00:57

        @Gollum
        Exact cher Gollum, j’avais lâché l’affaire
        Manque de temps
        S’cuzez moi !


      • Jean Keim Jean Keim 23 avril 09:15

        @Gollum & guepe 


        Vous êtes vous relus ? 

        Vous utilisez vous même l’intelligence que que vous prônez ... en lui tournant le dos !
        Votre délire est le symptôme d’un emballement mental où vous ne faites que papoter comme des accoudés éméchés au zinc d’un bistrot, dans vos propos il n’y a rien d’autres que du bruit, à l’instar d’une personne disant à une autre : t’as vu au JT ils ont dit que..., éméchés vous l’êtes par toutes vos certitudes intelectuelles qui vous bouchent l’horizon, citer le nom commun et/ou latin d’un arbre ça fait savant mais l’arbre est-il pour autant observé et perçu ?

        Comparer Gautama et Jésus (ou le Bouddha et le Christ car il faut être cohérent dans vos propos) me fait croire que vous êtes en compétition pour franchir le premier la ligne d’arrivée qui est malgré tout inaccessible car toujours repoussée plus loin par votre ambition pseudo spirituelle.

        Vous faites l’amalgame entre les enseignements de ces deux hommes et ce qu’on en fait les suiveurs, les deux ont vécus à des époques différentes, dans un contexte culturel spécifique et probablement avec des humanités dont les comportements et les conditionnements étaient dissemblables.

        Jésus n’a fourni aucun mode d’emploi (Gautama non plus d’ailleurs), assurément et c’est justement le cœur de son (leur) message, alors certains tentent de le rédiger en allant puiser dans une tradition antique qu’il faut plus ou moins triturer, plutôt plus que moins, pour la faire coller avec l’homme, on se réfère à des textes apocryphes dans les auteurs et la provenance sont douteux, on se baptise gnostique et tant qu’à faire on y rajoute une (grosse) pincée d’orientalisme, c’est dérisoire, et on ou plutôt « vous » passez à côté de l’essentiel et vous venez étaler votre science avec force citations pour faire encore plus savant, mais vous ne vous reposez jamais...

        Un mode d’emploi c’est utile pour un équipement électroménager mais pour le sujet qui vous occupe ce ne sera jamais pertinent... là réside l’essence même de l’intelligence.

      • Gollum Gollum 23 avril 17:09

        @arthes


        Vous semblez adhérer à une spiritualité bouddhiste quand même.. 


        En fait ce qui m’intéresse ce sont les points de convergence entre les différents points de vue. C’est la meilleure méthode pour aller à l’essentiel. Et l’essentiel est : se sanctifier, sacrifier l’égo, le petit je... Ce qui implique ascèse. Ascèse intellectuelle pour certains, affective pour d’autres, dans l’action pour d’autres encore, dans la contemplation pour certains, etc... Les chemins sont multiples mais le but est Un.

      • Gollum Gollum 23 avril 17:17

        @Jean Keim


        Bravo ! Quel discours ! Je vous reconnais bien là. On sent l’homme d’humilité à plein nez...

        Le type qui crache sur le savoir parce qu’il est incapable d’y accéder...

        Je suis heureux que vous révéliez votre vrai visage que j’avais depuis quelque temps largement eu le temps de soupçonner... La fausse humilité bien visible, tout ça... Un clone de Pascal L en sorte.. pire peut-être..

        Un mode d’emploi c’est utile pour un équipement électroménager mais pour le sujet qui vous occupe ce ne sera jamais pertinent...

        Mais bien sûr. L’âme n’a pas besoin d’hygiène de vie, de règles, donc d’un mode d’emploi pour bien vivre. Des générations d’hommes de tout pays se sont acharnés à trouver les meilleures règles de vies, des stoïciens en passant par les platoniciens, les bouddhistes, les chrétiens et les autres et vous, vous n’avez pas besoin de mode d’emploi.

        là réside l’essence même de l’intelligence. smiley

      • Jean Keim Jean Keim 23 avril 17:56

        @Jean Keim
        Amen, amen... là réside l’essence même de l’intelligence et de la liberté.


      • oncle archibald 23 avril 19:05

        @guepe

        J’ai bien compris vos propos, le monde occidental descend directement du singe qui lui même descend de l’arbre et nous devons le peu que nous avons appris aux induis et aux arabes. Merci de nous l’avoir rappelé il y en a tellement parmi nous qui croyaient que nous étions normalement intelligents et civilisés du fait des gènes transmis par nos ancêtres grecs et romains venus engrosser nos stupides et blondes gauloises ....

      • guepe 24 avril 17:10

        @oncle archibald

        N’importe quoi. Post stupide. Au même niveau que l’article. Déjà, c est vous qui affirmé que le monde entier doit tout ces systèmes sociaux à l’Occident. Comme ci ils nous avez attendus. Donc votre satire, je vous la retourne. D’autre part, je n’ai jamais nié l’influence occidentale. Non franchement , où ?

        Et vous ? Vous allez nous dire que les chiffres que nous utilisons sont européens ? Qu’avicennes n a eu aucune influence sur la médecine ? Que la civilisation chinoise , c est quedalle par rapport à l’Occident ?

        Mais je peux comprendre qu’un inculte comme vous n’a plus qu’à caricaturer quand on ne connait rien sur ses sujets.


      • guepe 24 avril 17:15

        @Jean Keim

        Et voilà, encore un post débile. Je m’associe à la réponse de Gollum.

        Le vieux sermon du dimanche.


      • Gollum Gollum 24 avril 17:42

        @guepe

        Tonton archibald ne connait que Rome, la Grèce et la mythologie hébraïque. Les autres c’est des barbares.

        C’est une forme de narcissisme projeté sur l’environnement. Puisque je suis exceptionnel je ne peux être né que dans le milieu culturel qui me correspond. Les autres c’est forcément de la bouse...

      • Gollum Gollum 24 avril 17:44

        @guepe


        Oui le sermon du dimanche. Il vient d’ailleurs de sortir justement un texte qui semble presque une moquerie de certaines personnes...

        Je vous conseille d’aller consulter ce texte indigent que j’ai noté en conséquence bien évidemment...

      • arthes arthes 24 avril 17:56

        @Gollum


        Certes, certes, et , mais, du reste, je vous trouve  en ce moment un aspect plutôt ....Luciférien smiley smiley 

      • arthes arthes 24 avril 17:57

        @arthes

        Votre post de 17h09
        Et le reste d’ailleurs (lol)

      • Gollum Gollum 25 avril 11:23

        @arthes


        Globalement, dans la mesure où l’on est toujours en déséquilibre quelque part, vous avez raison.

        Mais je me soigne... smiley

      • guepe 25 avril 13:49

        @Gollum Je viens de lire. Je crois qu’il vous l’adresse. smiley

        Ce jean refuse la pensée ( me demande comment on peut la refuser mais bon ) C’est drôle car dans son histoire, c’est justement en réfléchissant sur les réponses que le disciple obtient qu’il s’affranchit du maître. Le mec s’auto-réfute sans s’en rendre compte.

        D’ailleurs, c’est ce que veulent tous les chefs de sectes, l’absence de pensée de leurs disciples. Mais bon, faut pas s’attendre à grand chose chez des gens tout fier d’avoir renoncer à penser ou à l’intelligence.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès