• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ce mercredi 9 novembre, la presse a les joues rouges

Ce mercredi 9 novembre, la presse a les joues rouges

Et voilà, Trump a gagné. Et pas d'un cheveux.

Tout d'abord je préviens : je ne suis pas Américain. De ce fait, la politique intérieure américaine ne me concerne pas. Sur la politique extérieure, l'histoire a montré qu'il n'y a probablement pas de différence entre le parti Républicain et le parti Démocrate. Finalement, cette élection ne me concerne que peu.

(Alors pourquoi suis-je de bonne humeur ?)

A mes yeux, cette élection a été beaucoup trop médiatisée. Avec un choix éditorial assez flagrant : Clinton est la candidate "respectable", et Trump symbolise le FN.

(Je ne suis pas pro-FN, pourquoi suis-je de bonne humeur ?)

En France toujours, presque tous les média, si ce n'est tous, ont pris ouvertement parti pour Clinton. Sans aucune forme d'analyse politique, juste des commentaires people : Clinton est déjà dans la place, candidate "naturelle", Trump "dérape", "dérape encore" et "dérape toujours".
La presse française a ainsi prouvé, une fois de plus, sa totale partialité et son réel parti-pris. Ca n'a rien de surprenant si on considère que les journalistes sont des êtres humains, et que les êtres humains ont des avis. La seule différence entre l'élection américaine et les élections françaises, c'est qu'ici, ils se sont sentis le droit de lâcher la prétendue "neutralité journalistique", et quand on tombe le masque, on montre son visage.

Et quel visage la presse a-t-elle montré ? Celui d'une caste incluse dans le "système", aveugle au mouvement de rejet dont elle est la cible. Massivement financée par de l'argent public, incapable de penser à la moindre alternative, ni de formuler une critique qui porte sur la machine plutôt que sur l'opérateur du moment.

C'est la presse qui critique aveuglément Dieudonné.
C'est la presse qui n'a rien compris au M2S en Italie, à Siriza en Grèce, à l'effondrement des partis historiques en Espagne. Celle-là même qui appelle encore le PS "la gauche".
A mes yeux, les résultats de ce matin sont avant tout une gigantesque claque dans la gueule de la presse française.

Voilà pourquoi je suis de bonne humeur aujourd'hui.

Bonjour chez vous :)


Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • roman_garev 9 novembre 2016 16:58

    « La presse française a ainsi prouvé, une fois de plus, sa totale partialité et son réel parti-pris. »


    Je comprends que cela ne devrait pas vous intéresser, mais je vous assure que toute la presse occidentale (autrefois on appelait cela « la presse libre du monde libre ») ait prouvé sa totale partialité et son réel parti pris. Et alors ? Est-ce que demain elle se débarassera de ces défauts ? Mais non. Elle continuera de vous mentir, et vous continuerez d’avaler ces mensonges en la payant, tout en affirmant que tout autre point de vue soit propagandiste.
    Donc votre bonne humeur ne durera pas trop. Mes félicitations.

    • picpic 9 novembre 2016 17:39

      @roman_garev

      Non, je pense que vous ne comprenez pas le sens du propos.

      Les médias mainstreams n’ont plus le pouvoir et ça, ça met de bonne humeur.
      ça veut surtout dire que le peuple n’est plus aussi facile à duper qu’auparavant.
      c’est là qu’est la victoire.


    • Jeekes Jeekes 9 novembre 2016 19:15

      « la presse a les joues rouges »

      Mouais, elle a surtout le cul merdeux.
      Mais ça va passer, elle a l’habitude... 

      • LE CHAT LE CHAT 10 novembre 2016 15:49

        la presse est utile , elle sert lors de l’épluchage des patates !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

sleeping-zombie


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès