• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ce n’est pas la croissance qu’il nous faut, c’est la (...)

Ce n’est pas la croissance qu’il nous faut, c’est la renaissance !

Ce qu'il nous faut, ce n'est pas la croissance, c'est une renaissance ! Les électeurs et les électrices qui ont exprimé un vote positif pour Macron (et non un simple vote par défaut) étaient en attente - et restent en attente - d'autre chose qu'une poursuite obstinée de la croissance économique. Les réformes au pas forcé qui ne visent que cet objectif ne les contentent pas.

En votant pour Emmanuel Macron, les électeurs "constructifs" (dont l'auteur de cet article a fait partie) espéraient une renaissance. Aujourd'hui, on vient nous seriner encore que nous sommes hostiles à tout changement, "réfractaires" ! Cela est faux, nous voulons des réformes qui s'inscrivent dans un programme de civilisation plus large : une renaissance.

De l'air avant toute chose !

Les puissants ont un travers fréquent qui est de penser pouvoir nous apporter la lumière. Mais avant la lumière, ce que nous voulons c'est respirer. L'air nous est plus vital que la lumière. De plus, la lumière que l'on prétend nous imposer d'en-haut du trône ou d'en-haut d'une chaire, nous avons tendance à nous en méfier légitimement. Nous sommes à cet égard réfractaires et il est juste et bon que nous le restions. La lumière qui vient d'en-haut n'est bonne que lorsqu'elle vient du soleil. Et encore ! Au grand jour, on ne voit pas les étoiles... Quant au mythe de la caverne de Platon, il me fait doucement sourire ce philosophe qui n'a jamais connu la faim. Mieux vaut vivre et respirer dans le noir que de crever de misère en plein soleil. Donc, en sortant de la caverne, j'aurais dit, moi, aux disciples du grand Platon : "Respirez à fond ! Respirez profondément ! Soyez libres avant tout ! Vous aurez tout le loisir ensuite de regarder ces phares éblouissants que sont ces maîtres."

Un autre travers des puissants est de nous dire sans cesse "regardez ce que nous décidons !" dans un souci louable de pédagogie. Mais que les choses soient redites ici encore : nous préférons respirer à notre aise avant de regarder quoi que ce soit : votre tableau, votre graphique ou votre tract attendront que nous soyons assurés de manger, de boire et et de respirer sous un bon toit.

Du silence avant tout choses !

Ici, c'est à l'immense poète Charles Baudelaire que je m'oppose, lui qui a écrit "de la musique avant toute chose". Mais je suis sûr qu'il aurait compris. Avant de poser les mots sur le silence, respirez ce silence ! Graver peu de mots, comme des diamants rares, sur le silence. Ornez le silence mais ne l'étouffez pas. Que son air reste pur ou au besoin qu'il soit purifié. Un certain chef d'Etat, se voulant Jupiter, a eu d'abord cette ambition, puis il s'est mis à s'exprimer à tort et à travers, et trop souvent même à travers en improvisant de curieuses façons. Je dirai ceci aux puissants : si vous n'êtes pas de très grands artistes, surtout n'improvisez pas. L'improvisation n'est pas un don qui se rattache à vos qualités de princes, qui sont grandes par ailleurs. Ne devenez pas un prince-sans-rire qui peine à rattraper ses mots malheureux et blessants. Epargnez-nous les phrases qui ne visent qu'à produire de l'effet sur le moment et qui sont pauvres en message et en sagesse.

Le silence reste. Les idées fausses fondent comme neige au soleil, les idées vraies demeurent éternelles. Les idées vraies sont comme le roc de la montagne après la fonte des neiges.

Laissez filer l'eau vive !

C'est une bonne chose de canaliser et de construire des digues. Mais il est tout aussi essentiel de laisser des espaces dans lesquels l'eau vive peut s'écouler à son aise et librement. Une eau trop longtemps retenue croupit. La pesanteur des règles et des normes, des interdits, tout cela est étouffant comme le Concile de Trente.

Le rythme de la vie est à trois temps : l'arbre, la fleur, le fruit. Mathématiquement, ce rythme de croissance naturelle est exprimé, par exemple, par la suite de Fibonacci. A savoir, le moment du passé dit "N moins 2" s'ajoute au moment passé "N moins 1" pour composer le présent. Le présent n'est jamais une création autonome, une naissance spontanée, il contient le passé et même l'avenir (en puissance). Comme l'"instant fleur" comprend l'"instant fruit" combiné à son état précédent d'"instant arbre". La pensée que j'appelle "pensée-perspective" est comme le tableau d'un maître de la Renaissance qui, au lieu de faire comme ses prédécesseurs de l'art gothique et de peindre trois tableaux pour trois épisodes racontant un fait, rassemble les trois dimensions temporelles dans une oeuvre appelée une composition. La même peinture peut figurer l'enfant Jésus et son destin (représenté par l'agneau du sacrifice, chez un Léonard de Viinci, ou par le mont des martyrs au fond du paysage pour tel autre peintre). Le présent incorpore du passé et de l'avenir en puissance. Faisant fi de la chronologie, nous entrons dans la pensée-perspective.

Respecter la croissance naturelle (le rythme de la vie et des êtres vivants), respecter les lois de la croissance naturelle (comme la forme réglée par la suite de Fibonacci), est plus vital et plus payant à long terme que la poursuite d'une croissance aux enjeux restreints, ignorante des lois universelles, et somme toute assez factice.

Penser perspective, c'est compter jusqu'à trois, dessiner un triangle. Respectez le vivant, c'est appliquer ce schéma à ce qu'il y a de plus précieux et non à des artifices comme la valeur monétaire.

Revenons à des choses plus prosaïques. Quels étaient les germes de la renaissance au moment de l'élection de Macron ? Il y avait la promesse d'une justice qui s'applique à tous (sans exception pour les puissants), de la sincérité (transparence, le parler vrai), du changement touchant à l'essentiel de la vie des citoyens, de choix de civilisation (une Europe plus forte et plus juste, le respect de notre laïcité) etc. Et puis, patatra ! Tout cela est retombé et il n'est plus question que de courbes de croissance, de mesures économiques et comptables de court terme et de petites phrases cyniques teintées d'humour douteux.

Ce qu'il nous faut n'est pas la croissance, ce qu'il nous faut c'est une renaissance comme cela nous avait été promis...En ces temps incertains où toute stratégie économique élaborée risque d'être vouée à l'échec (les variables étant trop imprévisibles : versatilité de Donald Trump, géopolitique très changeante...), aucun plan n'est assuré de réussir. Une vaste politique de l'offre ou de la demande ? A quoi bon ? On l'a bien vu, faire pleuvoir plus d'argent sur les riches n'a pas créé l'effet retour multiplié qui était attendu. Les riches ne veulent pas investir dans le contexte qui est celui que nous connaissons, tant européen que mondial, alors ils capitalisent. La confiance est une chose utile mais elle ne saurait suffire à elle seule.

Pourquoi alors ne pas en profiter et se contenter de tenir la maison le temps que passe la tempête et, grâce au temps gagné sur les longues réflexions macro-économiques, penser en termes de Vivant, de civilisation future ? Penser renaissance plutôt que penser croissance.


Moyenne des avis sur cet article :  2.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • NEMO BOZO 31 août 09:45

    La création monétaire permet la croissance jusqu’au moment où les gains de productivité ne permettent plus un accroissement des biens en rapport avec la création monétaire. A partir de ce moment la croissance est structurellement impossible. 

    Vouloir la continuer malgré tout implique de continuer la création monétaire ce qui conduit inexorablement, si on combat en même temps l’inflation, à un déséquilibre économique entre ceux qui détiennent la dette et ceux qui en sont les débiteurs accentuant continuellement la montée des inégalités. 
    La croissance n’est pas la solution aux déséquilibres économiques, elle en est l’origine.

    • JL JL 31 août 10:30

      @BOZO
       

       ’’La création monétaire permet la croissance jusqu’au moment où les gains de productivité ne permettent plus un accroissement des biens en rapport avec la création monétaire.’’ 
       
      en rapport avec ? La bonne idée selon moi serait : La création monétaire permet la croissance jusqu’au moment où les gains de productivité ne permettent plus de satisfaire la rapacité des capitalistes. Pas seulement une question de gains de productivité : le marché peut se saturer (à quoi certains fabricants répondent par l’obsolescence programmée, par exemple, ou la création de faux besoins, cf. Les GAFA).
       
      De fait, le capitalisme financier - qui n’est que la forme d’une délégation par la communauté à une personne privée, du pouvoir de faire crédit à chacun de ses membres qui désirent entreprendre ou investir - est un parasite dès lors qu’il s’incruste.

    • NEMO BOZO 31 août 11:33

       !@JL

      Tout-à-fait, Thierry, tout-à-fait


    • izarn izarn 31 août 19:11

      @BOZO
      La création monétaire c’est de la merde pondue par les imbéciles...
      Histoire de faire durer le fantasme...
      La fin est rpoche !
      C’est la lutte finaaaale !
      « Ils nous vendront la corde pour les pendre »
      Lénine.


    • NEMO GRUMPY 1er septembre 07:38

      @izarn

      ben faudra pas payer, ou alors demander un échéancier, comme ça on aura une raison de plus de pas perdre de temps !

    • cevennevive cevennevive 31 août 09:57

      Bonjour Taverne,


      Merci pour ces réflexions pleines de sagesse et que je partage largement.

      Cependant, à l’avènement de Macron, je n’ai pas cru en ses paroles, en ses envolées de jeune loup inconscient, à ses vues sur l’avenir de notre pays. Tout cela sentait « l’adolescent boutonneux ».

      « Vous allez voir ce que vous allez voir » semblait-il dire, « de la musique avant toute chose » et l’étourdissement du parvenu, trop immature pour relativiser.

      De plus, il y a tant de lois, tant de décrets, tant d’événements pour nous empêcher de respirer, de voir la lumière et de goûter à la liberté. Consommer, comparer nos revenus, chouiner pour ceci ou cela, voir en toutes choses de l’injustice, du malheur et occulter les petits bonheurs, etc. La vie de tous les jours ne nous épargne pas.

      Merci et bien à vous.




      • Taverne Taverne 31 août 10:49

        @cevennevive

        Macron disait de « penser printemps » mais ce n’était qu’une formule vide. Il n’a pas semé les graines de la renaissance.

        Que vienne un Grand Printemps et avec lui le « ménage de printemps » (qui n’est pas une tabula rasa) qui balaiera tout ce qui opprime notre respiration, tout ce qui étouffe nos aspirations. Quand le printemps s’installe, tout pousse naturellement et la croissance se fait toute seule sans avoir besoin de la main de l’homme.


      • placide21 2 septembre 09:26

        @cevennevive
        Il était « si beau si jeune », beaucoup de jeunes entre 18 et 21 ans ont voté pour lui .Je mettrais le vote a minimum 23 ans ,à 18 ans les jeunes sont encore à biberonner papa/maman et facebook ,leur donner la parole comme a des citoyens responsables et autonomes n’a aucun sens ils ne sont pas encore sorti de l’adolescence et sont en fait agents des GAFA.


      • zygzornifle zygzornifle 31 août 10:43

        Les électeurs et les électrices qui ont exprimé un vote positif pour Macron (et non un simple vote par défaut) ..


        Ils ont veautés contre Lepen , il y aurait eut n’importe que crétin en face de Lepen aurait été élu ....
        On appelle cela gagner sans prestige , sans panache , une élection par défaut .... 

        Il y aurait eut Belzébuth contre Lepen c’est Belzébuth qui serait président ....

        • izarn izarn 31 août 19:15

          @zygzornifle
          Reste à savoir si le Diable ne se trouve pas plutot chez Macron que chez Le pen...
          Hein ?
          Cher zygue pro système...
          Hummm ?
           smiley


        • zygzornifle zygzornifle 31 août 19:38

          @izarn


          Pro chez les sans dentiers retraité au seuil de pauvreté voila ce que je suis , le système j’attend avec impatience une vrai révolution pas une manif a banderoles, j’ai des comptes a régler , du rendu monnaie a faire avec les dirigeants  ....

        • Raymond75 31 août 10:47

          Merci pour cet article dans lequel je me reconnais.


          • cyborg 31 août 11:01

            Comme je suis en train de lire la Science de la Logique, j’ai pensé à votre branlette de l’ëtre dans la Caverne, voici la vraie masturbation dans les règles de l’art :
             
            L’ËTRE
             
            Dans la cour le tas de fumier « est ».
            Dessus « vit » la mouche gogochonne.
            Devant « pense » le paysan fasciste.
             
            « Être seulement » s’applique au fumier, « vivre seulement » à la mouche à merde.
            Pour vivre la mouche s’est séparé de la totalité de l’Être, par sa frontière, sa carapace. Elle nie et consomme l’Être autre. Le moi-paysan pense en se séparant des autres objets, du fumier, de la mouche gôcho, des autres paysans fascistes, du seulement matière, du seulement vivant, où des autres moi-penseurs. Avec Al, il oubliera sa pensée et reviendra un légume gôcho, un « vivant seulement », et en pourrissant au final, un « Être seulement ».
             
            Aussi puis je dire que ce qui est entièrement défini, sans qualité supplémentaire par « Être » est ce qui est mort et universel. Car « le vrai est le tout », j’ai dit la Vérité sur une chose quand je l’ai entièrement déterminé, et dans sa totalité. Le vivant « est », certes, mais « de part » (par prédicat) une matière elle même morte. Je « suis » donc je pense, certes, mais « de part » un vivant lui même d’une substance morte.
             
            Aussi puis je dire que le vrai de l’Être est le « Tout qui est mort ».
             
             
            Après on laisse tomber le prédicat être part « vérité de » mais c’est une autre histoire.


            • Taverne Taverne 31 août 11:24

              @cyborg

              Dans cette basse-cour (la France), sur ce tas de fumier, un coq est perché. C’est le coq gaulois. Il ne se plaint jamais de son sort ni des odeurs du fumier. Sauf quand il va dans les basses-cours voisines et c’est alors qu’il lance un grand cocorico retentissant. Et vous savez quoi ? Toutes les mouches (les médias) le suivent pour répercuter à l’infini son chant de plainte, peu importe que ce cri ait un sens profond ou pas de sens du tout. Même les poules ne manifestent pas tant d’intérêt et d’engouement pour sa personne. A croire que la destinée des mouches et des moucherons (les lecteurs des médias) est liée à ses fines pattes de coq imprégnées de l’odeur du fumier.


            • cyborg 31 août 12:50

              @Taverne
               
              Le coq est mort, tué par les gôôôchos mondialiste et leur traite négrière, La civillsation européenne aussi s’est suicidée, ne reste que le Supermarché des loisirs pour les bobos, et la race pour ceux qui n’ont pas la carte de crédit, le sésame libéral du chateau de verre, la clef de la vitrine.
               
              La coq est dépecé, vidé, et la fouine Bichon s’en fait un costume de mime.  Pour faire croire que le coq est encore vivant. Seuls les ânes y croient.
               
              Je vous laisse votre coq empaillé et votre supermarché. Dans la surpopulation des moutons qui vient, la mort de la Mort que cherchent les transcochons pour chier dans le lisier éternellement, ces derniers achèteront 3 petits dogues pour tenir en respect les animaux bobos. Et on jouant dans la cour goudronnée et bétonnée par gôcho l’écolo, les petits dogues renverseront la poubelle de l’Histoire et y trouveront un très vieux casque d’acier.  smiley


            • izarn izarn 31 août 19:25

              ’@cyborg
              Consultez un psy avant d’écrire des inepties...
              Merci !
              Je sais , c’est la démocratie sur Agoravox, on en profite, mais dès fois c’est lourd...
              Dans la connerie.
              Merci qand meme à Ago, c’est une exprérience scientifique utile !
               smiley


            • Taverne Taverne 31 août 11:14

              Pour que choses repoussent en harmonie, il faut une renaissance. Quand tout a poussé de travers et dans un désordre dangereux, il faut une renaissance. Le bon jardinier est celui qui sait à quel endroit il faut couper pour permettre la bonne repousse. Le jardinier sait qu’il faut obéir à la Nature pour prétendre la commander. On ne peut presser les choses et il faut toujours semer avant de récolter.

              Une coupe suivie d’une renaissance pour une croissance en harmonie, voilà ce qu’il faut. Je ne doute pas que le président soit entouré de gens intelligents. Mais pour ce genre de projet, les intelligences supérieures ne suffisent pas, il faut des créateurs de génie. Seuls les génies permettent la renaissance.

              La fertilité ne se crée pas par des décisions descendantes. Quand toute décision vient d’en-haut, plus rien ne pousse. Surtout quand on assèche les ressources ou quand on les gâche.


              • Taverne Taverne 31 août 12:50

                Je crains d’avoir mis la barre un peu haut en parlant de génies et je corrige donc mon propos en donnant un exemple concret. On peut dire que Jean-Michel Blanquer a le génie du moment pour assurer le renouveau de l’éducation. Il se peut que demain il faudra une autre forme de génie, quand il sera utile de passer à l’étape suivante. Le génie n’a donc pas un sens absolu. Mais il faut aussi avoir, en plus, des personnes dotées d’un génie à caractère plus général et plus global. Mais nul besoin d’être un Léonard de Vinci. Je n’ai pas de nom en exemples qui me viennent.


              • mmbbb 31 août 19:10

                @Taverne article gentil les personnes sont tenus par leur credit et leur pouvoir d achat . Cela me rappelle un douce chanson chantee durant les annes 1970 Que sont devenus les chantres de cette doctrine . des managers des patrons 


              • izarn izarn 31 août 19:32

                @Taverne
                Désigne ton ennemi :
                Wall Steet ?
                Trump ?
                Les USA ?
                Tu trembles ?
                Ben voyons !
                Tu gueules ;mais dans le désert...
                Fastoche !
                Alors désigne, hummm ?
                Hhhaahahahhha !
                Tu n’oses pas pas hein ?
                Pov’con....


              • Coriosolite 31 août 11:18
                Bonjour,

                Bon article, bien écrit.
                Peut-être qu’espérer une renaissance avec Macron était un peu naïf ?

                Petite précision, Baudelaire est un immense poète, certes, Verlaine aussi.

                « de la musique en toute chose 
                 et pour cela préfère l’impair 
                 plus vague et plus soluble dans l’air 
                 sans rien en lui qui pèse ou qui pose »

                 L’art poétique. Paul Verlaine

                Cordialement


                • Taverne Taverne 31 août 11:27

                  @Coriosolite

                  Merci d’avoir rectifié ma boulette. J’ai en effet mélangé avec ce poème-ci de Baudelaire :

                  La musique souvent me prend comme une mer !
                  Vers ma pâle étoile,
                  Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther,
                  Je mets à la voile ;

                  La poitrine en avant et les poumons gonflés
                  Comme de la toile
                  J’escalade le dos des flots amoncelés
                  Que la nuit me voile ;

                  Je sens vibrer en moi toutes les passions
                  D’un vaisseau qui souffre ;
                  Le bon vent, la tempête et ses convulsions

                  Sur l’immense gouffre
                  Me bercent. D’autres fois, calme plat, grand miroir
                  De mon désespoir !


                • Taverne Taverne 31 août 11:44

                  La renaissance ne saurait se faire seulement à coups de fusils de chasse...


                  • McGurk McGurk 31 août 13:35

                    @Taverne


                    C’est pourtant le cas : plusieurs 49.3, une assemblée de robots téléguidés votant exclusivement les lois de Macron, une réforme constitutionnelle pour supprimer l’opposition, un gouvernement d’entreprises au lieu qu’il soit du peuple, etc.

                    Les balles sont peut-être « fictives » mais les conséquences, elles, sont parfaitement réelles...et dramatiques...

                  • izarn izarn 31 août 19:33

                    @Taverne
                    Face aux connards c’est une solution...


                  • McGurk McGurk 31 août 13:32
                    Le seul électoral que Macron ait eu, le vrai, est celui des personnes très aisées très minoritaires qui se sont assurées que leurs privilèges restent ce qu’ils sont et les grands patrons. Le reste, càd la majorité des électeurs (99%), l’a fait par défaut.

                    Les « vrais » électeurs de Macron n’attendent aucune « renaissance » ou « révolution ». Elles souhaitent prendre totalement l’ascendant sur la société via un gouvernement complètement sous ses ordres, ordonner aux gens ordinaires et ce sans concession. Fini les prud’hommes (qu’ils veulent d’ailleurs dézinguer), le « code du travail » qui leur met des bâtons dans les roues ou même les charges patronales .Le mot d’ordre, c’est « travailler jusqu’à la mort » (enfin pour les autres), jeter le salarié lorsqu’il n’est plus utile (comme une capote usagée), pouvoir faire n’importe quoi et surtout exiger n’importe quoi.

                    En fait, les électeurs n’attendent rien du tout en général, ils savent très bien car ils savent parfaitement que tout est pourri depuis la base. C’est pour ça qu’ils préfèrent largement se réunir autour d’un match de foot, voilà la triste vérité qui blesse bien des oreilles et agacent bien des politiciens - c’est pour cette raison qu’ils ont desserré la visse et se laissent totalement aller (violence, argot, magouilles à peine cachées, etc.).

                    Il nous faut réintroduire l’humanité dans une société où les individus sont atomisés, où les relations ne sont vues que dans leur simple nécessité. Il faut également cesser de tout mesurer à l’argent et l’utilitarisme.

                    Une économie plus humaine sera également possible lorsque les entrepreneurs comprendront que la croissance passe avant tout par la satisfaction de l’employé et non à tout restreindre pour cause de « compétition féroce », à le payer au lance-pierres en disant qu’il « coûte cher par rapport à un Chinois » et lui demander de travailler pour dix avec un salaire ridicule.

                    Pour ce qui est du chômage, tant que les employeurs penseront que les « jeunes diplômés » (appelés aussi « débutants ») sont des Superman (des années d’expérience avant même de commencer, une maîtrise digne d’un « sénior » et un salaire de Nord-coréen) et qu’ils continueront donc à imposer des critères grotesques d’embauche, il y aura toujours plus de chômeurs.

                    Tant qu’ils élimineront 100% des candidats - allant en panique à Pôle emploi en disant « c’est fou, je trouve pas ! » - et que PE ne sera pas doté des armes nécessaires pour lutter contre le chômage, la situation économique ne pourra qu’empirer.

                    Et également tant que 90% des offres seront destinées aux « personnes expérimentées » - excluant donc ceux qui pourraient, à terme, avoir l’expérience demandée même si elle est souvent très mal évaluée -, le marché du travail ne pourra progresser d’un pouce.

                    • Taverne Taverne 31 août 14:21

                      @McGurk

                      Vous dites : Les « vrais » électeurs de Macron n’attendent aucune « renaissance » ou « révolution ».

                      En êtes-vous sûr ? Macron a prétendu faire une révolution et il a même publié un livre avec ce titre. Les fidèles n’ont-ils pas prêté serment de le suivre comme lors de la Révolution française. Et comme lors de notre révolution, ceux qui n’ont pas prêté le serment ne sont-ils pas désignés sous le nom infamant de « réfractaires » ? Les prêtres réfractaires se voyaient dépouiller de leurs biens en représailles de leur manque de foi dans la Révolution. Etre Gaulois réfractaire, ce serait ainsi un criminel péchant par manque de foi dans le nouveau monde et dans ses réformes toutes présumées excellentes.


                    • McGurk McGurk 31 août 14:57

                      @Taverne


                      Mais tous les politiques prétendent être des « révolutionnaires » et « créer le changement ». Alors c’est vrai qu’ils le sont, mais par pour rendre la société meilleure et plus égalitaire, mais au contraire pour la rendre encore plus inégalitaire tout en conservant leurs privilèges dignes de courtisans des rois sous l’Ancien régime.

                      Les « fidèles » ont simplement vendu leur âme pour échapper au marasme politique provoqué par la mort du parti socialiste (tué par hollande), un équivalent d’un « Hiroshima politique ». C’était soit renier toutes ses valeurs et son propre parti, soit le « néant » - l’opposition très faible et divisée, donc plus de garantie de salaire mirobolant et de privilèges.

                      Tout le monde sait - surtout eux - que « En marche » n’est pas un parti mais une machine de guerre pour casser la société - comme le RPR sous Chirac afin de gagner les élections. Ils n’y ont donc pas adhéré de plein gré (dans le sens où EM représentait leurs idéaux idéologiques et moraux) mais de force. De toute manière, ça n’a jamais été un programme électoral de tout péter...

                      Les députés « réfractaires », comme sous Hollande, ce sont ceux qui ont un minimum de scrupules et qui comprennent que la direction prise ne mène que droit dans le mur.

                      Je ne considère pas la « Révolution » comme un progrès, étant donné les destructions et massacres qui ont eu lieu. Encore moins lorsqu’on sait que la première « Assemblée nationale » était, comme aujourd’hui, composée de types privilégiés, ayant réussi à embobiner le peuple pour « le représenter ».

                      Les Français savent parfaitement que l’ « avenir » qu’ils nous préparent est de la merde. Que toutes les « réformes » nous enfoncent toujours plus vers la rupture de la société et nous rapprochent plus d’un fonctionnement « monarchique » 2.0.

                      Ils s’y opposent parce que le véritable avenir est dans l’autre direction et non de foncer dans le précipice tête baissée. On paye d’ailleurs cher notre laxisme envers le monde politique...

                      Macron ose mentionner le « modèle danois » mais il n’a jamais osé mentionner son avance phénoménale au niveau sociétal et législatif - au moins un siècle d’avance. De toute manière, il ne colle pas du tout avec notre objectif désastreux de société inféodé à l’économie mondiale et à l’UE.

                    • izarn izarn 31 août 19:41

                      @McGurk
                      La révolution n’est pas un progrés !
                       smiley
                      Mais pauvre con, s’il y a eu révolution ;c’est parceque les connards n’ont pas su évoluer !

                       smiley

                      Hahahaha !
                      Le niveau !
                      Mort de rire !


                    • McGurk McGurk 31 août 19:57

                      @izarn


                      Et bien non, les « connards » on été remplacés par d’autres « connards » aussi vicieux voire plus....

                      Il y a aussi ceux qui insultent....

                      Y a-t-il eu un progrès pour autant après votre message ? Non, vous n’avez rien prouvé.
                      CQFD.

                    • L’étymologie est claire : pas de renaissance sans mort,....


                      • McGurk McGurk 31 août 15:04

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.


                        C’est faux. Ce n’est pas en tuant la société qu’elle renaîtra. Elle ne fera simplement que mourir.

                      • @McGurk


                        je n’ai pas dit : COMMENT,... Burn-out massif. fissure dans une centrale, écroulement de la bourse,... Mais si nous ne débarrassons pas des anciens schéma obsolètes, le destin lui s’en chargera. Croyez simplement en des expériences de vie. J’ai su exactement à quel moment fermer des portes, ne sachant pas ce qui m’attendait,..et au final, malgré la peur, le meilleurs est arrivé. Savoir partir,.au bon moment,, Macron vu de l’extérieur ne fait qu’appliquer un schéma connu : le thatchérien ou reaganien. A moins qu’il ne cache son jeu,...Comme Loth sort de Gomorrhe, il risque bien de finir en statue de sel. Petit calcul. Thatcher est arrivée en scène en 1979. Ce qui nous fait presque 39 ans (ou quarante). Pour ceux qui connaissant la bible. 

                      • McGurk McGurk 31 août 15:19

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.


                        La seule chose qui risque d’arriver c’est que toute la société se casse la gueule. D’ici là, il sera sûrement à la retraite, une retraite confortable aux frais du contribuable.

                      • izarn izarn 31 août 19:44

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                        La mortalité de la connerie est un point positif...
                        Mais bon, vaste programme...


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er septembre 11:48

                        @izarn


                        j’espère juste comme la tarte TATIN renversez les valeurs. Actuellement : la moisissure domine infecte la base,....

                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er septembre 11:53

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                        relu : 

                        j’espère juste comme la tarte TATIN renverser les valeurs. Actuellement : la moisissure domine et infecte la base,....Bientôt quarante ans de traversée de la mouise. Je m’dresse à un Pythagoricien. Le cycle 40 ans (fin 39, mort de FREuD), 1979, arrivée du duo pourri : Reagan-THATCHER). 2019,....
                        • Selon la Bible, c’est le nombre de l’attente, de la préparation, de l’épreuve ou du châtiment. La Bible recourt souvent aussi au chiffre 40 lorsque commence un nouveau chapitre de l’histoire du salut. D’autre part, quarante indiquerait la durée d’une génération ou d’une période assez longue, dont on ignore la longueur exacte.
                        • Symbolise la mort à soi-même et la renaissance spirituelle.

                      • macron est bien plus saturnien (la mort) que jupitérien,..(la croissance, le libéralisme). Alors, d’où viendra le vent mauvais.   ?. 


                        • Tous les mythe de la Renaissance sont précédés d’une mort : le christianisme, Osiris, les Mayas,..ne rêvez pas à une transition en douceur. Une illusion,...


                          • Taverne Taverne 31 août 16:08

                            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                            Les mythes peut-être mais la renaissance, au sens réel et même naturel, peut se faire sur les mêmes racines et même sur le même socle (un tronc d’arbre). Il faut trancher au bon endroit, ni trop long ni trop court smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès