• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ce Public que les riches détestent et le privé aussi

Ce Public que les riches détestent et le privé aussi

Longtemps les services publics étaient l'enfant pauvre de la nation. Le recrutement se faisait sur la base d'avantages de situation, stabilité de l'emploi pour conserver un personnel, aux activités spécifiques, exigeant discrétion, confidentialité fidélité à la république au service des élus et des citoyens. Les maigres salaires trouvaient compensation dans leurs spécificités, la police, la gendarmerie, l'armée, l'éducation, la communication (ptt, voie publique, transport commun, eaux et forêts). Bref tout un ensemble d'infrastructures permettant à l'activité économique d'éclore.
Toutes essentiellement financées par les citoyens, et non par les entreprises comme je l'ai expliqué dans maints articles sans démenti.

Le privé.

Dans la reconstruction le privé exigeait plus d'emplois et l'immigration y contribua. Le syndicalisme ressorti de la guerre renforcé et comme interlocuteur privilégié du patronat. Ce fut la création des conventions collectives qui couvrent tous les salariés de France et de Navarre. Même ceux qui élevés à son sein leur crachent dessus, alors que sans elles ils ne seraient que des miséreux, comme tous les salariés des pays où elles n'existent pas ou font parti du pouvoir.
Le public a profité également de cet apport syndical sans être soumis à la peur du chômage comme le privé.

Une rancoeur latente.

La fin des trente glorieuses à laquelle s'ajoute les deux crises pétrolières des années 70 plus l'effondrement du bloc soviétique change la donne.
Un des piliers du mouvement syndical révolutionnaire disparait. Le patronat respire, il n'a plus besoin de séduire, il peut se montrer tel qu'il est.
Une organisation de production Capitaliste qui revend au salarié leur travail plus cher que ce qu'il a été payé pour le leur faire exécuter.

S'enclenche alors un processus de réduction des coûts plus drastique sur fond de productivité technologie nourri par la croissance compétitive qu'ouvre l'UE et ce que nous nommons la Mondialisation.
Le patronat de tous pays, s'affiche sans se cacher à Davos et y débat de ses choix.
C'est la consécration d'un dominant systémique vainqueur où se précipitent les gouvernants occidentaux qui gèrent le capitalisme

 Ils le facilitent en appliquant un libéralisme oligarchique et ploutocratique monetariste. Un jeu de dupe s'installe dont les salariés vont s'emparer pour s'affronter.
Les chômeurs feignants, les malades imaginaires, les planqués de tous poils, l'assistanat, les cousinages, tout ce qui est bon pour dire que c'est la faute des autres. 

Avec en apothéose les salariés du public. Ces privilégiés qui ne connaissent pas le chômage. Ces salariés qui ont maintenu leur maigre salaire et leurs spécificités grâce à leurs syndicats, se trouvent mis au banc des boucs émissaires permanent pour servir de base d'ajustement au budget de la natation avec l'accord bien consenti des salariés du privé.

Que s'est-il passé, rien de bien plus humain que l'égoïsme. Obtenir gratuitement ce que l'on convoite et un moteur de l'innovation. Sauf que cela ne fonctionne pas dans le monde de la revendications salariales, car le bien être s'accroit et la productivité ne permet pas d'y accéder par le salaire car il est revenu trop cher par le patronat.
Sauf que l'organisation économique a changé, plus beaucoup de grandes entreprises où l'on se regroupe pour réclamer. Plus la peur du chômage croît, plus ses indemnités diminuent plus les citoyens qui disent ne compter sur sur eux délaissent les syndicats et se tournent vers un pouvoir qui participe à Davos.

Ainsi déçus des deux côtés ils s'en prennent aux fonctionnaires, au public ces nantis. Cela avec l'appui de tous les néolibéraux qui leurs vantent les vertus de l'investissement du capital créateur d'emplois.
Des emplois qu'ils attendent depuis 1990 et pour lesquels depuis 1977 il leur est demandé de réduire leurs trains de vie car ils consomment au dessus de leurs moyens.
C'est assez drôle nous pouvons en convenir. Des salariés créent des biens en échange d'un salaire qui ne leur permet pas de l'acheter sans emprunts quand l'entreprise les leurs revend.
Mais le plus drôle, c'est que des hommes politiques leur reprochent de coûter trop cher aux entreprises qui ne peuvent créer des emplois qu'en les licenciant.
Que si les salariés leurs rendent une partie de leurs salaires par toutes les réductions d'impôts, de niches fiscales, de réduction de cotisations, et malgré cela rien ne change. 
SI ! !
Les citoyens s'en prennent aux salariés de la fonction publique.

C'est l'ascenseur social inversé.
Comme il conduit les salariés du privé à la Cave, ceux-ci au nom de l'égalité républicaine demandent que l'on y descende les salariés du public.

Comment peut-on être socioéconomiquement aussi Con ?
Comment avons-nous pu nous laisser laver le cerveau ?
Comment avons-nous pu laisser la charité remplacer la solidarité ?
comment pouvons-nous accepter d'être vendu par le pôle emploi ?
Comment avons-nous fait pour élever des analphabètes ayant le bac ?

Les gilets jaunes ont raison de manifester, mais ils sont tous ces questionnements que je viens de lister.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.9/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • samy Levrai samy Levrai 6 mai 18:15

    C’est très anglo saxons, c’est très Union Europeenne, bref c’est américain mais il vaut mieux blâmer la France et les français...


    • ddacoudre ddacoudre 6 mai 19:33

      @samy Levrai

      Bonjour Je ne vois pas trop étant anti capitalistique je peux être pour ceux qui le développent. Ce ne sont pas les nations qui créaient quoi que ce soit ce sont les hommes et je suis contre ceux qui exploitent les autres. Cordialement ddacoudre overblog .


    • lee oswald lee oswald 6 mai 18:22

      Bonjour mes amis , il y a eu deux étapes dans notre malheur , d’abord on a tout fait fabriquer en Chine et l’industrie s’est volatilisée et puis le coup de grâce c’est UE , le peu d’industrie qui nous restait est partie dans les pays de l’est ( les bagnoles etc..)

      Maintenant il y a une troisième vague mortelle c’est l’IA , les derniers boulots vont disparaitre .

      Mais s’il n’y a plus de salaire comment va tourner l’économie ?

      Les gilets jaunes , les jeunes l’ont compris , il faut tout casser et repartir de zéro .

       smiley


      • ddacoudre ddacoudre 6 mai 19:51

        @lee oswald

        Bonjour

        Dieu la fait avant toi il a noyé tous les hommes sauf Noé. Résultat rien n’a changé. Dieu s’était trompé de cible.

        Cordialement ddacoudre overblog


      • Vaietsev 6 mai 21:06

        Ce public que les riches deteste et le privé aussi .

        TF1 ,ce sont les memes ordures avec France 2 ,leur but ,eteindre tout citoyen trop chère ou qui s’informe en le faisant rever ,car le système follaye ,car il ne vaut rien ,celui là le sait ,car il est toute sa vie sur TF1 à developper ses idées avec l’aide de la nature ,celle qui lui dis ,LAISSE ,comme le disent toutes les ordures du système, quand nous nouveaux francais nous devenons et avons un potentiel quand nous sommes réguliers ,mais comme le système et les médias sont malins d’entendre nos vies ,nos devenir deviennent des devenir avortées biaisés ,nous devenons donc plus que philosophe par exemple ,des activistes genre les femen ,ce dont nous ,n’avons rien à cirer .avis personnel ,c’est pas mon combat .

        On qui est un con nous dis que la chaine algérienne ,c’est celle des pédales dures ,donc pour synthetiser ,lecapitalisme disparait ,et place à la mondialisation heureuse dis t’on pour la communauté de privilégiés ,par pour moi par exemple ,et laissons place à toutes les pedales dures oisives que cherche les femmes ,car là aussi ,bien souvent ,ce qui reviens sur le devant de chaque journal télévisé ,c’est de savoir ou se trouve une grosse queue .AH ,quelle farce !!

        Dernière chose ,c’est quand les médias nous font rever ,et etant alerter nous leur crachons à la gueule en beuglant ,les médias nous disent alors car nous sommes leurs complices : NOUS AUSSI ,c’est à dire ,tu sais je te crache dessus ,te mets des doigts dans le cul ,je te mords la main assez souvent ,mais quand meme ,t’entendre gueuler me fais un bien fou ,tu avantages alors ma caste Macroniste ,quand Macron se revendique français aujourd’hui ,quand en fait ,il est encore de cet ancienne europe qui n’a pas bougé , pour dire nous prenons des coups en terre algérienne et africaine ,quand nous ne sommes pas chez nous .

        C’est beau la virginité des journalistes ,paraitrait que c’est ce qui se fais de mieux .AH ,bonne blague .

        PS : Le système cherche avant tout à nous rayer de la carte ,car nous sommes plus qu’informer pour plusieurs ,le système lui ne s’informe pas ,il pille et se la raconte pour developper ses idées ou avoir un capes quand il est sur TF1 aidé par la mère nature médiatique ou du système ,oour dire le système quand il rencontre des gens qui sont chères ,il rayent de la carte ,car les voitures volantes ça urge ,les telephones portables qui nous reinitialise le cerveau ça urge .

        Mieux vaut avoir une ressemblance avec des gens de l’UMP si vous voyez le délire.

        Le système plus que d’assassiner ce qui est utile devrait balayer devant sa porte qu’est le monde en rayant de la carte regulièrement ce qui ne sers à pas grand chose ,comme par exemple ,ses demeurés qui rentre dans le milieu du show biz pour faire leur toilettes sexuelles .

        Je vous aime parisiens ,bise sur bouche,et detendez vous messieurs ,je vous sens en forme depuis des années ,je l’entend chez Julien courbet,messieurs qui vous dis .

        Ah mais dites moi ,vous etes en forme !!!! fou rire de l’homme qui aimerait sans servir ENCORE.


        • ddacoudre ddacoudre 8 mai 13:04

          @Vaietsev

          Bonjour

          Tu dis beaucoup de choses intéressantes. Mais tu te trompes sur la Mondialisation. L’ouverture au monde a toujours existé depuis que l’humain à quitté l’Afrique pour essemer.

          Sauf que l’on ne peut pas dire que ce fut dans l’amour de l’autre et du partage, cela n’a pas beaucoup changé, seule la forme des conquêtes à changer. Alors il faut identifier à quoi sont dû tous ces problèmes. Il sont toujours du au capitalisme qui ne permet pas à l’homme qui travaille pour un autre de recevoir le prix de son travail quelle que soit sa couleur de peau, sa religion ou son pays d’origine. C’est lui. Qu’il faut vire et non le droit de circuler autour du monde

          Cordialement ddacoudre overblog


        • zzz'z zzz’z 7 mai 06:51

          Nous aussi on sait devenir fonctionnaires dans le privé, à se branler la b… et se regarder le nombril…

          Bon, la prod. descend, mais à quelle heure est-ce que ça à angoissé ces gens que l’on paye grassement au tarif allemand pour faire perdurer le système ?


          • zzz'z zzz’z 7 mai 06:56

            @zzz’z
            *ça a angoissé


          • ddacoudre ddacoudre 8 mai 13:11

            @zzz’z

            Bonjour

            Expliqué moi pourquoi tu paie ma baguette de pain et tu ne voudrais pas payer celui qui instruit tes enfants. Ton argent deviendrai sale parce que au lieu de s’appeler facture il s’appellerait impôt. Dans ce cas quand tu utilise un service de l’État demande leur une facture, tu verra que dans le public le ain coûte moins cher. Cordialement ddacoudre overblog


          • JL JL 8 mai 13:55

            @ddacoudre
             
             mis à part les « idiots utiles » qui critiquent les services publics par bêtise, il y a ceux qui les envisagent, non du coté usagers mais du coté fournisseurs : ils aimeraient bien exploiter ces services pour leur seul profit personnel.


          • zzz'z zzz’z 9 mai 17:04

            @ddacoudre
            Je félicite votre prof de français.

            À ces infirmières au cœur d’or qui t’inscrivent sur la liste des gilets jaunes.
            À ce service d’ordre qui t’énuclée.
            À ces personnes autistes des impôts qui te poussent au suicide.
            À ces personnes du RSI qui ne te paient pas pendant deux ans.
            À ces journalistes du service public qui n’écrivent pas, qui bavent — merci Renaud —.
            À ces profs qui te balancent aux flics pour une épaulée,
            ou parce que tu n’es pas Charlie.
            À ces profs qui ruinent ta vie parce que ta gueule ne leur revient pas.
            À ces chirurgiens bourrés qui te tuent.
            Aux grands pontes à l’hôpital qui change le mobilier de tout le service pour quelque dessous de table.
            À ces maires qui refusent les transports en commun parce que ça fait venir les kaïras.
            Aux toubibs avec le carnet à souches du laboratoire qui cantinent pour un voyage.
            À ce personnel, aux urgences, qui te laisse crever.
            À ces gens de l’INSEE, qui trafiquent éhontément les comptes.
            À ces élus de listes nationales parachutés.
            Aux plaisantins de l’AFP.
            À tous les planqués dans les comités Théodule, ou les placards dorés.
            Aux exploitants de sinécures.
            À tous ces adeptes du népotisme.

            Dans cet article à la croisée de la Pravda et du monde de Gnargnia, je me devais de vous mettre à l’honneur !


          • zzz'z zzz’z 9 mai 17:33

            @JL
            « idiots utiles »
            Parce que les territoriaux, le service de santé, à vrai dire tous les fonctionnaires ne font pas partie des « idiots utiles » des gouvernements ? Ne serait-ce qu’avec le devoir de réserve !


          • zygzornifle zygzornifle 7 mai 17:14

            Pas pu aller dans le public car a l’époque il fallait avoir fait son service militaire ....


            • ddacoudre ddacoudre 8 mai 13:13

              @zygzornifle

              Bonjour C’était effectivement cela Cordialement ddacoudre overblog


            • JL JL 8 mai 17:42

              @zygzornifle
               
               ’’Pas pu aller dans le public car a l’époque il fallait avoir fait son service militaire’’
               

              Ah bon ? Vraiment ? Et les femmes, elles faisaient comment, à votre avis ?
               
              Est-ce que ce ne serait pas plutôt que vous avez été réformé pour une raison qui vous rendait inapte à la fonction que vous visiez !
               


            • Louise Louise 7 mai 20:32

              @ ddacoudre :

              Comment avons-nous pu laisser la charité remplacer la solidarité ?

              Si c’était le cas, tout irait mieux. La charité, c’est l’amour ! ça va bien au-delà de la solidarité, qui n’en est qu’un petit début.


              • ddacoudre ddacoudre 8 mai 13:24

                @Louise

                Bonjour

                Il est bien certain que faire les choses avec l’amour des autres est bien le moyen de partager ce que l’on a. Mais cela constitue une organisation aléatoire , or la société à besoin d’une charité stable, pérenne, qui ne soit pas fragilisé par l’humeur ou la fortune du fondateur C’est ainsi qu’au dix-neuvième siècle devant l’impuissance de la charité, les travailleurs l’on remplacé par la solidarité égoïste qui en fixant une cotisation sur tous à mutualise l’effort de charité en le rendant obligatoire,que les uns ou les autres aient de l’amour ou pas pour leur semblables Cordialement ddacoudre overblog


              • JL JL 8 mai 18:38

                @Louise
                 
                 j’espère que vous êtes un cas, ou au moins, qu’ils ne sont pas nombreux ceux qui pensent comme vous sur ce sujet.


              • Goldored 8 mai 09:22
                « stabilité de l’emploi pour conserver un personnel »
                C’est parfaitement faux. La garantie de l’emploi sert à garantir la neutralité des fonctionnaires et non pas à stabiliser le recrutement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès