• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > CEDH : La dernière étape avant la soumission ?

CEDH : La dernière étape avant la soumission ?

PNG Pour le général De Gaulle : « En France, la seule Cour suprême, c’est le peuple français. »

Depuis, la CEDH est devenue la référence quasi-mystique de tous ceux qui ont tenté d'amenuiser la souveraineté de la France, soit parce qu'ils agissaient pour le compte d’États étrangers, soit parce qu'ils escomptaient nous imposer une autre philosophie de la vie que celle héritée du Siècle des Lumières.

 

L'avis de 3 juristes praticiens

Pour Pierre Lellouche, titulaire d'un double doctorat en Droit, en France et à Harvard, avocat de profession, la CEDH est passée d'une vocation de protection des libertés publiques à une intrusion directe dans la vie politique des États, au plan économique, sociétal, contractuel et même en matière de sécurité nationale.

Il écrit : « Ce gouvernement des juges non élus est un déni démocratique d'autant plus tyrannique qu’il n’y a aucun recours possible une fois que la Cour a rendu un arrêt »

Pour Grégor puppinck Docteur en Droit lui aussi, et directeur du Centre Européen pour le Droit et la Justice, « les droits de l'homme interprétés par la CEDH perdent de leur crédit et de leur universalité à mesure qu’ils se détournent du droit hérité de notre civilisation pour promouvoir des droits nouveaux choquant le commun des mortels. Alors qu’ils étaient censés s’opposer aux idéologies, trop souvent les droits de l’homme sont eux-mêmes employés comme de véritables chevaux de Troie, pour pénétrer les ordres juridiques nationaux et y déverser une idéologie étrangère politico-religieuse. »

Gilbert Collard, célèbre ténor du barreau marseillais, président de la Coordination européenne des droits de l’Homme et président du Collège de criminologie clinique, auteur de 31 ouvrages sur le fonctionnement de la justice, dont un nombre respectable de best sellers, propose de renommer la CEDH : CEDHT : Cour Européenne des Droits de l'Homme Terroriste.

On comprend mieux pourquoi la cour qui se méfie des juristes (un comble !) œuvre depuis des années afin de déréglementer les professions du droit. Objectif : les « fonctionnariser » en les soumettant à son bon vouloir. Au nom d'un égalitarisme profitable aux justiciables. Bien évidemment.

Ainsi en France, un minimum de 7 ans d'études et de formation est requis pour être avocat. Ailleurs, ce sera 3 ans. En France, il existe des cursus de droit européen et de droit comparé. Ailleurs, on ne demande de connaître que les normes locales. Et la charia.

 

Ras-le-bol des intrusions supra étatiques !

Il ne faut pas oublier que David Cameron, pourtant opposé au Brexit, prêtait une oreille attentive aux récriminations de sa ministre de l'intérieur Teresa May, ulcérée de voir les décisions des cours britanniques, en particulier les condamnations de terroristes et de délinquants multirécidivistes, annulées par de complaisants eurotocrates dépourvus de toute légitimité démocratique.

Dès 2012, Cameron dénonçait le « droit multinational sans autre consistance que celle qu'il s'octroie » et le fait que la CEDH juge en dernier ressort.

Ainsi le Premier Ministre britannique de l'époque a cru pouvoir se servir de la menace du référendum comme moyen de pression afin d'obtenir des reîtres de Strasbourg des concessions majeures. Telle que l'abrogation de l'obligation faite aux tribunaux du Royaume Uni d'appliquer sans moufter les arrêts de la CEDH, au moins dans les cas où ils s'avéraient incompatibles avec la loi britannique.

Il n'a obtenu des eurotocrates bornés que des fins de non-recevoir, et ne pouvant donner plus longtemps dans la menace en l'air... On connaît la suite !

Merci la CEDH au moins pour ça. Avec un peu plus de réalisme et de flexibilité intellectuelle, elle aurait dégarni le carquois de Nigel Farage et des premiers brexiters.

 

Un droit multicolore virant au gris 

Si l'on s'en réfère aux statistiques affichées par la CEDH elle même, depuis 50 ans, nonobstant les 47 entités qui y sont affiliées, avec des assiduités diverses, elle a eu pour présidents : 2 Français, 2 Anglais, 2 Italiens, 1 Allemand, 1 Belge, 1 suisse, 1 Norvégien et 1 Luxembourgeois.

Ses jurisconsultes, des experts mis en place depuis 2005 pour anticiper les conflits de lois et harmoniser des jurisprudences éventuellement contradictoires, ont été 1 Anglais, 1 Français et 1 Italien.

Aucun Moldave, Poldéve, Bordure, Syldave ou Valaque n'a siégé parmi les valeureux titulaires de ces fonctions dont le poids devrait être prééminent sur l'instruction des dossiers, la recevabilité des causes, l'organisation des audiences et la fixation de la doctrine.

On prétend qu'un nombre important de « juges » feraient plus de la présence proactive que du Droit. Rien de plus normal. Ce sont assez souvent des politiciens désaffectés, nommés là par leurs États respectifs en guise de lot de consolation. Pour certains, autant juristes de haut niveau que je suis évêque anglican. Leur domaine de prédilection serait celui des luttes d'influences et des marchandages idéologiques.

Pour la galerie, la qualification européenne est sauve. Et je dois avouer que je ne m'étais pas appesanti sur la question des réalités fonctionnelles sous ces apparences rassurantes... Jusqu'à ce qu'un propagandiste crypto-islamiste vienne me soutenir avec fierté et quelques exemples troublants à l'appui, que les vraies décisions étaient en réalité du ressort des Turcs, des Albanais, des Bosniaques, des Azerbaïdjanais, et accessoirement des Chypriotes et des Macédoniens... Ne réalisant pas qu'il se tirait une balle dans le pied ! Ou trop sûr de la victoire prochaine de son monde ?

Car, à supposer que sa démonstration ne soit pas troublée par son souhait de voir imposer à l'Europe des valeurs étrangères à sa civilisation... Comment demander à un collège de « juges » de cultures, de langues et de systèmes juridiques différents, de se mettre d'accord sur une procédure commune et d'appliquer un droit unifié qui n'existe pas ? Sauf à se référer à la valeur suprême qui les unit comme le croissant de lune sur leurs drapeaux respectifs : la charia.

Entre cour et courbettes, la déclaration européenne des droits de l'homme est déjà sujette à bien des interprétations controversées, voir l'affaire Elisabeth Sabbaditch Wolff... Et cette charte est loin de répondre à tous les cas de figure... Sinon, la CEDH ne serait pas obligée de procéder « à l'américaine » en secrétant des règles sui generis confortées par des précédents auxquels elle octroie une valeur normative irréfragable.

 

La CEDH une monstruosité juridique

Si l'on s'emploie à une critique d'arrêts, pratique à laquelle tous les étudiants en droit sont formés dès la première année, on exhume un tombereau de monstruosités juridiques et judiciaires.

La première est l’article 32 de la Convention, qui attribue à la Cour la compétence de déterminer sa propre compétence  !

Où voit-on, ailleurs que dans les dictatures totalitaires, des juges qui sont aussi des politiciens et des idéologues, décider qui ils veulent juger et comment, en édictant les règles qui leur conviennent le mieux ?

Par ailleurs, le protocole 11 permet à des affaires jugées d'être réexaminées dans une formation extensive dite « de la Grande Chambre ». Mais il ne s'agit en aucune façon d'une possibilité d'appel, au sens dévolutif, puisque cette procédure n'est susceptible de trouver application qu'en cas de d'interprétations discordantes, ou si l'on excipe d'une contradiction de jurisprudence. 

Et seuls les juges de la CEDH sont habilités à décider de la recevabilité d'une requête (très rare) et de l'opportunité (encore plus rare) à se réformer eux mêmes.

Cela va à l'encontre du grand principe de double degré de juridictions, distinctes l'une de l'autre, inscrit dans toutes les chartes des droits humains et auquel la CEDH est supposée veiller !

Mais ce n'est pas tout. Quelques rappels utiles montreront dans quel sens penche la jurisprudence de la CEDH :

 

Vous les avez, vous les gardez !

Abu Qatada, surnommé l'ambassadeur de Ben Laden en Europe, avait lancé en 1995 un fatwa invitant à égorger les femmes et les enfants des militaires algériens, avant d'organiser des attentats en Europe. Arrêté au Royaume Uni, la CEDH avait refusé son extradition vers la Jordanie au motif qu’il risquait d’y être torturé. La Jordanie s'étant engagée à se soumettre à un contrôle international, l'islamiste y fut finalement expulsé en 2013... Pour y être libéré un an plus tard ! Lors de cet épisode, le parti du Brexit fit son premier grand bond en avant dans les sondages.

Le cas est loin d'être unique : on ne compte plus en France le nombre de terroristes que la CEDH a interdit d'expulser vers leur pays d'origine au prétexte qu'ils pourraient y être maltraités. Le cas le plus médiatisé a été celui de Kamel Daoudi :

https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2018/10/16/un-ancien-djihadiste-assigne-a-residence-saisit-la-cour-europeenne-des-droits-de-l-homme_5370351_1653578.html

Moins « célèbre » fut le cas de Rachid Rafaa :

https://www.jeuneafrique.com/170484/politique/la-cedh-demande-paris-de-ne-pas-extrader-un-marocain-accus-d-tre-li-aqmi/

Et si vous associez terrorisme islamiste et CEDH, Google ne manquera pas de vous donner de nombreux résultats de refus d'extradition, contre une seule accordée dans des conditions particulières puisque le terroriste en question avait été condamné d'abord dans son pays d'origine, et que celui-ci exerçait des pressions sur la CEDH pour le récupérer.

 

Et maintenant la charia fait partie du droit positif en Europe !

Difficile à croire. Et pourtant... Très intéressant et révélateur des choix idéologiques de la CEDH est l'arrêt Molla Salli du 19 décembre 2018 validant l'application de la charia dans un pays non musulman !

Dans une affaire d'héritage surréaliste jugée par un mufti (!) dans un État européen théoriquement laïc, une veuve musulmane avait été lésée conformément aux prescriptions de la charia qui n'attribue que la portion congrue à ces êtres inférieurs que sont les femmes.

Pas du tout perturbée dans ses convictions humanistes, la cour a reconnu à la requérante le droit de choisir le système juridique selon lequel elle souhaitait être jugée, ce qui en soit est une hérésie judiciaire ! ! ! Demanderait-on à des justiciables français s'ils préfèrent le code civil, le droit canon ou la coutume de la flibuste ?

En l'occurrence, il se trouve que la requérante a préféré le droit civil grec plus avantageux pour elle. Mais la cour s'est bien gardée de condamner la charia dont elle a admis la légitimité en marge du droit commun grec !

Cela laisse la porte ouverte pour tous les litiges à venir... On peut trouver ça d'autant plus inquiétant que les arrêts de la CEDH ont la même force contraignante que les bulles pontificales en d'autres temps.

Bien entendu, la CEDH qui n'ignore pas les antagonismes que ce genre de situation risque de susciter va agir comme dans la reconnaissance d'une condamnation pour blasphème contre leur vénéré prophète, jugée quelques semaines plus tôt . De façon sournoise, suggérée, indirecte et tarabiscotée. En tordant le Droit. Et en missionnant ses chevau-légers pour dire tout et son contraire, en clamant qu'on n'a pas bien compris, histoire d'épaissir le rideau de fumée et de renforcer la confusion.

Ainsi commence-t-elle par alléguer que l’application de la charia en Grèce est l'héritage de l’empire ottoman. Et donc qu'elle doit continuer à s’appliquer aux populations musulmanes après que l'envahisseur Turc ait été renvoyé chez lui.

De façon fort intéressante, et totalement occultée dans les médias complaisants comme d'habitude en pareil cas, la Cour européenne va profiter de cette aubaine pour créer un précédent permettant l’application de la charia en Europe dans n'importe quel pays !

La Cour assène sa nouvelle doctrine selon laquelle : « un État peut créer un cadre juridique déterminé pour accorder aux communautés religieuses un statut spécial impliquant des privilèges particuliers ». Communautés religieuses au pluriel, mais qui peut croire une seconde que les Brahmanes Indiens, les Shamanes Sibériens, les Sorciers Mélanésiens ou les Grands Féticheurs Yorubas sont concernés ?

Selon les nouvelles normes de la CEDH, tout État européen peut désormais accorder à sa communauté musulmane, la liberté d’être régie par les prescriptions de la charia, sans que cela soit contraire aux principes de la Convention européenne des droits de l’homme. Trois conditions sont quand même requises pour justifier ce statut spécial :

1/ Que les croyants le demandent. Mais comment ? Par l'intermédiaire de leurs religieux... Quand la doxa professe qu'il n'y a pas de clergé dans l'islam !

2/ Que cela concerne des droits familiaux et/ou patrimoniaux (pour le moment le pénal est exclu, on ne coupera pas la main des voleurs)

3/ Que cela soit justifié par « des intérêts publics importants » tels que le bonheur de vivre ensemble, la mixité culturelle, l'harmonie universelle et autres mièvreries dont raffolent les bobos.

Évidemment, tout praticien du droit va poser la question des conflits de lois, de juridictions et de personnes qui ne tarderont pas à se poser. Dans un contentieux où l'une des parties choisira le droit laïc et le tribunal étatique, et où son adversaire préférera la charia et le mufti, qui les départagera ? Selon quelles règles ? Et si l'on parvient à un verdict accepté par les deux plaideurs, qui actionnera les voies d'exécution et selon quelles modalités ? Silence radio pour le moment sur ce sujet.

Idem sur les pressions susceptibles de s'exercer sur des gens influençables ou mal informés à propos des options s'offrant à eux. Mais la Cour élude. Il y a une immense hypocrisie envers des gens qu'on est supposé défendre quand on feint de croire que, dans un milieu socio-culturel fermé, les choix sont entièrement libres.

 

Une cour sous influence étrangère

Il est permis de se demander si la soumission de la CEDH n'est pas un gage donné aux islamistes pour éviter de trop mécontenter Recep Tayyip Erdogan, ancien du Parti Refah, dont la CEDH avait validé l'interdiction en Turquie autrefois ! Surtout depuis que le dictateur Turc a décidé de réduire de façon drastique sa contribution financière au Conseil de l'Europe, et menace de submerger le sous-continent avec ses « réfugiés ».

On peut aussi observer qu'il était important de ne pas contrarier, outre la Turquie, ses alliés l'Azerbaïdjan et l'Albanie qui, bien que membres du Conseil de l'Europe, ont signé la Déclaration du Caire des droits de l'homme en islam laquelle affirme sans détours : « l'islam est la religion de naissance de tout être humain et donc les droits de l'homme sont obligatoirement soumis à la charia. »

 

Mettre les voiles !

Pour ce qui est du voile islamique, la CEDH a adopté pour le moment une position plus nuancée que celle de l'ONU. Mais à sa manière. Alambiquée, tortueuse, tarabiscotée. Elle considère que l'interdiction de la burqa dans l’espace public n’est pas contraire à la Convention européenne des droits de l’homme (et de la femme aussi peut-être ?) mais que toute autre forme de voile est licite du moment qu'il permet de découvrir partiellement le visage en cas d'impératif de sécurité publique.

Tandis que le Comité des droits de l'Homme de l'ONU, présidé alors par l’Arabie Saoudite, considérait que la loi française interdisant la burqa dans l'espace public était contraire au Pacte international pour les droits civils de 1966 (quand le problème ne se posait pas) et invitait instamment la France à changer de législation.

Néanmoins, le danger que la CEDH fait courir à nos libertés publiques devrait être un motif suffisant pour se libérer de sa tutelle. Et mettre les voiles !

Ce serait relativement facile : l’article 58 de la Convention européenne permet de dénoncer l'appartenance à la CEDH sous réserve d'une application d'au moins 5 ans (c'est fait !) et « moyennant un préavis de six mois, donné par une notification adressée au secrétaire général du Conseil de l’Europe qui en informera les autres parties contractantes ». Sans effet rétroactif naturellement.

Je suis pour le moins surpris que nos jurisconsultes autoproclamés, souverainistes de salon et maniaques de l'art 50 de l'U.E, n'évoquent jamais le 58 de la CEDH pour se débarrasser de ce boulet. Ce serait pourtant un bon début de commencer par rendre à la France sa souveraineté législative, réglementaire et judiciaire !

 

Piqûre de rappel :

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-delit-de-blaspheme-un-cadeau-de-221078

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.76/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

108 réactions à cet article    


  • Leonard Leonard 5 février 16:26

    L’article 50 du TFUE est l’article de procédure de sortie de l’UE pourquoi vous le comparez avec l’article 58 de la CEDH ?

    Dénoncer la CEDH ferait quoi vis à vis de l’UE si l’on reste dedans ? Quel intérêt ?

    Le but est de récupérer la souveraineté nationale afin de se libérer du domaine de compétence partagée défini ici.

    C’est dommage pour une personne contre l’UE d’avoir une obsession contre ces « jurisconsultes autoproclamés ». Nous constatons la même dictature de minorité qui s’installe, avons sensiblement les mêmes causes, mais la division est plus fort que vous pour attaquer ces -1%... Par contre ces -1% ne représente pas les riches du monde... Ne vous trompez pas de cible...


    • waymel bernard waymel bernard 5 février 18:56

      @Leonard L’UE est réformable, pas la CDEH.


    • CLOJAC CLOJAC 5 février 18:57

      @Leonard

      « L’article 50 du TFUE est l’article de procédure de sortie de l’UE pourquoi vous le comparez avec l’article 58 de la CEDH ?  »


      Parce que divorcer de l’UE selon l’art 50 aurait 2 sortes de conséquences :

      Des contentieux à répétition sur les conventions en cours, assortis de QPC, causant une instabilité préjudiciable aux investissements (suspendus) aux échanges de biens (réduits) et aux flux financiers (sous séquestre)

      — Et une perte de confiance résultat d’un abandon brutal de l’euro, cause d’aggravation et d’accélération de la déflation qui menace déjà. Une monnaie reflète la santé d’une économie et la confiance que les états, les bourses et les grandes entreprises ont en elle. On ne joue pas au monopoly avec les nations !

      Le réalisme incite à un désengagement progressif et responsable :
      — En commençant par recouvrer notre souveraineté législative, réglementaire et judiciaire, retirant la plupart des possibilités d’actions dilatoires aux européistes. C’est l’intérêt du 58, en plus de sa relative facilité de mise en oeuvre.

      — En continuant par proposer aux Français une nouvelle constitution débarrassée des scories résultant des traités léonins que les europhiles y ont intégré, afin de donner au divorce avec l’UE une légitimité démocratique. 

      — Enfin en jouant sur les nouveaux rapports de force pour renégocier ou dénoncer les traités qui nous sont désavantageux, un par un, car on ne modifie pas une relation politique en appliquant des règles de droit absconses, mais on décide de nouvelles normes après avoir changé les équilibres politiques... Tout en maintenant et renforçant si possible les accords d’échange avec les entreprises,


    • CLOJAC CLOJAC 5 février 19:02

      @waymel bernard

      «  L’UE est réformable, pas la CDEH. »

      Il ne s’agit pas de réformer la CEDH mais de s’en retirer purement et simplement.
      Quant à l’UE, je suis de ceux qui pensent qu’on pourrait jouer sur les nouveaux rapports de force (militaires, économiques, géostratégiques) après le départ de UK pour renégocier ou dénoncer les traités léonins.
      Un par un en prenant garde de ne pas disloquer la machine économique.


    • Leonard Leonard 5 février 19:06

      @CLOJAC

      Des QPC ? Qui compose le CC déjà ? Rien que sur la composition du CC on peut s’arrêter pour rigoler. Et oui on en finirait pas mais pourquoi y’aurait t’il des QPC dans une pays qui par défaut n’a plus de séparation des pouvoirs et donc plus de constitution ?

      Je pense que vous dramatisez, je ne pense pas que dans le Brexit, l’Angleterre ait vacillé ou se soit retrouver extrêmement ralentie économiquement.

      En s’extirpant de la CEDH on ne sortirait pas de l’Union Européenne, qui elle se base sur le TFUE, le TFUE amenant le domaine de compétence partagée, sans sortie du TFUE et donc de l’UE, pas de récupération possible de la souveraineté.

      Je suis extrêmement concerné par le sujet sachant que la CEDH a forcé la France à traiter les européens à l’égal des résidents français en matière de plus value... En supprimant l’obligation de représentation fiscal de ceux-ci et enlevant au bas mots 70% de l’activité économique de mon secteur, les non-résidents étant majoritairement européens.

      La monnaie ça c’est un autre problème et mes lacunes techniques m’empêchent de me prononcer.


    • CLOJAC CLOJAC 5 février 19:27

      @Leonard

      « Et oui on en finirait pas mais pourquoi y’aurait t’il des QPC dans une pays qui par défaut n’a plus de séparation des pouvoirs et donc plus de constitution ? »

      Je vous serais obligé de développer votre analyse et vos arguments démontrant comment la sortie de l’UE de façon abrupte, empêcherait les entreprises se disant lésées par les nouvelles règles de droit, de lancer des contentieux, assortis de recours subsidiaires par voie de question ou d’exception préjudicielle.


    • Leonard Leonard 5 février 20:15

      @CLOJAC

      Je vous rappelle qu’à défaut de traité communautaire, nous disposons déjà de traités fiscaux bilatéraux régissant les rapports entre les nations (même les nations communautaires à l’Union) Lien des conventions fiscales bilatérales

      Ainsi j’ai du mal a comprendre vos craintes si en supprimant l’adhésion à ce traité on revenait finalement aux conventions fiscales bilatérales que nous tentons déjà d’appliquer ?

      Une sortie brute ne serait que le résultat du réfréférendum pour lequel nous avons déjà voté en 2005.

      Vous verrez que les Anglais ne s’en sortiront pas si mal à l’heure ou l’Allemagne nous quémande la puissance atomique pour plus d’Europe...


    • CLOJAC CLOJAC 5 février 22:47

      @Leonard

      « Une sortie brute ne serait que le résultat du réfréférendum pour lequel nous avons déjà voté en 2005. »

      La question n’était pas « voulez-vous sortir de l’U.E ? » mais « voulez-vous une constitution pour l’Europe ? » 

      15 ans après il faudrait poser la question clairement :« Etes-vous d’accord pour que la France se désengage de l’U.E » plutôt que de laisser des politiciens et des sondeurs raconter ce qui les arrange. 

      « Vous verrez que les Anglais ne s’en sortiront pas si mal à l’heure »

      D’abord ne pas oublier que les British n’ont pas le fil à la patte de l’euro, ça aide.

      Ceci étant, je leur souhaite de réussir, car j’ai une grande estime pour Bojo, et en plus cela fournirait des munitions à ceux qui envisagent de renégocier les traités. 

      En précisant que négocier ne signifie pas composer ou se vautrer lâchement.

      Pour en avoir pratiqué, je suis partisan des négos à la hussarde : « Vous avez les propositions sur la table et un jour pour réfléchir. Passé ce délai, (selon l’affaire) nous nous retirons, ou nous traitons avec la concurrence, ou avec un tiers qui vous est hostile. »



    • Marc Filterman Marc Filterman 5 février 22:49

      @CLOJAC
      <Pour le général De Gaulle : « En France, la seule Cour suprême, c’est le peuple français. »

      Pour le Macron : « En France, la seule Cour suprême, c’est Macron". smiley

      J’ai pas pu résister à la perche tendue


    • Marc Filterman Marc Filterman 5 février 22:57

      @CLOJAC
      <CEDH est l’arrêt Molla Salli du 19 décembre 2018 validant l’application de la charia dans un pays non musulman !

      Merci pour cette info Clojac que tout le monde ignore. On comprend mieux pourquoi l’Angleterre a claqué la porte à l’Europe, et si les peuples européens étaient au courant cela ferait un sacré bordel y compris en France. Mais ce n’est pas avec une presse moisie que nous risquons d’être au courant d’un tel scandale. C’est encor une peau de banane à adresser à Belloubet et tous les godillots pour voir leur réaction.


    • CLOJAC CLOJAC 5 février 23:26

      @Marc Filterman

      « Merci pour cette info Clojac que tout le monde ignore. »

      Tout est fait pour qu’elle reste ignorée puisque la CEDH a rusé une fois de plus : Elle prend acte du fait que la requérante préfère le droit civil, mais se hâte d’ajouter que rien n’interdit en principe aux états qui le souhaitent d’appliquer la charia.
      On reste dans la suggestion, ce qui permet de nier en cas de bronca.

      En plus, c’est un renversement idéologique sidérant  : Naguère, le « statut indigène » (reposant sur la charia sauf pour l’ordre public) accordé aux musulmans qui avaient refusé de bénéficier des dispositions des décrets Crémieux, était considéré comme une abomination coloniale.
      Et aujourd’hui, ce sont eux qui le réclament ! ! !


    • Shawford Shaw 5 février 23:31

      @CLOJAC

      (Oki doki : lancement &#128640; ♾ et au delà dans 3 2 1 Top Crocro42 ! )


    • Shawford Shaw 5 février 23:33

      @Violeur de raviolis

       [1]]]]


    • Shawford Shaw 5 février 23:37

      @Tall original blended GOLDMAN+++++

       [1]]]]


    • Leonard Leonard 6 février 07:34

      @CLOJAC

      La question était "Approuvez-vous le projet qui autorise la ratification du trait établissant une constitution pour l’Europe ? » acceptez vous la ratification du TUE" ?

      En gros acceptez vous cette nouvelle adhésion aux nouvelles règles de droit en vigueur en Europe (ce qui est déjà anticonstitutionnel vu que cela place le droit européen au dessus de la constitution de l’Etat même.

      Ils s’en sortiront qu’il soit lié ou non par la monnaie, même si bien évidemment c’est beaucoup plus facile sans lien monétaire comme avec l’Euro.

      De toute façon on négociera mal pour l’UE et le RU s’en sortira avec les honneurs.


    • CLOJAC CLOJAC 6 février 08:24

      @Leonard

      « En gros acceptez vous cette nouvelle adhésion aux nouvelles règles de droit en vigueur en Europe (ce qui est déjà anticonstitutionnel vu que cela place le droit européen au dessus de la constitution de l’Etat même. »

      Je suis résolument opposé au corpus juris imposé par l’Eurocrature, mais si vous voulez vous instruire sur les procédures en vigueur à propos desquelles s’affrontent encore d’éminents constitutionnalistes, je vous renvoie à cette page :
      https://www.cairn.info/revue-francaise-de-droit-constitutionnel-2004-1-page-23.htm#


    • CLOJAC CLOJAC 6 février 10:05

      Parmi les piqûres de rappel celle-ci : une jeune chrétienne condamnée à mort pour avoir osé puiser de l’eau dans un puits « musulman » ! 
      Application normale de la charia.
      La CEDH humaniste ne doit pas le savoir ?
      La jeune femme sera libérée de prison après 8 ans de pressions internationales...
      Comme quoi, il ne faut jamais relâcher la pression sur ces fanatiques !

      http://www.esprit-laique-association.org/blog/asia-bibi-ou-la-normalisation-du-blaspheme-mondialise.html


    • Leonard Leonard 6 février 11:06

      @CLOJAC

      Que voulez vous que la CEDH fasse vis à vis de situation au Pakistan ?

      Je conviens que la situation suscite l’émoi, mais comment voulez vous que la CEDH agisse au Pakistan ?

      Vous croyez que l’arrêt de la CEDH de 2018, qui autorise l’application religieuse, va autoriser l’application de la charia sur les libertés fondamentales en Europe ?


    • CLOJAC CLOJAC 6 février 11:47

      @Leonard

      « Que voulez vous que la CEDH fasse vis à vis de situation au Pakistan ?  »

      Elle se présente comme une autorité morale.
      Qui nous pompe l’air en Océanie.
      Lorsque ça l’arrange, elle déborde de son cadre géographique.

      « Vous croyez que l’arrêt de la CEDH de 2018, qui autorise l’application religieuse, va autoriser l’application de la charia sur les libertés fondamentales en Europe ? »

      Le grignotage a commencé.
      Mais rien n’est inéluctable ni irréversible.
      Si les peuples d’Europe réagissent à temps... A eux de voir !


    • Leonard Leonard 6 février 11:51

      @CLOJAC

      Euh... Il me semble bien que depuis votre océanie vous soyez très concernés par les problèmes d’islamisation non ?

      Et depuis vote polynésie, française je suppose, il me semble que vous êtes une COM donc rattacher au territoire de la République Française ? Donc finalement vous êtes aussi juridiquement rattachés au droit européen comme la métropole ? Je ne vois pas où elle déborde de son cadre concernant la polynésie.

      C’est Gaugin qui a dépassé son cadre chez vous, désolé...

      C’est marrant comme vous parlez des peuples d’Europe depuis votre île qui selon vous ne devrait pas être concernée... Donc pourquoi l’être au final ?


    • Raymond75 5 février 18:20

      A la suite des exactions criminelles de nombreux états européens pendant le XXème siècle (dictatures, génocides, guerres, décolonisation), il a été décidé de mettre en place des organisations internationales pour essayer de limiter ces excès, et en France à la même époque on a mis en place de très nombreux droits sociaux.

      Il y avait donc à la fois ’renaissance’ des états de droits, et aussi une co-surveillance internationale acceptée.

      Puis cela a dégénéré : le droit de veto des vainqueurs de la deuxième guerre mondiale a paralysé l’ONU ; l’Union Européenne a oublié les protections sociales au nom d’une ’efficacité’ économique, qui en est devenu sa seule finalité ; les immigrations ont imposé de cohabitations de populations de cultures souvent incompatibles ; et pour finir le chômage et l’aggravation des inégalités détruisent le cœur même des sociétés.

      Dans cette déliquescence de la société, les ’Droits de l’Homme’ deviennent invoqués de manière dogmatique, théorique, sans tenir compte des problèmes rencontrés par les populations.

      Il faut que le droit reste supérieur aux pulsions, aux émotions, et aux haines destructrices que l’on voit poindre un peu plus chaque jour. Mais le droit ne peut pas être la propriété de juges internationaux, qui sont juridiquement irresponsables, non contestables, et non élus.

      Le droit n’est pas une notion sacrée et hors sol ; il doit aussi tenir compte des réalités sociales.


      • CLOJAC CLOJAC 5 février 19:08

        @Raymond75

        « Il faut que le droit reste supérieur aux pulsions, aux émotions, et aux haines destructrices que l’on voit poindre un peu plus chaque jour. Mais le droit ne peut pas être la propriété de juges internationaux, qui sont juridiquement irresponsables, non contestables, et non élus.

        Le droit n’est pas une notion sacrée et hors sol ; il doit aussi tenir compte des réalités sociales. »

        Je ne peux qu’être d’accord avec vous.

        Cela rejoint la thèse de Hegel : « le droit est la façon la plus habile de légitimer et de pérenniser une domination à un moment donné . Quand les circonstances de la domination cessent, le droit change. » 

        Je me demande pourquoi autant de gens sur Avox ne parviennent pas à comprendre qu’on ne crée pas une nouvelle situation politique à l’aide de règles de droit préexistantes... Mais qu’on crée de nouvelles règles de droit après avoir modifié les équilibres politiques.


      • Leonard Leonard 5 février 20:20

        @CLOJAC

        On ne crée par une nouvelle situation politique à l’aide de règle de droit pré-existantes ? Comment appeler vous la création de l’union européenne ?

        Pour vous les fait ont précéder le droit, ou le droit a aidé à construire la fondations des futurs faits ?


      • CLOJAC CLOJAC 5 février 21:02

        @Leonard

        « Comment appeler vous la création de l’union européenne ? »

        Un mille feuilles empilé sur plusieurs décennies, de façon aussi évolutive qu’opportuniste, en fonction de diverses circonstances dont la première fut l’alibi de rétablir la paix en Europe (CECA) et l’actuelle de prendre acte de l’islamisation du sous-continent, voire de la favoriser.
        Et entre ces deux objectifs, la collusion et le croisement d’innombrables intérêts économiques et financiers. Avec un habillage pseudo-démocratique.

        « Pour vous les fait ont précéder le droit, ou le droit a aidé à construire la fondations des futurs faits ? »

        Lorsqu’il s’agit de changer ou d’amender en profondeur des institutions politiques, ou de repenser des d’alliances économiques avec leur pendant géostratégique, ou de légiférer pour tenir compte de bouleversements sociétaux majeurs, le droit s’adapte à l’évolution de la société.
        Il ne la précède pas (quel serait l’intérêt des gouvernants ?) au alors il ne contribue à l’émergence de nouveaux équilibres qu’à la marge. De façon symbolique pour calmer les foules en colère par exemple.
        Je ne connais aucune culture, moderne, post moderne ou archaïque dont l’architecture n’ait pas été tributaire des rapports de force à un moment crucial de son évolution. Derrière chaque philosophe utopiste, il y a un tyran « éclairé » .
        Mais si vous avez des exemples contraires, je suis preneur !


      • Aff le loup 5 février 22:37

        @CLOJAC

        « Je me demande pourquoi autant de gens sur Avox » !

        Pour le moment, il s’agit seulement de Leonard !


      • Aff le loup 5 février 22:45

        @Leonard

        L’auteur cite la thèse de Hegel : « le droit est la façon la plus habile de légitimer et de pérenniser une domination à un moment donné . Quand les circonstances de la domination cessent, le droit change. »

        Il ne parle ici que d’un processus de guerre civile soit la révolution triomphante...C’est évident que les faits précédent les lois puisque leur objet est justement de les changer c’est à dire d’abolir les lois existantes pour en promouvoir de nouvelles...


      • CLOJAC CLOJAC 5 février 22:56

        @Aff le loup

        « Pour le moment, il s’agit seulement de Leonard ! »

        Tu as toute la bande des poseurs de Lino tellement subjugués par leur guru qu’ils sont hermétiques à toute démonstration contraire.

        Leurs arguments se résument à des copier-coller de la « parole divine » du maître, tels des curés citant leurs évangiles, des muftis évoquant le coran, des rabbins se référant à la torah ou des brahmanes récitant le Mahâbhârata.


      • Leonard Leonard 6 février 07:40

        @CLOJAC

        Je n’ai pas l’impression d’user de copier collé et pour savoir ce qu’est une QPC je pense pas être un « jurisconsulte illusoire ».

        C’est dommage que tu manques cruellement de respect à certaines personnes, finalement pour leur opinion politique. Il me semble que je suis respectueux et dans l’échange sur ce fil de conversation sans t’insulter ou te mépriser ?

        Généralement quand on trouve les gens bêtes ou faibles et qu’on est éclairé, on a la noblesse de l’humilité que nous amène notre connaissance non ?

        J’essaye surtout de comprendre le but de ta posture à être insultant ? Tu en retires un certain plaisir ? Peu être un certain sadisme ?


      • CLOJAC CLOJAC 6 février 07:59

        @Leonard

        "Je n’ai pas l’impression d’user de copier collé et pour savoir ce qu’est une QPC je pense pas être un « jurisconsulte illusoire ».

        Un vieux proverbe disait : Qui se sent morveux se mouche !
        Pourquoi te sens-tu personnellement visé lorsque je parle avec un tiers de certains comportements sectaires sur un plan général ?
        Serais-tu un crypto asselinien ?
        C’est pas très loyal ça, d’avancer masqué !

        « J’essaye surtout de comprendre le but de ta posture à être insultant ? » 

        La victimisation, ça ne marche plus. Cherche autre chose !


      • Leonard Leonard 6 février 08:04

        @CLOJAC

        Non j’essaye de les défendre, parce que franchement je ne comprends pas ton obstination sur eux. Je trouve ça dommage de parler de comportement sectaire pour quelques adhérents qui en effet répète béatement ce qu’ils entendent.

        C’est faire preuve de bien plus de généralisation que ton esprit raisonnable le permet... C’est pour moi une grande incompréhension


      • Leonard Leonard 6 février 08:05

        @CLOJAC

        (et je suis un crypto j’irais plus voté c’est bon moins de 20 ans de droit de vote m’auront laisser le temps de comprendre qu’il ne sert à rien, s’il est utile on ne l’aurait pas...)


      • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 6 février 10:26

        @CLOJAC
        "Je ne connais aucune culture, moderne, post moderne ou archaïque dont l’architecture n’ait pas été tributaire des rapports de force à un moment crucial de son évolution."

        Mais les Hébreux ont reçu leur droit directement de Dieu alors qu’ils étaient devenus nombreux à la sortie d’Egypte. Dans ce cas, le droit a précéder les rapports de force.


      • Leonard Leonard 6 février 11:06

        @CLOJAC

        Vous feriez mieux de les éclairer pour le remettre dans un chemin plus noble... Voilà tout...


      • Leonard Leonard 6 février 11:07

        @Daniel PIGNARD

        Interdiction de parler de l’interdit !


      • CLOJAC CLOJAC 6 février 11:09

        @Daniel PIGNARD

        « Mais les Hébreux ont reçu leur droit directement de Dieu »

        Toutes les cultures inventent de belles histoires pour amuser les enfants et les niais.
        https://www.tahitiheritage.pf/legende-taaroa-creation-monde/


      • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 6 février 11:16

        @CLOJAC

        Conclusion : Vous ne connaissez aucune culture, moderne, post moderne ou archaïque dont l’architecture n’ait pas été tributaire des rapports de force à un moment crucial de son évolution, mais nous, nous en connaissons. Ben oui, on est en France quand même, et on a une certaine culture chrétienne qui n’est pas la moindre de nos qualités.


      • Captain Marlo Captain Marlo 6 février 11:18

        @Leonard
        Non j’essaye de les défendre, parce que franchement je ne comprends pas ton obstination sur eux.


        .
        Ne répondez pas à CLOJAC, c’est un provocateur.

        Il insulte depuis des mois l’UPR, Asselineau, les militants et les sympathisants de l’ UPR, ou les sympathisants du Frexit, pour provoquer des réactions violentes, qui lui permettraient de les faire interdire, pour violation de la Charte d’ Agoravox.

        Ne tombez pas dans le panneau de la provocation, laissez le braire.


      • Leonard Leonard 6 février 11:42

        @Captain Marlo

        Interdire pour violation de la Charte ?

        Oh mon Dieu... en 5 minutes on peut créer un nouveau compte...


      • Leonard Leonard 6 février 11:46

        @Captain Marlo

        Mes racines catholiques m’amènent à être charitable avec ce genre de spécimen justement très rare qui reste bloqué psychologiquement à catégoriser tous les électeurs de l’UPR (petit parti de 1% à peine) dans la même case... C’est d’une généralisation tellement crasse que cela pourrait décrédibiliser tout ce qu’il pourrait essayer de dire d’intelligent après, alors moi j’aime bien l’aide à essayer de se rendre compte de son étiquetage puéril.


      • Leonard Leonard 6 février 11:56

        @CLOJAC

        « Merci pour ce moment »

        Vous êtes vraiment d’une rare lumière et merci d’éclairer ce monde de ténèbres par votre pauvre phraser digne d’un amuseur de marché qui vu juste se mettre en évident sur un pauvre forum pourri surtout...

        GL & HF...


      • Leonard Leonard 6 février 12:03

        @CLOJAC

        Impressionnant ces 4 étoiles à chaque fois, quelques minutes après vos propos

        Qui est le Guru d’une secte au fait ? J’aimerais bien le savoir... En espérant que la secte n’ai pas que 2 ou 3 i.p lol...


      • CLOJAC CLOJAC 6 février 12:39

        @Captain Marlo

        « Ne répondez pas à CLOJAC, c’est un provocateur.  »

        Coucou qui revoilou ?
        Je savais bien que vous ne pouviez pas vous passer de moi !  smiley
        P.S : Quand même félicitations pour m’avoir envoyé un agent masqué pour me tirer dans les pattes, j’ai vraiment cru avoir affaire à un niais soucieux de s’instruire.
        La prochaine fois, il faudra trouver une autre marionnette !


      • Attila Attila 6 février 15:20

        @Captain Marlo
        «  laissez le braire »
        Surtout que, comme je l’avais pressenti, il se décrédibilise complètement aux yeux des lecteurs par son comportement :
        C’est d’une généralisation tellement crasse que cela pourrait décrédibiliser tout ce qu’il pourrait essayer de dire d’intelligent après, alors moi j’aime bien l’aide à essayer de se rendre compte de son étiquetage puéril. " Lien

        .


      • eau-pression eau-pression 6 février 19:22

        @Captain Marlo

        La personnalité de Clojac est une chose, le point de vue qu’il défend autre chose.

        Pour faire court, l’explication complotiste marche assez bien : l’ouverture des frontières aux musulmans, sachant la difficulté qu’ils ont à s’intégrer (ne me remets pas Marseille sur le tapis, c’est un complotiste qui parle) était voulue pour désintégrer nos traditions. Que Giscard ait été ou non téléguidé pour le regroupement familial, nous sommes devant le fait accompli.

        Que tu trouves toi que le retour à la souveraineté passe avant la question des barbus, et que ce soit aussi l’analyse dominante à l’UPR ne dispense pas de trouver des arguments pour démentir ceux qui croient que la menace de la charia est à traiter en priorité. Comme toi, je doute de la sincérité de Clojac, surtout qu’il voit notre situation depuis les antipodes, mais puisque nous n’avons plus Cadoudal ...

        Et pourquoi t’as pas apprécié les escarpins ?


      • CLOJAC CLOJAC 6 février 22:05

        @eau-pression

        « Comme toi, je doute de la sincérité de Clojac, surtout qu’il voit notre situation depuis les antipodes »

        Tu veux des preuves de ma sincérité ?
        On a fait fermer la mosquée de Papeete en 3 jours.

        Avec des manifs :

        https://www.youtube.com/watch?v=0tjvcgzuNxI

        Et les pouvoirs publics ont plié, et l’imam a repris l’avion :

        https://actu.fr/societe/le-projet-de-mosquee-nest-plus-dactualite_27736067.html


      • Attila Attila 6 février 22:58

        @Leonard
        "Interdire pour violation de la Charte ?

        Oh mon Dieu... en 5 minutes on peut créer un nouveau compte..."

        L’administrateur peut aussi bloquer les Ip.

        .


      • Shawford Shawford 6 février 23:06

        @Attila

        Ou pas !


      • Attila Attila 6 février 23:17

        @Shawford
        Et Oumpa Pah !

        .


      • samy Levrai samy Levrai 5 février 19:25

        La conclusion devrait être la sortie de l’UE mais non...pas avec les euro atlantistes de l’extreme droite...

        D’habitude nous avons escrocs ou idiots pour les europeistes avec l’auteur c’est ceinture et bretelle, arnaqueur et idiot...


        • OMAR 5 février 22:34

          Omar9

          .

          @CLOAC :"Pour Pierre Lellouche, titulaire d’un double doctorat en Droit, en France et à Harvard, avocat de profession,....".

          .
          Vous avez « omis » l’essentiel de la biographie de ce hideux personnage : sioniste notoire et colonel de réserve de l’armée barbare israélienne :

          https://oumma.com/pierre-lellouche-de-latlantisme-au-service-du-sionisme/

          .

          C’est avec ce genre de référent que vous pensez convaincre votre auditoire ?


          • Aff le loup 5 février 22:57

            @OMAR Citez les passages de votre lien qui légitiment vos assertions sur PL !


          • CLOJAC CLOJAC 5 février 23:06

            @OMAR

            Vous avez « omis » l’essentiel de la biographie de ce hideux personnage : sioniste notoire et colonel de réserve de l’armée barbare israélienne :

            Vous devriez être moins agressif, moi je vous considère comme un énergumène de salon, mais d’autres pourraient être moins bienveillants à votre égard.
            Avec les agents de la DGSI qui parcourent les forums, vous êtes vite fiché S...
            Et je ne vous parle pas des réactions excessives des types du BETAR.


          • OMAR 6 février 10:20

            Omar9
            .
            @Aff le loup
            .
            Dans le lien que j’ai présenté, P.L est cité parmi d’autre personnalités connues en France.
            Et dans sa biographie, il y est mentionné : « ..il passe deux étés dans un kibboutz, en Israël, expérience qui le marquera... ».
            .
            J. L. Mélenchon n’a pas hésité à le qualifier d’agent de la CIA.

            https://www.dailymotion.com/video/x8w20m


          • OMAR 6 février 10:35

            Omar9
            .
            Mais c’est bien sûr, @CLOAC
            .
            Tous ceux qui prouvent votre extrémisme de droite et votre haine de l’Islam et des musulmans sont des énergumènes.
            .
            Et puis, je ne savais pas que vous êtes si introduit au prés de la DGSI que cela pour déclarer que je suis fiché S...
            .
            Enfin votre suggestif appel au Betar, une organisation terroriste pour des « réactions excessives », à mon égard, prouve, en réalité, qui de nous deux, est le véritable partisan de la menace, de la violence et de la terreur...
            https://www.medyaturk.info/international/2018/04/25/la-ldj-une-organisation-terroriste-autorisee-en-france/


          • CLOJAC CLOJAC 6 février 10:39

            @OMAR

            "Et dans sa biographie, il y est mentionné : « ..il passe deux étés dans un kibboutz, en Israël, expérience qui le marquera... ».

            Puisque vous êtes si bien informé, parlez-nous donc aussi de vos coreligionnaires qui vont s’entraîner dans les camps d’Al Kaïda, ou d’AQMI ou de Daesh,

            Ed dar es sohl rhlass

            El han ed dar el harb.


          • CLOJAC CLOJAC 6 février 10:48

            @OMAR

            « Et puis, je ne savais pas que vous êtes si introduit au prés de la DGSI que cela pour déclarer que je suis fiché S...  »

            Je n’ai jamais dit que vous l’étiez mais que vous risquiez de l’être. Surtout par les temps qui courent où les flics perdent facilement leur sang froid ;

            « Enfin votre suggestif appel au Betar, une organisation terroriste pour des « réactions excessives », »

            Je vous mettais en garde comme je dissuaderais n’importe qui de griller un feu rouge, sans s’assurer au moins qu’il ne va pas percuter un camion.
            Ces gens-là ont des experts en informatique capables de flairer et de loger des IP avec une précision dont vous n’avez pas la moindre idée.


          • popov 6 février 13:37

            @OMAR

            votre haine de l’Islam et des musulmans

            Tactique des Frères Musulmans et autres blaireaux islamistes : faire passer la répulsion qu’on éprouve en face de l’islam pour de la haine envers les mahométans.

          • Aff le loup 6 février 13:41

            @OMAR

            Donc vous êtes dans la diffamation ?

            Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d’enrichir cet article. Tout abus, contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... sera supprimé dans les plus brefs délais. (cf. Charte de bonne conduite) Circonstance aggravante, citer Mélenchon un specialiste :

            https://www.lexpress.fr/actualite/politique/jean-luc-melenchon-renvoye-devant-le-tribunal-correctionnel-pour-diffamation-publique_2100945.html

            https://www.rtl.fr/actu/politique/melenchon-poursuivi-en-diffamation-par-la-societe-generale-7788696321

            https://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/diffamation-jean-luc-melenchon-echappe-au-proces-grace-au-silence-de-l-assemblee_2105102.html


          • OMAR 6 février 15:22

            Omar9
            .
            @CLOAC :« ...parlez-nous donc aussi de vos coreligionnaires qui vont s’entraîner dans les camps d’Al Kaïda, ou d’AQMI ou de Daesh, »
            .
            S’il y a bien une personne qui peut parler en connaissance de cause de ces barbares de djihadistes, c’est votre bien aimé Laurent Fabius qui déclarait que
            les terroristes d’Al-Nosra faisaient du bon boulot sur le terrain :
            https://www.les-crises.fr/enquete-djihadisme-en-syrie-retour-sur-le-bon-boulot-d-al-nosra-3/
            .
            Par contre, vous bottez en touche, concernant P. Lelouche...
            Les dérobades, c’est votre principe...


          • OMAR 6 février 15:32

            Omar9
            .
            Excusez-moi, @Aff le loup, mais vous êtes dans l’effronterie la plus crasse.
            .
            Je n’ai fait que reprendre les affirmations de responsables politiques français et de certains médias, qui ne sont aucunement miennes...
            .
            Si celles-ci ne vous plaisent pas (ce qui est le cas) adressez vous a leurs auteurs...
            .
            Par contre, quand j’écris des informations avérées, vous faites le dos rond...
            .
            Alors, pour le code de conduite, commencez donc a l’appliquer pour vous-même...


          • CLOJAC CLOJAC 6 février 19:20

            @OMAR

            « Par contre, vous bottez en touche, concernant P. Lelouche... »

            Il est libre d’aller en Israël ou en Patagonie si ça lui chante.

            « Les dérobades, c’est votre principe... »

            Vous êtes un cas typique de projection freudienne.


          • Garibaldi2 6 février 08:38


            https://fr.wikipedia.org/wiki/Gr%C3%A9gor_Puppinck :


            En 2016, Grégor Puppinck est nommé au sein du Panel d’experts de l’OSCE/ODIHR sur la liberté de religion et de croyance.

            Il participe aussi aux travaux du Comité d’experts sur la réforme de la Cour européenne des droits de l’homme, où il représente le Saint-Siège.’’

            Le Vatican, état démocratique s’il en est, et donnant aux femmes une place importante lors des prises de décisions de l’église catholique !!!

            ’’Dans son livre, Les droits de l’homme dénaturé (Le Cerf, 2018), Grégor Puppinck "décrit le passage des droits de l’homme de 1948 aux droits de l’individu des vingt dernières années ... Cette évolution reflète celle du rapport de l’homme à la nature. Alors que les droits de l’homme de 1948 reflétaient des droits naturels, l’affirmation de l’individualisme a généré de nouveaux droits antinaturels, tels que le droit à l’euthanasie ou à l’avortement, conduisant à leur tour à l’émergence de droits transnaturels qui garantissent aujourd’hui le pouvoir de redéfinir la nature, tels que le droit à l’eugénisme, à l’enfant, ou au changement de sexe.’’


            Si tu es pour le droit à l’avortement, tu es pour l’eugénisme et l’euthanasie ! La choriocentèse et la sédation profonde pour aider une personne qui survivait dans une souffrance atroce à partir dans la dignité, sont oeuvres du diable !

            Si tu veux changer de sexe, dis-toi bien que ton corps ne t’appartient pas mais qu’il appartient à Dieu !!!

            Puppinck est un catho tradi, bien réac !

            J’ai bien aimé votre : ’’Et je dois avouer que je ne m’étais pas appesanti sur la question des réalités fonctionnelles sous ces apparences rassurantes... Jusqu’à ce qu’un propagandiste crypto-islamiste vienne me soutenir avec fierté et quelques exemples troublants à l’appui, que les vraies décisions étaient en réalité du ressort des Turcs, des Albanais, des Bosniaques, des Azerbaïdjanais, et accessoirement des Chypriotes et des Macédoniens... Ne réalisant pas qu’il se tirait une balle dans le pied ! Ou trop sûr de la victoire prochaine de son monde ?

            Car, à supposer que sa démonstration ne soit pas troublée par son souhait de voir imposer à l’Europe des valeurs étrangères à sa civilisation’’


            Supposant qu’il s’agit de moi, j’aimerais vous préciser que je suis souchien depuis au moins 10 générations, totalement athée, fils de résistants (mon père a été déporté à Dachau), que j’aimais et respectais profondément, qui m’ont donné une éducation humaniste.

            Et que j’aime la France qui mon pays, contrairement à vous, indépendantiste polynésien qui vient ici nous servir des propos tels que :

            ’’En commençant par recouvrer notre souveraineté législative, réglementaire et judiciaire, retirant la plupart des possibilités d’actions dilatoires aux européistes.’’.

            Notre souveraineté  ? Alors comme ça vous êtes membre de la communauté nationale ? Sans blague ?!


            • CLOJAC CLOJAC 6 février 09:07

              @Garibaldi2

              « Puppinck est un catho tradi, bien réac !  »

              Ne rate surtout pas ta prière de converti bism’allah er rahman er rahim, etc...
              https://www.islam-ahmadiyya.org/salat-la-priere-en-islam/263-prieres-du-saint-coran-texte-arabe-traduction-francaise-et-translitteration-phonetique.html

              « Notre souveraineté  ? Alors comme ça vous êtes membre de la communauté nationale ? Sans blague ?!  »

              Regarde donc plutôt la Loi organique n° 2004-192 du 27 février 2004 portant statut d’autonomie de la Polynésie française, en particulier ses art 1, 5, 6 et 6.1
              Nous bénéficions déjà d’un self government pour les affaires locales.
              Ceci dit...
              Je ne me suis jamais posé la question de mon appartenance à la nation France, jusqu’à ce jour de 2010 où j’ai découvert que Paris était devenu Kabul sur Seine.
              Lorsque, par votre naïveté et votre lâcheté, vous serez devenus une république islamique,il est hors de question que le Fenua fasse partie de l’oumma.


            • Garibaldi2 6 février 11:34

              @CLOJAC

              Pitoyable réponse !


            • CLOJAC CLOJAC 6 février 21:52

              @Garibaldi2

              « Pitoyable réponse !  »

              Au fait, pourquoi Garbi Bladi 2 ?
              Le 1 s’est fait virer ?


            • eau-pression eau-pression 6 février 09:59

              Il nous faudrait des exemples un peu probants pour comprendre. Est-il imaginable qu’à terme, si j’ai un conflit avec un voisin musulman, on applique les règles de la charia pour le résoudre ?

              L’idée de l’article, est-ce que l’UE a passé un deal avec l’Oumma ?

              Enfin, la loi de 1905 n’est-elle pas de même nature que la charia ? En ce sens que la loi prétendrait gouverner les individus, faire passer au second plan les pensées d’au-delà qui pourraient les tenailler ?


              • CLOJAC CLOJAC 6 février 10:32

                @eau-pression

                « Il nous faudrait des exemples un peu probants pour comprendre. » 

                Sachant qu’elle marche sur des œufs, la Cour énonce prudemment sa nouvelle doctrine : « un État peut créer un cadre juridique déterminé pour accorder aux communautés religieuses un statut spécial impliquant des privilèges particuliers »

                Ce n’est donc pas une obligation immédiate, mais l’important est d’ouvrir une porte, comme chaque fois qu’on veut faire passer petit à petit de nouvelles dispositions, en habituant progressivement les gens à l’intolérable.

                Ainsi tout État européen peut désormais accorder à sa communauté musulmane, la liberté d’être régie par les prescriptions de la charia, sans que cela soit contraire aux principes de la Convention européenne des droits de l’homme.

                Trois conditions sont quand même requises pour justifier ce statut spécial :

                1/ Que les croyants le demandent. Mais comment ? Par l’intermédiaire de leurs religieux... Quand la doxa professe qu’il n’y a pas de clergé dans l’islam !

                2/ Que cela concerne des droits familiaux et/ou patrimoniaux (pour le moment le pénal est exclu, on ne coupera pas la main des voleurs)

                3/ Que cela soit justifié par « des intérêts publics importants » tels que le vivre ensemble, la mixité culturelle, l’harmonie universelle et autres mièvreries de bobos.

                « Est-il imaginable qu’à terme, si j’ai un conflit avec un voisin musulman, on applique les règles de la charia pour le résoudre ? »

                Non à moins que tu te convertisses.
                Comme dit Houellebecq, 4 femmes à tes petits soins, ça peut être tentant. smiley
                Par la suite, si une république islamique est instaurée, en douceur au début, tu auras le choix entre rester dhimmi avec des droits réduits de moitié, ou alors prononcer la shahada (je te l’indique ça peut servir)
                « La ilaha illa Allah ashadou anna mouhammad ar rasoul il allah"


              • dimitrius 6 février 10:44

                @eau-pression

                Si moi je m’invente une vie de maçon , toi tu t’inventes une société bisounoursique ou toutes les communautés pourrait vivre en bonne entente . Tu as l’exemple de l’ex Yougoslavie pour te prouver que cela n’est pas possible , il y en a toujours un qui veut prendre l’ascendant sur l’autre et en général c’est le plus violent qui triomphe . Toi comprendre petit dhimmi lécheur de babouche ???


              • eau-pression eau-pression 6 février 19:00

                @dimitrius

                Je me base sur ce que tu racontes alors que tu me fais dire ce que je ne pense pas (ni ne dis).
                Puisque tu as de la mémoire, tu dois te souvenir que je trouve le dialogue entre maçons et paysans bien difficile, trop d’efforts pour moi.

                Trop de gens prétendent connaître l’islam parce qu’ils font parfois leur course chez l’arabe du coin, je ne vais pas me joindre à leurs extrapolations. Toi par contre, dans ta vie de maçon, tu as dû les fréquenter pas mal.

                Pour savoir comment je m’adresse à eux, j’ai cherché un article de Hamed du mois d’octobre. C’était pas trop complaisant, j’ai bien l’impression que ça a sauté. Voici un extrait :

                Il y a aussi une interprétation qui me parait indigne de vous. Se demander si Boumédiène n’aurait pas eu un peu raison avec son : « nous conquérons l’Europe avec le ventre de nos femmes ». On m’a soufflé à l’oreille qu’il avait été sélectionné pour sa connerie, quelque part parmi les planqués en Tunisie. Racontar ou pas, vous me direz.
                Par contre, la phrase, quelle horreur ! Je serais femme, je lui dirais « Viens bouffer ma chatte menstruée, si t’es assoiffé de sang. Mais le reste du temps, rideau et toile de tente ! Va cracher ta semence dans les sables du désert. Le chérubin qui sortira de mon ventre ne servira pas de jalon sur ta route mortifère. Ce bébé, c’est la Vie, pas une arme. Avec ta soif de revanche, quand nos descendants auront vidé le dernier puits, il ne leur restera que l’eau de la mer. »
                Je ne vois aucun moyen de prendre cette phrase qui n’en fasse pas une abomination.

                Sur ce, notre cher professeur s’est fâché, j’ai répondu

                Ca vous arrive de voir les humains autrement que comme des agents économiques ?

                et notre chaleureux échange s’est arrêté là.


              • Traroth Traroth 6 février 11:24

                Cet article est un espèce de dégueulis contre la Cour Européenne des Droits de l’Homme, sans démonstration et sans argument réel. Exemple : ce terroriste que la CEDH ne voulait pas voir expulser vers la Jordanie, et qui une fois expulsé, a été libéré un an après. Mais quelle est la responsabilité de la CEDH dans cette histoire ??? AUCUNE ! C’est le Royaume-Uni qui a décidé de l’expulser, personne d’autre ! Et le reste de l’article est du même tonneau, et on a envie de demander finalement : quel est, très exactement, le reproche que fait l’auteur à la CEDH ? Parce que cet article ne permet pas de le savoir !


                • assouline assouline 6 février 13:18

                  Et maintenant la charia fait partie du droit positif en Europe

                  .

                  Faux... bien sûr...

                  La charia n’est inscrite dans aucune disposition d’aucun des articles de la Convention.


                  • CLOJAC CLOJAC 6 février 14:05

                    @assouline

                    « La charia n’est inscrite dans aucune disposition d’aucun des articles de la Convention.  »

                    Vous l’islamiste masqué devriez perdre cette habitude de commenter les articles sans les lire !
                    La CEDH déclare que les états ont le droit, dans certains domaines, d’accorder à la charia la valeur de droit positif.
                    Le commentaire d’arrêt s’apprend en première année de licence.
                    Si vous avez toujours rêvé d’être un juriste, inscrivez-vous et revenez nous voir dans 4 ans.


                  • assouline assouline 6 février 14:45

                    @CLOJAC
                    .

                    La CEDH déclare que les états ont le droit, dans certains domaines, d’accorder à la charia la valeur de droit positif.

                    .
                    Je suis impatient de lire l’arrêt ou l’avis de la Cedh qui confirme cette assertion.
                    Or, je n’ai jamais eu la chance de tomber dessus...
                    .
                    Veuillez, je vous prie, nous communiquer ici un lien qui renvoie à un texte de référence de la Cedh et qui confirme que dans les Etats parties à la Cedh et donc régis par la prééminence du Droit, l’Etat peut « dans certains domaines, accorder à la charia la valeur de droit positif. »...
                    .
                    Je pouffe déjà...

                  • CLOJAC CLOJAC 6 février 21:27

                    @assouline

                    « Je suis impatient de lire l’arrêt ou l’avis de la Cedh qui confirme cette assertion.
                    Or, je n’ai jamais eu la chance de tomber dessus... »

                    https://hudoc.echr.coe.int/fre#%22itemid%22 :[%22001-188747%22]

                    155.  La Cour rappelle que, selon sa jurisprudence, la liberté de religion nastreint pas les États contractants à créer un cadre juridique déterminé pour accorder aux communautés religieuses un statut spécial impliquant des privilèges particuliers. Néanmoins, un État qui a créé un tel statut doit veiller à ce que les critères pour que ce groupe bénéficie de ce statut soient appliqués dune manière non discriminatoire.

                    157 Laspect négatif du droit de libre identification, cest-à-dire le droit de choisir de ne pas être traité comme une personne appartenant à une minorité, nest assorti daucune limite analogue à celle prévue pour laspect positif de celui-ci 

                    Même un juriste de fête foraine peut comprendre que le 155 des motifs permet de créer un cadre spécifique, en l’occurrence régi par la charia.
                    Tandis que le 157 permet de choisir le système juridique selon lequel on veut être jugé. Ce que reprend le dispositif que je laisse à votre sagacité le soin d’analyser.

                    Vu votre manie compulsive de troller, pour contraindre votre interlocuteur à rabâcher ce qu’il a déjà énoncé plusieurs fois, je me demande pourquoi vous n’avez pas encore pris votre carte chez le Gros Type.
                    Sur la forme, vous partagez les mêmes idées.
                    Et sur la forme, vous agissez à l’identique.



                  • Shawford Monarch42 6 février 21:29

                    @CLOJAC

                    Alors après l’♾ c’est comment ?


                  • Shawford Monarch42 6 février 21:30

                    @CLOJAC

                    Bref toi, je t’ai et t’aurai toujours très particulièrement à l’œil !

                    Capicci ?


                  • assouline assouline 6 février 22:24

                    @CLOJAC
                    .
                    On comprend déjà mieux...
                    sauf que...
                    .
                    L’alinea 155 ne fait que garantir l’égalité de traitement des communautés religieuses devant l’octroi d’un statut spécial prédéfini et assorti de privilège. Une précaution de non-discrimination des groupes religieux.
                    .
                    L’alinea 157 stipule que toute personne peut rejeter sans limite opposable l’appartenance à une minorité alors que toute personne est limité dans son droit à revendiquer son appartenance à une minorité.
                    .
                    Rien de plus...
                    .
                    Où l’on voit qu’il n’est absolument pas question d’instaurer la charia...
                    Même pas un début d’idée...
                    .
                    A vrai dire, la question de la loi religieuse n’est même pas abordée par les alinéas 155 et 157 ci-dessus...
                    Cette obsession de charia doit donc prevenir d’ailleurs...


                  • CLOJAC CLOJAC 6 février 22:54

                    @assouline

                    « Cette obsession de charia doit donc prevenir d’ailleurs... »

                    Sûrement, vu que dans l’affaire Molla Sali, il s’agissait de brahmanes Indiens, de shamanes Sibériens, de sorciers Mélanésiens et de grands féticheurs Yoruba.


                  • assouline assouline 6 février 13:25

                    Ras-le-bol des intrusions supra étatiques

                    .

                    Que viennent faire des Etats au sein du Conseil de l’Europe s’ils souhaitent violer les Droits de l’homme à leur convenance ?


                    • assouline assouline 6 février 14:35

                      l’article 32 de la Convention, qui attribue à la Cour la compétence de déterminer sa propre compétence

                      .

                      Faux.

                      .

                      Voici ci-après reproduites les dispositions de l’article 32 de la CEDH :

                      .

                      Article 32 - Compétence de la Cour

                      1. La compétence de la Cour s’étend à toutes les questions concernant l’interprétation et l’application de la Convention et de ses protocoles qui lui seront soumises dans les conditions prévues par les articles 33, 34 et 47.
                      2. En cas de contestation sur le point de savoir si la Cour est compétente, la Cour décide

                      .

                      Où l’on voit que l’article 32 ne fait que fixer la compétences de la Cour et qu’il n’autorise pas la Cour à déterminer elle-même sa propre compétence.

                      Rappelons que la Convention est-elle-même le fruit du travail législatif du Conseil de l’Europe.


                      • CLOJAC CLOJAC 6 février 19:25

                        @assouline

                        « En cas de contestation sur le point de savoir si la Cour est compétente, la Cour décide  »

                        Qu’est-ce que vous n’avez pas compris dans cette phrase ?


                      • assouline assouline 6 février 20:14

                        @CLOJAC
                        .
                        Cette phrase est très claire.
                        .
                        Elle dit ce que dit également le droit interne à propos de toute juridiction française.
                        Toute juridiction à capacité à se déclarer incompétente et à renvoyer, ce faisant, l’affaire en cause devant une juridiction compétente.
                        .
                        Ainsi, si vous adressez une requête relevant de dispositions de droit pénal à une juridiction administrative, la cour administrative se déclarera incompétente et vous renverra votre requête dans un délai de deux mois à compter de sa date de réception par le tribunal. Vous devrez alors vous-même la porter devant une juridiction pénale.
                        .
                        Ici, une grossièe confusion entre « déterminer sa compétence » ,qui fait référence à la définition du domaine de compétence de la Cour, et « déclarer son incompétence » qui fait référence au renvoi possible de l’affaire par la Cour vers une autre compétente.
                        .
                        La compétence des cours de la CEDH s’apprécie au cas par cas, en raison de ce que les textes de la Convention s’enrichissent année après année et en raison du nombre de cas d’espèce inédits...
                        .
                        Chaque juridiction, qui connaît ses propres attributions et donc sa propres compétence est la plus à même de se prononcer sur sa compétence à juger.


                      • CLOJAC CLOJAC 6 février 20:56

                        @assouline

                        Blah, Blah, Blah, culture d’islamiste autodidacte

                        Revoici l’avis d’un docteur en droit, praticien expert, mais je suppose que vous avez des titres universitaires supérieurs aux siens. Pourrait-on savoir lesquels ?

                        https://eclj.org/religious-autonomy/echr/charia—ce-que-rvle-la-dcision-de-la-cedh?lng=fr


                      • assouline assouline 6 février 22:43

                        @CLOJAC
                        .

                        des titres universitaires supérieurs aux siens. Pourrait-on savoir lesquels ?


                        .
                        Non, vous ne pouvez pas.
                        C’est cependant très aimable à vous de nous avoir renseignés sur les vôtres.

                      • CLOJAC CLOJAC 6 février 23:01

                        @assouline

                        « C’est cependant très aimable à vous de nous avoir renseignés sur les vôtres.  »

                        Au risque d’aggraver votre complexe d’infériorité, j’ai plusieurs troisièmes cycles aboutis, en France comme à l’étranger, dans des disciplines différentes bien que connexes.


                      • assouline assouline 6 février 15:30

                        « un État peut créer un cadre juridique déterminé pour accorder aux communautés religieuses un statut spécial impliquant des privilèges particuliers »

                        .

                        Je vois...

                        .

                        Il convient pour bien comprendre d’être familiarisé avec les termes juridiques quoiqu’ils paraissent à priori d’acception large...

                        .

                        "Un cadre juridique déterminé« n’est pas un cadre juridique dérogatoire.

                        Ce qui signifie que le cadre juridique ainsi déterminé doit être conforme à la Convention.

                        Partant, la création d’un cadre juridique spécifique n’est pas »la liberté pour la communauté musulmane d’être régie par les prescriptions de la charia « .

                        .

                        Notons, au surplus, qu’un cadre juridique spécifique à la communauté musulmane ne serait pas obligatoirement l’instauration de la charia...

                        Et que la Charia étant une loi religieuse, elle est totalement incompatible avec le principe de laïcité de la Convention, d’abord, et de la Constitution ensuite...

                        .

                        Un  »État peut créer un cadre juridique déterminé«  signifie que ledit cadre juridique est une création de l’Etat et non une création des autorités musulmanes. Cette création nouvelle implique par ailleurs que les lois religieuses existantes sont balayées et non reprises pour entrer dans le droit commun.

                        .

                        Il s’agit en réalité de combler un vide juridique où sont susceptibles de s’engouffrer tout ceux désireux de donner vigueur à une Loi religieuse préexistante. L’objectif est donc de créer un droit positif nouveau qui fait obstacle à une loi religieuse..

                        .

                        Les privilèges particuliers accordés ne sont que ceux justifiés par l’existence d’une pratique religieuse et dans la limite des principes généraux de la Convention européenne... A vrai dire, des privilèges qui n’en sont pas mais qui se contentent de faire état de certaines spécificités pour chacune des confessions religieuses. Encore faut-il ici s’affranchir de la signification que l’on croit entendre du terme »privilège« , héritée de la période révolutionnaire et fondue dans le creuset de la croyance populaire...

                        .

                        Ainsi, il peut être accordé pour privilège à la religion catholique romaine de condamner,.pour motif de croyance, l’usage du préservatif alors que le Droit interne français et le Droit européen portent à considérer qu’il s’agit là d’une incitation susceptible de poursuites pour »mise en danger d’autrui« au regard du risque sanitaire encouru.

                        .

                        Où l’on voit que la »création d’un cadre juridique spécifique déterminé par l’Etat« et assortis de certains »privilèges" permettrait à l’Eglise de France de poursuivre ses activités dominicales... avec ou sans préservatifs, d’ailleurs, selon qu’il lui plaira...


                        • CLOJAC CLOJAC 6 février 20:44

                          @assouline

                          « Où l’on voit que la »création d’un cadre juridique spécifique déterminé par l’Etat« et assortis de certains »privilèges » permettrait à l’Eglise de France de poursuivre ses activités dominicales... avec ou sans préservatifs, d’ailleurs, selon qu’il lui plaira... "

                          A part que les cathos qui ont appris à faire profil bas depuis la III ème république limitent leurs activités au domaine privé.
                          Ils ne prétendent pas enrégimenter la société.
                          Et n’égorgent pas les gens qui les critiquent.


                        • assouline assouline 6 février 21:12

                          @CLOJAC
                          .

                          les cathos qui ont appris à faire profil bas depuis la III ème république limitent leurs activités au domaine privé.


                          .
                          Vous faites sans doute référence au tintamarre quotidien des 40000 clochers de France, au spectacle intimiste de la Grand-messe de Notre-Dame et à la retransmission du tout sur KTO, Youtube et dans l’indéboulonnable Jour du Seigneur de France2...
                          .
                          Dieu que c’est bon d’être chez soi...

                        • assouline assouline 6 février 15:33

                          Par ailleurs, le protocole 11 permet à des affaires jugées d’être réexaminées dans une formation extensive...

                          .

                          Et alors...

                          C’est quoi le problème ?


                          • assouline assouline 6 février 15:46

                            Et seuls les juges de la CEDH sont habilités à décider de la recevabilité d’une requête (très rare) et de l’opportunité (encore plus rare) à se réformer eux mêmes.

                            .

                            Faux

                            .

                            Pas plus loin qu’en France, le Parquet saisi d’une plainte est libre d’engager ou de ne pas engager des poursuites.

                            .
                            Par ailleurs, les décisions d’une juridiction de la Cedh sont rendues en premier et dernier ressort. On voit mal comment les juges aurait l’opportunité de se réformer eux-mêmes...


                            • Garibaldi2 6 février 16:34

                              @assouline

                              A la CEDH c’est la Grande Chambre qui joue le rôle de cour d’appel.

                              L’arrêt en question a été rendu directement par la Grande Chambre car la cour de la CEDH qui devait juger avait décidé de se dessaisir au profit de la Grande Chambre.


                            • CLOJAC CLOJAC 6 février 20:24

                              @assouline

                              « Pas plus loin qu’en France, le Parquet saisi d’une plainte est libre d’engager ou de ne pas engager des poursuites. »

                              Ce n’est vrai qu’en partie.
                              Je vous renvoie au code de procédure pénale : art 39 - 1, 40-3, 85 et suivants,
                              et 706-17 Entre autres, mais je vous laisse chercher.

                              Une fois encore je dois répéter que vous et Garbi Bladi affichez, avec l’arrogance des gens complexés qui n’ont pas fait beaucoup d’études, une culture d’autodidacte.
                              Vous picorez ici et là des éléments qui semblent conforter votre opinion, sans être capable de les interpréter et encore moins de les replacer dans un cadre général.


                            • assouline assouline 6 février 16:14

                              Quelques rappels utiles montreront dans quel sens penche la jurisprudence de la CEDH : [...]

                               la CEDH avait refusé son extradition vers la Jordanie au motif qu’il risquait d’y être torturé.

                              .

                              Là, manifestement, la Cedh a penché du côté de la défense des Droits de l’Homme...

                              .

                              Car l’article 3 de la Convention interdit de manière absolue la pratique de toute forme de torture. Ce qui implique qu’elle interdit à ceux dans les mains desquels est confié le sort d’une probable victime d’exposer ladite victime au risque d’etre torturée.

                              .

                              Pour comprendre cette décision, il faut d’abord admettre qu’un terroriste présumé, puisque pas encore jugé pour les faits de terrorisme qui lui sont reprochés, est une personne humaine à part entière... comme toutes les autres et quelle que soit la haine que l’on éprouve à son égard.

                              .

                              Ensuite, il faut se référer aux textes de la Convention qui stipulent l’obligation positive des Etats de protéger toute personne d’une atteinte née d’une violation des droit garantis par l’article 3 de la même Convention. Cette obligation positive oblige les Etats à agir utilement dans le sens d’une protection des droits précités. Ainsi, un Etat partie à la Convention, quel qu’il soit, ne peut pas extrader une personne dès lors qu’il a connaissance d’un risque certain que cette personne subisse des atteintes en violation de l’article 3 de la Convention.

                              .

                              Les dispositions auxquelles se réfèrent la Cour dans ces affaires sont toutes le fruits du législateur européen, le Conseil de l’Europe. Et le Conseil de l’Europe n’a pas autorisé, à ce jour, la pratique de la torture sur les personnes poursuivies pour actes terroristes.


                              • CLOJAC CLOJAC 6 février 19:33

                                @assouline

                                « Pour comprendre cette décision, il faut d’abord admettre qu’un terroriste présumé, puisque pas encore jugé pour les faits de terrorisme qui lui sont reprochés, est une personne humaine à part entière...   »

                                Vous jetez le masque.
                                Pour nous, un terroriste est un monstre.
                                Pour vous, c’est un héros et un martyr.
                                Nous n’appartenons définitivement pas à la même civilisation !



                                • CLOJAC CLOJAC 6 février 19:51

                                  « Clojac est un nul ! »

                                  Mieux vaut être un nul que la mule des islamistes.

                                  Au jeu des url, revoici l’avis d’un docteur en droit, mais je suppose que vous avez des titres universitaires supérieurs aux siens. Pourrait-on savoir lesquels ?

                                  https://eclj.org/religious-autonomy/echr/charia—ce-que-rvle-la-dcision-de-la-cedh?lng=fr

                                  A part ça, êtes-vous d’accord avec vos nouveaux coreligionnaires qui clament que Zineb doit se prendre du 9 mm dans la tête ?

                                  https://www.valeursactuelles.com/societe/tirer-balles-reelles-zineb-el-rhazoui-encore-menacee-de-mort-dans-une-chanson-115671


                                  • folamour folamour 6 février 21:15

                                    @CLOJAC
                                    Saluons la tentative.
                                    Car
                                    Si les musulmiens se plaignent

                                    des écrits

                                    des propos

                                    des caricatures


                                    .
                                    Rien ne les empêche de répondre de la même manière ...
                                    par

                                    des écrits

                                    des propos

                                    des caricatures


                                    .
                                    Hélas pour eux on dirait qu’une malédiction les a privé à tout jamais des moyens de le faire .
                                    Leur seule argumentation , leur seul humour , leur seul esprit ....tient dans la menace et la violence ...
                                    D’ailleurs 14 siècles d’histoire sont là pour en apporter les preuves

                                  • CLOJAC CLOJAC 6 février 21:35

                                    @folamour

                                    « Leur seule argumentation , leur seul humour , leur seul esprit ....tient dans la menace et la violence ...
                                    D’ailleurs 14 siècles d’histoire sont là pour en apporter les preuves  »

                                    Et surtout l’histoire contemporaine montre qu’ils auraient tort de se gêner.
                                    Puisqu’ils n’ont trouvé pour les contrer jusqu’à présent, que des écouillés qui ont peur de leur ombre, et des complexés névrosés imbibés de repentance imbécile.

                                    Avec la complaisance de médias et de politicards dont on a quelques raisons de supposer qu’ils sont « subventionnés » par des états qui pratiquent le « djihad de la main » = en bon français corruption.


                                  • folamour folamour 6 février 21:46

                                    @CLOJAC
                                    On n’en finirait plus de faire le compte de tous leurs alliés compatibles....
                                    mais
                                    Il n’en demeure pas moins qu’ils souffrent d’une grave déficience
                                    -esprit
                                    -et humour....
                                    -et de concept de la liberté de penser....
                                    .
                                    Je suis impatient de voir un jour une caricature musulmane ....
                                    Le dernier comique fut Omar Khayam mais ils l’ont menacé toute sa vie.


                                  • CLOJAC CLOJAC 6 février 22:23

                                    @folamour

                                    « Le dernier comique fut Omar Khayam mais ils l’ont menacé toute sa vie. »

                                    Un homme de culture musulmane qui ose affirmer :
                                    « Bois du vin puisque tu ignores d’où tu es venu, vis joyeux puisque tu ignores où tu vas. »
                                    « Autrefois, quand je fréquentais les mosquées, je n’y prononçais aucune prière.
                                    Je vais toujours m’asseoir dans les mosquées, où l’ombre et la fraîcheur sont propices au sommeil.  »
                                    Respect !
                                    J’évoquais ce personnage avec mes amis Égyptiens (rien à voir avec la caillera des cités !) et ils partageaient mon analyse selon laquelle les musulmans ont raté le train du progrès au XII ème siècle lorsque, aussi bien au Maghreb qu’au Machrek, les religieux ont imposé leur tutelle obscurantiste sur la société.



                                  • Garibaldi2 7 février 08:34

                                    @CLOJAC

                                    Article de Nicolas Hervieu, chargé d’enseignements à Sciences Po et juriste spécialiste en droit européen des droits de l’homme, paru dans le journal Le Figaro, mis en ligne le 28 décembre 2018 :

                                    https://www.lefigaro.fr/vox/societe/2018/12/28/31003-20181228ARTFIG00078-non-la-cedh-n-a-pas-erige-la-charia-en-droit-de-l-homme.php

                                    ’’« Complice des terroristes islamistes », « amie des délinquants et des criminels », « destructrice de la souveraineté et de l’identité nationale », etc. Ces accusations visant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) sont aussi récurrentes que prévisibles.

                                    En effet, comme beaucoup de juges qui tentent de faire respecter nos droits et libertés, la Cour de Strasbourg rend régulièrement des décisions qui, au premier regard, semblent peu populaires. Surtout lorsque cela concerne des catégories de personnes elles-mêmes peu populaires dans nos sociétés, comme les étrangers, les détenus ou encore les minorités religieuses.

                                    Pour toute personne qui prend la peine de lire les arrêts européens, ces critiques peuvent surprendre. Car pleinement consciente de l’impact de ses décisions, la Cour européenne retient des solutions qui, même si elles peuvent être discutées, sont toujours nuancées, à mille lieues des caricatures. Ainsi, elle insiste régulièrement sur la grande liberté dont disposent les États en matière d’immigration, de politique pénale ou encore de bioéthique. Simplement, cette liberté des États trouve sa limite lorsqu’elle menace nos droits individuels et collectifs.

                                    Bien loin d’être une invention de bureaucrates européens, la Convention européenne des droits de l’homme plonge ses racines dans les revendications des citoyens français de 1789, désireux de limiter enfin l’arbitraire de l’État, ou encore dans la volonté des Européens, en 1945, d’éviter le retour des horreurs de la Seconde Guerre mondiale.

                                    Comme juge, européen, des droits de l’Homme, la Cour de Strasbourg dispose de trois qualités qu’il est facile de détester et de faire détester.

                                    D’ailleurs, au quotidien, les droits et libertés protègent prioritairement nos familles, nos amis, nos voisins et nous-même. En particulier pour garantir notre liberté d’expression et d’information, notre droit de fonder une famille, notre droit d’être jugé de façon équitable ou encore notre droit de ne pas être surveillé dans notre vie privée.

                                    À cet égard, il est pour le moins révélateur que ceux qui fustigent violemment la justice européenne n’hésitent jamais à se tourner vers elle pour obtenir justice.

                                    Malgré cela, la Cour européenne est une cible facile pour certains politiques et autres polémistes de tout poil, qui n’hésitent pas à caricaturer ses solutions à des fins purement opportunistes.

                                    Car comme juge, européen, des droits de l’Homme, la Cour de Strasbourg dispose de trois qualités qu’il est facile de détester et de faire détester. À coups de tweets rageurs et de titres accrocheurs. Et au mépris de la vérité.

                                    Face à ce déferlement d’attaques, en particulier sur Internet, les juristes hésitent souvent à réagir. À quoi bon tenter d’exposer une réalité complexe, quand la caricature simpliste se diffuse si vite ? À quoi bon descendre dans l’arène du débat public, face à des acteurs puissants qui disposent d’une audience médiatique et numérique infiniment supérieure ? À quoi bon corriger, quand le mal semble déjà fait ? À quoi bon, aussi, risquer soi-même de subir un flot d’attaques et d’invectives, comme cela est si fréquent désormais pour qui prend la parole sur ces sujets ?

                                    Pourtant, sans se faire d’illusions excessives, il reste important de tenter d’expliquer, de décrypter, de démystifier. De faire appel à l’intelligence et à la réflexion des lecteurs, contre ceux qui cherchent à flatter leurs préjugés.

                                    Après les vives réactions suscitées par l’une des tribunes publiées sur son site, le FigaroVox nous a offert cette opportunité. Autant la saisir.


                                  • Garibaldi2 7 février 08:37

                                    Rédigée par Grégor Puppinck, cette tribune avait pour objet un arrêt rendu le 19 décembre dernier par la Cour européenne. Selon l’auteur, cet arrêt Molla Sali c. Grèce ouvrirait la voie « à l’application de la charia en Europe » et permettrait, à terme, son introduction « par la volonté individuelle, dans les droits de l’homme : c’est ‘le droit à la charia’ ».

                                    La Cour européenne a jugé précisément l’inverse de ce que suggère la tribune de Grégor Puppinck.

                                    Certes, dans son texte, Grégor Puppinck se livre à une analyse qui ne se résume pas à cette seule affirmation. Mais c’est pourtant elle qui, dès la parution de la tribune, a été relayée bruyamment par plusieurs acteurs politiques - dont certains ont depuis supprimé leurs tweets.

                                    Or, face à une telle affirmation, tous ceux qui, dès sa publication, avaient lu ce fameux arrêt ont été très surpris. Car en condamnant la Grèce pour avoir appliqué la charia en lieu et place du droit civil, la Cour européenne a jugé précisément l’inverse de ce que suggère la tribune de Grégor Puppinck.

                                    Cette affaire est née d’un litige ouvert lors de la succession d’un homme grec. Celui-ci avait décidé de léguer l’ensemble de ses biens à son épouse par un testament établi selon le droit civil grec. Mais après son décès, cette volonté a été remise en cause. Puisque le mari défunt était issu de la minorité musulmane, les juridictions grecques ont estimé que c’est le droit successoral musulman (relevant de la loi sacrée de l’Islam ou « charia ») qui était applicable. Au détriment de l’épouse, qui a ainsi été privée des trois quarts de l’héritage auquel elle prétendait.

                                    Après avoir définitivement échoué devant les juridictions grecques, l’épouse s’est tournée vers la Cour de Strasbourg en invoquant une discrimination dans la jouissance de son droit au respect des biens. Avec succès.

                                    En effet, la Cour européenne a clairement jugé que la différence de traitement subie par l’épouse « n’avait pas de justification objective et raisonnable ». En somme, l’application de la charia en lieu et place du droit civil, alors même que le défunt ne l’avait pas souhaité, a créé une situation discriminatoire parfaitement contraire à la Convention européenne.

                                    Le raisonnement de la Cour n’est d’ailleurs pas si éloigné de celui retenu par le passé notamment pour condamner la France en raison des discriminations successorales longtemps subies par les enfants naturels ou adultérins, en application d’ailleurs de lois civiles françaises largement inspirées des préceptes catholiques relatifs au mariage.

                                    Pourquoi alors agiter la menace d’une application de la charia en Europe ?


                                  • Garibaldi2 7 février 08:39

                                    D’abord, Grégor Puppinck affirme que les conditions prévues par la Cour européenne concernant l’application d’une loi religieuse, en lieu et place des règles du droit civil, ne seraient pas assez strictes.

                                    En particulier, il insiste - à dessein - sur la condition du consentement des personnes concernant l’application d’une loi religieuse, en affirmant qu’« il y a une grande hypocrisie à estimer que le consentement suffise à garantir la liberté, peut-être aussi une certaine lâcheté ».

                                    Mais ce n’est pas du tout ce que dit la Cour européenne. Certes, puisqu’elle était saisie d’une affaire particulière où les protagonistes avaient subi l’application de la charia « contre leur volonté », ce seul constat a permis de condamner la Grèce. Cependant, contrairement à ce que suggère Gregor Puppinck, un éventuel accord des intéressés n’aurait absolument pas « suffi » à les extraire du droit commun pour permettre l’application de la charia.

                                    On comprend mal pourquoi une juridiction chargée de veiller à la Convention en viendrait ainsi à se saborder.

                                    Car la Cour de Strasbourg a prévu un autre verrou : même consentie, l’application de règles religieuses n’est pas tolérable si elle « se heurte à un intérêt public important ».

                                    Gregor Puppinck énonce que cet intérêt « reste à définir au cas par cas » et « n’a pas de contenu matériel précis ». Rien n’est moins vrai. Dans son arrêt de décembre 2018, la Cour a cité cette notion en renvoyant explicitement à un autre arrêt de 2012, lequel a martelé que « l’importance fondamentale que revêt la prohibition de la discrimination fondée sur le sexe » relève d’un tel « intérêt public important ».

                                    Plus largement encore, bon nombre d’autres arrêts européens ont déjà utilisé cette notion pour souligner l’importance du principe de non-discrimination raciale, des droits de la défense, de droit à un procès équitable, ou encore de la liberté de la presse.

                                    En somme, et sans surprise, la Cour européenne s’opposera nécessairement à toute loi religieuse qui heurterait frontalement les droits et libertés garantis par la Convention. Au demeurant, on comprend mal pourquoi une juridiction chargée de veiller à la Convention en viendrait ainsi à se saborder, au surplus par un arrêt rendu à l’unanimité des dix-sept juges.

                                    Mais pour instiller le doute, Grégor Puppinck critique ensuite le fait que la Cour européenne n’a pas expressément réaffirmé « l’incompatibilité de la charia avec les principes fondamentaux de la démocratie », constat qu’elle avait formulé dans un arrêt de 2003.

                                    Là encore, cette critique ne résiste pas à l’examen. En 2003, si la CEDH a formulé une telle position, c’est parce que cela était nécessaire à l’affaire qu’elle avait à juger. Il s’agissait alors de déterminer si un État, la Turquie, pouvait dissoudre un parti politique dont certains responsables avaient appelé à l’instauration d’un régime théocratique et islamique, au besoin par la force. Pour admettre une telle dissolution, la Cour européenne devait donc nettement souligner l’incompatibilité d’un tel projet politique global avec la Convention européenne.

                                    En 2018, la question posée à la Cour était bien différente. L’affaire concernait uniquement l’application de règles religieuses dans le seul domaine successoral. Et ce, pour des raisons purement historiques et propres à la Grèce, sans autres ambitions politiques.

                                    La bonne foi et l’honnêteté intellectuelle commandent donc de ne pas extrapoler ce que la Cour européenne ne dit pas et n’avait pas à dire.

                                    Au demeurant, en doutant du « but légitime » poursuivi par la Grèce et en insistant explicitement sur le fait que « plusieurs organes internationaux se sont dits préoccupés par l’application de la charia » compte tenu notamment de ses conséquences discriminatoires, les juges européens n’ont pas fait mystère de leur faible attrait pour cette loi religieuse.

                                    Enfin, toujours dans l’espoir d’appuyer ses thèses, Grégor Puppinck suggère à mots à peine couverts que la Cour européenne serait faible voire complaisante envers l’islamisme radical. Une fois de plus, la réalité est toute autre.

                                    La Cour européenne refuse de sacrifier la protection des droits fondamentaux sur l’autel de la lutte contre l’islamisme radical.


                                    Ces dernières années, la Cour européenne a multiplié les décisions qui attestent de sa fermeté. Ainsi, en 2017, elle a jugé qu’un salafiste condamné pour des propos haineux - invitant à dominer les personnes non-musulmanes et à les combattre au nom du « Jihad » et de « la charia » - ne pouvait être protégé par la liberté d’expression. En 2018, la Cour a également validé l’expulsion vers la Tunisie ou encore vers l’Algérie d’extrémistes islamistes jugés menaçants pour la sécurité en Europe.

                                    Cependant, tout comme elle le fait concernant la lutte contre le terrorisme, la Cour européenne refuse de sacrifier la protection des droits fondamentaux sur l’autel de la lutte contre l’islamisme radical. Car cela serait néfaste aux droits et libertés de tous, sans pour autant permettre une lutte plus efficace contre cette menace.

                                    Au bilan, bien loin de nous inquiéter, l’arrêt rendu par la Cour européenne en décembre 2018 devrait nous rassurer. Car il nous protège tous contre l’application de lois religieuses qui porteraient atteinte à nos droits et libertés.

                                    Et en réalité, il semble que ce ne soit pas véritablement nos droits et libertés qui préoccupent Grégor Puppinck, mais uniquement la lutte contre une religion en particulier.

                                    En effet, les tout derniers mots de sa tribune révèlent qu’il reproche surtout à la Cour européenne et à l’Europe de ne pas viser l’« islam » en tant que tel. Dans le même mouvement, il fustige le fait que l’Europe ne protège pas prioritairement la seule « civilisation chrétienne ».

                                    Cela ressort d’ailleurs de ses autres écrits. Car dans une autre tribune également publiée sur le FigaroVox en octobre 2018, il a critiqué la CEDH pour avoir refusé d’autoriser un maire à faire primer… ses propres convictions religieuses sur le droit civil. Voilà qui n’est guère cohérent avec sa tribune de décembre 2018, où il agite le risque d’un remplacement du droit civil par la loi religieuse.

                                    Certes, chacun est libre d’exprimer ses idées, sans haine, ni violence. C’est très précisément ce que nous permet, chaque jour, la Convention européenne des droits de l’homme.

                                    Mais pour qui prétend livrer une analyse juridique, la rigueur devrait primer sur les engagements et convictions personnelles. Sauf à vouloir tromper ses lecteurs.’’




                                  • quijote 9 février 11:45

                                    Tous les colons et les collabos sont là...

                                    Question : par idéalisme ( = connerie pure ), par intérêt ( = néo colonialisme + financement dilcrah ) ou les deux ?

                                    Quoi qu’il en soit, vous êtes ultra minoritaires malgré vos comptes multiples qui vous permettent de vous convaincre vous-mêmes, mais que vous-mêmes, que vous représentez la norme idéologique de ce pays. C’est fini, ce temps-là, les gars !

                                    Les Français, comme moi, ont compris tout ce qu’il y a de saloperie, de destruction et d’ignominie cachées derrière le paravent du « Bien », des « droits de l’homme » et de la préférence étrangère. Et c’est pareil dans toute l’Europe, y compris chez les gentils socialistes scandinaves...

                                    Vous avez perdu. Mais ne desespérez pas, amis colons et collabos : votre idéal, vous pouvez aller le vivre là-bas, loin, dans les pays de vos amis étrangers. Vous verrez comme vous serez heureux et chaleureusement accueillis au nom du Bien, des droits de l’homme et de la préférence étrangère ! A tout hasard, préparez quand même votre testament avant de partir... Hein ? Ah non, pas du tout : vous allez être accueillis comme les amis de l’humanité que vous êtes, comme un enrichissement ! Bien sûr !


                                    • quijote 9 février 14:18

                                      Les européens ne veulent plus de migrants, ici les hollandais, autant dire les plus plus socio-libéraux et anti-racistes de principe des européens avec les scandinaves :

                                      https://twitter.com/tvlofficiel/status/1226483473013186561

                                      Ils y ont goûté, ça y est, ils savent. Ils en veulent plus. Pourquoi ? Parce que c’est dégueulasse. Parce que ce n’est pas le bien mais le mal. Parce qu’ils ne veulent pas être détruits. Parce qu’ils ne veulent pas disparaître.

                                      Salauds de fascistes hollandais ! Ha ha ha...


                                      • quijote 9 février 20:02

                                        Génial. La France en 2020 :

                                        https://twitter.com/tvlofficiel/status/1226528753213460485

                                        Vive la diversité ! La diversité, c’est le Bien ! Merci à vous, amis colons et amis collabos. Oui, oui : c’est grâce à vous, tout ça. Qu’est-ce qu’on vit bien en France, grâce à vous !

                                        J’espère qu’un jour pas si lointain, vous aurez tous à rendre des comptes face au peuple français. 

                                        Plus ! Plus de migrants ! Il le faut pour que la France disparaisse plus vite ! Et que l’Europe devienne un nouveau continent du tiers-monde !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès