• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ces aliénés qui nous gouvernent

Ces aliénés qui nous gouvernent

JPEG

Le pire du pire est l’aliéné qui s’ignore : De quoi parle-je ? De ces décideurs incapables de penser qu’il y aurait aucune autre alternative, rien de différent que ce monde actuel, dans lequel il faut « faire avec » ! Cela ressemble à une fatalité et si par erreur nous quittions ce type de société organisée, et bien, ce serait l’apocalypse ! La fatalité est le caractère de ce qui est inéluctable, alors, mieux vaut se résoudre que lutter vainement... Les gilets jaunes à la maison, et que le business continue, sans heurt.

La notion d'aliénation en philosophie, est la dépossession de l'individu, c'est-à-dire la perte de sa maîtrise, de ses forces propres données à une idéologie et servie pour un groupe ou une société. Chez Hegel on parle de «  l’esprit aliéné ou étranger à lui-même. »[1]

Lorsque l’on valide le système et qu’on est absolument certain qu’il faut être capitaliste, qu’il faut des différences sociales, une structure sociétale en verticale ; Il serait loisible tout de même intellectuellement d’imaginer d’autres types de société pour s’y opposer, comme le communisme, ou un régime d’extrême droite par exemple, et ainsi, combattre pied à pied sur le terrain des idées, au lieu de jeter l’anathème, et de condamner comme au temps de l’inquisition. Les dirigeants de l’« élite », ont leurs idées bien ancrées, qui ne souffrent aucun commentaire, sinon, l’avalanche de mots définitifs tombe : populiste, comploteur, poujadiste, antisémite, terroriste... Telle une litanie apprise dès la première tétée au sein de la bien pensance bourgeoise. Comment leur en vouloir ? sachant qu’ils n’ont pas une capacité de mise en perspective, pas une fenêtre de compréhension et même la possibilité d’entrevoir une alternative quelconque. Le pire, ils sont totalement dans le système sans savoir qu’ils le servent ; C’est donc bien le symptôme de l’aliénation : une obéissance aveugle, en ignorant pourquoi on obéit. Ils sont absolument persuadés, dur comme fer, que le système actuel est de l’ordre de la justice et de la vérité, immanent presque... Tellement engloutis dans ce maelstrom, qu’ils n’imaginent même plus de pouvoir en sortir. Ils se cantonnent seulement dans les possibilités de régulation du model, ce qui représente l’aliénation suprême : être dans un système monolithique qui n’a ni début ni fin, dressé comme un menhir pour l’éternité ; c’est presque nihiliste comme attitude cette l’abnégation du surmoi, au service du moloch. Au niveau français, nous sommes bien en face, nous les citoyens à un gouvernement d’aliénation, qui est ni droite, ni gauche, mais « en avant »... Vers quoi ? ce n’est pas le sujet, fuite en avant, en avant !

Emanuel Macron est l’archétype du caractère produit par ce monde : Comme pour lui, ce système est la Vérité incarnée, et qu’il n’arrive même pas à penser à un au-delà de ce monde (son monde), du coup, il se montre arrogant et sourd, il doit se dire « mais que voulez vous donc encore ? Nous n’avons que ce schéma et il faut bien qu’on s’en arrange non ? » Ce qui expliquerait son ton bourré de certitude et cassant. Son obsession de gestion de perdurer cette organisation, est la démonstration qu’il n’a pas su penser à d’autres alternatives. Nous avons un president très dangereux pour le futur de notre pays, car il est aliéné et engoncé dans ses certitudes immuables ; sans le savoir, et donc, enchainé à ses croyances, il ne peut en toute bonne volonté changer, rompre les liens étroits ; d’autant que ses chaines se nomment oligarchie, conseil de l’Europe et in fin, un entourage composé essentiellement d’aliénés comme lui. Ainsi l’affirmait Jacques Ellul « Ce n'est pas la technique qui nous asservit, mais le sacré transféré à la technique.  »[2], appliquez cette sentence au « système », et ainsi, le summum de l’aliénation est atteint.

Lorsqu’on entend, Schiappa, Castaner et absolument tous les autres clones qui sont aux commandes, un sentiment de malaise pointe : pas un doute effleure, la pensée unique fleurie, du rabâchage de mots clé et d’éléments de langage en boucle ; en fait une litanie qui illustre un vide aliénant : pas besoin de penser par soi-même, puisque le scenario est déjà pré écrit ; Par qui ? Sans importance ! Sachant que nous sommes dans Le Meilleur Des Mondes, et qu’à l’assemblée il suffit de lever la main et voter oui !... Comme dans une secte, c’est si doux de ne pas penser et se laisser glisser, guider. Toutefois, dans ce monde individualiste, capitaliste/loi de la jungle, la valeur première étant de prédater, marcher sur les autres, survivre et donc, « réussir », « faire son trou. » ; l’idée n’est pas de penser long, mais court...termiste.

Gouverner c’est pourtant anticiper, voir loin...

Les décideurs publics, trop obnubilés qu’ils sont par leur « parcours de vie » ne sont plus aujourd’hui en capacité d’intégrer le long terme dans leur vision et dans leurs choix de politiques publiques, car, le cycle électoral et la professionnalisation du corps politique amène le décideur à préférer les projets qui ont la plus forte acceptabilité sociale ou qui apportent les réponses les plus rapides aux attentes de ses électeurs. Les décisions et propositions, visibles pour le citoyen, seront plus facilement valorisable auprès de ses votants à la fin de son mandat, en vue de sa réélection. L’arbitrage en faveur du long terme est donc entravé par les ambitions personnelles de l’acteur politique ; nous sommes donc bien dans un cycle de la prédominance court-termiste sur le long terme et comme Keynes l’affirmait « Avec le long terme, nous sommes tous morts. »[3]

Ce qui est à espérer est une révolution profonde qui ouvrira les portes à la survie de l’espèce humaine... Sinon, en maintenant le statut quo, cette multiplicité d’aliénés qui dirigent... Droit dans le mur, à la vitesse du son... Braoooom ! Ca y est, nous somme tous volatilisés, évaporés !!!

A la surface de la terre, j’entends parfois comme une morne plainte poussée au coin d’un bois.

Georges Zeter/avril 2019

 

vidéo : LA VENGEANCE DU PEUPLE : HUMILIATION - LE SUICIDE FRANÇAIS - 2/3 

 


[2] Jacques Ellul, Les Nouveaux Possédés, 1973, 2e édition, Mille et une nuits, 2003, p. 316


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • njama njama 23 avril 12:15

    « J’étais le directeur de la CIA : nous avons menti, triché et volé. On a été entièrement formés pour ça. »
    Mike Pompéo le secrétaire d’Etat américain évoque son passé à la CIA auprès des étudiants de l’Université A&M du Texas

    https://francais.rt.com/international/61275-nous-avons-menti-triche-vole-le-secretaire-etat-americain-evoque-son-passe-a-cia-video

    Ce sont des frappe-dingues comme ça qui allument perpétuellement et sans vergogne les feux de la guerre


    • Le421 Le421 23 avril 19:37

      @njama
      Pas besoin d’aller si loin. On a une porte parole du gouvernement* en France qui assume de mentir pour protéger le patron...
      No comment more.

      Parly et « le brillant » : Pas d’armes françaises qui tapent sur les civils au Yemen !!
      Des mensonges d’état.
      Avec Benalla, on a atteint le fond du fond et on a vu à quoi ça menait.
      Allez vous faire fou...  !!
      Vos gueules les « riens », c’est moi Jupiter.

      Sibeth Komsépié ou quelque chose comme ça...  smiley


    • baldis30 23 avril 13:12

      bonjour,

       excellent ...

      mais .....

      « il n’arrive même pas à penser à un au-delà de ce monde »

       penser ? ... faut-il même élémentairement en être capable  !  smiley


      • Encore une merveille d’article d’Agoravox. En plein dans le mille. J’avais lu à l’époque : Ces Fous qui nous gouvernent. Extrait :Derrière un titre racoleur se cache un ouvrage sérieux. Faut-il être fou pour arriver au pouvoir ou est-ce le pouvoir qui rend fou  ? Sans doute les deux, explique Pascal de Sutter, professeur de psychologie à l’université de Louvain-la-Neuve et expert auprès de l’Otan, dans ce livre rempli de paradoxes. Car «  la folie, chez un homme politique, c’est un peu comme la tuberculose pour les mineurs du siècle de Zola, une maladie professionnelle, un risque difficilement évitable  ». Mais ce serait justement un grain de folie initial qui protègerait l’Homo politicus de la «  machine à broyer l’équilibre mental  » qu’est le pouvoir et lui permettrait de ne pas sombrer dans un état pathologique.
        Avec cet ouvrage, c’est la très secrète psychologie politique qui sort de l’ombre. Née en 1942 aux États-Unis avec le profil d’Adolf Hitler, elle permet notamment d’analyser à distance la personnalité des dirigeants, dans un but stratégique et diplomatique. Aujourd’hui encore, la CIA établit les profils des grands leaders mondiaux  : en connaissant ses amis et ses ennemis, on peut les manipuler et éviter les impairs.
        Comment s’établit, à distance, un profil psychologique  ? Trois approches sont nécessaires  : l’analyse verbale du discours spontané (notamment les interviews), l’analyse non verbale des 


        • Suite :  Trois approches sont nécessaires  : l’analyse verbale du discours spontané (notamment les interviews), l’analyse non verbale des expressions faciales et des gestes, les questionnaires des proches et des adversaires.
          Après la théorie, l’ouvrage propose les profils de Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy. La première serait une méticuleuse-ambitieuse, consciencieuse et intègre, mais aussi rigide et autoritaire. Le second un ambitieux-dominant narcissique compensatoire, inventif et hyperactif, mais aussi méfiant et instable.
          La psychologie politique peut-elle prédire le choix des électeurs  ?Non, les paramètres en jeu sont trop nombreux. Ce qui est sûr en tout cas, c’est que ce choix n’est pas rationnel, mais émotif, et que la communication non verbale est cruciale. Pour P. de Sutter, le sourire de S. Royal était un de ses atouts, par exemple.
          Mais le plus cocasse, c’est que si les fous sont au pouvoir, c’est parce que nous les y avons mis justement parce qu’ils sont fous. Oui, nous votons pour les plus fous, pour les séducteurs, les menteurs et les enjoliveurs. Parce que leurs défauts nous rassurent sur nous-mêmes et que nous préférons voter pour ceux qui nous ressemblent plutôt que pour les rationnels ou les académiques. Celui qui peut être élu n’est pas forcément celui qui fera le bon dirigeant. L’électeur est peut-être plus fou que celui qu’il élit.


          • Une personne « saine » aurait voté blanc après l’affrontement Marine-Macron. Avec le risque de voir Marine Le Pen au pouvoir ? Je pense que oui,....This was not a choice. 


            • charly10 24 avril 17:47

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

               Voter blanc,C’est exactement ce que je fais depuis 1982,a chaque élection présidentielle.Encore qu’en 2007 j’aie hésité a voter Ségolène....mais au dernier moment la « couleur de la neige » m’a fait un signe !!!! 


            • Pierre 23 avril 15:43

              Beau délire ! En attendant, pléthore d’aliénés dans la rue, en particulier le samedi...


              • George L. ZETER George L. ZETER 23 avril 15:52

                @Pierre
                marrant...moi je les trouves plutôt lucide "ceux du samedi’


              • @George L. ZETER

                Demandez-vous pour qui ils auraient voté,......LES GJ.


              • Pépé le Moco 23 avril 16:20

                @Pierre,
                Vous pensez aux GJ ou à ceux qui les tabassent et les estropient ?


              • Le421 Le421 23 avril 19:39

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                Bah... Moi, je suis GJ, j’ai voté, pas la peine de vous dire pour qui, et franchement, ça me va de mieux en mieux.
                Parce que les autres, vous permettez...


              • Pierre 24 avril 15:34

                @Pépé le Moco
                Ma seule erreur : avoir omis ceux qui sévissent sur AV !


              • zygzornifle zygzornifle 23 avril 16:30

                On a le gouvernement que l’on mérite ....


                • Le421 Le421 23 avril 19:42

                  @zygzornifle
                  Pas sûr !! Si les règles n’avaient pas été biaisées, le résultat serait différent.
                  Si la presse n’avait pas passé son temps, sans argument valable, à expliquer que LFI c’était Vénézuela et Corée du Nord réunis... Et en nous promettant 11% au max !!
                  Vu que les cons de service votent comme ils jouent au tiercé.
                  Pour les favoris...


                • Dom66 Dom66 23 avril 18:39

                  Bonsoir G.L.ZETER, bien l’article, merci ;

                  Mais ceux qui nous gouvernent ne sont pas des aliénés, il sont en place pour faire ce que le monde de la finance leur demande de faire. Les banques et la clique Attalienne on décidés.

                  La France avance vers la dictature, elle y a même déjà un pied, nous somme mis à l’index par d’autres nations, et par l’ONU. Le plus triste c’est qu’une partie du peuple n’en a pas encore pris conscience.

                  Quand un gouvernement pense à faire un ministère de la vérité et une loi sur les Fake news, alors que ce sont ses propres médias qui en balance un max, et bien là on peu commencer à aller se réfugier en Birmanie et la Corée du nord pourra nous donner des leçons.

                  Pauvre France !

                  Laisser faire les casseurs aidés parfois par des flics avec marteau (prouvé), pour discréditer les GJ, envoyer sa hordes de SS, pour tabasser et éborgner des manifestants, je me dis, heureusement que ce n’est pas en Russie, tout nos médias seraient outrés, et je ne vous dis pas les commentaires...

                  Gazer des gens avec des gazes qui laisse un trace genre ADN et pourquoi est-ce que la police gaze des médias et des manifestants pacifiques ? 


                  • @Dom66

                    Le contraire d’aliéné, c’est : LIBRE. Une personne au pouvoir n’a pas la possibilité de prendre du recul sur son action. Soit il délègue, soit il agit à l’aveugle (Trump). 


                  • Dom66 Dom66 23 avril 20:06

                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                    aliéné= Fou, atteint de maladie mentale ou déséquilibré, dément, etc, et je pense que l’auteur le voyait dans ce sens ;

                    Ce que je voulais dire c’est qu’ils gouvernent comme on leur a dit de gouverner, ils font bien leur travail, ils ne sont pas Fous mais Cons et contre le peuple (pas les moutons...les autres)


                  • INsoMnia INsoMnia 23 avril 21:57

                    @Dom66

                    Bonsoir, je vous rejoins dans votre commentaire puis oui « Le plus triste c’est qu’une partie du peuple n’en a pas encore pris conscience. »
                    Quant’à l’article il est très bien pour ma part aussi.
                    Sonia


                  • Odin Odin 23 avril 20:04

                    Bonjour,

                    Merci à l’auteur pour cet excellent article, très réaliste.

                    « une obéissance aveugle, en ignorant pourquoi on obéit »

                    « cette l’abnégation du surmoi, au service du moloch » 

                    « Comme dans une secte, c’est si doux de ne pas penser et se laisser glisser, guider » 

                    C’est une réalité bien cachée dont les porteurs de tabliers sont à la base de cette pyramide luciférienne, puis par le B’nai B’rith, les Ur-Lodges, Bilderberg, l’ONU, l’OTAN, les banques centrales, la BRI, la Banque Mondiale, le FMI, la Trilatérale… tous aux ordres de Mammon, sans exception.


                    • Dom66 Dom66 23 avril 20:07

                      @Odin
                      +++ pour moi


                    • ddacoudre ddacoudre 23 avril 22:14

                      Bonjour Quand je lis un article comme le tient je me sens moins seul. la fracture la plus grâce dans notre société n’est celle intellectuelle. Je invite à faire un tour sur mon blog. Cordialement ddacoudre OverBlog


                      • George L. ZETER George L. ZETER 23 avril 23:27

                        @ddacoudre
                        bonsoir je suis allé sur ton blog, d’accord sur la motivation de ce blog, j’ai lu quelques articles intéressant.
                        L’homme n’est pas un loup pour l’homme, c’est son ignorance qui l’est. 

                        juste un truc la couleur du lettrage rend la lecture difficile, mais il est vrai que je porte des lunettes


                      • L'Astronome L’Astronome 24 avril 00:11

                         

                        « nous sommes dans Le Meilleur des Mondes »

                         

                        Moi, je dirais plutôt que nous sommes dans le meilleur des Immondes, celui de l’appauvrissement du cœur et de la robotisation des esprits.

                         


                        • JC_Lavau JC_Lavau 24 avril 10:36

                          statu quo ante.

                          Sans t final. Un ablatif.


                          • George L. ZETER George L. ZETER 24 avril 11:19

                            @JC_Lavau
                            merci m’sieur !


                          • JC_Lavau JC_Lavau 24 avril 12:25

                            Toute la question est que le rôle de l’Etat et du service public est de prendre en charge le long terme. Une armée, typiquement ça ne sert à rien ou presque pendant cinquante ans, jusqu’à ce que ce soit une question de vie ou de mort.

                            Je vois le cas des quatre sous-marins prêtés à la France par la GB après la guerre : la Sibylle, la Sirène, la Sultane, le Saphir. Ainsi que le retour de la Junon qui avait été construite à Cherbourg. Deux étaient démilitarisés, tubes lance-torpille condamnés. Usage militaire réel : l’entraînement, maintenir des équipages entraînés. 

                            Construire un barrage, pendant des années, ça coûte. L’instruction publique, pendant des années, ça coûte. Les temps de retour d’investissement sont incompatibles avec la gestion décentralisée au privé.

                            Certains dont moi-même, présument qu’un canal d’amenée de l’eau de Méditerranée dans la dépression de Qattara serait profitable à l’Egypte, sur plusieurs siècles. D’une part le turbinage apporterait des Mégawatts bienvenus, surtout la surface d’évaporation supplémentaire apporterait des bénéfices agricoles à long terme. On ne sait pas à qui d’abord, aux cultivateurs égyptiens ? Ou aux libyens ? Si le projet est bon, il ne peut se raisonner que sur des durées dépassant la vie d’un homme, a fortiori la durée du mandat d’un politicien.

                            Question : des hommes qui savent raisonner à des durées régaliennes, savons-nous les former ? Savons-nous les sélectionner ? De la classe de Richelieu ou de Colbert, Gribeauval ou Sartine ?

                            Un exemple d’échec, à l’échelle d’un état : En 1976, Pierre-Frédéric Ténière-Buchot, au CNAM, était fier de nous montrer l’usage des matrices d’influence. La mission était auprès de l’état colombien, qui cherchait comment planifier le développement économique des Llanos, plaines alluviales versant sur le bassin de l’Orénoque.

                            Sols relativement pauvres et fragiles, fort lessivés  mais quand même bien moins lessivés que les sols d’altitude. Les colombiens étaient préoccupés de rétablir la loi et l’ordre dans les Llanos, là où régnait en réalité la loi du révolver. Structures étatiques bien trop faibles. Or TB leur fait apprécier quoi influence quoi, sur matrices, et conclut triomphalement que la fonction régalienne « La loi et l’ordre », a peu d’influence, et est peu influencée, donc à classer parmi les faux problèmes.

                            Vous savez la suite, l’industrie de la cocaïne, la loi des gangs et des guérillas. Alors ? Vraiment un faux problème ?

                            Une fausse appréciation, oui, par un étranger, aveugle à la violence locale.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès