• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ces Pauvres « restaurateurs »… On va tous pleurer !

Ces Pauvres « restaurateurs »… On va tous pleurer !

Vite ! Vite ! La cellule psychologique pour soutenir ces nouveaux pauvres qui se sont pourtant cassés la nénette afin de s’améliorer, de se mettre aux gouts de la nouvelle clientèle, de trouver de nouveaux produits, d’ajuster les prix ; bref, de se remettre en question de fond en comble année après année…

Ouais, ça c’est du fantasme en barquette de 12 !

 

Les « restaurateurs » français, en fait, les réchauffeurs de plats surgelés, les préparateurs de « cuisine d’assemblage », les tournicotons du micro-onde ne font plus de bonnes affaires, mêmes les touristes Martiens délaissent leurs cantines sentant bons le graillons, les rogatons et vieilles chaussettes concoctés par l’industrie alimentaire mon cher Watson !

Je suis en Albanie, sans comparaison avec l’infâme bouffe servie en France dans + de 80 % des restos. Dans ce petit pays des Balkans les produits sont frais, simples, bons et sans chichi. C’est un croisement de cuisine Italienne et un peu de Grec, de Slave. Lorsque je sors de table je n’ai pas l’impression d’avoir été une poire croisée avec un pigeon. Dire qu’aujourd’hui j’assume d’écrire que l’on mange mieux en Albanie qu’en France va faire bondir + d’un… Et pourtant. Depuis tant d’années les producteurs se sont vendus à la grande distribution, ce qui a donné à 5 centrales d’achats un pouvoir sans partage. Il a donc fallu devenir inventif et faire pousser des « choses » low cost. Des tomates pleines de flotte, des carottes au gout indéfinissable, des patates blafardes et de la viande indistincte question gout. Tout ça mitonné dans des usines à bouffe et envoyé de bon matin dans 80% de ce qui s’appelle un restaurant. Ca a l’avantage d’éliminer « LE CHEF », ce mec caractériel qui pour un oui ou pour un non rend son tablier en plein service du samedi soir. Plus besoin de faire le marché dès l’aube, les légumes sont sous vide, conditionnés et prédécoupés par des gamins de moins de 14 ans en Chine ou ailleurs. Les « plats » sont livrés en cartons de 10, et ya plus qu’à. Faire décongelé le magret de Canard à l’ancienne ou le saumon matelote ; un bout de persil frais (c’est la loi), et en avant, chaud devant, d’une chose décongelée, et ben, t’as un plat régional de notre terroir à nous à nous, mijoté avec amour, gloire et beauté. Sauf que… Les gens, les clients voyagent et voient ce qu’il se fait dans des pays limitrophes tels que La Suisse (où on y bouffe très bien, avec un accueil impeccable), en Belgique et le sens festif de ces bons vieux belges sans façon, bonne franquette, ne parlons pas de l’Espagne avec ses supers restos et ses produits délicieux, ses tapas et enfin l’Italie… Je viens de la traverser du nord au sud. Un plat de spaghettis, une tranche de Prociutto, une tomate du jardin, un bout de Parmesan ; ah, re-ahhhhhhhhh ! Et le sourire et la grappa offerte. Enterrés les cuistres-cuistots franchouilles, leur arrogance, leurs étoiles au Michelin et des coups de pieds au cul qui se perdent !

Donc, ya plus de client. Titre le Nouvel Obs. : Mois de juillet "catastrophique" pour les restaurateurs.

« Les restaurateurs s'inquiètent d'une baisse de fréquentation record de plus de 13% au mois de juillet par rapport à 2012 et lancent une campagne contre le relèvement du taux de TVA de 7% à 10% prévu par le gouvernement en 2014. » 

Est-ce possible d’être plus bête ? C’est la TVA qui les tue les povres ! Pas leur tambouille dégueulasse, mais la TVAAAAAA ma bonne dame McDonald ! Il suffira donc de baisser de 3 points et hop, magique, et c’est Bocuse à tous les étages.

« La situation n'a jamais été aussi catastrophique, nos entreprises accusent une diminution inédite de leur chiffre d'affaires et les résultats de ces quatre dernières semaines nous font craindre le pire, notamment pour l'emploi », écrit Michel Morin, président du SNRTC, dans un communiqué. 

 

Et allons y, ah ! l’emploi… Sous payé, n’arrivent même plus à recruter du personnel, faut voir comme ils sont logés les saisonniers, en + doivent payer leur repas, faire des horaires bancales qui les occupent de 9 heures du matin, à 1 heure du matin et souvent passer la serpillière sans heures supplémentaires. Je ne parle pas des abus en actes et paroles de ces faiseurs de mauvaises soupes avec le personnel féminin, souvent très jeune qui doit entendre les plaisanteries salaces du « patron ». Franchement qui a envie de se coltiner une des pires clientèles au monde, radine, pour un salaire au Smic, et dans une ambiance de travail à chier ? D’accord, sont pas tous comme ça, heureusement, y’en a encore qui servent de la vraie cuisine, à des prix abordables. Mais, Il faut maintenant se refiler les bonnes adresses comme des conspirateurs, car, c’est rare en ce pays un restaurant qui ne sert pas du Leader Price, concocté à la Jean-Pierre manges moi l’Coffe sur la commode !

Sont vraiment sans aucune fierté ces gens là, toujours à pleurnicher au lieu de se retrousser les manches, d’aller le matin acheter des produits frais à Rungis, ou faire travailler les petits maraichers, de faire les pluches, de vraiment cuisiner, de servir des plats que nous les clients ne pourrions pas faire à la maison, de penser à l’amabilité, la gentillesse (et oui, c’est parfois pénible d’être au service des autres, mais à chacun ses inconvénients professionnels), et enfin, de se dire que pour 20 euros, un client devrait pouvoir avoir la satisfaction d’un repas complet, la panse repue et le sourire aux lèvres. 

Et si vous osez émettre la moindre critique, je veux dire de celle qui est constructive « ma crème brulée est vraiment-vraiment brulée , pourriez vous la changer ? » Alors là attention ! Le restaurateur est prêt à en découdre, tout en vous balançant « si vous n’êtes pas content, allez voir ailleurs !!! »… C’est ce que je fais depuis des années, ne pas lâcher un fifrelin à ces gâtes sauces, alors, que modestement, chez moi, dans ma kitchen, je me débrouille très bien. Ouais, quelle me dit merci ma chérie !

 

Cela fait des années que la poule aux œufs d’or est en train de se tarir ( ? ok, une poule qui se tarie, d’accord ???) .

Les étrangers ne sont pas fous, et savent bien que les restos français servent une cuisine de cantine, sauf si vous pouvez assumer une addition de 100 euros par personne et +, là, vous touchez dans le haut du panier de la gastronomie et je le confirme, à ces prix là, ce qui est dans l’assiette est une magie des papilles. Pour le tout venant, mais dans ce pays c’est la règle depuis toujours, le mépris abyssale du « tout venant », et bien c’est bouffe insipide, plein d’eau, sans couleur, sans odeur, sans saveur ; c’est entre le dégueulis et la chiasse, à vous de voir. Les étrangers sont aussi nombreux à visiter notre pays qu’auparavant , mais ils ne dépensent plus de la même manière. Soit, ils font le plein de la glacière avant de partir, soit, ils vont au supermarché et mangent sur le bord de la route. Le touriste reste peu de temps, voit ce qu’il y a à voir, puis traverse le pays et va dépenser ses sous au sud de l’Europe. J’ai vu de mes yeux il y a 15 jours en Italie des restaurants le midi et le soir plein à craquer de touristes en train de se régaler… Alors que plus haut en France, ils sont désert ces restos ? Ké passa ? Il y a dans la question la réponse non ? C’est pas une question de crise financière banane, on a toujours un billet de 20 qui traine au fond des poches ; C’est une question de qualité des plats, de qualité du service, de qualité de la propreté des toilettes, de la qualité de la décoration et enfin, un peu, de la qualité de l’addition… Ouais y’a du boulot Emile !

 

Nous avons vécu dans un pays de cocagne. Souvenez vous y’a pas si longtemps, nous pouvions nous arrêter sur le bord de route dans n’importe quel petit boui-boui, et s’en mettre plein la cloche pour 3 francs, 6 sous… Puis, le Jacques Borel est arrivé avec ses cantines de merde de bord d’autoroute, puis MC Do (France = 1er marché mondial hors USA), puis, les surgelés, puis, les hypermarchés (France + grand nombre de grandes surfaces par habitant au monde)… Une population en coupe réglée qui boulotte pour une mafia de la boustifaille d’infamie, mais qui rapporte énorme, en + bien souvent les bénéficiaires de ce holdup des estomacs ne payent pas d’impôts en France, sont peinards en Suisse... Mais le peuple est con de faire la queue tous les samedi pour enrichir ces familles d’improductifs… Fatalitas et conneritas quand tu nous tiennas !!!

Les problèmes d’obésité, de santé, et aussi de bien être… Aux chiottes la qualité de vie, la convivialité ! Pour en finir avec ce triste tableau, nous avions les vins… Ben il a fallu que les mecs de Bordeaux trafiquent le pinard, le coupe, ou mettent des mauvaises étiquettes sur des jajas ce qui a fait perdre beaucoup de prestige au pays… Que ce soit les restaurateurs, les industriels, les viticulteurs ; tous, dans le même sac et hop, dans la fosse septique.

 

Quant à moi, encore ce soir je vais me régaler une fois de + de la bonne cuisine Albanaise dans la ville de Vlorë, j’aurais une pensée pour vous, « mes frères » « mes sœurs » sachant que vous êtes restés au pays et devez bâfrer la tambouille à Findus  ; Findus, à cheval sur la qualité, bordel !

 

Georges Zeter/Aout 2013

 

Ya pas que des idiots qui lisent le Nouvel Obs. ; Voici le copier/collé d’un internaute.

Clement sot a posté le 5-08-2013 à 17:29

95% de la "profession" sont des réchauffeurs de surgelés. Le métier, c'est entre le client et la barquette. Ca commence à se savoir. CQFD. Si le gouvernement voulait faire quelque chose d'intelligent pour une fois, il mettrait une TVA à 5% pour les produits frais, à 15% pour de la transformation et à 25% pour les réchauffeurs de barquettes et junk food. Et l'obligation d’étiquetage.

http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20130805.REU9749/mois-de-juillet-catastrophique-pour-les-restaurateurs.html


Moyenne des avis sur cet article :  4.45/5   (102 votes)




Réagissez à l'article

111 réactions à cet article    


  • MARMOR 6 août 2013 11:03

    mon dieu qu’il a raison ( pour une fois) le Zeter !!


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 8 août 2013 09:29

      LES POVRES...

      A LA TERRAS SE .A PARIS...IL VOUS EN COUTE 20 EUROS .POUR MANGER DU CONGELE
      ET UN VERRE D’EAU


    • unandeja 6 août 2013 11:24

      je suis partiellement d’accord...la suisse et les bons restos ça reste limité par contre je trouve....ou alors à un prix exorbitant m(ais en France aussi avec un prix exorbitant on bouffe du cuisiné sur place)...et je pense que nos proches ovisins européens souffrent du même mal...par contre je suis tout disposé à croire que la vraie cuisine naturelle d’Albanie est meilleure que beaucoup de nos restorants.(essayez de trouver un VRAI resto prêt de notre Dame à Paris par exemple....on sent à 10 km que c’est du congelé...parfois du bon congelé...mis du congelé tout de même...)

      En tout cas c’est vrai qu’à Paris pour trouver un resto « cuisiné sur place » ou « bouffe fraiche non sous vide ou non congelé » c’est pas évident.

      Difficile de trouver le restaurateur qui veut bien aller tous les matins à Rungis ou tout autre marché, difficile de trouver le client prêt à payer le prix pour son repas (+ cher car la bouffe surgelée sous vide ça casse les prix)...et pourtant qu’est ce que c’est bon :)
      Personnellement, adepte de cuisine, je ne conceptualise même pas qu’on puisse tenir un restaurant sans en cuisiner la nourriture soit même.


      Ce qui me choque c’st la créaton des labes bonne bouffe, cuisiné sur place, produits frais ou que sais-je...les vrais restaurateurs, pour en bénéficier, doivent payer une fortune ce label......ils sont doublement pénalisés (produits + chers car cuisines sur place et produits frais) et label à payer....on devrait juste légalement forcer les restaurateurs à indiquer sur leur carte que rien n’est cuisiné sur place....mais le lobby des restaurateurs n’aimeraient pas trop....


      J’aurai une dernière réserve également...il y a aussi les restos de campagnes...partez en haute savoie, aux restaurant les Cornettes à la Core d’Abondances par exemple...et vous aurez de la vraie bouffe cuisinée sur place (jusqu’aux chips offerts à l’apéro)....on trouve, et heureusement, encore pas mal de bons restaurants en province, plutot dans les campagnes que les villes.

      Je me permets un petit coup de pub pour un restaurant qui s’appelle « Variations » sur paris, dans le 13°arrondissement....là bas le chef va tous les jours à Rungis, c’est un vrai adepte de cuisine...il faut un petit budget (environ 40 à 60 € par personne pour entrée plat dessert et boisson...mais c’est très bon et servi généreusement).
       une cuisine plutot tradictionnelle et excellente.


      • Agafia Agafia 6 août 2013 15:29

        Aaaaahhhhh ! Les Cornettes d’Abondance !!! Miam
        j’habite à 15 bornes de ce restau et j’ai des souvenirs mémorables dans cet Eden de la bonne bouffe, et de la convivialité, avec la visite rituelle de la cave à l’heure du digeo pour déguster la Chèvre direct au tonneau... J’en ai les papilles qui frémissent rien qu’au souvenir.
        Mais le problème des Cornettes, pour un modeste estomac tel que le mien, c’est qu’arrivé à la fin de l’apéro, on a déjà plus faim.
        Et si vous venez dans ce coin de Haute-Savoie, je vous recommande un ptit restau situé à Reyvroz, à 10 km de Thonon, ça s ’appelle chez « le Suisse », on y mange divinement bien et tout, absolument tout ce que vous trouverez dans votre assiette est produit sur place dans des conditions les plus naturelles qui soient.

        @ l’auteur
        j’aime beaucoup votre style d’écriture et outre la forme,je vous rejoins à 100 pour 100 sur le fond.


      • unandeja 7 août 2013 07:36

        mes excuses pour les fautes, elles m’ont crevé les yeux en relisant mon article.

        ...j’étais aux cornettes la semaine dernière....un régal et un accueil incroyable....comme toujours !


      • unandeja 7 août 2013 07:38

        merci du conseil pour le restaurant « le suisse » ...j’irai probablement l’an prochain (quand je viens, je loge à Evian...donc ça devrait être possible de faire ces quelques kilomètres)


      • mic0741 mic0741 6 août 2013 11:40

        En plus ils font du chantage à l’emploi, alors que dans tous les médias, on nous dit que la profession n’arrive pas à recruter. Cherchez l’erreur !


        • Gemini Gemini 6 août 2013 14:21

          Leurs déclarations sont également à mettre en relief avec ce qu’ils avaient annoncés lorsque Sarkozy leur a offert là TVA à 5,5% au lieu de 19,6%. Ils allaient embaucher disaient-ils. Or, il n’en a rien été.

          Prétendre aujourd’hui que passer la TVA de 7% à 10% les contraindra à licencier est au mieux un mensonge éhonté. Il faudrait même remettre la TVA à 19,6%, puisque la baisser aura été totalement inutile.


        • subliminette subliminette 6 août 2013 11:50

          Georges, il y a un point dont vous ne parlez pas : l’hygiène des cuisines. Il se trouve que je connais quelqu’un qui, de par son métier, est amené à les fréquenter. Ben quand il en parle ça donne pas envie !


          • lerenard lerenard 8 août 2013 14:52

            étant frigoriste -cuisiniste en retraite je confirme beaucoup de restau très mode grande ét belle salles des fois même plusieurs salles et cuisine pourrie avec cafard et souris des pianos hors d’âge qu’il faut dépanner souvent et des mec qui pleurent misère quand on propose du neuf
            et le pire étant les station de spors d’hiver car la en plus les établissements sont loué les propriétaires ne font rien ou peu d’entretien c’est à la charge du locataire qui sont pour la plupart des club ou des tour opérators et qui n’on rien à f....tre de l’entretien des cuisine par contre les salle de restau sont super belle sans nommer les boutique je donne les station alpe du hez et les deux alpes que j’ai pratiqué des années les hotel et resto sont tenu pas des anglais des danois des israelites des club comme aquarius club med pierre vacance et la bouffe hé ben comme vous dite pas mieux mais ça marche c’est plein en toute saison


          • Vipère Vipère 6 août 2013 11:53

            Bonjour vous tous


            Georges Zetter ne dit que la vérité ! Les gargotes françaises son infâmes ! Et les restaurateurs ont le culot de se plaindre. 

            Partout ailleurs, à l’étranger, inutile de dépenser 40 à 60 euros pour manger correctement ! 
             

            La France est dessous de tout, pas seulement au niveau de la restauration. Tout s’est détérioré dans ce pays, autrefois, celui des Droits de l’Homme. 

            Qu’ils mettent la clé sous la porte, tous, ce n’est pas moi qui vais verser un seule larme sur leur sort. 

            A traiter ainsi mal le client, à la longue, c’est lui qui rend « sa serviette et ses couverts » !

            • escartefigue 6 août 2013 12:00

              La vérité c ’est que le monde français est devenu un pays de marketing .


              La grande distribution avec ses systèmes centres de profits plie 
              les fournisseurs aux prix les plus bas ce qui élimine plein de super produits 
              artisanaux . La structuration semi industrielle avec cahiers de charges strictement 
              organisée ne laisse pas de place à la créativité des petits tout petits faiseurs . 

              Exemple , la charcuterie alsacienne , il y a encore quelques années on pouvait 
              trouver chez des artisans des délicieuses spécialités , chez les boulangers des vrais 
              pains fabriqués à partir de farines non mélangées et c ’est l’ artisan qui préparait 
              son levain avec  une conduite naturelle de celui-ci . 

              Dans la restauration c’ est le même tabac , un gus , plombier peut-être ou coiffeur pour 
              dames ouvre son centre de profit en servant la même merde que tous les autres . 

              La vie , la bonne , c ’était . 

              Il existe encore de très bons produits et des passionnés de l’ art . 

              Il faut fuir les établissements  qui ont remplacé le savoir faire par le tiroir caisse .


              Derrière ceci , nous avons le monde que nous méritons .

              Le rêve du petit français c ’est être fonctionnaire , alors mangez du poulet 
              aux hormones .

              • HELIOS HELIOS 6 août 2013 13:10

                ... ce n’est pas qu’un probleme de tiroir caisse, c’est aussi un probleme de competence.

                Qui embauche maintenant un vrai cuistot, un vrai boulanger, un vrai boucher ?

                PERSONNE.

                Tous ceux qui bossent sont des « EMPLOYES » payés au minimum, puisqu’ils sont specialistes de rien.. et du coup, il faut suivre le mode d’emploi indiqué au dos du paquet, du sachet ou du carton.

                Ce qui est vrai PARTOUT est vrai aussi dans la restauration.

                Tentez de trouver un vrai mecano dans un garage (a part le vieux qui fait les vehicules de luxe, au fond) ou même un banquier dans une banque est impossible, il n’y a plus que des employes... et on commence a avoir peur quand on regarde qui entretient les centrales nucleaires ou qui vous enleve l’apendice. Tous ces gens là, sans notice, ou sans que l’ordinateur valide quand ils font envoi, ne savent plus rien faire d’autre.

                Le temps ou le smic etait un salaire plancher pour ceux qui ne savent rien faire, maintenant c’est devenu le salaire cible de l’employé... qui ne sait evidement rien faire et qui sera vidé de sa boite le jour où il la ramenera, ayant constaté un disfonctionnement grace a son experience. Il devra changer de boulot pour etre « debutant » un peu comme il y a 60 ans dans l’armée.

                La restauration a le même probleme, il n’y a plus de restaurateur, il n’y a plus de chef, de commis, de cuistot, même plus de plongeur, il est obligé de compter les doses du lave vaiselle indiquées sur la boite....

                Alors, dans ce contexte, comment voulez vous que tout cela fonctionne et qu’on puisse manger correctement au restaurant ??? surtout que le pauvre type, petit restaurateur, qui voudrait aller a Rungis, a interet a aligner la monnaie, rien que pour rentrer sur le site ; et je ne vous dis pas ensuite pour payer.


              • Robert GIL ROBERT GIL 6 août 2013 13:42

                « Le rêve du petit français c ’est être fonctionnaire ... »

                quel caricature et prejugé sur les petits,encore un qui pense qu’il n’y a que lui qui travaille, que les autres c’est des fainéants, qui a du échouer a tous les concours qu’il a présenté et qui est particulièrement aigri ...bon, moi je mesure 1m83, c’est peut-être pour cela que j’ai d’autres rêves !


              • George L. ZETER George L. Zeter 6 août 2013 14:37

                merci pour ton commentaire. je vais souvent en corse et bien comme en alsace ; les cochons viennent de Pologne ou ailleurs, la charcuterie corse que toi touriste paye une fortune ne vaut rien, il faut vraiement connaitre pour avoir de la qualité...je lâche une adresse pour les amateurs : à l’entrée de ponte leché juste avant la station essence sur la gauche
                pace è salut


              • George L. ZETER George L. Zeter 6 août 2013 14:41

                 dans quelques années en cve pays on ne trouvera plus un mec pour fabriquer des croissants... car ; 90% sont industriels, et comme le boulanger n’a pas à le faire savoir... dommage, en + dans les CAP cuisine on a remplacé les cours de découpe de volaille et gibier par "preparation surgelé...


              • Abou Antoun Abou Antoun 11 août 2013 10:46

                La restauration a le même probleme, il n’y a plus de restaurateur, il n’y a plus de chef, de commis,
                Plus de personnel de service qualifié non plus (chef de rang, maître d’hôtel, etc.)
                Ces gens étaient autrefois formés dans des écoles hôtelières et avaient une carrière. Aujourd’hui on recrute des travailleurs immigrés légaux ou non sans formation, des étudiants venus se faire de l’argent de poche pour les vacances. Connaissant (un peu) le métier grâce à un proche parent qui avait choisi cette voie je remarque l’inefficacité totale de ce personnel de substitution, faisant trois fois plus de pas que nécessaire, oubliant les commandes, etc., etc.


              • George L. ZETER George L. Zeter 11 août 2013 10:54

                bonjour, pour repondre à « Abou Antoun », j’ai donné des cours d’anglais dans un lycée hôtelier ; 90% des élevés après leur diplôme veulent aller travailler à l’étranger. Il y a l’attrait du nouveau ; mais surtout fuir un secteur français hôtelier qui paye mal, qui se comporte mal et manque de respect à ses employés et surtout où les possibilités d’avancement sont nulles. Le secteur hôtelier/restauration est resté coincé dans ses vieux rêves mesquins de bistrotiers/limonadiers des années d’avant guerre...


              • Vipère Vipère 6 août 2013 12:04

                Régalez vous Cher Georges


                A votre place, je ferais pareil !

                Je me suis achetée, un bon livre de cuisine libanaise, récemment, j’ai trouvé cette cuisine tellement succulente, ses mézés, ses salades diverses et variées, à base de tomates fraîches et d’herbes aromatiques et de citron frais ! introuvable dans un resto français. smiley

                La cuisine orientale n’est pas mal non plus, pleine de saveurs ! smiley

                • unandeja 6 août 2013 12:16

                  ...et même sans recettes, on fait parfois des choses excellentes rien qu’avec un peu d’inspiration et d’envie !! :)

                  les pomme de terre four au citron à la grecque par exemple...excellent, un magret de canard sauce au cidre ou à la framboise, un poisson sauce beurre et estragon...des recettes simples qui affutent les papilles....
                  (on sent que l’heure du déjeuner approche !! )


                • Robert GIL ROBERT GIL 6 août 2013 12:22

                  dans certain lieux touristiques, avec la venue des touristes les prix augmentent dans la meme proportion que les rations et la qualité diminuent...


                  • Diogene86 Diogene86 6 août 2013 12:59

                    On a la cuisine qu’on mérite !
                    les tableurs des comptables ont pris le pouvoir aux grands chefs cuisiniers mais aussi aux ingénieurs, aux inventeurs et même aux énarques ; désormais, la main d’oeuvre qualifiée, c’est l:ennemi à abattre ..... qu’on se le dise ! 


                    • Gemini Gemini 6 août 2013 14:28

                      Vous pointez un problème fort juste : c’est notre société, toute entière, qui, d’une manière générale, ne se préoccupe plus que d’économie. Tout est vu au travers de l’argent. Pas étonnant que dans ces conditions, tout ce qui est non mesurable directement, mais pourtant tellement important, tel que, pour la restauration, la qualité et la fraîcheur des produits, le service rendu au client, ne sont plus pris en compte. Cela nous donne au final le résultat d’aujourd’hui.

                      Lorsque les restaurateurs auront compris qu’au lieu de nous voler, ils feraient mieux de faire de la bonne cuisine, de bien nous accueillir et de bien nous traiter, ils verront que la clientèle sera au rendez-vous.

                      On remarque d’ailleurs que, en général, ceux qui font bien leur travail ne désemplissent pas, contrairement aux autres. Il reste possible, et c’est heureux, de se trouver de bons restaurants. Et ils ne sont pas plus cher que les mauvais !

                      Reste que, il serait utile de ne réserver cette appellation qu’au vrai restaurants. Les réchauffeurs et autres fournisseurs de daube industrielle ne méritent pas cette appellation trompeuse. Nous voulons savoir d’où proviennent leurs ingrédients, comment ils sont préparés.


                    • alinea Alinea 6 août 2013 17:21

                      Vous déconnez Gemini ? Vous oubliez l’incompétence et la paresse !
                      Le métier de restaurateur est un des plus durs qui soit ; outre le talent, le savoir et l’expérience, il faut sourire et accueillir alors qu’en coulisses c’est l’boxon, que tout le monde court et qu’on ne sait jamais si on y arrivera ! Et cela tous les jours, midi et soir !
                      Alors, vous feriez pareil, le surgelé, c’est plus cool !!


                    • Abou Antoun Abou Antoun 11 août 2013 10:49

                      Vous oubliez l’incompétence et la paresse !
                      Bonjour Alinea,
                      Et là, il n’y a pas que la restauration qui est concernée.


                    • escartefigue 6 août 2013 13:08

                      Ben oui Diogène , il n’ y a plus personne qui veut mouiller sa chemise , 

                      tout doit tomber rôti dans son assiette , on a la société que l’ on crée . 

                      RSA CMU etc ... les omelettes se font pas avec pôle mesdeux c’ est en élevant 
                      des poules , en écoutant le chant du coq . 

                      on est  devenu un pays de branleurs  , tout le monde assis en attendant de se 
                       faire servir . 

                      Des guignols sortis de l’ énarchie incapables en tout et sachant rien .

                      • Robert GIL ROBERT GIL 6 août 2013 13:45

                        tu oublie juste les aides aux entreprises et les cadeaux fiscaux aux actionnaires...

                        voir : NICHES EN OR MASSIF


                      • MARMOR 6 août 2013 15:41

                        relisez mieux votre lien et vous verrez que seules les grandes entreprises du CAC40 bénéficient de ces niches. Rien à attendre de l’état quand on est une TPE ( 95% du tissu économique français !)


                      • Robert GIL ROBERT GIL 6 août 2013 16:49

                        le probleme c’est que la plupart des pme/pmi ont pour donneurs d’ordre, clients ou fournisseurs des grands groupes...


                      • MARMOR 6 août 2013 13:45

                        On en revient toujours au coût du travail en France par rapport à la Turquie l’Italie ou l’Albanie.

                        Une gargotte française, avec un menu à 13 € sous entend au moins un cuistot et deux serveurs.
                        Benefice brut sur un repas, environ 7 €. Coût journalier des 3 employés charges comprises, environ 300 €. Il faut environ 40 couverts pour couvrir les frais de personnel, + loyer, electricité, chaffage, et autres taxes pro etc.... En dessous de 50 couverts jours, le restaurateur mange de l’argent.Alors il ouvre des poches toutes prêtes réchauffées au micro ondes, ou bien on paye 40 € minimum pour avoir un repas qui correspond à celui d’un albanais qui coûtera 10 € !! Vous êtes prêts à payer tous les jours ? C’est dailleurs pour cette raison qu’il y a tant de pizzerias : facile, rapide, et pas cher, et grosse marge.

                        • Gemini Gemini 6 août 2013 14:35

                          C’est un faux problèmes. Diminuez le coût du travail, et cela diminuera d’autant nos salaires. Nous pourrons donc payer d’autant moins.

                          Ainsi, diminuer le coût du travail pourrait effectivement bien permettre de diminuer le prix (à supposer que le restaurateur joue le jeu, ce qui, on l’a vu suite au cadeau Sarkozy sur la TVA n’a pas du tout été le cas), mais, puisque nous aurons tous moins d’argent, nous pourrons nous permettre moins au restaurant. Ainsi n’irons-nous pas plus au restaurant et le problème restera entier.

                          La vrai question est plus : comment donner envie aux gens de sortir manger au restaurant ?


                        • George L. ZETER George L. Zeter 6 août 2013 14:45

                          dans un reportage un patron de « bistrot » basque fait voir son barême achat, vente ; pour des raviolis au canard payé dans une grande surface pour restaurateurs 1,66 euros, il est facturé au client 11 euros... la bouffe ne represente si elle est fraiche que 20% de l’addition ; mais ce sont nos restaurateurs qui sont gourmands et nous les clients qui nous errons la ceinture


                        • vieux grincheux 6 août 2013 20:04

                          Hop ! hop ! hop ! Marmor

                          Tu oublies que la compta se fait hors TVA et que le gargotier verse TVA des ventes -TVA des achats et que les dits achats lui servent aussi à se NOURRIR, lui et son personnel.....
                          Donc budget bouffe perso= le petit dejeuner et encore certainEs arrivent à le prendre sur le lieu de travail....et en regle generale tout « entrepreneur » peut faire passer dans sa compta, les pleins de carburants, l’ achat de vêtements, le coiffeur, etc.... ;et ceci HORS TVA....pas mal, non ?

                          Ajoutons à ceci que les dits gargotiers refusent de laisser voir leur compta, sauf aux polyvalents du fisc et qu’ ils n’ ont ni embauché plus de personnel et ni augmenté les salaires 

                          et je les habille pour l’ hiver en disant que ce sont des EXPLOITEURS, qui ne donnent pas d’ emploi mais VOLENT LES SALARIéS... et qui ne prennent AUCUN RISQUE car ils ne mettent pas, ces geonpis, ces condors TOUS LEURS OEUFS DANS LE MEME PANIER....tout ça pour du surgelé et même du SURGELE PERIME qu’ ils s’ empressent de demenager dans leur congelos persos lorsqu’ on les avertit que l’ Hygiene va passer (y’ a des taupes et le Lobby des gargotiers est assez puissant pour graisser les pattes, des dessous de table, ou tout simplement des repas gratuits....)

                          A eviter, tout simplement pour ne pas cautionner l’ ESCLAVAGE DU SALARIAT.....montons des SCOPs où la transparence regne, et tout le monde s’ en portera mieux

                          KONSELEDIIIIIIIIIIIIIIIIIIISEU !!!

                          VG Passeur cognitif à but non lucratif



                        • SamAgora95 SamAgora95 6 août 2013 14:19

                          Un peu exagérée comme réaction ! non ?


                          Pas de quoi en faire tout un plat, les restaurateurs paniquent pour rien, s’ils ont eu moins de clients en juillet c’est tout simplement à cause de la chaleur. 

                          Personnellement quand il fait trop chaud j’ai pas envie de grand chose.

                          • George L. ZETER George L. Zeter 6 août 2013 14:46

                            ... une tranche de pain campagnard, frottée avec une tomate pleine de soleil, un peu de sel et d’huile d’olive...


                          • MARMOR 6 août 2013 15:13

                            Soleil, la TVA ne va jamais dans la poche du commerçant, c’est quand même pas dur à comprendre ! lorsque tu récupères une tva à 5.5% sur des pâtes, tu les fais cuire, et tu refactures 19.6% de tva au client, le differentiel allait dans la poche de l’état, soit 14.1 % de l’addition que le restaurateur perdait purement et simplement. Sarkozi a fait appliquer le même taux de TVA sur une addition que le retaurateur payait sur les produits achetés. Il a juste rétabli une injustice qui coûtait 14.1% de taxes supplémentaires au restaurateur. Il aurait mieux valu facturer la TVA sur l’alimentaire à 19.6% pour les professionnels de la bouffe, plus simple, et ça ne changeait rien. Sauf que Daguin avait pris l’engagement par son syndicat de creer des emplois supplémentaires pour compenser, aisi qu’une baisse des additions, mais.....


                            • Robert GIL ROBERT GIL 6 août 2013 16:51

                              et tous ce qui passe a l’as...


                            • George L. ZETER George L. Zeter 6 août 2013 17:36

                              soleil... vos impôts partent pour payer les intérêts de la dette, dans les 50 milliards, vous enrichissez des retraités des pompiers de Californie... d’ailleurs chaque jour ils vous en remercient.


                            • titi 6 août 2013 17:45

                              « vous enrichissez des retraités des pompiers de Californie... d’ailleurs chaque jour ils vous en remercient. »

                              Ca fait trente ans que les pompiers de Californie paient nos retraites, notre sécu.

                              Chacun son tour...


                            • Robert GIL ROBERT GIL 6 août 2013 19:10

                              sacré titi toujours aussi blagueur !


                            • titi 6 août 2013 19:12

                              @Robert

                              Bah si ca vous faire rire. Tant mieux pour vous.

                               


                            • titi 6 août 2013 16:35

                              Mouais

                              Encore un article où l’on confond recettes et bénéfices.... marge brute et marge nette.

                               

                              Nous sommes bien sur AgoraVox...


                              • alinea Alinea 6 août 2013 16:57

                                Excellent Tissime
                                pour les restos, c’est Metro !
                                Quel dommage quand même, que ne se passait-il pas entre quatre-z-yeux, au resto ?!
                                On aurait plus vite fait de faire le tour des « plus » !! dans notre beau pays numéro un tourisme !!!!!!!!!!!!


                                • REFLEX 6 août 2013 16:58

                                  Bien, Soleil, même si vos propos sont parfois un peu caricaturaux, le ton me plaît, et je vous rejoins sur pas mal de points.
                                  Quant à la différence entre marge nette et marge brute, bien sûr qu’il faut savoir de quoi on parle !
                                  Ceci dit, la marge nette d’un commerçant, ne correspond évidemment pas, et de loin, avec le revenu net disponible d’un salarié : le commerçant, lui, a payé toutes ses charges personnelles car les charges sociales sont assises sur son revenu net, après paiement des dites charges, et c’est du « vrai net », alors que pour le salarié, ses charges sociales sont calculées sur son salaire brut ( autrement dit, le salarié a la double peine, un peu comme beaucoup de nos impôts dont certains sont calculés sur des revenus déjà imposés.


                                  • titi 6 août 2013 17:22

                                    Euh...

                                    De quoi parlez vous ? Qu’est-ce que les revenus viennent faire la dedans ?

                                    En plus votre présentation du salaire brut / net montre que vous ne savez pas non plus ce qu’est un cout social, un salaire brut et un salaire net...

                                     


                                  • Nestor 6 août 2013 22:27

                                    Salut Samy ...

                                    "En tout cas, moi dans ma boulangerie BIO de Gruge les bains, en Périgord, je plante mon blé et le le moud pour faire du pain ultra naturel. D’accord les graines sont fournies par Monsanto et ne parlent qu’anglais, mais le résultat est fabuleux.
                                    Tiens demain je passe la baguette à 2 €, comme en 1999."

                                    Évite de prendre le Périgord pour exemple quand tu racontes tes âneries  smiley ... Sinon je balance sur Kallistê smiley ou au mieux Cyrnos plus réaliste smiley ... Un peuple qui en 10 000 ans d’existence n’a pas su faire autre chose que de donner des châtaignes à des gorets pour en faire du sauciflard  smiley  smiley ...

                                    C’est de bonne guerre .

                                    Sinon bien cet article, apparemment la bouffe en Albanie donne des ailes (de requins ...  smiley )


                                  • titi 6 août 2013 17:39

                                    Alors première leçon...

                                    En restauration, la première donnée importante c’est le ratio « cout matière ».
                                    Pour faire simple, c’est le prix de la nourriture hors taxe dans votre assiette par rapport à son prix hors taxe vendu sur la carte.

                                    En réalité, ce ratio ne s’évalue pas sur votre plat, mais globalement sur l’activité du restaurant. Car il faut aussi payer les invendus, ainsi que les « loupés » en cuisine.
                                    Pour ceux qui savent ce qu’est un chiffre d’affaire, et des coûts salariés :
                                    http://www.lhotellerie-restauration.fr/hotellerie-restauration/articles/2005/2948_27_octobre_2005/Bien_gerer_son_restaur ant.htm

                                    pour les autres n’essayez même pas le lien...

                                    Grosse maille, ce cout matière ne doit pas dépassé 30 %.

                                    Donc si vous payez votre plat du jour 10 euros, si il y a pour plus de 3 euros de camelote dans l’assiette, alors vous savez déjà que le restaurant ou vous êtes assis ne passera pas son premier anniversaire.

                                     


                                    • George L. ZETER George L. Zeter 6 août 2013 17:50

                                      Cher « titi », vous parlez en ce moment des vrais restaurateurs ? car, chez les 80% de rechauffeurs il n’y a ni invendus ni « loupés » en cuisine. jai mentionné un exemple pris dans un « resto » basque : il fait payer 11 euros des raviolis de canard alors qu’à métro ça lui coute 1,66 euros... et des comme ça c’est la majorité, alors, vous aurez du mal à trouver un public compatissant cher amis des cuisiniers.


                                    • titi 6 août 2013 18:03

                                      Je vous rassure je ne compatis pas spécialement avec les restaurateurs.

                                      Ce que je constate simplement c’est que dans la rue de mon lieu de travail, il y a avait 6 restaurants « tradi » il y a 7 ans, et il y en a 2 aujourd’hui.

                                      Peut être des mecs qui en avait marre de trop se gaver ! Trop de pudeur sans doute.

                                      Mais vous avez raison, il y a trop d’abus.
                                      Par exemple j’ai des salariés qui me demande 3000 euros / mois pour faire leur travail.
                                      Alors qu’en même temps au Maroc ( pas en Albanie ) des personnes me font des offres de service pour le même travail pour 700 euros / mois.

                                      Y’a pas. En France on abuse.


                                    • Le421 Le421 6 août 2013 18:27

                                      3000€* par mois pour faire le travail !! Vite, une adresse !!
                                      A ce prix là, je lave même la voiture de votre femme le Dimanche si vous voulez.
                                      Quand aux gens qui travaillent pour 700€ par mois, le matin, au bout d’une semaine, ils doivent sentir un peu la poubelle, non ??
                                      *1865€/mois net pour deux personnes...



                                    • titi 6 août 2013 18:37

                                      Bah oui le 421, 3000 brut mensuel ca se trouve dans les métiers de l’informatique.

                                      Mais pas que.

                                      «  »A ce prix là, je lave même la voiture de votre femme le Dimanche si vous voulez"
                                      Inutile : elle n’en a pas.

                                       


                                    • titi 6 août 2013 18:41

                                      Oui j’ai oublié de préciser : je parle brut.

                                      Je suis un salaud de patron : je raisonne toujours en brut.

                                      Y compris pour les 700 euros marocains.

                                       


                                    • Le421 Le421 6 août 2013 19:06

                                      Salaud de patron ?? Pourquoi m’insultez-vous ?? Je ne vous ai rien fait !!  smiley

                                      Avouez que net, c’est peu, mais 700€ brut, n’allez pas me dire qu’avec ça vous allez rouler en « Mercos »...

                                      Pourquoi toujours vouloir réguler par le bas. L’important n’est pas ce que vous coûte un employé, c’est ce qu’il vous rapporte. Trop l’oublient. Remplacer un type compétent qui coûte 3000€ par une triple buse payée 700€, il y en a qui en sont revenu.

                                      Avant de me mettre à mon compte, je travaillais dans une entreprise ou je m’investissais beaucoup. Libre à vous de me croire, tout le monde s’en foutait, et pire, je dérangeais.
                                      Mon ex-patron prends maintenant des intérimaires qui lui coûtent un bras et qui font mal le boulot, parce que pas adaptés au poste...
                                      Bénéfice = perte


                                    • chmoll chmoll 6 août 2013 18:00

                                      une entrée , vivagel decongelé
                                      un cassoulet williams saurin
                                      en dessert un vivagel decongelé

                                      te marre pas c l’art culinaire frenchie , que tu trouve dans leurs poubelles , fin les boites
                                      sinon ta une assiette de 40 cm de diamètre , avec 2 roubignolles de guêpes au milieu
                                      et tu paye ça 100 ou 200€

                                      c l’art de montrer sa position sociale et non pas pour y aller manger

                                      piment doux ,échalottes oignons ,huile d’olive, t’arrose tes blancs d’poule ou autre , c un délice ça te coute 2 balles et c nature


                                      • REFLEX 6 août 2013 18:05

                                        il y a quelques prétentieux sur ce forum, pas vrai « TITI » ?
                                        En matière de leçon, n’essayez même pas d’en donner aux autres, si vous n’avez pas compris que mes propos complétaient modestement ce que Soleil avait écrit, pour confirmer que les restaurateurs pour une grande part, pourraient un peu moins « râler ».
                                         Vous savez sûrement aussi que les salaires en restauration restent misérables, pour un nombre d’heures parfois exorbitant et que la baisse des taux de TVA n’a pas été aussi efficace que prétendu par Mr Daguin.

                                        Par ailleurs, ce que j’ai évoqué en quelques mots, ne reflète que la réalité factuelle, et permettez-moi de vous dire que les charges sociales et leur assiette , je les connais pour les avoir pratiquées durant des années en compta. ( faites l’effort de rechercher les charges sociales présentées notamment dans les infos relatives au RSI )
                                        Mais comme ce n’était pas le thème de cette rubrique, j’en resterai là... avec vous, car autant j’apprécie les arguments objectifs, autant je rejette tout préjugé tel que ceux dont vous semblez vous nourrir dans une soupe tiède de prétention . 


                                        • titi 6 août 2013 18:24

                                          « Vous savez sûrement aussi que les salaires en restauration restent misérables, pour un nombre d’heures parfois exorbitant »
                                          De quoi parler vous ? Du plongeur ? du serveur ? du chef de partie ? du second ? du pâtissier ?

                                          Pas de qualification, pas de bon salaire. Grosse découverte.


                                        • titi 6 août 2013 18:26

                                          « ( faites l’effort de rechercher les charges sociales présentées notamment dans les infos relatives au RSI ) »

                                          Alors là encore, je vais vous apprendre une grande nouvelle : tous les patrons ne dépendent pas du RSI.

                                          Oui je sais, ca fait beaucoup en une journée. Reposez vous.


                                        • titi 12 août 2013 00:07

                                          @conno5

                                          C’est bien d’intervenir n’importe comment comme vous le faites, mais faites au moins l’effort de lire, si vous le pouvez, les messages pour en comprendre le sujet.


                                        • Le421 Le421 6 août 2013 18:19

                                          Ben, c’est simple !!
                                          A Sarlat (Périgord Noir, pays des confits, truffes, cèpes et autres délices), quand je veux manger correctement, être bien reçu été comme hiver et avec un service impeccable, je vais à la crêperie...Hollandaise !!*
                                          Pas mal, non ??
                                          Les « pannekoeken » sont fait pas une virtuose de la poële qui, depuis des dizaines d’années, fait virevolter ses pancakes devant vous.
                                          Dans les autres restaurants, surtout ceux qui font les deux mois de la saison Juillet-Août, c’est inqualifiable.
                                          Il reste quelques coins avec des additions pleines d’étoiles et de zéros ou je ne mets pas les pieds. Ma femme, une fille du pays, a hérité de sa mère de ce savoir-faire incomparable qui consiste à vous concocter des choses délicieuses avec trois fois rien, comme autrefois.
                                          Maintenant, une recette de cuisine ressemble plus à une liste de commissions pour la semaine qu’à un plat de tous les jours.

                                          Bien sûr, ces Mozart du micro-onde sont en train de pleurer leur mère cette année car le chaland surveille autant son porte-monnaie que le détail du menu. Alors, pour faire du chiffre, proposer du confit de canard (vieille poule pondeuse réformée cuite dans la graisse) avec des pommes sarladaises (cèpes en plastique de hongrie**), ça ne suffit plus.
                                          Mieux, la seule compétence qu’ils ont en général dans le coin, c’est la tendance aigüe à l’esclavagisme, quand le personnel a la chance inouïe d’avoir un contrat de travail... 50H payés 30, et si t’es pas content, va voir ailleurs, y’en a des moins feignants que toi qui attendent !!
                                          Je vous donne pas les adresses, c’est facile à trouver.
                                          Les propos tenus par certains tenanciers de gargotes locales tiennent du Reiser !! Et encore...J’aime bien Reiser.
                                          *Je ne vous donne pas l’adresse, c’est facile à trouver sur internet. Jamais déçu.
                                          **Ma femme les fait avec de l’aubergine en morceaux, un peu de graisse de canard, ail et persil. J’adore ça !! Et puis elle ne me dit pas que ce sont des cèpes...Mais celui qui ne connaît pas.


                                          • George L. ZETER George L. Zeter 6 août 2013 18:21

                                            heureux homme !


                                            • eric 6 août 2013 18:24

                                              Ah ! Mais vous n’avez peut être pas été en Albanie « avant ».

                                              Parce que c’est une des lois des pays domines par une logique socialiste etatisante, et ce, quelle que soit la couleur politique apparente du gouvernement.

                                              La France s’enfonce depuis plus de trente ans dans le socialisme bureaucratique d’État, l’Albanie en est, un peu, sortie.

                                              57% du PIB dépensé par l’État. Cela vous dit quelque chose ? Les artisans, commerçant, et autres individuels sont les plus pressures, pour des raisons idéologiques bien sur, pour un fonctionnaire socialiste, un commerçant est un voleur puisqu’il vend plus cher un produit qu’il a acheté moins cher... mais aussi institutionnelles. Ce sont les moins capables de se défendre.

                                              Il y a plein d’explication a ce phénomène. Je ne m’y attarderai pas. Mais il est aisément vérifiable dans le monde entier.

                                              Et en particulier en Angleterre, historiquement la terre de la mauvaise bouffe pour les français. Il est gastonomiquement prouve qu’on a pu commence a trouver beaucoup de bons restaus a Londres et des produits appétissants dans les supermarches a partir du moment ou Thatcher a desenkyste l’etat anglais de ses lobbies socialistes....

                                              Pus encore, j’ai des amis russes amoureux de la France qui prétendent qu’ils auraient constate une différence dans la qualité des croissants suivant la couleur politique du pouvoir dans notre pays. Depuis Hollande, ce serait redevenu aussi mediocre que sous Mitterrand. J’ai du mal a les croire, mais le regard exterieur est souvent plus objectif.


                                              • alinea Alinea 6 août 2013 19:00

                                                Quelquefois on accepte de pas trop bien bouffer parce que l’ambiance est sympa pas rapia ; alors vous avez oublié de dire que presque 100 fois sur 100, c’est rapia pas sympa ! En plus.
                                                C’est dommage parce que les restos c’est le lieu où l’on séduisait ou se faisait séduire, où l’on apprenait les secrets de famille, où l’on bâtissait des plans de bataille ; parfois on y peaufinait des ruptures.Tout ça est gâté par une très mauvaise bouf foutage de gueule !
                                                Alors oui, Metro nous a pourri la vie !
                                                Boycott !!


                                                • oj 6 août 2013 19:08

                                                  on tourne en rond

                                                  moins d’argent, moins de pouvoir d’achat , trop de complexité qui rajoute des coups a tous les niveaux (securité, tracabilité, administratif...)

                                                  répartition de la création de richesse vers d’autres pays, donc baisse d’un cran du pouvoir d’achat des pays , comme nous, qui monopolisaient la création de richesse.

                                                  Du plus, les ressources naturelles que nous n’avons pas vous nous désavantager furieusement.

                                                  on tourne en rond et je ne vois guère de sortie pour une bonne partie de la population francaise qui va rester a la traine.

                                                  pas de solution miracle avant 200 ans c’est a dire quand on aura enfin inventer le moyen pour tous de devenir ’riche’ sans devoir prendre a son voisin : Robotique et Intelligence artificielle.


                                                  • Le421 Le421 6 août 2013 19:16

                                                    Voyez-vous, j’avais un voisin paysan qui cultivait du blé. Puis, sur les conseils éclairés de sa banque et du syndicat, il s’est mis au maïs.
                                                    Il a juste oublié que sa source ne donnait que l’eau nécessaire au blé.
                                                    Il n’a presque plus d’eau.
                                                    Son banquier et son syndicat lui ont expliquer comment acheter une pompe plus grosse pour faire venir plus d’eau...
                                                    Bien sûr, c’est une parabole.


                                                  • vieux grincheux 6 août 2013 20:29

                                                    T’ as raison, Joyeusetés !! on va tous rester chez nous et s’ inviter les unEs les Autres, et quand les restos auront fait faillite, on pourra enfin monter de bonnes gargottes, mais en SCOPs en relation avec des maraichers Bios et des pinardiers honnêtes...


                                                    Fini le tralala et pour inviter la dame de nos rêves à des agapes préludes d’ autres préliminaires tout aussi delectables, la vieille blague des inconnus : « vous préferez manger chinois ou chez moi » se transformera en « vous preferez manger chez moi ou chez toi ? »

                                                    Succes assuré....

                                                    VG

                                                  • jacs jacs314 6 août 2013 20:14

                                                    Professionnel de la « malbouffe » puisque c’est le thème de ce sujet, et accessoirement lecteur assidu de agoravox, j’avoue avoir été scotché par les commentaires de cet article écrit par une personne qui a une connaissance du commerce comme moi de la liturgie.
                                                    Quand aux commentaires on sent nettement que les gens qui s’expriment ont fréquenté les urgences chaque fois qu’ils sont allé au restaurant, cantine, boui-boui.........
                                                    Je les rassure, il y a de vrai professionnel de la « bouffe » qui font encore BIEN leur boulot, plombé il est vrai par un cout du travail élevé qui les oblige à acheter des produits a une industrie agroalimentaire qui effectivement leur permet de survivre.
                                                    Je subodore que l’auteur n’est pas content aussi de son boulanger, boucher, charcutier....... enfin de personne, et que aussi c’était mieux avant lorsque les femmes mourraient en couche, que sur 10 enfants 3 survivaient, bref avant.


                                                    • Clojea Clojea 6 août 2013 20:15

                                                      Bonjour l’auteur.
                                                      Ancien restaurateur, je me permet donc de mettre mon grain de sel.
                                                      Primo : Les gouvernements et Bruxelles ont tué ce métier. Avant 1978, le service n’était pas compris. Un serveur était peu payé au fixe mais ce faisait un max de pourboires. A l’époque on bossait 12 à 14h par jour en saison, mais on ne se plaignait pas. On gagnait de l’argent.
                                                      Secundo : Un resto , s’il veut tourner doit embaucher un max de gens. Car aujourd’hui, 39h dans l’hôtellerie/restauration c’est peu. On doit être ouvert tôt le matin et tard le soir. Résultat, un petit restaurateur se retrouve avec une masse salariale importante doublé des charges patronales.
                                                      En Turquie par exemple, un max d’employés, bas salaires et peu de charges. Cherchez l’erreur avec la France. Trop de charges de tout.
                                                      Tertio : Le Français moyen n’a pas de goût ou n’en a plus. Combien j’ai entendu des gens dire du bien de certains restos alors que franchement, connaissant les établissements dont ils parlaient, ça me faisait sourire...(Jaune). Pas étonnant que Mac Do soit plébiscité par beaucoup de français.
                                                      Quarto : Il reste malgré tout des restaurateurs honnêtes et qui se décarcassent pour vous faire de la bonne bouffe. Sans payer des sommes astronomiques.
                                                      Ensuite, l’auteur nous vante l’Albanie comme étant un pays de cocagne. Je ne connais pas ce pays, mais ce que j’y ai vu sur le net et son historique, honnêtement faut pas pousser.
                                                      De plus, il y a surgelé et surgelé. Si vous recevez du poisson frais et que vous le congelez pour le travailler plus tard, je ne vois pas ou est le problème.
                                                      Ne pas faire l’amalgame avec les surgelés tout prêt des supermarchés. Bouffe immonde que les gens achètent. (Aussi bien les français que les autres d’ailleurs).
                                                      Des bons restos en France il y en a. Comme partout. Il n’est arrivé de mal bouffer en Espagne, en Italie et au Portugal. Quand à la Turquie, j’ai mal bouffé aussi. MAIS il ne faut pas généraliser. On peut bien bouffer et mal bouffer partout.
                                                      A bon entendeur


                                                      • ykpaiha ykpaiha 6 août 2013 20:38

                                                        Vous oubliez

                                                        Le salaire au service 12 a 15%
                                                        Les saisonniers nourris logés blanchis (aujoud(hui les requins font tout payer meme a leurs esclaves) certes avec 1 seul jour de congé mais un ambiance inoubliable et des primes de fin de saison tres tres lucratives...
                                                        Des formations qui en 6 mois vous propulse ’manager’ en fait petit Kapo bien lissé.
                                                        Des métiers qui s’acquierent de 3 a 9 mois avec au bout la maitrise de l’ouvre boite et des décapants alimentaires ’monsanto’
                                                        Des marges RBE passées de 10 a 35% et des banquiers devenus industriels de papier.
                                                        Des normes de type industrielles, afin de rendre la profession plus ’saine’ et qui finissent par tuer gout, personnalité, inovation bref un métier...

                                                        Ma question serait aussi que serait la réputation d’un vrai patron restaurateur, artisan aujourd’hui ?

                                                        Alors qu’ils crevent ces vendeurs de vent.


                                                      • Clojea Clojea 6 août 2013 21:07

                                                        Encore moi. J’ai oublié qu’en plus un restaurateur aujourd’hui ne peut pas servir aujourd’hui les produits de son jardin, de sa chasse, et où de sa pêche. De plus on arrive à des énormités sans nom ou bientôt une mousse au chocolat maison, faudrait qu’on l’étiquette avec une date limite. Bruxelles quand nous tient... C’est sur en Albannie, pas d’UE, pas de contrôle sanitaire, pas de charges, rien que des produits frais ou presque (on l’espère pour vous). Il faut comparer ce qui est comparable



                                                      • REFLEX 6 août 2013 21:05

                                                        @CLOJEA "De plus, il y a surgelé et surgelé. Si vous recevez du poisson frais et que vous le congelez pour le travailler plus tard, je ne vois pas ou est le problème« .

                                                        C’est tout à fait vrai, mais comment arriver à une vérité entre les congelés »METRO" et ce que vous aurez réalisé vous-même ? Certes, lorsque l’on achète du surgelé en grande surface, on sait que l’on paye l’eau surgelée au prix du produit acheté ( il n’est qu’à voir la quantité d’eau résultant de la décongélation).On sait également que les industriels y seraient pour quelque chose ....pour des raisons de gros sous .
                                                        Je constate quand même que des jeunes s’installent malgré les vicissitudes du métier, et que certains essaient de faire de la bonne bouffe, simple et inventive, ce qui est réconfortant, en ville, mais surtout à l’extérieur du fait des prix des loyers trop lourds.à payer pour leur commerce.
                                                        Mais ne faut-il que les chambre de Cce et/ou les CH. des Métiers exigent encore davantage que le postulant à l’inscription officielle ait une vraie formation. En effet, on voit de tout et c’est peut-être là qu’il faut agir pour qu’à terme, les restaurants soient plus acceptables et attractifs !


                                                        • Clojea Clojea 6 août 2013 21:14

                                                          Restaurateur est un métier. Comme les autres ça s’apprend. C’est aussi un métier ou il ne faut pas se leurrer. Pas de week-end end, pas ou peu de vie de famille, tôt le matin, tard le soir. Faut pas espérer aussi prendre des vacances l’été ou l’hiver. Si on fait les saisons, on bosse. Vacances en demi saison

                                                          Des charlots, il y en a dans tous les métiers. Il peut exister des mauvais plombiers, mauvais garagistes, mauvais boulangers etc... Mais et heureusement il en existe des bons, comme dans tout les corps de métier.

                                                        • Clojea Clojea 6 août 2013 21:25

                                                          Encore moi. Decidemment plus je lis cet article, plus ça m’énerve, car en plus il contient des mensonges. Payé par les Albanais ? Quand vous dites qu’il faut mettre 100 euros en France pour se régaler , c’est faux, archi faux. Je connais bon nombre de restos ou avec des menus entre 25 et 30 euros on se régale vraiment. Je connais aussi des routiers avec des menus à 12 euros, 1/4 de vin et café réellement délicieux.


                                                        • captain beefheart 7 août 2013 13:55

                                                          En effet. Un copain m’invitait quand on était en route ,dans un restaurant routier bien fréquenté par les camionettes blanches ,cequi en soi est un bon indice.Entré charcuterie ,servi dans les deux minutes ,quoique nous sommes arrivés à deux heure moins le quart,ce que le personnel de cuisine déteste en général,puis jambon fumé avec hachis parmentier ou patates bien cuits,et choux,plus salade ,plateau 12 fromages ile flottante petit café noir,demilitre rouge pour nous deux,pain et eau,facture montait à 25euro 50 pour nous deux. .Puis la sourire des serveuses quand mon copain ,cequ’il fait souvent,déblatérait sur l’illégalité de l’élection de Nicolas Paul Sarközy de Nagy Bocsa qui ne s’était pas présenté sous son vrai nom d’etat-civil.

                                                          Oui ,il y a encore des petits restaurants routiers où on mange bien et pas cher ,au moins dans les Vosges !


                                                        • escartefigue 6 août 2013 21:20

                                                          Le plus simple pour ceux qui charabiasent toute la journée serait qu’ ils 

                                                          ouvrent un restau .

                                                          Qu’ ils confrontent leur idées à la réalité , la vraie , pas celle derrière un clavier d’ ordinateur .


                                                          Et qu’ après cela trois ans après qu’ ils nous fassent un récit de leurs aventures .


                                                          Hein , les gogols ?




                                                          • Clojea Clojea 6 août 2013 21:27

                                                            Je souscris pleinement.


                                                          • Xenozoid 6 août 2013 21:28

                                                            c toi le gogol ?,sinon désolé y’as raisons captain,le crabe c’est comme les tiamants, cacher dans des soutes secrete d’un pirate alcoholo,il est ou ? le resto ? je suis curieux


                                                          • MARMOR 6 août 2013 21:35

                                                            t’as raison captain, du blabla sur les niches fiscales, les aides de l’état, le gavage des commerçants, la triche, le black, j’en passe et des meilleures ! Qu’ils quittent le confort douillet du fonctionnariat ou du salariat et qu’ils aillent se goinfrer dans le commerce, l’artisanat, bref se frotter à tout ça, et on en reparle dans trois ans, quand ils auront fait faillite !! Heureusement qu’il y en a encore des entrepreneurs pour faire tourner la boutique, je rappelle, 95% des entreprises françaises sont des TPE de 1 à 5 personnes, gavés d’oseille et exploitant leur personnel !!

                                                            Vaut mieux en rire !! Si les donneurs de leçon volaient..........

                                                            • wesson wesson 6 août 2013 22:27

                                                              Bonsoir l’auteur, 


                                                              globalement d’accord avec votre papier, le constat sur la restauration Française est proprement accablant, et l’utilisation qui fut faite de la baisse de la TVA a été proprement scandaleuse, et pourtant cela n’avait strictement rien à voir avec la qualité culinaire. Seules les grandes chaines en ont réellement profité, aggravant encore plus les difficultés des vrais indépendant. Je me rappelle d’ailleurs de l’une d’entre elle (spécialisé dans la bidoche) qui ajouta à son menu un « oeuf mimosa » pour en baisser le prix la semaine suivante et fièrement annoncer que dans son enseigne, les prix étaient en baisse. Ils auraient eu tort de se gêner, vu que on leur a permis de le faire.

                                                              Toutefois, l’impression de votre article m’est globalement négative : qui trop embrasse mal étreint. Je vous assure avoir mangé dans des restaurants Suisses, Italiens et autres y compris dans les ex et actuels pays de l’est, et qu’ils méritaient tout à fait leur appellation de gargote proprement infâme. Et surtout, la notion de restaurant est assez globalement Française, disons des pays du Sud. A l’étranger notamment à l’Est, on en trouve beaucoup moins en quantité.

                                                              La manière dont les restaurateurs gèrent leur boutiques en France est proprement scandaleuse, et les amène tout droit à se faire bouffer par des chaines de franchisés. Mais il ne faut pas prendre non plus les restaurateurs du reste de l’Europe pour des gens qui auraient comme ça comme par magie une probité exemplaire. Le problème est global, et lié à la manière avec laquelle on conçoit l’emploi maintenant dans les entreprises : comme une charge et non pas comme une richesse.

                                                              • wesson wesson 7 août 2013 00:06

                                                                Ceci dit, il faut reconnaître que à l’étranger c’est plutôt du frais. ça ne signifie pas que c’est bon tout le temps, mais au moins ils cuisinent en général.


                                                              • urigan 6 août 2013 23:24

                                                                Le jour où les professionnels de la restauration comprendront que leur principale source de revenu est leurs clients, ils penseront peut-être a ne plus les prendre pour des pigeons.
                                                                Quant à la formation professionnelle, elle est ce qu’ils veulent qu’elle soit.
                                                                Alors, qu’ils arrêtent de pleurnicher, ça nous fera des vacances.
                                                                Où peut-être pourrions nous aller manger au restaurant et non pas chez les gargotiers.


                                                                • GB 6 août 2013 23:59

                                                                  Le problème des restaurateurs c’est celui de M. Toulemonde qui veut être payé pour les heures de travail qu’il effectue.

                                                                  Celui du client est à l’opposé il veut manger sain, pas cher, copieux et bon. Cherchez l’erreur.

                                                                  Dans l’alimentation les salariés ont des horaires de fous. Ils commencent à l’aube ont une coupure en milieux de journée et terminent aux alentours de minuit. Le tout payé au Smig sans heure sup ni tarif de nuit, dimanches ou jours fériés.

                                                                  Pour des produits frais abordables, il faut aller les chercher aux halls, à 2 h du matin, ça c’est pour le patron, il n’a pas besoin de dormir.

                                                                  Après il y a les impôts pour entretenir 1200 agences qui entretiennent les recalés des élections : 45 milliards.

                                                                  La baisse de la Tva il faut l’annuler mais, pour compenser, il faut fermer les 1200 agences qui allègeront le prix du sel sur lequel les restaurateurs exagèrent.


                                                                  • fredleborgne fredleborgne 7 août 2013 00:26

                                                                    La vérité est parfois dure, mais il faut bien qu’elle ressorte un jour.
                                                                    La France est devenue un pays de malbouffe et ce n’est pas que la faute des gargotiers.
                                                                    A force de nous faire avaler des couloeuvres pour nous mettre au pain sec, il est juste que la révolte enfle.
                                                                    Toute l’industrie agro-alimentaire est coupable déjà au départ de fabriquer des sous produits.


                                                                    • Kalmatoc Kalmatoc 7 août 2013 01:17

                                                                      A Beaune (Bourgogne), nous avons énormément de chance car il y a quelques restaurateurs qui se donnent la peine de faire les marchés ; notamment le GORET où c’est un mec qui se lève tous les matins pour aller chercher sa viande et ses légumes d’une superbe qualité. Il propose des plats entre 15 et 30€, et même moi qui suis un rugbyman jouant en première ligne, j’ai du mal à finir juste un plat ! Et étonnamment pour un si petit restaurant peu connu , je dois réserver UNE semaine à l’avance pour pouvoir manger chez lui (alors qu’en plus on lui fournit certains vins !). Du coup je rejoins totalement l’auteur sur le fait qu’un restaurateur qui utilise des produits frais, qui peut les utiliser, pas chère, et avec le sourire, ne se plaignera pas de la taxe et encore moins du manque de clientèle ! c’est juste ceux qui se servent chez TRICATEL qui pleurent ! Et malheureusement il y en a beaucoup...


                                                                      • sitelle sitelle 7 août 2013 06:45

                                                                        Remarquez bien que s’ils n’embauchent pas, nos restaurateurs, c’est qu’ils ne trouvent personne pour faire un métier fatigant. Ça aussi c’est à prendre en compte.


                                                                        • Slift Slift 7 août 2013 10:05

                                                                          Copmlètement d’accord avec l’auteur.

                                                                          Pour info le truc sur la photo de droite c’est de la poutine,plat national Québecois :

                                                                          Frites avec sauce barbecue et « fromage » caoutchouc en crotte. miam


                                                                          • Airbus Airbus 7 août 2013 10:06

                                                                            Histoire vécu il y a 4 mois,

                                                                            http://laurent.grandvaux.free.fr/inter-communalit%E9/SAINT_LAURENT/commerce/creperie.htm

                                                                            Nous avons pris au total 10 crêpes, 3 bouteilles cidres et 4 café, au total 140 euros...j’ai bien compris après cette arnaque l’attitude à prendre, plus jamais ça et maintenant c’est buffet à volonté au chinois d’à côté pour 12 euros.

                                                                            Marre de ces restaurateurs voleurs


                                                                            • urigan 7 août 2013 10:06

                                                                              Les salades plastiques et tomates en caoutchouc ainsi que le reste énoncé ne se trouve pas seulement dans les MacDo et autres restos rapides mais aussi chez les gargotiers. Les resto sans feux sont de plus en plus nombreux et les produits semi élaborés (Œufs en bidon, salades sous azote, frites surgelées, etc.) d’usage courant.
                                                                              Au goût, le clients ne s’y trompe pas, et il mange mieux chez lui (quand il prends la peine de faire sa cuisine.
                                                                              Le français qui veut le beurre et l’argent du beurre, serait plutôt le cidunatiste de patron qui lui sert le repas. Quant au service, n’en parlons pas car il faut constamment demander l’eau et le pain qui ont été oublié d’être mis sur la table par le loufiat (on ne peut décemment pas les appeler « serveur ») qui doit se taper 45 couverts tout seul à l’heure du service.
                                                                              Oui la restauration française est dans la mouise, et ce n’est pas de la faute du client qui voit son pouvoir de dépenser s’amenuiser de jour en jour.


                                                                              • paco 7 août 2013 11:52

                                                                                 Excellent GLZ !
                                                                                 Il en est des bons restaurants comme des bons coups. Chacun dit en connaitre, mais pour aller en dégoter un en vrai, faut avoir du bol.
                                                                                 Les Metro et consorts massacrent ce qui était une vraie richesse. Les normes débiles achèvent le reste. 
                                                                                 Me suis mis depuis des années à la cuisine.
                                                                                 Du coup vomis moins et chie sain. 


                                                                                • zegbiboss 7 août 2013 12:58

                                                                                   Permettez moi de faire l’avocat du diable... Sur le fond je suis d’accord avec l’article, par contre en tant qu’entrepreneur fabricant, le problème soulevé par la restauration existe dans tous les secteurs de l’artisanat. Il n’y a pas de statistiques, mais si vous prenez l’ensemble des artisans à l’heure actuelle, vous en trouverez probablement plus de la moitié qui ne fabriquent plus rien du tout, et se contente de poser ou revendre des produits industriels. Rajoutez à cela un quart de franchises qui existent à présent dans la pluparts des secteurs, et il ne vous reste qu’un quart des artisans qui fabriquent réellement quelques choses à partir de matières premières. La pression des industriels est partout dans l’artisanat, a quand ? une réforme de ce statut à présent totalement déséquilibré par plus de commerçant que de fabricants.

                                                                                   Il y a un autre aspect du problème dont il faut bien parler, le niveau de charges et réglementations de notre pays pèsent lourdement, et le niveau de qualité s’en ressent et est tiré vers le bas, beaucoup se tourne vers des produits industriel plus que vers de la fabrications qui demande plus de temps, de matériels, et de qualifications. A mon sens au bout de 16 ans d’activité le niveau de charges détruit peu à peu ce qui reste de fabricants artisanaux au profit de grand groupes industriels qui un jour finiront par avoir toutes les parts du gâteau si on ne fait rien. 


                                                                                  • George L. ZETER George L. Zeter 7 août 2013 13:04

                                                                                    vous soulevez un point intéressant, car, il est vrai dans mon ancien appartement le « menuisier » au lieu de réparer les fenêtres en chêne, les a remplacé par des en PVC, alors que l’immeuble est haussmannien... c’est la même chose pour la plomberie, au lieu de réparer un robinet ancien, « l’ouvrier » le jette et le remplace par un made in china... et tout est comme ça ; nous ne sommes plus auto suffisant ; qui sait en france aujourd’hui construire une TV, un frigo et bientôt une voiture... ???


                                                                                  • escartefigue 7 août 2013 13:28

                                                                                    Tout à fait Zegbigboss, 



                                                                                    On n’ en veut plus en France des gens qui se démerdent 

                                                                                    .Anecdote :

                                                                                    En 1975 je m’ installe marchand forain en tant que biscuitier . 

                                                                                    La première fois que je déballe au marché d ’ Altkirsch 
                                                                                    un bien-aimé fonctionnaire teigneux m’ a collé un PV pour affichage
                                                                                     incorrect des prix . J’ avais mis un panneau 15 francs la Livre . 
                                                                                    NOn pas faire de la pédagogie en expliquant que les poids s’ expriment 
                                                                                    en kilo , 500 gr etc ... et que la livre n’ est plus usitée . 

                                                                                    Résultat 200 francs d’ amende . 

                                                                                    C ’est juste un tout petit rien à ce quoi est confronté un gus qui veut 
                                                                                    ne pas dépendre du système . 

                                                                                    Alors bouffez la , votre merde . ( je m’ adresse à tous les fonctionnaires 
                                                                                    et autres malfaisants )


                                                                                  • urigan 7 août 2013 17:32

                                                                                    @ Escartefigue,

                                                                                    En 1975 tu aurais du savoir que la 11e réunion de la CGPM (1960) : http://www.bipm.org/fr/CGPM/db/11/12/, avait défini les désignations a appliquer pour l’utilisation du système de mesures international.
                                                                                    Déjà tu étais hors la loi. Et j’ose espérer que la prune t’as servi de leçon. smiley

                                                                                    Quant aux fonctionnaires, C’est d’un commun, surtout qu’il y a toujours une bonne moitié qui votent toujours du bon côté. Quoique maintenant, ils risquent fort de voter FN aux prochaines élections. smiley


                                                                                  • escartefigue 7 août 2013 18:37

                                                                                    @urigan   smiley


                                                                                  • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 7 août 2013 13:01

                                                                                    Le consommateur lambda, qui se précipite sur tout ce qui brille, vient pleurer ensuite sur le méchant monde !
                                                                                    Un restaurateur qui propose une carte simple avec des produits frais - donc chers - n’a personne.
                                                                                    Celui qui propose toute la gamme de produits congelés fait trois cent couverts.
                                                                                    Cherchez l’erreur !

                                                                                    Nous construisons notre civilisation avec notre Carte-Bleue. C’est trop tard pour venir pleurer.


                                                                                    • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 7 août 2013 13:08

                                                                                      Pour bien enfoncer le clou :
                                                                                      « qui se sont pourtant cassés la nénette afin de s’améliorer, de se mettre aux gouts de la nouvelle clientèle, »
                                                                                      C’est exactement ce qu’ils font en nous servant de la cuisine industrielle, standardisée, aseptisée, bourrée d’améliorants, d’exhausteurs de goûts, testée jusqu’à ce que monsieur Lamda s’en gave et en redemande.


                                                                                    • urigan 8 août 2013 09:22

                                                                                      Un restaurateur, un vrai, sait faire simple et bon marché


                                                                                    • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 8 août 2013 10:56

                                                                                      Si vous êtes praticien, ce serait gentil de profiter de cette tribune pour communiquer la recette à vos collègues.


                                                                                    • titi 12 août 2013 00:26

                                                                                      « Un restaurateur, un vrai, sait faire simple et bon marché »

                                                                                      Un restaurateur, vrai ou faux doit faire tout autre chose que de la cuisine.

                                                                                      Il est DRH, percepteur d’impôts, doit être en veille permanente sur les évolutions normatives de son métier et suivre la mode (déco, vaisselles, saveurs)
                                                                                      Après si il lui reste du temps, il se consacre à la cuisine.


                                                                                    • lerenard lerenard 8 août 2013 14:34

                                                                                      tient ça me rappele de funes et coluche dans l’aile ou la cuisse ça
                                                                                      mais c’est tout à fait ça le réalisateur du film était un visionnaire encore qu’il tapait sur les restauroute jacques borel mais en fait il voyais loin


                                                                                      • Akerios 11 août 2013 11:48

                                                                                        Pas de chance c’est trop tard !

                                                                                        La soupe est froide !


                                                                                        • Lauralala Lauralala 11 août 2013 12:57

                                                                                          Tout à fait d’accord avec votre article. Trouver un bon petit resto pas trop cher et bien manger est devenu, de nos jours, un vrai parcours du combattant. Lamentable vraiment.

                                                                                          Mon frère était chef cuisto dans des petits resto en Bourgogne, tous les matins pratiquement, il allait faire ses courses à Rungis. J’ai eu la chance de visiter (et de manger aussi...) là où il bossait. La cuisine était impeccablement tenue, le piano brillait tellement il était propre. 
                                                                                          Il commençait sa journée à 3 ou 4 h du matin (quand il allait au marché de Rungis) pour finir le soir à plus de 23h00 (une petite pause d’une heure ou 2 dans l’après-midi)... Pour travailler dans la restauration, il faut aimer ce métier, faire des sacrifices, notamment concernant « la famille »... 
                                                                                          Aujourd’hui, il est toujours dans la restauration, mais en Suisse... Pourquoi ? Devinez... A vouloir faire trop de profits et de faire « bouffer » des saloperies aux clients, il a préféré partir et gagne bien mieux sa vie là-bas... Et il continue à préparer lui-même ses plats. CQFD 

                                                                                          • D€FR€ D€FR€ 11 août 2013 14:51

                                                                                            Et oui

                                                                                            Je suis d’accord avec ton article Georges
                                                                                            J’ai moi même fuis la France en 2000 pour voyager à l’international pour finir avec ma famille en Afrique de l’ouest à Abidjan, pas le meilleur endroit pour trouver de la gastronomie.
                                                                                            Néanmoins, les clients d’affaire qui viennent manger dans l’hôtel ou je travaille sont ravis par ma cuisine. Cuisine fusion moderne et ancienne, sans produits surgelés, les fonds maison, pas de poudre à crème, que des produits frais !
                                                                                            Chercher le bon goût original et ses combinaisons, perpétuer la tradition... bref
                                                                                            Je suis dernier de ma promotion à travailler en cuisine. Personne en France ne veut être cuisinier, moi non plus ! lOlL
                                                                                            Donc, il reste beaucoup de personnes inexpérimenté mais cherchant un salaire qui se lancent dans l’aventure


                                                                                            La vraie bouffe Française ne se trouve plus que dans les restaurants Michelin et qq exceptions, ou bien ... à la maison !
                                                                                            Un gros pourcentage des professionnels sont rentrés dans les rangs de la malbouffe, viande reconstituée moins cher, produits de basse qualité qu’on avait l’habitude de donner au chien avant...
                                                                                            Facile de gérer ses ratios en achetant des plats portionnés, ce temps gagné en préparation permettra de garder les locaux propre selon les normes HACCP et de ce fait, respecter les horaires de 8h... 
                                                                                            lOlL.... 8 heures
                                                                                            Je travailles de 11 à 13h par jour (et c nécessaire pour faire du bon boulot)... 
                                                                                            En conclusion, malheureusement, le constat reste le même.
                                                                                            C la diaspora française qui reste la mieux loti... 
                                                                                            Même culinairement.
                                                                                            L’authenticité a quitté le pays, snif smiley
                                                                                            MDR

                                                                                            • George L. ZETER George L. Zeter 11 août 2013 14:58

                                                                                              salut, j’ai habité zone 4 en 2002, et j’ai été éjecté par le coup d’état du 19 septembre... bref, en c d’ivoire, ya les maquis et le fameux poulet bicyclette, c’est simple, bon, pas cher... tout ce que nous n’avons pas en France quoi...
                                                                                              bonne continuation, et va à assini, km 15
                                                                                              bises de tirana


                                                                                            • Prudence Gayant Prudence Gayant 11 août 2013 15:33

                                                                                              L’auteur,

                                                                                              Je vous plusse. Ayant vécu à Bouaké, ce qui me manque le plus c’est la cuisine africaine. Foutou bananes et ignames, mais la sauce feuilles faite par une excellente cuisinière béninoise me laisse des regrets éternels. J’en aurai mangé au petit-déjeuner. 
                                                                                              La cuisine française même si elle est excellente ne doit pas rayer de la carte toutes les autres cuisines du monde toutes aussi savoureuses.
                                                                                               

                                                                                            • titi 12 août 2013 00:29

                                                                                              @D€FR€

                                                                                              « Facile de gérer ses ratios en achetant des plats portionnés, ce temps gagné en préparation permettra de garder les locaux propre selon les normes HACCP et de ce fait, respecter les horaires de 8h...  »

                                                                                              Merci pour avoir rappeler ces réalités d’un restaurant, qui est une entreprise soumise aux débilités normatives de nos dirigeants.


                                                                                            • Bilou32 Bilou32 11 août 2013 20:25

                                                                                              Si vous n’êtes pas content des restau, faitent comme moi, n’y allez pas ! Moi, je leur laisse leur boulot, et pourtant, je suis agriculteur éleveur, pas fonctionnaire ou employé dans un bureau douillet. Comme l’ont souligné certains, si c’est si facile la restauration, et si lucratif, installez vous ! 


                                                                                              • Bilou32 Bilou32 11 août 2013 22:32

                                                                                                Oups, elle est grosse pourtant ... ’faites’ comme moi.


                                                                                              • urigan 11 août 2013 23:26

                                                                                                « je suis agriculteur éleveur, pas fonctionnaire ou employé dans un bureau douillet. » ?

                                                                                                Je ne vois pas ce que cela vient faire ici. Bref ! Personne n’a dit ici que c’était facile de travailler dans l’hôtellerie. Simplement que ce que l’on nous servait dans l’assiette -Existe-t-il encore un service- est moins bon qu’à la maison et que le rapport qualité/prix n’était pas en faveur du client.
                                                                                                Et j’aimerais qu’on m’explique pourquoi une bouteille de vin achetée 7 € est servie au prix de 25 €. Mais c’est vrai que faire sauter un bouchon est un travail de haute technicité.
                                                                                                Restaurateurs, quand vous aurez fini de mépriser le client, peut-être que vos affaires seront plus florissantes. Et pareil pour les artisants et commerçant.
                                                                                                Si vous ne faites pas vos affaires, changez de métier.


                                                                                              • titi 12 août 2013 00:18

                                                                                                @Urigan

                                                                                                Ce que vous n’avez pas compris c’est que dans les 25 euros vous ne payez pas que le bouteille.

                                                                                                Vous payez le mec qui vous la sert. Mais aussi les congés du mec qui vous la sert, ses arrêts maladie, et bien entendu les heures où il ne sert rien du tout parce qu’il n’a pas de client.
                                                                                                Vous payez les sessions de formation, qui doivent être dispensées aux salariés pour leur apprendre qu’ils doivent tenir la rampe dans les escaliers, et ne pas courir dans les couloir.
                                                                                                Vous payez le n-ème recarrelage des murs de la cuisine, dont la hauteur réglementaire varie tous les 5 ans. (Mais je crois que maintenant c’est fini : il faut carreler jusqu’au plafond)

                                                                                                De la même manière que lorsque ces restaurateurs achète le produit de nettoyage adapté au plan de travail pour la découpe du poisson, qui n’est pas le même produit que pour la découpe des viandes, ils paient la formation HACCP qui va avec.

                                                                                                Bref vous confondez marge brute et marge nette.


                                                                                              • eau-du-robinet eau-du-robinet 12 août 2013 10:09

                                                                                                Les « restaurateurs » français, en fait, les réchauffeurs de plats surgelés, les préparateurs de « cuisine d’assemblage » ...

                                                                                                — fin de citation —

                                                                                                Vous avez entièrement raison.

                                                                                                La plupart des restaurent ordinaires sont devenue des « fast-foods ».

                                                                                                C’est une vrai honte pour un pays qui est (été) répute pour sa gastronomie !

                                                                                                Et pourtant c’est si simple de faire des petits plats savoureux, pas cher, avec du frais en pas du congelé !

                                                                                                La cuisine française est à l’image de son agriculture (intensive) ....
                                                                                                Production en masse, monoculture, aliments traité avec des pesticides ...
                                                                                                C’est cette nourriture mal seine , produite en masse, sur des sols morts (sans vie organique), d’où le fort apport nécessaire en engrais chimiques et en pesticides, herbicides, fongicides, ...

                                                                                                En plus cette agriculture intensive qui à trouvé son essor après la deuxième guerre mondiale via le plan américain Marchal est fortement destructrice d’emplois !

                                                                                                Bon resto !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès