• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Cette gauche qui sert de supplétif à l’OTAN

Cette gauche qui sert de supplétif à l’OTAN

Désolé pour M. Julien Salingue et ses petits camarades, mais un communiste syrien qui contribue à la défense de son pays vaudra toujours mieux qu'un gauchiste français qui fantasme sur la révolution en buvant des demis au Quartier Latin.

A de rares exceptions près (Jean-Luc Mélenchon, le PRCF), le moins qu'on puisse dire est que la gauche française pratique le déni de réalité sur la Syrie. Depuis 2011, c'est impressionnant. Elle a tout avalé. Avec gourmandise. Un véritable festin de couleuvres ! Elle s'est d'abord fiée à des sources douteuses (OSDH) dont elle a répété en boucle les chiffres invérifiables et les affirmations gratuites. Bonne fille, elle a accrédité la narration ridicule du boucher-de-Damas-qui-massacre-son-peuple. Elle a gobé cul sec le false-flag de l'attaque chimique comme si elle ingurgitait une vulgaire fiole onusienne de M. Powell. Elle est tombée, enfin, dans le panneau d'une propagande humanitaire à deux vitesses qui fait le tri, sans vergogne, entre les bonnes et les mauvaises victimes.

Cet aveuglement stupéfiant, la gauche française le doit d'abord à son indécrottable posture morale. Une grille de lecture manichéenne a anesthésié son esprit critique, elle l'a coupée du monde réel. Voulant absolument identifier des bons (rebelles) et des méchants (Assad), elle s'interdit de comprendre un processus qui se déroule ailleurs que dans le ciel des idées. Quand on désigne les protagonistes d'une situation historique en utilisant des catégories comme le bien et le mal, on donne congé à toute rationalité. « Ni rire, ni pleurer, mais comprendre », disait justement Spinoza. On peut certes avoir des préférences, mais lorsque ces préférences inhibent la pensée critique, ce ne sont plus des préférences, ce sont des inhibitions mentales.

La deuxième raison de cet aveuglement tient à un déficit abyssal d'analyse politique. La gauche française n'a pas voulu voir que le rapport de forces, en Syrie, n'était pas celui qu'elle espérait. Elle a reconstruit le récit des événements à sa guise pour donner corps à son fantasme d'une révolution arabe universelle qui balaierait le « régime de Damas » comme elle avait balayé les autres, en méconnaissant ce qui faisait précisément la singularité de la situation syrienne. Ceux qui se vantent de connaître leurs classiques auraient dû appliquer la formule par laquelle Lénine définissait le marxisme : « l'analyse concrète d'une situation concrète ». Au lieu de se plier à cet exercice d'humilité devant le réel, l'extrême-gauche, notamment, a cru voir ce qu'elle avait envie de voir.

Abusée par sa propre rhétorique, elle misait sur une vague révolutionnaire emportant tout sur son passage, comme en Tunisie et en Egypte. Mauvaise pioche ! Privée de toute base sociale consistante dans le pays, la glorieuse « révolution syrienne » n'était pas au rendez-vous. Véritable farce sanglante, une contre-révolution menée par des desperados accourus de 110 pays a pris sa place. La nature ayant horreur du vide, cette invasion du berceau de la civilisation par des hordes de mercenaires décérébrés a tenu lieu, dans l'imaginaire gauchiste, de révolution prolétarienne. Le NPA ne s'est pas aperçu de l'énormité de cette confusion. Il n'a pas vu que les rassemblements populaires les plus imposants, en 2011, étaient en faveur de Bachar Al-Assad. Il a écarté d'un revers de la main la position du parti communiste syrien qui, tout en critiquant le gouvernement, se range à ses côtés pour défendre la nation syrienne contre ses agresseurs.

Poussant le déni de réalité jusqu'aux frontières de l'absurde, le NPA, au lendemain de la libération d'Alep, se déclare encore solidaire de la « révolution syrienne ». Mais le secrétaire général du parti communiste syrien, Ammar Bagdash, lui avait répondu par anticipation en septembre 2013 : « En Syrie, à la différence de l’Irak et de la Libye, il y a toujours eu une forte alliance nationale. Les communistes travaillent avec le gouvernement depuis 1966, sans interruption. La Syrie n’aurait pas pu résister en comptant seulement sur l’armée. Elle a résisté parce qu’elle a pu compter sur une base populaire. En outre, elle a pu compter sur l’alliance avec l’Iran, la Chine, la Russie. Et si la Syrie reste debout, des trônes vont tomber parce qu’il deviendra clair qu’il existe d’autres voies ».

Désolé pour M. Julien Salingue et ses petits camarades, mais un communiste syrien qui contribue à la défense de son pays vaudra toujours mieux qu'un gauchiste français qui fantasme sur la révolution en buvant des demis au Quartier Latin. Incapable de comprendre ce qui se passait sur place, l'extrême-gauche française est victime du théâtre d'ombres qu'elle a elle-même dressé. Faute d'entendre ce que lui disaient les marxistes du cru, elle a joué à la révolution par procuration sans voir que cette révolution n'existait que dans ses rêves. Mais il est difficile d'admettre en 2016 qu'on s'est complètement fourvoyé depuis 2011.

Une fois de plus, écoutons Ammar Bagdash : « Ils ont commencé par des manifestations populaires dans les régions rurales de Daraa et d’Idleb. Mais dans les villes, il y eut immédiatement de grandes manifestations populaires de soutien à Assad. Par ailleurs, au début, la police ne tirait pas, ce sont certains éléments parmi les manifestants qui ont commencé les actions violentes. Dans les sept premiers mois, il y eut plus de morts du côté de la police et de l’armée que dans l’autre camp. Quand la méthode des manifestations ne marchait plus, ils sont passés au terrorisme avec des assassinats ciblés de personnes en vue (dirigeants, hauts fonctionnaires, journalistes), attentats et sabotages d’infrastructures civiles. Le gouvernement a réagi en adoptant certaines réformes comme celle sur le multi-partisme et sur la liberté de la presse, réformes que nous avons soutenues. Mais les forces réactionnaires ont rejeté ces réformes. »

Cette insurrection armée conduite par des groupes extrémistes, les communistes syriens l'ont parfaitement analysée, mais la gauche française l'a ignorée. Elle a fait comme si elle n'existait pas, comme si elle était une invention de la propagande baassiste. Comment l'admettre, en effet ? Que les gentils révolutionnaires soient passés à l'action violente dès le printemps 2011 contredisait la narration dominante ! Il fallait, pour les besoins de la cause, préserver le mythe d'une opposition démocratique et non-violente. Le récit des événements fut purgé, en conséquence, de ce qui pouvait en altérer la pureté imaginaire. La violence des allumés du wahhabisme fut masquée par un déluge de propagande. Preuve factuelle d'un terrorisme qui était le vrai visage de cette révolution-bidon, ce déchaînement de haine fut effacé des écrans-radar.

De même, cette « gauche » bien-pensante a hypocritement détourné le regard lorsque les feux de la guerre civile furent attisés par une avalanche de dollars en provenance des pétromonarchies. Pire encore, elle a fermé les yeux sur la perversité de puissances occidentales qui ont misé sur l'aggravation du conflit en encourageant la militarisation de l'opposition, tandis qu'une presse aux ordres prophétisait avec délices la chute imminente du « régime syrien ». Sans vergogne, cette gauche qui se dit progressiste s'est laissé enrôler par les gouvernements d'un Occident à l'impérialisme rapace. Elle a calqué sa lecture partiale du conflit sur l'agenda otanien du « changement de régime » exigé par les néo-cons depuis 2005. Comme l'a écrit Hillary Clinton, Washington voulait renverser Assad pour aider Israël dans son affrontement avec l'Iran ! Mais cette circonstance ne semble pas troubler les pro-Palestiniens du NPA.

L'histoire ne fait pas de cadeaux. Elle retiendra que la gauche française a servi de supplétif à l'OTAN dans cette entreprise avortée de destruction d'un Etat souverain sous le prétexte fallacieux des droits de l'homme. Cette imposture de gauche, bien sûr, n'exonère pas la droite française de ses propres responsabilités, tout aussi écrasantes et criminelles sous Nicolas Sarkozy, dans l'aveuglement volontaire au drame syrien. Mais le moins qu'on puisse dire est qu'il y a une imposture de gauche, sur la Syrie, qui aura fait des dégâts considérables. Courage, M. Mélenchon, vous avez du pain sur la planche !

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (64 votes)




Réagissez à l'article

300 réactions à cet article    


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 28 décembre 2016 08:58

    Bonjour,

    il y a en effet la gauche caniche des USA, d’Israël et de l’OTAN, dominante dans les grands médias, et qui devient de plus en plus ridicule.

    Et il y a aussi la gauche « dissidente » en manque d’internationalisme romantique, caniche de Poutine, d’Assad, des Palestiniens (au choix), toutes grandes côôôses qui permettent de discourir longuement sur des conflits étrangers auxquels elle n’entrave que dalle et sur lesquels la capacité d’influence française est quasi nulle.

    Vos textes illustrent avec grand talent cette 2e « option » qui ne vaut pas mieux que la première, au fond, puisqu’elle est basée sur le même déni national.

    Alors le citoyen français doit-il préférer l’hystérie pro likoud ou l’hystérie pro poutine ? Dans l’idéal les deux sont à jeter dans la même poubelle...


    • baldis30 28 décembre 2016 10:03

      @Olivier Perriet

      Vous voulez poser votre délicat postérieur sur deux chaises à la fois ... attention c’est ainsi qu’on se retrouve par terre les fesses tuméfiées.

      A ma connaissance Assad n’a jamais enfermé un pilote d’un avion abattu dans une cage pour le faire brûler... sinon quel tollé mondial en eût résulté ..... Un tel méfait suffit à classer ses auteurs !

      Assad et Poutine ne soient pas des enfants de chœur, qui peut le nier, ils sont à la tête d’Etats par volonté populaire exprimée et non par une désignation descendue des nues.... éventuellement en avion US ? Au moins pour Poutine, on doit lui reconnaître qu’il sait encore ce que veut dire l’expression « se regarder dans un miroir ».


    • Aristide 28 décembre 2016 10:31

      @baldis30


      Assad ... à la tête d’Etat par volonté populaire exprimée (J’ai ôté l’amalgame avec Poutine, qui est élu).

      Un peu à la mode nord coréenne ou cubaine, en famille ... Depuis les années 1960, heureuse époque où l’URSS apporté la paix à Prague et des missiles à Cuba.




    • Aristide 28 décembre 2016 10:39

      @Aristide

      apportait 

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 28 décembre 2016 10:43

      @baldis30

      Vous répondez à côté de la plaque ; je constate que les hystériques pro USA sont du même bois que les hystériques pro Poutine.

      Après est-ce la bêtise des premiers qui a engendré les 2nd ?
      Est-ce le résultat d’un même état d’esprit de supplétif qui les pousse à vivre par procuration ?

      Je ne sais pas.


    • Michel Maugis Michel Maugis 28 décembre 2016 17:35

      @Aristide


      L’URSS apportait la paix AU MONDE. Plus d’une fois.

      que les USA voulait détruire en fomentant une révolution de couleur à Prague-
      L’ intervention soviétique en Tchécoslovaquie a été une mesure nécessaire pour stopper l’OTAN et les USA, qui intervenait au Vietnam.... jusqu’en 1975

      Quand allez vous parlez des interventions US dans le monde ?

      Quant aux missiles à Cuba¿ vous n’avez rien dit, tellement vous êtes absolument certain que vous auriez dit une connerie.

      Quel est le problème exactement ? Apparemment ces missiles ont empêché l’intervention fasciste US à Cuba , effectivement, donc la paix.

    • Michel Maugis Michel Maugis 28 décembre 2016 17:36

      @Olivier Perriet


      Vous constatez le contraire. C’est ce qui fait de vous un beau faux cul dépité que ses amis criminels perdent.

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 28 décembre 2016 18:35

      @Michel Maugis

      tiens le franco-argentin spécialiste de la Syrie ;

      un peu torturé le gars : je ne sais pas si j’ai le postérieur entre deux chaises, mais lui on sait carrément pas où il est ni ce qu’il fait.


    • covadonga*722 covadonga*722 28 décembre 2016 18:43

      @Olivier Perriet
       yep excusez le , ya des coupures de courant a Pyongyang yang 


    • Oceane 28 décembre 2016 18:51

      @Aristide

      « Un peu à la mode jord coréenne, en famille. ..Depuis les années 1960, heureuse époque où l’Urss apportait la paix à Prague et des missiles à Cuba ».

      La poutre et la paille.

      Pourquoi taire la mode qui, depuis plus de 4 siècles, « en famille », apporte la « civilisation », « la démocratie » , les « droits de l’homme » , invente le « droit d’ingerence humanitaire » et se targue désormais de « nourrir la planète » ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 décembre 2016 19:34

      @Aristide
      Les Syriens sont tellement anti Assad, que lors des dernières élections, en 2014, la France et l’ Allemagne ont fermé les Ambassades de Syrie pour empêcher les réfugiés syriens d’aller voter....
       


    • jaja jaja 28 décembre 2016 19:52

      @Fifi Brind_acier

      Je vous laisse imaginer le résultat d’un vote tenu dans une ambassade syrienne... Vous êtes stupide ou quoi ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 décembre 2016 19:59

      @jaja
      Tous les étrangers du monde votent dans leurs ambassades, en voilà une découverte ! Comme si les Américains se gênent pour envoyer des observateurs partout où ça leur convient ! C’est vous qui ne comprenez rien ! Si les réfugiés syriens étaient anti Assad, les Gouvernements français & allemand seraient allés les chercher chez eux en bus pour qu’ils aillent voter contre Assad !


    • jaja jaja 28 décembre 2016 20:20

      @Fifi Brind_acier

      Et c’est où chez eux... Dispersés en Centres d’hébergement ou à la rue les prolétaires syriens auraient été injoignables pour votre scrutin trafiqué...
      Pour les avoir vus manifester à Toulouse je peux vous garantir que leur haine anti Assad est complète... Mais bon pourquoi discuter avec vous du monde arabe, vous soutien indéfectible au sioniste Trump... qui vient de déclarer sans honte :

      « "Nous ne pouvons pas continuer à laisser Israël subir un tel mépris et un tel manque de respect. Les Etats-Unis ont été leur grand ami mais..." a écrit sur Twitter le vainqueur de la présidentielle américaine.

      "Ce n’est plus le cas. L’horrible accord avec l’Iran a été le début de la fin et maintenant il y a ça (la résolution de l’Onu) ! Reste fort, Israël, le 20 janvier arrivera vite", a-t-il ajouté en référence au jour de son entrée en fonction à la Maison blanche. »

      https://fr.news.yahoo.com/trump-appelle-isra%C3%ABl-%C3%A0-rester-fort-150317130.html


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 28 décembre 2016 21:03

      @jaja

      Bonjour,
      l’attitude belliqueuse de Trump envers l’Iran me semble annoncer des suites moins mielleuses que prévues avec la Russie : on comprendrait mal que Poutine lâche Téhéran alors qu’il a porté Assad à bout de bras avec l’Iran, d’autant que Trump, s’il joue l’apaisement sur la Syrie, semble vouloir faire avec l’Iran comme il en a été avec l’Irak, la Lybie et...ce qui a failli se produire en Syrie.

      À moins, à moins, à moins....qu’il y ait des cocus sur le carreau.


    • jaja jaja 28 décembre 2016 21:19

      @Olivier Perriet

      C’était prévisible... Il y a des blocs impérialistes en concurrence pour la domination mondiale et les USA ne lâcheront pas leur position dominante de gaité de coeur...
      Je pense que la vraie cible prioritaire de Trump et donc de l’impérialisme US c’est la Chine... qui aujourd’hui rechigne de plus en plus à acheter la dette américaine en bons du Trésor... Pourquoi pas une alliance temporaire et hypocrite des USA avec la Russie à condition bien sûr de préserver la position d’Israël au Moyen-Orient...

      On ne va pas tarder à voir plus clair...


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 décembre 2016 21:56

      @jaja
      Si vous ne fréquentez que des salafistes ou des Frères Musulmans, forcément, ils sont anti-Assad, on les paye même pour ça...


      Je ne comprends pas votre obsession anti Trump ? Vous bottez en touche.
      Ce sont Obama & Killary qui sont au pouvoir depuis 8 ans, pas Trump.

    • jaja jaja 28 décembre 2016 22:02

      @Fifi Brind_acier

      Obama et Hillary sont d’immondes salauds, tout comme votre Trump et tout l’appareil militaro-industriel qui dirige l’impérialisme US... Vous feriez mieux de surveiller vos fréquentations... moi la fois où j’ai vu Pasqua à Paris c’était pour filer un coup de pompe dans sa bagnole pas pour lui cirer les pompes comme Asselineau... et je n’ai pas de bonnes relations avec Ayoub ou Soral les néo-nazis français...


    • Hecetuye howahkan howahkan 28 décembre 2016 22:35

      @Fifi Brind_acier

      salut,

       jaja est du npa, ils sont un outil du NOM .........le vieux désordre mondial ...point barre mais çà bien sur tu le sais..c’est mieux en le répétant..

       smiley


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 décembre 2016 22:36

      @jaja
      C’est ça, parlez d’autre chose que des révolutions colorées de Soros que vous prenez pour des révolutions populaires...
      C’est sans doute la faute d’Asselineau si vous êtes aveugle et sourd ?

      « Soros l’impresario de la campagne anti-syrienne »


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 décembre 2016 22:40

      @howahkan
      Bonsoir, oui je sais, on est « facho » dès qu’on n’est plus d’accord avec l’ Empire ...
      Vous voyez à quoi sert l’extrême-droite ? A salir la souveraineté.
      C’est le couteau suisse du système. Mais bon, ça marche de moins en moins...
       


    • jaja jaja 28 décembre 2016 22:48

      @howahkan lui est un fumiste qui fait semblant de militer pour la non compétition et le partage mais qui soutient en fait le néo-nazi Soral et Marine le Pen...


    • jaja jaja 28 décembre 2016 23:09

      @Fifi Brind_acier

      Toujours vos liens issus de la fachosphère :
      « Les sites web a bannir lorsque l’on se dit communiste, donc internationaliste :

      - Saker Francophone (lesakerfrancophone.fr), un site de « réinformation » surfant ouvertement sur une image fausse d’anti-impérialisme. Ces animateurs de ce site sont ouvertement affiliés à Egalité réconciliation, le web de Soral. »


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 décembre 2016 07:29

      @jaja
      Où sont vos preuves ?


    • Oceane 29 décembre 2016 10:08

      @jaja

      « Une ambassade syrienne » est un « territoire syrien » à l’étranger. Si l’Etat syrien autorise le vote de ses ressortissants à l’étranger, normal que celui-ci se déroule donc dans l’« ambassade syrienne » du pays de résidence de tel ou tel citoyen syrien. La France a violé la souveraineté nationale syrienne en interdisant ce vote. Une autre ingérence d’un Etat étranger dans les affaires d’un Etat souverain (?).

      Qui est « stupide » en violant le droit des Syriens à exercer leur droit et leur devoir. Qui est « stupide » à violer le « droit international » et à l’invoquer lorsque ça l’arrange ?


    • jaja jaja 29 décembre 2016 10:35

      @Oceane

      C’est vrai... Mais vous savez je ne suis ni juriste ni légaliste... Le Droit international c’est le droit des pillards comme on le voit en Palestine occupée et les multiples résolutions de l’ONU restées sans effet alors que par contre le « machin » a autorisé bien des interventions militaires contre des pays n’ayant pas respecté ses résolutions.
      Si le vote avait été organisé en France ou ailleurs je pense que les réfugiés syriens auraient été en droit de casser les urnes et de virer les fonctionnaires du Tyran avant qu’ils ne manipulent les résultats lors du dépouillement pour arriver à un score avoisinant les 90% pour Bachar !
      C’est la Révolution ou pas ? smiley


    • tozzzzz 29 décembre 2016 15:56

      @jaja

      Pour jaja l idiot utile du systeme il n y a pas de diaspora syrienne en france il n y a que des migrants.mais quel imbecile.


    • tozzzzz 29 décembre 2016 15:57

      @jaja

      Pour les avoir vus manifester à Toulouse

      Sans deconner ? Ils etaient 10 pour completer la dizaine de gus de ton genre ?


    • tozzzzz 29 décembre 2016 15:59

      @jaja

      Fachosphere.

      Brrrr ca fait peur ca.c est le pendant de la cretinosphere dont tu fait parti ?


    • tozzzzz 29 décembre 2016 16:01

      @jaja

      moi la fois où j’ai vu Pasqua à Paris c’était pour filer un coup de pompe dans sa bagnole

      C est beau les fantasmes étalés sur le net


    • tozzzzz 29 décembre 2016 16:02

      @jaja

      Mais vous savez je ne suis ni juriste ni légaliste...

      Tu m etonnes t es juste un crétin.


    • Oceane 30 décembre 2016 07:55

      @jaja

      Crois-tu qu’en France ceux en colère ont le droit de casser et de pactiser avec l’étranger pour détruire leur pays ?

      Lorsque Nicolas Sarkozy et ses complices éjectent Laurent Gbagbo et l’emprisonnement en Europe, il s’agit de dictature, de tyrannie ? Lorsque les mêmes détruisent la Libye et assassinent par procuration son president, c’est de la dictature, de la tyrannie ?

      Qui considère la France comme une dictature et ses dirigeants successifs comme des tyrans ? - Je rappelle que la France a colonisé la Syrie. Curieusement, personne ! Pas même ceux sur qui cette dictature et cette tyrannie s’est exercée directement et par la suite à travers ceux que J-P Sartre a appelé « mensonges vivants ».


    • JC_Lavau JC_Lavau 30 décembre 2016 12:35

      @jaja. Rien qu’à ta façon de couvrir chacun d’accusations calomnieuses et délirantes, on sait que tu es sous possession diabolique par la C.I.A.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 30 décembre 2016 13:29

      @Oceane

      faire l’apologie de L Gbagbo il faut oser.

      Non pas que je veuille le diaboliser, mais il est resté au pouvoir 10 ans et au bout de 10 ans rien n’avait bougé d’un pouce. Un peu comme Assad quoi.

      Pour quelqu’un qui ne se souvient pas d’avant hier ça peut passer.

      Ah oui, c’est vrai, la France a « colonisé » la Syrie en 1920. Euh, pourquoi ça vous gène ? Si vous voulez effacer le Liban, dites le directement ...


    • maQiavel maQiavel 30 décembre 2016 13:59

      @Olivier Perriet
      il est resté au pouvoir 10 ans et au bout de 10 ans rien n’avait bougé d’un pouce


      En même temps , il a été élu fin 2000 et en 2002 le pays était plongé dans une guerre civile instrumentalisée par les puissances étrangère , on ne peut pas trop lui reprocher ça étant donné que sa présidence n’était pas un long fleuve tranquille ...

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 30 décembre 2016 16:07

      @maQiavel

      vous êtes *****pénibles**** avec vos « guerres civiles influencées par les pays étrangers ».

      Déjà une guerre civile ne se décrète pas de l’étranger.

      Et en 2003, la France de Chirac et Villepin s’est interposée entre les belligérants, à la fureur de Gbagbo qui considérait ça comme une agression étrangère (Burkinabé). Et au bout de 10 ans de palabres, on s’est retrouvé au même point qu’en 2003 : Gbagbo vs Ouatarra.


    • maQiavel maQiavel 30 décembre 2016 16:31

      @Olivier Perriet
      Déjà , je n’ai pas dit que la guerre civile était décrétée de l’étranger , comme si les facteurs internes n’intervenaient pas dans cette guerre. Mais prétendre que les facteurs externes n’ont joué aucun rôle ( et je ne dis pas que vous le prétendez , je fais la remarque ) serait ne rien connaitre à ce conflit. 

      Oui la France s’est interposée en 2003 mais le pays était defait coupé en deux et les faits de guerre ont persisté.
      Faire comme si le mandat de Gbagbo ( qui l’a dépassé de 5 ans au regard de la situation ) était tout à fait normal est grotesque , il n’a jamais pu gouverner , toute son énergie était dirigé vers la reconquête politico-militaire des zones occupées par les armées rebelles ...

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 30 décembre 2016 18:41

      @maQiavel

      Mais enfin si vous convenez qu’il y a bien des facteurs internes, ça veut dire que Gbagbo n’était pas étranger à la situation et faisait lui-même partie du problème.


    • maQiavel maQiavel 30 décembre 2016 18:43

      @Olivier Perriet
      Evidemment  ...


    • agent ananas agent ananas 31 décembre 2016 08:27

      @Olivier Perriet
      l’attitude belliqueuse de Trump envers l’Iran me semble annoncer des suites moins mielleuses que prévues avec la Russie
      En effet on se demande comment Trump aura à la fois une relation cordiale avec la Russie et une attitude belliqueuse envers l’Iran.
      Il va avoir un choix difficile à faire... En définitive il se pourrait que l’Arabie Saoudite soit le dindon de la farce... De quel côté cela va basculer ... Time will tell ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès