• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ceux qui, à gauche, prétendent que l’UPR ne propose aucun horizon de (...)

Ceux qui, à gauche, prétendent que l’UPR ne propose aucun horizon de sortie du capitalisme ne se rendent pas service

Dire que "l'UPR ne propose aucun horizon de sortie du capitalisme" est une contre vérité.

Certes, l'objectif majeur, prioritaire, fondateur de l'UPR n'est pas la sortie de la France du capitalisme, ni la création de soviets. Cet objectif central, fondateur, impératif, rassembleur est la sortie de l'Union Européenne, de l'euro et de l'Otan.

Quoi qu'en disent les rêveurs de la France Insoumise, les bonimenteurs du Front National replâtré, les sirènes béguetantes de la Macronie, les avatars refardés du MODEM, des Verts, du PS..., aucune modification de la politique réactionnaire imposée aux Français depuis plusieurs décennies ne pourra intervenir tant que la France restera embastillée dans les chausse-trappes vicieuses de l'Union Européenne, de l'euro et de l'Otan.

Or, n'en déplaise au PRCF et à Georges Gastaud qui s'appliquent avec un entêtement curieux à discréditer François Asselineau, il est, avec l'UPR, le seul responsable politique d'envergure nationale à proposer aux Français un chemin et des modalités crédibles pour engager la France dans la voie qui permettra d'abord de mettre un terme aux dégâts causés à notre pays par la soumission à l'UE, à l'euro et à l'Otan , puis de déterminer librement et d'apppliquer sans entraves la politique nouvelle nécessaire pour reconstruire le pays.

 

Rien n'empêchera alors le PRCF et d'autres de proposer leurs solutions et de conduire, le cas échéant, une politique anticapitaliste menant à l'avènement du socialisme si tel est le choix des électeurs.

 François Asselineau appelle nos concitoyens à rejoindre l'UPR pour libérer la nation des vautours qui la déchirent, pour rétablir l'indépendance nationale, pour extraire la France des pièges mortifères de l'UE, de l'euro et de l'Otan qui la défigurent chaque jour davantage. Pour s'en sortir, il faut en sortir et tourner le dos aux chimères discréditées et vaines d'une renégociation impossible des traités, de la construction illusoire d'une europe des peuples, de la prospérité économique, du progrès social, de la liberté et de la paix 

Sans sortie de l'Union Européenne, de l'euro et de l'Otan, impossible pour les Français Français de décider librement de leur destin, de retrouver la sécurité de leur emploi, le respect de leurs droits et de leurs libertés, le bon fonctionnement de leurs services publics, le progrès social et la tranquillité , de mettre un terme au chaos social provoqué par les délocalisations en cascade de nos entreprises au nom des prétendues vertus de la "concurrence libre et non faussée", de mettre un terme au chaos migratoire provoqué, entre autres causes, par la participation de la France à des guerres illégales et injustifiables.

 

La politique nouvelle que l'UPR entend conduire, c'est le deuxième moteur de sa locomotive qui va de plus en plus hardiment, avec ses 31 895 adhérents, à la rencontre de nos concitoyens en les appelant à se rassembler, à constituer leurs bataillons et à se mettre en ordre de marche pour arrêter la casse induite par la politique inepte de la classe politique faillie qui s'accroche au pouvoir confisqué à la nation trahie.

Cette politique nouvelle est à l'image du chemin tracé par nos anciens du Conseil National de la Résistance. Il ne s'agit pas seulement de libérer la France des prédateurs qui ont réussi par la ruse, la dissimulation et le mensonge à la prendre dans leurs griffes, il s'agit de donner aux nouveaux dirigeants les moyens de conduire sans entraves la politique de redressement économique, de progrès social que les Français attendent.

C'est pourquoi l'un des fondements du programme politique de l'UPR est la reprise par l'état du contrôle de toute une série de secteurs clés de l'économie que nos européistes béats se sont appliqué à privatiser sur ordre de la Commission Européenne (énergie, transports, santé...) ou à placer sous le contrôle de forces hostiles à la nation (monnaie, diplomatie, forces armées, médias, politique agricole...).

Un autre élément important de ce programme, c'est la création et l'utilisation pragmatique du référendum d'iniative populaire pour trancher certains enjeux de société particulièrement complexes qui divisent l'opinion.

Cette façon de procéder permettra de consolider le rassemblement de nos concitoyens pour l'application effective de la politique de libération nationale, de reconstruction économique et sociale décidée par les électeurs, pour soutenir le nouveau gouvernement et les nouveaux dirigeants mis en place à tous les niveaux pour inscrire dans le paysage, et dans la durée, l'ensemble des changements pour lesquels ils se seront mobilisés en toute clarté.

Qui, à gauche, ou à droite, propose mieux ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

170 réactions à cet article    


  • malitourne malitourne 18 septembre 11:54

    Il n’ya pas d’autres alternatives politiques qu’une politique ultralibérale menant au chaos en restant dans l’UE.

    Les alternatives politiques passent par le Frexit.

    • Le421 Le421 18 septembre 19:21

      @malitourne

      P’tain !! Vous êtes tenaces à l’UPR !!
      Plus un jour sans se choper des morpions sur les roubignolles.
      J’en suis rendu au Tic & Puces de Biocanina, un vieux flacon qui me restait...

      On le sait que vous avez tout compris.
      C’est bête, vous êtes un peu seuls !!

    • malitourne malitourne 18 septembre 19:37

      @Le421
      Ah le 421 ! Après l’argumentaire graveleux, l’argumentaire chimique le Destop, l’antipuce, l’antitique. Vous pouvez monter en gamme avec l’agent orange, le zyklon B, le gaz moutarde. L’argumentaire bactériologique, vous pouvez essayer aussi (anthrax etc...).


    • Legestr glaz Ar zen 18 septembre 22:49

      @Le421

      Vous avez de super arguments, vraiment, en béton armé. Sauf qu’ils sont invisibles, c’est ballot quand même. 

      Vous côtoyez de trop près des personnes infréquentables pour choper des morpions sur les roubignolles. Prenez vos précautions et vous ferez des économies. Pour un retraité, par les temps qui courent, ce n’est pas un mauvais conseil. 

    • zzz'z zzz’z 18 septembre 12:37

      « Sans sortie de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, impossible pour les Français Français de décider librement de leur destin »


      Merluchon a bien raison d’en avoir marre de ces blonds aux yeux bleus qui n’ont pas beaucoup de chance d’être français français.

      • foufouille foufouille 18 septembre 14:39
        ton dieu a combien de logement ?
        4 au minimum mais c’est pas capitaliste .............


        • Zaza Zaza 18 septembre 14:44

          J’ai écouté Asselineau dans une de ses dernières vidéos sur RT, où en gros il dit que les français se sont résignés à la perte de leur nation et de leur histoire, des lâches du « suicide français » zemmourien. Bref Asselineau ne croit même pas à ce qu’il dit. La nation est morte, il le sait. Tout ce que dit l’ED cache une lutte raciale, les nazis et le KKK américain parle aussi du « grand remplacement ». Et Mélenchon avec son immigration chance et les blonds qu’il n’aime pas fait de la FI juste un lobby immigré
           
          https://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/asselineau-le-pere-noel-n-existe-78160


          • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 septembre 20:06

            @Zaza

            Je viens donc, après avoir lu votre commentaire de regarder aussi la vidéo. Vous avez raison sur un point : Asselineau constate que les français confondent les faits et les opinions. De là vous extrapolez quelque peu en disant "en gros il dit que les français se sont résignés à la perte de leur nation et de leur histoire, des lâches du « suicide français » zemmourien.« 
            Et vous êtes complètement dans l’erreur quand vous ajoutez »Bref Asselineau ne croit même pas à ce qu’il dit« . Vous raisonnez comme tous ceux qui disent - et ils sont nombreux - les français sont majoritairement des imbéciles puisqu’ils ont voté pour Macron. Je ne vais pas reprendre ici tout ce que j’ai expliqué, sur AgoraVox, avec un article intitulé »Pourquoi ont-ils voté pour Macron ?".
            Il faut combattre la forte tendance qui consiste à faire reporter sur le peuple une responsabilité qui ne lui revient pas. Le fait que le peuple a élu Macron est le résultat du déploiement de tous les moyens à la disposition des puissants : médias, instituts de sondage, journalistes aux bottes... Il en est de même pour la question du Frexit et pour bien d’autres questions... S’il n’est pas déjà en oeuvre c’est parce que les puissants n’en veulent pas et qu’ils ont des moyens énormes pour y faire obstacle notamment la possibilité de corrompre beaucoup de ceux qui se présentent comme des opposants.
            Cependant malgré tout, la majorité du peuple a déjà dit par voie de référendum qu’elle ne veut pas de l’UE et Macron, lui-même, l’a confirmé plus récemment. Ils ne veulent donc plus faire voter les français sur cette question et bien évidemment aucun de ceux qui s’opposent au Frexit ne veut d’un référendum d’initiative populaire.


          • cettegrenouilleci 20 septembre 07:23

            @Jean Dugenêt



            Merci pour la réponse très pertinente fournie à Zaza.

          • Sparker Sparker 18 septembre 14:54
            Avec quels moyens « la privatisation en masse » des secteurs clés de l’énergie etc etc etc. Vous croyez que les capitalos vont vous les « rendre » gratos, vous allez les prendre de force, n’oubliez pas que l’état leur a vendu et qu’ils en sont propriétaires vous allez les évincer comme ont fait Lénine et Mao ?
            Quel programme économique pour réaliser votre « communisme » ?

            Enfin, bon au moins un UPR qui tente de proposer un programme mais là on ne voit qu’un catalogue d’intention qui frise le populisme au sens de « racolage ». Et il me semble bien qu’en 2017 Asselineau avait déjà reculé sur pas mal de chose en ce qui concerne les nationalisations, êtes vous vraiment à jour des propositions ?

            Dites nous comment vous allez financer le retour de « la france aux français »... alors qu’on dépend de la globalisation à outrance, vous allez tout racheter ? Faire un appel vibrant au patriotisme ? resortir la machine à décapiter ?

            Quel développement économique allez vous promouvoir, selon quelle théorie ?

            Quel rythme pour les référendum, quels sont les secteurs qui seront remis au suffrage populaire ? Quel durée de débat ?

            Avec quels cadres allez vous former un gouvernement ? Sont-ils assez nombreux à l’UPR ?

            Un peu d’éclaircissement SVP !!

            • tiers_inclus 18 septembre 15:42

              @Sparker

              Toujours jubilatoire le questionnement feint mais pas très fin du partisan. J’ai cru un moment que vous évoquiez En Marche (vers le suicide français) de la campagne précédente avec ses délires jupitériens et ses « oui-oui » dont la seule substantifique moelle consistait en un néant surmédiatisé. Lisez le programme de l’UPR, écoutez les conférences de FA, vous pourrez alors jouer les candides avec un questionnement constructif.
              C’est assez clair ?


            • Sparker Sparker 18 septembre 18:51

              @tiers_inclus


              Non c’est pas clair, j’en suis resté aux incantations de la campagne de 2017, si vous avez de nouvelles informations à nous proposer et bien défendez les, vous êtes là pour ça.
              Le programme de l’UPR ne précise pas les moyens mis en oeuvre pour réaliser certains aspects, et non des moindres (renationalisation en masse et organisation des référendum) de 2017.
              Je n’ai plus le temps d’aller à la pèche, si vous avez du nouveau on vous écoute.

            • Ouallonsnous ? 18 septembre 19:22
              @Sparker

              « Un peu d’éclaircissement SVP !! »

              D’accord, une bonne révolution culturelle pour nettoyer les écuries d’Augias que sont devenues les institutions de la République et permettre aux français de se rappeler qui ils sont !

            • Le421 Le421 18 septembre 19:26

              @Sparker

              Z’ont même pas cherché à comprendre ce qui est écrit dans LAEC !!
              Ils se contentent de cracher sur LFI et JLM sans aucune nuance.
              Eux, ils ont tout bon et nous, tout mauvais.
              C’est du binaire chez UPR.
              Merde, en plus, ça rime.
              Pas fait exprès.
              Je suis LFI, donc, idiot par définition...
              Pas grave.
              Ce soir, c’est haricots verts du jardin et jambon de pays.
              Le reste ?
              Pour faire « new age », je dirais tout simplement : Get fuck !!
              En toute élégance...  smiley


            • Ouallonsnous ? 18 septembre 19:27
              @Ouallonsnous ?

              A défaut de suivre l’UPR successeur du CNR !

              La crise dans laquelle la France s’enfonce depuis des années est désormais si grave que nous devons procéder à une rupture complète et décisive. Nous devons le faire de façon sereine et réfléchie, mais déterminée et courageuse. Cette rupture est totalement incompatible avec les oppositions de complaisance qui critiquent l’Europe mais refusent de regarder la réalité en face : la construction européenne n’est pas la solution, c’est le problème.

              Voulant redonner toute son actualité au programme du Conseil national de la Résistance de 1944, je propose aux Français de se rassembler, quelles que soient leurs convictions politiques ou religieuses et leurs origines ethniques ou sociales, afin de rendre à la France sa liberté et sa démocratie. Cela impose en premier lieu de dénoncer juridiquement les traités européens, de sortir de l’UE et de l’euro, de sortir de l’OTAN et de soustraire l’économie, les services publics et les médias à la mainmise des féodalités privées.
              J’assortis ces choix décisifs de toute une panoplie de réformes institutionnelles, économiques, monétaires, sociales, militaires, diplomatiques, culturelles et éthiques qui sont à des années-lumière des programmes de tous les autres candidats.


            • malitourne malitourne 18 septembre 19:46

              @Le421
              Oui dans toute l’élégance qui vous caractérise. On vous répète que votre programme est rarement critiqué par l’UPR. vérifiez les contributions de chacun. C’est juste, mais c’est un détail pour vous sans doute. Il ne peut pas être mis en oeuvre en restant dans l’UE. Hors FI, maintenant c’est sûr, veut rester dans l’UE. Alors traitez de moi de tout les noms, faites moi une guerre chimique, si vous voulez, censurez moi si vous voulez, mais c’est un fait ! 

              Pour appliquer votre programme, celà necessite de conduire un Frexit. 

            • malitourne malitourne 18 septembre 19:47

              @Sparker
              point 50 à 53 du programme pour le financement. Allez y.


            • tiers_inclus 18 septembre 20:38

              @Sparker

              On ne saurait faire boire un âne qui n’a pas soif.
              Désolé, mon temps aussi est précieux.
              Salutations.


            • cettegrenouilleci 18 septembre 22:42
              @Sparker 

              Bonjour Sparker

              C’est bien de revenir sur 2017, et même sur le temps d’avant.

              Les questions que vous évoquez, notamment les re-nationalisations, ont déjà fait l’objet de réponses sérieuses dans divers documents et vidéos qui peuvent être consultés librement sur le site internet et sur la chaîne youtube de L’UPR.

              Je n’ai pas le temps de fournir là, maintenant, les liens et les références utiles mais j’y reviendrai prochainement, notamment sur la renationalisation des entreprises publiques privatisées par les gouvernements auxquels participaient les responsables politiques dont vous soutenez le bilan, et les projets, tels JLM et ses alliés roses, verts et rouges du PS, des verts, et ceux de la direction europhile discréditée du PCF.

              Ces réponses sont pour l’instant fragmentaires et certaines ont besoin d’être précisées et développées. Mais elles retiennent l’attention des responsables et des militants de l’UPR, et l’avancement de la réflexion sur ces enjeux et sur les modalités de mise en application des choix arrêtés fera l’objet de communications circonstanciées quand le moment sera venu.

              Je vous sais gré de vous préoccuper du sérieux et de la pertinence des analyses, des solutions mises en avant, des choix arrêtés sur les modalités qui seront privilégiées pour la bonne application de ces décisions.

              La pertinence des réponses trouvées , leur bonne application décidera en effet du succès ou de l’incapacité du gouvernement mis en place pour le « frexit » à engager et à tenir fermement le cap du redressement économique, du retour du bon fonctionnement de nos services publics, du rétablissement des pans entiers de la protection sociale rognée après année pour « conserver la compétitivité » de « nos » entreprises .

              En effet, les Français n’accepteront pas, et ils auront raison, que la politique du gouvernement élu pour sortir la France de l’Union Européenne , de l’euro et de l’Otan conduise par son inaction ou ses erreurs à la prorogation de la baisse des revenus, à la dégradation persistante la qualité de vie des couches populaires, au non-redressement du niveau de vie des salariés et de leurs familles pendant que dans le même temps, les dividendes des actionnaires continueraient de monter en flèche, et tout ça sans jamais arrêter ni freiner les délocalisations d’entreprises au non de « la concurrence libre et non faussée ».

              Car tel est l’enjeu de la mise en oeuvre, ou pas, de la sortie de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, objectif prioritaire du nouveau gouvernement : étape 1 : Rétablir l’indépendance Nationale et le droit du peuple français à décider lui-même de son destin, du choix de ses dirigeants, et de la politique qu’il entend conduire en toute liberté,

              tel est l’enjeu de la mise en application, ou pas, selon des modalités appropriées, de la nécessaire reprise par l’état du contrôle de toute une série de secteurs clés de l’économie du pays , étape 2 : nationalisations ou renationalisations, prises de participations majoritaires de l’état, rétablissement du franc et des prérogatives de la Banque de France, contrôle des mouvements de capitaux, contrôle des flux migratoires.

              Dire que l’on va mener une politique de progrès, et engager l’étape3:augmentation du pouvoir d’achat, préservation de l’emploi, redressement de l’industrie et de l’agriculture, de la pêche, amélioration du fonctionnement de nos services publics (éducation, santé, police de proximité, maisons de retraite, protection des plus démunis et des personnes affectées d’un handicap, transports, courrier...) ré-implantion des services de l’état dans les quartiers abandonnés des grandes cités industrielles et dans les territoires ruraux, coup d’arrêt donné à la désertification de nos campagnes, préservation notre patrimoine naturel, historique et de notre environnement .../...
               
              en faisant délibérément l’impasse sur les étapes 1 et 2 ,
              en ne se donnant pas les moyens économiques, financiers, politiques de franchir avec succès ces étapes 1 et 2,

              c’est mentir effrontément aux français.


              Ne pas engager la sortie de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, [étape 1] c’est rendre impossible la reprise du contrôle par l’état des secteurs clés de l’économie, de la monnaie, des mouvements de capitaux, des mouvements migratoires, de sa diplomatie et de ses forces armées.[étape 2]


              Faire confiance aux apprentis-sorciers euro-béats qui tirent à boulets rouges sur la campagne d’explication et de mobilisation des Français conduite par l’UPR et son président François Asselineau, qui se démènent en tous sens pour dissuader les Français de s’engager dans les étapes 1 et 2, c’est condamner notre pays et nos concitoyens à subir les effets néfastes des directives européennes, à affronter des difficultés nouvelles, à endurer une aggravation de tout ce qui fonctionne déjà de travers, de tout ce qui ne va pas.

              Renoncer aux étapes 1 et 2, ce n’est pas seulement s’interdire d’accéder à l’étape 3 du redressement, c’est condamner notre pays et nos concitoyens à revivre les échecs funestes des gouvernements qui ont menti à notre peuple et enfermé notre patrie dans le piège vicieux de l’UE, de l’euro et de l’Otan, que ce soit les gouvernements de la gauche, de la droite, les gouvernements de cohabitation, ou celui des guignols qui les ont remplacé avec l’arrivée au pouvoir de l’équipe Macron.




            • Legestr glaz Ar zen 18 septembre 22:54

              @Sparker

              Un Etat a les moyens de re-nationaliser. C’est un acte de souveraineté. Bien trop long à expliquer ici. Mais, renseignez vous. Le dénigrement, sans vérification, cela ne fait pas très sérieux. 


            • cettegrenouilleci 18 septembre 23:04

              @Le421


              « Get fuck !! »

              C’est réellement une façon très élégante de débattre de l’avenir de notre pays, et des réformes nécessaires, avec ceux qui ne partagent pas votre point de vue, surtout avec ceux qui ne se contentent pas de brasser du vent et qui ont de solides arguments à faire valoir à l’image des militants de l’UPR.

              Malheureusement, votre élégance fait fi des lois de la grammaire et de l’orthographe. La bonne écriture des bons voeux que vous nous adressez, c’est « Get fucked !! »

              Mais vous aviez quand même tout bon pour la majuscule et pour les points d’exclamation.

              Tout ça fait effectivement « new age », très proche des préoccupations des travailleurs et de la population laborieuse dont vous prétendez vouloir défendre les intérêts, et le faire beaucoup mieux que nous.

            • Sparker Sparker 19 septembre 08:38

              @Sparker


              Et bhé, cinq UPR pour répondre à mon com et pas un qui développe un minimum d’idée ou de concept, tout est renvoyé au « vidéo ».
              Z’êtes pas très disert sur votre programme, l’avez vous compris au moins par ce que les « ya ka faut qu’on » ne mène pas très loin.

              Mais ne vous forcez pas, hein , n’allez pas vous faire une hernie au cerveau...

            • Sparker Sparker 19 septembre 08:52

              @Ar zen


              Ben alors y sont où vos arguments, vous n’avez pas l’esprit de synthèse du haut de votre haute cognition, vous me decevez...
              Ca fait pas très sérieux.
              Le programme de la FI je vous l’ai explicité nombre de fois pendant la campagne de 2017 avec mon language et adapté à l’expression rapide d’un forum sans pourtant en trahir l’esprit et la lettre, j’en attend pas moins de vous, facile de botter en touche mais ça ne fait encore pas très sérieux pour une pointure comme vous.

              C’est à se demander si....

            • Sparker Sparker 19 septembre 08:57

              @cettegrenouilleci


              Merci de vous être fendu d’un com aussi long mais qui malheureusement ne brasse que du vent. Vous auriez pu donner des indications précise sur votre stratégie de reconstruction « nationale » avec beaucoup moins de signe.
              En fait vous bottez en touche aussi en nous disant que tant qu’on à pas frexité y’a pas de programme possible donc ça sert à rien de l’expliciter... vous avouerez que ça fait pas très sérieux quand même.
              Alors que comme dit à Ar-zen les FI vous en ont parlé du programme « l’avenir en commun » en en détaillant des aspects et ce sans condition.

              Allez, à votre devoir de journaliste citoyen et faite nous un bon résumé des stratégies pratiques de l’UPR pour la reconquète et le retour de « la france aux français ».

              Au plaisir de vous lire...

            • JulietFox 19 septembre 09:51
              @Sparker

              Ah ben si. Il y a un scoop.
              On sort les Sten. On marie De Gaulle et Trotsky et le tour est joué.
              Au fait le franc sera équivalent à combien de miches de pain ?

            • JulietFox 19 septembre 09:56

              @Ouallonsnous ?


              Même un samedi, ou il ne bosse pas ce pu...de Peuple, il n’est pas capable de se rassembler.
              Il se rassemble ...un peu dans les stades. Mais au-delà.............. ???????????????

            • Legestr glaz Ar zen 19 septembre 10:12

              @Sparker

              J’ai lu page après page le livre-programme de Mélenchon. Je l’ai acheté figurez-vous !

              Je vous dévoile un aspect du programme, faisant partie de la « désobéissance » aux traités européens. Il s’agit de rétablir le contrôle du mouvement des capitaux ! Il ne blague pas le Jean Luc, il l’écrit très sérieusement ! Tout ceci en restant dans l’UE. 

              Vous avez raison de vous fier à lui, il est trop balèze !

              Et tout ce qui est de la désobéissance aux traités est du même acabit. Suppression de la BCE ! Sans blague, au sein de l’UE ! 

              Un conseil Sparker : vous devriez quand même réfléchir aux sornettes que raconte Mélenchon. 



            • Legestr glaz Ar zen 19 septembre 11:20

              @Sparker

              Puisque vous insistez sur le programme, en voici un résumé :

              • le programme de l’UPR est le seul à proposer des réformes essentielles, très concrètes et très précises de nos institutions afin de rétablir la démocratie en France : 
              • – réforme de la composition du Conseil Constitutionnel, afin d’en faire une instance dépolitisée et professionnalisée, ne jugeant qu’en droit,
              • – prééminence de la Constitution française sur toute autre source de droit,
              • – possibilité de saisine du Conseil Constitutionnel par des groupes de particulier,
              • – suppression de l’article 89 de la Constitution (c’est-à-dire suppression de la procédure du Congrès qui a permis l’adoption du traité de Lisbonne malgré le NON au référendum de 2005),
              • – interdiction constitutionnelle du vote électronique,
              • – interdiction des « transferts de souveraineté »,
              • – interdiction de la prise de contrôle des médias de masse par des fonds de pension ou des groupes multinationaux,
              • – rétablissement et extension du crime de haute trahison pour le chef de l’État et les membres du gouvernement,
              • – instauration du référendum d’initiative populaire,
              • – reconnaissance du vote blanc comme un vote à part entière et conséquences concrètes,
              • – instauration de l’équité dans le financement des partis politiques,
              • – inéligibilité à vie de tout responsable politique condamné pour corruption,
              • – interdiction d’effectuer plus de 2 mandats de suite pour tous les parlementaires, conseillers généraux et conseillers régionaux,
              • – inscription dans la Constitution de la liste des services publics non privatisables par nature : EDF-GDF, SNCF, Poste, réseaux d’adduction d’eau, réseaux routiers et autoroutiers, Sécurité sociale.
              • – suppression de l’actuel système de parrainage d’élus pour l’élection présidentielle par un système de parrainage par les citoyens,
              • – réforme et démocratisation du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, transformée en une Cour Supérieure de l’Audiovisuel, dotée du pouvoir d’imposer aux médias une pluralité d’opinions, recueillie par des sondages sur Internet auprès de dizaines de milliers de citoyens,

            • Legestr glaz Ar zen 19 septembre 11:31

              @Sparker

              Il n’y aucune possibilité de « désobéir » aux traités puisque la force de ceux-ci est inscrit dans la Constitution et que tous les élus de la République doivent respecter la Constitution. Vous devriez le savoir, comme Jean Luc Mélenchon. Lisez simplement les articles 5, 55 et 88-1 de la Constitution.

              Jean Luc Mélenchon ballade de pauvres gens qui pensent qu’il est possible d’instaurer un rapport de force avec l’UE alors que la Constitution française l’interdit. La Constitution a été modifiée à de nombreuses reprises, justement pour « ’respecter » le contenu des traités européens. Ceux qui veulent bien s’intéresser à ce sujet le découvrent dans de nombreux documents. J’en mets quelques uns en ligne.

              Ceci vous parle ? « Un droit spécial, appelé précédemment  »acquis communautaire« et désormais »acquis de l’UE« , est ainsi créé afin de matérialiser les politiques communes, un droit qui a la primauté sur le droit national, même constitutionnel des États membres, que celui-ci soit antérieur ou postérieur à la législation européenne. »


              Et ceci vous dit quelque chose ? "Les normes de lUnion Européenne ont une autorité supérieure à celles des lois françaises.  Règlements et directives nont pas à faire lobjet dune mesure dintroduction en droit français. Dès quils sont publiés, il sintègrent dans le droit français. Cest dire que la fameuse directive européenne n° 93/104 était applicable il y a 10 ans déjà  !

              En matière de directives, la Cour de justice européenne peut condamner l’État pour non-exécution de son obligation et les tribunaux français peuvent sanctionner les mesures qui pourraient être prises par le gouvernement français et qui savéreraient contraires à celles prescrites par lUnion Européenne.

              http://www.snphar.com/data/A_la_une/phar27/legislation27.pdf



            • Legestr glaz Ar zen 19 septembre 11:36

              @Ar zen
               Y a du rab Sparker.


              L’article 55 de la Constitution constitue une règle de conflit de normes dans un système français moniste. Il appartient à tout juge chargé de l’application de la loi de faire respecter cette règle de conflit qui conduit à écarter la loi nationale lorsqu’elle vient en conflit avec un engagement international ou européen en vigueur. La hiérarchie posée par l’article 55 ne constitue donc pas une règle de validité constitutionnelle des lois.

              L’article 88-1 de la Constitution dispose :

              « La République participe à l’Union européenne constituée d’États qui ont choisi librement d’exercer en commun certaines de leurs compétences en vertu du traité sur l’Union européenne et du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, tels qu’ils résultent du traité signé à Lisbonne le 13 décembre 2007. »

              Le Conseil constitutionnel a tiré de l’article 88-1 de la Constitution que :« La transposition en droit interne d’une directive communautaire résulte d’une exigence constitutionnelle » [7]. Dans le cadre de l’article 61 de la Constitution, le Conseil contrôle qu’une loi de transposition ne contredit de façon manifeste ni les dispositions ni l’objectif général de la directive qu’elle a pour objet de transposer [8].

              Le Conseil a posé une limite à ce contrôle de la loi de transposition d’une directive : la transposition d’une directive ne saurait aller à l’encontre d’une règle ou d’un principe inhérent à l’identité constitutionnelle de la France, sauf à ce que le constituant y ait consenti. Le Conseil n’a jamais appliqué ce concept.

              https://www.conseil-constitutionnel.fr/les-membres/controle-de-constitutionnalite-et-droit-de-l-union-europeenne


              Est-ce que c’est assez clair Sparker ou faut-il que j’écrive un article sur le compréhension de la Constitution pour les nuls ? 


            • Legestr glaz Ar zen 19 septembre 11:42

              @Sparker

              Pour nationaliser une entreprise voici la marche à suivre. Cela a déjà été fait sous De Gaulle et sous Miterrand. Pourquoi Asselineau ne pourrait-il pas le faire puisque la nationalisation est un acte de souveraineté ?

              "Pour nationaliser une entreprise, il suffit au gouvernement de faire voter une loi en ce sens. C’est ainsi, à quelques exceptions près, qu’a procédé le gouvernement provisoire de Charles de Gaulle à la Libération. C’est aussi par la loi que François Mitterrand a procédé, en 1982, à la nationalisation de trente-neuf banques, de cinq groupes industriels et de deux compagnies financières. Depuis, c’est le processus inverse qui est à l’œuvre : la droite, en 1986 et 1993, puis la gauche entre 1997 et 2002, ont procédé à de nombreuses privatisations.

              Quels fondements juridiques ?

              Pour ses critiques, la nationalisation est une atteinte au droit de propriété, garanti par la Constitution et par la Déclaration des droits de l’homme en tant que « droit naturel et imprescriptible ». C’est à ce titre que l’opposition de droite a saisi le Conseil constitutionnel avant le vote de la loi de nationalisation de 1982. Dans une décision restée célèbre, celui-ci a reconnu le « caractère fondamental » de la propriété privée, mais a estimé que celle-ci admet des « limitations exigées par l’intérêt général », notamment s’agissant de « faire face à la crise économique, de promouvoir la croissance et de combattre le chômage ». Un argumentaire que ne renierait certainement pas Arnaud Montebourg.


              Et d’autres réponses dans le lien. Alors, heureux Sparker ?

              https://www.liberation.fr/futurs/2012/11/26/nationalisation-mode-d-emploi_863118



            • cettegrenouilleci 19 septembre 12:35
              @Sparker

              Les lecteurs de l’article jugeront sur pièce sur l’intérêt de l’article que j’ai proposé à la publication.

              L’important n’est pas, je crois, de disposer d’un catalogue détaillé de promesses dont on n’entendra plus parler une fois l’élection acquise.

              Ce qui compte vraiment, à mes yeux en tout cas, c’est de proposer aux Français des objectifs clairs et réalistes et les moyens de les mettre en oeuvre, de leur donner les moyens d’intervenir dans le débat, de mettre les pieds dans le plat et de peser utilement pour la mise en application effective des mesures de redressement économique et de progrès social, annoncées ou pas, par les différents partis candidats à la reprise en mains des manettes de pilotage, qui sont nécessaires et qu’ils attendent.

              Ce travail d’élaboration se poursuit à l’UPR avec le souci d’unir les Français autour du socle de mesures incontournables qu’il faut prendre pour assurer le changement de cap effectif de la politique suivie [ donc sortie de l’UE, de l’euro, de l’Otan, reprise du contrôle de secteurs clés de l’économie, retour du franc, contrôle des flux de capitaux etc ] et pas un énième replâtrage politicien incapable de répondre aux besoins du pays et de la population.

               L’ arrivée des nouvelles équipes à la direction des affaires de l’état au cours des quatre dernières décennies n’a conduit qu’à de tels replâtrages et à la trahison des promesses faites au électeurs tandis que la situation du pays continuait de s’aggraver, y compris avec les partis traditionnels de la gauche, et avec des ministres tels que Jean Luc Mélenchon et Jean Claude Gayssot.

              C’est pour sortir le pays de cette spirale infernale que François Asselineau appelle les Français à se rassembler avec l’UPR, dans l’UPR, et autour de l’UPR pour rétablir l’indépendance de la France en sortant de l’UE, de l’euro et de l’Otan, en donnant aux nouveaux dirigeants les clés permettant de se saisir des moyens économiques et politiques d’assurer le redressement de notre économie et d’améliorer le sort de nos concitoyens.

            • Sparker Sparker 19 septembre 18:22

              @Ar zen


              Visiblement l’état à mis la main à notre poche : 39 milliards de francs

              Alors heureux Ar-zen ?

            • Legestr glaz Ar zen 19 septembre 19:30

              @Sparker

              Et alors Sparker ? La fraude fiscale annuelle se monte à combien dans un espace européen où le mouvement des capitaux est totalement libre ? Combien de milliards par année à récupérer en sortant de l’UE ? Le somme, modeste, de 60 milliards peut être avancée. Vous voyez que vos 39 milliards ne sont pas vraiment un problème. Par ailleurs, en sortant de l’UE, la France récupère, cash, 14 milliards par an !

              D’autres questions Sparker ?


            • Durand Durand 19 septembre 19:58

              @Ar zen


               « Un conseil Sparker : vous devriez quand même réfléchir aux sornettes que raconte Mélenchon. »

              Un Conseil, Az zen : vous ne devriez pas obliger Sparker à réfléchir..., vous allez vous faire traiter de con ! ^^







            • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 septembre 20:22

              @Sparker

              Le programme de l’UPR est très précis sur l’immédiat après-Frexit. Voir la conférence de F Asselineau : « le jour d’après ». Je ne suis partisan qu’il soit extrêmement précis au sens où vous l’entendez sur du long terme. Le programme de l’UPR n’est pas que l’UPR prenne le pouvoir, décide de tout et, en conséquence, applique à la lettre un programme qu’elle aurait conçu à l’avance.
              Ca c’est le schéma que véhiculent tous les traitres qui avancent par exemple 110 propositions pour se faire élire en 1981 et en appliquent 3 quand ils sont élus.
              Ca c’est le schéma que propose LFI avec plein de trucs du genre 6ème république alors que rien ne sera appliqué parce que rien ne sera applicable s’en sortir de l’UE.
              Ce que l’UPR propose est réalisable puisqu’elle propose en premier lieu le Frexit. Ce que l’UPR propose ensuite - je reprends- ce n’est pas que l’UPR prenne le pouvoir mais que le peuple retrouvant la démocratie puisse à nouveau prendre son destin en main. L’UPR propose notamment le référendum d’initiative populaire et, bien évidemment, l’UPR n’a pas programmé ce qui sera décidé par cette voie.



            • Durand Durand 19 septembre 20:35

              @Jean Dugenêt


              C’est clair et compréhensible par tous, sauf mauvaise foi ou QI de 12... Merci !




            • Legestr glaz Ar zen 19 septembre 21:04

              @Jean Dugenêt

              Vous écrivez : « l’UPR n’a pas programmé ce qui sera décidé par cette voie ». 
               
              En revanche, Mélenchon, dans son livre « l’avenir en commun », ne se prive pas de donner des orientations de nature constitutionnelle dans le programme qu’il propose mais, en même temps, comme dirait l’autre, il avance l’idée de la rédaction d’une nouvelle Constitution par une Constituante. La Constituante devra donc appliquer les recommandations du programme du chef ?

            • cettegrenouilleci 20 septembre 07:59
              @Sparker

              Je ne crois pas que ma démarche et les arguments que je mets en avant dans mes articles puissent se résumer à ce que vous appelez « de la com ».

              Je m’efforce seulement d’apporter ma petite pierre à la bataille politique qui est engagée pour le rétablissement de l’indépendance de la France, le redressement de son économie, la préservation de son patrimoine et de sa sécurité, la défense de nos services publics, l’amélioration du sort des plus humbles.

              La qualité des discussions engagées dans le sillage de la publication de ces articles témoigne du fait que ces préoccupations sont partagées par beaucoup d’internautes et par un grand nombre de nos concitoyens.

              Je n’ai ni le talent ni la feuille de route d’un journaliste. Certes, je porte à la connaissance des internautes un certain nombre de faits et de réalités.

              Mon souci n’est pas juste d’informer. Ce que j’essaie de faire, c’est donner aux lecteurs des clés pour comprendre et pour contribuer utilement à l’avènement d’une politique nouvelle. Je fais, avec mes petits moyens et mes petites connaissances ce que tout citoyen peut faire.

              Je montre que c’est possible, même si on n’est qu’un petit instituteur retraité d’une petite ville d’un petit coin de la Lorraine, ce que je suis. Je montre que chaque citoyen, chaque militant , où qu’il soit, d’où qu’il vienne, quelque soit sa sensibilité politique, quel que soit le nombre de fois où il s’est trompé, où il a été trompé à l’occasion des scrutins électoraux, quelle que soit sa profession, ses préoccupations, ses problèmes (tout le monde en a) peut participer au débat citoyen, réfléchir à ce qui est bon pour son pays, se saisir d’un étendard, avancer et porter des mots d’ordre, se faire entendre, peser dans le bon sens, être un artisan des victoires et des revanches à venir contre les ennemis de la nation, des travailleurs et de la population laborieuse.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

UPR


Palmarès