• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Charivari dans l’hémicycle : entre mépris de la démocratie et mépris (...)

Charivari dans l’hémicycle : entre mépris de la démocratie et mépris des électeurs

Aujourd'hui à quinze heures s'ouvrait la séance de nomination du bureau de l'Assemblée nationale. Trois questeurs, en charge de l'administration de l'Assemblée et notamment du budget ont été élus, parmi eux se trouve le député des Républicains, qualifié de "Macron-compatible" par les médias français. Tous les questeurs élus, sans exception sont favorables à la majorité présidentielle, ce qui a amené de nombreux parlementaires à poser la question des droits de l'opposition.

Christian Jacob, président du groupe Les Républicains à l'Assemblée a alors annoncé, en signe de protestation que les candidats à la vice-présidence de l'assemblée apparentés à son groupe se retiraient. Cette décision rebat les cartes, alors qu'il y avait en début de séance 6 candidats pour 6 postes de Vice-Président, les candidatures se mettent dès-lors à émerger sauvagement. Après de longues suspensions de séance, François de Rugy, président de l'Assemblée Nationale et partisan de la République en Marche, fraîchement élu, a énoncé la liste des candidats : cinq candidats de La République en Marche, un candidat pour le Modem, Yves Jégo pour le groupe des Constructifs, une candidate pour La France insoumise, et un candidat pour le groupe de la Gauche démocrate et républicaine.

"C'est pour retirer votre candidature ?" a demandé le Président de l'Assemblée, non sans ironie, lorsqu'il s'agissait de donner la parole à Yves Jégo, président du groupe des Constructifs ; l'intéressé n'a pas manqué de répondre par une réplique cinglante et glaciale qui rappelait l'aspect solennel de la fonction de député. Par la suite, le député Jean Lassalle, connu pour ses interventions hautes en couleur a annoncé sa candidature afin "d'essayer de trouver une solution", devant une assemblée hilare.

C'est dans ce joyeux capharnaüm que les présidents de groupe ont pris la parole tour à tour, puis vint Richard Ferrand, président du groupe de la majorité présidentielle. Il est alors près de 23 heures, et les vices-présidents n'ont toujours pas été désignés, car avec cinq candidats de la République en Marche il s'agit bel et bien d'une désignation.

"[…] Monsieur Faure parlait de crise, de quoi s'agit-il ? Il ne s'agit pas d'une crise, il s'agit d'une l'élection d'un questeur, et je me demande combien de Français savent précisément ce dont il s'agit..."

C'est dans une quasi-indifférence que Richard Ferrand a déclamé ces paroles au sein de l'hémicycle. Elles sont tout d'abord le signe du mépris manifeste des élites politiques, pourtant censées incarner le renouveau, à l'égard des citoyens qu'ils représentent et qui pour certains ont participé à leur accès au pouvoir législatif. La prétendue ignorance du commun semble par ailleurs, selon Monsieur Ferrand, justifier du fait que la majorité présidentielle se permet de bafouer les droits de l'opposition en monopolisant les postes clés de l'Assemblée nationale.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.83/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 29 juin 09:16

    ça palpe combien, un questeur ?


    • Vers 29 juin 18:06

      @Jeussey de Sourcesûre
      18 000€ mensuel + appartement de fonction + salaire de député + frais divers etc...

      Voilà, si ça peut vous rendre service...

    • Benoit De Villers 29 juin 23:04

      @Vers
      En même temps c’est mérité !


    • François Vesin François Vesin 30 juin 16:04

      @Vers
      «  Voilà, si ça peut vous rendre service... »


      Merci mais,
      vous aurez sans nuls doutes mal compris la question !

      Le Monsieur vous demande combien gagne un questeur
      de la République Française
      et vous lui communiquez les appointements prohibitifs
      d’un proxénète maastrichtien..

    • bob14 bob14 29 juin 09:30

      Vous avez voulu un dictateur comme président ?..vous allez être « cocu » par sa raie publique bananière !


      • baldis30 29 juin 10:19

        @bob14
        pensez vous que les gens s’en soient rendus compte tant lors de la présidentielle que lors des législatives ... et pourtant des signes ne trompaient pas .... !

        Les parlementaires ont être réunis à Versailles, c’est bien plus grand que l’hôtel des bains ...ils y seront plus à l’aise ...


      • foufouille foufouille 29 juin 11:00

        fallait pas veauter macron.


        • Benoit De Villers 29 juin 22:55

          @foufouille
          Cher foufouille, seuls les gaucho syndicalistes, comme vous je suppose, n’ont pas compris qu’il FALLAIT voter Macron pour sauver la France et sa dignité. Qui plus est, faites, s’il vous plait, attention à votre orthographe pour commenter un sujet aussi sérieux : VOTER.

          Cordialement 

        • pipiou 29 juin 23:23

          @Benoit De Villers
          Tiens un nouveau clown sur Agoravox.


        • canard 54 canard 54 30 juin 06:56

          @pipiou

          Oui et en marche le clown adorateur de la Macronie !


        • foufouille foufouille 30 juin 07:56

          @Benoit De Villers
          il a veauter par abstention libéral.
          si tu pense ta connerie, tu as volontairement voter libéral.
          tu seras heureux avec 4€/h.
           


        • Montcale 30 juin 08:15

          @foufouille
          restons modestes, Macron n’a été élu que par 8 millions de voix (1er tour) les autres voix sont des consignes de vote suivies par les castors (ceux qui font barrage) :)



        • bernard29 bernard29 29 juin 11:54

          Pour choisir une personnalité de l’opposition pour des postes réservés, le problème c’est qu’il n’y a plus une opposition bien définie. Il n’y a plus que des minorités et on peut se demander laquelle représente l’opposition. De fait, toutes les minorités peuvent s’inscrire dans l’opposition, même les minorités constructives.


          • dominique 29 juin 13:57

            Veauté ou pas nous avons cette demodictature en place pour cinq ans minimum et il faudra bien faire avec. Le Veau d’Or a manoeuvré avec une habileté sans pareil pour arriver au pouvoir, peut-etre que son mentor lui a ouvert la voie sans que personne ne réagisse, il a tout orchesté comme suivant les regles de management toutes bien connues en prennant soin de s’entourer de noviceset d’oppourtunistes tous doublés d’hypocrites. Les français ont voulus d’une dictature et bien ils l’ont.


            • Marignan Marignan 29 juin 16:24

              A l’auteur.

              Démocratie et régime représentatif (ploutocratie au demeurant chez nous) sont deux modes de gouvernement bien distincts, quelle que soient les circonstances.
              Par ailleurs, au risque de répéter ce que d’autres commentateurs mentionnent déjà, Macron qui est illégitime (pas élu par une majorité) n’en à rien à f... des usages. La loi lui donne le droit de s’approprier tous les pouvoirs, il applique la loi. Ceux qui ont appelés à voter pour lui (tous les députés de l’hémicycle actuel d’ailleurs, moins une poignée de patriotes) ne peuvent pas aujourd’hui venir pleurer maman parce qu’il attribue les meilleurs salaires de l’assemblée (questeurs) à ses propres députés. Et les Français qui l’ont élu, sans doute ne souffrent-ils pas encore assez, l’ont fait en connaissance de cause, Macron n’a rien caché du massacre social et politique qu’il entend mener à bien chez nous pour le compte de puissances étrangères. Et bien maintenant, dansez !


              • Taverne Taverne 29 juin 16:29

                « la question des droits de l’opposition. » Mais vous en avez de bien bonnes : elle est où l’opposition ? Introuvable.


                • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 29 juin 17:19

                  @Taverne

                  forcément, vous cherchez à droite, du même côté que la majorité.




                • Marignan Marignan 29 juin 16:38

                  Il eût été noble et bien avisé de nommer M. Lassalle, parlementaire expérimenté et mesuré, à la vice-présidence de l’assemblée, mais il est vrai que depuis 1789, l’aristocratie qui a pris le pouvoir par les armes et, depuis, gouverne par le mensonge, est sans noblesse.
                  Il est vrai aussi que les projets de M. Macron vont tellement démembrer le pays qu’ils ne souffrent aucune opposition dans leur mise en œuvre.


                  • Alainet Alainet 30 juin 08:53

                     - un sondage juste sorti de chez Odoxa, vient vite, comme par hasard, nous contredire & révéler que les Français dans leur majorité approuvent macron pour sa communication et sa prise de parole au tutur Congrès avant son 1er Ministre... http://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/deux-tiers-des-francais-approuvent-les-mises-en-scene-d-emmanuel-macron-selon-un-sondage_2261403.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Clément M.


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires