• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Chateaubriand - Histoire falsifiée et Etat des lieux

Chateaubriand - Histoire falsifiée et Etat des lieux

« Le 14 juillet, prise de la Bastille. J’assistai, comme spectateur, à cet assaut contre quelques invalides et un timide gouverneur : si l’on eût tenu les portes fermées, jamais le peuple ne fût entré dans la forteresse. Je vis tirer deux ou trois coups de canon, non par les invalides, mais par des gardes-françaises, déjà montés sur les tours. De Launay, arraché de sa cachette, après avoir subi mille outrages, est assommé sur les marches de l’Hôtel de Ville ; le prévôt des marchands, Flesselles, a la tête cassée d’un coup de pistolet ; c’est ce spectacle que des béats sans cœur trouvaient si beau. Au milieu de ces meurtres, on se livrait à des orgies, comme dans les troubles de Rome, sous Othon et Vitellius. On promenait dans des fiacres les vainqueurs de la Bastille, ivrognes heureux, déclarés conquérants au cabaret ; des prostituées et des sans-culottes commençaient à régner, et leur faisaient escorte. Les passants se découvraient avec le respect de la peur, devant ces héros, dont quelques-uns moururent de fatigue au milieu de leur triomphe. Les clefs de la Bastille se multiplièrent ; on en envoya à tous les niais d’importance dans les quatre parties du monde. Que de fois j’ai manqué ma fortune ! Si moi, spectateur, je me fusse inscrit sur le registre des vainqueurs, j’aurais une pension aujourd’hui. »

 François René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, 1848. 

 

 

Donc on en déduira d’après l’immense auteur témoin de cette non prise de la Bastille que dès l’origine l’Histoire de la Révolution Française fut une immense falsification.
 
Prise de la Bastille il n y eut point vu cette comique reddition.
 
Chercher l’argent c’est à dire qui finança ce soulèvement pseudo populaire aide à comprendre l’arnaque de cette fausse libération d’un joug (il est vrai que Louis XVI était un despote nous le savons tous) pour basculer dans des années sanglantes : la terreur de 1794, mais aussi les odieux crimes contre le Roi, La Reine, le Clergé, les aristocrates, tout un ancien régime coupable d’être seulement au-dessus mais nullement responsables des pandémies ou famines et que le bon peuple aimait et respectait.
 
La déclaration des Droits de l’Homme fut bien entendu un gigantesque trompe l’œil, jamais sa devise ne fut respectée bien au contraire. Les cinq républiques furent toutes consacrées à nourrir le sommet contre le peuple.
 
Avec Macron, 3eme dépeceur de la Nation, le plus dur des trois, pas un drapeau français le soir de son intronisation mais celui de l’UE sur fond de pyramide Illuminati, c’est clair. Cet homme froid hait les français et ricane de leurs malheurs, toutes ses lois vont contre le peuple, et il donne tout a ceux qui ont beaucoup trop.
 
Enfant roi sadique et pervers venant après un avocat d’affaires véreux et colérique, puis un Bébé Attali faussement gentil et sachant comme personne (Cf. attentats) mimer la souffrance. Sans dents : bien entendu qu’il l’a dit !
 

Histoire falsifiée et français sans mémoire ayant abandonné vos racines chrétiennes, ça va être dur pour vous le réveil … Je prie pour vous et pour mon pays en voie d’extinction. Merci à la Perfide Albion, notre ennemi historique, et à son pantin US.


Moyenne des avis sur cet article :  2.09/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    



    • troletbuse troletbuse 30 septembre 16:34

      @Mélusine7
      Et pourtant , son surnom à l’assemblée est ; Choupinet. A moins que ce soit soit : Chou piné , ca correspond mieux  smiley


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 30 septembre 18:27

      @troletbuse


      Choupinet c’est un peu ironique. 

    • foufouille foufouille 30 septembre 12:37

      pour éviter la famine, il suffit de faire des stocks et pas des banquets avec du gachis.


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 30 septembre 12:37

        Si vous voulez vous attaquer au serpent à sornettes, mieux vaut connaître l’ennemi et rentrer dans l’antre du Minotaure. La voie rationnelle est vouée à l’échec.


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 30 septembre 12:48

          Chez les Lizzars il y a deux sortes de reptiliens : les serpents et les Salamandres. Seule la Salamandre résiste au feu, grâce à sa glande pituitaire.



            • foufouille foufouille 30 septembre 12:59
              Description

              En supprimant les prix fixes, en augmentant la concurrence et en supprimant les privilèges commerciaux, Turgot pensait faire baisser les prix du commerce des grains tout en encourageant leur circulation. Toutefois, cette tentative se heurta aux manœuvres des spéculateurs, aux mauvaises récoltes, aux attaques politiques et au mécontentement populaire. L’augmentation immédiate du prix du grain se répercutait en effet sur celui du pain, principale source d’alimentation de la paysannerie et, en général, de la population.

              Les propriétaires des grains, désormais libres d’attendre les cours les plus hauts, spéculèrent en stockant les blés, voire en les achetant dans des régions de bonnes récoltes pour les vendre dans les régions où les profits pouvaient être plus importants.

              Rumeur de complot dit du « pacte de famine »

              Au cours des années 1760, Le Prévost de Beaumont inventa l’expression de « pacte de famine1 » ou « Complot de famine », persuadé que sous couvert de libéralisation du commerce des grains se cachaient de scandaleuses spéculations, au profit de spéculateurs alliés à certains notables, voire au roi lui-même et à ses ministres. L’expression fut vite reprise.

              Cette tentative de libéralisation coïncida avec de mauvaises récoltes : les prix, désormais libres, s’élevèrent. Les plus pauvres ne pouvaient plus se nourrir. Le pacte implicite entre roi et population, qui exigeait du roi de veiller à la sécurité de ses sujets et à leur approvisionnement en denrées, fut rompu. Une grande agitation s’ensuivit et la tentative dut prendre fin : des prix fixés par le roi furent rétablis.

              Cette thèse d’une conspiration royauté-spéculateurs libéraux sera également reprise lors de la Révolution.

              C’est à ces accapareurs théoriques que l’on attribua les cruelles famines qui ont désolé la France à différentes époques, notamment dans les années 1767-1769, 1775-1778, 1788-1789. La Révolution, faisant disparaître l’Ancien Régime, fit disparaître la rumeur. La Convention préféra cependant adopter en 1793 une loi interdisant la spéculation sur les denrées essentielles.


              • Fergus Fergus 30 septembre 13:54

                Mieux vaut lire cet article qu’être aveugle ! smiley


                • Alren Alren 30 septembre 15:17

                  @Fergus

                  « Mieux vaut lire cet article qu’être aveugle ! »

                   En effet ! Ce n’est pas parce que Chateaubriand écrivait bien qu’il pouvait dire n’importe quoi.
                  Il ment quand il dit que ce sont les Gardes-françaises arrivées au haut des tours qui ont tiré au canon sur les assaillants !

                  C’est au contraire parce que de Launay avait fait tirer au canon et au fusil sur la foule qui voulait négocier la libération des prisonniers et la livraison d’armes individuelles en prévention de l’arrivée aux alentours de la capitale de régiments du roi composés d’Allemands impitoyables, que les Gardes-françaises ont amené et servi leurs canons contre un château fort médiéval qui n’avait alors aucune chance de résister aux boulets de fer.

                  Voyant arriver les premiers boulets d’en bas, les défenseurs de l’ouvrage de défense archaïque ne pouvaient que négocier leur reddition en espérant la clémence de la foule.
                  Mais celle-ci avait eu des tués du fait de l’attitude initiale de De Launay qui pensait résister aux assauts de fusils avant l’arrivée des renforts, ces régiments composés d’étrangers mercenaires.
                  C’est pour cette attitude initiale qu’il a été lynché.


                • Fergus Fergus 30 septembre 16:23

                  Bonjour, Alren

                  En réalité, ce n’est pas Launay qui a donné l’ordre de tirer sur la foule - il avait au contraire fait reculer ses canons en signe d’apaisement -, mais les gardes suisses, probablement sous les ordres de leur commandant. D’après l’historien Claude Manceron (mais à quelques détails près, ses collègues sont d’accord), l’on relève 94 morts dans les rangs des émeutiers, une hécatombe qui déclenche la fureur meurtrière des assaillants...

                  Chateaubriand nous a brossé là une belle page de sornettes. Sans doute n’était-il même pas sur place ! Du reste, le grand homme n’était pas à quelques approximations près, de même qu’il estimait que sa personne pouvait bénéficier de passe-droits. Ainsi en est-il allé de sa sépulture maritime pour laquelle il s’est démené durant un quart de siècle comme je l’ai raconté dans Chateaubriand vs Brassens. Pour être l’un des plus grands écrivains de notre histoire, on n’en a pas moins ses faiblesses !

                  Mais revenons à l’article : faire passer le piètre Hollande et Macron, encore débutant président, pour les pires « dépeceurs » de la nation, il fallait oser ! On en viendrait presque à défendre ces gugusses tant l’attaque est excessive !


                • christophecroshouplon christophecroshouplon 30 septembre 18:18

                  @Fergus

                  Bonjour Fergus (que j aime bien). Vous me semblez fort affirmatif pour une fois et manquant de nuances, Chateaubriand etait sur place ce fut atteste par d autres et son temoignage est loin d etre unique en ce sens, renseignez vous aupres des historiens independants, je vous respecte pour ne pas vous macher le travail. L ajout (cf votre article ) est bon mais ne prouve rien, vous deplacez l attention sur auyrte chose pour disqualifier Chateaubriand (technique d attaque ad hominem et de decredibilisation de l adversaire, technique de tous les chiens de garde du PAF ceci dit au passage)

                  Quant a votre appreciation/Hollande et Macron. Votre heros Melenchon (qui n est pas le mien oh qu non cf l article censure ici Melenchon le grand illusionniste - heros qui comme ses lieutenants directs sont des HFM et donc complices a votre insu de Hollande puis Macron) le dit lui meme ! Ce n est pas mon attaque qui est excessive, ce me semble, mais votre esprit militant qui semble ici fonctionner comme un aspirateur du reel. Reliusez Dostoeievski ! Ceci dit fort courtoisement, la FI sans ses chefs moi cela me va.

                • Alren Alren 30 septembre 18:19

                  @Fergus

                  Manceron n’était pas non plus sur les créneaux de la Bastille !

                  Que le timoré de Launay n’ait pas donné d’ordre de tir et que ce soit Flesselles, peu importe. Le premier était le supérieur du second et en tant que chef de la garnison, il est responsable de la mort de gens qui, je le répète, avaient deux revendications : la libération des prisonniers et des armes pour empêcher les régiments allemands du roi de les massacrer, peur excessive, sans doute mais sincère.
                  Ces deux revendications satisfaites, les portes de la menaçante Bastille ouvertes, ils seraient rentrés chez eux.

                  Bien entendu les Gardes-Suisses, particulièrement disciplinés, fréquentant la population (« boire en Suisse » vient du fait qu’ils buvaient seuls dans les estaminets) n’auraient jamais ouvert le feu sans ordre.


                • Fergus Fergus 30 septembre 19:26

                  @ Alren

                  Le récit de Manceron est très détaillé, mais il ne donne effectivement pas le nom du donneur d’ordres aux gardes Suisses, si ce n’est que cet ordre n’est pas venu de Launay - ce dont Manceron semble certain - mais du commandant des GS de son propre chef. N’oublions pas que Launay venait de faire reculer les canons. Quant à la libération des prisonniers, elle importait peu aux émeutiers ; seule les intéressait les armes et la poudre.

                  Quoi qu’il en soit, inutile de se chercher querelle sur le sujet. smiley


                • Fergus Fergus 30 septembre 19:41

                  @ christophecroshouplon

                  Désolé, mais je persiste à dire que le récit de Chateaubriand ne tient pas la route, et si nous avons des divergences, Alren et moi, sur la prise de la Bastille, cela porte sur des détails, les historiens sérieux auxquels nous nous référons ayant mis en pièces le récit de l’écrivain, et même celui de Michelet qui s’est également engagé dans une voie lyrique destinée à servir l’imagerie populaire beaucoup plus que les faits.

                  Autre chose : je ne cherche pas à disqualifier Chateaubriand pour lequel j’ai une grande admiration. Et cela d’autant plus qu’étant venu vivre près de Saint-Malo et de Combourg, j’ai pris un grand plaisir à m’immerger dans la vie de cet homme de Lumière auquel je ne manque jamais de rendre hommage en pensée lorsque je me rends sur le Grand Bé pour admirer les flots en contrebas de sa tombe océane. Cela ne m’empêche pas - comme d’autres dans la région - de porter un regard amusé sur quelques travers de sa personnalité.

                  Mélenchon n’est pas - et n’a jamais été - mon « héros ». C’est un personnage pour lequel je vote par défaut car il est le seul qui approche ma vision de ce que devrait être la société française. Mais je suis loin de partager toutes ses idées, notamment au plan international. Et c’est pourquoi je ne fais pas partie de la FI - je n’ai d’ailleurs jamais été encarté dans un parti politique -, a fortiori dans un rôle « militant ».


                • christophecroshouplon christophecroshouplon 30 septembre 19:56

                  @Fergus
                  Qu est-ce que selon vous un HISTORIEN SERIEUX ? Selon quels criteres ? Nos desaccords viennent de nos sources respéctives. Bien a vous


                •  C BARRATIER C BARRATIER 30 septembre 16:37

                  Châteaubrilland est un poète pas un historien....l’important est que la Révolution nous ait débarrassé des pouvoirs absolus de l’église catholique et de la royauté . Bonaparte a exporté notre révolution et nous avons ensuite été débarrassés par petits coups des rois et du minable Napoléon 3 . La République tient et Macron a été élu au suffrage universel. Pour moi tout va bien.


                  • Cadoudal Cadoudal 30 septembre 16:47

                    @C BARRATIER
                    Comme en 93 ou en 40, pour toi et ta famille politique, tout va bien, je suis content de te savoir si content et de te voir te contenter des 43% de ton petit banquier de chez Rothschild..

                    épuration par mutilation sexuelle, création du premier camp d’extermination de l’histoire moderne à Noirmoutier, premiers essais de gazage de masse (insuccès, dû au gaz employé et à l’absence de confinement), premières crémations avec les fours à pain et les églises (exemple de l’église des Lucs-sur-Boulogne où furent brûlés vifs 563 villageois), noyades collectives avec les « noyades des galiotes » ou en couples avec les « mariages républicains dans la Loire, création au Ponts-de-Cé d’ateliers de tannage de peau humaine — peau dont se vêtent les officiers républicains — et d’extraction de graisse par carbonisation des corps des villageois massacrés à Clisson.
                    https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_G%C3%A9nocide_franco-fran%C3%A7ais


                  • Alren Alren 30 septembre 18:33

                    "la révolution Française installe la république sous les habits de la terreur et de la tyrannie, c’est un bain de sang et le début du déclin pour la France point.« 

                    Ce n’est pas »point« qu’il faut écrire à la fin d’une telle déclaration qui n’admet aucune discussion, c’est »amen" car cette déclaration typique de la réaction catholique est contredite par tous les historiens sérieux : la France, avec la IIIe République, s’est très vite développée après la chute minable de Napoléon III et rattrapé son retard au point de devenir le premier pays de l’avion et de l’automobile (et de loin) dans les années 1900 !
                    Non seulement le niveau de vie des habitants a fait un bond avec la République, non seulement les enfants ont pu bénéficier d’un enseignement gratuit et laïc, mais le pays a pu se permettre de consacrer des milliards au développement de la Russie dans la perspective de prendre en tenaille l’Allemagne impériale.

                    À propos de « tyrannie », savez-vous que c’est la IIe république née après la Révolution de février 1848 qui a pour la première fois institué le suffrage universel masculin ? Même les pauvres ne payant pas le cens pouvaient voter : quelle tyrannie en effet que l’élargissement de la démocratie !


                    • sarcastelle sarcastelle 30 septembre 19:34

                      @Alren

                      .
                      Non seulement le niveau de vie des habitants a fait un bond avec la République
                      .
                      Les Espagnols ne sont pas très riches, c’est vrai, mais les Belges, les Hollandais, les Anglais, les Scandinaves, les Luxembourgeois, ça va à peu près.
                      Qu’est-ce que la république a à voir là-dedans !!!

                    • Eric F Eric F 30 septembre 22:13

                      Chateaubriant était romancier et romançait l’histoire en s’y mettant en scène, ainsi la fameuse scène ou il se serait *justement* trouvé devant l’anti chambre de Louis XVIII lorsque Fouché et Talleyrand sont sorti bras dessus bras dessous du bureau du roi, donnant lieu à l’une des plus géniale trouvaille sur cette époque « le vice appuyé sur le bras du crime ».


                      • Fergus Fergus 1er octobre 09:21

                        Bonjour, Eric F

                        C’est tout à fait cela ! Et les spécialistes de Chateaubriand que l’on peut rencontrer en Ile-et -Vilaine ne disent pas autre chose.

                        C’est pourquoi, si l’on peut célébrer l’écrivain pour ses immenses talents d’auteur, tel n’est pas toujours le cas pour la vérité historique qu’il rapporte en se plantant dans le décor, un peu à la manière des peintres de son temps.


                      • Elliot Elliot 2 octobre 14:36

                        Chateaubriand était témoin de cet acte fondateur (?) de la république , soit ! on peut le croire mais depuis quand peut-on ajouter aveuglément foi à ce que racontent les témoins, qui est mâtiné de leur ressenti et du prisme avec lequel ils regardent les événements.

                        Chateaubriand est le témoin privilégie de cette époque et j’utilise l’adjectif privilégié dans le sens où il jouissait de privilèges dus à la naissance et à l’éducation qui lui était liée.

                        Il y en a qui croient encore aujourd’hui à la sainteté de Jeanne d’Arc et à toute la légende que la IIIe République a fait naître pour bâtir un roman national qui convînt aussi bien aux catholiques qu’aux républicains avides d’asseoir leur légitimité.

                        Des autres la dépeignent en prophétesse ( comme le siècle en enfantait beaucoup à cette époque de grande crédulité religieuse ) manipulée au service des intérêts d’une partie de la petite cour qui gravite autour de celui que l’on surnommait par dérision le petit roi, Charles VII et notamment de Yolande d’Aragon.

                        Les hasards de la vie rencontrent parfois ceux de l’histoire.

                        D’un autre côté il est bien établi que le peuple de Paris a participé à la libération héroïque de la ville de l’oppression nazie comme le montre par exemple le très beau film « Paris brûle-t-il ? » mais il est tout aussi établi notamment par les documents filmés qui ne sont pas que de la simple propagande que la foule se pressait par centaines de milliers dans les rues de ce même Paris pour rendre un hommage appuyé au Maréchal Pétain quelques semaines à peine avant la fuite des Allemands

                        .
                        On mettre ça sur la versatilité humaine et on ne retiendra que l’épilogue glorieux.

                        Tout cela pour dire qu’avec des « si » on change le destin d’une nation et que l’on arrive même à la nier en tant que telle.

                        L’historien ne retient comme certitudes que les grandes tendances : la monarchie a été abolie, la république est née, ensuite balayée par l’empire lui-même victime de ses appétits inconsidérés, tout grand homme a ses petites faiblesses et l’histoire se réécrit constamment mais reste néanmoins intangible dans ses effets. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires