• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Chateaux de cartes (2è partie)

Chateaux de cartes (2è partie)

Le choc de la chute des tours 1 et 2 du World Trade Center n’était pas encore digéré ce 11 septembre 2001 que la presse relayait une autre information : le Pentagone venait à son tour d’être la cible d’une attaque aérienne, et un quatrième avion venait de s’écraser dans une forêt de Pennsylvanie. La simultanéité de l’événement mit médiatiquement ce quatrième crash en rapport avec les trois autres, avec raison. L’enquête qui suivit révéla que le vol 93 avait aussi probablement Washington comme destination finale.
Mais cela sera une autre histoire.
Du décollage du premier avion à la chute du dernier, les USA venaient en un peu plus d’une heure trente de vivre leur premier acte de guerre sur leur sol depuis l’attaque de Pearl Harbor en 1941, ou même de la Guerre de Sécession si l’on ne considère que le bloc des Etats Contigus.

QU’EST CE QUE LE PENTAGONE ?

Le Pentagone est un ensemble de bureaux auquel une forme pentagonale a été donnée afin de symboliser chaque branche de l’armée américaine (les armées de Terre, de l’Air, de Mer, ainsi que le corps des Marines et le Commandement Stratégique), qui occupe chacune une des ailes.
L’immeuble a été construit entre 1941 et 1943. La nécessité d’un nouveau ministère fut critiquée par l’opposition républicaine de l’époque en raison des crédits élevés engagés. Les congressistes estimaient de plus que l’immeuble était sur-dimensionné par rapport aux besoins réels.
L’Histoire leur démontra que non, car rapidement, le ministère de la Défense dut investir dans d’autres immeubles plus discrets pour abriter son administration pléthorique. On estime qu’aujourd’hui, le Pentagone n’abrite que la moitié des fonctionnaires de cette administration.

En raison du caractère sensible du bâtiment, il fut dès sa conception construit de façon à résister au maximum à tout type d’attaque. Le béton qui compose ses murs est renforcé d’un solide treillis d’acier.

Bien entendu, la mise au point de l’armement nucléaire a rendu pour ainsi dire obsolète la défense en béton armé du site. Les fonctionnaires qui y sont affecté ont d’ailleurs surnommé le Pentagone ( ce qui est assez ironique aujourd’hui ), « Ground Zero » : ils savent qu’ils seront la cible numéro un en cas de conflit nucléaire.

Une vue du Pentagone :



Vol et crash.

Le 11 septembre 2001, le vol 77 est détourné. Les pirates dirigent alors l’avion vers le Pentagone et frappent le bâtiment en plein milieu de l’aile ouest. Sous le choc, l’avion pénètre trois des anneaux concentriques et incendie une partie du bâtiment. Le feu détruit une partie de l’aile mais assez rapidement, les dispositifs anti-incendies entrent en action. Ils sont aidés par la nature même des murs du Pentagone : la circulation de l’air s’y fait mal et le feu commence à s’étouffer rapidement. Il faudra tout de même des heures aux pompiers avant de réussir à circonscrire totalement le sinistre.


Doutes et polémiques

Le crash du Pentagone est un des événements les plus critiqués par les conspirationnistes, qui pointent certains faits du doigt. Le caractère sensible du lieu pour la Défense américaine n’aide pas à la surmédiatisation, et les théories les plus folles prolifèrent à ce sujet.

D’ailleurs, pourquoi douter ?

Il est clair que le 11 septembre, quelque chose s’est produit au Pentagone. Mais pourquoi, selon les uns ou les autres, est-ce un missile ou un avion de chasse qui a heurté le bâtiment, et non un avion de ligne ?

L’absence quasi totale d’image du crash déjà. Il n’y a pratiquement aucune image exploitable de l’avion de ligne qui l’ a heurté pour deux raisons : en premier lieu, le Pentagone est un bâtiment classé « Secret Défense », et donc très peu de caméras de sécurité sont autorisées à surveiller les lieux.
En deux : Le gouvernement impose un embargo total sur les images tournées par les télévisions, toujours pour des motifs de sécurité nationale.

On peut le déplorer, mais l’excuse de la sécurité est difficilement réfutable. Les seules vues disponibles sont de très mauvaise qualité, et ont été tournées par une caméra de parking : http://www.youtube.com/watch?v=RaFuNDWylO4 . Cette caméra ne prenait qu’une vue par seconde. De plus, elle est équipée d’une lentille grand angle : les distances et les perspectives en sont déformées. Une illustration de la déformation est visible sur cette reconstitution, qui met aussi l’accent sur les autres preuves de l’impact d’ un avion de ligne : http://www.youtube.com/watch?v=YVDdjLQkUV8

Sachant par les relevés radar que l’avion volait à une vitesse de plus de 800 km/h lors de son approche finale, il n’est pas étonnant de ne quasiment rien voir. Ce qui fait le bonheur des conspirationnistes.


Les dégâts.

Le choc de l’avion et l’incendie qui s’en est suivi a détruit une partie de l’aile ouest du Pentagone. 125 militaires et civils présents dans le bâtiment furent tués à ce moment là, de même que les passagers de l’avion. La partie centrale de l’aile touchée s’est par la suite effondrée mais seulement sur une section de l’aile.
La façade, avant l’effondrement. Les traits jaunes verticaux représentent les piliers.

Une vue de ce type fut utilisée pour "prouver" la thèse du missile.

En ce qui concerne l’avion, le choc a réduit l’appareil en miettes. Deux raisons expliquent cela :

Le Pentagone a été construit pour encaisser de forts impacts, et ses piliers de béton et de métal ont joué leur rôle. Pour être vulgaire, l’avion était la patate et le Pentagone le coupe-frites.

L’aile ouest ( qui abrite la Navy) venait de subir un ravalement total doublé d’un renforcement de sa façade à l’aide d’une nouvelle couche de béton et de kevlar, afin de contrer un éventuel tir de missile pouvant être mis à feu par un tireur isolé.
Les conspirationnistes s’en sont d’ailleurs donné à coeur joie en clamant haut et fort le « miraculeux hasard qui venait de faire en sorte qu’un avion frappe un endroit renforcé quelques semaines auparavant... ». Ceci justifiant à leurs yeux l’hypothèse du tir d’un missile sur leur propre bâtiment (pour donner le change), avec le but quand même de faire le moins de dégâts possibles.

Las, point n’est besoin de « miraculeux hasard » pour frapper une façade renforcée sur les cinq disponibles. Une sur soixante-quatre, je ne dis pas, mais une sur cinq...
De plus, il ne faut pas oublier que des civils travaillaient aussi au Pentagone. Une armée peut sacrifier des soldats, l’opinion publique l’acceptera toujours. Mais des civils, jamais.

Le but
 
L’impact ne fut pas à même de mettre en péril la défense des USA : le caractère symbolique de l’attaque est évident. Les terroristes ont délivré un message : nous sommes plus forts que vous. Nous pouvons frapper en plein coeur sans que vous ne puissiez rien faire.

Si cela était vrai le 11 septembre 20001 (petit cadeau pour Wesson, comme promis...), la suite des événements a montré aux terroristes que le choc en retour n’en valait peut-être pas la chandelle.
Les terroristes voulaient faire peur aux américains. Ils n’ont réussi au final qu’à les unir contre eux.
 


Pourquoi ce ne peut être un missile ou un avion de chasse :

Les conspirationnistes peuvent se classer en deux catégories : ceux qui pensent qu’ un avion de chasse téléguidé a en réalité frappé le Pentagone, et ceux qui pensent qu’un missile a été tiré par l’ armée américaine contre son propre quartier général.

Mais commençons par les tenants de la thèse du missile.

« Le trou d’entrée est trop petit, c’est donc un missile ! »

Dans les premiers temps, les conspirationnistes ont diffusé une photo pour « prouver » qu’un missile avait causé les dégats du Pentagone. Effectivement, le trou de 3 mètres de diamètre ne pouvait être dû à un impact d’avion. Malheureusement pour eux, dans leur hâte de prouver leurs dires, les conspirationnistes n’avaient pas fait attention au fait que ce qu’ils diffusaient était le trou de SORTIE, à l’intérieur du Pentagone, et non le point d’impact. Le choc fut terrible pour eux quand il devint évident qu’ils avaient grugé le monde, consciemment ou pas.

Puis quand les vues du véritable impact se diffusèrent, les critiques recommencèrent à fuser. « ce ne peut être un avion : le trou est trop petit (sic...), et on ne voit pas les traces des ailes ni de la gouverne. ».

Les experts en aéronautique ont dû expliquer en premier lieu que la vie réelle n’était pas un dessin animé : le coup de l’empreinte de l’avion facilement reconnaissable dans une façade en béton, telle une tache d’encre, ça n’existe que chez Bugs Bunny.

Quand un avion s’écrase de face, ou pratiquement (l’angle d’impact a été estimé aux alentours de 80 ° : quasiment à angle droit), il pénêtre sa cible mais il se déforme et se brise à ses points les plus fragiles : les experts estiment que seule la partie la plus proche de la carlingue des ailes a pénétré le Pentagone. Le reste des ailes a été pulvérisé contre le mur lors du choc. Pour la gouverne, il n’existe aucune certitude. Certains pensent que la force de l’explosion a brisé l’arrière de la queue qui a dévié et a heurté le mur de face, le choc ayant pulvérisé le métal. D’autres estiment que l’explosion du kérosène a projeté la gouverne vers le haut et que ses débris ont jonché le toit du Pentagone. De nombreux débris de métal y ont en effet été retrouvés, mais il est impossible de définir à quelle partie de l’avion ils appartenaient. Le trou de sortie, lui, a probablement été percé par des débris du train d’aterrissage, qui comptent parmi les pièces les plus solides d’un avion.
Les trais jaunes désignent les points d’impact possibles de la gouverne. Mais rien n’est certain à ce sujet.

« Les batteries anti missiles n’ont pas marché ! »

Les conspis arguent de l’absence de tir de missiles pour abattre l’avion pour prouver la thèse du missile. Certains en rajoutent une couche en arguant de la surveillance constante de la zone d’exclusion aérienne du Pentagone.

Malheureusement, aucune preuve de l’existence de plots de missiles prêts à faire feu sur un avion menaçant n’existe pour la bonne et simple raison que le Pentagone en est démuni ! De même, la zone de surveillance est très restreinte.

La raison en est simple : le Pentagone est voisin de l’aéroport national de Washington ! Vous imaginez le bordel si une alerte était déclenchée à chaque fois qu’un avion se pointait dans le secteur, c’est à dire à peu près une fois par minute ? Et ce d’autant plus qu’une des pistes de l’aéroport pointe directement sur le Pentagone !
Le point d’impact sur le Pentagone est signalé par le petit "w".

« Il n’y avait pas de trace sur le gazon ! »

La thèse de l’avion serait fausse car l’herbe qui se trouve devant le point d’impact n’a gardé aucune trace de brulure. Mais il n’y a rien d’étonnant à cela car l’appareil n’a ni heurté le gazon, ni déversé son kerozène autre part que dans le batiment. C’est la même raison pour laquelle les débris qui y ont été trouvés n’étaient pas brûlés.

« Les moteurs n’ont jamais été retrouvés ! C’est bien la preuve qu’il n’y en avait pas ! »

Autre argument en faveur de la thèse du missile : les moteurs de l’avion n’auraient pas été retrouvés. En réalité, le rapport indique que des framents de rotor ont été retrouvés sur les lieux. Bien entendu, jetés contre des piliers de béton armé et renforcés, aucune pièce mécanique, fut-elle en tungstène ou autre métal très solide, n’avait de chance de demeurer intacte.

« Le kamikaze ne savait pas piloter, il ne pouvait pas faire du rase-motte à 800 km/h) ! »

Comme il était le seul terroriste à avoir une licence de pilote sur le vol 77, Hani Hanjour a été désigné comme étant le pilote kamikaze par le FBI. Les conspis font les choux gras de cette désignation en argumentant que ce pilote était incapable de piloter un cessna, et que donc, il aurait été incapable de piloter un 757. Malheureusement pour leur théorie, cet état de service date de 1996. Il avait été depuis inscrit (ou tenté de s’inscrire) dans différentes écoles et a obtenu une licence de pilote en 1999. Il est vrai que sa prestation par la suite fut qualifiée de moyenne. Mais de toute façon, sa seule motivation était d’apprendre à tenir un boeing en l’air et non de le faire décoller ou de le poser. C’est à cause de cela d’ailleurs que Zacarias Moussaoui s’est fait arrêter.
Interrogés, de nombreux pilotes ont déclaré que tenir un avion de ligne en l’air n’était pas le chose la plus difficile à faire, et que tout le monde ou presque pouvait le faire, à condition d’ avoir suffisamment d’entraînement sur simulateur. Cela tombe bien, Hanjour avait passé 600 heures dedans...

Mais laissons parler un expert judiciaire, ancien pilote de ligne, monsieur Jean Belotti :

« Est-il envisageable qu’un pirate non pilote professionnel puisse être capable de diriger l’avion contre un bâtiment ?

Oui, probablement. Il suffit d’un entraînement sur simulateur de vol disponible sur tout ordinateur individuel, de quelques vols dans un aéro-club, voire d’une formation un peu plus poussée (utilisation des systèmes-avion de programmation de la navigation). Dans le cas de ce quadruple attentat, les pirates avaient la possibilité de contraindre l’équipage à diriger l’avion jusqu’à proximité de l’aéroport, sous prétexte d’un déroutement. Ce n’est qu’en zone finale qu’ils ont pu, de force, se substituer à l’un ou l’autre des pilotes pour devenir des kamikazes, même si, eux-mêmes, avaient en fait une qualification de pilote professionnel.

Tant que le contenu des boîtes noires ne sera pas analysé - essentiellement celle enregistrant les bruits et conversations dans le cockpit (le CVR) - il sera impossible de savoir ce qui s’est passé dans le poste de pilotage. A ce jour, rien n’interdit de penser qu’une résistance ait pu se manifester de la part des équipages et également des passagers. C’est peut-être grâce à cela que l’avion de Pittsburg n’a pas pu atteindre son objectif initial (le texte a été rédigé le 12 septembre 2001. Depuis, il s ’est avéré que les boites noires récupérées étaient malheureusement inexploitables car trop endommagées).

Quant à l’observation de la trajectoire d’un des avions ayant percuté une des deux tours, on remarque qu’elle n’est pas rectiligne, l’avion arrivant avec une nette inclinaison à gauche. Puisqu’il a été dit que les pirates étaient des pilotés qualifiés, on peut supposer que celui qui était aux commandes de cet avion, l’était également. Dans ce cas, il lui était facile de maintenir un cap sensiblement constant pour se diriger en ligne droite face à la cible qu’il avait choisie, alors qu’un amateur aurait peut-être été amené à faire cette correction tardive de la trajectoire pour atteindre son objectif. Ou, hypothèse à ne pas écarter : un des deux pilotes de l’avion étant encore en place, il a essayé de contrer l’action du pirate sur les commandes, ce qui a obligé ce dernier à engager un virage à gauche pour ne pas passer à côté de son objectif, après avoir probablement neutraliser le pilote. »

Plus d’infos ici : http://www.net-iris.fr/veille-juridique/doctrine/2374/quatre-bombes-volantes-civiles.php



Les tenants de la thèse de l’avion de chasse ( téléguidé ou non).

Certains pensent au contraire des autres qu’un avion de chasse a été utilisé pour détruire la façade du Pentagone. Qui dit avion de chasse dit armée, et donc la question se pose : pourquoi l’armée américaine aurait voulu détruire une partie de son quartier général ?

Pour détruire des documents compromettants ? Ils sont les seuls occupants de l’immeuble ! Ils ont tout le loisir de tout passer à la broyeuse en toute sérénité, sans que nul ne le sache !

Pour tuer un gradé « déviant » ou « peu fiable », susceptible de cracher le morceau ? Ce serait prendre une bombe atomique pour tuer une mouche... Un accident de voiture, de chasse ou une maladie subite sont des moyens plus efficaces, plus économiques et plus discrets...

Pour donner le change alors qu’ ils en sont les instigateurs  ? Jeu dangereux : ils montreraient en même temps qu’ils ont une armée vulnérable et incapable d’anticiper. Dans la même optique, pourquoi dès lors abattre le quatrième avion détourné ( si cela avait été le cas, bien entendu, nous verrons une prochaine fois pourquoi il n’en a pas été ainsi) ? Le laisser s’écraser sur la cible aurait eu un meilleur impact sur le public.


Quelque soit la raison, la thèse de l’avion de chasse ne tient pas à cause d’un petit rien qui a son importance : Peu avant de frapper le Pentagone, l’engin a survolé une voie rapide et sectionné une série de lampadaires de part et d’autre de la voie. Or l’envergure nécessaire pour réaliser cet exploit est incompatible avec soit un missile, soit un avion de chasse qui ont tout deux une taille trop faible. Seul un avion de ligne possède des ailes suffisament grandes pour réaliser une telle découpe.
Un des lampadaires heurtés et coupés.
 
 
Une vue du dessus des lampadaires, ainsi que de l’envergure nécessaire pour y parvenir.

Enfin, dernier point mais qui a son importance, les témoignages.

Plus d’une centaine de personnes ont déposé devant les autorité. Toutes parlent d’une seule chose : un avion de ligne, volant en rase-motte, se jetant sur le Pentagone.
http://www.geocities.com/someguyyoudontknow33/witnesses.htm
http://www.911myths.com/index.php/American_Airlines_Flight_77_Crash_Evidence


On peut y ajouter la centaine d’employés des laboratoires d’analyses génétiques qui ont analysé les
restes humains retrouvés au sein des décombres.
Chaque point désigne une trace de fragment de corps repéré. Bon appétit...

Avec autant de monde pour confirmer la présence d’un avion de ligne et de ses passagers sur les lieux de l’attentat, on peut affirmer sans risque que les thèses du missile et de l’avion de chasse ne tiennent plus.


Quand à savoir pourquoi malgré tout cela, des personnes, ici ou ailleurs, continuent de croire à ces fadaises meyssianiques, on quitte le domaine de la réflexion pour celui de la contestation.

Autant dire que c’est une autre histoire...


Pour en savoir plus : un site personnel bien fait, même si l’auteur croit à la thèse du missile autant qu’à celle de l’avion (je sais, à moi aussi le mélange me paraît bizarre mais bon...) : http://pagesperso-orange.fr/jpdesm/pentagon/francais.html


Mais laissons le mot de la fin à Noam Chomsky, un penseur que l’on ne peut pas franchement suspecter d’ avoir une quelconque affection pour le clan Bush.

« Ce n’est pas seulement une énorme industrie (il parle du conspirationnisme, si vous ne l’aviez pas compris), c’est une industrie assez fanatique. (…) C’est presque une sorte de fanatisme religieux. (...) Je ne crois pas que leurs preuves soient sérieuses. Ni même que ceux qui les exposent soient capables de les évaluer. Ce sont des questions techniques compliquées. On n’a pas l’air de le comprendre, mais ce n’est pas pour rien que les scientifiques font des expériences, qu’ils ne se contentent pas de filmer ce qu’ils voient par la fenêtre. Car ce qu’on voit par la fenêtre est la résultante de tant de variables qu’on ne sait pas ce qu’on a dans cet imbroglio si complexe. On peut y trouver toutes sortes de coïncidences inexpliquées, d’apparentes violations des lois de la nature. (...) L’idée même n’est pas crédible. Pour qu’il y ait une once de vérité dans les théories sur le 11 septembre, il faudrait qu’il y ait eu un énorme complot, incluant les compagnies aériennes, les médias, la préparation des faux avions. Il aurait fallu mettre au courant quantité de gens dans l’administration. Ils ne s’en seraient jamais tirés. Même une dictature n’aurait pas pu. C’est une opération vraiment risquée. La probabilité d’une fuite est très élevée : ça se serait su tout de suite. Et la moindre fuite aurait aligné tous les dirigeants devant le peloton d’exécution, et sonné le glas du Parti républicain à jamais. Et pour gagner quoi ? Un prétexte pour faire ce qu’ils auraient fait de toute manière, sous un autre prétexte qu’ils auraient pu trouver. »
 
Extraits de « L’ivresse de la force ».

Moyenne des avis sur cet article :  1.99/5   (81 votes)




Réagissez à l'article

174 réactions à cet article    


  • Gonzague gonzague 8 septembre 2009 10:30

    Merci Mmarvin.


    • jondegre jondegre 8 septembre 2009 10:35

      Bonjour,

      Cet article est un modèle du genre, toute personne qui ne croirait pas à la VO est mise dans la case conspirationiste qui elle-même comporte deux sous-catégories :
      -missile
      -avion de chasse

      vive le manichéisme !

      cet article sera de toute façon debunké en une heure (par des gens plus affutés que moi ....)


      • Gonzague gonzague 8 septembre 2009 10:51

        Je ne crois pas totalement en la version officielle du vol 93, même s’il est évident que l’avion s’est écrasé là où on nous l’a annoncé et que les passagers se sont réellement révoltés. Mais je comprends très bien les mensonges à ce sujet.
        Il faut être stupide et borné pour croire dans les théories fumeuses sur le Pentagone. Le vol 77 s’est écrasé sur le centre de la défense américaine, tout le démontre, absolument tout. Croire qu’un autre objet a fini sa course sur le joli mur, c’est remettre en cause la parole de très nombreux « truthers », membres de la Sainte Eglise de la Vérité-qu’elle-est-vraie, qui reconnaissent que l’avion a bien terminé sa course entre le bureau en faux contreplaqué de Miss Johnson et la machine à café Krups du Général McDouglas.


      • Philou017 Philou017 8 septembre 2009 19:45

        « tout le démontre, absolument tout. »

        Mais non, rien ne le démontre, bien au contraire. Seuls les témoignages (qu’on peut estimer à raisonnablement 70) vont dans le sens de la présence d’un avion de ligne.

        Mais les constatations matérielles vont dans le sens contraire. Et dans ce genre d’affaire, mieux vaut s’en tenir aux faits.

        De toute façon, même avec un avion de ligne, l’histoire est incroyable. Du pur Hollywood.

        Contrairement aux croyants aveugles, j’ai toujours su que le cinéma, c’est de la fiction.


      • LeGus LeGus 8 septembre 2009 11:08

        @l’auteur,

        je vous cite :
        "...le Pentagone est un bâtiment classé « Secret Défense », et donc très peu de caméras de sécurité sont autorisées à surveiller les lieux."

        Désolé j’ai un cerveau en état de marche, cette explication ne prends pas une seconde.
        Le pentagone est au contraire ultra surveillé, filmé sous tout les angles intérieurs comme extérieurs.
        Totalement pitoyable comme argumentaire.


        • LeGus LeGus 8 septembre 2009 11:14

          Ensuite votre jolie illustration de la silhouette de l’avion sur la photo du pentagone est elle aussi totalement fallacieuse : Où sont les réacteurs ?
          Il est vrai que si vous ne les aviez pas omit, on se comprendrait qu’ils auraient immanquablement touché le sol, mais la pelouse est intacte.
          Le reste est à l’avenant, si j’ai du temps à perdre, j’y reviendrais, mais vu le temps magnifique sur Bruxelles j’ai un doute.


        • Le péripate Le péripate 8 septembre 2009 11:08

          Place aux Témoins du ElevenNine, section française...


          • wesson wesson 8 septembre 2009 11:11

            Bonjour l’auteur,

            Ahhhhh, enfin votre second chateau de carte, cet article que j’attendais afin de dissiper tous les bêtes doutes qui pouvaient encore coexister dans mon esprit de bolchévique mangeur d’enfants.

            Pas de doute, il n’y a que la VO qui tienne, et toutes les allégations des « truthers » dont j’ai bêtement fait partie sont dissipés par vos articles - même lors que vous en faites des tonnes - oups pardon, des kilo ...

            Toutefois, j’aimerai soumettre à votre sagacité scientifique un petit point de détail : des affreux conspirationnistes ont insidieusement insinué l’idée que un avion de ligne comporte des moteurs assez solides et volumineux montés sur les ailes. Pouvez-vous m’indiquer sur votre gentil schémas ou sont représentés ces moteurs ainsi que leur point d’impact sur le batiment ? Se seraient-ils vaporisés avant l’impact, ou s’agissait-il d’un planeur ???

            Je reste suspendu à votre réponse qui ne saurait être autre qu’érudite !


            • Mmarvinbear mmarvin 8 septembre 2009 12:19

              Salut !

              Je suis un peu déçu que tu n’aies pas repéré l’énorme faute que je t’ai laissé dans l’article mais bon, c’est pas grave...

              En ce qui concerne les moteurs, je te remet un paragraphe qui a son importance ici :

              "Les experts en aéronautique ont dû expliquer en premier lieu que la vie réelle n’était pas un dessin animé : le coup de l’empreinte de l’avion facilement reconnaissable dans une façade en béton, telle une tache d’encre, ça n’existe que chez Bugs Bunny."

              Des fragments des moteurs ont été retrouvés à l’intérieur du Pentagone. Et si tu regardes bien les photos, tu verras que de part et d’autre du trou de la carlingue, il y a des vitres brisées, pile à l’endroit ou auraient dû se trouver les ronds des moteurs.

              Maintenant si le gars qui a tracé le dessin général sur la photo n’a pas voulu mettre les ronds supplémentaires, j’imagine que c’est pour ne pas surcharger son schéma. Tu peux lui poser la question, il y a un lien vers son site à la fin de l’article.


            • wesson wesson 8 septembre 2009 13:23

              « Je suis un peu déçu que tu n’aies pas repéré l’énorme faute que je t’ai laissé dans l’article »

              Il en comporte tellement, toutes aussi énormes, que on ne sait plus où donner de la tête. Ne soyez pas impatient ...

              "Les experts en aéronautique ont dû expliquer en premier lieu que la vie réelle n’était pas un dessin animé : le coup de l’empreinte de l’avion facilement reconnaissable dans une façade en béton, telle une tache d’encre, ça n’existe que chez Bugs Bunny."

              Ben si on en croit la version officielle ça doit être ça un peu quand même. WTC1 et 2, les empreintes sont bien visibles, le pentagone, pas du tout ! Bugs bunny à géométrie variable quoi !

              "Et si tu regardes bien les photos, tu verras que de part et d’autre du trou de la carlingue, il y a des vitres brisées, pile à l’endroit ou auraient dû se trouver les ronds des moteurs.« 

              Brillante explication : Les moteurs sont rentrés par les fenêtres en cassant quelques vitres et laissant le reste intact  ! Le lecteur appréciera ...

               »si le gars qui a tracé le dessin général sur la photo n’a pas voulu mettre les ronds supplémentaires, j’imagine que c’est pour ne pas surcharger son schéma« 

              j’en ai une autre d’explication, dessiner les moteurs détruit tout la »démonstration", alors plutôt que de reconnaitre son caractère farfelu, on modifie les causes afin de les faire coller aux conséquences. En langage de tous les jours, on bidonne l’expérience pour arriver au résultat que l’on souhaite.

              Avez-vous seulement conscience du pathétique des explications que vous exhibez ?



            • Mmarvinbear mmarvin 8 septembre 2009 17:18

              "Ben si on en croit la version officielle ça doit être ça un peu quand même. WTC1 et 2, les empreintes sont bien visibles, le pentagone, pas du tout ! Bugs bunny à géométrie variable quoi !«   :Oh mais tout le monde les a vues, oui.

              Heureusement que j’avais précisé »sur le béton« . Dis, tu sais lire ?

               »Brillante explication : Les moteurs sont rentrés par les fenêtres en cassant quelques vitres et laissant le reste intact ! Le lecteur appréciera ..." : En regardant bien on voit que les rebords des fenêtres ne sont pas tout à fait intacts non plus.

              Je suis déçu, tu trouvais mieux et plus solide avant pour essayer de me dénigrer...


            • freelol freelol 9 septembre 2009 06:21

              Oui l’avion s’est entièrement glissé dans le trou en repliant ses ailes et en déposant ses réacteurs à l’intérieur.


            • wesson wesson 8 septembre 2009 12:10

              Re-bonjour chantecler,

              d’abord, les avions ce n’était pas 200 tonnes mais 130 environ, et ce n’est pas moi qui dit qu’il est impossible qu’ils aient pu provoquer un tel effondrement, c’est la physique, rien de plus.

              Le poids de l’avion ne représente même pas 10% du poids structurel (c’est à dire totalement vide) de 1 seul étage (aux alentours de 2200 tonnes). Autrement dit, le poids de l’avion représentait une surcharge totalement minime (environ 0.05%) comparé au poids du bâtiment (environ 250.000 tonnes). En ramenant le poids du bâtiment au poids d’un homme, l’avion ne représente pas plus que le poids d’une balle. Certes, ça provoque des dégâts, mais pas la pulvérisation à laquelle nous avons assisté. Tournez-le comme vous le voulez, mais il s’agit là de considérations physiques très simples si tant est que l’on ai pour 2 sous de bon sens.

              Là encore, comparé à l’échelle du bâtiment, le feu est insignifiant, et ne saurait expliquer un affaiblissement total de la structure, pas plus que la théorie de l’effondrement en assiettes n’est convaincant.
              La manière de chuter des tours WTC1,2 et 7 ne peut être expliqué que par l’emploi conjoint d’explosifs en TRES grande quantité et d’un affaiblissement généralisé de TOUT le corps métallique - y compris dans les étages du bas. Les avions là dedans ne sont intervenus que comme des écrans de fumée, et si aucun n’a touché le WTC7, c’est tout simplement parce que vu comme il était placé, aucun ne pouvait le toucher. C’est pourquoi ce dernier immeuble a été détruit un peu après dans la foulée, et lorsque toutes les caméras « officielles » n’étaient plus branchées.

              Je vous l’ai déjà dit : l’image de l’impact est certes spectaculaire, mais ne suffit pas à elle seule à expliquer ces effondrements. Elle a tellement imprégnié les esprits que moi aussi, en regardant la télé ce 11 Septembre 2001, au début je n’ai pas tiqué. Mais à peine quelques jours après, lorsque j’ai réalisé que les ordres de grandeurs ne correspondait pas, j’ai eu de très sérieux doutes. Et quand plusieurs mois après j’ai entendu parler du WTC7 initialement complètement passé sous silence, mes doutes se sont transformés en conviction. Pour effectuer ce chemin, il m’a suffit de ne pas faire une confiance aveugle aux images que me présente la télévision.


            • Mmarvinbear mmarvin 8 septembre 2009 12:33

              "et ce n’est pas moi qui dit qu’il est impossible qu’ils aient pu provoquer un tel effondrement, c’est la physique, rien de plus.«  : t’as eu ffi comme prof de physique ? Faut faire gaffe avec ce qu’il dit, il connait même pas les lois de la gravitation...

               »Le poids de l’avion ne représente même pas 10% du poids structurel (c’est à dire totalement vide) de 1 seul étage (aux alentours de 2200 tonnes). Autrement dit, le poids de l’avion représentait une surcharge totalement minime (environ 0.05%) comparé au poids du bâtiment (environ 250.000 tonnes).«  : Chiffres vrais mais mal utilisés : les tours ne se sont pas effondrées parce qu ’un avion s’est posé sur le toit par magie ou intervention divine...

               ». En ramenant le poids du bâtiment au poids d’un homme, l’avion ne représente pas plus que le poids d’une balle.«  : Si je suis ton argument, alors une balle de fusil ou de pistolet serait donc incapable de tuer un humain ! Tu crois pas que ton argumentaire est bancal, là ???

               »Là encore, comparé à l’échelle du bâtiment, le feu est insignifiant,«  : le feu a détruit une petite dizaine d’étages, mais cela a suffit pour affaiblir les piliers restant et les faire entrer en flambement. Il faut bien comprendre qu’avec une structure modulaire, un immeuble n’a pas de point faible défini : toute la hauteur est un point faible.

               »La manière de chuter des tours WTC1,2 et 7 ne peut être expliqué que par l’emploi conjoint d’explosifs en TRES grande quantité et d’un affaiblissement généralisé de TOUT le corps métallique - y compris dans les étages du bas.«  : Sauf qu’il n’y avait pas d’explosif. Et que l’effondrement visible sur les vidéos montrent bien que la chute commence par les points d’impact, et non par le bas ou un autre endroit, ce qui est contradictoire avec la thèse des explosifs.

               » Et quand plusieurs mois après j’ai entendu parler du WTC7 initialement complètement passé sous silence," Faux. La chute a été couverte par les médias. certes de façon moins spectaculaire et prononcée mais tous les journaux en ont parlé.


            • wesson wesson 8 septembre 2009 13:39

              «  t’as eu ffi comme prof de physique ? Faut faire gaffe avec ce qu’il dit, il connait même pas les lois de la gravitation... »

              Pitoyable attaque ad hominen...

              « les tours ne se sont pas effondrées parce qu ’un avion s’est posé sur le toit par magie ou intervention divine... »

              Ais-je dit le contraire ?

              « Si je suis ton argument, alors une balle de fusil ou de pistolet serait donc incapable de tuer un humain !  »

              Mon argument est que une balle de fusil peut effectivement tuer un humain (y causer des dommages irréversibles si vous préférer), mais ça ne peut pas le réduire en cendre droit sur lui-même, une heure après l’impact. Traduction : Un avion lorsque il s’écrase provoque bien des dégâts, mais en aucun cas suffisant pour justifier la pulvérisation droite sur son empreinte d’une tour de 110 étages, et cela 1 heure après l’impact.

              "Il faut bien comprendre qu’avec une structure modulaire, un immeuble n’a pas de point faible défini : toute la hauteur est un point faible.« 

              tout simplement ridicule, et démontre parfaitement votre méconnaissance du sujet pourtant érigée en compétence.

               » Sauf qu’il n’y avait pas d’explosif.« 

              Affirmation gratuite uniquement étayée par le discours officiel. De nombreuses études récentes tendent à démontrer exactement le contraire.

               » Faux. La chute [du WTC 7] a été couverte par les médias. certes de façon moins spectaculaire ... "

              Et c’est peu dire. Lorsque je parle à des personnes de ces évènements, pratiquement tous ignorent l’effondrement d’une 3ème tour au WTC ce même jour. La réalité est que on a commencé à parler du WTC7 lorsque des victimes ont forcé le gouvernement à fournir une explication sur ce bâtiment aussi. Il y a eu au minimum une volonté avérée de passer ce fait sous silence - comme tellement d’autre d’ailleurs.


            • bobbygre bobbygre 8 septembre 2009 15:18

               »La manière de chuter des tours WTC1,2 et 7 ne peut être expliqué que par l’emploi conjoint d’explosifs en TRES grande quantité et d’un affaiblissement généralisé de TOUT le corps métallique - y compris dans les étages du bas.«  : Sauf qu’il n’y avait pas d’explosif. Et que l’effondrement visible sur les vidéos montrent bien que la chute commence par les points d’impact, et non par le bas ou un autre endroit, ce qui est contradictoire avec la thèse des explosifs

              Ce qui est contradictoire c’est de dire qu’une tour a pu s’effondrer de toute sa hauteur sans etre sapé à la base. Meme les experts de la VO sont bien obligés de se ranger à cette évidence et du coup, sont obligés de contorsionner leurs arguments pour nous expliquer que le fuel a filé le long des cages d’ascenseur pour saper les fondations.
              Par contre, dire que les tours sont tombés simplement à cause des incendies dans les étages, faut vraiment pas avoir fait beaucoup de recherches car meme les defenseurs de la VO ne se risquent habituellement pas à dire une telle connerie insoutenable scientifiquement.

              Article nul dont le niveau des arguments prouvent vraiment que vous ne vous êtes pas foulés. Les quelques maigres « arguments » qui parsèment votre article, le reste étant suppositions, arguments d’autorités ou déni pur et simple des faits) ont déjà été rabattues des centaines de fois sur les forums.
              S’il y a vraiment des partisans de la VO qui cherchent des arguments qui tiennent un minimum la route, je leur conseille Popular Mechanics qui est déjà d’un autre niveau que votre article.

              Entre autres idioties :
              « Le crash du Pentagone est un des événements les plus critiqués par les conspirationnistes » Bof, c’est ce qu’aime dire les tenants de la VO. L’attaque la plus interessante pour démontrer l’inanité de la VO, ça reste et de loin l’attaque du WTC.


              « On peut le déplorer, mais l’excuse de la sécurité est difficilement réfutable » Expliquez nous en quoi car moi, je ne vois pas... Ils ont peur de quoi au juste ? En quoi ces images pourraient mettre en péril la vie de qui que ce soit ?


              Vos illustrations magnifiques. En matière d’argument pro-VO, on fait mieux. Personnellement, quand je vois ces images, je comprends toujours pas comment vous pouvez serieusement penser qu’un avion de ligne s’est crashé dans la facade ! Les photos que vous nous servez jouent plutot contre votre argumentaire je trouve.


              « Le Pentagone a été construit pour encaisser de forts impacts, et ses piliers de béton et de métal ont joué leur rôle. Pour être vulgaire, l’avion était la patate et le Pentagone le coupe-frites. »
              Mais bien sur, l’avion a laissé bien intacts les encadrements de fenetres. Que quelques pylones à l’interieur soient restés debout, ça ne choque personne ; ce qui choque c’est que la facade est quasiment tel quel, c’est à peine si quelques pans de murs se sont effondrés. Et trés trés peu de débris, l’avion s’est volatilisé, première dans l’histoire de l’aviation. Il y a pourtant des précédents d’avion qui se sont crashés sur le flanc d’une montagne et on a rien observé de plus, ou de moins en l’occurence, que lors d’un crash classique.

              De plus, il ne faut pas oublier que des civils travaillaient aussi au Pentagone. Une armée peut sacrifier des soldats, l’opinion publique l’acceptera toujours. Mais des civils, jamais.
              Voilà le genre d’arguments peremptoires qui prouvent que vous n’avez décidément pas eu beaucoup de curiosité du coté de l’argumentation des truthers. C’est un point essentiel de leur démonstration que de montrer que non seulement cela est possible, que cela a déjà été planifiée par le passé (Northwoods) et que cela a même été mis en pratique en Europe à l’époque du danger communiste (opération Gladio). Les deux cas que je cite sont extremement documentés. Les documents ont été déclassifiés et les témoins ont parlé ; bref, ce n’est pas du délire de conspirationniste.
              Les militaires et les politiques sont prêt à tuer des gens de leur propre peuple lors d’opérations false-flag pour orienter l’opinion publique. C’est un fait historique que vous balayez d’un revers de main négligent.

              Les experts en aéronautique ont dû expliquer en premier lieu que la vie réelle n’était pas un dessin animé : le coup de l’empreinte de l’avion facilement reconnaissable dans une façade en béton, telle une tache d’encre, ça n’existe que chez Bugs Bunny.
              Le coup des experts. Bref, vous nous prenez pour des andouilles. Personne ne s’attendait à ce qu’on voit parfaitement dessinée l’empreinte de l’avion dans la facade. Ce qui est incompréhensible, c’est qu’il y ait si peu de dommages et surtout AUCUN trou d’importance. L’avion a explosé sur la facade alors ? Mais alors pourquoi aucun débris sur la pelouse ? L’avion se serait gazeifiée peut-être.... Et dire que ça parait plus crédible à certain que d’imaginer que l’on ait pu leur mentir, pauvre d’eux...

              Pour la gouverne, il n’existe aucune certitude.
              Il n’existe plutot aucune explication. Aucun modèle, meme le plus truqué qui soit n’est capable de reproduire ce crash en obtenant un résultat pareil.


              Bien entendu, jetés contre des piliers de béton armé et renforcés, aucune pièce mécanique, fut-elle en tungstène ou autre métal très solide, n’avait de chance de demeurer intacte.
              Ah, bon ? Et vous tirez cette certitude de quelle étude ? Le tungstène ne fond pas ou ne disparait pas à cause d’un choc. Il n’y a à ma connaissance aucune théorie scientifique pour expliquer la disparition du tungstène. Le rapport officiel omet ce point et les sites pro-VOs n’ont pas d’explications à fournir. Rien ne peut expliquer la disparition des moteurs en tungstène.


              Je passe le reste mais vraiment pour un article écrit 8 ans aprés, c’est trés trés mauvais (quoique toujours meilleurs que ce ce que nous servent les médias main-stream).




            • Mmarvinbear mmarvin 8 septembre 2009 17:28

              « Pitoyable attaque ad hominen... » : Ah mais je fais simplement le constat de ses démonstrations...

              « Ais-je dit le contraire ? » : Oui. Je te recite : "Autrement dit, le poids de l’avion représentait une surcharge totalement minime (environ 0.05%) comparé au poids du bâtiment (environ 250.000 tonnes).« 

              Nies-tu avoir écrit cela ?

               »De nombreuses études récentes tendent à démontrer exactement le contraire.«  : Aux dernières nouvelles, seul Jones reprend une étude de Niels Machin (j’ai plus son nom en tête et j’ai la flemme de chercher....). Qui sont donc ces »autres«  ? Des liens ! Des noms !

               »Et c’est peu dire. Lorsque je parle à des personnes de ces évènements, pratiquement tous ignorent l’effondrement d’une 3ème tour au WTC ce même jour.«  : Les articles sont disponibles à qui veut les lire. Nul organisme secret ne traque sur le net ceux qui tapent »wtc 7" dans google pour lui mettre une balle dans la tête.

              Mais c’est comme pour tout : quand un gros événement se produit, il occulte les autres de moindre importance. Comme pour la mort de Farah Fawcett, complètement masquée par celle de MJ...


            • wesson wesson 8 septembre 2009 18:22

              @mmarvin

              « Nies-tu avoir écrit cela ? »

              vous ne convaincrez que vous-même avec ce type d’argument...

              "Aux dernières nouvelles, seul Jones reprend une étude de Niels Machin (j’ai plus son nom en tête et j’ai la flemme de chercher....). Qui sont donc ces »autres« ? Des liens ! Des noms !« 

              Mais oui, mais oui, des liens on vous en a fourni des dizaines que vous passez votre temps à oublier. Ne jouez pas à l’imbécile va, ça gâcherai votre naturel. Personne n’essaie plus de vous convaincre tant votre mauvaise foi est patente. Par contre, le lecteur avisé saura faire la différence. Pour lui, en voici un lien avec un nom : Frédéric Henry-Couannier. Il s’agit là d’explication nettement plus convaincantes que votre salmigondis !

               » Les articles sont disponibles à qui veut les lire. "

              Et bien je vous retourne votre propre argumentaire : Donnez un lien ! Donnez le lien d’un journal Français ou Anglais qui aurait parlé du WTC7 avant que la Fema ne soit forcé d’en parler elle-même....
              Et je vous souhaite bien du plaisir avec Google pour retrouver des documents qui datent de 8 ans ...


            • freelol freelol 9 septembre 2009 06:24

              « Faire entrer les pilier en flambement » hm...
              Je crois que le métal fond à plus de 1000°c et que le kérozène flambe à 700°c


            • wesson wesson 8 septembre 2009 11:40

              "Mais laissons le mot de la fin à Noam Chomsky, un penseur que l’on ne peut pas franchement suspecter d’ avoir une quelconque affection pour le clan Bush.« 

              Ahhh, Noam Chomsky, le petit préféré des tenants de la VO, qui fut aussi brandie par P. Pesnot dans la série Rendez-vous avec M. X sur le 11 Septembre.

              pas étonnant que votre phrase et ce qui s’ensuit soit mot pour mot celle qu’a prononcée P. Pesnot pendant son émission.

              Il se trouve que Chomsky a révisé sa position depuis, en s’associant à la démarche des »veuves du 11 Septembre" pour une déclassification de tous les documents concernant ces évènements. Si il n’avait pas de doutes alors, maintenant il en a quelques uns.

              Chomsky estime maintenant que la constestation de la version Bushienne est légitime, sans pour autant privilégier une interprétation des évènements.


              • COLRE COLRE 8 septembre 2009 11:53

                wesson, 

                c’est bizarre, pourquoi fausser la citation, pourtant de votre site préféré… :

                Le site n’a pas dit : Chomsky estime maintenant que la constestation de la version Bushienne est légitime, sans pour autant privilégier une interprétation des évènements

                voltaire.org dit : 
                Noam Chomsky estime désormais que la contestation de la version bushienne est légitime, sans pour autant adhérer à une autre interprétation des événements.

                Ce qui n’a évidemment rien à voir…


              • Gonzague gonzague 8 septembre 2009 11:53

                "Il se trouve que Chomsky a révisé sa position depuis, en s’associant à la démarche des »veuves du 11 Septembre" pour une déclassification de tous les documents concernant ces évènements. Si il n’avait pas de doutes alors, maintenant il en a quelques uns.

                Chomsky estime maintenant que la constestation de la version Bushienne est légitime, sans pour autant privilégier une interprétation des évènements« 

                Ce que le genre »crâne de piaf« Wesson et consorts ne comprendront peut-être jamais est que la remise en cause de la version »Bushienne« des événements correspond aux mensonges éhontés de l’administration concernant les CAUSES DE CES ATTAQUES. Bush a dès le lendemain des attentats affirmé avec un aplomb assez incroyable que ces attaques étaient dues au fait que »ces gens là haissent la liberté et la démocratie« C’est vrai dans le fond, mais ce n’est absolument pas les raisons des attaques. Imaginez-vous, vous expliquez, en tant que président des USA, au peuple américain : »ces gens là nous ont attaqués parce que, depuis des dizaines d’années, nous pillons leurs ressources naturelles, nous bombardons leurs pays, nous soutenons certaines dictatures de la région, dont l’Arabie Saoudite, et les armons qui plus est". Croyez-vous qu’un risque de prise de conscience collective concernant la politique étrangère des USA n’a pas été jaugée au lendemain des attaques ? Il fallait au contraire mentir aux américains, et c’est cette réalité qui est mise en exergue par Chomsky.

                Sur ce bonne masturbation conspirationniste, je vous quitte.


              • tinga 8 septembre 2009 11:49

                « Sous le choc, l’avion pénètre trois des anneaux concentriques et incendie une partie du bâtiment »
                « le choc ayant pulvérisé le métal »
                « En ce qui concerne l’avion, le choc a réduit l’appareil en miettes »

                Un article en béton renforcé au kevlar...


                • 3°oeil 8 septembre 2009 12:00

                  <Enfin, dernier point mais qui a son importance, les témoignages. >
                  du chauffeur de taxis au lampadair à1h11
                  it’s not the truth,it’s his story !
                  http://www.youtube.com/watch?v=j5FhQc-LJ-o&eurl=http%3A%2F%2Freopen911%2Einfo%2Fvideo%2Fnational%2Dsecurity%2Dalert%2Dvideo%2Ehtml&feature=player_embedded




                  • cathy30 cathy30 8 septembre 2009 13:13

                    merci Pasou pour votre fichier blagues.


                  • Philou017 Philou017 8 septembre 2009 19:55

                    Pasou : "Alors que l’avion du Pentagone ait été pulvérisé, vu la légèreté des matériaux et leur finesse, c’est normal. Il en est de même de celui qui s’est écrasé dans la campagne de Pensylvanie : pulvérisé.

                    Qu’un avion puisse endommager la frêle carlingue d’un avion est une chose. Qu’une masse de 100 tonnes puisse se pulvériser en est une autre.

                    Dans tous les crash, on retrouve des débris. Le pentagone est une première.

                    (j’ai entendu parlé d’un autre crash où l’avion aurait complètement disparu, mais je n’en ai jamais retrouvé la référence).


                  • wesson wesson 8 septembre 2009 20:47

                    @philou17,

                    Bonsoir Philou,

                    « j’ai entendu parlé d’un autre crash où l’avion aurait complètement disparu, mais je n’en ai jamais retrouvé la référence »

                    Facile, Shanksville.

                    C’était aussi le 11 septembre. Pas un débris non plus !

                    Même lorsqu’ils se crashent en plein océan, les débris des avions on les retrouve  !


                  • wesson wesson 8 septembre 2009 21:04

                    et même lorsque l’on se désintègre à 60 Km d’altitude le cul vissé sur des tonnes de carburant, des débris on en retrouve !


                  • paul muadhib 8 septembre 2009 13:37

                    salut, je me demande l’intérêt de revenir sur ce sujet, je trouve que plus la VO revient , plus elle s’enfonce...hormis la bêtise pure, quel en serait l’intérêt ? la trouille d’être mis a nu ?


                    • Le péripate Le péripate 8 septembre 2009 13:52

                      Le Témoin du NineEleven n’est pas seulement hypercritique. Il est aussi hyperscientiste.

                      Il se délecte de calculs, de physique, de chimie. C’est son côté scientiste. C’est aussi un hyperanimiste : tout doit recevoir une explication, nulle zone d’ombre dans son univers, la Vérité brille de tous ses feux.

                      Pourtant une théorie scientifique ne peut être justifiée, même sur la base de très nombreuses observations, elle ne peut qu’être évaluée. Le complexe ne se laisse pas appréhender comme cela. Et le 11/9 est déjà un phénomène complexe, des dizaines de milliers de témoignages, des évènements qui ne s’étaient jamais produits avant et donc sans références, des centaines ou des milliers de décisions hasardeuses ou incompétentes dont il faut atténuer l’importance dans la rédaction d’un rapport.... Comment imaginer qu’il soit possible de tout expliquer dans ces conditions ? Le Témoin a pour armer sa foi les trous du savoir.

                      Il a aussi une Cosmogonie qui lui vient de son animisme, version dégradée de la lutte des classes . Ultra-antilibéral, ultra-anticapitaliste, il flirte parfois avec l’antisémitisme, il est disponible pour toutes explications globales et totales du monde.

                      C’est aussi un rebellocrate. Avec lui le Jour des Fous c’est tous les jours, la fête où les Fous sont les Rois, la fête du Rebelle qui démonte les Mensonges des Puissants, puisant sa joie extatique dans la Vérité qui se livre à ses déductions.

                      Le Témoin du NineEleven est un moine soldat.


                      • wesson wesson 8 septembre 2009 14:17

                        Bonjour Le péripate,

                        le défenseur de la vérité officielle n’est pas seulement convaincu, il est aussi croyant.

                        Il se délecte du monde tel que sa télévision lui présente. C’est son coté croyant.
                        C’est aussi un hyperconfiant : toute explication lorsque revétu du sceau officiel ne saurait être remise en cause, nulle zone d’ombre dans son univers, la vérité officielle brille de tous ses feux, même si elle va à l’encontre des plus élémentaires principes de la physique.

                        etc etc, je ne suis pas allé jusqu’a la tarte à la crème absolue, à savoir l’antisémitisme allégué des truthers ...

                        En fait, il s’agit là d’une défense désespérée d’un mode sociétal qui a failli. Un monde auquel vous croyez encore, et dont vous percevez bien les immenses défaut, les failles béantes. Vous avez tout simplement peur d’une vérité qui vous obligerait à réviser vos croyances les plus profondes et votre foi envers un système dont vous n’êtes aucunement responsable, mais dont vous vous faites le défenseur objectif.

                        Vous êtes bien un moine, qui tente de prêcher sa paroisse par tout moyen, envers et contre toute évidence. Mais là je ne vous apprends rien !


                      • Le péripate Le péripate 8 septembre 2009 14:34

                        Vous ne pouvez vous défendre de ma description du Témoin du NineEleven qu’en inventant un personnage fictif, le Témoin de la VO.
                        Or la plupart des gens s’occupent de leurs affaires, de leurs vies, ou de questions qui leur paraissent plus importantes. Certains même, comme je l’expliquais, savent que la connaissance est imparfaite par nature, et estiment avoir le droit d’évaluer les explications des faits du Nine Eleven par leur cohérence globale, constatant qu’aucune explication concurrente n’est pleinement convaincante, c’est le moins que l’on puisse dire. On voit bien que ce Témoin de la VO n’existe pas.
                        Bonne journée, et bonne Fête.


                      • wesson wesson 8 septembre 2009 15:55

                        vous même ne pouvez inventer autre chose pour décrédibiliser ceux qui doutent de la version officielle qu’un personnage chimérique qui synthétise tout ce qui vous dégoute. Ainsi vous ne pouvez vous empêcher de le voir antilibéral, anticapitaliste et antisémite.

                        La différence entre vous et l’auteur ; vous ne l’égalez pas en stupidité, ce qui vous permet d’avoir le bon sens minimal de ne surtout pas vous prononcer sur l’argumentaire scientifique.

                        Il ne reste donc de votre propos que le blob habituel de votre haine quotidienne envers ceux qui ne partagent pas votre échelle de valeur.

                        Je n’aime habituellement pas trop vous répondre car c’est finalement la seule chose que vous recherchez, et c’est accorder à vos propos une importance qu’il n’ont pas. Vous gesticulez en tout lieu, en toutes occasion et sur tout sujet en le ramenant à vos 2 obsessions profondes : le libéralisme et l’antisémitisme. Tout le reste n’étant pour vous que prétexte à tout ramener à cela.

                        Les maniaques, ma maman m’as toujours dit de pas leur répondre. Je devrais l’écouter plus souvent !


                      • Philou017 Philou017 8 septembre 2009 20:04

                        Le péripate : « Le Témoin a pour armer sa foi les trous du savoir. »

                        Bien au contraire. La plupart des truthers ont des centaines d’heures d’études sur le 11 Septembre. Si l’écroulement de tours est un phénomène inédit, ca n’empêche pas de réfléchir et d’y appliquer les lois de la physique et le crible de l’analyse.

                        Contrairement aux imbéciles comme le péripate qui n’ont aucune connaissance sérieuse du dossier et se contentent de lancer des anathèmes et des insultes en guise d’arguments.

                        A l’évidence dans le but de se conforter dans leur attitude d’autruches sentencieuses, discourant sans fin sur les « déviations » conspirationnistes, plutôt que de prendre le risque d’affronter une réalité trop dérangeante et déstabilisante.


                      • Le péripate Le péripate 8 septembre 2009 22:58

                        Vous avez raison Philou. Non seulement je fais toujours des scores médiocres aux épreuves de QI (hélas !!!), mais en plus je n’ai qu’une idée superficielle du dossier. C’est vrai que j’ai compris que tout n’était pas bien écrit comme dans un roman de John Le Carré, mais c’est tout. Je n’ai pas accès aux intuitions brillantes qui sont les vôtres.
                        Désolé.


                      • Philou017 Philou017 8 septembre 2009 23:31

                        Pas tellement question d’intuition, mais de connaissances et d’honnêteté. Et puis vous n’êtes pas obligé d’insulter les gens qui ne sont pas d’accord avec vous.


                      • Le péripate Le péripate 9 septembre 2009 08:31

                        Je vous aurais insulté Philou ? Alors, c’est sans m’en rendre compte.Mes excuses les plus plates. Au fait que veut dire à votre avis « Contrairement aux imbéciles comme le péripate » ? C’est certainement une évaluation scientifique.


                      • Redj Redj 8 septembre 2009 14:08

                        Oui enfin bon, à part descendre en flèche les arguments des « conspirationnistes » avec les votres du genre « ils ont tord ils sont tordus », vous ne prouvez rien du tout. D’ailleurs, vous ne le pouvez pas car tous les documents sont classés « top secret ».
                        De plus certains de vos arguments ne peuvent que faire sourire, comme le plan où l’on apprend que des centaines de chimistes ont retrouvés des débris humains éparpillés dans tout le pentagone, alors que l’avion y a à peine pénétré. Et le reste et à l’avenant.

                        Je pense qu’il est sain de douter, sans privilégier aucune thèse, lorsqu’on voit in fine à qui profite les évènements qui ont suivi, je veux bien sûr parler de l’industrie militaire et pétrolière américaine, dans lesquels les néo-cons au pouvoir avaient tous des intérêts économiques.

                        Un vieil adage policier dit toujours : cherche à qui profite le crime...


                        • Mathieu 8 septembre 2009 14:11

                          Est-ce que quelqu’un peut me dire ce qu’il y a dans cette « VO » mythifiée du 11 septembre ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès