• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Chili : Tout le monde doit voter Boric ! Contre Kast le pinochetiste

Chili : Tout le monde doit voter Boric ! Contre Kast le pinochetiste

JPEG

Le pinochetiste Kast a remporté de façon surprenante le premier tour de la présidentielle avec 1 961 122 voix contre 1 814 809 du candidat du FA Gabriel Boric. La raison de ce résultat est que le candidat réactionnaire et misogyne du Front social chrétien à tirer profit de la crise politique du gouvernement Piñera. Cette crise politique qui a eu un tel impact sur les primaires de Vamos Chile en laissant derrière lui le candidat de l’UDI Lavín et qui a ensuite signifié le déraillement de Sichel, a permis à Kast d’entraîner le vote de la droite et d’obtenir au premier tour un peu plus de 200 000 votes que la droite a obtenus avec le rejet au plébiscite de 2020, presque un demi-million de voix de moins que celles obtenues par Piñera au premier tour de 2017.

Le résultat électoral de Gabriel Boric montre qu’il’a pas réussi à organiser, regrouper et entraîner dans le vote la grande partie des 5,8 millions de voix qui se sont exprimées en faveur de l’approbation du plébiscite constitutionnel. Boric et son alliance avec le PC’ont pas réussi à vaincre Kast parce que pendant toute la campagne électorale, il s’est éloigné des revendications populaires qui sont toujours en suspens et non résolues depuis l’explosion sociale et s’est présenté comme le candidat de l’Accord de paix qui a sauvé le gouvernement Piñera et le régime pourri, ce qui lui donne maintenant un espace pour la réorganisation électorale de la droite. Boric s’est positionné contre le quatrième repli, a manifesté contre la liberté des prisonniers politiques en cherchant à « se tourner vers le centre », alors que ce centre est en crise et’a capitalisé qu’un peu plus de 11% des voix avec la candidature de Yasna Porvoste ; laissant ainsi – en plus de la faillite de la Liste du Peuple – sans représentation électorale les centaines de milliers de personnes qui se sont mobilisées en octobre 2019.

Les élections ont démontré l’approfondissement de la crise politique dans le pays, puisque les partis traditionnels de la Concertación sont passés derrière les candidats qui’ont pas participé aux primaires et que 12 des 24 partis légaux ont perdu leur légalité. Une expression de cette crise est également les votes obtenus par Parisi, un candidat qui, bien qu’il ne soit pas au Chili parce qu’il se trouve toujours aux États-Unis, car il est recherché pour être arrêté pour non-paiement de pensions familiales, a obtenu 12,8 % des votes. La chute des partis traditionnels du régime, ainsi que la crise sociale croissante, la crise économique de Covid, les bas salaires et la paupérisation de la vie ont provoqué une polarisation politique que Kast a su tirer profit de la droite et que nous devons maintenant vaincre. 

Kast est un pinochetiste qui cherche à écraser les luttes et nous devons le battre dans les urnes en votant pour Boric. 

La candidature de J.A. Kast, son programme, ses alliances, ses antécédents familiaux et ses déclarations publiques montrent qu’il est un fidèle défenseur de la dictature pinochetiste qui a assassiné, torturé, fait disparaître et persécuté des centaines de milliers de combattants sociaux et politiques pour imposer le Plan Condor et appliquer le modèle économique que jusqu’aujourd’hui tous les gouvernements ont maintenu en héritage et contre lequel des millions de personnes se sont soulevées lors de la révolte sociale d’octobre 2019. Kast est un défenseur des organisations de répression et de torture telles que la DINA ou le CNI ; Kast est un ami et un partenaire politique du meurtrier Krassnoff et du député Johannes Kaiser. Dans son programme politique pour les élections, il a exprimé des positions qui lui ont valu le surnom populaire de "Bolsonaro chilien" ou "Trump du Chili". Sa misogynie se reflète dans son rejet des droits des femmes, contre les droits des dissidents sexuels, qu’il continue à pathologiser et à poursuivre. Contre les migrants, il a proposé de construire un fossé dans le nord du pays pour empêcher leur entrée, et il a soutenu et encouragé les actions xénophobes contre les migrants vénézuéliens. Kast demandera au gouvernement simultanément de soutenir le modèle, et de l’approfondir. Il cherchera à maintenir les prisonniers politiques en prison de même qu’à accentué la répression et la criminalisation de la contestation sociale, le tout au service du maintien de la répudiation de l’AFP, de la prise en charge des entreprises qui pillent nos ressources et polluent l’environnement, du licenciement de 30 000 personnes. Kast’est pas seulement la continuité du gouvernement de Piñera, Kast représente le plus réactionnaire de la droite qui exige une main de fer contre ceux qui luttent. Kast ne peut pas passer et nous devons le battre dans les urnes en votant massivement pour Boric ! 

Pour l’unité la plus large contre Kast : Des comités unitaires pour le vote pour Boric ! 

La menace claire posée par Kast exige l’unité la plus large pour le vaincre. Il’y a pas lieu pour la neutralité, et nous ne pouvons pas rester indifférents au danger qui nous guette. Kast a déjà le soutien de la majorité des organisations de droite telles que l’UDI, Evopoli, le RN, entre autres. Les médias de masse dans leur ensemble cherchent à édulcorer ses positions afin de cacher le danger et les grands capitalistes – en particulier le capital financier – et chercheront à soutenir sa candidature. Pour notre part, les travailleurs et les centaines de milliers de personnes qui’ont pas voté au premier tour à cause d’une méfiance et d’une apathie légitimes à l’égard du régime d’exploitation et de corruption, nous devons organiser le vote pour Boric depuis la base.

Depuis le MST, nous appelons les travailleurs, le peuple, les femmes, les dissidents, les territoires et les peuples indigènes à voter massivement pour Boric afin de battre Kast au second tour comme une étape urgente et nécessaire. Ces comités sont nécessaires, parce que nous ne pouvons pas improviser cette bataille et parce que nous devons être organisés pour défendre et étendre notre vote pour Boric sur les lieux de travail et d’étude, dans les rues, les places et les avenues.

Cet appel à l’unité la plus large pour le vote en faveur de Boric ne signifie pas que nous attendons un gouvernement FA+PC. Nous nous différencions de leur politique tout en luttant ensemble côte à côte pour vaincre Kast, et nous demeurerons mobilisés dans la lutte indépendante pour chacune de nos revendications et dans le soutien permanent aux luttes en cours qui continuent à chercher une solution fondamentale à la crise capitaliste.

Nous sommes clairs : pour battre Kast, nous devons voter pour Boric et nous organiser pour que ces votes montrent toute la fureur et la colère du peuple. La défaite du pinochetiste Kast sera un triomphe du peuple travailleur qui ouvrira un nouveau chapitre dans la lutte sociale et politique, nous serons dans de meilleures conditions pour approfondir la mobilisation pour des salaires et des pensions décents, pour en finir avec les AFP qui volent nos cotisations. Pour en finir avec le Code du travail qui nous condamne à la précarité et à la flexibilisation et pour gagner la négociation de branche et le droit de grève. La défaite de Kast sera un nouveau jalon pour la lutte pour l’éducation et la santé publique et pour mettre fin à la privatisation et au profit. La défaite de Kast au second tour est une gifle pour les réactionnaires et pour la défense des droits des femmes et de la dissidence ; pour mettre fin à la violence sexiste, pour obtenir un avortement légal, sûr et gratuit, une éducation sexuelle complète et un quota de travail, ainsi que la santé et l’éducation pour que les transgenres cessent de mourir à l’âge de 37 ans. La défaite de Kast est une étape obligatoire pour mettre fin à la constitution et au modèle Pinochet, pour la liberté des prisonniers politiques, la démilitarisation du pays, la fin de la répression et le démantèlement des carabiniers et l’autodétermination du peuple Mapuche.

Aujourd’hui, combattons sans pitié Kast et ses alliés ! Aujourd’hui, organisons des comités unitaires dans chaque quartier, école et lieu de travail pour voter pour Boric ! Aujourd’hui et toujours, continuons à nous mobiliser pour mettre fin à ce système d’exploitation et d’oppression en chassant les capitalistes et les bureaucrates du gouvernement et en le remplaçant par un gouvernement des travailleurs et des peuples qui organise démocratiquement la société au service des travailleurs et des secteurs populaires et non des grands capitalistes. Mettons-nous au travail ! Il n’y a pas de temps à perdre.

 

Le 30 novembre 2021

Mouvement Socialiste des Travailleurs, section de l’UIT-QI au Chili

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.75/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • wagos wagos 16 décembre 2021 18:08

    C’est déjà le bordel chez nous , alors on a rien à foutre au Chili....chacun sa soupe ! 


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 16 décembre 2021 20:40

      @wagos
       Heureusement qu’il n’y a pas que la France sur terre et je ne vois aucune solution qui soit purement nationale. C’était jadis l’avis unanime de tous les militants du mouvement ouvrier : de Jaurès et des autres, du PS (pardon SFIO) et du PCF... Mais depuis qu’ils ont trahi ; trahi et trahi nous en sommes-là. Il est maintenant banal et normal de dire : « alors on a rien à foutre au Chili....chacun sa soupe ! ».

      Il est même banal de dire haut et fort : « moi ! je suis raciste ! ». Il y a quelques décennies ils disaient : « Je ne suis pas raciste, mais... »

      Moi, je m’intéresse au Chili et d’ailleurs le parti pour lequel je milite est dans une internationale l’UIT-QI. Pour moi, les partis franco-français n’ont aucun intérêt. Ceux du mouvement ouvrier ne peuvent que trahir, trahir et trahir.


    • Garibaldi2 17 décembre 2021 03:10

      @wagos

      C’est vrai que c’est le bordel chez nous, peut-être parce que certaines de nos forces de police ont importé des comportements pinochistes :

      https://www.youtube.com/watch?v=J7ic9g3bplM

      Pour le moment je n’en ai pas entendu parler sur Cnews ! Allo Pascal ’’Prout’’.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 17 décembre 2021 09:00

      @Garibaldi2
      Merci. Cela mérite d’être connu. Je ne sais pas si BFMTV en a parlé. Mais... le rapport avec mon article n’est pas évident... Ah ! Oui ! Il s’agit des méthodes de Pinochet qui ont été importée.


    • chantecler chantecler 17 décembre 2021 09:16

      @Jean Dugenêt
      Ce qui est intéressant c’est qu’A. Pinochet à instauré le libéralisme (Chicago boys) suite à un coup d’état plutôt sanglant ,alors que M. Thatcher et R. Reagan l’imposaient pas voie démocratique , et qui s’est répandu dans toute l’UE
      Ce qui veut dire qu’à tous les coups les gens l’avaient dans l’os .
      La « fin de l’histoire », ther’ s no alternative , a t’on raconté aux gens ....


    • Garibaldi2 17 décembre 2021 09:42

      @chantecler

      La grande réforme du copain de Maggie ce fut le régime de retraite par capitalisation qui est aujourd’hui un échec complet au bout de 40 ans de cotisations, car il verse des retraites de misère. Les Chiliens sont descendus dans la rue pour demander une réforme : https://www.ouest-france.fr/monde/chili/le-systeme-de-retraite-chilien-au-bord-du-gouffre-7b2ceef8-2bf2-11ec-ad05-746723b15d1d

      A noter que les militaires et les forces de police chiliens n’ont pas été soumis à cette réforme par capitalisation et que c’est l’état qui leur verse leur retraite !!!


    • chantecler chantecler 17 décembre 2021 10:02

      @Garibaldi2
      C’est ben ce que j’ai tenté d’expliquer !
      Au moins la retraite par répartition oblige à conserver de l’emploi .
      Si pas d’emploi , pas de retraite .
      Avec les retraites à points , si tout le travail est délocalisé, les caisses sont vides et c’est les yeux pour pleurer .
       


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 17 décembre 2021 19:50

      @chantecler
      Bonsoir et merci pour cette contribution.

      Qu’il s’agisse du Chili ou de la France, nous sommes confrontés à la même politique de l’impérialisme US qui cherche à imposer sa domination autant en Amérique Latine qu’en Europe mais pas avec les mêmes moyens. Pour s’imposer en Europe, l’impérialisme américain a surtout mis en place l’UE qui complète le dispositif de l’OTAN. Pour l’Amérique latine cet impérialisme dispose de tout un ensemble de moyens. Les coups d’Etat comme celui de Pinochet en font partie.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 17 décembre 2021 19:51

      @Garibaldi2
      Exact. Merci.


    • wagos wagos 17 décembre 2021 11:13

      Et donc ce crado barbu genre Che Guevara va ramener le Chili au bonheur suprême ?

      Avec quels moyens ?

      Ah oui...Moscou ! ...manque de bol, c’est plus l’URSS....


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 17 décembre 2021 18:23

        @wagos
        « Et donc ce crado barbu genre Che Guevara va ramener le Chili au bonheur suprême ? »

        Outre que dans le style vous exprimez votre mépris du mouvement ouvrier (ce crado barbu) vous n’avez manifestement pas lu l’article ( à moins que vous n’ayez rien compris). Personne ne dit qu’il va " ramener le Chili au bonheur suprême

        « . Il ne s’agit que d’une échéance électorale et nous savons qu’une élection n’a jamais fait de miracle. Je peux dire la même chose dans des termes qui vous feront particulièrement plaisir : le marxisme et l’expérience nous enseignent que les travailleurs n’obtiendront rien par des voies purement parlementaires.

        Il s’agit seulement à cette étape de battre les candidats du capital en faisant ce que les traitres du mouvement ouvrier veulent interdire en France : voter pour un candidat unique du mouvement ouvrier. Il s’agit seulement de prendre un point d’appui pour les combats à venir.

        Il est notamment écrit dans ce texte :

         »nous demeurerons mobilisés dans la lutte indépendante pour chacune de nos revendications et dans le soutien permanent aux luttes en cours qui continuent à chercher une solution fondamentale à la crise capitaliste.« 

         »nous serons dans de meilleures conditions pour approfondir la mobilisation pour des salaires et des pensions décents, pour en finir avec les AFP qui volent nos cotisations. Pour en finir avec le Code du travail qui nous condamne à la précarité et à la flexibilisation et pour gagner la négociation de branche et le droit de grève.« 

         »La défaite de Kast est une étape obligatoire pour mettre fin à la constitution et au modèle Pinochet, pour la liberté des prisonniers politiques, la démilitarisation du pays, la fin de la répression et le démantèlement des carabiniers et l’autodétermination du peuple Mapuche."


      • wagos wagos 17 décembre 2021 22:49

        @Jean Dugenêt

        êtes vous même allé au Chili ? chez nous il y a encore tant à faire, laissons les autres chez eux
        ils ne se mêlent pas de nos affaires ! C’est leur pays, nous n’avons aucune leçon a donner aux autres .
         Ce sont des militaires Français, spécialistes reconnus de la contre guérilla et du maintient de l’ordre qui conseillaient Pinochet ...

        Pinochet lui même avait été appelé par Allende pour maintenir l’ordre ...

        Il doit bien se marrer Kast avec votre Marxisme et des combats à venir...

        On a l’impression de revenir du temps de Thorez et Frachon qui prêchaient la bonne parole Marxiste à des illettrés alcooliques pour leur faire miroiter le grand soir ! 

        En 81 quand Mitterrand a été élu....on a filé aux cocos des postes provisoire à deux ou trois ministères et ils ont été virés du gouvernement en moins de deux ...


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 18 décembre 2021 08:14

        @wagos

        "On a l’impression de revenir du temps de Thorez et Frachon qui prêchaient la bonne parole Marxiste à des illettrés alcooliques pour leur faire miroiter le grand soir"

        Qui sont aujourd’hui les illettrés alcooliques qui sont certains d’appartenir à l’élite de l’humanité ? Celui qui leur prêche la bonne parole est payé pour monopoliser les plateaux de télés des milliardaires. Il s’appelle Zemmour.

        Ceux qui veulent en France comme au Chili un candidat unique du mouvement ouvrier sont dénigrés par ces mêmes télés qui s’empressent d’interviewer les traitres pour montrer que c’est impossible.

        Il est inutile de vous évertuer à me montrer que les gouvernement de Front Populaire comme celui d’Allende au Chili ou celui de Mitterrand en France mènent les travailleurs à la défaite si nous les laissons faire.

        Je vous ai bien dit ce qu’il faut attendre d’un tel gouvernement au Chili et l’article dit bien ce qu’il faudra faire si un gouvernement avec Boric se met en place. Le problème est le même en France. Tout cela confirme que c’est bien un parti mondial qu’il faut construire. La politique franco-française ne m’intéresse pas.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité