• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Citoyens d’un monde qui manquera de tout

Citoyens d’un monde qui manquera de tout

 Les citoyens d’un même ensemble, les nantis comme les démunis, doivent se plier à une même autorité, à un même code moral, à une même loi. L’Amour fut proposé comme Dieu indépassable à l’aube de la civilisation dominante actuelle. Les puissants l’adoptèrent pour garder leur puissance, les misérables parce qu’ils n’avaient rien d’autre qui pouvait les soulager. « L’amour excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout. L'amour ne meurt jamais. ». Avec une telle définition, les uns pouvaient tricher et les autres croire. Après presque deux millénaires d’emprise, le Dieu-Amour fut déclaré mort, et certains de ses enfants essayèrent d’installer la fraternité à défaut d’amour jugé trop difficile à faire régner dans un collectif. Encore fallait-il que chacun reconnaisse ses homologues comme des frères !

 Les citoyens d’un certain monde estiment que les habitants de la Terre forment un peuple commun avec les mêmes droits et devoirs, en dehors des clivages nationaux. À l’horizon des prochains siècles, l’argent représente la seule valeur acceptée par tous et partout. Sa détention permet la consommation, la subordination d’autrui, une acceptation sociale. L’argent permet la formation de pyramides hiérarchiques indépendamment du sexe, de la race, de la religion, de la culture, de la naissance. La valeur argent est peu associée au passé et au futur, c’est principalement un instrument de jouissance ou de satisfaction immédiate. Sa possession entraîne l’individualisme : nulle aide, et encore moins d’amour, n’est plus nécessaire lorsqu’on peut se payer les services de ceux qui ont les compétences ou les traits qui vous manquent.

 L’économie se retrouve ainsi au centre de toutes les préoccupations pour homogénéiser les populations de la Terre. Il n’existe aucune théorie scientifique économique indiscutable et indiscutée. Son existence nécessiterait une définition précise du bonheur et du progrès, ce qui n’est guère possible dans un monde qui garderait les différences comme valeurs essentielles. Plutôt que de proposer une théorie qui rend compte du comportement des individus et des sociétés, la démarche inverse fut peu à peu imposée : les individus sont invités à se comporter selon une théorie : le bien commun résulte d’un choix rationnel lors des transactions individuelles, les idées qui s’adressent à tous sont forcément nuisibles. Le sacré était alors cantonné aux rituels et les idéologies vouées aux gémonies.

 Toute autorité, celle liée à la fortune comme les autres, ne souhaite qu’étendre son emprise. Sans contre-pouvoir, les plus fortunés tendent donc à s’enrichir démesurément et trouvent pour le justifier mille bonnes raisons. Les réglementations pourraient limiter leurs prétentions, mais nulle autre source de sacré n’étant proposée, elles ne peuvent que corriger à la marge le phénomène. 

 Le secteur improductif (non agricole ou industriel) envahit peu à peu l’ensemble des activités de tous les pays. En France, le secteur tertiaire représente 75% des activités, près d'un tiers des employés travaillent dans le secteur de l'administration publique, de l'enseignement, de la santé et de l'action sociale. Le développement du secteur tertiaire a particulièrement bénéficié aux femmes puisque leur part dans ce secteur représente environ 60 % des emplois. Toutefois, les révolutions qui s’annoncent sont bien plus profondes qu’une simple féminisation des postes de responsabilité : l’individu⋅e va supplanter les partis, les clans, les fratries, les idéologies vont laisser la place aux intérêts, le fort au beau, le vrai à l’apparence, la raison aux émois, le naturel aux artifices. 

 Et un autre réel remplacera l’ancien.

 Les femmes, longtemps privées des ors du pouvoir, peuvent légitimement briguées aux postes dont elles étaient presque systématiquement écartées jusqu’à nos jours. Elles utilisent quelquefois leur féminité comme coupe-file plutôt que leur compétence, mais c’est un prêté pour un rendu vis-à-vis de leurs concurrents masculins qui pratiquent le même comportement depuis la nuit des temps. Mais la révolution des femmes est aussi une arme de guerre pour imposer un modèle sur l’ensemble de la planète, en particulier dans les pays musulmans.

 Les défis à relever (la raréfaction des sources d’énergie et des matières premières en particulier) sont si terribles que peu de latitude est accordée pour éviter le combat final d’ Armageddon. Une surveillance de masse est nécessaire pour éviter toute rébellion induite par les manques inévitables qui vont se produire. La tenue en ordre de toutes les communications, tous les achats, toutes les visites, tous les voyages de chacun des terriens est maintenant possible grâce à Internet. Une police de la pensée se met en place avec l’agrément, avisé ou non, de tous par une espèce d’auto-surveillance.

 Puisque le monde va manquer de tout, il faut distraire les populations en les faisant consommer ce qui n’a aucune substance, ni morale, ni matérielle. Une nouvelle réalité est construite pour donner un espace de consommation abstraite, virtuelle, aux internautes. Une définition de la réalité ne va pas de soi. Les forces de la raison permettent de découvrir les supercheries et les faussetés mais ne mènent pas de manière sûre au vrai. Le Vrai imposé comme une vérité incontournable et indépassable a toujours procédé d’un groupe, d’un parti, devenu assez puissant pour dominer. Cette fois le système dominant est tellement installé que chacun et chacune le suit sans que des consignes particulières aient besoin d’être données. La discipline est obtenue par la recherche éperdue des jouissances immédiates. 

 L’homme est biologiquement associé au fort, tandis que la femme l’est au beau, l’un domine, l’autre attire. Le besoin d’immatériel, ou la prise de conscience de la finitude du réel, a toujours été un trait marquant de la gent féminine qui ressent dans sa chair le besoin d’infini. L’homme fort s’accapara le divin au début de notre ère, il s’empara de l’immatériel à des fins terrestres. Le fort se confondît avec le beau, le pur, l’immaculé pour berner la multitude. Les dominants ont offert les jouissances de l’instant à la multitude pour les détacher du sacré et de l’Amour. N’ayant plus rien de matériel à offrir à profusion, ils comptent sur les jouissances virtuelles, l’apparence du beau, pour continuer leur emprise sur le monde.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • pipiou 28 novembre 2017 12:09

    Pour l’instant on est loin de manquer de tout, donc la prophétie de l’auteur est un peu audacieuse.
    D’autant plus qu’avant de manquer de tout on passera forcément par une phase de pénurie et donc de sobriété.

    Après le mythe des maîtres du Monde qui nous font faire ce qu’ils veulent c’est simpliste ... mais facile à comprendre.

    Et je ne comprends pas en quoi la distraction est un problème. Une société qui s’ennuie est-ce plus sympathique ?

    Et considérer que ceux qui ne produisent pas du matériel sont improductifs c’est un peu dépassé comme vision économique.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 novembre 2017 13:05

      @pipiou
      Une fraction de la population des pays développés manquent déjà de beaucoup de choses. On passera, c’est certain, par une phase de pénurie, mais pas forcément pour tout le monde ce qu’impliquerait la sobriété.
      Il y a évidemment des maîtres du monde puisque les démocraties sont peu à peu vidées de leur pouvoir.
      La distraction n’a rien de nuisible, c’est l’addiction aux seules jouissances qui pose problème. Dans une cinquantaine d’années, le manque de beaucoup de choses rendra toute sa valeur au secteur productif, les robots ne nous aideront pas beaucoup.


    • pipiou 28 novembre 2017 15:09

      @Jacques-Robert SIMON
      De quoi manquent selon vous cette fraction la population des pays développés, qui est franchement peu représentative vous en conviendrez ?
      Vos « visions » sont quelque peu péremptoires ! Vous connaissez Malthus j’espère.

      Si la distraction n’est pas nuisible alors revisitez votre article qui laisse penser le contraire.

      Et ce n’est pas parce que les démocraties perdent leur efficacité qu’il y a des maitres du Monde qui décident de tout, c’est très simpliste. Si vous êtes vraiment chercheur au CNRS vous devez être capable de beaucoup mieux.

      A part ça on ne sait toujours pas ce que vous appelez secteur productif.

      Au final c’est très « millénariste » comme discours. Mais pour pronostiquer la fin du monde il faut être plus convaincant.


    • François Vesin François Vesin 28 novembre 2017 16:07

      @pipiou
      «  Pour l’instant on est loin de manquer de tout »


      Pouvons-nous savoir qui est « on » ?

      La « distraction » est un crime contre l’humanité
      quant elle consiste à faire semblant de ne pas voir
      que près de 2 milliards sont affamés(1) et que
      1,2 milliards n’ont pas accès à l’eau potable (2)


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 novembre 2017 17:23

      @pipiou
      Vous avez remarqué que les conditions de travail empirent en même temps que le chômage augmente ou stagne. Par exemple : « La pauvreté aux États-Unis concerne officiellement 43,1 millions de personnes, soit 13,5% de la population américaine en 2015 ».
      Je connais M. Malthus, M. Macron aussi : il vient de recommander une maîtrise de la natalité par l’émancipation des femmes africaines. C’est en effet nécessaire pour qu’une transition à peu près paisible se fasse.
      Le secteur productif produit un bien concret, pesable, quantifiable. Avec le nombre de photons qui tombent sur terre, on ne peut en produire qu’une quantité finie. Pour les services, les normes, les administrations... il n’y a aucune limite à leur envahissement.
      Le groupe de Bilderberg représente le mieux connu du cercle des maîtres du monde. Vous trouverez la liste des participants sur Qwant.Ce n’est pas la seule liste mais au total vous obtiendrez quelques milliers de personnes (sur plus de 7 milliards d’habitants).
      Je fus chercheur au CNRS où j’ai étudié les cellules solaires et les transistors à effet de champ entre autres choses ;
      Le désastre que j’annonce est annoncé par tous les scientifiques sérieux, et j’en connais une multitude (ceux du GIEC par exemple, les 15 000 signataires de la pétition...)


    • pipiou 28 novembre 2017 21:00

      @Jacques-Robert SIMON

      Bon vous voyez bien qu’une « transition paisible » est possible.
      Des pauvres il y en a toujours eu sauf que les pauvres d’aujourd’hui vivent mieux que ceux d’hier.

      Vos « maitres du Monde » sont juste des gens plus ou moins puissants qui se réunissent, ce ne sont pas pour autant eux qui décident de la marche du monde, vous fantasmez comme beaucoup d’autres sur Internet.
      Quand vous étiez chercheur vous deviez avoir une démarche plus lucide.

      Le GIEC n’annonce pas spécialement que l’on va manquer de tout, n’essayez pas de récupérer la parole des autres pour vos propres prédictions.


    • pipiou 28 novembre 2017 21:03

      @François Vesin
      qui est « on » ? ... Les pays développés dont « on » (vous et moi) sommes citoyens.

      Question un peu « on », tout comme vos remarques sur les crimes contre l’humanité et les affamés.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 novembre 2017 09:47

      @pipiou
      Je ne fais aucune prédiction, juste des règles de trois. Au CNRS et ailleurs il y a des commissions et des collègues qui vous évaluent.


    • Le Panda Le Panda 28 novembre 2017 13:29

      La qualité des explications et je dis merci ne coupe rien à la valeur, de sortir du virtuel. Jamais moi qui suit tout ce qu’il a de plus autant anti Macron, je n’ai apprécié son discours celui qu’il fait en ce moment. Il reprend à quelques mots proches l’ensemble de mon article sur le besoin de donner aux femmes le besoin d’être elle-même. Nous sous la dictature d’un pouvoir ou des hommes. Dans mon article en modération sur l’Egypte, je suis fier d’être le seul à avoir écrit u article, qui n’arrive pas à sortir, malgré un plus 7. Être Charlie à un moment de deuil de la France et de ses enfants, tués assassinés par des fanatiques. Ne doit pas nous faire perdre le sens que les femmes les familles d’Egypte sont touchés dans leur foi. Alors parler d’égalité oui, mais pas à sens unique, ni en fonction de religion, ou de couleur de peau. C’est mon message que chacun fasse le sien. Merci à Macron pour une fois !


      • #Shawford Shawford 28 novembre 2017 13:46

        @Pandaphobia


        Non au racolage des Pandas sur la voie publique !
        Oui à la traduction simultanée humain/panda !

      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 novembre 2017 13:48

        @Le Panda
        Les propositions de M. Macron sont pertinentes et intelligentes.
        Quant à l’Égypte, faites-vous allusion à ceci :
         "Des avions de combat égyptiens ont bombardé, lundi, des positions de l’organisation de l’État islamique en Libye, après que la branche libyenne du groupe jihadiste a revendiqué la décapitation de 21 chrétiens coptes dans une vidéo."


      • Le Panda Le Panda 28 novembre 2017 13:53

        @Jacques-Robert SIMON
        Bonjour,

         « Des avions de combat égyptiens ont bombardé, lundi, des positions de l’organisation de l’État islamique en Libye, après que la branche libyenne du groupe jihadiste a revendiqué la décapitation de 21 chrétiens coptes dans une vidéo. »

        merci de votre question absolument pas !!!!


      • Claude Simon Claude Simon 28 novembre 2017 16:31

        @Le Panda


        C’est inquiétant, le Panda est une espèce en voie de disparition. Va t’on devenir une Micron espèce ?

      • Claude Simon Claude Simon 28 novembre 2017 16:20

        C’est un peu cruel à entendre, mais c’est moins déprimant que par le passé. Ou que Attali.


        Chaque époque a besoin d’art, Mr Simon. Plus prétentieux que le divertissement, certes. N’oubliez pas un bon pacman, c’est pas inutile.

        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 novembre 2017 17:28

          @Claude Simon
          Lorsque c’est vraiment de l’art, bien sûr chaque époque en a besoin.


        • HELIOS HELIOS 28 novembre 2017 19:50

          il y a les peuples qui avancent, il y a les peuples qui font... et les autres !


          Le film « africa paradis » de Sylvestre Amoussou restera une fiction... une social-fiction qui n’existera jamais

          Les européens et leurs avatars comme les asiatiques s’en sortiront quand il ne restera plus rien, famine ou pas et le reste de la terre redeviendra vide.

          Ce n’est pas etre egoiste que de commencer par se developper soi-même avant de developper les autres que ce soit par pitié, bonté d’ames ou interets economiques, c’est juste le « ruissellement » du developpement que pronent les economistes appliqué aux diverses formes de societé.

          2 milliards de mal nourris c’est la consequence d’une natalité débordante, de l’absence d’organisation, de la predation et ce n’est nullement dû aux peuples europeens ou asiatiques et encore moins des penuries naturelles... aide toi et le ciel t’aidera... mais c’est vrai, c’est un dicton blanc et chretien.

          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 novembre 2017 09:48

            @HELIOS
            Ce sont les européens les plus menacés.


          • BA 29 novembre 2017 11:42

            La construction européenne, c’est uniquement une affaire de politique intérieure allemande.


            Si nous voulons comprendre pourquoi il y aura encore du glyphosate dans nos assiettes, dans nos bouteilles, dans nos verres, nous devons observer la politique intérieure de l’Allemagne.


            Le ministre de l’Agriculture allemand s’appelle Christian Schmidt. Il est membre d’un parti conservateur de droite, la CSU.


            Pour préparer les élections régionales de Bavière de septembre 2018, le ministre conservateur Christian Schmidt a choisi de plaire à ses alliés la Fédération des fermiers allemands (DBV) et la Fédération de l’industrie des pesticides et engrais (Industrie Agrar), qui sont pour le glyphosate. La Bavière est une terre d’agriculteurs, les agriculteurs sont pour le glyphosate, et Christian Schmidt veut conserver leurs votes.


            (Pour l’anecdote, la ministre de l’Environnement allemande, Barbara Hendricks, était contre le glyphosate. Elle est membre du parti social-démocrate, le SPD.)


            Une élection régionale en Bavière ! Voilà comment une élection régionale en Bavière entraîne comme conséquence le maintien du glyphosate dans toute l’Union européenne !


            La construction européenne est anti-écologique.


            Lisez cet article :


            Glyphosate : les dessous de la volte-face de l’Allemagne.


            en dupant le SPD, qui l’a accusé dès lundi soir de « rupture de confiance grave », le ministre conservateur a pris le risque de détériorer le climat déjà délétère qui règne entre les deux camps. « Peut-être espère-t-il conserver des votes », s’interroge un rival politique bavarois. Après son mauvais score aux élections fédérales de septembre, la CSU a les yeux rivés sur les élections régionales qui auront lieu en Bavière en septembre prochain.


            Siège des industriels Siemens, BMW ou Audi, la Bavière est aussi une terre d’agriculteurs. Et la CSU est la première alliée de la puissante Fédération des fermiers allemands (DBV) et de la Fédération de l’industrie des pesticides et engrais (Industrie Agrar).


            https://www.lesechos.fr/monde/europe/030946867173-glyphosate-les-dessous-de-la-volte-face-de-lallemagne-2133968.php




            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 novembre 2017 12:23

              @BA
              je suis il est vrai chimiste, mais je n’ai pas d’opinion tranchée sur le glyphosate. Je sais seulement qu’aucun produit chimique (surtout épandu à raison de 830 000 tonnes) n’est parfaitement inoffensif.
              Mais le supprimer pourrait faire beaucoup plus de dégâts.


            • L'enfoiré L’enfoiré 29 novembre 2017 14:57

              @Jacques-Robert SIMON,

               Il n’y aucune, je dis bien aucune, entreprise humaine qui n’aura aucun aspect négatif dans son prolongement.
               Les projets que les hommes entreprennent pour progresser vers le « mieux être » devront accepter des compromis dans une balance prix-performance, débit-crédit.
               Que pensez-vous que la nature face d’autre dans son évolution, sinon parfaire le vivant en permanence en augmentant les performances ?
               Et nous ne sommes sur Terre que depuis très peu de temps par rapport à l’âge de la Terre avec un brin d’intelligence en plus avec des moyens de communication plus évolués.
               La seule intelligence ?
               Absolument pas.
               Lisez le dernier S&V qui parle de l’intelligence des plantes.


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 novembre 2017 17:24

              @L’enfoiré
              La sélection naturelle se fait par hasard et par élimination a posteriori des moins performants, la sélection artificielle se fait a priori selon un objectif donné. Le résultat à attendre est bien différent.


            • L'enfoiré L’enfoiré 29 novembre 2017 18:28

              @Jacques-Robert SIMON,

               Vous parlez d’humanisme...
               J’en suis fort aise.
               Attendez encore un peu et vous allez passer au post-humanisme que certains appellent transhumanisme.


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 novembre 2017 19:54

              @L’enfoiré
              Je ne maîtrise pas (bien) ces mots.


            • jeanpiètre jeanpiètre 29 novembre 2017 11:42

              nous ne sommes même pas citoyens, juste consommateurs d’offre politique limitée


              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 novembre 2017 12:25

                @jeanpiètre
                Il est vrai que les intellectuels ou les Hommes politiques ne cherchent pas à nous informer mais à nous plaire.


              • L'enfoiré L’enfoiré 29 novembre 2017 12:54

                @Jacques-Robert SIMON

                « Citoyens d’un monde qui manquera de tout »
                Rien que ce titre, je dis stop.
                L’Occident a vécu dans l’opulence en se foutant pas mal des regards obliques des passants honnêtes, comme disait Brassens.
                Vous viviez dans un pays de cocagne et vous l’ignoriez.
                Nous sommes entré dans le monde du numérique.
                Un monde qui dit qu’il faut faire plus avec moins de moyens.
                C’est tout un autre programme qui n’est pas une révolution mais une évolution parfois insidieuse.
                Nous sommes tous responsables, ai-je écrit un jour comme premier article
                Vous êtes sur Internet. Vous payez pour fournisseur d’accès, et puis, vous utilisez.
                C’est la pub qui payera le reste, quand la pub n’est pas en crise.
                Alors, on vous demande une contribution financière.
                On ne fait rien sans pognon, cher Jacques-Robert.
                Que ce soit du pognon sous n’importe quelle forme et qui donne un potentiel.
                Cette nuit, le bitcoin a dépassé les 1000 dollars.
                Tout est investissement sur un futur qui n’est pas clair.
                Le mur des lamentations n’est pas ici.
                Les intellos ne cherchent pas à vous informer mais à vous plaire...
                Quelle blague.
                J’ai bien ri à lire cela.


              • L'enfoiré L’enfoiré 29 novembre 2017 12:59

                Votre « à propos » dit
                Chimiste, Chercheur au CNRS, Professeur à l’Ecole Supérieure de Physique et de Chimie Industrielles de la ville de Paris (ESPCI). Devenu auto-entrepreneur afin d’éditer des textes scientifiques en Français et des commentaires politiques sans a priori militant. "

                Et vous dites que vous n’êtes pas intello ????
                J’ai une formation de chimiste sans jamais exercé mais j’ai viré dans le secteur des technologies nouvelles.
                Je n’ai jamais eu à manipuler du glyphosate...


              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 novembre 2017 17:26

                @L’enfoiré
                Durant ma vie, je n’ai jamais payé ce qui avait le plus de prix.


              • L'enfoiré L’enfoiré 29 novembre 2017 18:31

                @Jacques-Robert SIMON,
                 C’est une preuve d’une intelligence.
                 Mais c’est aussi une preuve que vous serez peut-être viré de vos propres entreprises parce que vous serez considéré par d’autres comme trop cher alors que vous espériez de faire mieux que vos concurrents.
                 Il y a moyen de parler des heures sur ces points.
                 Un billet avec ses commentaires ne seraient pas suffisants.


              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 novembre 2017 19:56

                @L’enfoiré
                Je plains les gens qui vivent cette angoisse.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès