• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > CLOVIS, Fondateur de la France. Volet N° 1

CLOVIS, Fondateur de la France. Volet N° 1

Qui est Clovis, ce personnage qui, par son baptême vers 496, va imprimer au cours de l'Histoire européenne une trace puissante et indélébile en devenant le fondateur de la monarchie franque  ? Il succède en 481 à son père Childéric 1er, comme roi des Francs Saliens et entreprend de regrouper sous son autorité, toutes les tribus franques et tout le territoire de la gaule.

Vers 496, Clovis se convertit au christianisme.

Le baptême de Clovis reste, par sa portée politique, l'un des éléments fondateurs de notre pays. Cette décision d'importance capitale vaudra au roi franc, premier roi barbare converti, l'appui du clergé, l'encouragement de Constantinople qui lui décernera le titre de « patrice ». Une majorité de tribus gallo-romaines présentes en Gaule se ralliera à lui. Ce ralliement facilitera la fusion des populations indigènes – gaulois romanisés et germaniques – et débuteront des alliances matrimoniales au niveau de l'aristocratie.1

L'historiographie :

Paradoxalement à l'importance de cet événement, peu d'archives, peu de documents écrits de la main même de Clovis, constituent une difficulté supplémentaire pour les historiens désireux de se pencher sur la vie de ce roi franc. Mais il reste des pièces essentielles considérées comme des traces sérieuses pour que les historiens depuis le XIXe siècle se soient penchés dessus : un document écrit de la main même de Clovis qu'il adresse aux évêques de son royaume, six diplômes conservés, mais apocryphes. Il semblerait également que Clovis soit l'auteur d'un document établissant les premières règles de la loi salique2. Un anonyme de l'époque ayant rédigé le « prologue ». En général les rois et les empereurs ont tous laissé des monnaies frappées à leur effigie, mais de Clovis, point. Aussi, il est bien difficile de se le représenter physiquement, bien que les illustrateurs du XIXe siècle, nous en aient brossé un portrait conforme à la représentation classique du Germain de l'époque : blond aux yeux clairs, barbe et longue moustache, cheveux longs, la tête coiffée d'un casque. Il existe également une représentation de Clovis sur les fonds baptismaux, datant du XIIIe siècle. Également une tapisserie conservée à la cathédrale de Reims, datant du XVIe siècle, représentant le baptême de Clovis.

Mais c'est Grégoire de Tours3 qui nous apporte les plus grands éclaircissements sur Clovis, en entreprenant un travail d'historien, à partir des textes des annalistes du Ve siècle après JC. Ces récits sans fioritures sont rendus par ces même analystes profanes et religieux, dans un style sobre et réaliste.

L’œuvre de Grégoire de Tours

Elle est très importante et a fait de nombreux émules. Mais au moment où nous nous attendrions à ce que Clovis fût à travers les siècles sorti des « ténèbres de l’histoire », au vu de son rôle prépondérant quant à la construction de la France, eh bien, on peut dire qu'il a été quasiment « oublié » et que la gloire de Charlemagne, si chantée, célébrée, a malheureusement un peu occulté Clovis, pourtant fondateur de la monarchie franque. Il est, en effet, de bon ton de prétendre que Charlemagne serait le véritable fondateur de la monarchie franque. Or, ce postulat est faux. Clovis fait partie de « l'âge héroïque » de l'époque franque et son baptême ne peut être considéré avec légèreté quant aux conséquences politiques et la fondation de la France en tant que telle.

Avant de parler de Clovis, il s'agit de définir qui était ce peuple franc ? Franc veut dire « homme libre ». Selon l'historien Godefroid Kurth4, ce peuple jette « un germe de vie dans la poussière de mort où gisait l'humanité, et il a tiré une civilisation opulence de la pourriture de l'Empire. Devenu par son baptême le fils aîné de l’Église, il a fondé dans les Gaules le royaume le plus solide de l'Europe, il a renversé les orgueilleuses monarchies ariennes, il a groupé sous son autorité et introduit dans la société chrétienne les nationalités germaniques, il a humilié et tenu en échec l'ambition de Byzance... »

Godefroid Kurth rajoute : « Par son baptême, Clovis devient donc « Maître de l'Occident » et fonde une dynastie qui va permettre à Charlemagne, plus tard, de créer un grand État : la France  », dont Clovis a jeté les fondations.

Voilà qui est dit. Car en une journée, - le jour de son baptême à Reims – Clovis tranche une bonne fois pour toutes, une question vieille de mille ans, la question romaine. Il offre à la papauté, un royaume que le manteau impérial de Charlemagne couvrira plus tard de son éclat, maître temporel du monde chrétien, ce, grâce à Clovis qui réunit, en recevant le St-Chrême, deux autorités : le roi et le pape.

Pourquoi donc prétendre que les racines de la France prennent corps dans la chrétienté ? Parce que le baptême de Clovis par le rayonnement européen qui s'ensuit, entraîne forcément avec lui, à travers les tribus franques, ralliées à Clovis, un legs commun. Et c'est à partir de ce groupe de peuples d'une même souche franque et chrétienne, que naît le Moyen-Age déjà profondément enrichi de ses racines gréco-latines ou l'épée se mettra au service de la croix : Gesta Dei per Francos.

Le génie franc :

le baptême de Clovis va jeter les bases d'une forme de pensée novatrice, issue de la vitalité intellectuelle et spirituelle de ce peuple franc. Il va mettre sur pied, la « scolastique », une méthode d'éducation de l'esprit moderne et qui va révolutionner la pensée occidentale. Plusieurs exemples de maîtres en scolastique nous viennent immédiatement à l'esprit et leurs « chefs d’œuvres » sur tout le sol d'Occident ont rayonné aisément à travers l'épopée carolingienne, aussi « haute dans leur inspiration que la pensée grecque, nous pensons immédiatement à leur équivalent grec avec Homère ».

Une pensée dont la grande vitalité a imprimé à notre civilisation son originalité qui se partage entre l'apport gréco-romain et la race franque. Pourtant, rien chez les Francs ne semblait présager une telle destinée. En effet, géographiquement, territorialement, ce peuple, ces peuplades prenaient source au-delà du monde romain. En Batavie5, plus exactement, et au moment où la civilisation gréco-romaine antique s'ouvrait au reste du monde, ces populations franques restaient plutôt « arriérées », c'est-à-dire en de ça des voies de communications, jusqu'à ce que ces tribus sortent de leurs territoires marécageux, pour des raisons souvent économiques et déferlent sur l'Europe. Ces tribus païennes et guerrières, qualifiées de « barbares » par les Romains pour qui tout ce qui n'était pas romain était donc barbare, ces peuples, vont s'extraire de leur état de barbarie où ils se trouvaient pour devenir un grand peuple ! C'est ainsi que, grâce à leur vitalité, va se révéler peu à peu, ce que l'on pourrait qualifier de « génie franc ».

La diffusion dans l'Empire de la chrétienté. Elle s'est faîte à travers l'Empire et par Rome.

Si les penseur romains, dans l'Empire romain, aux premiers siècles de l’Ère chrétienne, avaient décrété que par Rome commençait et finissait l'humanité – pour des siècles et des siècles – ce dogme politique a fait long feu. Les chrétiens des premiers siècles partageaient cet état d'esprit, même persécutés – et diffusaient à travers les « prophéties », cette pérennité de Rome. Et qu'après Rome viendrait la « fin de tout ». Les apologistes comme Tertullien, premier des écrivains chrétiens de langue latine, mort à Carthage, païen converti, exerce, notamment en Afrique du Nord, un véritable « magistère doctrinal » grâce à son œuvre « l'Apologétique », et le « Contre Marcion ». Même les chrétiens persécutés et condamnés devant leurs bourreaux, malgré la sévérité de Rome à leur encontre, continuent de louer leurs persécuteurs : « Comment pourrions-nous être les ennemis de Rome, alors que nous décrétons son éternité tant que durera le monde ?

Ils ne renient rien de la grandeur de l'Empire, bien au contraire, ils continuent malgré leur martyre, de faire son apologie.

Cependant, à mesure qu'avance la chrétienté et que pavoise le Capitole, les persécutions envers les chrétiens disparaissent et rendent l'Empire beaucoup moins odieux à une grande partie de ses sujets, les persécutions des chrétiens étant particulièrement cruelles. La chrétienté se répand graduellement dans le reste de l'Empire, ses territoires lointains ou proches, de l'Afrique aux confins de l'Asie mineure, sous l'influence des Évangiles, et dans une Rome pacifiée mais terriblement vieillissante. Alors s'empare de l'Empire et de ses populations, une religiosité pleine de vivacité, les conversions se multiplient – et une société politique nouvelle surgit et bientôt se confondent deux images qui vont refaçonner l'Occident : deux royaumes étroitement imbriqués l'un dans l'autre : deux éternités ! L'Empire romain et le royaume de Dieu ! Une sorte de synergie des intelligences se développe autour de ce postulat hautement raisonné et matérialisé par des apologistes chrétiens. Retenons le nom de Sidoine Apollinaire, entre autres. C'est d'une même foi en ces deux entités étroitement mêlées que cheminera dorénavant l’Église chrétienne au rythme de l'Empire romain christianisé.

A travers l’Église chrétienne, Rome tentera de se préserver, toujours animée par la conscience qu'elle a de sa grandeur passée, mais appréhendant « avec terreur, ses maux futurs et la rude leçon des événements passés ».

C'est une mutation civilisationnelle sans précédent où le culte chrétien ne fera que croître et gagner en ferveur avec un enthousiasme débordant. Débordant partout où les Limes romaines ont marqué les limites de l'Empire.

C'est vers le 3eme siècle après J.C, que l'Empire s'affaiblit considérablement, et la puissance des barbares devient phénoménale. Rome se meurt, mais pas la chrétienté, qui elle, trouve à travers les conversions massives des barbares un regain considérable de vitalité et un incroyable expansionnisme. La chrétienté conquiert les tribus barbares avec d'autant plus d'allant, que désormais pour elle, une grand dilemme se pose : soit « tendre la main à l'avenir et donc aux barbares et leur avancée inéluctable sur toute l'Europe, ou se contenter des défroques de l'Empire romain, irrémédiablement condamné à terme ».

Elle tranche la question en sacrifiant Rome : ce seront donc les barbares !

A suivre.

 

1Source bibliographique : Encyclopédie Alpha.

2Loi Salique : source wikipedia. Code de loi élaboré, selon les historiens, entre le début du IVe et le VIe siècle pour le peuple des Francs-Saliens. Il portait surtout sur le droit pénal et les compositions pécuniaires. L'objectif de la loi salique était de mettre fin à la faide ( versement d'une somme d'argent), et établissait entre autres les règles à suivre en matière d'héritage à l'intérieur de ce peuple.

3Grégoire de Tours : prélat et historien français. (né en 538 à Clermont-Ferrand, mort en 594 à Tours). Joua un rôle politique important en Gaule. Il est célèbre par son « Histoire des Francs », chronique du Haut-Moyen Age mérovingien.

4Godefroid Kurth : Clovis « la naissance de la France » – Éditions de Crémille – Genève. 1992.

5Batavie : ancien nom de la Hollande méridionale.


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • chapoutier 24 septembre 11:03
    CLOVIS, Fondateur de la France ou plutôt comment des envahisseurs ont colonisé les peuples gaulois

    • aimable 24 septembre 14:13

      @chapoutier
      nous devons rester vigilants pour que l’histoire ne se répète pas .


    • Raymond75 24 septembre 11:10

      Mais c’est affreux : Clovis notre géniteur bien aimé était un immigré !!!


      • njama njama 24 septembre 11:25
        Bonjour Nicole

        Clovis s’est converti au catholicisme pour les beaux yeux de Clotilde, il a succombé au charme nordique
         smiley

        • Étirév 24 septembre 11:26

          CLOVIS
          Voyons ce que valait cet homme.
          Clovis est le premier roi de France que l’Église Catholique revendique et dont elle parle longuement.
          Il monte sur le trône en 481.
          Ce roi s’appelait en réalité Lodoïx, nom devenu Ludovicus, puis Louis ; mais, devant ce nom, il mettait le titre Kaï, conquérant mâle, ennemi des femmes.
          Rappelons rapidement l’origine de Kaï :
          La Mère primitive a mis au monde des fils et des filles : Caïn, nom générique des enfants mâles ; Habel ou Hébel, nom générique des premières filles.
          Chez les Iraniens, le mot Kaï signifiait le grand, le fort. Le plus ancien chef des Perses est Kaïan (de kaïo, brûler, en grec).
          Kaian, c’est le Kaïn de la Bible : Kaï uni à Æsar fait César, uni à Æser fait Kaiser. De Kaï Lovis (Louis), on a fait Clovis. Cyrus s’appelait en réalité Kaï-Kosrou. De Kahi-Kahia on fait cahin-caha pour indiquer ce qui va mal.
          Le texte samaritain lui donne la signification du mot régir, déployer la puissance d’un roi ; et, dans une multitude de langues, l’idée de royauté (de l’homme) est venue de la racine Kàn, Kîn ou Kain (King et Khan).
          L’idée de pouvoir sacerdotal donné à l’homme en vient aussi, puisque, chez les Juifs, le prêtre va s’appeler Cahen ou Cohen.
          Chez tous les peuples, Kaïn représente le génie du Mal. C’est le futur Satan, l’éternel ennemi de la Femme et son puissant adversaire.
          Donc, Kaï-Lodoïx, devenu pour les modernes Clovis, était un roi qui affirmait par son titre ses convictions masculinistes et sa haine de la féminité et du régime qui avait consacré son autorité.
          Voyons ce que valait cet homme.
          Voici ce que dit saint Grégoire de Tours, historien du 6ème siècle, de ce Clovis que l’Église de France invoque :
          « Il envoya secrètement dire au fils du roi de Cologne, Sigebert le Boiteux : « Ton père vieillit et boite de son pied malade. S’il mourait, je te rendrais son royaume avec mon amitié. ».
          Chlodéric envoya des assassins contre son père et le fit tuer, espérant obtenir son royaume... Et Clovis lui fit dire : « Je rends grâce à ta bonne volonté, et je te prie de montrer tes trésors à mes envoyés, après quoi tu les posséderas tous. ».
          Chlodéric leur dit : « C’est dans ce coffre que mon père amassait des pièces d’or. »
          Ils lui dirent : « Plonge ta main jusqu’au fond, pour trouver tout. » Lui l’ayant fait et s’étant tout à fait baissé, un des envoyés leva sa hache et lui brisa le crâne. Clovis, ayant appris la mort de Sigebert et de son fils, vint en cette ville, convoqua le peuple et dit : « Je ne suis nullement complice de ces choses, car je ne puis répandre le sang de mes parents, cela est défendu ; mais, puisque tout cela est arrivé, je vous donnerai un conseil : venez à moi et mettez-vous sous ma protection.
          Le peuple applaudit avec grand bruit de voix et de boucliers, l’éleva sur le pavois et le prit pour roi. »
          Cela faisait deux têtes de moins et un royaume de plus pour Clovis.
          « Il marcha ensuite contre Chararic, le fit prisonnier avec son fils et [...] »
          Le bon évêque de Tours trouve sans doute que ces horreurs n’étaient que de saintes ruses, puisque c’est un Catholique qui les pratiquait pour la plus grande gloire de l’Église, car il conclut en disant : « Tout lui réussissait, car il marchait le cœur droit devant Dieu. »
          C’est à la bataille de Tolbiac, livrée près de Cologne en 496, que Clovis promit à Dieu de se faire chrétien, s’il était victorieux.
          Voilà un marché peu glorieux pour Dieu et un motif de conversion peu recommandable pour une religion. Cela peint bien ce qu’était l’esprit néo-chrétien.
          Clovis fut baptisé avec 3.000 soldats, subitement convertis, dans la basilique de Reims en 496, le jour de Noël.
          On sait comment ce saint roi s’y prenait pour convaincre ses hommes de l’excellence de la doctrine des néo-chrétiens.
          L’histoire du vase de Soissons, cette lâcheté criminelle, nous le montre : croire ou mourir.
          Et ce sont ces abominations que l’on enseigne à nos enfants.
          C’est par des forbans comme Clovis que la royauté et le Catholicisme furent introduits et soutenus dans la Gaule.
          Ce chef de pirates germains, dont saint Rémi fit un Chrétien et dont l’Église romaine se servit pour combattre les gouvernements des Wisigoths et des Burgondes, qui étaient ariens et féministes, fut appelé par les évêques du 5ème siècle, dans le seul intérêt de leur autorité pontificale, à ravager la France et à s’enrichir des dépouilles des Gaulois.
          Et cet assassin de toute sa famille fut traité par l’Eglise presque comme un saint. Il fut le Constantin du Nord.
          Les historiens officiels, comme Henri Martin, disent de Clovis qu’il était « actif, rusé, ambitieux, doué de qualités supérieures, pieux, vaillant, glorieux, mais cruel et perfide ».
          Quand on est criminel, cruel et perfide, comment peut-on être doué de qualités supérieures ?
          C’est à Clovis que l’on fait remonter la promulgation de la loi salique, à tort, car cette promulgation n’eut jamais lieu.
          C’est lui qui commença à prendre le nom de Franc et à appeler la Gaule France. Par franc, il entendait affranchi des principes, des lois, de la morale du régime antérieur à lui. C’est de son temps qu’on remplaça l’ancienne justice par les épreuves judiciaires par l’eau bouillante et le fer rougi.
          Suite...


          • symbiosis symbiosis 24 septembre 15:44

            @Étirév

            Qu’essaies-tu de démontrer, que seuls les hommes sont des tortionnaires ?


          • blablablietblabla blablablietblabla 24 septembre 16:47

            @Étirév
            Bonjour , très intéressant , et que sait-t’on de Saint Martin de Tours ?


          • phan 24 septembre 11:33

            Premier n’est pas un prénom français, le prénom Louis vient de Clovis, porté par 17 rois de France. Tandis que le prénom Bob est dérivé de Robert, vient des termes germains rote et berk.


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 septembre 12:03

              Bonjour. Dommage que l’auteure ne parle pas de ses origines tournaisiennes. A 26 km de mon lieu de naissance (Renaix). Est-ce mon inconscient qui me poussa en 1982 à vouloir faire un stage d’archéologie dans la région de Tournai et trouver des fragments de l’époque celtique qui me passionne. Ce n’est peut-être pas un hasard, si l’l’Eglise Saint-Hermès la plus importante au monde se trouve JUSTEMENT, à Renaix. Chacun son chemin. Et j’avance,.... 


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 septembre 12:05

                J’ai moi-même des François (sois FRANCS) et des Clotaires dans ma généalogie.


                • Parrhesia Parrhesia 24 septembre 12:09
                  La conversion au catholicisme fut le seul trait de génie du roi Clovis dans le contexte de l’époque ! 

                  Or, ce trait de génie, c’est la burgondo-wisigothe Chlothilde, son épouse, qui l’a eu ...

                  Quoi qu’il en soit, respect à notre Histoire et à ceux et celles qui l’ont écrite, ne serait-ce que pour ennuyer ceux qui ne la respecte pas !!!

                  • titi 24 septembre 15:59

                    @Parrhesia


                    Il a aussi rétablit un semblant de loi et de justice.

                    A la place des vendetta perpétuelles il a « quantifié » les crimes et délits.
                    Bon il y avait des castes : tuer un esclave ca se réglait pour quelques pièces, alors que tuer un notable francs envoyait à la mort, mais n’empêche que ca civilisait pas mal les mœurs de l’époque.

                    C’est « romanisait » les « francs » installés à la place des « Gaulois »


                  • Parrhesia Parrhesia 24 septembre 19:08

                    @ Titi,

                    Bonjour Titi,

                    Vous avez raison, mais je parle ici de trait de génie et la conversion de Clovis en fut bien un.

                    Or, considérée à travers l’héritage jurisprudentiel dont bénéficiaient les Francs en 496, notamment les droits romain et wisigothique, la première mouture de Loi Salique ne peut guère être considérée comme un trait de génie…

                    Et ceci, surtout si l’on rapproche cette initiative du tempérament de Clovis crûment éclairé à la lumière du véritable carnage que celui-ci a accompli au sein de sa propre parentèle …

                     Si une nation a réalisé un retour au droit après l’effondrement de la Pax Romana, c’est bien la nation wisigothique, avec le Code d’Euric, entre autre, et particulièrement le Bréviaire d’Alaric dont l’Esprit, sinon la Lettre (je ne suis plus sûr) fut conservé par les Francs eux-mêmes.

                    Mais il est toujours agréable d’en parler…

                    Donc, bonne soirée à vous.


                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 septembre 12:35

                    Godefroid Kurth est LA référence. Zut, c’est un belge. Mais à cette époque, Belgica était une espèce de macédoine que tout le monde se partageait. 


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 septembre 12:39

                      Je me suis souvent demandée pourquoi tous ces noms commençaient par : CLO. Clotaire, Clovis, Clotide,.... Le lien : le clou. 


                      • zygzornifle zygzornifle 24 septembre 13:04

                        Clovis Presley c’est un chanteur ?


                        • titi 24 septembre 16:00

                          @zygzornifle


                          On l’aurai dernièrement vu sur une ile du pacifique avec Clodovech Francois.

                        • njama njama 24 septembre 14:11
                          Clovis fût à travers les siècles sorti des « ténèbres de l’histoire », au vu de son rôle prépondérant quant à la construction de la France, eh bien, on peut dire qu’il a été quasiment « oublié » et que la gloire de Charlemagne, si chantée, célébrée, a malheureusement un peu occulté Clovis, pourtant fondateur de la monarchie franque.

                          Clovis passe pour le père putatif de la nation des Francs, Charlemagne passe pour le père putatif de l’Europe, or, dans le contexte politique actuel de l’U€, Clovis n’apporte pas d’eau au moulin.
                          Clovis incarne la France qui se convertit au catholicisme, mais entre temps sont passés Luther, Calvin, Zwingli, qui ont rendu l’ex Saint Empire romain-germanique en grande partie protestant tout en se débarrassant de la tutelle du pape .
                          Difficile donc de recycler Clovis dans le contexte actuel de l’Europe, il me semble.
                          Chaque époque a ses figures de proue en fonction des évolutions politiques.

                          • njama njama 24 septembre 14:19
                            Clovis appartient comme Charlemagne, Charles Martel, Jeanne d’Arc, ... à ce que Mohammed Arkoun appelle la Mytho-Histoire

                            La nature du lien entre religion et politique avec le Pr Mohammed Arkoun
                            - (de 5’30 à 6’56)
                            [...] la mémoire du groupe doit être respectée, ’un point de vue humaniste. Là, on a visé l’objectif politique précisément, unifier la nation ! même langue, même culture, même références historiques, mais pas des références historiques critiques, ce sont des références que Pierre Nora nous a bien décrites dans son gros livre en trois volumes « Les lieux de mémoire ». La bataille de Poitiers est un lieu de mémoire ... chrétienne, et ensuite un lieu de mémoire de la République. Malet_et_Isaac* a répandu cette phrase qui est incrustée dans notre tête, du moins ceux qui ont utilisé ce manuel, « Charles Martel arrête les arabes à Poitiers ». Cette phrase, cette proposition, est une proposition que j’appelle mytho-historique. Mytho-historique pour construire une mémoire chrétienne d’abord, ... le christianisme étant la religion vraie, il n’est pas question de laisser se balader dans un pays chrétien des barbares et la religion musulmane qui était une forgerie du diable, de Satan ... c’est comme ça qu’on voyait les choses, c’est de l’histoire ça !"

                            http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Z8duBgzBdfw

                            * célèbre collection de manuels historiques français de la première moitié du XX e siècle


                            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 septembre 14:28

                              Cela fait partie de l’inconscient collectif et un travail doit être fait. A la fois selon le point de vue Jungien et alchimiste que freudien. Il est tout à fait possible d’analyser l’histoire comme le ferait un analyste et son patient sur un divan. Avec les dénis, les refoulements, 


                              Un vrai travail de détective et peut-être la SEULE manière de voir clair dans un futur qui lui ressemble de plus en plus à un cauchemar. Alors autant le voir de face. Comme le diable : mieux vaut l’avoir devant soi que dans le dos. Je me suis replongée dans la vie de l’empereur Julien (passage oblige, à cheval sur les païen et les chrétiens). Nous devons aussi accepter que nos ancêtres étaient des MONSTRES (incestes, meurtres, génocides, perversions diverses). 

                              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 septembre 14:31

                                Je suis sur une voie qui ferait descendre Freud de Sigismond de Luxembourg (proche de Jehanne d’arc),... En passant par les Burgondes, Burgraves et même plus loin : THOT HERMES. c’est en travaillant sur ma propre généalogie que certains points s’éclaircissent.


                                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 septembre 14:33

                                  L’écrivaine de polar Ruth Rendell a fait le même travail dans un de ses meilleurs polar. En remontant dans l’histoire de sa famille elle comprend certains faits historiques.


                                  • Decouz 24 septembre 16:36
                                    La scolastique proprement dite est postérieure et n’est pas proprement germanique. Les protestants allemands accuseront d’ailleurs cette pensée d’avoir hellénisé la religion chrétienne.
                                    En fait il y a un balancement dans l’Europe entre l’esprit germanique et l’esprit latin.

                                    "Le nom de Clovis vient de Chlodowig, composé des racines hlod (« renommée », « illustre », « gloire ») et wig (« bataille », « combat »), c’est-à-dire « illustre dans la bataille » ou « combat de gloire »30.

                                    Fréquemment utilisée par les Mérovingiens, la racine hlod est aussi à l’origine de noms tels que Clotaire (Lothaire) et Clodomir, Clodoald ou encore Clotilde.

                                    L’appellation du roi franc dérive ensuite de « Hlodovic » puis « Clodovic » qui, latinisé en Chlodovechus, donne Chlodweg, Hlodovicus, Lodoys, Ludovic, « Clovis »31 et « Clouis », dont est né en français moderne le prénom Louis, porté par dix-huit rois de France. Il donne aussi en allemand Ludwig.

                                    Le « Claudius » latin conduit aussi bien au « Louis » français qu’au « Ludwig » germanique (Clodweg, Cludwig) " wikipedia


                                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 septembre 16:48

                                      @Decouz


                                      Merci beaucoup pour votre apport qui complète mon approche. Pensons aussi à François CLOUET et François 1er. http://truthlurker.over-blog.com/article-2605235.html.&nbsp ;
                                      Les Clous, la colonne Yod, j’établirai et INRI

                                    • njama njama 24 septembre 17:07
                                      Clovis, au programme de l’école primaire, dans un Manuel d’Histoire illustré façon BD, guerrier gaulois, la Bataille de Soissons, mais aussi le baptême, le saint Chrême, la Sainte ampoule, ...(j’étais dans une école catho) 
                                      A part ça ? ... peu de choses. On nous enseignait le symbole surtout, l’autorité du monarque, sa conversion, le repère chronologique, enfin il me semble ou pour ce que j’en avais retenu.

                                      Aujourd’hui, l’actualité de Clovis, je ne vois pas très bien ... à part le roman de Philippe De Villiers, « Le Mystère Clovis »

                                      ou peut-être un lien avec Alain Soral, pour qui un français qui s’assimile se devrait de se convertir au catholicisme.

                                      Ou alors, peut-être pour remettre quelques prénoms anciens à la mode, Alaric, Childéric, Théodoric, Chilpéric, ...

                                      • rafupude 24 septembre 18:05
                                        Pourquoi on parle tout le temps des romains, des gaulois et des franc mais pas de mes glorieux ancêtres plus anciens phéniciens, ou plus récents normands ?

                                        Par ce qu’il sont plus opportun d’un point de vue cartographique pour tisser le roman historique ? L’histoire des Peuples et l’histoire des Nations se croisent et se décroisent.



                                        • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 24 septembre 18:16
                                          Bonsoir et merci à tous ceux qui ont eu l’amabilité de lire mon article et de vos commentaires judicieux et sympathiques.
                                          Ne pouvant répondre à chacun individuellement, je me permets cependant d’apporter quelques précisions sur les raisons de cet article. Ce que j’ai essayé de démontrer avec ce sujet abordé, qui, j’en conviens, dans le contexte actuel et la mauvaise ambiance entretenue par les médias, c’est que parler de Clovis, de son baptême et des « racines chrétiennes de la France », relève aujourd’hui d’un acte politique.
                                          Certes, le sujet est extrêmement intéressant à aborder historiquement et lève le voile sur bien des contradictions et des mystères inhérents à ces époques très lointaines.
                                          Il devient très difficile aujourd’hui de ré-affirmer les « racines chrétiennes de la France » - devant des aréopages de parfaits imbéciles journalistiques, chroniqueurs, éditorialistes, sans se faire immédiatement remettre à sa place, tous drapés qu’ils sont de l’arbitraire qu’ils s’arrogent, en petits juges et baromètres de l’opinion publique, surtout lorsque vous venez dire votre attachement naturel, et, légitime il me semble, à votre pays.
                                          Que la France ait été érigée sur le terreau chrétien et le nom générique de la France soit tout droit issu du nom de « Francs », cela ne fait aucun doute. L’on aura beau tortiller les faits pour rendre inaudibles ceux qui cherchent à mettre en lumière ces faits imprescriptibles au regard de l’Histoire et du temps long, tous ces « ignorantus, »ignorantum" qui pérorent sur les plateaux de télévision ou derrière leurs consoles radiophoniques ne font qu’épaissir la chape de plomb de la censure qui dirige en France tous les débats en manipulantt les esprits, voire les consciences. Il faudra bientôt s’excuser de défendre ses racines, à fortiori si le hasard de la généalogie vous a fait chrétien ! Il ne s’agit pas, ici, de sublimer la religion chrétienne, il s’agit ici de replacer, de recadrer dans la droite ligne des faits historiques et indéniables, tout ce que des années de mensonges politiques et médiatiques ont accompli pour fagociter tout débat dans ce sens. A tel point qu’il est devenu incontournable, pour les invités dans ce genre d’ émissions d’être sommés de répondre à la question, toujours posée sur un ton péremptoire : - mais c’est quoi, au juste, être français, pour vous ?
                                          Est-ce que ce genre de question recurrente serait posée à un Italien, un Tchèque, un Russe, un Mexicain, etc. ? Non, il n’y a qu’en France ! Car après 15 siècles d’existence, ces pédants ne savent toujours pas ce qu’est la France qu’ils considèrent comme une vague territoire sans histoire, sans passé, sans présent, sans culture, sans traditions, sans âme, tout juste un futur, mais lequel ? Je pense qu’il est temps, plus que jamais de le leur expliquer, en long, en large et en travers.

                                          Bien cordialement.

                                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 25 septembre 13:21

                                            @Nicole Cheverney


                                            bonjour, seriez vous de celles ou ceux qui appuient Zemmour quand il dit que de la Belgique est une erreur historique et appartient à la France ? Jusqu’où : Anvers ? Comme Jérôme Bosch, Breughel ou Van Eyck ?

                                          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 25 septembre 13:30

                                            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                                            Ah non ...perso j’habite au bord de la Flandres française...je fais 100 mètres et passé le canal je suis dans le marais flamand. Une de mes arrières grand -mères avait comme patronyme Van Heck .


                                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 25 septembre 13:40

                                            @Aita Pea Pea

                                            Clovis est clairement originaire de Tournai. Moi de Renaix 26 km). Picardie flamande. Et dans ma famille, il n’y a pas de nom de famille flamand. Le mien est d’origine anglaise un peu flamandisé ou germanisé étant rare. 

                                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 25 septembre 13:47

                                            @Aita Pea Pea


                                            De plus, le mythe mélusinien remonte à Jean et Amaury de Jérusalem en passant surtout par GODEFROID DE BOUILLON. c’est en retrouvant toutes les sculptures ou représentations de Mélusine (souvent près de sources) que nous pouvons remonter à l’origine du christianisme. (Tout est dans les Editions : IMAGO).

                                          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 25 septembre 13:51

                                            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                                            Ma grand-mère maternelle avait son patronyme d’origine anglais...fruit de la domination angloise sur le Calaisis il y a quelques siècles...descendente de colons ...lol


                                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 25 septembre 14:01

                                            @Aita Pea Pea


                                            je ne peux dévoiler tout sur ce site, sinon, il n’y aurait plus de suspense smiley. Mais je viens de terminer un excellent polar. Manhattan Freud qui m’a beaucoup éclairée. Et en finale une réflexion de l’auteur : Luc Bossi qui m’a semblé une bonne piste : Page 433. Concernant un rêve analysé du point de vue freudien et jungien. « La maison dans laquelle il se passait n’était pas une représentation de mon moi. C’était une vision universelle de l’histoire humaine, chaque étage montrant un moment de civilisation. Ce rêve permet de postuler l’existence d’un inconscient collectif, composé d’archétypes, qui nous structure tout autant que notre parcours personnel ». Belle confrontation entre deux théories qui ont structuré (ou le contraire,...) notre histoire ;

                                          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 25 septembre 14:22

                                            @Mélusine ou la Robe de Saphir. Cette généalogie m’a été donnée par mes grand-pères. Deux patronymes rares aujourd’hui comme avant et toujours liés à un seul territoire, que j’habite...suis un plouc profond . Lol


                                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 25 septembre 14:54

                                            @Aita Pea Pea


                                            Je suis une fana de psycho-généalogie,....Les prénoms de ma famille sortant totalement de l’ordinaire. 

                                          • Claudec Claudec 24 septembre 19:13

                                            Ne pas confondre « fondateur de la monarchie franque » et « fondateur de la France », ce dernier titre revenant incontestablement à Louis XI.


                                            • L'apostilleur L’apostilleur 25 septembre 00:31

                                              « La diffusion dans l’Empire de la chrétienté. Elle s’est faîte à travers l’Empire et par Rome ».


                                              Les deux empereurs romains véritables artisans de la diffusion du christianisme sont Constantin et Théodose. Les autres suivront le sillon.

                                              • Mmarvinbear Mmarvinbear 25 septembre 01:31

                                                Clovis est une pierre fondatrice du pays mais il n’est pas LA pierre.


                                                Il est d’ailleurs difficile de dater précisément la naissance de la France. Le plus simple est de considérer le traité de Verdun de 843 qui forme la Francie occidentale et lui donne ses premières frontières le long des 4 fleuves Escaut-Meuse-Saone-Rhone.

                                                Il est d’autant plus difficile d’étudier ces périodes faute de documents restant que bien souvent, la légende et la récupération politique ont instrumentalisé les personnalités de l’époque.

                                                Ainsi, le texte de Grégoire de Tours qui fait référence a été écrit plus de 50 ans après la mort de Clovis et il ne reste rien des écrivains contemporains.

                                                A lire, on voit qu’on est plus en présence d’une hagiographie que d’un texte historique qui, qui plus est, plagie la conversion de Constantin, histoire de placer Clovis sous un patronage prestigieux.

                                                La tradition donne la bataille de Tolbiac comme raison pour la conversion du roi, sous l’influence de sa seconde épouse, chrétienne. Malheureusement, cette bataille a eu lieu 10 ans APRES sa conversion, ce qui rend l’histoire non crédible.

                                                Les raisons historiques de cette conversion sont floues, mais elle aurait plus à voir avec son besoin de s’allier les princes bretons, chrétiens, afin de s’assurer de leur neutralité pendant qu’il partirait à la conquête de l’ Aquitaine, dont les rois étaient arianistes.

                                                • Decouz 25 septembre 10:03
                                                  Légende, miracle, le sacre des rois de France remonte à la Sainte Ampoule qui aurait été utilisée pour le baptême de Clovis :

                                                  « La victoire du catholicisme sur l’arianisme fut le premier miracle opéré par le baptême de Clovis. L’histoire des origines de la sainte Ampoule en est un second. L’histoire de la Sainte Ampoule se situe entre deux silences. Celui, d’abord, des contemporains du baptême de Clovis alors que certains étaient pourtant friands de raconter des miracles, comme Grégoire de Tours qui décrit la scène...
                                                  Mais c’est aussi le silence des contemporains d’Hincmar, de ceux qui participent au sacre de Charles le chauve, en 869, comme roi de Lotharingie...

                                                  Et pendant des siècles, les voix les plus autorisées, les ennemis les plus acharnés, mentionneront notre petite fiole et son origine céleste. Papes, évêques, théologiens, historiens et polémistes parleront de la sainte Ampoule comme d’un fait admirable, mais bien réel...

                                                  Ce n’est qu’au XVII° siècle qu’apparaît le premier détracteur, le franc-comtois Jean-Jacques Chifflet...

                                                  Depuis le XVII° siècle, les historiens ont avancé différentes possibilités de solutions. Il est fort probable que la vérité se trouve dans un savant dosage entre plusieurs d’entre elles.

                                                  Hincmar aurait donc utilisé d’autres éléments. Nous avons, alors, quatre hypothèses : ...


                                                  • CN46400 CN46400 25 septembre 12:58

                                                    Ouais, certes, Clovis était un migrant, mais un migrant qui venait du nord, ou du nord-est, pas du sud ou du sud-est, comprenez-vous....Et puis, catholique 8 ans après, c’était un homme, un vrai, pas un simple bipède plus ou moins coloré...Je me marre en lisant ces chrétiens intégristes qui ne vont plus à la messe !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès