• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Comment l’État macronien organise le « trou de la Sécu (...)

Comment l’État macronien organise le « trou de la Sécu »

Pendant que la chichimania occupe le populo, les macronneries continuent.

Ainsi, par un communiqué Reuters (agence ultralibérale s’il en est), on apprend que, contrairement à ce qui était prévu - un excédent de 700 millions - « Le budget de la Sécurité sociale accusera un déficit de 5,4 milliards d’euros en 2019, puis de 5,1 milliards d’euros en 2020 sous les effets conjugués des mesures d’urgence adoptées pour répondre à la crise des "Gilets jaunes" et d’une conjoncture moins favorable qu’anticipée.…/… La branche de l’assurance vieillesse (régime général et Fonds de solidarité vieillesse) creusera le déficit de 4,1 milliards d’euros en 2020, celle de la branche maladie, de 3 milliards d’euros. Les branches accidents du travail/maladies professionnelles (ATMP) et famille connaîtront à elles deux un excédent de plus de 2,1 milliards d’euros. »

La faute à qui ? Ben, aux Gilets jaunes pardi ! Mais aussi à ces salauds de vieux qui ne veulent même pas avoir le civisme de mourir.

Eh ! Oh ! La réalité est tout autre. Les baisses de cotisations décidées par l’État étaient jusqu’ici compensées par l’État, et étaient donc neutres pour le budget de la Sécurité sociale. Ce n’est plus le cas, de façon à faire apparaître les comptes de la Sécurité sociale dans le rouge. Les "mesures gilets jaunes" sont utilisées pour afficher un déficit et justifier de nouvelles coupes dans les prestations sociales. « La Sécurité sociale prendra à sa charge le financement des mesures d’urgence en faveur du pouvoir d’achat », écrit le gouvernement, noir sur blanc, dans le projet de loi de finances pour 2020 adopté récemment en Conseil des ministres. Ben voyons. On reprend largement d’une main ce que l’on a pingrement consenti, la trouille au cul, de l’autre. Le pillage systématique de la Sécu était d’ailleurs annoncé dès 2017, dans la loi de programmation des finances publiques, le gouvernement avait décidé que les potentiels excédents de la Sécu viendraient combler le déficit de l’Etat.

La Sécu, longtemps endettée est arrivée à l’équilibre et devait, dans les années qui suivent, dégager un confortable bénéfice. De quoi financer la misère des urgences dans les hôpitaux, de quoi financer les EHPAD qui manquent scandaleusement de personnel, de quoi financer le « cinquième risque », celui de la dépendance, de quoi financer le manque d’accueil collectif des jeunes enfants ! Tè, fume… Pas bon ça Coco. La Sécu, faut qu’elle soit en déficit, pour la déconsidérer dans l’esprit du public, pour transférer toujours plus vers les assurances privées avant la curée finale. Donc ce pognon, résultat de la saine gestion de l’institution, va être - et légalement ! - siphonné par l’État !

Mais l’État promet de faire des éconocroques intelligentes : moindre revalorisation des retraites, prix des médicaments, optimisation des achats… Broutilles. Par contre ces salauds de vieux croyaient s’être débarrassés de cette scandaleuse injustice qu’était le découplage de leur pension d’avec l’inflation ? Té, fume… Sur la branche vieillesse, l’exécutif a décidé à nouveau de sous-indexer les pensions par rapport à l’inflation. Elles n’augmenteront que de 0,3 % en 2020, alors que l’inflation est autour de 1 % - « sauf pour les retraités modestes aux pensions brutes inférieures à 2000 euros par mois ». Ça, c’est la vaseline !

La réalité est bien différente. Ainsi, la "transformation" du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) en baisse de cotisations sociales, privera la Sécu d’environ 26 milliards d’euros selon la Cour des comptes ! Ainsi la suppression des cotisations salariales sur l’assurance maladie et l’assurance chômage va coûter un bras. Ainsi la suppression totale des cotisations sociales au niveau du Smic, c’est un coût de 4,5 milliards d’euros pris à la Sécu, etc.

Le but, la « lutte finale » c’est de se débarrasser de la Sécurité sociale. Les « cadeaux » aux gilets jaunes sont pain béni pour la Macronnie ultralibérale. Ils permettent de continuer, « tête haute et mains propres » la mise à mort programmée de cette pépite sociale française qu’est la Sécu. La Sécurité sociale, réalisation majeure du Conseil National de la Résistance, est depuis longtemps dans le collimateur des ultralibéraux. Pensé et élaboré par le député communiste du Front populaire Ambroise Croizat, la Sécu avait pour mission première de « mettre fin à l’obsession de la misère ». Son organisation est paritaire entre les organisations syndicales et le patronat. Son financement est pour l’essentiel (61,7 %) assuré par les cotisations salariales et patronales ainsi que par l’impôt (35,1 %). Le but du patronat, depuis la création de la Sécu, c’est de refiler le bébé à l’État, c’est-à-dire faire financer la Sécurité sociale par l’impôt et non plus par les cotisations. C’est la sempiternelle rengaine patronale de la « baisse des charges ». Les cotisations sociales ne sont pas des « charges » – ce vocable péjoratif est d’inspiration patronale – mais des « salaires différés » qui viennent protéger les salariés, en matière de santé, d’accident du travail ou pour la retraite. Les réduire, voire les supprimer, c’est enterrer le principe de solidarité avant de brader de système au privé. Les requins de l’assurance privés sont à l’affût depuis longtemps. Sarko frères en ont rêvé, le Rothschild-boy Macron va le faire !

- « Eh ! Philippe, pour détourner le regard du populo, si on proposait la canonisation de Chichi ? »

 

Illustration X - Droits réservés


Moyenne des avis sur cet article :  3.42/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 1er octobre 17:21

    Bonjour Victor, et merci de cet article qui complète le mien, il y a quelques mois. Et de rappeler le rôle du CNR dans cette création géniale que fut la Sécurité Sociale.

    Le CICE, c’est 26 milliards d’exonération d’impots au MEDEF, par an, depuis 2013. Ce qui nous ramène à une somme astronomique et il convient de comptabiliser aussi l’argent planqué dans les paradis fiscaux. Tout cet argent manque à la Sécurité Sociale.


    • Cadoudal Cadoudal 1er octobre 17:25

      @Nicole Cheverney
      La sécu c’est Pétain et Vichy...

      Mais bon, l’Histoire ça sert à rien, n’est ce pas...lol....

      Coup de gueule d’@AnasseKazib  : « Mes gamins, ils ne connaissent pas Jacques #Chirac !!! A quoi ça sert qu’ils fassent une minute de silence ?!! » #GGRMC

      https://twitter.com/GG_RMC/status/1178577754779992064


    • Désintox Désintox 1er octobre 18:24

      @Cadoudal

      « La sécu c’est Pétain et Vichy... »

      Pouah ! Quel mensonge odieux ! Tenir de tels propos est dégueulasse, il n’y a pas d’autre mot !

      Bien sûr, en France, la Sécurité Sociale a été mise en place à la Libération par Ambroise Croizat.


    • Cadoudal Cadoudal 1er octobre 18:49

      @Désintox
      Tu fais ce que tu veux mon petit...

      Tu pourrais même aller t’acheter un livre que ça me générait pas plus que ça...lol...

      https://www.lien-social.com/La-protection-sociale-sous-le-regime-de-Vichy

      http://eric-verhaeghe.entreprise.news/2015/08/09/les-racines-vichystes-de-la-securite-sociale/


    • leondelyon 1er octobre 22:25

      @Nicole Cheverney "Pensé et élaboré par le député communiste du Front populaire Ambroise Croizat, la Sécu avait pour mission première de « mettre fin à l’obsession de la misère ».

      ---------------------------------------------------
      Oui, exact, sauf que les Gaullistes étaient aussi sur le coup ; en effet, conscient qu’il fallait lâcher du lest après le conflit vu le challenge qui l’attendait avec les communistes, le grand Charles alors à Londres avait chargé Pierre Laroque (lointain parent de Michèle) de pondre un rapport sur le célèbre NHS (National Health Service).

      Le système de sécu français est donc en partie l’héritage des assurances sociales de 1930, hybridé d’un tantinet d’héritage du NHS. NHS que Thatcher a foutu en grande partie par terre au nom du profit tous azimuts. Un mien ami qui serait aujourd’hui plus qu’octogénaire était Américain quasi de naissance et avait vécu en Grande-Bretagne ; il avait fini ses jours en France, sa femme étant d’origine française. Sa hantise était que Sarko dans le sillage de Thatcher, ne dézingue la sécu comme le fit Thatcher du NHS *1. Mon ami, DCD en 2013, n’aura pas connu « le Prince » Macron.

      *1 par conviction idéologique, mon ami n’étant pas en France pour « la sécu »

      Certaines tares génétiques sautent une ou deux générations, et le sarcome néocons a joué à saute-mouton avec Hollande et Sarko, du moins dans ce domaine. Mais nous y sommes désormais en plein.

      Ce que ne savent pas les désinformés (80% des gens en étant gentil), c’est qu’un régime de retraites par points ne sera sécurisé qu’à minima (du genre RSA) , le reste étant acquis par CAPITALISATION. Or pour que la capitalisation ’paye’, il faut placer à risque (sinon, c’est peanuts). Et il s’est passé quoi, aux USA, en 2007 ?

      En sus, QUi aura les moyens de se constituer un retraite décente par capitalisation ?

      Charles avait foutu les Ricains dehors par la porte, ils reviennent en force par la fenêtre, et 80% des moutons bêlent « je veux l’avoir et je l’aurai » ....(l’Amérique)
       .

      Pierre Laroque, né le 2 novembre 1907 à Paris et mort le 21 janvier 1997 dans la même ville, est un haut fonctionnaire français. Il a été directeur général des assurances sociales, puis de la Sécurité sociale d’octobre 1944 à octobre 1951. Souvent appelé le « père » de la sécurité sociale de 1945, c’est de concert avec Alexandre Parodi, ministre du Travail de septembre 1944 à novembre 1945 qu’a été élaborée cette réforme, mise en œuvre ensuite par Ambroise Croizat, député et ministre communiste du Travail et de la Sécurité sociale de novembre 1945 à mai 1947

      Nota : je suis tout, sauf « gaulliste », mais j’ai étudié l’historique de la SECU dès 1980. Trop de gens parlent de ce qu’ils connaissent mal. Le Prince et sa Cour comptent dessus pour faire un nouveau numéro de bateleurs et faire prendre le lapin du chapeau pour un canard laqué. Le pire est que cela risque de marcher !

      De toutes façons, pour les rechigneurs, il y aura toujours de petites perquizes en réserve ou un concert de médias en extase devant le Prince, et outragés face aux « extrémistes populistes ». Je me trompe ?


    • Désintox Désintox 1er octobre 23:53

      @Cadoudal

      Vos propos sont répugnants.

      Et au passage, encore 2 liens fachos casés sur Agoravox pour pas un rond !


    • Cadoudal Cadoudal 2 octobre 00:22

      @Désintox
      T’es con à ce point là, ou tu fais semblant ?
      Des fois je me demande...

      Titre de presse indépendant, Lien Social a été créé en 1988 par André Jonis, éducateur spécialisé, dans l’idée de publier un journal sérieux qui ne se prenne pas au sérieux. Il est élaboré par une rédaction composée de journalistes et de travailleurs sociaux. Riche de ces différentes compétences et cultures, Lien Social s’affirme comme un journal conçu par et pour les travailleurs sociaux. Mais sa lecture n’est pas interdite aux acteurs, élus, citoyens, qui réfléchissent et construisent les pratiques institutionnelles et les politiques sociales...

      https://www.lien-social.com/Lien-Social-le-bimensuel-du-travail-social

      Eric Verhaeghe est né dans un quartier populaire de Liège (Sainte-Walburge). Son père était maçon et sa mère sans emploi. Il suit des humanités classiques à l’Athénée Charles Rogier. Il intègre ensuite une hypokhâgne et une khâgne au lycée Henri IV.

      Après une formation classique, notamment à l’université Paris-I, où il obtient une maîtrise en philosophie et un diplôme d’études approfondies (DEA) en histoire1, Éric Verhaeghe entame un parcours dans le service public, notamment à la ville de Paris et au ministère de l’Éducation nationale.

      Il fut élève de l’ENA (promotion Copernic) en 2000-20021, dont il sort 67e sur 106e. Durant ses études à l’ENA, il fut élu représentant des élèves au conseil d’administration, avec 75 % des voix. Il y présenta un memorandum pour la démocratisation de l’école.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ric_Verhaeghe


    • Désintox Désintox 2 octobre 13:27

      @Cadoudal
      Bientôt, vous nous expliquerez que les nazis ont payé la retraite des juifs.


    • kimonovert 2 octobre 13:32

      @Nicole Cheverney Le minimum quand on veut participer à l’édification des masses c’est de considérer que RIEN n’est ni simple ni immédiat c’est ce qu’on appelle l’Histoire... https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Sécurité_sociale_en_France

      Sorti de cette considération, le reste n’est que mousse et écume des mots !


    • Cadoudal Cadoudal 2 octobre 19:10

      @Désintox
      Tu aimes bien les histoires simples avec des gentils et des méchants....

      Je suis content pour toi, t’as le niveau pour être prof en Suède...

      Adieu à Platon, Aristote, Rome. Terminé l’enseignement de l’ère de la grande puissance suédoise pour les collégiens suédois. C’est la nouvelle initiative du Conseil suédois de l’éducation, qui souhaite que les élèves suédois se concentrent plutôt sur la Seconde Guerre mondiale et l’ère postmoderne suivante à la fin du 20e siècle. Les questions de genre, le climat et la migration sont en revanche des éléments inclus dans les nouveaux plans de cours révisés, suggérés pour les programmes d’histoire.

      https://www.svd.se/skolverket-stryk-antiken-ur-historieundervisningen


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 4 octobre 14:46

      @Désintox

      Bonjour, c’est tout à fait exact. La Sécurité Sociale a été mise en place en 1945, par le CNR Gaullistes + Communistes.
      Calqué sur le modèle bismarckien
      Et c’est Ambroise Croizat qui en a été un des principaux pères fondateurs en s’investissant personnellement et dans le projet, et dans la mise en place.
      Avant la guerre, il y avait effectivement des tentatives d’organismes sociaux, mais cela restait assez restreint.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 4 octobre 15:10

      @kimonovert

      Bonjour, vous usez d’un vocabulaire totalement désuet. Il y a longtemps que mêmes les communistes ont relégué l’édification des masses dans les livres d’histoire. mais ce qu’ils ont édifié, avec la Sécu, en collaboration étroite avec les gaullistes, c’est bien la Sécurité Sociale qui vous a permis, vous et votre famille de vous soigner pendant des décennies et à laquelle comme TOUS les Français, vous avez eu accès. Pas comme vos aïeux qui trimaient et crevaient la gueule ouverte car impécunieux et trop pauvres pour payer les soins et les médicaments. Sauf, s’ils faisaient partie de la bourgeoisie.

      Car la Sécu, (1945) s’adressait avant tout à la population française tout entière. Mais les Sociaux-Démocrates c’est PS + RPR + UDF + Centristes ont décidé que NON ! le peuple n’avait aucunement droit à des services sociaux dignes de ce non, et comme elle n’avait en tête qu’une chose : le business que rapportent les milliards drainés par la Sécu avec la privatisation.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 4 octobre 15:18

      @leondelyon

      Bonjour, il n’est pas question de minimiser le rôle des pères fondateurs, et de Laroque. Mais reconnaissons que la pression des communistes en faveur d’un programme social, a permis la mise en oeuvre rapide du programme du CNR, avec principal objectif la Sécu.
      Avec Macron, la retraite à point est une saloperie, pour 100 Euros cotisés, 5,50 Euros versés, soit une misère. Pour forcer les gens à la capitalisation, avec les fonds de pension, qui eux, risquent fort de disparaitre à la trappe et ne seront JAMAIS versés. Surtout avec la crise bancaire mondiale majeure qui s’annonce. Tous les voyants sont au rouge.


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 1er octobre 18:11

      Voici un texte constitutionnel qui doit être un minimum pour la sécurité sociale :

      " Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence." (préambule de la Constitution de 1946 alinéa 11 encore en vigueur).

       

      Et un texte dont les tribunaux se servent pour vous obliger à payer la sécu donc toujours valable. On remarque que le ticket modérateur n’y a pas sa place, ni les remboursements partiels. Ils se foutent de nous et des textes fondateurs.

       

      Considérant qu’aux termes de l’article L 111-1 du code de la sécurité sociale “L’organisation de la sécurité sociale est fondée sur le principe de solidarité nationale ; elle garantit les travailleurs et leur famille contre les risques de toute nature susceptibles de réduire ou de supprimer leur capacité de gain ; elle couvre également les charges de maternité et les charges de famille ; elle assure, pour tout autre personne et pour les membres de sa famille résidant sur le territoire français, la couverture des charges de maladie et de maternité ainsi que des charges de famille ; cette garantie s’exerce par l’affiliation des intéressés et leurs ayants droits à un régime obligatoire, ou, à défaut, par leur rattachement au régime de l’assurance personnelle”.

       

      Et voici la manière de faire payer :

      ART. 13. — Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable ; elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés.


      • oncle archibald 1er octobre 18:41

        "Les baisses de cotisations décidées par l’État étaient jusqu’ici compensées par l’État, et étaient donc neutres pour le budget de la Sécurité sociale.« 

         »Son financement est pour l’essentiel (61,7 %) assuré par les cotisations salariales et patronales, ainsi que par l’impôt (35,1 %).« 

        Et donc ? Si par miracle une année par siècle il se trouve miraculeusement que le budget de la sécu soit en équilibre ou en excédent, il serait inconvenant de penser que »les potentiels excédents de la Sécu viendraient combler le déficit de l’Etat.« 

        Quand il y a un trou dans les comptes de la sécu il est normal que le contribuable lambda le finance, mais c’est à fonds perdu ! Pas question de soulager le même contribuable lambda si les comptes sont en excédant en lui rendant un peu de son pognon. Arrivederchi, et va fan culo !

        C’est bien beau de vouloir laisser le monde du travail gérer seul la »solidarité sociale" mais quand la concurrence est rude cette charge est peut être impossible à supporter par les entreprises.

        Rappel : pour produire, et donc pour donner du travail aux travailleurs, il faut que ce qui est produit soit vendable, il faut trouver un acquéreur. Si les entreprises ne produisent plus les cotisations ne rentrent plus et donc ça n’est peut être pas idiot pour un gouvernement de faire baisser le coût du travail.

        Celui qui avait le mieux vu le problème était François Bayrou lors de la campagne de 2007. Il proposait d’exonérer totalement de charges les deux premiers salaires de toute entreprise, ce qui aurait permis à tous les artisans et PME qui bossent comme des fous en sous effectif juste pour boucler leur budget d’enfin pouvoir embaucher et donc de produire plus et donc de créer de nouvelles richesses.

        Deux emplois exonérés chez l’épicier ou le menuisier du coin ça fait 100% d’exonération de charges ! Deux emplois exonérés chez Renault Nissan ça fait 2 sur 470 000 soit 0,0004%.

        Si l’ensemble des artisans, commerçants, professions libérales et très petites entreprises (de moins de 20 salariés) embauchaient un seul salarié supplémentaire le problème du chômage de masse serait réglé !


        • JMPBW 1er octobre 19:00

          @oncle archibald

          Merci pour ce commentaire.


        • Yaurrick Yaurrick 1er octobre 19:19

          @oncle archibald
          Ce problème devient flagrant lorsqu’on se rend compte qu’entre le montant que touche le salarié et celui payé par le patron, le rapport est quasi de 50%.
          Embaucher les premiers salariés est rendu un risque énorme, et pas uniquement en raison de la fiscalité.


        • oncle archibald 1er octobre 21:26

          @Yaurrick

          Pas « quasi » .... il est de 50%. Quand un employeur embauche un salarié au SMIC à chouïa près il débourse deux SMICS. Et effectivement le « petit » employeur se demande tout bêtement si cette première embauche va augmenter ou diminuer son « bénéfice », c’est à dire ce qu’il lui reste pour vivre une fois tout le reste payé, et croyez moi « la victime novice » comme dirait le grand Georges, ne se fait pas la moindre idée de ce que coûte ce « tout ». Je parle d’expérience.


        • Désintox Désintox 1er octobre 23:59

          @oncle archibald
          « ça n’est peut être pas idiot pour un gouvernement de faire baisser le coût du travail. »

          Et si on faisait plutôt baisser le « coût du capital », et les loyers ?

          Faites une expérience  : essayez de vivre un mois avec le SMIC, tout en ayant un loyer à payer. Après, vous reviendrez nous parler du « coût du travail ».

          Cette expression est méprisante pour ceux qui vivent de leur travail.


        • zygzornifle zygzornifle 2 octobre 08:44

          @Désintox
           
          et quand on quitte son SMIC pour partir en retraite de smicard on se retrouve a la rue .....


        • oncle archibald 2 octobre 08:54

          @Désintox

          Vous confondez le coût du travail à débourser par l’employeur et le prix du travail qui rémunère le travailleur. Je vous confirme que le premier est au double du second. Ceux qui visualisent le mieux cette situation sont les membres des SCOP : ils sont « en même temps » employeurs et employés, ils fixent eux mêmes leur salaire et ils émargent aux bénéfices .... quand il y en a !


        • foufouille foufouille 2 octobre 09:26

          @oncle archibald

          si une personne peut vivre en Roumanie avec 200€, c’est à cause de QUOI ?

          le loyer est gratuit en France ?


        • Sparker Sparker 2 octobre 11:42

          @oncle archibald

          Faut insister pour rester borgne, vous êtes un résistant...


        • Yaurrick Yaurrick 2 octobre 13:20

          @Désintox
          Je ne vois pas ce qui est méprisant envers les salariés, c’est simplement le constat du poids de l’état qui s’adjuge de force la moitié du salaire.
          Et le problème du logement s’explique en grande partie par la restriction de l’offre (du fait de la législation tant sur le locatif que sur le foncier) et de l’augmentation artificielle de la demande (boosté par les APL).


        • Désintox Désintox 2 octobre 13:32

          @oncle archibald
          Je ne confonds rien du tout. Les cotisation et les congés payés sont bel et bien un salaire indirect.

          Si vous laissez quelqu’un au SMIC net actuel en lui demandant de payer lui même son assurance santé et ses cotisation retraite, il ne pourra pas le faire.

          Ce que vous appelez « coût du travail », c’est le vrai salaire, en cumulant le salaire direct et le salaire indirect.

          On peut effectivement baisser le « coût du travail » à condition de laisser crever les gens quand ils sont vieux ou malades ou quand ils perdent leur emploi, ou encore en supprimant les congés payés.

          On travaille pour gagner sa vie, pas pour la perdre


        • Aimable 2 octobre 14:02

          @Désintox
          Le livret A a faible rendement sert a la construction immobilière , pourquoi un propriétaire aurait il un rendement supérieur au rendement de ce livret A .


        • foufouille foufouille 2 octobre 14:37

          @Yaurrick

          Ben non car sans lois tu louerai le dessous du pont, des caves moisis et autre placard très cher.

          Il existe largement plus de logement que de locataires mais aucun studio à louer pour 100e sans apl.


        • oncle archibald 2 octobre 16:39

          @Désintox :

          Donc vous allez expliquer au mec qui trouve 1300 euros sur son compte en fin de mois que, t’en fais pas, en fait tu en gagnes le double, 2600 euros, mais l’état et ton patron qui t’aiment bien t’en mettent la moitié de coté, pour quand tu seras vieux et malade. Je doute qu’il vous accueille bien.

          L’employeur lui, s’il emploie un ouvrier qu’il paye 1300 euros par mois pour maçonner un mur en briques, il sait qu’il lui faut compter 2600 euros de main d’œuvre, plus le prix des briques, plus une partie du salaire du comptable et de la secrétaire, plus une partie de sa propre rémunération, plus une partie des impôts et taxes à gogo, pour calculer à quel prix il doit vendre son mur en briques en espérant en tirer un bénéfice.

          Si ce prix est trop cher par rapport à celui de « l’entrepreneur polonais détaché » ou pire de celui que consentira l’entrepreneur français qui emploie des clandestins turcs ou autres payés au black qui représentent les trois quarts de sa main d’œuvre, il n’aura pas le marché et donc il devra licencier l’ouvrier qui « avant » lui construisait de beaux murs en briques.

          Et donc l’objectif du gouvernement, que je trouve honorable, étant de faire baisser le chômage il ne me parait pas sot d’essayer de faire baisser le coût de la main d’œuvre en allégeant les charges qui pèsent sur la rémunération des travailleurs, quitte à assurer par un impôt ou des taxes prélevés sur toute la population le financement des retraites et des soins médicaux des travailleurs.

          Ça me parait simple et efficace, isn’t it ?


        • foufouille foufouille 2 octobre 17:03

          @oncle archibald

          « Donc vous allez expliquer au mec qui trouve 1300 euros sur son compte en fin de mois que, t’en fais pas, en fait tu en gagnes le double, 2600 euros, mais l’état et ton patron qui t’aiment bien t’en mettent la moitié de coté, pour quand tu seras vieux et malade. Je doute qu’il vous accueille bien. »

          c’est un débile africain ?

          car les français se sont pour ça, en 1910 pour les retraites, 36 pour les congés payés.

          tu peux aussi ajouter, il faudrait aussi gazé les sales invalides que les bonnes assurances privées ne veulent pas prendre en charge.

          il faut aussi payer pour ta carcasse de vieux nazi propriétaire qui n’a pas assez cotisé pour son âge = les jeunes n’auront pas ta baraque donc ils doivent refuser de payer ta retraite.

          ( troisième degré mais jaune )

           smiley


        • foufouille foufouille 2 octobre 17:11

          @oncle archibald

          c’est aussi sur sa fiche de paye donc il ne sait pas compter ton africain ........


        • oncle archibald 2 octobre 21:11

          @foufouille

          Peut être même qu’il ne sait pas lire mon Africain, ni meme parler Français, et qu’il n’a même pas de feuille de paye vu qu’il est illégalement sur le territoire français ....


        • foufouille foufouille 3 octobre 08:02

          @oncle archibald

          mille excuses, j’ai oublié les uber couillon vtc auto entrepreneur et les larbins livreurs de bouffe à vélo.

          donc ça existe bien mais ils ne sont pas salariés.


        • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 4 octobre 14:54

          @oncle archibald

          Bonjour, l’UE européenne dont vous refusez de porter la moindre critique a servi avec le traité de Maastricht et surtout l’AGCS, à démanteler tous les services publics en France. La Sécu en fait partie. Ne venez pas pleurer sur le chomage, sur la destruction de l’hôpital public, et tout le reste.
          Les seules entreprises du MEDEF, mais avant elles le CNPF qui ont exercé une pression abominable pour démanteler la Sécu, sont celles qui justement allaient très bien, mais le patronat n’a eu de cesse de prendre les citoyens pour des abrutis, en criant aux « charges » ! lorsqu’il ne s’agissait que de simples cotisations sociales que les salariés payaient aussi. Tout cela a été remplacé par des impots CSG et cie qui ont triplé le coût de ces cotisations, pour remplir les caisses de l’Etat à fond perdu, car nous ne savons toujours pas à quelle destination l’argent destiné à la Sécu est réservé.
          Ce sont des milliards d’Euros tous les ans qui profitent aux charlots qui nous gouvernent, mais certainement pas aux citoyens.
          Les Français ont laissé faire mais ils pleurent maintenant, les cigales !


        • oncle archibald 4 octobre 23:20

          @Nicole Cheverney

          Les salariés ne paient rien ! Ils encaissent un chèque en fin de mois et les soi disant « charges salariales  » et « charges patronales » ne sont que des jeux d’écriture. Celui qui fait le chèque pour l’URSAF, le chèque pour le chômage, le chèque pour la complémentaire retraite, j’en passe et des meilleures, c’est l’employeur et l’addition de cet ensemble de dépenses s’appelle « salaire plus charges » et c’est ce montant multiplié par le coefficient 52/47 pour les 5 semaines de congés payés qu’il prend en compte pour ses calculs de prix de revient du produit oú de la prestation qu’il vend.

          Et l’acheteur potentiel du service oú du produit compare ce prix de vente avec ceux des concurrents avant de signer le bon de commande. Triste réalité mais réalité incontournable.

          Pour le reste certains salariés trouvent qu’ils sont mal payés et ont parfois raison mais pas toujours, certains trouvent que ce salaud de patron s’en fout plein les poches sur leur dos et ont parfois raison mais pas toujours, en bref ça n’est pas simple. Vous vous semblez vous plaindre que l’état préleve sur l’ensemble de la collectivité les taxes et les impôts qui permettent jusqu’à ce jour de payer des frais médicaux, des indemnités de chômage et des pensions de retraite. Ce qu’il fait quoique vous en dites, et beaucoup dans le monde entier nous envient cette « couverture sociale ».

          Moi je trouve que dans le contexte de concurrence mondialisée qui est devenue la règle il a raison de permettre aux entrepreneurs d’alléger le poste salaire plus charges pour essayer de maintenir un niveau d’emploi acceptable.


        • Vaietsev 7 octobre 19:36

          @Nicole Cheverney,

          Je m’étais décidé à ne pas être de ses cigales qui chante ,j’ai lutté des mois et des mois et pendant des années dès mon réveil ,or ici et là ou on lutte , les petits que nous sommes et que nous étions décidé à nous construire et devenir ,nous avons été conspués ,traquer et traiter comme des chiens ou des gros rouge que nous n’étions pas encore ,ce parce pour des petits nous comprenions des choses que JAMAIS des petits devraient comprendre car ils nuiraient à l’état et ses merdias quand nous sommes amoureux de ce que nous faisons .
          J’ai quitté le mouvement de ceux qui lutte et s’informe ,car ma vie était en jeu et j’étais en danger , des gens malsains s’essayaient à tuer un petit citoyen la nuit en le réveillant lors d’un sommeil profond afin de passer un crime sous silence .
          Je sais ,tout cela ne vous touche pas et je peut le comprendre ,ce aussi parce que j’ai vu il y a plusieurs mois la mort déclarée sur ce site d’un citoyen français qui devais s’informer d’un peu trop près à l’information et qui ne plaisais pas à ses autres c.. ou à l’autre con à coup sur ou encore à tout ses gens cette télé la nuit cette radio .
          Votre place ,je ne la sais pas mais au vu de vos billet je peux savoir quel est votre place ,et sachez le dans cette octobre rose ,vous madame ,vous seriez de ses privilégiés quand on voit le plein de vos billet .
          Je suis d’accord ,les cigales n’ont plus qu’ à geindre ,mais paraitrait qu’aux pays des cigales en fait on sait tout ,quand pourtant ,si soufflez n’est pas jouez , leur credo reste le même pour s’en sortir ,les réponses de la nature ,aucune page tourné et des thèses ou des capes ou doctorat développé sans même un travail .
          or là je ne vous apprend pas grand chose ,ceci vous le savez .

          Le totalitarisme sévit pour plusieurs quand pour d’autres ,on y suit confortablement sans aucune objection de conscience car vous seriez de bons citoyens non dissidents ou activistes pour un sou ; comme si de petits citoyens se voulait ceux là .Pfff,désolant .
          On accepte l’intellect avec un fond d’histoire à développé or on accepte pas un intellect imagé et vrai ,ce serait trop dangereux ,ce serait dire l’essentiel pour de vrai ,quand en fait ,dire comme il s’ensuit , c’est se faire le con des merdias qui veule la peau des petits pour créer le scandale .
          désolant une fois encore .


        • Vaietsev 7 octobre 19:51

          @Nicole Cheverney
          Ce je ne sais si cette information chaque soir est en direct ,mais je sais comme les femmes et les hommes ainsi que la vieillesse font énormément de mal à de petits citoyens en devenir dans ce pays ,et ce bien souvent c’est quand nos propos vise juste que le vent parisiens souffle à nouveau ,ce quelque soit les chaines lors d’un suivi d’une chaine .
          On parle d’un octobre rose fait pour les femmes ,du pourquoi plusieurs sont des tronches ,il y en a que pour elles .
          Les femmes l’autre carole gaessler ne pense que champagne lol 
          je deteste le champagne d’ailleurs le champagne aujourd’hui ne serait plu pour elle ,car si les médias l’ont dis pour eux ce serait plus du champomy ou une botte roteuse bien que la roteuse dans le milieu du show biz ,c’est pas de mise oh que non et non parce que c’est dégueulasse ou trop pantalon à chier dedans ,non non pour d’autres raisons .


        • zygzornifle zygzornifle 2 octobre 08:42

          Le trou de la sécu c’est comme le chômage , ça sert a maintenir la pression sur les mougeons ....


          • Le421 Le421 2 octobre 19:01

            Enfin, histoire passée vraie ou fausse, déformée ou révisée, on s’en bats les couil... !!

            L’important est que Macron massacre le système de retraite par répartition en déguisant le malade et qu’il sabote la sécu au passage.

            Mission accomplie !!

            Et les moutons... Bêêêêêêê Bêêêêêêê !!

            Ouais, c’est pas machin, c’est truc qui a inventé la sécu.

            C’est petit les enfants.

            On est en 2019, tout fout le camp, et vous vous occupez de la couleur du chapeau de la gamine !!

            Encore, que les trolls fachos fassent dériver la conversation, je dis pas, c’est leur rôle. Mais les autres...


            • Cadoudal Cadoudal 2 octobre 19:13

              @Le421
              Que Macron remette en cause les acquis du régime de Vichy, c’est plutôt une bonne nouvelle pour les progressistes...lol...


            • alexis42 alexis42 2 octobre 21:07

              @Le421
              « on s’en bats les couil... !! »
              Il vaudrait mieux que vous évitiez ce genre de manip car, depuis le temps que vous la pratiquez, vos c...s doivent être en bien mauvais état.
              PS : mr le « premier de la classe » (sic), le verbe ne s’accorde pas avec le COD.


            • Cadoudal Cadoudal 2 octobre 21:15

              @alexis42
              Il s’en fout, il à son réseau d’anciens Maoïstes qui le fournissent en pièces détachées...lol....

              https://www.cnews.fr/monde/2019-10-01/letat-chinois-vendrait-des-organes-preleves-sur-des-musulmans-vivants-851951


            • Le421 Le421 3 octobre 09:12

              @Cadoudal
              Visiblement, je vois que mon « phi » rouge fait réagir le club des fachos !!
              Bonne nouvelle.
              On vous dérange, les filles ??

              Ah... Pour Alexis. S’en battre les couilles veut dire « on s’en fiche ». Cela ne nécessite pas de baisser le froc car c’est une expression populaire.
              Pour votre éducation, mon cher ami « le sac à dos » !!  smiley
              Et toujours pas vexé, au passage...


            • Le421 Le421 3 octobre 09:14

              @Cadoudal

              les acquis du régime de Vichy

              L’Histoire du XXéme siècle selon Fdesouche, non ???
               smiley


            • alexis42 alexis42 3 octobre 09:27

              @Le421
              « Pour votre éducation... »
              Ces anciens « premiers de la classe » qui nous « éduquent » avec leur élégance de caniveau (en français comme en anglais !), c’est très amusant.


            • covadonga*722 covadonga*722 3 octobre 22:46

              @Le421
              qu’est ça peut te foutre toi tu t’es organisé pour ne pas payer l’impôt afin de faire vroum en l’air , donc ta que ta gueule a fermer escroc !!!
              en fait tes la vrai racaille insoumise mon nabot tu es solidaire mais avec le pognon des autres !!!!!!
              les seules choses que tu donne c’’est quand tu balance tes collegues gj aux flics de Sarlat 


            • Hypatie Hypatie 3 octobre 09:56
              N’oublions pas un petit facteur absent des lignes de compte :

              Dans Toxique Planète d’André Cicolella, on peut lire : (p.36)

              Entre 2004-2008 : "le nombre de personnes en Affections Longue Durée passait de 6,6 à 8,3 millions, le calcul donne un surcoût cumulé de 33,3 milliards d’euros pour les ALD et un surcoût total de 44,4 milliards en incluant les malades chroniques hors ALD. Pendant le même temps, le déficit de l’assurance maladie a été de 22,9 milliards d’euros (...) Ces chiffres montrent que la crise du système d’assurance maladie n’est pas une crise économique comme on le dit trop souvent, mais qu’elle est avant tout une crise sanitaire. C’est parce que les maladies chroniques explosent que les comptes de l’assurance maladie et plus largement ceux de l’ensemble de la sécurité sociale sont en permanence déséquilibrés."

              En 2009, 73 % des dépenses concernent les maladies chroniques (plus de 8 millions de personnes en ALD)
              Pour les maladies infectieuses, la plus importante, le sida, touchait 89 911 personnes, et la deuxième maladie, la tuberculose touchait 9 849 personnes...

              Mais on force la vaccination chez nos enfants, pour des millions d’euros, contre les maladies infectieuses... sans jamais parler des troubles chroniques (et notamment les troubles neuro-développementaux qui explosent, et coûtent, pour l’autisme, 7 MILLIARDS par an, en France, selon la cour des comptes...)

              Cherchez l’erreur...

              La peur des maladies infectieuses est aujourd’hui IRRATIONNELLE en comparaison avec le danger des troubles dits chroniques : Cancers, maladies auto-immunes, troubles neuro-développementaux, troubles neuro-dégénératifs... C’est tout notre environnement qui en est responsable. Et injecter des produits non-conformes, contenant notamment des neurotoxiques comme l’aluminium, ne peut faire qu’aggraver le problème.


              • titi 3 octobre 21:13

                @l’auteur

                Le déficit public de la France s’établit entre 70 et 90 milliards par an.

                Vous pouvez vous bercez d’illusion en pensant qu’il suffit de ratiboiser les riches pour combler le trou et pouvoir continuer comme ces 40 dernières années.

                Sauf que c’est faux. Ce sont de belles histoires que racontent certains partis pour faire croire que le réveil ne sera pas douloureux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès