• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Comment le sacrifice des femmes profite aux hommes

Comment le sacrifice des femmes profite aux hommes

 

Vous connaissez sans doute l’adage : « derrière chaque grand homme, il y a une femme ».
A première vue flatteuse, cette expression met pourtant en exergue une réalité peu amène : celle du sacrifice féminin.
Un sacrifice que l’on n’a eu de cesse de banaliser, voire romantiser, dans le but non avoué de le rendre désirable aux yeux des femmes.
Et pour cause : le renoncement féminin est l’un des piliers sur lesquels s’appuie le système patriarcal.

 

Les femmes de l’ombre

Dans la bande dessinée « I’m every woman », l’illustratrice Liv Stromquist fait la liste (non exhaustive) des « pires petits amis de l’histoire ». Parmi eux figure le réalisateur suédois Ingmar Bergman, qui a eu six épouses et neuf enfants. Chacune de ses compagnes était douée d’un talent artistique (elles étaient respectivement chorégraphe, pianiste, actrice…), mais la maternité les a condamnées à rester dans l’ombre de leur conjoint, qui pendant qu’elles s’occupaient des enfants avait toute latitude pour s’adonner à son art.
"Pendant que toutes ces femmes s’occupent des enfants d’Ingmar Bergman dans leurs maisons et appartements, Ingmar peut se consacrer à son travail" , écrit ainsi l’illustratrice.

Nul besoin de s’appeler Ingmar Bergman pour bénéficier d’un tel privilège : le schéma de la femme qui sacrifie ses ambitions personnelles pour que son compagnon puisse réaliser les siennes est tout ce qu’il y a de plus classique.

C’est un fait : la plupart des « grands hommes », selon l’expression consacrée, ne peuvent conquérir le monde (ou partir en haute mer, ou écrire des livres, ou sauter d’un avion à un autre, ou peindre des tableaux, ou s’épuiser 12h par jour dans un travail qui leur permettra ensuite de monter dans la hiérarchie) qu’avec le soutien logistique et/ou émotionnel de leur compagne.

Ce soutien peut prendre différentes formes, qu’il s’agisse de prendre en charge l’intendance domestique (éducation des enfants, tâches ménagères et administratives…) (il est vrai que l’on conquiert plus facilement le monde quand on est repu et qu’on a des vêtements propres) ou de prendre une part active dans les réalisations du conjoint, contribuant ainsi à son succès tout en restant dans l’ombre.

Un exemple classique et bien connu est celui de la « femme de l’écrivain ». Ainsi, l’épouse de l’écrivain colombien Gabriel Garcia Marquez, Mercedes, soutint financièrement leur famille pendant que ce dernier rédigeait son célèbre livre « Cent ans de solitude ». Lorsque le manuscrit fut rédigé, l’écrivain se rendit compte qu’il n’avait pas assez d’argent pour l’envoyer à un éditeur. Mercedes vendit alors plusieurs appareils ménagers pour permettre à son époux d’envoyer son manuscrit, et de devenir ensuite l’écrivain célèbre que l’on connaît.

Sophia, épouse de l’écrivain Léon Tolstoï, ne cessa quant à elle de soutenir son mari pendant toute sa carrière, jouant tour à tour les « manager, assistante personnelle, infirmière et éditrice ». Elle consacra sa vie à recopier et corriger les manuscrits de son époux – tout en élevant leurs 13 enfants, dont 4 morts en bas âge.

a82388983c8576ae0e7df1b689392b53
Sophia TolstoÏ

Qui a déjà entendu parler de Lee Miller ? Modèle et photographe de talent, l’histoire se souvient surtout d’elle comme la compagne, muse et assistante de Man Ray. Ses propres oeuvres ont été largement oubliées. Pourtant, de nombreuses photos prises à l’époque où le couple vivait à Paris et signées du nom de Man Ray, auraient en réalité été prises par Lee Miller…

Ce sont les femmes des « hommes d’affaires » et autres « capitaines d’industrie », toujours entre deux avions ; ce sont les épouses des artistes, qui sans calme ni silence ne pourraient créer ; ce sont aussi les premières dames, figures mythiques de ce qu’on appelle « la femme de l’ombre », qui consolent, soutiennent, conseillent et veillent sur leur puissant époux. Qui l’aident à se régénérer dans l’ombre, pour qu’il puisse mieux prendre la lumière.

Ce sont les femmes qui abandonnent leur carrière pour que leur conjoint puisse se consacrer pleinement à la sienne.

Ce sont les femmes qui encouragent, soutiennent, conseillent diverses oeuvres et lectures, se transforment en reines du shopping pour relooker leur époux, tapent lettres ou manuscrits à l’ordinateur, prennent les rendez-vous, s’occupent des enfants, gèrent l’intendance domestique, surveillent la santé, le repos et le régime alimentaire dudit époux, écoutent les plaintes et apaisent les blessures. Qui prodiguent ce qu’on a longtemps nommé « le repos du guerrier ». Qui « coachent » et dorlotent leur conjoint pour qu’il puisse recharger ses batteries dans le cocon intime et y puiser toute la force dont il a besoin dans son activité publique.

Ces femmes prennent une part active dans les réalisations de leur conjoint, mais elles ne reçoivent aucune gratification pour cela. Pourtant, peu d’hommes de pouvoir, de leur propre aveu, auraient pu réussir sans le soutien (émotionnel et/ou logistique) de leur compagne. Mais l’Histoire n’a que peu de considération pour celles qui, dans l’ombre, tirent vaillamment les ficelles.

Ainsi, le problème, c’est que les efforts et les talents de ces femmes ne leur profitent pas directement. Elles font offrande de leurs dons à une tierce personne ; elles acceptent tacitement que leur mémoire ne soit jamais célébrée. Pendant que leur conjoint bénéficie des soins qu’elles leur ont prodigué, prend la lumière et reçoit les éloges, elles restent confinées dans la case « femme de » dans laquelle on les a rangées.

En somme, elles vivent au travers d’un homme, à qui elles offrent leurs ambitions et leurs compétences. Elles restent dans l’ombre, dans le silence : leur nom, leurs talents et leur individualité ne seront jamais reconnus.

 

Le sacrifice comme destin

Le cliché sexiste veut que les femmes soient obsédées par le mariage. Mais en réalité, ce sont les hommes qui ont le plus à y gagner.

Des recherches ont en effet montré que les « bénéfices du mariage » (en termes de bonheur, de finances et de santé mentale) allaient tout particulièrement aux hommes. 

Les hommes mariés (note : l’étude a été menée sur une population américaine) sont ainsi en meilleure santé et vivent plus longtemps que les hommes célibataires. Plus un homme reste marié longtemps, plus son espérance de vie augmente. 

Par ailleurs, les hommes seuls se suicident deux fois plus que leurs homologues en couple et sont beaucoup plus exposés à la dépression et aux maladies mentales. Les femmes mariées, en revanche, ne sont pas mieux loties que les femmes célibataires sur le plan de la santé physique et mentale. Elles sont par ailleurs, en majorité, les initiatrices des divorces.

Ou comme écrivait le sociologue américain Jessie Bernard en 1982 dans « The future of marriage » : « Il n’est guère de résultat plus cohérent, plus net, plus convaincant que la supériorité parfois écrasante et toujours impressionnante des hommes mariés sur les hommes seuls dans la plupart des indices démographiques, psychologiques ou sociologiques. Malgré les innombrables plaisanteries et la longue liste de griefs que le mariage suscite chez les hommes, il est le plus grand bienfait qui puisse leur être accordé ».

En effet, dans la mesure où ce sont en grande majorité les femmes qui s’occupent des tâches ménagères et administratives et de l’éducation des enfants (charge mentale je crie ton nom), le mariage ou tout simplement la mise en couple est souvent une aubaine pour les hommes. Libérés des tracas administratifs et de l’intendance du quotidien, tout en étant soutenus émotionnellement, ils ont ainsi toute latitude pour se consacrer à leurs projets.

C’est une évidence : il est plus facile de se lancer dans la politique, l’art ou les affaires quand on est délesté des basses contraintes du quotidien (mine de rien, préparer ses repas, repasser ses chemises, nettoyer régulièrement la baignoire et s’occuper d’éventuels enfants prend du temps) et que l’on peut se permettre de passer de nombreuses nuits loin de chez soi. Quoi de mieux, alors, que de valoriser – ou a minima légitimer – la « nature sacrificielle » de « la femme » ? Les grandes religions monothéistes en ont fait leur cheval de bataille, au travers de textes exaltant le dévouement et l’abnégation féminines. Et la société a suivi.

D’un point de vue structurel, le système patriarcal (en tant que système dans lequel les hommes se partagent le pouvoir) se maintient ainsi sans heurts. Mieux encore, il se maintient avec le consentement de celles qu’il oppresse. Pratique, non ?

Mais pour les femmes, ce sacrifice a un coût. Carrières avortées, difficultés financières, retraites tronquées (en 2017, tous régimes confondus, les pensions des femmes étaient 30% inférieures à celles des hommes, un écart qui grimpe à 42% si on retranche les pensions de réversion versées en cas de décès de leurs maris), mais aussi fatigue, rancoeur, frustration… On connaît tous l’archétype du couple composé d’un homme « qui fait carrière » et d’une femme qui le suit dans ses aventures, au mépris de ses propres désirs et ambitions, ce qui résulte bien souvent en un ressentiment latent.

Pourquoi, alors, les femmes continuent-elles largement à se sacrifier ? Rappelons qu’en France, plus d’une mère sur deux d’enfants de moins de huit ans s’est arrêtée de travailler après la naissance de ses enfants ou a réduit temporairement son temps de travail, c’est-à-dire au moins un mois au-delà de son congé de maternité. Seulement 12 % des pères ont modifié leur temps d’activité au-delà de leur congé de paternité… Enfin, parmi les cinq millions d’emplois à temps partiel, 76% sont occupés par des femmes, qui espèrent ainsi mieux concilier vie de famille et vie professionnelle. Personne n’attend d’un nouveau père qu’il freine ou arrête son activité pour s’occuper de son enfant : en revanche, cette attente pèse lourd sur les femmes.

Il ne faut pas sous-estimer le poids des attentes et des normes sociales, qui diffèrent fortement selon le genre. Une femme avec enfants qui travaille 50h par semaine est une « carriériste » qui apportera misère et infortune à son foyer, mais un homme dans la même situation est un héros qui bosse dur pour le bien de sa famille. Par ailleurs, inégalités salariales et division sexuelle du travail obligent, les femmes sont souvent moins rémunérées que leur conjoint – ou n’ont tout simplement pas les mêmes perspectives de carrière. Le « choix » (qui, on l’aura compris, n’en est pas un) est donc vite fait lorsqu’il s’agit de réorganiser la cellule familiale…

Par ailleurs, on l’a évoqué plus haut, le sacrifice féminin est encore et toujours valorisé – quoique cela tend peu à peu à changer. En tout état de cause, le travail de care échoit encore majoritairement aux femmes qui ont appris depuis leur plus jeune âge à être « serviables » et à se soucier des autres. Nous offrons aux petites filles des poupons à cajoler et des aspirateurs miniatures, qui les préparent lentement mais sûrement à un destin domestique où l’ambition professionnelle est vue comme l’apanage de l’autre : le mari, le conjoint, le partenaire.

Nous apprenons aux femmes à préférer l’ombre à la lumière, à voir dans l’effacement et le sacrifice une preuve d’amour ou de respectabilité, à modérer leurs ambitions ou tout simplement à transcender celles-ci au travers de la vie des autres (leur conjoint, leurs enfants…). Le problème, c’est qu’en faisant cela, elles restent des citoyennes de seconde zone : elles ne se réalisent pas, ne s’émancipent que partiellement. Coincées dans une zone intermédiaire, elles ne disposent pas d’existence autonome. Et pendant ce temps-là, les hommes triomphent… sur le dos de la résignation féminine.

Qui sait ce que les femmes auraient accompli au cours de l’Histoire si les rôles avaient été inversés ? Ou si, à tout le moins, elles avaient aussi bénéficié de ce soutien émotionnel, psychologique et matériel qu’elles ont toujours prodigué aux hommes ?

 

Peut-être, alors, pourrait-on rappeler à nos amies, nos sœurs et nos filles que le sacrifice n’est en rien désirable lorsqu’il est unilatéral ; que dans le cadre du couple, il peut être nécessaire de faire des concessions parfois, à condition qu’elles soient réciproques et ne lèsent personne sur le long-terme.

Leur rappeler qu’elles sont des êtres pleins et entiers, et qu’elles méritent de se réaliser. Mais aussi et surtout, et c’est toute la difficulté dans un monde de plus en plus précaire, qu’il est nécessaire pour les femmes d’avoir cette « chambre à soi » dont parlait l’écrivaine Virginia Woolf dans son livre éponyme : c’est à dire de disposer, dans la limite du possible, de temps, d’argent et de projets personnels qui leur permettent de se réaliser en tant qu’individus.

 

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  1.46/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

203 réactions à cet article    


  • Laconique Laconique 10 mars 15:12

    Nemo mulieres a matrimonio constringit.


    • CLOJAC CLOJAC 10 mars 19:02

      « Derrière chaque grand homme il y a une femme »

      Et derrière chaque grande femme, il y a un petit homme. 
      Exemple : Carla et Sarko  smiley


    • totof totof 10 mars 19:43

      HAaaa !... Ca faisait longtemps qu’on avait pas eu une séance de pleurniche féministe.
      Sur le fait que le mariage bénéficie aux hommes, c’est évidemment faux. Je renvoie l’auteur à la lecture d’un livre qu’elle affirmera faux car elle n’aimera pas ce qu’il y est dit : « La police des familles » de Jacques Donzelot (éd. de Minuit). Le mariage a été littéralement imposé de force aux hommes dès le XIXème siècle par les sociétés philanthropiques bourgeoises parce que le patronat avait remarqué que les hommes mariés faisaient moins grève. Ils ont donc été l’objet de chantages divers et variés pour se marier. Ce qui, au passage, montre la puissance des femmes (fait totalement nié par la pleurniche féministe).

      Je lis cette phrase :
      « Ce sont les femmes qui abandonnent leur carrière pour que leur conjoint puisse se consacrer pleinement à la sienne. »
      Quelles sont les sources ? Car quand on fait un commentaire sexiste comme ça, il faut sourcer, c’est la moindre des choses...
      Bon après, c’est l’habituelle pleurniche sur les femmes qui se sacrifient, etc., tout ça est complètement faux et sexiste. Il suffit de regarder autour de nous.

      Allez, pour terminer, parce que je ne vais pas passer la vie sur ces débilités, je lis ça :
      "Des recherches ont en effet montré que les « bénéfices du mariage » (en termes de bonheur, de finances et de santé mentale) allaient tout particulièrement aux hommes. "

      Whaou ! jstor.org ! (seuls les universitaires comprendront). Ca me rappelle ça. Et puis j’ai lu pas mal de littérature féministe universitaire, et bien tout simplement, ce n’est pas de la bonne littérature. Erreurs de logique de partout, sources litigieuses, etc. Mais comme le féminisme a le vent en poupe puisqu’il sert les intérêts du pouvoir bourgeois, inutile d’être sérieuses, des études menées à la va-vite suffisent !
      Et bon vent !
      PS : quand même : le monde est en train de s’écrouler et on a encore toute une partie de la population qui perd son temps avec des bêtises de ce type... En quête de leur petit confort de névrosées embourgeoisées.


    • JC_Lavau JC_Lavau 10 mars 20:06

      @totof. Voir aussi une fraudeuse universitaire, professionelle de la haine sexiste :
      http://deonto-famille.info/index.php?topic=209.0


    • JC_Lavau JC_Lavau 11 mars 12:43

      @totof. Si si, regarde Ubuleski : 
      https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/the-long-and-winding-road-to-222012
      J’avais quatre messages, il n’en reste aucun.
      La violence bureaucratique là par Ubuleski démontre que le féminazisme demeurera criminel jusqu’à la racine des cheveux, quel que soit son déguisement victimaire du jour.


    • Jean 11 mars 17:41

      @JC_Lavau
      et il est pratiquement tout seul sous son article....


    • vaietsev1 12 mars 13:40

      @CLOJAC
      Monsieur ,je répond sur votre profil non pas pour vous répondre ,mais en fait pour ne pas être le dernier des commentaires donc un premier.
      Toutes les femmes sont des ordures ,les hommes sont pareils ,J’entend encore ce midi le Jean Pierre Pernault ce jour 12/03/2020,nous dire ,que CA gonfle beaucoup de monde .
      Or CA ,ce sont toutes nos voix off qui nous irrite et ses voix sont celle de citoyens de cette lucarne alors européens ,les pires ordures qui soient dans ce putain de pays !!!
      Un coup dans le zig ,un autre dans le zag ;ces femmes et ces citoyens ne voient qu’ils ont creuser la tombe et la leur de ceux qui se construsaient et devenaient des quelqu’un en instaurant le NOM partout ,notamment au chateau ou le OUI réside et cela le restera !!!!
      Jean pierre pernault ,va t’occuper de tes vaches saletés de verbatim inutiles !!!!
      Et arrête de faire chiert les citoyens qui se construsaient et avait changer de place parce que vos citoyens de gauche européennne l’ont réveillé !!!!
      Pourritures ,salauds ,vous nous dites que le chateau ,c’est l’oubli ,et qu’au soleil ,« je me souviens » ,quand tout ceci ,tout ça ,est une véritable mascarade ,j’ai essayé votre place du système au soleil et je ne me souviens toujours pas ,pire et je le savais ,je n’ai plu et pas d’avis ni meme une idée ,ce que vous farnçais sans interet souhaiter alors ,n’avoir pas une moindre idée du pays dans lequel vous vivez ,tellement vous avez un poil dans la main .
      En instaurant le NOM partout par la faute de ses citoyens européens et de ses saletés de bonnes femmes ,vous ne faites alors que rendre le monde du peu de terriens affable et de larves en devenir ,ce que vous êtes alors toutes saletés de bonnes femmes et sales ordures de citoyens européens ; car aujourd’hui ,de ce que je comprend du pays et du monde ; ce monde est fait pour les femmes ,donc et en fait ,le NOM partout ,c’est à dire ,plus aucun terrien pour penser ,et tout pour les pires ordures et salauds de ce putain de système ,c’est à dire ,ne pensez plus ,faites comme nous hombres du monde ,ne buchez pas ,et cela viendra tout seul ,CA VOUS AIDERA !!! pfff ,mensonge !!!!
      Ce NOM partout nous fait voir alors ,ce que sont les femmes ,dans la vie ,en fait ,elles ne pensent pas ,donc elles ont instauré ce NOM partout car UN citoyen pensait et était dangereux pour elles ,grrrrr ,alors ses saletés ont instauré le NOM partout et désormais ,car c’est bien de désormais qu’il s’agit ,nous voilà ,nous terriens ,comme ses ignobles bonnes femmes ,nous ne pensons plu,autant vous dire que maintenant aujourd’hui désormais ,j’ai pas fini d’entendre toutes ses écoeurantes bonne femmes me dirent de demander ,car selon elles ,nous ne réussissons pas sans ses femmes ,quand dois je vous rappeler du temps ,ou j’ai obtenu mpon graal comme Disquaire ,je ne vous connaissais pas ,ni meme ne vous sentait !!!!
      Depuis votre venu et vos conseils a vomir ,vous n’avez fait de moi qu’un branleur insolent en devenir un voyou !!!!!
      Voyez alors ce qui se cache derrière un grand homme ; de l’insolence et des femmes enfants que sont ces femmes ,du pourquoi JE DOIS DEMANDER pour permettre à UNE de devenir FEMME et de pensez si madame le veut ,mais correctement nom de d’là !!!! 
      et pas comme vous le faites ,quand vous me rendez insolent ,car c’est derrière mon insolence que se cache le fond des femmes mais aussi des hommes ,et je n’en suis pas surpris ,bien souvent ,je pense mal quand elles m’apparaissent ,et je pense juste et bien et avec sévèrité quand elles ne sont pas là !!!!
      Je vous réserve ma sévèrité mesdames ,entendez le ,car en aucun cas ,vous me referez redevenir ce que j’ai été JEUNE ; c’est à dire ,un citoyen perché et qui ne savait ce qui se tramait dans ce pays !!!!
      LE CHATEAU OUI OUI OUI !!!!! votre NOM ,je le réfute !!!!
      que le chateau soit un NOM tout comme le soleil ,c’est remettre le plus gros des réponses a ceux qui n’ont pas d’avis mais même d’idée ,mais permettre à chacun d’avoir une réponse et pas qu’une petite ,surtout quand on n’a pas bucher son sujet !!!!
      FUCK LE NOM PARTOUT !!!!!
      OUI AU CHATEAU ,OUI OUI OUI ,et qu’importe ses vieux grabataires qui souhaite le NOM et tout ses citoyens européens ; c’est OUI : JE NE SUIS PAS UN DE SES PRIVILEGIES !!!!!

      PS : Ferme ta gueule sale putain de verbatim quelque soit l"émission , met juste un jour un vrai direct que nous puissions rire ,afin de voir les ventres vides du show biz !!!!

      VASSILY 


    • vaietsev1 12 mars 14:07

      @totof
      Monsieur ,je ne vous répond ,je choisis votre profil afin de ne pas être un dernier alors un premier ;
      VOTRE NOM PARTOUT ,saletés de bonnes femmes ,ne m’en voulez pas ,mais quand des citoyens crient AAASSEEEZZZ !!! OU CA SUFFIT !!!c’est juste un moyen pour que CA continue de nous faire .hier,voilà ce que peu être votre NOM partout ,en effet ,chaque citoyen européen peu faire CA ,alors ne l’oublions pas et soyons plu tendre avec lui ,il sera nous aider et nous traiter comme il se dois ,quand pourtant , la seul solution pour mettre un terme à CA ,c’est se faire sévère et l’être avec ceux qui font CA !!!!!
      J’étais sévère et intraitable contre ses gens ,ils ont gagné en trichant comme par habitude ,le NOM est partout aujourd’hui maintenant ;
      C’est mal vu des européens qui jouent avec les voix off des médias de PENSER nous les terriens ,comme s’ils avaient les chocottes d’une branlée qui se profil ,branlée que vous mériteriez car nous ne naissons pas tous du bon coté de la barrière avec comme privilège ,de venir dans les émissions de divertissement se remplir les poches d’oseil ,pour faire les boutiques et faire vos voyages ; voilà alors votre réponse de ce NOM ,nous ne sommes pas prêts ,nous n’avons jamais travaillé dur ,nous n’avons jamais bosser ,nous ne faison que piller pour savoir ; je le sais ,j’ai un proche qui n’a aucune culture et en fait ,ben , il avait réponse à tout meme ce qu’ils ne connaisaient pas ; voilà ce que c’est votre NOM celui alors des parasites et gros poil dans la main .
      Pour toutes ses réponses sur le féminisme ,rien à redire ,j’y ai juste compris ,en fait ,que tout leur est dû,et que nous ne sommes que les ignobles hommes qui ne les comprenont pas ,alors que ,à les voir nous croisés ,avec leurs enfants dans les hypermarchés ou à flaner ,nous vous savons qu’en un simple regard ,vous seriez savoir si nous sommes le mal ou le bien ,lol ,méfiez vous mesdames ,c’est pareil pour nous ,mais nous ,à votre opposé ,nous n’allons pas chercher les femmes pour savoir leur regard ; nous ne recherchons pas à tout pris LA FEMME pour un avenir meilleur ou pour rompre une solitude ,nous n’en somme pas là à ce point ,qui plu est ,aussi parce que la plupart des jalouses mal baisés et célibataires ,savent nous nuire ou nous empecher,elles ,de nous émanciper sans elles ,ce en instaurant le NOM ,qui nous fais comprendre ,que maintenant pour penser ,tu dois DEMANDER .

      Va te faire mettre bien profond saletés de bonne femmes ,moi c’est fait ,je ne m’y recommencerai ,et ce que vous cherchez bien souvent quand vous savez les hommes et que vous savez ou être quand il le faut ,c’est que vous savez qui sont ceux qui sont bien montés et sont pures ;c’est à dire que votre façon de DEMANDER ,c’est de vous faire voir ,lorsque l’ont sort ,et vous montrez friandes de ceux qui en ont dans le slip ; y’en à même qu le seront toute leur vie bien montés dans leur slip .

      VASSILY 


    • hans-de-lunéville 12 mars 16:57

      @vaietsev1
      apparement le virus n’attaque pas que les poumons...


    • JC_Lavau JC_Lavau 13 mars 15:04

      @totof. Prenons l’exemple de Giuseppina Strepponi, cantatrice, puis épouse de Giuseppe Verdi. Carrière et voix mal gérée, voix définitivement compromise, elle a fait une seconde carrière comme épouse du compositeur, qui lui avait perdu femme et enfants dans une épidémie (1840).

      Certes, je n’y étais pas, je me contente de présumer que Giuseppina n’a jamais fait reproche à Giuseppe de l’avoir « sacrifiée ».

      Autres échos ? Objections ?


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 mars 16:18

      @CLOJAC

      Je n’ai jamais eu une femme derrière moi, mais souvent une a mes cotés. Aucune ne m’a jamais ennuyé aves les insignifiances du baratin féministe dont notre societé est affligée depuis maintenant des années... Comme de toutes les modes, on peut toutefois espérer qu’elles s’en lasseront quand elles en auront épuisé les aspects provocants.

      PJCA 


    • totof totof 15 mars 22:51

      @vaietsev1

      Vous avez pensé à consulter un psy ?


    • Aimable 10 mars 15:32

      Souvent aux environs de la « cinquantaine » , cette épouse se fait jeter pour une jeunette qui profite de l’aubaine qu’est le mari a la situation bien établie , pour ne rien sacrifier elle . 

      Donc le sacrifice d’une femme profite aussi a une autre femme .


      • Eric F Eric F 11 mars 12:10

        @Aimable
        ça c’est dans certains milieux aisés, mais dans la population de base, le remariage avec une jeunette est plutôt rare. Du reste, la majorité des divorces sont sur demande de l’épouse.

        .


      • JC_Lavau JC_Lavau 11 mars 12:24

        @Eric F. Statistique probablement biaisée ; plutôt 85 % que 70 %.
        Et il n’y aura pas de statistiques sur les accusations mensongères, ni les changements d’orientation sexuelle de madame : à présent qu’elle a obtenu son compte d’enfants, elle trouve qu’elle n’a plus l’usage d’un mâle.
        Sauf s’il est très riche.
        Men are like coffee : they are better rich.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 mars 16:37

        @Aimable

        « Cette épouse se fait jeter pour une jeunette... »

        Un des éléments du martyr de la femme que corrigerait le passage à l’islam dont Houellebecq nous a si plaisamment entretenu... un autre avantage de la polygamie serait d’augmenter la part des mâles intellectuellement dominants dans la procréation, contrant la tendance actuelle a une baisse progressive du QI en France.... smiley

        PJCA
         


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 mars 16:02

        comment le sacrifice des uns profite aux autres ?

        pas forcément un homme qui exploite une femme ou une femme qui exploite un homme ou que l’un des deux vive au crochet de l’autre : peu importe le sexe, ce qui est sûr, c’est que certains êtres humains profitent des autres, qui n’ont pas d’autre choix et subissent plutôt qu’ils ne se sacrifient

        plutôt que de prendre comme cible les individus à chromosome y et dotés d’un appendice pénien, vous feriez mieux de vous allier à ceux parmi eux qui subissent les mêmes injustices que vous


        • Zut, on a encore oublié Madame Freud. Qui soit dit en passant ne comprenait rien à la psychanalyse. Mais quelle fierté pour elle...Ce que les femmes doivent aux hommes,...J’en profite pour les remercier. Comme dans la chanson d’Aragon : j’ai tout appris d’eux.


          • CLOJAC CLOJAC 10 mars 19:05

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            « Ce que les femmes doivent aux hommes,..  »

            Il y a sûrement du vrai dans le propos si j’en juge au nombre de couguars qui débarquent dans nos îles, affamées de bogosses qui ont la moitié de leur âge.


          • Trelawney Trelawney 10 mars 16:10

            Vous, l’auteur (je préfère auteur à autrice), êtes en train de faire une généralité sur la base de concept d’avant les années 60.

            Aujourd’hui il existe des couples où l’homme se sacrifie pour sa femme. Il est vrai que c’était très rare avant. Mais maintenant c’est très courant et ça n’a rien de choquant bien au contraire.

            Aujourd’hui l’éducation des enfants se fait à deux et des fois deux hommes ou deux femmes. Car n’oubliez pas que même dans les couples homosexuels il y en a toujours un à un moment qui se « sacrifiera » pour l’autre. L’important est que ce ne soit pas toujours le même.


            • arthes arthes 10 mars 16:28

              En Russie...Enfin, à ma connaissance...La journée de la femme...Les hommes offrent des fleurs aux femmes , et elles s’habillent particulièrement coquettes, féminines, bref, c’est romantique et fleuri.

              En France, en occident, c’est politisé par les féministes : Et gnagngna, et nos droits, et nos revendications, et « me too » , et nous qui nous sommes sacrifiées pour vous, et « ça peut plus durer » etc...

              ça va pas fort dans la tronche les filles.
              « La femme est l’avenir de l’homme »...
              ça fait peur quand même..


            • leypanou 10 mars 17:41

              @Trelawney
              Aujourd’hui il existe des couples où l’homme se sacrifie pour sa femme 

               : personnellement, j’en connais.
              La rue d’Ulm, agrégation, thèse, une place d’enseignant/chercheur à l’Université : il a préféré la planque d’enseignant en CPGE au lieu d’être enseignant/chercheur et aide en même temps sa femme qui travaille dans le même domaine et c’est lui qui s’occupe de leurs 2 gosses.


            • CLOJAC CLOJAC 10 mars 19:20

              @Trelawney

              « Vous, l’auteur (je préfère auteur à autrice), êtes en train de faire une généralité sur la base de concept d’avant les années 60. »

              Le concept des années 60 et avant reposait sur une base économique ambivalente : l’argent de l’homme lui donnait un pouvoir que le charme et la ruse de la femme étaient supposés capter. 
              Dans cette optique, prostitution = CDD, mariage = CDI

              Anyway, dans tout groupe humain (et un groupe commence à 2) il y a forcément un ou quelques dominants et un nombre variable de dominés.
              C’est une constante chez tous les animaux sociaux et tout particulièrement chez les primates.
              Ce n’est pas un hasard si les éthologues classent les dominants en mâles alpha et femelles alpha, constatant qu’ils sont égaux en nombre, et qu’en cas de conflit entre dominants, les femelles usent souvent du vieux truc réinventé par Lysistrata.


            • totof totof 10 mars 20:36

              @arthes
              Voui... Au delà de mes énervements contre ce mouvement de dingues, le fait est que ça ne va pas fort dans la tête des femmes. Il faudrait quand même se pencher sur l’éducation des petites filles : obligation du conformisme (souvent par les mères qui sont les principales éducatrices), enfermement dans le foyer par peur des prédateurs sexuels (donc impossibilité d’aller dans le monde pour y faire des expériences d’enfants), etc. Il faudrait que les pères parviennent, d’une façon ou d’une autre, à remettre en cause l’hégémonie des mères pour lancer leurs filles dans la vie.
              En tout cas, là, ça donne la petite-bourgeoise occidentale, sorte de bestiole apeuré, ultra-névrosée et trop contente d’avoir une sorte de papa, l’Etat, qui prétend la protéger... (et aveugle qu’en fait, elle est ainsi l’esclave d’une stratégie de lutte des classes destinée à détruire les classes populaires). Et après, on a des articles comme ça...


            • totof totof 10 mars 20:42

              Le propos de pleurniche de l’article me rappelle ça...


            • sylvain sylvain 10 mars 20:49

              @CLOJAC
              quand vous enfermez quatre rats ensemble, il y a presque toujours deux dominants, deux dominés et un indépendant parait il . J’avoue ne pas avoir tenté l’expérience moi même


            • Xenozoid Xenozoid 10 mars 20:51

              @sylvain

              ça fais cinq rats


            • CLOJAC CLOJAC 10 mars 21:30

              @Xenozoid

              « ça fais cinq rats »

              Pas si le cinquième est un rat macronien « en même temps »  smiley


            • Xenozoid Xenozoid 10 mars 21:40

              @CLOJAC

              les americains(medias) voient bien biden de gauche,pourquoi pas 


            • JC_Lavau JC_Lavau 10 mars 16:23

              C’est étrange comme le sinistre de la justime (Dominique Perben à l’époque) a donné ordre aux procureur de ne plus poursuivre les vols d’enfants : en effet, c’est un délit massivement féminin, donc à protéger pour des raisons électorales évidentes.

              Les accusations mensongères aussi bénéficient d’une prescription à trois ans. Et encore un délai de trois ans semble affreusement long à certaines. Encore un délit massivement féminin, donc à protéger pour des raisons électorales évidentes.

              Le gros avantage du retour en force du matriarcat, est que les sacrifices humains sont revenus avec. A titre personnel et après expériences, je suis contre, ne serait-ce que parce que le fils aîné à zigouiller d’urgence parce que c’est comme ça qu’on fait, c’est moi. C’est comme ça que j’ai perdu toute crédulité envers la propagande hégémonique, gynarque.


              • JC_Lavau JC_Lavau 10 mars 19:14

                @JC_Lavau. A donné ordre aux procureurs... article 227-5 NCP, réprimant les non-représentations d’enfant. 

                Les articles 226-10 NCP, réprimant les accusations mensongères, et 441-7 NCP réprimant les attestations mensongères, au moins en théorie, sont eux aussi lettre morte. J’aimerais bien habiter en Théorie, parce qu’en Théorie, dit-on, tout va bien. Là aussi, les procureur(e)s et substitut(e)s se gardent soigneusement de faire respecter la loi de la République, loi qui ne joue plus qu’un rôle décoratif. Là aussi, ces délits protégés sont des délits massivement féminins.


              • JL JL 10 mars 19:27

                @JC_Lavau
                 

                histoire vécue : il y a plus de 50 ans, je connaissais une jeune fille belle, sportive, sérieuse et ingénue qui, dans la foulée de son Certificat d’études, avait réussi les épreuves du concours d’entrée à l’École normale d’instituteurs. Elle avait alors quinze ans.

                 

                 Il y avait à la clé, un contrôle médical. L’aréopage de médecins et inspecteurs, subodorant — on se demande sur quelles bases ? — une scoliose, l’a faite déshabiller entièrement et marcher totalement nue devant eux, pour assurer leur diagnostic. Je pense qu’il n’étaient pas tous du même avis ! De fait, cette jeune file n’a jamais de sa vie, eu à souffrir d’une quelconque scoliose..

                 

                Ces belles personnes ont fait preuve d’un courage exemplaire en lui refusant ce certificat d’aptitude physique, donc l’accès à l’École normale.

                 

                 Appelez ça comme vous voulez. Moi j’appelle ça un viol en réunion.

                 


              • JC_Lavau JC_Lavau 10 mars 19:38

                @JC_Lavau. Si tu t’imagines qu’un contrôle médical est plus honnête quand il est féminin, tes illusions sont grosses.


              • JL JL 10 mars 19:42

                @JC_Lavau
                 
                 tu connais des cas de viols en réunion perpétrés par des femmes ?


              • JC_Lavau JC_Lavau 10 mars 19:44

                @JL. Je n’ai vécu qu’une seule vie, avec bien de la baraka d’avoir réchappé de plusieurs tentatives d’assassinats.


              • JL JL 10 mars 19:56

                @JC_Lavau
                 
                ’’ Je n’ai vécu qu’une seule vie

                ’’
                 
                 je vois : il n’y a que ton propre vécu qui compte pour toi. C’est pas ub scoop !


              • JC_Lavau JC_Lavau 10 mars 20:03

                @JL. Certes, c’est un scandale que de se limiter à ce qu’on connaît et qu’on a pu vérifier.
                Si je parle de tentatives d’assassinats, je me limite à ce que je connais.
                Si je parle de vols d’enfants, je me limite à ce que je connais.

                Si je parle d’accusations mensongères et d’attestations mensongères, je me limite à ce que je connais.

                Si je parle de corruption, prévarication et de harcèlement dans l’EN, je me limite à ce que je connais.

                Si je parle de forfaitures dans le Temple de Grande Inexactitude (TGI pour les intimes), je me limite à ce que je connais.
                Si je parle d’escroqueries, je me limite à ce que je connais.

                Cela me fait déjà beaucoup d’ennemis, ici aussi.


              • JL JL 10 mars 20:18

                @JC_Lavau
                 
                 ’’Certes, c’est un scandale que de se limiter à ce qu’on connaît et qu’on a pu vérifier ’’
                 
                 Je ne suis pas si binaire . Pour moi il y a ce que l’on a vécu ; ce que l’on connait ; et ce que l’on ignore.
                 


              • totof totof 10 mars 20:55

                @JL : «  tu connais des cas de viols en réunion perpétrés par des femmes ? »

                Ben il y a ça : https://www.violencefeminine.com/cat/violences-sexuelles/viol/

                Mais aussi, il ne faut pas oublier que la perversité féminine s’exprime par l’intermédiaire de la triangulation. On en a l’exemple avec Pauline Nyiramasuhuko : https://www.violencefeminine.com/genocide-rwandais-le-martyre-de-rose-violee-trois-mois-durant/
                Voili voilou...


              • JL JL 11 mars 07:59

                @totof
                 
                dans le 1er lien, je n’y vois pas des femmes violeuses, mais des femmes violées.
                 
                 Quant à l’autre, ... pauvre homme ! Violé avec des crayons par son épouse.
                 
                 smiley


              • totof totof 11 mars 16:13

                @JL

                Ce que vous appelez le 1er lien doit être le dernier et je vous invite à le lire et vous verrez un exemple de triangulation (mais il est vrai qu’à notre époque de zapping généralisé, lire une page ou un livre en entier relève de l’archaïsme et de la réaction...)

                Quant à ce que vous dites du premier (que vous nommez « l’autre »), déjà c’est lamentable et assez grave (j’imagine le même discours s’il avait s’agit d’une femme), mais en plus, comme d’habitude, vous avez survolé la page... C’est sûr que dans ces conditions, vous ne risquez pas de trouver d’arguments gênants trop vos préjugés sexistes.


              • Areole 10 mars 16:32

                « Comment le sacrifice des femmes profite aux hommes »...

                et inversement :

                Combien de maris partis à la guerre sont revenus en cocus ?

                Combien de femmes sont entretenues en véritable coucou familial ?

                Combien de femmes vivent aux crochets de la société (bénéficiant de 70% des aides sociales et soins médicaux ainsi que de 90% des pensions de reversion)

                Pourquoi les filles réussissent-t-elles mieux que les garçons dans le système scolaire ? 

                Pourquoi les femmes vivent-elles plus longtemps que les hommes...Alors que l’on naît pas femmes, qu’on le devient ?

                Les hommes qui choisiront « d’être femmes » vivront-ils plus longtemps ?


                • rogal 10 mars 16:39

                  @Areole
                  « Combien de maris partis à la guerre sont revenus en cocus ? ».
                  Combien, en plus, n’en sont pas revenus ?


                • CLOJAC CLOJAC 10 mars 19:27

                  @rogal

                  « Combien, en plus, n’en sont pas revenus ?  »

                  Et ne parlons pas des marins partis pour 2 ans et trouvant au retour un bambino de 6 mois à la maison.
                  Une tribu berbère les « moutchous » avaient une coutume sympa.
                  Avant de partir pour un long voyage, ils accrochaient un de leurs serouals au dessus de la paillasse.
                  Ainsi, symboliquement, tout moutard à venir était légitimé d’avance. smiley


                • Aimable 10 mars 19:41

                  @rogal
                  Ils sont revenus cocus , mais ils sont revenus , donc certains de ceux la ont eu de la chance .


                • rogal 10 mars 16:37

                  Des constats en bonne partie exacts. Le fond de l’affaire n’est-il pas que les femmes sacrifient beaucoup, si ce n’est tout, à la maternité ? Au point de chercher compensation souvent dans le « être la mère d’un(e) tel(le)... » et pas seulement dans « être la femme de... ». Une seule solution alors : renoncer d’emblée à investir la maternité aussi intensément ; ce que quelques unes font déjà. Le ’’patriarcat’’ sait distendre les rênes.


                  • gaijin gaijin 10 mars 16:39

                    article sexiste

                    mais le sexisme anti homme est tendance voire obligatoire ...

                    parce que l’homme lui ne se sacrifie jamais ...

                    c’est par pur égoisme qu’il va se faire sauter sur une mine ou qu’il va se « réaliser »

                    en bossant 60 heures par semaine pendant que bobonne restée a la maison se tape le prof de yoga tout en se permettant de reprocher a son mari a la fois de ne pas être assez présent pour elle qui se sacrifie et de ne pas ramener assez d’argent pour avoir une piscine plus grande que celle du voisin ...

                    mais bien sur l’autrice n’a jamais rencontré ce genre de phénomène ...pour elle la femme n’est un être foncièrement nirvanéen dont l’amour n’est jamais proportionné au porte feuille de son mari ...


                    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 10 mars 17:11

                      Perso c’est ma femme qui fait carrière sur le trottoir et c’est moi qui m’occupe des tâches ménagères et de la comptabilité.


                      • arthes arthes 10 mars 17:18

                        @Aita Pea Pea

                        Ah, tiens...
                        Elle est policier municipal ta femme ?


                      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 mars 17:20

                        @Aita Pea Pea

                        faut arrêter de te sacrifier : toi aussi tu as droit au bonheur
                        bon, la première fois, ça fait un petit peu mal, mais après on s’y habitue et on finit par aimer ça, tu verras


                      • troletbuse troletbuse 10 mars 17:25

                        @Aita Pea Pea
                        Faut lui dire de traverser


                      • S.B. S.B. 10 mars 18:26

                        @Aita Pea Pea
                        Bonne idée. Il faut être pragmatique et avoir la bonne répartition des tâches (des taches aussi).

                        @ L’auteur
                        Bonjour, vous généralisez. « Tout le monde connaît... ressentiment ». On ne sait pas. Il y a des hommes qui arrêtent de travailler ou travaillent moins pour s’occuper des enfants petits. Il y a des femmes qui n’ont pas envie de gloriole ou qui sont heureuses dans ce que vous décrivez.
                        Ne pas essayer de faire le bonheur des gens malgré eux, ça ne marche pas.


                      • San Jose 10 mars 17:14

                        Dans mon village la municipalité progressiste a décrété l’égalité des sexes dans tout ce que gère la mairie. Il n’y a pour exceptions que le monument aux morts et le club du troisième âge. 


                        • troletbuse troletbuse 10 mars 17:21

                          @San Jose
                          Et le maire, pour mesurer, il a acheté un mètre ou un pied à coulisse ?


                        • troletbuse troletbuse 10 mars 17:24

                          @troletbuse
                          Pour les femmes, un sonar ?


                        • Raymond75 10 mars 17:14

                          auc

                          Je suis divorcé (à ma demande, et pas pour rejoindre une autre), et j’avoue que j’assume la terrible charge des travaux ménagers :

                          Appuyer sur le bouton ’marche’ du lave vaisselle ou du lave linge une ou deux fois par semaine, c’est dur, mais je le fais.

                          Passer le balai et le plumeau toutes les semaines ou les dix jours, c’est dur, mais je le fais.

                          Repasser chemises et pantalons (pas le reste) une fois tous les dix jours en regardant la télé, c’est dur mais je le fais.

                          M’occuper de mes enfants : j’avais du mal ... car mon ex femme s’interposait toujours ; c’est pour cela que je l’ai larguée, sans aucun regret.

                          Les femmes victimes des hommes ? De pauvres petites créature craintives, peureuses, effrayées, toujours sous la domination de mâles en rut ? en France ? Quand avez vous vu une manifestation d’hommes qui s’opposent à l’égalité des femmes ? J’ai fais parti d’un syndicat pendant trente ans (la CFDT) : vous pensez que nous nous réunissions le samedi soir à 2 h du matin au quatrième sous sol d’un parking pour définir une stratégie anti-femmes ?

                          Les hommes (tous) sont violents, et les femmes (aucune) jamais ?

                          https://fr.wikipedia.org/wiki/Violence_f%C3%A9minine

                          https://www.violencefeminine.com/

                          https://journals.openedition.org/champpenal/8039

                          Prenez votre place si vous en êtes capables sans assistance, et fichez nous la paix :


                          • sylvain sylvain 10 mars 20:55

                            @Raymond75
                            se branler un coup de temps en temps, c’est dur mais je le fais


                          • Raymond75 11 mars 07:07

                            @sylvain
                            Décharger dans sa régulière, c’est chiant mais vous le faites.


                          • sylvain sylvain 11 mars 10:46

                            @Raymond75
                            desolé, c’était trop facile . D’autant que je suis assez d’accord avec vous, pour ce qui est de mon expérience j’ai dépensé infiniment plus d’énergie à supporter mes compagnes qu’à passer le balai de temps en temps . J’en suis venu à la conclusion qu’on était pas fait pour vivre ensemble, ou au minimum avec un contrat claire, ce qui n’est pas le cas


                          • Raymond75 10 mars 17:17

                            Copie d’un message déjà ancien :

                            De nos jours, il faut qu’un homme soit complètement fou pour se marier :

                            Après quelques semaines, elle lui pourrira la vie, « pourquoi tu as fais cela ? Pourquoi tu n’as pas fais cela ? Pourquoi tu as fais cela comme ça ? Tu me prends pour qui ? » .

                            Elle seule décidera d’avoir un enfant, au besoin en arrêtant de prendre la pilule en cachette car elle a un désir d’enfant, puis après quelques années ils divorceront (50 % des couples divorcent, plus chez les jeunes).

                            Il perdra ses enfants (mais devra payer une pension alimentaire), il perdra son logement, il devra ’compenser’ la perte de revenu de sa femme (même si elle a fait des études et travaille : ce sera de la faute à l’ex mari si elle gagne moins) : parfois pour être éloigné définitivement de ses enfants elle fera une ’déclaration d’attouchements’ ...

                            Le mariage est une gigantesque anarque contre les hommes, jugés par des juges féminins des affaires familiales et ’défendus’ par des avocatEs.

                            Jamais plus qu’un PACS, ou mieux encore : RIEN : la stricte égalité.


                            • CLOJAC CLOJAC 10 mars 21:02

                              @Raymond75

                              « De nos jours, il faut qu’un homme soit complètement fou pour se marier :  »

                              L’idéal c’est chacun chez soi, pas trop loin bien sûr, on se retrouve quand on en a envie, c’est stimulant, et on regagne ses pénates avant que ça devienne pesant.

                              Exception faite d’une cohabitation désastreuse dans ma jeunesse (je ne savais pas, il fallait expérimenter une fois) j’ai toujours procédé de la sorte. 

                              Résultat : j’ai conservé des relations amicales avec mes ex, certaines m’ont même invité à leur mariage, et l’une d’elles retrouvée 40 ans après sur le web m’a dit :
                              « De tous mes hommes tu étais le moins pire ! »
                              J’ai pris ça pour un compliment.  smiley


                            • Raymond75 11 mars 05:36

                              @CLOJAC

                              Exactement  smiley  smiley


                            • troletbuse troletbuse 10 mars 17:18

                              Je n’ai pas l’impression que les ministres « femmes » de la lremie se sacrifie beaucoup. C’est vrai qu’elles ressemblent plus à des hommes.


                              • eddofr eddofr 10 mars 17:26

                                Vielle histoire de Service Militaire ... Les jeunes ne connaissent que par ouï-dire ...

                                L’épouse du Général qui se faisait appeler Mme la Générale.

                                Qui faisait trimer les appelés dans l’appartement de fonction de son époux.

                                Qui utilisait la voiture de fonction (et son chauffeur) pour faire les boutiques.

                                Qui exigeait qu’on lui montre plus de déférence qu’à un Chef d’Etat.

                                Le jour où, de faction, je refusai de porter ses sacs d’emplettes, je fus convoqué dans le bureau du Général, qui me dit en substance : « Je sais, elle est chiante, mais c’est ma femme, je ne vais pas vous punir, mais je vous mute où elle me fera l’enfer. »

                                Histoire d’une épouse qui a « tout sacrifié » à son époux ... (elle a fini par le quitter pour un sous secrétaire d’état).


                                • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 mars 17:36

                                  @eddofr

                                  oui, mais c’est plus facile de s’en prendre « aux hommes » qu’aux généraux ou aux sous-secrétaires d’état, parce qu’il y aura toujours un mari, un pére, un voisin ou un frère pour subir la vindicte des ratées qui n’ont trouvé que cette solution pour tenter de rétablir l’équilibre
                                  ne pouvant pas s’élever, elles rabaissent l’autre et se sentent soulagées d’une frustration
                                  Brétécher avait fait des trucs bien là-dessus


                                • arthes arthes 10 mars 17:46

                                  @eddofr

                                  « la général » se conduisait comme une peste, mais son général de mari comme un larbin aux ordres.
                                  Chacun dans son style ne semblait guère intéressant.


                                • In Bruges In Bruges 10 mars 17:37

                                  @Caroline F

                                  Tout ce que vous dites est vrai.

                                  Prenez mon couple, par exemple.

                                  Moi, je suis tueur à gages.

                                  Eh bien, c’est toujours moi qui exécute les contrats, et elle qui nettoie après.

                                  Un non sens, vu qu’il est scientifiquement prouvé que les hommes musclés passent la serpillère vite et mieux.

                                  Ben non, y ’a rien à faire.

                                  Bien du malheur, toussa toussa, Maam Caroline...


                                  • Surya Surya 10 mars 17:49

                                    Déjà, bienvenue à vous puisque vous arrivez sur Agoravox, et que c’est votre premier article. Si vraiment vous ne connaissez pas Avox, vous allez voir, l’ambiance ici est toujours très calme et très détendue.  smiley

                                    Ce serait bien que vous renseigniez un peu votre description, enfin moi personnellement j’aime bien connaître les personnes qui écrivent, savoir un minimum qui elles sont (ce qu’elles font a moins d’importance). A l’heure d’aujourd’hui votre description est vide.

                                    .

                                    Finalement, toutes les femmes que vous citez sont devenues célèbres pour être restées leur vie durant dans l’ombre...  smiley

                                    .

                                    Votre article est bien écrit, agréable à lire, ça fait plaisir de voir de bons auteurs arriver sur le site. Ca c’est pour la forme.

                                    Pour le fond, je trouve aussi que vous généralisez complètement, présentant encore une fois les femmes comme éternelles victimes, alors que de tout temps, on a vu des femmes se réaliser dans tous les domaines. Sans doute, à une certaine époque, avec plus de difficulté que les hommes, ça je vous l’accorde. Et elles ont été moins reconnues, voire pas reconnues du tout, ça je vous l’accorde également, et c’est même ça, je crois, le véritable problème. La reconnaissance. Mais elles sont désormais reconnues, et puis je pense, du moins j’espère que le manque de reconnaissance ne les a pas empêchées d’être heureuses dans ce qu’elles ont fait. Vous allez alors me citer ce prix Nobel qui n’est pas revenu à Mme Untel mais à Mier Chose, alors qu’elle le méritait mieux, oui bien sûr, mais la société a évolué maintenant.

                                    Et puis, on peut aussi citer ce prix Nobel qui n’est pas revenu à Mier Untel mais à Mier Truc alors que Mier Untel le méritait mieux. Il y a aussi plein d’hommes qui ne sont jamais devenus de « grands » hommes comme vous dites, qui n’ont pas réussi à rencontrer la reconnaissance qu’ils méritaient.

                                    .

                                    Je vais me faire détester par les féministes et me faire traiter de traître à la cause en disant cela, ou me faire traiter de rétrograde, voire même réac (et je m’en fous) mais quand on veut des mômes, on les assume une fois qu’ils sont là. 

                                    C’est un peu trop fastoche de geindre durant sa grossesse, de vouloir que tout le monde s’occupe de vous pendant neuf mois, vous ménage, vous chouchoute, vous dorlote, pour ensuite balancer le mioche huit heures par jour en crèche ou chez une nounou une fois qu’il est là.

                                    Il parait (j’en sais rien, j’en ai lu aucune) que des études montrent que l’enfant a prioritairement besoin de sa mère durant les toutes premières années de sa vie, ce qui ne m’étonnerait pas parce qu’après tout il a été dans son ventre pendant neuf mois, c’est pas rien tout de même, et le lien ne se romp pas d’un coup de baguette magique, contrairement à ce que certaines voudraient faire croire, alors les femmes qui font des gamins pour elles, pour le statut que ça leur confère devant la société (il faut voir comment les « no kids » sont considérées... le problème est surtout là, pas dans cette notion de « sacrifice » que vous décrivez) ou pire pour le statut que ça leur confère devant leurs copines (j’en connais une ou deux comme ça), ça ne donne jamais rien de bon sur le long terme.

                                    .

                                    Ce qui ne va pas dans la société, ce n’est pas que les femmes doivent s’arrêter de travailler durant quelques années après l’arrivée des enfants, c’est qu’elles aient tant de difficulté ensuite avec les employeurs, voire même pour retrouver du travail, une fois que l’enfant est suffisamment grand pour être envoyé à l’école.

                                    Ce qui ne va pas non plus dans la société, c’est la politique de vouloir envoyer des petits bouts de choux d’à peine deux ans en maternelle, dans des classes forcément surchargées, puisque parait-il (et je le crois volontiers) elles le sont toutes, où les instits les privent de leurs « doudous » sinon ils ne peuvent pas « travailler », tout ça pour libérer les mères qui veulent tout, les mômes, mais surtout pas se « sacrifier » pour eux. 

                                    .

                                    Parce que vous semblez oublier totalement que les femmes se sacrifient bien plus pour leurs enfants qu’elles ne se sacrifient pour leur maris. Si elles restent à la maison, c’est la plupart du temps pour les enfants, pas pour les maris. Pourquoi stigmatisez vous ces femmes en les présentant comme des victimes ?

                                    .

                                    Il y a sans aucun doute des femmes qui s’épanouissent et se réalisent parfaitement bien dans le « sacrifice » de la maternité et/ou du statut de femme au foyer, et qui sont très heureuses comme ça. Vous passez complètement à côté de cet aspect des choses. Ce n’est pas toujours un sacrifice. Pour certaines, c’est un véritable choix. C’est peut-être lié à l’aspirateur miniature en plastique quand elle était petite, mais peut-être pas. Et c’est leur vie, personne n’a à les juger, ou les considérer comme victimes de leur mari, de la société, des religions, que sais-je encore, ou attardées. Les féministes sont indispensables, je le suis jusqu’à un certain point, mais jusqu’à un certain point. Au delà de ce point, elles me fatiguent...

                                    .

                                    Il n’y a pas un seul type de femme, il y a autant de comportements féminins et de personnalités qu’il y a de femmes. Il y a autant de façon de se réaliser pour une femme qu’il y a de femmes sur Terre.

                                    Donc vous donnez une partie de la réalité, car ce que vous dites n’est pas faux en soi, mais vous généralisez.

                                    .

                                    Et puis je n’arrête pas de le dire, tant que les femmes se comporteront en victimes, se considéreront comme éternelles victimes, bref, comme des êtres inférieurs, elles n’avanceront jamais.


                                    • Raymond75 10 mars 17:58

                                      @Surya

                                      Merci Surya


                                    • rogal 10 mars 18:32

                                      @Surya
                                      Bon développement.


                                    • Eric F Eric F 11 mars 13:59

                                      "les femmes se sacrifient bien plus pour leurs enfants qu’elles ne se sacrifient pour leur maris. Si elles restent à la maison, c’est la plupart du temps pour les enfants, pas pour les maris"

                                      En effet, mais certaines voudraient que ce soient les hommes qui restent au foyer et possèdent l’instinct maternel.

                                      Notre civilisation est passée en quelques décennies d’une conception de ’’complémentarité’’ entre les deux sexes à une notion d’’indiscernabilité’’, comme quasiment aucune autre civilisation à aucune autre époque (on trouvera une ou deux exceptions). Malgré la doxa et les concessions, il reste quelques usages hérités de millénaires de civilisation, et un je ne sais quoi d’hormonal, physiologique, et instinctif hérité de millions d’années de vie animale.


                                    • gaijin gaijin 11 mars 14:08

                                      @Eric F
                                      " les femmes se sacrifient bien plus pour leurs enfants qu’elles ne se sacrifient pour leur maris"
                                      même ça ce n’est pas vrai , le réel c’est que les femmes considèrent leur progéniture comme une extension d’elles mêmes ( c’est un impératif biologique ) du coup ce n’est pas un sacrifice ( au sens de pas altruiste ) mais plutôt une forme de possessivité ...


                                    • alinea alinea 11 mars 17:21

                                      @gaijin
                                      ...pas toutes ! je ne parle pas des mères indignes hein !


                                    • gaijin gaijin 11 mars 19:48

                                      @alinea
                                      bien sur pas toutes ; comme tous les hommes ne sont pas dirigés que par leur bite
                                      mais je caricature un peu vu que j’en ai marre de voir présenter les femmes comme des êtres parfaits ...alors que ce sont des singes sapiens comme les autres.


                                    • Albert123 10 mars 17:55

                                      article qui oscille entre pleurniche et vision fantasmée de la femme, le tout surfant sur la misandrie actuellement en vogue et l’idéalisation d’un genre qui cumule pourtant autant de tares que l’autre.

                                      Maudire les effets d’un patriarcat fantasmé alors que notre société si « progressiste » et pourtant en plein déclin présente toutes les caractéristiques du matriarcat c’est pitoyable et grotesque, en résumé c’est du néo féminisme. 

                                      « elles sont des êtres pleins et entiers »


                                      des êtres bien souvent creux, superficiels, hypocrites et manipulateurs surtout.

                                      pour être plein et entier, il faut de la sincérité et de la franchise, 2 qualités qui ne sont pas celles que l’on prête naturellement aux femmes.

                                      et les rares qui en sont dotées peuvent trouver un mâle à la hauteur, les autres devront se suffire d’un mâle aussi grotesque, vulgaire et médiocre qu’elles le sont elles même.


                                      • arthes arthes 10 mars 18:24

                                        @Albert123

                                         les autres devront se suffire d’un mâle aussi grotesque, vulgaire et médiocre qu’elles le sont elles même.

                                        Et cela illustre ma réponse à @eddrof , dans son histoire de « Madame la générale » qui fait son dragon , il faut voir aussi que l’époux, le général est un con.


                                      • Yann Esteveny 10 mars 19:24

                                        Message à avatar Albert123,

                                        Merci pour votre commentaire éclairé sur cet article victimaire d’époque pronant tout à la fois le carriérisme, l’individualisme, le célibat et/ou le mariage entre femmes.
                                        Le féminisme est une tare que seules les vrais femmes ont su éviter.

                                        Respectueusement


                                      • troletbuse troletbuse 10 mars 19:05

                                        Vu sur la République du Centre :

                                        Il abusait de la puissance de son sexe pour frapper son ex-épouse


                                        • Le421 Le421 10 mars 19:23

                                          C’est dommage de toujours concevoir les relations humaines suivant la règle du rapport de force... Qui domine qui ? Je suis mal dans ma peau, je suis faible, je suis lâche, il faut que je trouve un être à dominer. Un chien ? On ne sais jamais, il peut mordre... Alors une femme ? Pourquoi pas, en plus, ça peut servir pour la bouffe et le ménage...

                                          Réducteur ? Pas tant que ça. Les hommes à forte personnalité cherchent et trouvent souvent des femmes différentes mais aussi à forte personnalité.

                                          C’est une question d’équilibre.

                                          Celui qui cherche tout le temps à dominer sera mal tout au long de sa vie car il trouvera toujours quelqu’un pour le dominer à son tour...

                                          Quand on sait rester à sa juste place, tout va pour le mieux.

                                          Une pensée émue pour les déséquilibrés qui se complaisent, en tenue de combat et matraque à la main, à traîner des femmes par terre et les battre, au nom du « respect de l’ordre républicain ».

                                          Des sous-hommes.

                                          Je me revendique d’être un « homme », et j’ai le plus grand respect et le plus grand amour des femmes. Et elles me l’ont bien rendu.


                                          • JC_Lavau JC_Lavau 10 mars 19:29

                                            @Le421. Pardi ! L’auteuse reproduit la guerre à mort qui régnait chez ses vieux.


                                          • Le421 Le421 10 mars 20:09

                                            @JC_Lavau
                                            C’est possible.
                                            Faire une généralité de la connerie ambiante, personnellement, je ne suis pas d’accord.
                                            Parlant de connerie, elle est du genre féminin, mais s’applique également aux deux sexes.
                                            Alors... On se calme.


                                          • Eric F Eric F 12 mars 11:02

                                            @Le421
                                            « C’est dommage de toujours concevoir les relations humaines suivant la règle du rapport de force »

                                            Vous noterez que le rapport de force sous-temps aussi le concept de « lutte des classes », basée sur la relation dominant/dominé, mais collectivement.
                                            Il y a quelque chose d’atavique issu de l’« évolution », la domination existe chez la plupart des mammifères supérieurs (et pas seulement).

                                            Dans un couple, il peut y avoir équilibre et harmonie, souvent basés un un partage des domaines de prédilection. Désormais il n’y a plus des « tâches assignées » de manière rigide comme jadis, et la conception des rôles peut devenir alors plus sujet à antagonisme (du reste, la proportion de divorces s’accroit).
                                            Il arrive qu’une jeune fille s’attende à voir son mari prendre un rôle dominant comme le fut celui de son père, et si ledit mari est plutôt conciliant, elle peut alors s’approprier la prééminence (renversement matrimonial en quelque sorte).

                                            Il y a enfin, au niveau de notre société occidentale contemporaine une propension à culpabiliser collectivement la gent masculine, par exemple en hystérisant les -réels- problèmes d’abus sexuels.
                                            Dans la communication publique, lorsqu’il est question collectivement des hommes, c’est pour mettre en exergue des turpitudes
                                            (violence, égoïsme..), et lorsqu’il est question collectivement des femmes, c’est pour mettre en exergue des vertus (polyvalence, altruisme...)



                                          • uleskiserge uleskiserge 13 mars 09:11

                                            @Le421

                                            Luttes des classes ?

                                            Le marxisme ? Il faut savoir en sortir de temps en temps ! D’autant plus qu’à propos de la lutte des classes, Marx n’aide pas les marxistes à penser les problématiques spécifiques suivantes, faute de les reconnaître et de les accepter : les femmes, le racisme, les discriminations, les minorités visibles, les minorités sexuelles, le post-colonial, l’absence de volonté de décoloniser les esprits... ce sont alors des millions de nos concitoyens qui échappent à leur grille de lecture.
                                             
                                            J’ai le souvenir d’un débat très récent entre un intellectuel communiste marxiste et une jeune femme universitaire issue du mouvement des Décoloniaux ; débat qui s’est très vite avéré stérile : le communiste a fini par tenir le discours que tiennent ceux qui refusent de reconnaître les problématiques citées plus haut ; il ne voyait que des dominés et des dominants ; dans le déni, le piège marxiste s’était refermé sur lui.

                                            N’importe quel militant LR, PS ou LREM ou RN aurait alors pu valider son propos sans hésitation. 

                                            Est-ce que ce marxisme-là ne serait pas le cache-sexe du bon vieux réflexe propre à une culture coloniale et machiste non expurgée et derrière laquelle une culpabilité sur la défensive peine à trouver une sortie honorable ? 

                                            Je le crois.

                                             


                                          • chantecler chantecler 13 mars 09:21

                                            @uleskiserge
                                            Ben , les mouvements féministes pensent qu’il y a les hommes dominants (patriarcat) et les femmes dominées .
                                            Sont donc marxistes .
                                            Il n’y a que les bourges pour le nier .


                                          • JC_Lavau JC_Lavau 13 mars 10:51

                                            @Ubu le censeur fou. Michèle Dayras, vierge et martyre de son état :
                                            Ecrit par Michèle le 23/08/2001 à 01:24:55

                                             Le mot « salaud » est sans doute un peu fort mais je veux dire par là que, poussé dans ses retranchements (et il n’est pas besoin d’aller bien loin !) le vernis de politesse tombe très vite et la vraie nature des rapports hommes-femmes apparaît avec la violence, la peur et la haine que les hommes ont des femmes.

                                            C’est mon analyse et je sais qu’elle semble extrêmiste, radicale et misandre et qu’elle heurte beaucoup de personnes, mais elle ne reflète que la triste réalité des rapports entre les sexes.

                                            Je crois que si les femmes ne veulent pas véritablement savoir contre qui elles luttent pour leurs droits et qui les oppriment, jamais elles n’arriveront à obtenir l’égalité dans un monde plus juste.
                                            J’ai, au cours de mon existence de militante, rencontré seulement 2 femmes qui, dans des conférences internationales ont été capanbles de dire que notre ennemi, celui qui nous opprime : c’est l’homme ! Aucune femmme n’ose accuser nommément les hommes car chacune a un père, un frère, un fils et un mari qu’elle chérit ! C’est ça le vrai handicap des femmes dans le combat pour leurs droits.

                                            ...
                                            Ecrit par Michèle le 22/08/2001 à 02:02:56

                                            ... comme la majorité des hommes, vous ne souffrez pas la contestation et vous préférez fuir plutôt que d’affronter la réalité c’est-à-dire la vérité sur le comportement masculin et sur l’oppression que les hommes font vivre aux femmes.
                                            Pour moi, tout homme est un « salaud » en puissance, comme on pourrait dire que tout homme est un violeur ou un intégirste en puissance. Je pense, aorès tant d’années passées à militer, qu’il ne s’agit que d’une question de degré dans l’abjection, ce qui fait que certains hommes peuvent passer pour sympa : ceux qui n’ont pas été confrontés à la réalité et que leur petite femme chérie...conforte dans leur machisme ; ceux-là ne sont pas trop véhéments car ils n’ont pas l’impresion qu’ils vont perdre le pouvoir avec tous les privilèges qui s’y rapportent.
                                            Lisez l’article de Françoise Héritier dans LIbération : - « Les hommes peinent à accepter que les femmmes soient leurs égales » - dans lequel elle explique que « l’incapacité des hommes à reproduire leur semblable (un homme) est à la base des dépossessions dont elles (les femmes) ont été victimes ».

                                            Fin de citations.


                                          • uleskiserge uleskiserge 13 mars 11:17

                                            @chantecler

                                            bel exemple de ce que je dénonçais à propos non pas du marxisme en lien direct avec un Marx du 19è siècle qui ne pouvait pas tout dénoncer, tout comprendre, tout prévoir, tout envisager, tout voir... contrairement à ce que ses groupies ont la fâcheuse habitude de penser... mais à propos des marxistes... qui plus est : contemporains.

                                            Gardons à l’esprit que Marx n’était pas marxiste. 


                                          • Cadoudal Cadoudal 13 mars 11:23

                                            @uleskiserge
                                            Marx était Zemmourien...

                                            Ou l’inverse...lol...

                                            https://www.valeursactuelles.com/zemmour-marxiste


                                          • JC_Lavau JC_Lavau 13 mars 12:14

                                            @Ubu le censeur fou. Certes, la guerre civile contre les instruits, ça aussi c’est une lutte des classes. Est-ce bien la bonne ? A qui le crime profite-t-il ?
                                            La guerre civile contre les mâles, c’est aussi une guerre sainte. Quels financiers en profitent, et la font financer par les contribuables, après avoir amorcé eux-mêmes la pompe à phynances ? A qui le crime profite-t-il ?
                                            La C.I.A. récupère aisément sa mise initiale, sur la drogue qu’elle refourgue à nos enfants déboussolés sous gynarchie absolue.


                                          • Si une femme a le sentiment de se sacrifier, c’est qu’elle a cessé d’aimer. Autrement, la question ne se pose pas. 


                                            • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 mars 20:07

                                              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                                              Il me semblait que pour la psychanalyse qui est quand même votre dada, la principale thèse concernant l’amour consiste à dire que tout amour est narcissique, et que le fait d’aimer l’autre serait la manifestation de l’amour de soi. Non ?


                                            • Le421 Le421 10 mars 20:10

                                              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                                              Exact.
                                              Ceci dit, l’amour fou ne dure pas toute la vie.
                                              Il y a un moment où il devient raisonnable...


                                            • JL JL 10 mars 20:13

                                              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                                               
                                               ’’Si une femme a le sentiment de se sacrifier, c’est qu’elle a cessé d’aimer. Autrement, la question ne se pose pas.’’
                                               
                                              Ou n’a jamais aimé. Je plusse.


                                            • totof totof 10 mars 21:00

                                              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                                              « Si une femme a le sentiment de se sacrifier, c’est qu’elle a cessé d’aimer. Autrement, la question ne se pose pas. »

                                              Heu ben c’est pareil pour un homme...



                                            • totof totof 10 mars 20:58

                                              Bizarre, pas de nouvelles de l’auteure...


                                              • JC_Lavau JC_Lavau 10 mars 21:06

                                                @totof. En tout cas son site est une horreur paranoïaque.


                                              • sylvain sylvain 10 mars 21:16

                                                @totof
                                                à sa place je ferais pareil, elle se ferait défoncer .


                                              • totof totof 10 mars 21:21

                                                @JC_Lavau
                                                Oui, j’ai vu... Mais dans quel monde vit-elle ? ou plutôt : vivent-elles ?


                                              • totof totof 10 mars 21:22

                                                @sylvain
                                                C’est sûr que si elle n’a pas plus d’arguments... Ca risque d’être compliqué pour elle...


                                              • In Bruges In Bruges 11 mars 15:05

                                                @totof
                                                @ TOUS
                                                Mais arrêtez donc de vous faire des films...
                                                Vous ne voyez donc pas que cette « pseudo fille » est un fake de la direction.
                                                Un photo d’une belle fille, un sujet rebattu choisi pour faire du clic ( les rapports hommes / femmes, Cantat doit-il rechanter ?, pour ou contre la limitation de vitesse ?, etc).
                                                Et vous, vous courrez tête baissée.
                                                Au cas où vous ne l’auriez pas vu, mon post ci-dessus était plein d’ironie .
                                                Le site va mal, les fréquentations et les commentaires se barrent en couilles depuis 9/ 11 mois.
                                                C’est genre dernières tentatives avant liquidation définitive....
                                                Capito ?


                                              • Xenozoid Xenozoid 11 mars 15:15

                                                @In Bruges

                                                Un photo d’une belle fille, un sujet rebattu choisi pour faire du clic 

                                                oui on aurait pus avoir un topic sur « ma femme préfere la bouteille de coca cola », ou les femmes« préferent les brunes épillées » on aurait eu autant de clicks


                                              • totof totof 11 mars 16:19

                                                @In Bruges
                                                Honnêtement, je ne suis pas sûr que vous ayez raison puisqu’on trouve le site de la nana ici.
                                                Par ailleurs, comment avez-vous les informations sur la fréquentation du site ? Vous avez plus de précision à apporter à ça ? Pourcentages, chiffres, etc. ?


                                              • Jean 11 mars 17:48

                                                et le nom provoc à mort ici : caroline f-----t


                                              • sylvain sylvain 10 mars 21:14

                                                quel est le but de ce genre d’article ? ca me semble invoquer une sorte de dette des hommes envers les femmes . En soit ça ne change pas grand chose de la dette sexuelle, d’autant qu’il faut toujours être mariés pour en profiter .

                                                Personnellement, même si on me menace d’une mort précoce, je ne cèderais pas à cette coutume barbare


                                                • xiyih@bit-degree.com 10 mars 22:53

                                                  renoncer il faut jamais renoncer mais probablement que les femmes sont plus forte en la matière ? renoncer amène a reconnaître ses erreurs aussi alors ? damned

                                                  en fait by experience je ne crois jamais ds les discours sexistes, c est comme les races, on est tous égaux ds la connerie universel amen ...

                                                  maintenant l amour est un combat ? sans peine pas de jouissance damned ouhhh ca fait du bien par la ou ca passe,


                                                  • Étirév 11 mars 03:15

                                                    Le féminisme bien compris est réconciliateur.

                                                    L’époque à laquelle nous sommes arrivés est, de l’avis de tous ceux qui comprennent la signification des événements, une ère de révision générale.
                                                    On remet en discussion toutes les questions qui ont été agitées par l’esprit humain depuis les temps les plus reculés, avec l’espoir que, de cet examen, sortira la vérité sur laquelle on posera les bases d’un régime nouveau qui donnera à tous une vie meilleure.
                                                    Or, la base de toute réforme sociale c’est la reconstitution de la vie morale, c’est à dire des mœurs.
                                                    Pour rétablir les relations de l’homme et de la femme il faut, d’abord, remettre les deux sexes à leur place, les faire rentrer dans le rôle que la nature leur a assigné, respecter les facultés de chacun et assurer leur plein développement.
                                                    Si les bonnes relations de l’homme et de la femme ont été rompues, c’est parce que chacun d’eux n’occupe pas sa vraie place dans la société, ne vit pas suivant ses facultés.
                                                    La femme est un être avili, placé dans la vie sociale à un rang inférieur à celui que la nature lui a assigné. Son autorité est nulle, sa parole n’est pas écoutée, ses œuvres ne sont pas estimées à leur réelle valeur, tout ce qui vient d’elle est déprécié.
                                                    Or, le féminisme doit avoir pour but, avant tout, de remettre la femme à la place qui lui est due, dans la vie sociale et dans la vie familiale.
                                                    Pour y arriver il faut diriger l’opinion de façon à ce que justice lui soit rendue devant l’esprit public.
                                                    Pour que les droits sacrés de la femme soient reconnus, il faut d’abord les formuler. Et pour cela il faut commencer par étudier les conditions qui déterminent la valeur réelle des êtres et leur assigne une place dans la hiérarchie humaine.
                                                    Ce n’est pas avec des formules vaines, répétées au hasard, avec des mots vides de sens qu’on résoudra cette grave question. Ce n’est pas non plus par vanité de sexe que la femme doit parler d’elle (ainsi que les hommes l’en accusent, supposant qu’elle se met, comme eux sur le terrain de l’intérêt personnel), c’est dans un esprit de suprême justice que la femme, laissant de côté toute modestie imposée et trop facilement acceptée doit étudier les conditions qui différencient les deux sexes, au point de vue anatomique, physiologique, psychologique et moral.
                                                    C’est à elle qu’incombe la tâche de faire connaître la valeur de l’être humain qu’elle représente et l’étendue des facultés dont elle est douée.
                                                    Tant qu’elle n’entrera pas résolument dans cette voie, définissant elle-même les différences qui existent entre les deux sexes, l’ignorance qui règne en ces questions perpétuera les conflits, prolongera les luttes.
                                                    Le grand devoir de la femme est de sortir de sa passivité docile, de faire acte d’indépendance intellectuelle en commençant par étudier sa réelle nature. Elle serait coupable si elle continuait à accepter les enseignements et les conclusions humiliantes des hommes qui l’infériorisent et à s’incliner devant eux comme devant des maîtres.
                                                    C’est à cette condition seulement qu’elle saura diriger sa vie, faire l’éducation morale de ses enfants, jouer un rôle utile dans la société.
                                                    Mais cette science acquise lui impose de grands devoirs, car alors elle comprend que son intervention est nécessaire pour éclairer les autres.
                                                    Quand la femme saura quelle est sa propre valeur, c’est elle qui rétablira « LE RESPECT DE LA FEMME » et en imposera, à l’homme, le devoir.
                                                    Pour se faire respecter, il faut, avant tout, se respecter soi-même.
                                                    Cet auto-respect, c’est la dignité, sentiment qui consiste à se mettre soi-même à sa vraie place afin que les autres reconnaissent notre valeur.
                                                    Et comme la valeur intellectuelle et morale de la femme, généralisée, doit s’étendre à tout le sexe féminin, il faut que les femmes les plus éclairées, les premières initiées à cette science nouvelle, fassent respecter les autres femmes ignorantes des lois psychiques de leur féminité afin que les hommes comprennent enfin les devoirs qu’ils ont à remplir vis-à-vis de l’autre sexe, c’est aux Femmes de leur dicter l’attitude qu’ils ont à prendre envers Elles.
                                                    La femme est l’éducatrice de l’homme, et son premier devoir, pour remplir cette mission, c’est de diriger l’opinion, qui est la reine du monde, de manière à rétablir « le respect » qui disparaît de toutes les nations où la femme ne sait pas se mettre elle-même à sa vraie place.
                                                    C’est l’opinion qui règne dans le milieu ambiant qui fait le respect ou l’irrespect. Elle est mal dirigée presque partout. C’est pour cela qu’on a pu dire : « L’opinion, c’est l’erreur du plus grand nombre. » Pourquoi les femmes qui sont le nombre, et même le plus grand nombre, ne réagissent-elles pas, chacune dans sa sphère, contre tout ce qui avilit la femme : les affiches indécentes, la littérature scandaleuse, les publications pornographiques, le théâtre démoralisant, les propos malveillants tenus sur chacune pour diviser le féminisme ?
                                                    Pourquoi permettent-elles que « l’opinion » soit la sanction de tous les mensonges, la force de toutes les erreurs, la ressource de tous les fourbes ?
                                                    Nous ne savons pas ce qu’il y a de plus dangereux pour notre avenir moral : les hommes qui inventent les erreurs ou les femmes qui les propagent ?
                                                    Il faut s’appliquer à changer l’opinion, à la diriger dans le sens de la vérité et de la justice, et tout le reste viendra sans efforts.
                                                    Et il n’y a pas seulement à faire l’opinion dans la vie présente. Pour rétablir « le respect de la femme », il est nécessaire de remonter dans le passé, pour chercher dans l’histoire (ou à côté de l’histoire) comment elle a été avilie, quelles furent les phases de Cette évolution lente qui la firent descendre de la Déesse antique à la prostituée moderne.
                                                    C’est toute l’évolution des passions de l’homme et des faiblesses de la femme.
                                                    En fouillant dans le passé nous trouvons que la femme a été discréditée de générations en générations, par le mensonge :
                                                    On a caché ses œuvres ;
                                                    On les a mises à l’avoir des hommes ;
                                                    On a mis des noms masculins sur des personnalités féminines ;
                                                    Des époques toutes entières ont été effacées de l’histoire pour cacher sa gloire ;
                                                    On a calomnié les grandes femmes en leur faisant une légende avilissante. Et si des hommes consciencieux cherchent eux-mêmes à rectifier l’histoire et à leur rendre l’auréole de gloire qu’elles avaient méritée, des femmes ignorantes continuent à discréditer leur propre sexe en propageant les récits mensongers. Elles se font injustes elles-mêmes pour les femmes calomniées.
                                                    Elles se montrent sévères pour celles qui veulent les réhabiliter, comme si elles craignaient de se faire complices des vices que des imposteurs ont attribués aux grandes femmes jalousées.
                                                    Elles ne savent pas que c’est leur premier devoir de s’instruire afin de ne plus jamais permettre la flétrissure de leur sexe.
                                                    Nous savons aujourd’hui que les grands mensonges historiques ont été inventés pour nous cacher l’ancienne puissance de la femme, sa position suprême dans la religion, son grand rôle dans la société, son droit maternel, base de la primitive famille.
                                                    Dès qu’elle fut vaincue dans les héroïques luttes de sexes de l’antiquité, on s’appliqua à justifier la domination de l’homme en donnant au sexe mâle toutes les supériorités et en affectant de croire à l’incapacité de la femme.
                                                    Ce système a prévalu, il règne encore. Nos savants modernes s’occupent surtout de la femme pour lui chercher des tares afin de la déclarer inférieure et de dérouter ainsi ceux qui cherchent à définir, par la science, sa véritable nature. Et dans cet ordre de choses nous voyons encore des femmes faibles s’unir aux hommes fourbes et propager leurs allégations intéressées, sans aucune vérification, avec la même foi aveugle de celles qui ont propagé les mensonges de l’histoire.
                                                    Or, nous devons avoir le respect de la vérité si nous voulons arriver au respect de la femme.
                                                    Tant que le mensonge ne sera pas extirpé de la société, la justice n’y pénétrera pas.
                                                    Ce travail est fait. Et c’est cette grande rectification de l’histoire, en remontant aux sources les plus anciennes et les plus sûres, en comparant les différentes altérations des textes qui est reproduite dans le lien ci-dessous. Il est une complète réhabilitation de la femme, en même temps qu’il fait connaître les luttes de sexes dans toutes leurs manifestations, leurs origines et leur évolution dans toutes les nations.
                                                    L’humanité est arrivée à une phase de son évolution où de grandes choses vont se décider.
                                                    Les hommes, actuellement, sont encore indécis sur le parti à prendre vis-à-vis de la femme.
                                                    Il dépend des femmes de les amener à faire, avec elles, la brillante rénovation dont elles ont rêvé, et de conjurer la crise morale qui s’accentue de jour en jour, en marchant avec franchise et résolution dans le Bien, en ayant toutes les audaces contre le Mal. L’ère des concessions est passée, elles ont fait sombrer l’humanité dans la dégénérescence des peuples. Il faut maintenant, aux femmes, un effort de volonté pour remonter la pente descendue par leurs aïeules ; il faut qu’elles renoncent aux anciens systèmes qu’employaient les femmes faibles, qu’elles renoncent aux petites ruses, aux obliques détours, aux équivoques.
                                                    Il n’est plus temps de tergiverser, il faut aller droit au but, sans hésitations et sans défaillances.
                                                    Et ce but c’est : la vérité absolue et la justice intégrale.


                                                    • gaijin gaijin 11 mars 09:15

                                                      @Étirév
                                                      « Le féminisme bien compris est réconciliateur. »
                                                      mais il n’y pas de féminisme bien compris ou alors ça serait un humanisme mais cette notion a été tellement dévoyée qu’elle n’est plus utilisable
                                                      le féminisme c’est une publicité pour le tabac :
                                                      https://i.pinimg.com/originals/ca/49/1a/ca491a3d86d60ae94b64da2b614d2219.jpg
                                                      tout comme le masculinisme
                                                      https://img.huffingtonpost.com/asset/5dc97652210000a65434c8fb.png?cache=cLE&ops=1200_630
                                                      rien n’existe plus nulle part,il ne reste que les images gravées dans nos tronches par des publicistes ....


                                                    • JC_Lavau JC_Lavau 11 mars 11:03

                                                      La violence bureaucratique pratiquée sur un autre fil par Ubuleski démontre que le féminazisme demeurera criminel jusqu’à la racine des cheveux, quel que soit son déguisement victimaire du jour.


                                                    • Raymond75 11 mars 07:39

                                                      Les mères sont collées à leurs enfants jusqu’à ce que ceux ci les envoient balader vers 10 / 11ans ;

                                                      le personnel des crèche, les nounous sont 100 % féminins ; le personnel des écoles maternelles est 100 % féminin ;

                                                      les profs des écoles et des collèges sont ultra majoritairement féminins ; idem mais dans une moindre proportion dans les lycées ;

                                                      les membres de la magistrature (avocats et juges) sont majoritairement féminins ;

                                                      les membres de la justice sociale et familiale sont ultra majoritairement féminins ;

                                                      le personnel de la médecine est majoritairement féminin ; et même dans les DRH le personnel est surtout féminin ;

                                                      les professions de la communication,sont majoritairement féminines ...

                                                      Mais les femmes sont victimes de la société ! Cherchez l’erreur ...


                                                      • gaijin gaijin 11 mars 09:03

                                                        bon visiblement l’autrice elle a pas envie de venir causer

                                                        comme quoi ... smiley smiley


                                                        • Albert123 11 mars 10:34

                                                          @gaijin

                                                          il n’y a aucune volonté d’échange chez les femellistes, mais je connais déjà son prochain sujet sur son blog :

                                                          « Agoravox, incarnation du patriarcat prédateur, repère de vil misogynes et de viles traîtresses »

                                                          Comme toutes les autres idéologies, le féminisme est un vivier de cassos qui pourrissent la vie des autres avec leurs lubies de déglingués.


                                                        • gaijin gaijin 11 mars 11:59

                                                          @Albert123
                                                          « leurs lubies de déglingués. »
                                                          si ça n’était que ça ça ne serait pas grave mais ç’est plus profond , ça s’inscrit dans une logique progressiste ( dépassée ) qui pense l’humain hors de la nature et la nature mauvaise ....
                                                          voir par exemple ici :
                                                          https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/jacques-attali-la-nature-est-en-85035#forum13268619
                                                          « la nature est mauvaise »
                                                          c’est dans ce cadre que s’inscrit le féminisme : la détestation par la femme de sa propre nature :
                                                          https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/03/08/gloria-steinem-nous-sommes-toutes-construites-par-d-autres-femmes_6032224_3224.html
                                                          une forme de nihilisme ....
                                                          mais qui s’inscrit dans le cadre de l’incapacité structurelle a vivre la vie installée par les idéaux des « lumières »


                                                        • rita rita 11 mars 09:26

                                                          Les hommes ont toujours eu la main lourde avec les femmes, alors que ce sont les femmes qui font les hommes !

                                                           smiley


                                                          • Old Dan Old Dan 11 mars 10:09

                                                            Merci pour votre article bien vu...

                                                            .

                                                            [... et bien au-delà de certains commentaires « subtils » & toujours égaux à eux-mêmes. Bof...]


                                                            • San Jose 11 mars 10:38

                                                              Il y a derrière chaque grand homme une femme qui ne l’a pas infantilisé.


                                                              • J’ai souvent constaté que certains métiers devraient être mieux investi par les femmes notamment charpentier couvreur, (plombier chauffagiste etc)

                                                                Ayant posé la question à un jeune charpentier, il a répondu succinctement :

                                                                Ce n’est pas la hauteur qui pose problème mais le fait d’être en permanence regardé depuis le bas (sourire amusé...haussement des épaules) ?, des postures de travail inévitable , enfin les conditions de travail ( pas de pipi-room sur un toit) .

                                                                Courage mesdames le travail, quel qu’il soit, est essentiellement alimentaire, n’est ce pas !

                                                                Auriez-vous été mal éduqué …. !

                                                                Mais vous sombrez facilement dans un comportement de victime permanente et on sait, on connaît d’où vient ce comportement simpliste et manipulateur . On les connaît !


                                                                Évitez de suivre leur conseil déviant, ils ou elles sont là uniquement pour profiter de vous , de votre crédulité .

                                                                Vous avez toute la liberté de faire comme bon vous semble en vous respectant et en respectant les autres mais pour faire sa place dans le monde et dans la société il vous faut avoir bénéficié d’une éducation la plus intelligente possible, c’est là que le handicape s’alourdit rapidement….. !


                                                                • Quand tu travailles , menuisier, charpentier, mécanicien auto, mécanicien générale, électromécanicien, électricien, électronicien, maçon, couvreur, vendeur, boulanger.....etc , à la fin du mois tu as un salaire qui te permet de VIVRE . !

                                                                  Quand tu passes ton temps à faire des gamins (de pères différant ..) et courir après les alloc certes tu as de l’argent mais tu vis au crochet des autres telle une sangsue. Les gamins ainsi mit au monde ont en général une vision de merd... de la vie .

                                                                  Donc respecte toi avant tout et respecte les autres avant de t’engager dans une voix qui te conduit inévitablement vers le néant ...et les ronds-points .

                                                                  Surtout que le monde des femmes n’est pas homogène, pareillement pour les hommes....

                                                                   Va, cours, prends la vie comme elle est sans te retourner, vis libre et autonome sans jamais tendre la main à la facilité ..... 


                                                                • alinea alinea 11 mars 16:24

                                                                  @SPQR Sono Pazzi Questi Romani
                                                                  Tu peux préciser, pour les ronds-points ?


                                                                • @alinea

                                                                  carrefour à sens giratoire .......

                                                                  Soit à faire les cents pas .
                                                                  Soit habillé en jaune .
                                                                  Dans tous les cas pour moi, il n’ y a pas de moquerie derrière mes propos .
                                                                  A chacun ses choix . 


                                                                • alinea alinea 11 mars 19:26

                                                                  @SPQR Sono Pazzi Questi Romani
                                                                  il y a quand même : respecte les autres avant de t’engager... sur les ronds points !!
                                                                  j’y vais sur les ronds points, et c’est parce que je respecte les autres !
                                                                  Je ne me sens pas blessée, je sais très bien que les gilets jaunes ont mauvaise presse, au sens strict ! C’est juste que je n’avais pas deviné ça chez vous !


                                                                • troletbuse troletbuse 11 mars 11:06

                                                                  N’en déplaise aux théoriciens du genre, homme et femme sont bien différents. On le voit par les métiers choisis.

                                                                  Je préfère une infirmière femme à un infirmier homme

                                                                  Une assistante maternelle femme plutôt ......

                                                                  etc

                                                                  Chacun peut s’accomplir à sa façon.

                                                                  J’avais un bon copain complétement soumis à sa femme.

                                                                  Il y a des exceptions dans les deux sexes.

                                                                  Il n’y a pas si longtemps que le couple devait bosser dur simplement pour pouvoir manger.

                                                                  Il y a toujours eu des alcooliques, des fainéants....

                                                                  Et je ne pense pas que cela ait beaucoup changé. Une bonne partie des fainéants et des incapables sont devenus des escrocs ou des parasites grâce à la politique.

                                                                  Si l’auteur a mis sa vraie photo, je ne pense pas qu’elle soit handicapée dans la vie par rapport aux hommes.


                                                                  • sylvain sylvain 11 mars 11:09

                                                                    Ce qui me déçoit dans cet article comme beaucoup d’autres, c’est une impression d’inutilité . Le message est comme toujours « nous sommes victimes du patriarcat », je vous crois, pas de problème, mais on fait quoi alors ??

                                                                    Les gens qui choisissent le mariage et le couple tradi aujourd’hui savent qu’ils reproduisent des schémas patriarcaux, et ils en font le choix, ce n’est pas un énième article tapant sur cet âne mort, la famille patriarcale, qui va changer leur point de vue . La communauté musulmane qui est la plus encline à reproduire ce schéma dans sa structure la plus archaïque a clairement rejeté le féminisme blanc (ses femmes l’ont rejeté), alors ça sert à quoi ?? Mon impression est qu’ils sont fais pour maintenir le statut de Victime, qui peut être avantageux dans nos sociétés . Liz stormquist en parle d’ailleurs assez bien dans la BD mise en illustration .

                                                                    Le problème est que ce statut est le statut traditionnelle des femmes, et que l’invoquer sans cesse les ramène à ça . Comment fait on pour vivre bien ensemble, c’est la question qu’il serait peut être temps d’aborder . pondre un article culpabilisant et partir faire autre chose n’y participe pas


                                                                    • popov 11 mars 13:27

                                                                      @Caroline F

                                                                       

                                                                      Et vous, à quel grand homme votre sacrifice profite-t-il ?

                                                                      J’avoue que je n’ai guère été plus loin que le titre. Marre du crincrin féministe.

                                                                      Par contre, j’ai lu les réactions et elles laissent présager un retour du pendule.


                                                                      • alinea alinea 11 mars 14:19

                                                                        C’est la société du spectacle qui aigrit les femmes ; moi je suis bien contente que Garcia Marquez ait écrit cent Ans de Solitude, que Marx ait écrit le Capital !

                                                                        De plus je ne vois pas de supériorité dans la réussite sociale, que celles qui la désirent se privent de mâles et d’enfants, peu m’en chaut, mais de là à en faire des tonnes comme aujourd’hui, bof ; du reste elles ne se privent pas d’enfants, elles clament leurs droits à... ! mais trouvent d’autres femmes pour s’en occuper, pendant qu’elle réussiront leur vie sociale !! mais je ne vois aucune femme ne pas courir derrière le mâle alpha.


                                                                        • gaijin gaijin 12 mars 09:30

                                                                          @alinea
                                                                          «  mais je ne vois aucune femme ne pas courir derrière le mâle alpha. »
                                                                          eh oui c’est bien toute la question en n’oubliant pas que la compétition qui règne entre les femmes est bien plus féroce et destructrice que celle qui règne entre hommes. le réel c’est que si les femmes se maquillent etc ce n’est pas pour plaire aux hommes ( les mecs s’en foutent a part pour frimer en société ) c’est pour se rassurer quand a leur position sociale dans la compétition entre femmes. 
                                                                          plus hypocrite que la compétition entre hommes la compétition entre femmes se fait par binômes : 2 contre une : celle qui monte au front et celle qui manipule celle qui monte au front....et ensuite les alliances se renversent jusqu’à ce soit la guerre globale dans le groupe. 
                                                                          alors oui les femmes apprennent dès l’enfance a se sacrifier ( surtout l’ainée ) mais qui leur apprend ça si ce n’est leur mère qui pense a ses vieux jours ? qui pousse les hommes a la compétition sinon les femmes qui veulent toujours plus et toujours ce quelles n’ont pas ?
                                                                          les féministes ont oublié de se poser une question : c’est quoi une femme ? 


                                                                        • eau-pression eau-pression 12 mars 09:40

                                                                          @alinea

                                                                          On l’avait bien compris ce que tu fais sur ton rond-point : t’attends le passage du cortège Melenchik. Qu’est-ce t’y feras à la belle Sophia, s’ils s’arrêtent ? Une bise ou un crêpage de chignon ? Je te conseille la bagarre, ça fera bander JL ... dixit p’tit âne.

                                                                          mais je ne vois aucune femme ne pas courir derrière le mâle alpha.

                                                                          Au premier degré, ça renvoie Aragon dans les cordes avec son histoire de la femme avenir de la bipédie. Ca entérine l’obsession du mâle pour la couleur de son dos, ça met la société sous le terrorisme de la séduction.

                                                                          Au second degré, ça me laisse espérer de traverser moins de cent ants de solitude avant que tu n’honores ma cour, me transformant d’un coup d’oeil en valeureux prince guerrier. En attendant de tomber les armes à vos pieds, j’enverrai un colibri messager vous dire que le dominant est aussi celui les femmes désignent. Et que la phrase que je commente, sous votre plume allusive, est un indice de vos réflexions politiques les plus sincères.


                                                                        • eau-pression eau-pression 12 mars 09:42

                                                                          @eau-pression

                                                                          Mon post a été rédigé sans avoir pris connaissance de celui de gaijin. Je cours étudier le degré de synchronicité.


                                                                        • eau-pression eau-pression 12 mars 09:46

                                                                          @gaijin

                                                                          les féministes ont oublié de se poser une question : c’est quoi une femme ? 

                                                                          Nous en avons trouvé une, c’est l’essentiel. Les féministes croient qu’un homme amoureux est forcément stupide.
                                                                          Il faudrait aussi qu’elles ne se réfugient pas en sécurité derrière Papa.

                                                                          Pour devenir un homme, c’est pas son père qu’il faut tuer, c’est son beau-père.


                                                                        • alinea alinea 12 mars 12:58

                                                                          @eau-pression
                                                                          Je n’avais pas vu que vous aviez répondu ( et gaijin) !
                                                                          Ça voudrait dire que la compétition entre femmes est naturelle ? Mais c’est le contraire du règne animal !
                                                                          Quant à Mélenchik je n’ai jamais eu le moindre sentiment amoureux !! ceci dit je suis bien convaincue que sa Sophia est une chieuse de première !! intelligente, déterminée, volontaire...elle ne laisse aucune place à l’autre !!


                                                                        • JC_Lavau JC_Lavau 12 mars 13:20

                                                                          @alinea. Ici cet article est bloqué depuis octobre 2018. J’ai dû le reporter là :
                                                                          3/5 Compétition et fourberies (sous déguisement victimaire) ...


                                                                        • eau-pression eau-pression 12 mars 13:53

                                                                          @alinea

                                                                          La dernière phrase de mon post de 09:40 disait bien que nous savons passer outre les taquineries que vous nous adressez régulièrement, du style « c’est lui que j’aime ».
                                                                          @gaijin dira s’il partage ma perception ; je parierais que oui.

                                                                          Moins sûr qu’il laisse en lui parler la jalousie à l’occasion de ces taquineries : c’est un sentiment si ambigü.

                                                                          Le raccourci Mélenchik (concentré de Mélenchon et Chikirou) est une création perso très respectueuse, du moins de JLM : elle lui reconnaît de savoir apprécier une femme, fût-elle au premier rang des chieuses.

                                                                          Et p’tit âne dirait qu’en imaginant le crêpage de chignon entre elle et vous ...

                                                                          Vous pourriez peut-être développer l’observation de ce jeu entre émotions fondamentales et conscience ; je n’ai qu’un titre incomplet à proposer : mon animalité me transcende.


                                                                        • eau-pression eau-pression 12 mars 14:29

                                                                          @JC_Lavau

                                                                          La rationalité est-elle bonne bergère ?


                                                                        • gaijin gaijin 12 mars 14:50

                                                                          @alinea
                                                                          « Mais c’est le contraire du règne animal ! »
                                                                          le règne animal ça n’ existe pas ( trop de différence entre les espèces ) dans ce qui est le plus proche génétiquement et politiquement c’est a dire les chimpanzés, oui il y a compétition entre les femelles mais pendant longtemps c’est un aspect passé inaperçu des scientifiques trop occupés a faire des projections pour observer pour de vrai ....
                                                                          c’est bien sur une compétition pour être la femelle alpha mais également une compétition a chaque étage, une femelle ayant 2 problèmes a résoudre : 
                                                                          1 trouver un sperme de la meilleure qualité possible
                                                                          2 ne pas se retrouver dans une compétition ou la concurrence soit trop forte 
                                                                          ce sont ces déterminismes qui font que majoritairement les femmes choisissent leur reproducteur plus grand qu’elles et en général dans la classe sociale juste au dessus de la leur
                                                                          bien sur dans certains cas genre bruni-sarkozi le social prime sur le biologique
                                                                          ( et qu’on ne me parle pas ici d’amour genre elle l’aurait épousé s’il avait été plombier )


                                                                        • eau-pression eau-pression 12 mars 15:08

                                                                          @gaijin

                                                                          C’est très hasardeux de nous voir comme les impresarios de nos gênes, comme on voit ça à tour de bras dans les documentaires animaliers. Je pense que ça met de côté les critères culturels qui participent aussi au choix des accouplements chez les animaux.

                                                                          Si j’en crois un documentaire récent, les chaleurs des louves sont conditionnées par bien plus que la compétition des mâles ; en particulier par le fait que l’environnement au sens large permettra le développement des petits à venir.


                                                                        • gaijin gaijin 12 mars 16:52

                                                                          @eau-pression
                                                                          « par le fait que l’environnement au sens large permettra le développement des petits à venir. »
                                                                          et ça n’est pas l’expression je dirais non pas des gènes ( trop réducteur ) mais des impératifs biologiques ?
                                                                          « C’est très hasardeux »
                                                                          oui j’en conviens mon propos est hyper réducteur et il y a plein d’autres facteurs néanmoins ce que j’ appellerais le pulsionnel animal joue un grand rôle dans nos vies. il suffit d’essayer d’arrêter de respirer pour infirmer le cogito ... 


                                                                        • eau-pression eau-pression 13 mars 10:58

                                                                          @gaijin
                                                                          Chez beaucoup d’animaux existe des rituels de séduction, où sans doute le quantitatif (couleurs les plus intenses, pectoraux les plus développés) contribue à faire craquer madame. Mais (anthropomorphisme ?) ne peut-on imaginer que l’humour y a sa part ?

                                                                          Ah, la danse des grues ...

                                                                          Enfin, pour fixer ces fichus accents, je vais tenter une astuce
                                                                          Où y’a d’la gêne, y’a pas d’plaisir ... mais où est le gène du plaisir ?


                                                                        • alinea alinea 13 mars 11:45

                                                                          @gaijin
                                                                          Oui l’animalité... pourquoi « pulsion » qui sonne psy ?
                                                                          Dans le règne animal, à ma connaissance tous, c’est le mâle qui est beau, crinière, plumes colorées,etc, et la femelle qui accepte les danses et les querelles des mâles pour prendre le meilleur !
                                                                          Chez nous, c’est la femme qui se maquille et aguiche, et elle prend qui elle trouve. Faut dire que notre espèce n’est pas particulièrement saine ni belle !


                                                                        • nono le simplet nono le simplet 13 mars 11:52

                                                                          @alinea
                                                                          et elle prend qui elle trouve.


                                                                          ça ,ça dépend des femmes ...


                                                                        • nono le simplet nono le simplet 13 mars 11:55

                                                                          @nono le simplet
                                                                          certaines ont l’embarras du choix et d’autres le manque de choix avec en plus l’embarras ...


                                                                        • Cadoudal Cadoudal 13 mars 12:18

                                                                          @nono le simplet
                                                                          Tain, t’es un rapide, plus fort que l’IA à tonton Pemile, j’ai vu que tu avais eu le temps de répondre à mon commentaire sur les pathétiques censeurs avant que celui ci ne soit censuré par ces même censeurs pathétiques...lol...


                                                                        • eau-pression eau-pression 13 mars 12:20

                                                                          @nono le simplet

                                                                          Pour celles qui ont l’embarras du choix, c’est difficile d’envisager de se débarrasser de ces embarras. Alors, quand on pour devise « je ne saurais choisir », je te dis pas

                                                                          Et puis, tu sais, il y a aussi Rebecca, Paula, Yohanna, si tu aimes les poupées russes.


                                                                        • gaijin gaijin 13 mars 12:48

                                                                          @alinea
                                                                          « pourquoi « pulsion » qui sonne psy ? »
                                                                          parce que j’ai pas mieux smiley une pulsion ça pulse et ça impulse : les mouvement du vital pulsation cardiaque et impulsion de l’inspiration ( l’inspiration fondamentale , celle de la première inspiration du bébé ou celle du noyé qui sort enfin la tête de l’eau ...) ...


                                                                        • gaijin gaijin 13 mars 12:52

                                                                          @eau-pression
                                                                          comme disaient les goumiers « là ou il y a de la gégène il n’y a pas de plaisir »


                                                                        • alinea alinea 13 mars 17:03

                                                                          @gaijin
                                                                          Oui mais l’animalité, c’est aussi le repli, la cachette, la fuite, le regard, l’attention, la mémoire,etc...

                                                                           smiley

                                                                          c’est ce que je voulais dire !!


                                                                        • arthes arthes 13 mars 17:17

                                                                          @alinea

                                                                          Le femmes prennent qui elles désirent non ? Et pas « qui elles trouvent » Si celui qui est désiré est sur la même longueur d’ondes, bien entendu, faut être deux.

                                                                          Et comme disait « eau pression » en fin de compte, c’est chaque femme qui désigne son « mec alpha », c’est personnel et intime...« Lalpha dans ce cas correspond à celui que je veux, pour lequel j’éprouve une terrible attraction, de doux sentiments, et peut m’importe ce que l’on pense de lui, même si on en pense du mal, qu’il est nul , que c’est un pauvre type etc.... »


                                                                        • JC_Lavau JC_Lavau 13 mars 17:36

                                                                          @arthes. Le pseudo « Calixto » était à l’époque un pilier des forums de Michèle Dayras, et d’Isabelle Alonso. Tous deux fermés depuis. Oeuvres écrites :

                                                                          « Finalement, il est pas si con que ça, mon mec !


                                                                          Mon mec, je vais en changer. Ce n’est pas qu’on ne s’entend plus, ni qu’on n’est plus copains, mais je ne le désire plus, alors je vais en changer.
                                                                          — Oh oui tu as raison, belle Calixto ! Libérons nous des schémas asservissants !

                                                                           
                                                                          Chez lui, il fait ce qu’il veut, mais chez moi, il pisse assis !
                                                                           
                                                                          C’est parce que vous êtes enceinte que vous êtes aussi confuse ? »

                                                                           

                                                                          Fin de citations.


                                                                        • JC_Lavau JC_Lavau 13 mars 17:41

                                                                          @arthes. Bin... Il faut tenir compte de l’âge dans le cycle menstruel. Les deux jours de l’ovulation, elles préfèrent de beaucoup le mâle le plus mâle, le plus visiblement irrigué en testostérone. Après, et surtout une fois enceintes, elles préfèrent un homme pasteurisé et plus obéissant, domestiqué.


                                                                        • arthes arthes 13 mars 17:58

                                                                          @JC_Lavau

                                                                          Alonso, ouais, je m’en souviens, je serais un mec, je me barre en courant, ou à la limite, suis je suis salaud, je faiis un pari avec les potes, c’est vache, mais bon, c’est la vie...


                                                                        • nono le simplet nono le simplet 13 mars 18:08

                                                                          @eau-pression
                                                                          Alors, quand on pour devise « je ne saurais choisir », je te dis pas
                                                                          pourquoi choisir quand on peut picorer


                                                                        • eau-pression eau-pression 13 mars 21:54

                                                                          @nono le simplet

                                                                          Picorer, c’est bien aller de graine en graine ? C’est un jeu de reine, par exemple celle des abeilles ou Cléopâtre.

                                                                          Je te laisse parmi les capitaines, je préfère demander à Hélène d’être son prince ou son cordonnier.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Caroline F

Caroline F
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès