• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Comment mener toute la France dans un même bateau

Comment mener toute la France dans un même bateau

Ami lecteur, je ne voudrais pas, quant à moi, te mener en bateau. C’est pourquoi je t’avertis tout de go qu’il ne s’agit nullement ici de roublardise politique mais d’arithmétique intéressante quoique très simple.

Donc, le dimanche 15 mai 2016, au milieu de plusieurs dizaines de milliers de spectateurs, j’ai assisté, à Saint Nazaire, au départ majestueux du plus gros paquebot du monde : HARMONY OF THE SEAS.

Ce monument flottant, 10 fois plus lourd que la Tour Eiffel, peut embarquer 8500 personnes (touristes plus équipage). Ses dimensions en mètres sont : 362 (longueur), 72 (hauteur), 66 (largeur). Cela signifie donc que si nous devions emballer le navire dans une boîte à chaussures, cette dernière aurait un volume de 1720224 mètres cubes. Admettons ici (1) que chaque personne embarquée occupe un volume moyen de 1720224/8500 = 202,37 mètres cubes, disons 200.

Les plus curieux d’ entre nous peuvent alors se demander, juste pour voir, quelles seraient les dimensions d’un paquebot transportant un million de personnes. Par exemple, y aurait-il entre l’ HARMONY OF THE SEAS et ce vaisseau imaginaire la même différence d’échelle qu’entre un lilliputien de 15 centimètres et les personnages de plus d’un kilomètre de haut d’Alice au pays des merveilles (2)). 

Avant de poursuivre, rappelons une règle bien connue des puisatiers : si l’on vous demande de doubler les dimensions d’un puits (diamètre et profondeur ), vous devrez extraire 8 fois plus de terre (2x2x2).

Passons maintenant au « design » de notre paquebot capable de faire voguer 1000000 d’humains sur les océans.

Le rapport 1000000/8500 est égal à 168.1

Multipliez 5,52 trois fois par lui-même (5,52x5,52x5,52) et vous obtiendrez 568 (3)

Conclusion : en multipliant chacune des dimensions de HARMONY OF THE SEAS par 5,52 nous obtiendrons les dimensions de notre gros vaisseau. Il montrera les mêmes proportions que l’HARMONIE OF THE SEAS (4) et ses dimensions arrondies seraient :

Longueur 2000 mètres ; largeur 365 mètres ; hauteur 400 mètres.

Une longueur de 2000 mètres vous choque-t-elle ? Pourtant, c’est moins que le quart de la baie de La Baule. La hauteur, plus grande que celle de la Tour Eiffel, vous effraye peut-être. On peut, si la force des vents de travers vous inquiète, ménager quelques trouées dans la structure verticale, à la manière des cégétistes trouant leurs banderoles afin de monter plus facilement de Bastille à République lorsque le zef souffle du nord. Mais on peut aussi, à volume constant, compenser une réduction de la hauteur par une augmentation de la longueur et/ou de la largeur. Ainsi, si nous choisissons de limiter la hauteur à 200 mètres au lieu de 400, nous pouvons compenser cela en faisant passer la longueur de 2000 à 2830 mètres et, concomitamment, en augmentant la largeur de 365 à 515 mètres. Cette modification aura un double avantage. Le premier sera de diviser le tirant d’eau (5) par deux : il passera, grosso modo, de 24 à 12 mètres. Le second sera de réduire le ratio « déplacements verticaux / déplacements horizontaux » ce qui entraînera une réduction significative de la dépense d’énergie à bord.

Voyez le tableau suivant. On y lit que pour transporter toute la population de la France dans les mêmes conditions de confort qu’à bord de l’HARMONYN OF THE SEAS, il "suffirait" d’un vaisseau de 7 km de long, de 1300 mètres de largeur et d’une hauteur de 1425 mètres. Maintenant que vous êtes rompus aux calculs précédents, vous pouvez vous amuser à vérifier la validité des chiffres du tableau (avant correction éventuelle des hauteurs). 

 

POPULATION (millions)

Longueur (m)

Largeur (m)

Hauteur (m)

 

Singapour

5,4

3110

565

620

Israël

8,5

3620

660

720

France

67

7170

1300

1425

 

Pour terminer, délirons un peu. Imaginons que l’humanité doive évacuer la Terre. Toute l’humanité, riches et pauvres, soit sept milliards cinq cents millions d’êtres humains. Pas question, dans ce cas, de casinos, de restaus, de patinoires et de je ne sais quoi encore à bord de la fusée. Ce serait plutôt du genre " sardines à l’huile ". A vrai dire, il faudrait préalablement cryogéniser tout le monde sauf l’équipage. Puisque le volume moyen du corps humain est de 75 litres environ, le volume net des passagers n’occuperait qu’un cube d’arête égale à 825 mètres. Bien entendu, il faudrait ajouter le circuit d’azote liquide etc…

Ami lecteur, je n’espère qu’une chose : t'avoir fait rêver sans t'avoir pris la tête.

 

(1)Nous ne cherchons ici que des ordres de grandeur et ne ferons donc pas appel à des notions techniques d’architecture navale telles que, par exemple, celle de tonneaux de jauge brute.

(2)Vous vous souvenez peut-être du procès où le Roi déclare « Règle quarante-deux : « Toute personne ayant une taille de plus d’un mille de haut devra quitter la cour ».

(3)Autrement dit 5,52 est la racine cubique de 168.

(4)Les deux bateaux seront homothétiques l’un de l’autre , dirait un géomètre.

(5)Distance verticale entre la ligne de flottaison et le point le plus bas du navire. Il faut évidemment que la profondeur de l’eau soit au minimum minimorum égale au tirant d’eau afin que le navire ne racle pas le fond. Par sécurité, les marins ajoutent un généreux « pied de pilote » au tirant d’eau.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • NAMASTE 20 mai 2016 13:18

    En relisant mon article, je me rends compte qu’il contient des erreurs.

    1000000/8500 = 118 (dont la racine cubique est 4,9)
    Je dois m’absenter mais vais apporter les corrections dans deux petites heures 
    Pardon et merci de votre indulgence

    • NAMASTE 20 mai 2016 14:09

      VOICI LE PASSAGE QU’IL CONVIENT DE CORRIGER :

      .... Le rapport 1000000/8500 est égal à 118.

      Multipliez 4,9 trois fois par lui-même (4,9x4,9x4,9) et vous obtiendrez 118 (3)

      Conclusion : en multipliant chacune des dimensions de HARMONY OF THE SEAS par 4,9 nous obtiendrons les dimensions de notre gros vaisseau. Il montrera les mêmes proportions que l’HARMONIE OF THE SEAS (4) et ses dimensions arrondies seraient :

      Longueur 1775 mètres ; largeur 325 mètres ; hauteur 375 mètres.

      Une longueur de 1775 mètres vous choque-t-elle ? Pourtant, c’est moins que le quart de la baie de La Baule. La hauteur, plus grande que celle de la Tour Eiffel, vous effraye peut-être. On peut, si la force des vents de travers vous inquiète, ménager quelques trouées dans la structure verticale, à la manière des cégétistes trouant leurs banderoles afin de monter plus facilement de Bastille à République lorsque le zef souffle du nord. Mais on peut aussi, à volume constant, compenser une réduction de la hauteur par une augmentation de la longueur et/ou de la largeur. Ainsi, si nous choisissons de la hauteur par 2 (187,5mètres au lieu de 375), nous pouvons compenser cela en faisant passer la longueur de 1775 à 2510 mètres et, concomitamment, en augmentant la largeur de 325 à 460 mètres. Cette modification aura un double avantage. Le premier sera de diviser le tirant d’eau (5) par deux : il passera, grosso modo, de 18 à 9 mètres. Le second sera de réduire le ratio « déplacements verticaux / déplacements horizontaux » ce qui entraînera une réduction significative de la dépense d’énergie à bord.

      Cela ne change rien au fond de l’article mais ça va mieux en l’écrivant

      Veuillez m’excuser SVP


      • Loatse Loatse 20 mai 2016 14:20

        « Ami lecteur, je n’espère qu’une chose : t’avoir fait rêver sans t’avoir pris la tête. »


        Tout à fait, Namaste.. Un grand merci ; votre article est passionnant et ouvre bien des horizons pour une « rêveuse » même pas du tout matheuse (je vous laisse les problèmes de tirant d’eau et de racines cubiques) et pourquoi pas bien des défis pour les ingénieurs ;)

        car qu’est ce qui empêche d’envisager au vu des prouesses techniques dans ce domaine, dans un futur proche, de créer des villles flottantes* stables et auto suffisantes telles le vaisseau spacial « papillon des étoiles » de Werber avec son immense voile capteur d’énergie solaire, ses cultures, ses jardins...

        (* villes plutot que pays, nan ? autant ne pas se retrouver serrés comme des sardines à la hauteur de 1425 mètres selon vos calculs - combien d’étages ca nous fait ça humpf ? :)

        L’immensité des océans (70% de la surface de la planète disponible alors qu’on se tasse sur les 30% restants) pourrait permettre à nos populations futures de faire ce que font les oiseaux migrateurs, mais sans trop de bouleversements si ce n’est de s’adapter à de nouveaux climats, de nouveaux horizons... de renouer avec le nomadisme sans quitter son logement, son emploi, ses amis, ni même faire ses valises...

        (pour éviter la corrosion de la future ville flottante et les effets des tempêtes, est il réalisable d’isoler celle ci de l’océan par un coussin d’air ?)

        Etre menée en bateau comme cela, si c’était aujourd’hui possible, je dirai oui tout de suite... :)



        • NAMASTE 20 mai 2016 15:14

          @Loatse


          très heureux de vous avoir fait rêver et de vous donner à penser.

          Je peux tenter de répondre à votre question sur le coussin d’air. 
          Etant donné le poids du système il faudrait une soufflerie très puissante qui serait à la fois bruyante et grosse consommatrice d’énergie.
          Tempête = vent et/ou vagues. Pour limiter les effets du vent, on n’a guère que les techniques aérodynamiques. Quant à ceux des vagues, il faudrait que la longueur de la jupe contenant l’air comprimé soit supérieure à la hauteur les vagues. Mais , étant donné la taille des navires, il faudrait vraiment des vagues énormes pour que les passagers aient le mal de mer...
          Pour la corrosion, il faudra compter sur des matériaux inoxydables du futur car l’atmosphère marine, même sèche, reste corrosive.

          Mais oubliez la technique et continuez de rêver. 


        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 20 mai 2016 21:16

          Attention à ne pas rééditer le « Vasa » !


          • NAMASTE 20 mai 2016 22:38

            @Mohammed MADJOUR

            Bonsoir,

            j’avoue humblement que j’ignorais tout du Vasa.
            Merci de me l’avoir fait connaître

          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 21 mai 2016 21:32

            @NAMASTE


            Pour tout vous dire, je ne suis même pas un marin d’eau douce, mais l’affaire du Vasa est devenue tellement « philosophique » ! Elle a même donné son nom au syndrome de l’irresponsabilité humaine grandissante ! « Le syndrome de Vasa » 

          • NAMASTE 21 mai 2016 21:46

            @Mohammed MADJOUR

            Bonsoir,


            a fortiori j’ignorais l’existence du syndrome correspondant.
            Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd ...
            Par contre, je commençais déjà à me faire une idée précise du syndrome savamieux

          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 22 mai 2016 16:32

            @NAMASTE

            « syndrome savamieux »


            Syndrome pour syndrome, on ne peut pas en effet qu’il n y a pas similitude...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité