• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Communisme : un Sève et ça repart !...

Communisme : un Sève et ça repart !...

Le vieux philosophe (92 ans), sur la table, a remis l'ouvrage. Près de 700 pages pour décrire les ballotements d'un gros bouchon sur les eaux agitées des 19 et 20°siècles. Ca se lit facilement, même si le guide nous amène dans des profondeurs jusque là bien peu visitées. Quelques historiens patentés, qu'on ne plaindra pas, en gros ceux qui ont cru pouvoir tirer quelques profits des évènements moscovites de 1991 en s'alignant hostensiblement sur la musique bourgeoise soudain exclusive, devront soigner quelques échymoses. Les autres, nous les cocos et ceux qui ne chérissent pas le capitalisme vont y apprendre que si la révolution peut, comme en 71 à Paris, et 17 à Pétrograd, être facile, l'abolition des classes est autrement plus complexe.

Je ne reviens pas sur Lénine qui est, ici, traité comme il n’aurait jamais dû cesser de l’être par des communistes français. Après avoir consacré 300 pages pour distinguer la "visée marxienne du communisme" des divers socialismes du XIXe siècle, et démontré que pour Marx, le communisme n’est pas un projet, mais un mouvement dialectique qui "dépasse l’état des choses existant". Donc que, pour lui, le communisme est la mesure de toute politique, Lucien Sève attaque, sur 350 pages, le procès de Staline.

La charge est à la hauteur des fautes, et du bilan de celui qui a manœuvré dans le dos de Lénine, malade, pour accaparer un pouvoir, sur la Révolution, dont Lénine ne disposait qu’avec parcimonie, et en fonction des états de services, reconnus de tous, qui étaient les siens en ce début 1923. C’est la capacité de travail du géorgien, qui avait amené Lénine à le proposer pour le poste de secrétaire général, c’est la ruse, et l’intelligence, qui vont lui permettre d’échapper à la dernière décision de Lénine, celle de demander son éjection d’un poste où sa brutalité était devenue intolérable.

Mais Sève va beaucoup plus loin, Il explique, à sa façon, c’est à dire par le menu, comment Staline se sert de la dépouille de Lénine, qu’il a fait momifier contre l’avis de la famille, pour dévier discrètement et progressivement, sur deux ans, la politique de la NEP, pour "plusieurs générations" avait dit Lénine vers "le socialisme dans un seul pays". Une politique volontariste, autarcique, basé sur de la main d’oeuvre à bas coût, forcée dans de larges proportions, Sève est discret sur cet aspect, préférant insister sur l’aliénation de ces travailleurs qui ne peuvent se sentir, quelque part, propriétaires de ces gigantesques entreprises, qu’un État-léviathan contrôle avec une bureaucratie pléthorique, dominée par des pontes qui, en 91, pilleront ces avoirs sous l’oeil impavides de milliers de prolos aliénés, croyants de n'avoir rien à perdre, et peut-être même à y gagner....

Sur l’aliénation, Séve me parait léger. L’aliénation du salariés ne dépend pas que du sentiment de propriété. Un bon salaire fait reculer l’aliénation, tout comme de bonnes conditions de travail et de vie, de bonnes relations de travail, l’efficacité du travail réalisé, des magasins correctement achalandés etc... Or sur tous ses terrains l’URSS de 91 est à la ramasse, et depuis longtemps. On sait maintenant que la mortalité normale aussi bien qu’infantile étaient reparties à la hausse...

Sève passe, évidemment, du temps sur les crimes, que le dictateur n’assumera jamais, mais qui sont là, et qui démontrent sa volonté de gouverner hors de tout débat, et, bien sûr, hors de toute critique. Il en déduit qu’à partir de l’arrivée de Staline, et jusqu’en 91, ni le socialisme, ni le communisme ne sont, à Moscou, passés des discours dans la réalité. J’ai dans mes tiroirs une cinquantaine de cartes du PCF et je dois, avec Sève, et pas sans douleurs, constater cette réalité, mais aussi que le vieux philosophe a mis, cette fois, le doigt au bon endroit !

Ceci dit, il y a d’autres points qui, avec Sève, me coincent un peu. Par exemple, il confirme, laborieusement, la position qu’il a adopté en 1976 en suivisme de l’opération "dictature du prolétariat" lancée par le trio Juquin-Fiterman-Marchais pour tenter contrarier le glissement électoral vers Mitterrand. Ce fût un échec et un facteur de division dans le PCF. A quoi peut donc servir un parti communiste si ce n’est pour prioriser les intérêt du prolétariat (immense majorité) aux dépens de ceux de la bourgeoisie (infime minorité) ? Certes, le mot "dictature" ne sonne plus exactement comme au XIXe siècle, mais la sémantique ne peut justifier l’amputation du raisonnement marxiste d’un concept de cette importance.

Sur le "dépérissement de l’État" dont il regrette qu’il n’ait pas été enclenché en URSS, j’ai aussi du mal à le suivre. Tant que les intérêts bourgeois seront dominants dans le monde je vois mal comment une nation pourrait faire l’impasse sur une politique de défense étatique.

Autre divergence sur le qualificatif "stalinien" accolé à Deng Xiao Ping, alors que ses réformes en Chine s’apparentent bien plus à la NEP de Lénine qu’au "socialisme dans un seul pays" de Staline. Sur la Chine actuelle, Sève fait très court, sans doute craint-il, comme n’importe quel chat échaudé, l’eau froide. Ou peut-être compte-il sur la Chine pour meubler la troisième partie de son texte (le communisme au XXIe siècle) qu’il annonce pour dans quelques temps ? Cependant, même si, en Occident, la connaissance de la Chine reste superficielle, on ne peut pas ne pas noter l’extraordinaire différence entre les rues de Pékin en 2019, et celles de Moscou en 1991...et même en 2019 ! Et Sève se tait ; attente ? Surprise ? Doute ? Ou prise d’élan avant de sauter ?

Enfin Sève considère Staline comme un bien piètre dialecticien. C’est possible, mais mourir dans son lit après 26 ans de pouvoir absolu et de chausses-trappes de toutes espèces est un exploit qui n’est pas à la portée du premier venu. Et, il a, quand même, réussi à travestir, de fond en comble, la démarche léninienne au point de leurrer des millions de crédules, dont moi, persuadés que, comme lui, les héritiers la poursuivait consciencieusement.

Les soviétiques ont partagé leur temps entre deux dirigeants géniaux, pour le meilleur avec Lénine et pour le pire avec Staline.

Mais je referme le livre de Sève, avec l’agréable sensation que les conclusions tirées de mes derniers voyages chez Marx et Lénine sont confirmées. A savoir que la sortie définitive vers la société sans classe ne peut intervenir qu’après le capitalisme, jamais avant ! Tout simplement parce que le "à chacun selon ses besoins" ne peut se construire que sur "l’accumulation primitive du capital" que Sève nomme "développement des forces productives", et que, pour le moment, seul le capitalisme, naturel, ou d’État (Lénine-Deng), s’est avéré capable de produire. Certains vont déprimer, pourtant c’est d’optimisme qu’il s’agit là.

En Occident le capital est partout, et largement, accumulé. Reste à réaliser l’union des prolos, immense majorité qui doit travailler pour vivre, souvent chichement, contre la bourgeoisie, infime minorité qui ne pèsera que son poids, c’est à dire rien devant l’unité du prolétariat.... (Communisme ? 40€)


Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 septembre 09:24

    Un autre livre qui intéressera peut-être l’auteur :

    « Eugène Fried, le grand secret du PCF » par Annie Kriegel & Stéphane Courtois, à partir des archives du Komintern.

    Eugène Fried était envoyé par Staline des années 30 à 1943, pour « enlever les mauvaises herbes » qui persistaient à pousser au sein du PCF, en clair pour organiser des « purges ».


    • CN46400 CN46400 27 septembre 09:55

      @Fifi Brind_acier
      Sève règle aussi quelques comptes avec les historiens français modernes , dont Courtois.
      Le tchèque Eugène Fried représentait dans les année 30 le Komintern à Paris. Il a joué un grand rôle dans la formation du noyau dirigeant qui, autour de Thorez, a alors emmergé au PCF (Elimination de Doriot). Il est à la base de la démarche politique du PCF vers le Front Populaire. Vivant avec l’ex épouse de Thorez en Belgique, il a organisé la désertion de Thorez et l’évacuation de la famille vers l’URSS en 39. Assassiné par la Gestapo ultérieurement.
      C’est le prototype de nombreux militants dont le communisme peut être fier.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 septembre 10:15

      @CN46400
      Pourquoi critiquez vous les purges de Staline et pas celles organisées par Fried ?


    • alexis42 alexis42 27 septembre 11:35

      @Fifi Brind_acier
      Comme la grande majorité des « vecteurs » du communisme à l’étranger – et comme la majorité des chefs des redoutées polices politiques, et 6 sur 7 directeurs de goulags – Fried était juif.


    • CN46400 CN46400 27 septembre 11:40

      @Fifi Brind_acier
      De qui parlez-vous ? Doriot mort 10 ou 15 ans plus tard sous l’uniforme SS ou Treint qui refusait, à la fois, l’union avec le PS et de tirer les leçons de l’arrivée de Hitler au pouvoir en Allemagne ?
      Ensuite voir un Staline dans chaque militant communiste n’est guère sérieux, et, à la limite, voisine avec un léger racisme. Les nazis disaient : judéo-bolchevique !


    • cettegrenouilleci 27 septembre 11:58

      @CN46400

      « voir un Staline dans chaque militant communiste n’est guère sérieux ».

      Bonjour CN46400

      Ce ne serait guère sérieux, en effet, mais ça n’est pas du tout ce que dit Fifi.

      Ce qui n’est pas sérieux, c’est de prêter à quelqu’un des propos qu’il n’a pas tenus pour mieux le déconsidérer.


    • CN46400 CN46400 27 septembre 12:27

      @cettegrenouilleci
      SVP, listez donc les cas de purge qui auraient impliqué Fried...


    • cettegrenouilleci 27 septembre 12:31

      @cettegrenouilleci à CN46400

      la bonne question, c’est : Pourquoi donc avez-vous besoin de déconsidérer Fifi en déformant ses propos ?


    • cettegrenouilleci 27 septembre 12:59

      @CN46400

      « SVP, listez donc les cas de purge qui auraient impliqué Fried »

      Fifi évoque les actions de Fried...Elle n’incrimine pas « chaque militant communiste » en leur collant une étiquette de stalinien sur le front contrairement à ce que vous affirmez.

      Fifi salue et rappelle régulièrement, par ailleurs, dans ses multiples contributions aux discussions qui s’organisent sur Agoravox sur les enjeux politiques de l’heure, la participation des militants communistes aux combats de la résistance à l’occupant nazi.

      Votre propos n’est donc pas seulement inexact, il est inopportun, fautif, outrancier, contre-productif.

      Sur le bilan de Fried, je ne connais pas suffisamment cette affaire. Je vais donc m’y intéresser.

      Une chose est sûre, néanmoins, concernant l’UPR et les combats qu’il convient de livrer aujourd’hui :
      Dans le paysage politique de la France d’aujourd’hui, il existe une organisation qui s’applique à dire la vérité à nos concitoyens, quoi qu’il en coûte, qui ne tord pas le cou à la réalité pour lui faire dire autre chose que la vérité, qui ne change pas de vérité d’une année sur l’autre.
      Cette force politique sérieuse et crédible qui invite nos concitoyens à se ranger sous la bannière de la résistance à la dictature de l’UE, qui dénonce les supercheries, les mensonges et les chimères des européistes de tous acabits, c’est l’UPR dont Fifi est une militante exemplaire.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 septembre 17:46

      @CN46400
      Doriot mort 10 ou 15 ans plus tard sous l’uniforme SS 

      Soyez gentil de m’épargner vos insultes. Doriot était Maire de St Denis, la banlieue rouge, il avait compris que les travailleurs voulaient l’unité à Gauche.

      Doriot n’a pas été exclu du PCF pour ses dérives qui surviendront plus tard, mais parce qu’en 1932, il préconisait le Front populaire, deux ans avant que Staline ne le décide, d’où le crime de lèse majesté.

      Votre réaction m’étonne. Comment peut-on condamner le stalinisme, et réhabiliter Lénine, alors que Eugen Fried a eu pour mission de staliniser le PCF, stalinisation qui durera jusqu’aux années 60 ? Il y a là une logique qui m’échappe.

      Mais le livre n’est pas seulement intéressant par les méthodes utilisées par Fried, qu’il dénonce, mais aussi par toutes les erreurs d’appréciation de Staline, qui ne seront jamais de sa faute, mais toujours de la faute de quelqu’un d’autre...


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 septembre 18:07

      @ CN46400

      SVP, listez donc les cas de purge qui auraient impliqué Fried...

      Lisez le livre qui fait plus de 400 pages, vous aurez la liste.

      Et en prime vous aurez les références aux archives qui ont été utilisées.


    • leypanou 27 septembre 19:16

      @Fifi Brind_acier
      par Annie Kriegel & Stéphane Courtois 

       : même sans lire le livre en question, connaissant les 2 auteurs, on ne peut avoir des doutes sur l’orientation du livre.

      Et puis, S Courtois, à mon avis, a peu de crédibilité surtout avec son « fameux » livre sur le communisme. Quant à A Kriegel, il n’y pas pire réac.


    • CN46400 CN46400 27 septembre 19:43

      @Fifi Brind_acier
      Excusez-moi si je vous ai offensé, mais c’était involontaire. Pour ce qui est de Doriot, Wikipédia en connait plus long que moi :https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Doriot
      « Comment peut-on condamner le stalinisme, et réhabiliter Lénine »
      Je pourrais vous renvoyer au bouquin de Sève, mais, à part les bourgeois de tous poils, attachés à leurs prébendes, personne n’a condamné Lénine qui n’a donc pas à réclamer une réhabilitation quelconque. Tous ses actes politiques sont parfaitement justifiables. Même Chirac ne fait pas le poids par rapport à Lénine...


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 septembre 20:07

      @ CN46400,

      Wikipedia confirme intégralement ce que j’ai écrit.
      Doriot a été exclu car il prônait le Front populaire deux ans avant Staline. Pourtant, le 26 juin 1934 à Ivry, Maurice Thorez opère un virage à 180° en appelant à l’unité d’action avec les socialistes.

      "Dès 1928, alors que le Komintern impose aux partis communistes la nouvelle ligne, qui non seulement refuse toute coopération avec les partis sociaux-démocrates, mais encore les combat selon la thèse du « social-fascisme », Doriot et quelques autres dirigeants communistes expriment leurs réticences à l’égard de la tactique de « classe contre classe »8.etc


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 septembre 20:11

      @leypanou
      Il ne s’agit pas d’une thèse, mais d’une enquête à partir des archives du Komintern. Vous n’allez pas jusqu’à dire qu’ils ont inventé les archives du Komintern, quand même ? Si c’était le cas, je suppose que le PCF aurait porté plainte. Lisez le livre, vous me direz ce que vous trouvez de faux !


    • CN46400 CN46400 27 septembre 21:23

      @Fifi Brind_acier
      Je concède que mes connaissances sur Doriot sont limitée, mais il suffit de lire Wiki pour constater que cet individu ne possédait pas les qualités requises pour diriger un parti comme le PCF.
      Toutefois, pour retomber dans mon élément, le véritable changement de pied du Pcf se situe en Février 34 et pas en juin. 6 février = émeute fasciste des ligues et 12 février = riposte de la gauche, PC-PS à la Nation, c’est cette manif qui est généralement considérée comme le départ du Front Populaire.
      Ceci n’infirme pas l’erreur de stratégie du Komintern, et de l’IS par rapport à la situation allemande que le PCA, et le SPD ont payé plein pôt.


    • Paul Leleu 27 septembre 21:35

      @Fifi Brind_acier

      bon, moi vous savez, les « livres » de Stéphane Courtois... depuis que je l’ai vu passer à BHL-TV dans les années 1990 pour nous raconter sa messe sur le communisme...

      curieux que vous vous référiez à lui à l’UPR...

      d’ailleurs Stéphane Courtois qui ne fait pas vraiment carrière en France, fait une excellente carrière dans les milieux néo-fascistes en ex-Europe de l’Est...

      vous avez vraiment un problème à l’UPR... vous êtes typique gaulliste... vous n’êtes pas d’authentiques « non alignés » comme vous le prétendez... au fond, vous êtes atlantistes et soumis...

      (d’ailleurs, au-delà des rodomontades, De Gaulle quand il fut « couillonné » par les allemands après le Traité de l’Elysée, n’est pas sorti... il n’a pas non plus empêché Monnet d’agir - il l’a même nommé au GPRF en 1944 ! ... il a aussi pris Pompidou comme 1er ministre, pour commencer dès 1967 à démanteler la Sécurité Sociale... mais « vive le Québec libre »... c’est du Chirac et ça ne cou^te pas cher)


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 septembre 21:37

      @CN46400
      Staline s’est trompé sur le nazisme dont il n’a pas compris la dangerosité. Il s’est trompé sur le PC Chinois qu’il a envoyé au massacre. Des erreurs stratégiques de Staline vous en trouverez un paquet dans le livre, et c’est bien dommage, parce que Staline, entre ses méthodes et ses erreurs, a rendu le communisme imbuvable pour des millions de gens.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 septembre 21:47

      @Paul Leleu
      curieux que vous vous référiez à lui à l’UPR...

      L’UPR ne conseille jamais aucun livre, ce sont mes lectures personnelles.
      Sur le mouvement ouvrier, j’en ai lu un paquet, parce que je suis de Gauche, et pas Gaulliste.

      Et je connais aussi bien que vous la politique menée par de Gaulle. Je la trouve globalement bien moins pire que celle de Mitterrand, l’idole de Mélenchon.

      Et si Mélenchon avait le programme de l’ UPR, probablement je serais à la FI, si vous voulez tout savoir.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 27 septembre 09:25

      Jaurès avait déjà écrit dans « Histoire socialiste de la révolution française »  :

      « La révolution française a préparé indirectement l’avènement du prolétariat. Elle a réalisé les deux conditions essentielles du socialisme, la démocratie et le capitalisme. Mais elle a été, en son fond, l’avènement politique de la classe bourgeoise. »


      • Paul Leleu 27 septembre 21:40

        @Séraphin Lampion

        oui bon... mais j’aimerais connaitre le statut des paysans dans l’Ancien Régime...

        ils travaillaient pour une aristocratie et de grands propriétaires terriens (soit directement, soit indirectement par les corvées et les impôts : c’est à dire soit en « salarié » soit en « petit artisan » d’aujourd’hui).

        On fait grand cas de nos « paysans » mythologiques... mais le régime agraire n’était que la version précédente de la lutte des classe, au sein de l’appareil de production économique... avec en haut la Cour, les comtesses et les prélats, et en bas les paysans qui trimaient et mourraient dans les guerres...

        L’avènement de la bourgeoisie, qui préfigure l’industrialisation, a en fait simplement supplanté une classes exploitante par une autre... et les prolos paysans d’autrefois sont devenus des prolos ouvrirers des villes (qui a culminé dans l’exode rural)...


      • Laulau Laulau 27 septembre 09:25

        Merci pour cet article. J’étais au PC lors de l’abandon de la « dictature du prolétariat » et lors des débats dans ma cellule, j’ai pu mesurer la débilité de l’analyse de la plupart de mes camarades ; rares étaient ceux qui comprenaient que la dictature du prolétariat n’était qu’un état au service du prolétariat comme la « démocratie bourgeoise » n’est en fait que la dictature de la bourgeoisie. J’ai quitté le PC quelque mois après.


        • JL JL 27 septembre 10:15

          @Laulau
           
           
          Vous dites : ’’la dictature du prolétariat n’était qu’un état au service du prolétariat comme la « démocratie bourgeoise » n’est en fait que la dictature de la bourgeoisie.’’
           
          J’aurais compris ça : la dictature du prolétariat n’était qu’un état au service du prolétariat comme la « démocratie bourgeoise » est un état au service

          de la bourgeoisie.

           
          Reste à définir ce que vous entendez par « état » ici. Un outil ? Un appareil ? Un instrument ?
           
           Ou bien ceci : La dictature du prolétariat n’était en fait que la dictature du prolétariat comme la « démocratie bourgeoise » n’est en fait que la dictature de la bourgeoisie.
           
          Le premier terme étant une tautologie peut être supprimé. Il reste : la « démocratie bourgeoise » n’est en fait que la dictature de la bourgeoisie.

          En témoigne la suite donnée au rejet populaire du TCE en 2005..
           
          La démocratie bourgeoise, en fait la démocratie représentative, c’est la dictature de la bourgeoisie en effet, et la Constitution c’est la Constitution bourgeoise. La Vè République est une république bourgeoise.


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 27 septembre 10:31

          @Laulau

           « J’ai quitté le PC quelque mois après.  »

          ... et il ne s’en est jamais remis...


        • exol 27 septembre 10:32

          @JL
          Non elle est pas bourgeoise la Vème , elle est royaliste .


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 27 septembre 10:48

          @exol

          Tu confonds « monarchie » et « royauté ». La monarchie est un système de gouvernement où un seul commande. Rien de plus.

          Je t’accorde que c’est bien en effet le contraire d’une « république » dans laquelle le peuple, c’est-à-dire tous, c’est-à-dire personne commande. C’est la loi du plus fort contre les plus faibles, du plus riche contre les plus pauvres, de celui qui n’a pas de morale sur ceux qui en ont une… et c’est bien dans un tel système que nous vivons. Une monarchie peut être héréditaire ou non, d’inspiration religieuse ou non.

          La royauté est un ensemble d’institutions de type monarchique de corps constitués, de traditions, de lois écrites et non écrites, et surtout de personnes humaines groupées dans un certain ordre. La différence, c’est qu’une monarchie peut s’instaurer du jour au lendemain, par le moyen d’un référendum ou d’un coup d’état,comme en 1958, tandis que la royauté suppose un mûrissement plutôt qu’une victoire, un consensus plutôt qu’un plébiscite, une histoire et une transmission.

          Il y a des monarques qui ne sont pas rois ( ceux que la presse baptise dictateurs) et des rois qui ne sont pas monarques (comme la reine d’Angleterre qui règne mais ne gouverne pas) et une monarchie peut tendre à l’absolu, à la parfaite indépendance, le rêve éveillé des souverainistes.

          La Vème est monarchiste, pas royaliste.


        • exol 27 septembre 10:58

          @seraphin lampion
          OK va pour monarchie , mais déjà qu’un seul homme soit chef des armées est un grand danger.


        • JL JL 27 septembre 11:17

          @Séraphin Lampion
           
          ’’La Vème est monarchiste, pas royaliste.’’
           
           Quand on a dit ça on n’a rien dit.

          « Une monarchie constitutionnelle est une monarchie dans laquelle les pouvoirs du monarque, qui est le chef de l’État, sont limités de manière plus ou moins importante par une constitution, par des lois fondamentales ou par une coutume. Elle s’oppose en cela à la monarchie absolue. »
           
           Il y a constitution et constitution. Notre constitution est une constitution bourgeoise, élaborée par et pour la haute bourgeoisie.


        • CN46400 CN46400 27 septembre 12:15

          @JL
          Pour Marx deux classes principales cohabitent dans la société capitaliste, la bourgeoisie qui possède les moyens de production et le prolétariat qui les anime par son travail pour en tirer des produits. L’état est le moyen essentiel pour l’une de dominer l’autre. Les méthodes employées peuvent varier à l’infini, démocratie plus ou moins autoritaire, monarchie etc... mais le but recherché est, toujours, de faire, à tout moment, prévaloir les intérêts de l’une ou l’autre classe. On est donc soit dans la dictature des intérêts de la bourgeoisie ou soit dans celle des intérêts du prolétariat.
          Avec la NEP, Lénine affine le concept. Il reconnaît que la bourgeoisie peut être utile pour réaliser l’indispensable accumulation du capital nécessaire pour satisfaire pas mal de besoins prolétaires. Il propose donc, au sortir de la guerre civile, de promouvoir, sous contrôle de la dictature du prolétariat, le développement d’un certain capitalisme et de la bourgeoisie qui va avec.
          Lénine meurt en 24 et en 27 Staline tire un trait sur la NEP dont l’idée sera reprise 50 ans plus tard (1979) à Pékin par Deng Xiao Ping avec les résultats que l’on connaît.


        • JL JL 27 septembre 13:34

          @CN46400
           
           ’’Il propose donc, au sortir de la guerre civile, de promouvoir, sous contrôle de la dictature du prolétariat, le développement d’un certain capitalisme et de la bourgeoisie qui va avec.’’
           
           Un certain capitalisme, qui porte en lui la guerre.
           
          Je remarque que le capitalisme financier, qui d’une certaine façon pourrait trouver sa justification par son aspect démocratique et sa promesse d’universalisme (libre circulation des capitaux), ne serait pérenne que s’il acceptait des gardes-fous, à commencer par un impôt réellement progressif. Or il n’en est rien et sa puissance et ses excès sont causes d’inégalités démentes, de pollutions et de ruine des ressources naturelles, constituant aujourd’hui la principale menace qui pèse sur les peuples et la planète.
           
           https://www.lci.fr/people/on-a-lu-pour-vous-capital-et-ideologie-le-nouveau-livre-de-thomas-piketty-2133202.html
           
           https://www.lopinion.fr/edition/economie/progressivite-l-impot-l-entetement-ideologique-thomas-piketty-tribune-198245


        • CN46400 CN46400 27 septembre 14:39

          @JL
           Le capitalisme naturel, tel que décrit par Marx-Engels, contrôle l’état. Le Manifeste communiste dit : « Le gouvernement moderne gère les affaires communes de la bourgeoisie toute entière (1848) ».
          Le capitalisme d’état (Lénine-Deng Xiao Ping) est sous contrôle de l’état, nuance fondamentale. Il n’investit que là où l’état l’autorise, ou l’y incite. Et c’est valable aussi bien pour les capitaux nationaux qu’étrangers !


        • Paul Leleu 27 septembre 21:46

          @CN46400

          il semble en effet que la Chine suive une NEP... d’où le contrôle étroit du Parti sur les milieux d’affaires... mais on verra ce qu’il en est en vrai... c’est difficile de savoir ce que les chinois font vraiment... mais il est clair que Xi dans ses discours, incite clairement les dirigeants chinois à ne pas abandonner le marxisme, sans lesquels ils perdraient complètement leur boussole...

          sur le changement entre le régime agraire et le régime industriel, je ne comprends pas vraiment ce qui change dans le fond... certes la classe bourgeoise industrielle remplace la classe des propriétaires terriens... mais le peuple reste le même : exploité hier dans les champs, exploité le lendemain dans les usines... on a d’ailleurs vu ça parfaitement dans l’exode rural, où les paysans partaient vers les villes pour travailler en usine


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 septembre 21:51

          @Paul Leleu
          on a d’ailleurs vu ça parfaitement dans l’exode rural, où les paysans partaient vers les villes pour travailler en usine

          Et maintenant, grâce à la libre circulation des capitaux, qui a permis les délocalisations, ils sont à Paul Lemploi.


        • CN46400 CN46400 27 septembre 21:58

          @Paul Leleu
          Le capitalisme des champs n’est ni pire ni meilleur que celui des villes, tout dépends du taux de profit....


        • Laulau Laulau 28 septembre 09:31

          @Séraphin Lampion

          Ben il semblerait que ce soit le cas, non ?


        • alexis42 alexis42 27 septembre 11:17

          Belle tentative pour récupérer le communisme en affirmant qu’il a été dévoyé.

          On peut être fermement opposé au capitalisme sans tomber dans cette dictature qu’est le communisme, dont il ne reste d’ailleurs que 2 ou 3 pays prétendant l’être alors qu’ils ne le sont plus que par le nom.

          Le pillage des restes de l’URSS (par quel groupe, déjà ?) fut un véritable scandale soutenu par l’Occident, qui a poussé des Russes à regretter l’époque où ils percevaient un salaire.

          Mais tous les anciens pays derrière le rideau de fer se sont empressés de quitter le communisme dès qu’ils en ont eu la possibilité.


          • McGurk McGurk 27 septembre 11:43

            @alexis42

            Oula, tu ne sais pas à qui tu t’attaques ! Aux irréductibles communistes du site qui croient aux foutaises qui sont professées par des auteurs désastreux comme Marx.

            L’URSS a aussi pillé pas mal (ex : les démontages d’usine en Allemagne) et fait payer très cher aux pays qu’elle a envahi. Sans parler des purges à n’en plus finir, du nombre de prisonniers pour un oui pour un non, de la pauvreté pendant que la classe dirigeante était riche à en crever, des politiques économiques débiles et irrationnelles, etc.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 septembre 17:54

            @alexis42
            On ne peut pas savoir ce qui se serait passé en URSS si Lénine avait vécu 20 ans de plus et si Staline était mort en 1925 !?


          • McGurk McGurk 27 septembre 20:49

            @Fifi Brind_acier

            Si une chose, c’est que les deux étaient de véritables psychopathes. Et qu’en conséquence, on aurait sûrement eu autant de mort et de destruction.


          • CN46400 CN46400 27 septembre 21:51

            @Fifi Brind_acier
            Bien sûr la partie n’est pas à rejouer. Cependant, au vu de l’évolution de la politique chinoise depuis Deng, on peut avancer que Lénine aurait cherché, et sans doute trouvé, un terrain d’entente avec les capitaliste allemands et US pour les intéresser au développement de l’URSS dans le cadre du capitalisme d’état de la NEP. Ce qui aurait, peut-être coupé les pattes à Hitler. Je précise qu’on peut trouver dans les OC de Lénine de nombreuses interventions allant dans ce sens jusqu’à une proposition à un consortium US pour l’exploitation totale, pendant 60 ans, du Kamtchaka avec , éventuellement, une base militaire pour se protéger des japonnais.
            Dans une réunion publique, un ouvrier interpelle Lénine qui répond :
             Que rapporte le Kamtchaka à la République ? Rien !
             Que rapportera-t-il ? un peu !
             Mais, surtout, il permettra à des milliers de prolétaires soviétiques de se frotter aux techniques les plus modernes....


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 septembre 22:11

            @CN46400

            Il faudrait prendre le temps de chercher sur le site STRATPOL, les articles sur la Chine. Xavier Moreau est un français installé à Moscou, son site conseille les investisseurs occidentaux qui veulent investir en Russie ou en Asie.

            Je suppose que leurs analyses sont assez objectives, sinon, il n’aurait plus de clients. C’est classé par pays. Voici l’analyse sur le Parti Communiste chinois.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 septembre 22:12

            @McGurk
            Pour Staline, je n’ai pas de doutes sur la question, il était parano jusqu’au trognon, mais pourquoi dites-vous cela de Lénine ? 


          • CN46400 CN46400 27 septembre 22:33

            @Fifi Brind_acier
            Xi Jin Ping = Brejnev, c’est de la vidéo-escroquerie....



          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 septembre 07:19

            @CN46400

            Xi Jin Ping = Brejnev, c’est de la vidéo-escroquerie....

            Et vote avis, c’est quoi ?

          • CN46400 CN46400 28 septembre 08:37

            ne@Fifi Brind_acier
            Par principe, j’évite de poster une opinion sur la personnalité des individus. Par exemple je n’ai jamais écrit sur la « folie » de Hitler qui, en mai 40, a plié la « première armée du monde » en moins de 3 semaine. Ce qui me passionne c’est surtout les intérêts de classe qui sont en jeu.
            Donc, si je pense que Xi n’est sans doute pas le plus « looser » des postulants aux plus hautes responsabilités en Chine, je note surtout les performances visibles de l’économie de ce pays et leurs impacts, positifs pour le moment, sur les conditions globales de vie et de travail des prolétaires. Et j’apprécie aussi le pacifisme de la politique étrangère, sans fléchir sur la souveraineté, qui est conduite depuis Deng.
            Je lis tout ce qui s’écrit, ou se dit, sur la situation interne, mais j’ai du mal à être sûr de mes conclusions, alors que je juge bien plus facilement, trop peut-être, les autres pays !


          • Aristide Aristide 27 septembre 12:49

            Le communisme c’est un eu comme le monstre du Loch Ness, tout le monde sait que c’est de la foutaise mais aimerait savoir s’il a existé, mais à chaque fois on s’aperçoit que ce sont des escrocs ou des dérangés qui en parlent.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 septembre 17:59

              @Aristide
              Le problème n’est pas là, à mon avis. Il existe plusieurs pays, comme Cuba ou la Corée du nord, la difficulté est de savoir ce qu’il s’y passe vraiment.

              On a l’impression d’avoir affaire à des menteurs des deux côtés :
              les pays capitalistes présentent les pays communistes comme l’enfer, où rien ne va jamais, et les communistes, comme le paradis, où tout fonctionne à merveille.
              Alors, qui croire ??


            • Luniterre 30 septembre 09:30

              Staline a sans aucun doute commis des erreurs, sur les trente années où il a joué un rôle essentiel dans la politique mondiale. Une époque particulièrement troublée et violente de l’histoire de l’humanité, où il a du relever une Russie ruinée par l’Occident, et autant, et même davantage au cours de la « guerre civile » soutenue par l’Occident, que par la guerre de 1914-17 contre l’Allemagne.

              Néanmoins il reste le véritable vainqueur de la 2ème GM face au nazisme, grâce au développement économique socialiste qu’il avait alors réussi en URSS, ce que l’Occident ne lui pardonne toujours pas, comme le montre la récente « résolution » du « Parlement européen », directement adressée à la Fédération de Russie, lui enjoignant expressément de formuler des jugements de valeurs sur sa propre histoire tout à fait à l’opposé de ce qu’ils sont actuellement, et principalement sur cette période dite « stalinienne » de construction du socialisme en URSS, précédant la seconde guerre mondiale.

              Ce qui constitue délibérément une ingérence directe dans les affaires intérieures de la Fédération de Russie.

              Alors que ce qui a permis la Victoire de l’Armée Rouge sur le Nazisme, c’est donc bien la construction du socialisme en URSS, et donc essentiellement le développement de son industrie socialiste, à partir de la fin de la NEP.

              Cela s’est donc fait en une dizaine d’année, à l’initiative d’un leader communiste qui s’appelle effectivement Joseph Staline. C’est ce que les Russes n’ont pas oublié, contrairement à ce qui se passe en Occident, et que ce « Parlement européen » voudrait effacer de leur mémoire en imposant à la Fédération de Russie une politique de propagande idéologique dans ce sens.

              La Fédération de Russie ne se revendique aucunement du socialisme mais assume pleinement, et même le plus souvent, avec fierté, en célébrant de fait à chaque anniversaire historique possible, la reconstruction de sa défense militaire, durant cette période socialiste qui a précédé la seconde guerre mondiale, et qui lui a finalement permis de vaincre le nazisme sur son propre sol et dans une grande partie du reste de l’Europe.

              Il ne s’agit pas non plus d’opposer à cette résolution « européenne » le retour au culte de la personnalité, mais la gauche prétendument « révolutionnaire », « communiste », « antifasciste », etc... doit donc pleinement et ouvertement assumer cette époque historique dite « stalinienne », même si, bien évidemment, avec la distance critique nécessaire, celle que donne l’outil d’analyse encore irremplaçable qu’est le Marxisme-Léninisme.

              Tant qu’elle ne le fera pas, elle continuera de reculer et sera incapable d’organiser la Résistance et la contre-offensive nécessaires, y compris face au social-fascisme hypocritement encouragé par l’UE, en pratique, comme en Ukraine.

              Ceux qui en rajoutent au lieu de faire véritablement une analyse marxiste-léniniste du bilan de l’URSS de cette époque sont simplement les lèches-bottes du système capitaliste financier mondialisé actuel, incluant évidemment la Chine, seconde puissance financière mondiale derrière les USA.

              https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/09/27/resolution-du-parlement-europeen-vers-une-nouvelle-guerre-de-classe-contre-la-russie/

              https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/05/17/marx-200-ans-quelle-signification-de-son-detour-russe/

              https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/10/21/en-reponse-a-un-adepte-de-deng-xiaoping-et-successeurs/

              https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2017/11/les-problemes-economiques-du-socialisme-en-urss.pdf

              https://tribunemlreypa.wordpress.com/octobre-1917-2017-centenaire-de-la-russie-sovietique-pour-les-proletaires-lhistoire-comme-drapeau/

              Luniterre

               


              • CN46400 CN46400 30 septembre 12:47

                @Luniterre
                Vous avez, sur le sujet un point de vue que j’ai longtemps partagé. Curieusement c’est D Losurdo, que d’aucun cataloguent comme stalinien pur jus, qui m’a expédié sur le Tome 27 page 268 où, avant d’étudier le système Taylor, Lenine écrit : « Comparé aux nations avancées, le Russe travaille mal... ».
                Mais j’ai été plus loin et j’ai découvert(p243à p402), avec surprise, que Lénine, six mois après octobre, démontrait par le menu que «  dans les conditions de la Russie, le capitalisme d’état serait un immense progrès ». Il était donc déjà armé pour répondre au « renégat Kautski » qui allait lui reprocher d’avoir pris le pouvoir pour lancer une révolution socialiste.
                 Sur cette lancée j’ai parcouru les 45 volumes, et découvert que la NEP était un capitalisme d’état dont Lénine parlait abondamment dans au moins 6 volumes (27,32,33,36,42,45) Et que, dans son esprit, il s’agissait d’une politique pour « plusieurs générations ». Par exemple, quand Lénine perd totalement ses moyens physiques (mi 1923), un consortium de capitalistes US est en train de négocier un contrat portant sur l’exploitation totale du Kamchaka pendant 60 ans avec une base militaire pour se protéger du Japon. Dans une réunion publique, un ouvrier, dubitatif, interpelle Lénine qui répond :
                Que rapporte le Kamtchaka à la République ? Rien !
                Que rapportera-t-il ? un peu ! (5%)
                Mais, surtout, il permettra à des milliers de prolétaires soviétiques de se frotter aux techniques les plus modernes....
                 
                Et j’en ai donc déduis que l’idée : NEP= recul provisoire n’était pas de Lénine, c’était donc un mensonge qui n’était attribuable à personne d’autre que Staline. Sève, par d’autres chemins, arrive à la même destination.
                 A partir de cette constatation les « erreurs » de Staline sont, pour moi, devenues ce quelles sont, c’est à dire des crimes. Et son régime n’avait donc plus qu’une lointaine parenté avec le socialisme léniniste.
                 D’ailleurs, comment peut-on expliquer l’apathie des prolos soviétiques en 91, lorsque les gros bonnets du régime au sortir des magasins spéciaux de la nomenclatura, ont fait main basse sur les avoirs qui étaient censés appartenir au peuple ?


              • Luniterre 30 septembre 22:51

                @CN46400
                Toujours la même argumentation pathétique...
                 On a déjà vu ça ensemble il y a quelques années déjà...
                https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/10/21/en-reponse-a-un-adepte-de-deng-xiaoping-et-successeurs/

                Lénine a pensé la NEP, même si sans le nom, dès 1918...
                https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2019/05/05mai1918_lenine_sur-linfantilisme-de-gauche.pdf
                La NEP était une solution de reconstruction provisoire des forces productives en parallèle du secteur socialiste, et non « à la place de... »
                Que Lénine voyait peut-être sur une plus longue durée que ce qui a eu lieu, mais c’est la réalité qui prime sur le prévisionnel, en économie, en fonction de l’évolution sur le terrain, et non dans les livres.
                Une succession de crises ont rapidement condamné la NEP et il était donc plus qu’urgent de passer à autre chose, et précisément d’autant plus rapidement face à la montée du fascisme.
                Aujourd’hui les économistes russes défendent également cet héritage de Staline comme le tournant salvateur de la Russie, même si effectivement dramatique par bien des aspects.
                II s’agissait, même en économie, d’une guerre de classe.
                De plus, vous faites dans le confusionnisme délibéré entre les périodes de l’URSS, celle de 1991, archi-révisionniste, n’ayant évidemment rien à voir avec celle des années 30, ni même, des années 50.
                https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2018/07/graphe-duree-de-vie-urss-russie.jpg

                Luniterre


              • CN46400 CN46400 1er octobre 09:37

                @Luniterre

                "La NEP était une solution de reconstruction provisoire des forces productives en parallèle du secteur socialiste, et non « à la place de... »« 

                Nos points de vue se rapprochent puisque vous admettez, enfin, que Lénine avait posé la NEP pour une longue durée. Il vous reste à revisiter Marx pour apprendre, ou réapprendre que le communisme(Marx) ou le socialisme (Engels) ne peut exister que sur la base d’une accumulation primitive du capital qui ne peut être réalisée que par le capitalisme naturel où d’état comme le proposait Lénine dès avril 1918. Idée reprise après la guerre civile et en 1979 par Deng Xiao Ping. Je suppose que vous ne partagez pas avec Souslov (années 70) l’idée que grâce à l’existence de l’URSS, les pays du tiers monde pourraient éviter la phase capitaliste du développement....

                Ceci posé, je vous renvoie à tous les textes, et ils sont nombreux, où Lénine explique que la Russie de 1920 est un pays pré-capitaliste, où les  »forces productives du capitalisme avancé«  n’existent pratiquement pas, et que, plus qu’à reconstruire c’est la première chose à construire. Et pour aller plus vite, il table sur le capitalisme allemand humilié par le traité de Versailles et le capitalisme US ou il espère jouer sur la concurrence neo-impérialiste avec les anglais et français.

                 Alors on peut admettre que Staline, marxiste bien moins éclairé que Lénine, ignare des pays du capitalisme avancés, ait jugé que l’urgence commandait le recours au »socialisme dans un seul pays« avec toutes les contraintes (travail et exode rural forcé) qui vont avec et le fouet de la terreur contre tous les anciens qui pourrait être tenté par une quelconque critique et contre les arrivistes qui se planquent dans le PC dont on exécute, au pif, 800 000 membres en 37-38 pour être, presque sûr, sinon d’en avoir éliminé le plus grand nombre, du moins de les avoir tous effrayés.

                 J’admets parfaitement que Staline ait été à la hauteur des évènements entre 38 (Munich) et 45, donc que le complexe militaro-industriel fût opérationnel. Et qu’aujourd’hui encore, cette puissance est utile à la Russie de Poutine.

                Mais je constate qu’elle est encore, 90 ans après Staline, à la traîne sur le terrain des produits manufacturés, preuve si besoin était, de la carence de l’accumulation primitive du capital, responsable des pénuries, et donc de la chute de 91. Et que, bien sûr, Le capitalisme restauré est le plus »sauvage" qui soit, trop content d’avoir, par dessus le marché, hérité de l’interdiction du droit de grève....


                • Luniterre 1er octobre 16:29

                  @CN46400
                  Vous cherchez toujours dans les « livres » une justification à votre propre « déni théorique » d’une évidence que vous constatez vous-même sur le terrain.

                  La différence actuelle entre le capitalisme russe et le chinois est carrément une différence de stade : avec les accords Mao-Nixon le capitalisme chinois national-maoïste est précisément passé directement, dès 1972, du stade « national » au stade néo-comprador et financier, subventionné massivement par le capital financier US, via Hong Kong, déjà, alors que le capital national bureaucratique de l’URSS révisionniste était déjà gangrené par la mafia issue des goulags « libérés » et n’a été « compradorisé » que durant une décennie, sous Eltsine, mais toujours sous la coupe de la mafia, et n’a ensuite pu revenir au stade « national » où il est toujours, que depuis les années 2000. Soit plus de trente ans d’avance dans le développement capitaliste financier, en Chine.

                  >>>contre-partie positive >>> la bourgeoisie nationale russe reste relativement indépendante du capital financier, même si par la force des choses, alors que la bureaucratie chinoise n’est elle-même qu’un appendice du capital financier, et rien d’autre.

                  Luniterre


                • CN46400 CN46400 1er octobre 16:54

                  @Luniterre

                  Au delà des livres, la Chine capitaliste financière ou non, socialiste ou non, affiche désormais une santé économique infiniment meilleure à celle de toutes les ex républiques soviétiques, même prise ensemble, et y compris la totalité du COMECON. Avec 1,3 du Pib affecté à l’armée (10% pour les USA et 4,4 pour la Russie) ; 77ans d’espérance de vie (79 aux USA-70 en Russie), 11,4 de mortalité infantile (8 aux USA, 10 en Russie). En clair le « capitalisme chinois » est nettement plus performant que le pseudo socialiste stalinien ou post stalinien.


                • Luniterre 2 octobre 14:56

                  @CN46400
                  Votre sauf-conduit opportuniste et purement rhétorique reste donc toujours le même ! Alors qu’il faut pouvoir comparer ce qui est comparable, et désormais, à trois quart de siècle dans le temps...

                  >>>les 10 ans post-NEP qui ont permis à l’URSS de devenir la seconde puissance mondiale et de vaincre le nazisme, première puissance industrielle européenne.

                  >>>les 70 ans de « Chine Populaire » qui auraient éventuellement permis à ce pays d’atteindre un niveau comparable... Mais avec la sueur de 275 millions de travailleurs « mingongs » qui ont encore aujourd’hui très officiellement un statut « légal » et surtout, social et économique, de citoyens de seconde catégorie !

                  ...La véritable base économique du prétendu « socialisme à la chinoise » qui n’a jamais existé ailleurs que dans les beaux discours.

                  https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2018/07/graphe-duree-de-vie-urss-russie.jpg

                  Luniterre


                • CN46400 CN46400 2 octobre 17:33

                  @Luniterre
                  Et il y a une inconnue que personne ne pourra élucider ? Hitler serait-il arrivé au pouvoir en Allemagne si le développement de l’URSS avait compensé, pour le capital allemand, les pertes de la crise de 1929... ?
                   Quand au 10 ans post-NEP c’est aussi des travailleurs forcés par millions, un exode rural forcé (collectivisation) aussi et pour couronner le tout 780 000 communistes exécutés en 37-38 pour instaurer la trouille comme méthode de gouvernement.
                   Et pour couronner le tout, une industrie qui n’est jamais parvenue à réduire les pénuries de produits manufacturés.
                  Les mingongs qui, une fois l’an, prennent les gares TGV d’assaut pour passer les fêtes de fin d’année dans leur campagne sont dans une tout autre situation qu’on a connu, il y a un siècle et plus, à un autre niveau évidemment, en France. 


                • Luniterre 2 octobre 20:36

                  @CN46400

                  >>>RE >>>point par point >>>

                  __Et il y a une inconnue que personne ne pourra élucider ? Hitler serait-il arrivé au pouvoir en Allemagne si le développement de l’URSS avait compensé, pour le capital allemand, les pertes de la crise de 1929... ?

                  >>>ici, on ne comprend tout simplement pas ce que vous voulez dire !

                  __Quand au 10 ans post-NEP c’est aussi des travailleurs forcés par millions, un exode rural forcé (collectivisation)

                  >>>les mauvaises conditions de la collectivisation sont une conséquence de l’échec de la NEP

                  >>>son aspect relativement autoritaire, et parfois, réellement dramatique, était imosé par l’urgence de surmonter cette crise

                  >>>c’est un fait reconnu aujourd’hui par les historiens russes de l’économie de cette époque.

                  __aussi et pour couronner le tout 780 000 communistes(?) exécutés en 37-38 pour instaurer la trouille comme méthode de gouvernement.

                  >>>vous reprenez ici les chiffres du « livre noir » bidonné de Courtois

                  >>>les chiffres issus des archives historiques sont ici >>>

                  https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/11/06/en-reponse-au-mensonge-mediatique/

                  __Et pour couronner le tout, une industrie qui n’est jamais parvenue à réduire les pénuries de produits manufacturés.

                  >>>certainement moins qu’on le prétend aujourd’hui... >>>Le peuple russe n’a pas fait la guerre contre les nazis pour défendre un éventuel « droit à la misère » !!!

                  https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2018/07/graphe-duree-de-vie-urss-russie.jpg

                  __Les mingongs qui, une fois l’an, prennent les gares TGV d’assaut pour passer les fêtes de fin d’année dans leur campagne sont dans une tout autre situation qu’on a connu, il y a un siècle et plus, à un autre niveau évidemment, en France. 

                  >>>Il y a un siècle et plus... effectivement >>>les conditions de vie des mingongs aussi en sont là

                  >>>le salaire d’un mingong à Shanghai, le plus élevé de Chine, actuellement, est la moitié du « smic » de Hong Kong, à coût de la vie comparable dans les deux villes, et ce qui ne permet une vie décente ni à l’un ni à l’autre, mais explique tout de même la désaffection du people de HK pour la perspective d’intégration... !


                  Luniterre


                • Luniterre 3 octobre 00:28

                  2 COQUILLES >>>

                  >>>son aspect relativement autoritaire, et parfois, réellement dramatique, était imposé par l’urgence de surmonter cette crise

                  ET
                  mais explique tout de même la désaffection du peuple de HK pour la perspective d’intégration... !

                  Tant qu’à faire...

                  Luniterre


                • CN46400 CN46400 3 octobre 09:53

                  @Luniterre
                  1-Lisez Lénine et vous apprendrez que pour lui, une des vertu de la NEP siégeait dans l’accord classe ouvrière-paysannerie. Laquelle venait, avec la réforme agraire, de toucher les dividendes de son appuis à la révolution soviétique. Par la collectivisation, Staline brisait cet accord...
                  2-Les 780 000 exécutions de 37-38 sont listée par l’association « Mémorial », que tous les ex-soviétiques peuvent consulter. Courtois, et les autres, jouent surtout sur les goulags, et leurs millions de pensionnaires qui devaient être nourris et soignés (Ex : Cancer de Soljenitsine...) si on voulait obtenir du travail. Ils les comparent, incidemment, aux camps d’extermination hitlériens d’où on ne revenait jamais alors qu’on pouvait faire plusieurs séjours dans les goulags.
                  3 Le « socialisme dans un seul pays » était, c’est admis, un anticapitalisme, alors qu’on ne peut en dire autant de la NEP, c’est vrai. Mais s’il a finalement échoué, c’est qu’il n’a pas été reconnu par les populations concernées comme une solution crédible aux problèmes de la société, donc comme un « socialisme », à cause, surtout, des pénuries de produits manufacturés et aussi des inégalités bureaucratiques, souvent vexatoires.


                • Luniterre 3 octobre 10:46

                  @CN46400
                  Vous continuez donc de ramer, de façon assez pathétique, sur la fin inévitable de la NEP, que Lénine n’avait pas anticipé, c’est sûr ! Il avait par contre, et évidemment, à tort, anticipé la fin de la guerre civile en Mai 1918, en écrivant son fameux texte >>>
                  https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2019/05/05mai1918_lenine_sur-linfantilisme-de-gauche.pdf

                  Mais cela lui a donc bien été utile quatre ans plus tard, à la fin de cette guerre « civile », sponsorisée par l’impérialisme, en fait... Il se réfère dès lors à ce texte devenu d’actu pour quelques années encore, mais pas autant qu’il l’anticipait, et là aussi, à tort, mais on peut supposer qu’il se serait adapté, étant avant tout un pragmatique, et non pas un rhétoricien livresque comme vous l’êtes aujourd’hui, faute d’argument concret !

                  Concernant la liste « Mémorial » il n’y a évidemment pas contestation sur le nombre de décès durant cette période, mais sur le fait que tous soient réellement liés aux purges >>>
                  https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/11/11/lacroix-riz-histoire-sovietique-suite-du-debat-sur-lgs_1936-38_les-purges-expurgees/

                  Et pour finir, toujours ce confusionnisme entre les périodes de l’histoire de l’URSS, alors que la mémoire de Staline, ne vous en déplaise, reste plébiscitée par les Russes, au point que Poutine continue précisément de la récupérer à son profit, ce qui exacerbe donc la rancœur des « parlementaires » de l’UE, au service du capital financier, et qui tentent de briser la résistance de la bourgeoisie nationale Russe, en même temps que celle du peuple Russe, du reste.

                  Pour l’instant, c’est un échec, malgré le secours d’idéologues de votre genre !

                  Le combat continue !

                  Luniterre


                • CN46400 CN46400 3 octobre 13:06

                  @Luniterre
                  SVP, cessez de me plaindre, et je vous sait gré d’avoir concédé que Lénine et Staline sont deux individus qui concevaient le socialisme différemment. Sur les deux, nos points de vues divergent, et je suis fort aise d’approuver Sève quand il différencie sans contestation possible les deux démarches.
                  Les 80 pages de Lénine sur le « capitalisme d’état » de avril-mai 1918, n’ont rien à voir avec la guerre civile qui n’est alors, pas commencée. C’est après le 11 novembre 18, dans 6 mois donc, que les impérialistes occidentaux entreront en scène. En fait Lénine prépare la réponse au « renégat Kaustky » qui lui reproche d’avoir poussé Kérensky dans les poubelles de l’histoire et d’avoir pris le pouvoir dans un pays arriéré ou « le socialisme est impossible ». Lénine répond que la chaîne capitaliste s’est rompue à la hauteur de « l’anneau le plus fragile », pas là où « les professeurs l’auraient souhaité ». Et qu’il faut donc envisager « le développement des force productives » que Marx et Engels postulaient déjà réalisé avant la prise du pouvoir du prolétariat.
                   Enfin, Staline plébiscité par les russes... bof, comme Louis14, Napoléon, De Gaulle ou...Chirac par les français, degré voisin de zéro de la politique !


                • CN46400 CN46400 3 octobre 13:29

                  @Luniterre
                  "ici, on ne comprend tout simplement pas ce que vous voulez dire !"
                  C’est pourtant simple pour tout marxiste qui sait que tout capitaliste, allemand comme US, recherche d’abord du profit. Les bourgeois allemands ont, quasi unanimement, appuyé Hitler pour dette raison. Qu’auraient-ils fait si une partie importante d’entre-eux avaient tiré une partie importante de leurs profits de l’exploitation en URSS ?
                  Pourquoi Trump hésite par rapport à la Chine ? Parce que des capitaliste US, en affaire en Chine lui disent : mollo.... !


                • Luniterre 3 octobre 13:56

                  @CN46400
                  En bon français votre phrase initiale était donc bien tout à fait incompréhensible, et pour cause... ! Car le sens, pour le moins très indirect, était donc de faire l’apologie de la Kollaboration de classe entre le social-impérialisme chinois et son tuteur US dont il tente encore vainement de se « libérer » pour ne plus amasser de capital financier que pour son propre compte, mais toujours à la sueur de son propre prolétariat, et notamment, des mingongs. Processus qui est en assez bonne voie...

                  https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/09/01/de-la-structuration-maoiste-de-la-bulle-chinoise/

                  Dont acte...

                  Luniterre


                • Luniterre 3 octobre 14:13

                  @CN46400
                  Vous en êtes véritablement à pinailler sur des points d’histoire, qui, de plus, et de toutes façons, ne vont pas dans votre sens >>>

                  La guerre civile russe est l’ensemble des événements qui déchirent l’ancien Empire russe durant plus de cinq années, de la fin 1917 à 1923, le gros des combats étant terminé en 1921. Elle se situe dans le prolongement de la révolution russe d’octobre 1917 ; l’essentiel des campagnes militaires se poursuit jusqu’à la proclamation de la NEP.

                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_civile_russe

                  Il y a bien une accalmie relative au moment de la rédaction de ce texte, de l’avis de tous les historiens.

                  Et sinon vous n’expliquez pas non plus, et pour cause, l’acharnement de l’UE à faire renoncer Poutine et le gouvernement fédéral à l’héritage historique de l’URSS. Vous ne pouvez que botter en touche pour ne pas avoir à assumer véritablement votre faux-fuyant irresponsable, en fait, vis à vis de la situation faite ainsi à la Russie.

                  Luniterre

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès