• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Conflit Azerbaïdjan-Arménie : tous les points de vue doivent être analysés (...)

Conflit Azerbaïdjan-Arménie : tous les points de vue doivent être analysés pour comprendre

 

L'historien et le journaliste doivent avoir la même déontologie professionnelle qui s'applique à des recherches et des investigations similaires pour essayer d'être au plus près de réalités souvent difficiles à appréhender. Mais l'apparition de la vérité historique est à ce prix et ne souffre aucune exception.

Dans le conflit qui oppose Azerbaïdjan et Arménie comme dans tout autre conflit, il est nécessaire de recourir à un maximum d'objectivité en présentant les thèses en présence, ce qui est fait systématiquement dans la presse pour l'analyse arménienne, mais qui fait cruellement défaut pour l'analyse azerbaïdjanaise.

L 'Azerbaïdjan annonce l'occupation d'un cinquième de son territoire, y compris la région du Karabakh,et 7 provinces adjacentes, par les forces armées arméniennes, depuis la guerre de 1992-1993. Suite à la reprise des hostilités en ce mois d'octobre 2020, après avoir mis en avant son droit à l'autodéfense, le gouvernement de Bakou a accusé l'Arménie de tirer, malgré le cessez-le-feu signé en attente de pourparlers, sur des zones habitées dans des régions limitrophes de l'aire du conflit. La 2ème ville du pays, Ganja, dont le centre historique a été détruit, loin de la zone de conflit du Karabakh, a été atteinte par des tirs depuis l'Arménie à partir de Vardenis. La ville de Mingachevir (100 000 habitants) et d'autres localités sur le territoire azerbaïdjanais ont été gravement touchées. L'idée, selon les azerbaïdjanais, étant de provoquer une intervention de ces derniers en Arménie même, pour pousser la Russie à entrer dans le conflit en vertu du traité de l'OTSC ( Organisation du Traité de Sécurité Collective).

Pour mieux appréhender la question, ayons donc recours à l'histoire dans un premier temps.

 

Histoire ancienne et moderne

 

Les azerbaïdjanais considèrent que, depuis des millénaires, le Karabakh est terre azéri, azerbaïdjanaise. Au Moyen-âge le Karabakh était partie intégrante des royaumes féodaux azerbaïdjanais. Au 13 ème siècle les terres du Karabakh étaient terres d'un royaume azerbaïdjanais dont la capitale était Tabriz. Au 18ème siècle le khanat, petite principauté du Karabakh azerbaïdjanais s'émancipe.

 

Histoire contemporaine

En 1805 les armées de l'Empire russe occcupent le Karabakh. Ensuite l'Empire russe décide d'intégrer dans le Karabakh des populations arméniennes venues de Perse et de Turquie. A la chute de l'Empire russe une république laïque et démocratique d'Azerbaïdjan est créée en 1918, avec parlement, droit de vote des femmes. Mais 2 ans plus tard l'Armée rouge communiste envahit le pays et c'est l'intégration de l'Azerbaïdjan à l'URSS.

Histoire récente

A la chute de l'URSS, en 1991, l'Azerbaïdjan, tout comme l'Arménie, quitte son statut de république socialiste pour son indépendance. Et c'est le conflit dans le Karabakh qui compte 170000 habitants avec 60% d'arméniens, 26% d'azerbaïdjanais et des populations russes, kurdes, juives. Les séparatistes arméniens du Karabakh chassent les azerbaïdjanais et les minorités de la région et proclament l'indépendance du Karabakh qui, à ce jour, n'est reconnue par aucun état de l'ONU. L'Azerbaïdjan met en avant 4 résolutions du Conseil de sécurité des Nations-Unies, instance internationale suprême, votées en 1993, qui demandent depuis cette date le retrait complet et sans conditions de toutes les troupes arméniennes des zones occupées de l'Azerbaïdjan. Le Groupe de Minsk co-présidé par la France, la Russie, les USA, dans le cadre international de l'OSCE, est chargé des négociations pour la résolution finale du conflit. Depuis près de 30 ans l'Azerbaïdjan attend. En 2016 c'est la guerre des 4 jours. En juillet 2020 le pays voit l'Arménie définir une nouvelle stratégie de sécurité nationale pour le règlement du conflit du Karabakh.

Un présent dynamique

L'Azerbaïdjan pâtit de cette situation toujours sans solution. Ce pays impulse une coopération forte avec la France et de grandes sociétés françaises sont basées en Azerbaïdjan. L'Azerbaïdjan se développe,pas simplement dans le domaine des hydrocarbures mais aussi dans les services, l'agriculture, la logistique et le tourisme. Le pays souhaite jouer un rôle géopolitique important au contact de grandes puissances que sont la Russie, l'Iran, et au contact de l'Union Européenne pour être une plateforme de dialogue entre l'est et l'ouest mais aussi pour une coopération économique avec notamment un projet gazier déjà bien avancé. La route ferroviaire des pays baltes aux pays du Moyen-Orient n'est pas une vue de l'esprit, de même que la route de la Soie depuis la Chine, par l'Asie centrale, le Caucase et l'Europe. L'Azerbaïdjan qui préside le mouvement des pays non alignés, est partenaire de l'OTAN, développe des connexions avec l'Inde, le Pakistan, les pays du Moyen-Orient et Israël. Le pays connait un développement économique aussi en liaison avec les pays de la mer Caspienne, avec la Géorgie, la Grèce et avec la Turquie.

Turquie

Avec ce dernier pays c'est l'appartenance de l'Azerbaïdjan à une communauté turcophone qui lui vaut des accusations, sans aucune preuve, de participation militaire impulsée par le gouvernement Erdogan. En fait la Turquie n'est nullement impliquée militairement dans le conflit et encore moins dans l'envoi de djihadistes syriens qu'aucune source, aucune investigation poussée ne peut confirmer. L'armée azerbaïdjanaise est suffisamment solide et entrainée pour ne pas avoir besoin de supplétifs étrangers. Seuls des drones achetés à Ankara sont utilisés par les azerbaïdjanais, tout comme le matériel militaire acheté à Israël. L'appartenance culturelle, les affinités culturelles et linguistiques, les liens historiques avec un ensemble turcophone n'ont pas forcément de rapport direct avec le gouvernement actuel du président Erdogan. Cette appartenance n'entrave d'ailleurs en aucune façon le caractère multiconfessionnel et multiethnique de l'Azerbaïdjan qui lui permet d'être protégé du fondamentalisme religieux. En Azerbaïdjan on peut voir cohabiter des musulmans chiites comme sunnites, des chrétiens, des orthodoxes, des juifs. Le conflit entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie n'est donc pas un conflit religieux entre chrétiens et musulmans, l'Arménie étant d'ailleurs soutenue par la République islamique d'Iran qui a en son sein de nombreux azéris qui pourraient un jour être tentés par un rapprochement avec l'Azerbaïdjan.

Avenir

L'Azerbaïdjan n'a pas perdu l'espoir de la voie pacifique pour résoudre le conflit, avec la volonté de ne pas régionaliser et élargir le conflit. Pour les azerbaïdjanais, des négociations étapes par étapes doivent être engagées, en commençant par les districts occupés autour du Karabakh qui doivent être libérés et par le retour sur leurs terres natales des populations déplacées ( au bas mot un million de personnes). Il reste beaucoup de travail à accomplir pour le statut du Karabakh qui ne doit souffrir aucune ambigüité, la souveraineté de ce territoire ne devant en aucun cas être cédée. La loi internationale a reconnu que le Karabakh est partie intégrante de l'Azerbaïdjan. La question est donc de savoir ce que l'on peut offrir aux arméniens. Un niveau élevé d'autonomie peut être envisagé avec une seule condition : c'est l'appartenance à l'Azerbaïdjan. Arméniens et azerbaïdjanais doivent pouvoir vivre en harmonie, mais un deuxième état arménien n'est pas possible pour les azerbaïdjanais.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.86/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • sylvain sylvain 23 octobre 14:33

    tous les points de vue doivent être analysés pour comprendre

    Ca donne l’impression que vous allez du coup nous les exposer, or le seul point de vue que vous exposez est celui de l’azerbaidjan . Vous devriez au moins le préciser


    • velosolex velosolex 24 octobre 11:48

      Rien de pire que le parti pris camouflé sous le souci proclamé de l’objectivité. Une manipulation manifeste, tachant de faire tomber les défenses critiques du lecteur, en signalant son métier de professeur, à toute fin utile. 

      Ca me rappelle les publicités Afflelou, opticien philosophe, faisant passer en boucle ses messages « d’information » sur inter : « Alors madame Michu, contente de nos services ? »

      Ca nous change de Cristelle Néant en « direct du front », en compagnie des courageux combattants, face aux hordes de soudards adverses financés par l’impérialisme, toute cette propagande affligeante qu’on nous impose ici. Mais enfin pas de petit profit. 

      Je lis tout de même cette prose, curieux des grosses ficelles. Ce sont carrément ici des cordes de marine. L’auteur devrait savoir que l’art de la manipulation exige tout de même une certaine retenue dans les touches. Je pense à ce passage où il se lâche, et où il révèle ses maitres et intérêts, et qui fait carrément rire.

      « En fait la Turquie n’est nullement impliquée militairement dans le conflit et encore moins dans l’envoi de djihadistes syriens qu’aucune source, aucune investigation poussée ne peut confirmer »


    • sylvain sylvain 24 octobre 18:08

      r@velosolex
      Christelle neant m’a viré au bout de deux commentaires je crois, mais c’est vrai qu’ils ne sont pas très dangereux tant c’est grossier, ils devraient prendre des cours au Monde ou dans une école de journalisme


    • pallas 23 octobre 14:56
      Alain RoumestandBonjour,

      L’OTSC avec La Russie active, s’occupe du conflit, c’est hors de la juridiction de OSCE, donc de la france du coup.

      De plus, c’est un probleme interne concernant les membres de l’OCS.

      Je ne crois pas qu’on est mot a dire ou revendiqué

      Salut


      • sylvain sylvain 23 octobre 17:27

        @pallas
        il semblerait que ce soit le groupe de minsk qui s’occupe de cette affaire, il faut dire qu’il a été créé pour et il est composé de la russie, des EU et de pas mal de pays d’europe dont la france


      • pallas 23 octobre 14:57

        .............


        Bonjour,

        L’OTSC avec La Russie active, s’occupe du conflit, c’est hors de la juridiction de OSCE, donc de la france du coup.

        De plus, c’est un probleme interne concernant les membres de l’OCS.

        Je ne crois pas qu’on est mot a dire ou revendiqué

        Salut


        • OMAR 23 octobre 20:29

          Omar9

          .

          Bonsoir @A ; Roumestand

          .

          Les médias occidentaux ont trouvé leur filon d’or : l’islamophobie et le traitement de tout acte qui peur décrédibiliser ou mépriser les musulmans.

          .

          Et dans cette regrettable guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, les médias occidentaux dans leur majorité, la présentent comme une guerre de religion, opposant des musulmans, nombreux, surarmés, barbares et aidés par la Turquie, à la toute petite république paisible Arménie.

          .

          Même au niveau de notre forum,une contributrice (C. Neant) qui ressasse le moindre pet dans le conflit Ukraine-Russie, a consacré tout un article où elle s’est opportunément indignée et révoltée qu’une église soit « lourdement » bombardée au Haut-Karabakh, mais n’a même pas daigné signaler le massacre de 12 civils azéris par une frappe arménienne :

          https://www.ouest-france.fr/europe/azerbaidjan/nagorny-karabakh-frappe-sur-une-zone-residentielle-de-la-deuxieme-ville-d-azerbaidjan-7018028

          .

          Alors, les américains peuvent détruire tout pays qui s’oppose à leur hégémonie, les Hutus massacrer leurs coreligionnaires et compatriotes Tutsis, les brésiliens déforester l’Amazonie jusqu’à éradiquer les indigènes qui y vivent, les snipers israéliens faire des cartons sur des enfants palestiniens, les birmans génocider les Rohingyas, etc.., toutes ces abjections et ignominies, c’est peanuts pour ces merdias, tant que ce n’est pas un musulman ou un hypothétique « Allah Akbar » à l’origine d’un fait divers effrayant.

          .

          Je tiens quand même à vous remercier pour ce présent article, qui contrairement à mes commentaires, ne risquera pas d’être censuré.

          .

          Et tous les commentaires qui vous blâmeront ne feront que vous réconforter dans votre objectivité.


          • sylvain sylvain 24 octobre 18:16

            @OMAR
            Et tous les commentaires qui vous blâmeront ne feront que vous réconforter dans votre objectivité.

            Je veux bien que quelque part cet article rééquilibre les choses, tant nos médias présentent effectivement les choses comme vous le dites, mais il n’est pas plus objectif qu’un article du monde et malheureusement même en lisant les deux on ne comprendra pas la situation
            Mais si j’étais azeri et musulman je ferais surement comme vous, parce que ça doit être drolement énervant, et que ça invite à la solidarité communautaire . A part ça ça ne vous rend pas tellement service car le monde est bien plus doué pour afficher le visage de la neutralité .


          • Copain 23 octobre 23:20

            Des gamins de moins de vingt ans dans les tranchées, p’tain ! j’suis peiné . On devrait ouvrir un comptoir en France pour les arméniens de France ou les français d’origine arménienne, dans le recrutement d’homme viril prêt à servir, ma dauphine


            • Copain 23 octobre 23:24

              @Copain
              Merci pour l’article, j’ai été mal conçu et éduqué. Pardon


            • c481 24 octobre 11:36

              M. Roumestand poursuit sa propagande outrancière...
               
              Il cite les frappes arméniennes contre Ganja et Mingachevir pour justifier la « contre-offensive » azérie... Or ces frappes ont eu lieu en octobre ; la guerre a éclaté le 27 septembre ! La ficelle est un peu grosse...
               
              Le Karabakh est peuplé d’arméniens depuis l’Antiquité... Une terre appartient à ses habitants. Peu importe que les turcs, les perses, les russes ou les azéris l’aient occupé successivement.
               
              Menteur (encore !) ; le recensement soviétique de 1979 comptait près de 75% d’arméniens dans l’enclave du Haut-Karabagh, pas 60% ! Cette proportion était même supérieure à 90% en 1921.
               
              Les résolutions de l’ONU ne concernent pas le futur de l’enclave proprement dite, mais des territoires voisins occupés par l’Arménie depuis 1994 suite à l’échec de la guerre azérie contre le Haut-Karabagh.
               
              Et que vient faire ici le dynamisme économique de l’Azerbaïdjan ? Si ce n’est pour acheter des armes ?
               
              Pas de djihadistes amenés par la Turquie ? La bonne blaque... Que les services de renseignements français se trompent, je veux bien, mais pas les russes... Car les russes tentent un numéro d’équilibristes entre les 2 parties, ils n’ont aucun intérêt à mentir sur ce sujet.
               
              En conclusion, oui bien sûr, l’Arménie doit rendre les territoires occupés autour du Haut-Karabagh... Mais non, pas le Haut-Karabagh lui-même, car cela entraînerait le départ des arméniens de cette région.
               
              La cohabitation pacifique est un leurre que vous essayez de nous vendre.
              Le comportement des troupes azéries sur le terrain (exécutions sommaires, décapitations, démembrements...) prouve au contraire un haut degré de haine ethnique.


              • sylvain sylvain 24 octobre 18:25

                exécutions sommaires, décapitations, démembrements.

                j’aurais pas dit qu’on en étais déja là, vous avez vu ça ou ??


                • c481 25 octobre 22:12

                  @sylvain
                   
                  Si vous avez le coeur bien accroché, vous pouvez regarder sur freeazeraijan.org (pas de choix pour la langue, c’est russe ou azéri, mais les images parlent d’elles-mêmes...).
                   


                • c481 25 octobre 22:13

                  @sylvain

                  pardon, je voulais écrire freeazerbaijan.org


                • sylvain sylvain 26 octobre 11:50

                  @c481
                  putain de tarés ! je sais pas ce qu’ils ont les musulmans avec les mutilations, mais chaque fois qu’ils peuvent se lacher, que ce soit entre eux ou avec les autres ils se mettent à découper tout le monde avec un plaisir manifeste . C’est ignoble


                • rightsangains 25 octobre 00:16

                  J’aimerais bien savoir quelles sont les sources historiques de ce monsieur qui lui permettent d’affirmer que les Russes Tsaristes ont installé des milliers d’Arméniens en 1805 au Karabagh.

                  Si les Arméniens se sont ralliés à la cause Russe à cette époque c’est justement pour échapper au joug musulman qui déjà les maintenaient dans la persécution.

                  Les Arméniens qui ont grossi l’armée Russe sont plutôt venus du Karabagh qu’ils n’y sont allés. A moins que vous ne puissiez vos informations dans les manuels d’histoire Azéris.

                  Le problème encore une fois est que l’Azerbaïdjan et ses gouvernements successifs n’ont JAMAIS eu l’intention de vivre en paix avec les populations locales Chrétiennes. Les Arméniens du Karabagh ont TOUJOURS subi des persécutions quand cette région a été sous tutelle ou gouvernement Azéri.

                  Et ne nous y trompons pas, ils n’ont pas plus l’intention de vivre en paix avec nos démocraties occidentales lorsqu’ils auront reconstitué l’empire Ottoman réunissant la Turquie, l’Azerbaïdjan et le Turkménistan, plus tous ceux qui s’y rallieront par opportunisme.


                  • Carlo Gallo 27 octobre 06:48

                    L’auteur passe sous silence la situation en Azerbaïdjan et se plaint (est-il l’avocat de ce pays) de son absence des médias. La stratégie azérie consiste à un choix de journalistes (qui lui sont « fidèles » ?) pour étaler ses « victoires » dans la presse mondiale.

                    L’Azerbaidjan passe généralement par des sociétés de communication politique grassement rémunérées qui, à leur tour « utilisent » des « journalistes » qu’elles paient grassement. Ces derniers font le sale boulot, en prenant soin de glisser de temps en temps de très légères critiques dans leurs papiers, histoire de paraitre un minimum crédibles !

                    De l’autre côté, la façon dont le texte est tourné montre une origine « officielle douteuse », une sorte d’ « éléments de langage » comme en produisent tous les cabinets présidentiels et ministériels.

                    Quant à l’argument de la « turcophonie » pour justifier le soutien turc alors là, on rêve : imagine-t-on un seul instant le monde anglophone ou francophone s’unir ?! Les massacres des Arméniens par les azéro-turco-djihadistes ne peuvent en aucun cas être justifiées, mais l’auteur de l’article les mets de côté. S’agit-il pour lui d’un détail de l’histoire ? Va savoir…

                    Enfin, la grande démocratie turque donne par ailleurs des leçons d’humanité et d’humanisme au monde en imposant la volonté du sultan par les armes ; il a avalé Aliev et tente tout simplement d’ « unifier » le territoire de l’Empire ottoman qu’il rêve de faire renaitre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité