• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Consommez, consommez, les requins vous attendent

Consommez, consommez, les requins vous attendent

Expérience sur la consommation des biens d'équipement pour la maison. Comment peut-on en arriver là ?

Consommez, consommez, les requins vous attendent

je ne sais pas par où commencer. Bah, par le commencement, pardi !

Par les faits les plus récents ou par les plus anciens ? ou lycée de Versailles ?...

Nous (mon épouse et moi) habitons la campagne, dans un endroit tranquille après avoir vécu près d'une autoroute dont les émanations noircissaient nos fenêtres, et survolés par les avions de l'aéroport voisin. Le calme et l'air frais enfin trouvés dans nos vieux jours !

Mais, car il y a un mais, en nous éloignant de la ville nous sommes devenus les consommateurs captifs des « artisans » et des fournisseurs locaux. J'hésite à employer le mot d'artisan pour des poseurs de matériels aux dents longues. Mon grand-père était ébéniste, tapissier-décorateur, et mon idée de l'artisanat est tout autre que ce qu'on observe aujourd'hui. Disons que c'est un statut juridique, et c'est tout.

Derniérement, notre Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) d'une marque connue est tombée en panne. Appel à un « artisan » se disant spécialiste de la marque. L'homme arrive, et de toute évidence il n'avait jamais vu cette machine avant. Son verdict : un des moteurs est défectueux (foutu, qu'il a dit). Deux jours après, il nous informe (par mail) que ces moteurs ne sont plus fabriqués et qu'il faut remplacer tout l'intérieur de la machine. Mais ce "spécialiste" ne le savait pas. Nous téléphonons au SAV du fabricant et là on nous dit que les moteurs ne sont plus fabriqués et que seul un kit complet est disponible. Sur une machine qui n'a que 9 ans ! Délai d'attente : 4 semaines, l'usine tournant au ralenti. La réparation s'elèvera à 50% du prix de la machine neuve. On ouvrira les fenêtres en hiver, très bon pour les rhumatismes... et bénédiction pour l'installateur.

Autre réjouissance. Les volets roulants électriques qui évitent de fermer les volets battants, c'est mieux pour les rhumatismes. Une grande marque connue pour ses publicités offrait une garantie de 7 ans sur ses produits. Au bour de 6 ans, 2 moteurs tombent en panne. Trois mois de correspondance, d'appels, etc. personne n'a offert de solution. On fait appel à un "artisan" : remplacement d'un seul moteur : 350€. Echaudés, nous consultons la toile et découvrons un réparateur de moteurs de cette marque : coût 35 € par moteur. Nous en avons fait réparer deux, pour la prochaine fois... les "artisans" poseurs de volets roulants vivent très bien.

Un malheur n'arrivant jamais seul, notre chaudière au gaz tombe en panne et il faut la remplacer. Nous avons fait appel à des « artisans » chauffagistes, espérant résoudre rapidement notre problème. Certains nous ont d'emblée proposé un modèle haut de gamme, et donc plus cher, aux caractéristiques dont nous n'avions pas besoin. Nous avons opté pour un modèle moyenne gamme. Sur les 7 devis obtenus (dont deux estimatifs sur la toile), et suite à 5 visites pour estimer les travaux, nous sommes tombés des nues. En ce qui concerne le prix de la machine à elle seule la fourchette des prix variait de 66% entre la moins chère et la plus chère. Les prix pour l'installation totale étaient proches avec une variation de seulement 8,8%, mais avec des écarts de 76% pour la main-d'oeuvre seule. Les prix des matériels (tuyauterie, branchements et pièces de raccordement, et évacuation des fumées) étaient de la plus haute fantaisie. Donc impossible d'effectuer des comparaisons. Le plus extraordinaire était le prix du certificat de conformité (formulaire obligatoire) pour la simple signature duquel il fallait compter entre 35 € et 138 € ! Il a fallu alors se rabattre sur le prix total.

Mais ce n'est pas tout. Intrigués, nous avons consulté le site du ministère des finances, rubrique : Code de la consommation. Il est apparu que tous ces devis contenaient un ou plusieurs vices de forme. Pas de signature, pas de date projetée pour l'installation ni de durée (même estimative) des travaux, pas de conditions générales de vente (sauf 1), pas de tarif horaire de main-d'oeuvre (le forfait, c'est plus juteux). Interrogés, les instllateurs ont estimé qu'il faut environ 6 heures pour effectuer la pose. A 660 € de moyenne pour la main-d'oeuvre, ça fait 110 € de l'heure ! Le tarif « syndical » parle de 60 à 80 € de l'heure.

En plus de ça, 3 d'entre eux exigeaient un acompte de 30 à 35% à la commande, c'est-à-dire une avance de trésorerie ou de garantie contre les impayés sans contrepartie pour le client. Ce dernier devant se subsistuer à la banque ou à l'assureur. C'est bien vu, surtout compte tenu des chiffres fantaisistes des devis. Les contrats léonins ne sont pas loins.

Que faire ? Dénoncer ces margoulins est impossible, la parole du consommateur étant baillonnée par crainte d'un procès. La liberté de parole n'existe que pour tout ce qui ne touche pas à l'économie au quotidien. Les associations de consommateurs ? N'y pensez pas. La DDPP/DGCCRF (Direction Départementale de Protection du Pillage) dira sans doute que c'est la liberté du commerce. Tout continuera comme devant.

Et pourtant, il existe des solutions. Former des commissions paritaires regroupant fournisseurs et clients, hors du département où se situent ces abus. Sur plainte des clients, former un dossier anonyme au départ, l'anonymat étant levé pour les cas les plus graves. Faire des remontrances et en cas de récidive, sanctionner. Mais cela ne se fera jamais face aux hurlements à venir des « artisans ». La Justice, possédant un monopole en matière de consommation, veille jalousement sur ses prérogatives, même si elle est très mal financée.

Dans notre monde le consommateur est écrasé par le commerce ! Avis aux amateurs. On écrase le travail tandis que les margoulins de l'« artisanat » batifolent joyeusement. La justice sociale reste un vœu pieux ; la justice (ou équité, comme on voudra) économique, elle, n'existe pas non plus. Il est vrai que le marché, ce dieu si beau mais si cruel est injuste, que voulez-vous mes chers lecteurs... Il ne reste plus qu'à payer et à vous taire.

P.S. Les faits présentés sont réels.


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Chris 1er février 13:45

    Je ne suis pas artisan, mais je vous signale quelques contradictions dans votre point de vue :

    Dans votre requête du meilleur prix, vous vous basez sur des différences trouvées pour crier à l’injustice, mais vous auriez préféré un prix unique, donc cher ?

    Vous cherchez des solutions à un problème imaginaire, puisque que vous les avez déjà fort bien trouvées vous-même en faisant les recherches adaptées.

    Vos solutions : pour une fois que vous avez la possibilité de voter efficacement avec vos propres choix économiques, vous voudriez confier votre pouvoir à des commissions sur lesquelles vous n’auriez aucune prise ?

    Et vous finissez par critiquer le marché, alors que justement c’est cette liberté de choix qui vous a permis de chercher et trouver les solutions alternatives.


    • Jason Jason 1er février 14:58

      @Chris

      Bonjour,

      Et merci de votre réponse.

      Un prix unique, pour un même produit, ce que je ne souhaite pas, n’est pas nécessairement cher. Dans l’esprit de mon billet je veux montrer l’incohérence des prix (surtout à l’installation) et l’amateurisme des devis.

      Contrairement à ce que vous avancez, les problèmes rencontrés ne sont pas imaginaires mais relèvent du vécu. Dans l’ensemble, je me suis bien débrouillé et grâce à mon expérience j’ai pu mettre en évidence les difficultés rencontrées à faire un choix. Souvenez-vous des acteurs parfaitement informés et rationnels, dans une concurrence transparente et non faussée, etc. de ce marché tant vanté. Les difficultés sont bien présentes pour la plupart des consommateurs qui restent soumis par ignorance à ces comportements dominateurs, irréfléchis et cupides.

      Pour ce qui est des commissions dont j’évoque la possibilité, étant paritaires, elle ne seraient pas arbitraires. Leur présence assainirait une profession en manque de déontologie.

      Vous invoquez enfin le marché libre. On en voit les dérives. Il existe toute une littérature là-dessus, je ne suis pas le premier à en parler.

      Commercialement l’« artisanat » et à refonder entièrement. 

    • Chris 1er février 16:01

      @Jason

      Pour ce qui est du prix unique, au mieux on ne peut pas savoir s’il correspond au prix du marché, et dans la majorité des cas il est supérieur au prix du marché car il n’y a aucune raison que ceux qui le fixent ne prennent pas au moins une marge de sécurité, sinon une marge tout court et quelles qu’en soient les motivations.

      Sinon, quand je vous parle d’un problème imaginaire je ne conteste pas le vécu de votre expérience, mais je vous fais remarquer que ce ne sont pas des problèmes, au contraire vous nous montrez là un des avantages du marché. On peut le critiquer quand il est faussé (connivences avec l’Etat, dirigisme de l’Etat, monopoles d’Etat, etc ...), mais ce n’est pas vraiment le cas ici, et vous le montrez très bien.

      Des associations nous aident efficacement à nous y retrouver et à dénoncer les pièges et les dérives, il faut donc les encourager.
      Mais des commissions ne feraient que nous enfermer dans une forme de dirigisme, ce qui irait à l’encontre du but recherché.


    • Jason Jason 1er février 18:57

      @Chris

      « On peut le critiquer quand il est faussé (connivences avec l’Etat, dirigisme de l’Etat, monopoles d’Etat, etc ...), mais ce n’est pas vraiment le cas ici, et vous le montrez très bien.  »

      Je vois que vous ne connaissez pas la notion d’asymétrie de l’information. Voir les travaux d’Arrow et d’Akerlof. Notion qui a du mal à percer en Europe, surtout dans les domaines qui nous concernent.. 


    • Jason Jason 1er février 18:57

      @Chris

      « On peut le critiquer quand il est faussé (connivences avec l’Etat, dirigisme de l’Etat, monopoles d’Etat, etc ...), mais ce n’est pas vraiment le cas ici, et vous le montrez très bien.  »

      Je vois que vous ne connaissez pas la notion d’asymétrie de l’information. Voir les travaux d’Arrow et d’Akerlof. Notion qui a du mal à percer en Europe, surtout dans les domaines qui nous concernent.. 


    • V_Parlier V_Parlier 1er février 21:10

      @Jason
      Il n’y a pas que le « dirigisme de l’Etat » qui aboutit aux monopoles, je préfère la rappeler. Même dans cette « mondialisation heureuse » les gros rachètent leurs concurrents et vous devez faire avec. Voire même : ils imposent des « tribunaux des affaires » internationaux lorsque vous jouez dans la cour des grands.


    • Jason Jason 2 février 10:19

      @V_Parlier

      Bonjour,


      Je ne parle pas des grosses boîtes qui ne nous concernent que de très loin et pour lesquelles les notions de cause à effet sur notre quotidien sont très diffuses.

      Je voudrais qu’on s’en tienne à ce maillage de petites entreprises et intermédiaires du commerce, beaucoup plus visibles, et dont on ne parle pas. Ceux que je qualifie de « voleurs de pommes », de coquins patentés, et des rusés locaux. Quittons les invectives contre les « gros riches » et tournons-nous vers un échelon plus bas de l’enrichissement. Les effets de tous ces petits malins sur le pouvoir d’achat sont immenses.

      L’Etat n’agit que sur la fiscalité ou sur les subventions, sans se tourner vers le commerce pour améliorer le sort des gens. Il est plus facile de redistribuer l’argent du contribuable plutôt que de mettre fin aux abus dans le domaine de la consommation. Clientélisme électoral oblige ; ce ventre mou de nos soi-disant démocraties.

    • Jason Jason 2 février 10:44

      @Chris

      « Des associations nous aident efficacement à nous y retrouver et à dénoncer les pièges et les dérives, il faut donc les encourager. »

      Vous êtes-vous déjà tourné vers une association en cas de problème ? On vous reçoit avec le code civil et le code de la consommation sur la table, et là on judiciarise sans fin. Parfois, il y a une intervention directe avec de bons résultats, mais c’est rare.

      Les abus vont continuer tant qu’on ne libérera pas la parole du consommateur en autorisant à nommer les filous et les salopards en place publique.
      Mais, les gouvernements, et notre République monarchique, aiment qu’on ait recours à eux. Souvenez-vous, Machiavel au Prince :  « Faites en sorte qu’on ait besoin de vous » ; ça rapporte des voix.

      Les associations, elles, vivent de la confusion ambiante. Tout le monde y trouve son compte. 

      Curieusement, selon vous, hors de l’Etat, point de salut, tant il est dur de penser hors des schémas étatiques bien de chez nous.

    • Jason Jason 2 février 17:44

      @Chris

      Sur le prix unique, donc inévitablement cher, selon vous. C’est un argument sans fondement.

      Si vous alliez chez deux ou trois concessionnaires auto de la même marque et demandiez le prix du même modèle, que diriez-vous d’un écart de 66% d’un concessionnaire à l’autre ?

    • Chris 3 février 09:46

      @Jason
      Je ne comprends pas votre raisonnement, qui consiste à assimiler des associations à des structures étatiques et des commissions à des structures populaires ?


    • L'Astronome L’Astronome 1er février 14:02

       

      La plupart des prétendus artisans n’ont pas de compétence technique. Maintenant beaucoup de ces artisans viennent d’Europe centrale (Vive l’Union européenne !), voire d’Afrique (vivent les migrants !), comprennent mal le français. Quand bien même ils auraient des diplômes, comme la plupart des diplômes sont faux ou trafiqués, que vaut leur compétence ? Se méfier en particulier des artisans « multi-tâches » qui vous proposent de tout réparer du sol au plafond.

       


      • Jason Jason 1er février 15:01

        @L’Astronome

        Je vous vois venir. Les « artisans » qui ont répondu à ma demande viennent tous de la région.

        Allez balancer vos éructations xénophobes ailleurs.


      • L'Astronome L’Astronome 2 février 11:31

         
        @Jason
         
        Vous avez mauvaise vue. Parmi les « artisans » qui ont procédé à l’isolation de la maison, une bonne moitié étaient français. Match nul
         


      • Rincevent Rincevent 1er février 17:57

        Quelque soit le type de consommation, on bute toujours sur les mêmes problèmes.

        1) L’obsolescence programmée. A l’occasion du remplacement d’un frigo et d’un lave-linge qui avaient lâché au bout de vingt ans, la vendeuse m’a déclaré franchement que le nouveau matériel que j’achetais (plutôt haut de gamme) durerait environ huit ans, après, les pièces… En plus, la conception du matériel, à base de sous-ensembles collés ou soudés ne permettait pas de ne remplacer que la pièce défaillante !

        2) Les connaissances techniques : même si on s’appuie sur des tests d’associations de consommateurs indépendantes, les fabricants nous embrouillent encore en multipliant les références (typique chez Siemens et Bosch, l’un ayant racheté l’autre, c’est le même matos maintenant…).

        Pour avoir eu, il y a quelques années, un projet de maison à ossature bois, il m’avait fallu me faire toute une ‘’culture’’ sur ce sujet assez neuf à l’époque (conception, isolation, chauffage, etc). A cette occasion j’ai pu me rendre compte que beaucoup d’artisans en savaient finalement moins que moi et n’étaient que des monteurs de matériel sans véritables connaissances à part le montage. Leurs propositions m’ont semblé dictées surtout par la marge que leur accordait tel ou tel fabricant.


        • Jason Jason 1er février 18:49

          @Rincevent

          Bonjour,

          Et merci de votre commentaire. L’obsolescence programmée pose vraiment un problème. Surtout du fait que l’acheteur n’est pas informé de la durée de vie de ce qu’il achète. Un label « équipement durable » (et donc réparable) contribuerait fortement à l’économie d’énergie. Du côté technique, l’agrément RGE pour les chauffagistes les pousse à avoir plus de connaissances techniques.

          En ce qui concerne l’industrie du bâtiment, l’augmentation des normes ne facilite la vie ni des installateurs ni des clients. En conséquence, les prix des équipements dans certains domaines ne cessent d’augmenter. Ils servent donc d’excuse aux « artisans » pour gonfler les factures. Pour beaucoup d’« artisans », une formation juridique de base ainsi qu’une formation commerciale pourrait améliorer les relations clients. Cela les aiderait à faire des choix plus responsables financièrement et techniquement..

          L’artisanat a encore beaucoup de progrès à faire dans ces domaines.

        • Désintox Désintox 1er février 19:16

          L’obsolescence programmée n’existe pas, c’est bien connu. Par exemple, regardez ce lave linge. Sur le descriptif, on peut lire la phrase suivante :

          Disponibilité des pièces détachées
          • 7 ans
          Note : ici, je ne critique pas le distributeur, qui a au moins l’honnêteté de dire ce qu’il en est (mais c’est peut-être obligatoire).

          Quant aux artisans, il est bien connu qu’ils ne prennent absolument aucune marge sur le matériel qu’ils installent et que, par conséquent, nous ne payons jamais deux fois leur travail.

          Et si ça tombe en panne, ce n’est pas grave, car les pièces détachées, quand on les trouve, ne sont pas chères.

          Malgré tout, on peut trouver du bon matériel et de bons artisans, et quand on les a trouvé, il ne faut surtout pas les lâcher !


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er février 19:41

            Bof...vous croyez quoi ? La plupart des artisans préfèrent travailler dans du neuf, même en margeant moins. Intervenir en seconde main derrière la merde des autres c’est pas ragoûtant et risqué. Alors oui faut augmenter les prix pour lisser a l’année les pertes sur certains chantiers.


            • zygzornifle zygzornifle 2 février 09:16

              1er requin l’état avec ses 20% de TVA ....


              • zygzornifle zygzornifle 2 février 09:19
                Consommez, consommez

                Macron avec sa piscine construite et payée pas le con-tribuable pour même pas 1 semaine de congé et ça se trouve il n’a même pas trempé son cul Rothschildien dedans ..... 


                • Kylo REN 42 Elric42 2 février 09:21

                  @zygzornifle

                  Reload profil à 9:21 UTC

                  No fake !


                • sls0 sls0 2 février 15:24

                  Je sais tout faire dans une maison, j’avais un père dont le hobby était de retaper ou transformer des maisons.

                  J’habitais à la campagne où les bons artisans sont connus. Le bouche à oreille tue l’artisan peu scrupuleux.

                  Si je fais moi même ça coute moins cher, si c’est un artisan c’est souvent une connaissance et je sais qu’il a des charges.

                  Maintenant je réside dans un pays où la main d’oeuvre ne vaut rien (2€) mais la qualité du boulot non plus.

                  Bon faire refaire un frigo à neuf pour 30-50€ c’est pas mal.

                  Si on va chez un garagiste avec un problème, on revient avec 3. L’OBD et le calculateur pour eux c’est le grand mystère.

                  En général il vaut mieux connaitre ça évite les surprises. Connaitre ça demande un investissement en temps bien-sûr, c’est à mettre dans la balance.

                  Depuis 1987 j’ai trouvé un moyen de dégager 1200h par an, je ne regarde plus la télé.


                  • Rincevent Rincevent 2 février 15:57

                    @sls0

                    Bonjour le Dominicain

                    Connaitre ça demande un investissement en temps… je ne regarde plus la télé. Idem pour moi.

                    Je suis toujours aussi agacé par ces gens qui ne connaissent rien à rien, à part les ‘’héros’’ des séries télévisées. Le temps de cerveau disponible, cher à monsieur Le Lay, n’étant pas extensible à l’infini il faut choisir : se cultiver (au sens large du terme) ou gober ce qui passe…

                    https://fr.wikipedia.org/wiki/Temps_de_cerveau_humain_disponible


                  • Kylo REN 42 Pazillon des zîles Number5 2 février 15:58

                    @Rincevent

                    Donc crocro65 serait encore vivant ?

                    Et merdre !!!!! ^^


                  • Jason Jason 2 février 16:44

                    @sls0

                    Heureux homme !


                  • sls0 sls0 5 février 03:49

                    @Jason
                    Oui être libre et indépendant c’est très agréable mais ça demande de l’investissement personnel.
                    Nul courage de ma part, j’aime apprendre et beaucoup de choses m’intéressent.
                    S’investir, un exemple :
                    Chez moi pour le prix d’un studio à Paris on a une superbe villa. Beaucoup de gens font construire pour la retraite. Je les préviens qu’ici c’est une zone sismique et que de la magnitude de 8,1 c’est pas si vieux. Aux Antilles ils ont fait un très bon guide sur le parasismique. Pas trop technique ou calculs mais pleins de conseils de bons sens. J’ai souvent la réponse que 122 pages c’est du temps à lire. Voilà des gens qui sont près à mettre des centaines de milliers d’euros dans un bâtiment ce qui représente des années de boulot mais qui ne veulent pas perdre une journée pour éviter que ces centaines de milliers d’euros de retrouvent à terre sous forme de gravats.
                    Ici c’est cyclonique, les toits c’est souvent la dalle de béton. En cas de séisme c’est 30-50 tonnes que l’on se prend sur la tronche.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès