• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Convoquée pour une mise en examen : Marine Le Pen fait faux bond à une juge (...)

Convoquée pour une mise en examen : Marine Le Pen fait faux bond à une juge d’instruction

Le mardi 16 juillet, Marine Le Pen a refusé de se présenter devant une juge d'instruction à Versailles, pour sa mise en examen. La Présidente du Rassemblement National est accusée d’avoir publié un document judiciaire sur Twitter.

Indignée par l’imposition d’un examen psychiatrique

L’affaire remonte à décembre 2015. Un mois après le souvenir encore vif de la série d’attaque terroriste du vendredi 13 novembre 2015 qui frappait Paris et Saint-Denis, la N°1 de l’extrême droite française Marine Le Pen publie sur tweeter des photos d’exactions du groupe djihadiste avec la légende : « Daesh c’est ça ! ».

Cette réplique, elle l’écrit à l’attention du journaliste Jean-Jacques Bourdin de BFMTV-RMC. L’homme aurait tenu des propos faisant clairement le lien entre l’Etat Islamique et son parti le Front National. Marine Le Pen pense confondre le journaliste en le confrontant à la violence de ses affirmations.

Mais la pilule ne passe pas. Dans le contexte d’une France abattue qui a encore du mal à digérer 130 morts et environ 400 blessés, la publication choque et bouleverse des milliers d’internautes ainsi que toute la classe politique. 

Rapidement, les clichés sont signalés par le ministère de l’intérieur. Dans le Nouvelobs le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s’exprime à cet effet : « Ces photos sont de la propagande de Daech et sont à ce titre une abjection, une abomination et une véritable insulte pour toutes les victimes du terrorisme, pour toutes celles et tous ceux qui sont tombés sous le feu et la barbarie de Daech ».

Le même jour, le parquet de Nanterre se saisit de l’affaire et lance une enquête pour « diffusion d'images violentes ». Marine Le Pen est inculpée pour diffusion d’images violentes et risque 3 ans d’emprisonnement, 75000 euros d’amendes.

Aussitôt, le bureau de l'Assemblée nationale lève l’immunité parlementaire de M. Le Pen et la contraint à passer un examen psychiatrique. Une sentence qu’elle juge révoltante et surréelle. Toujours sur tweeter elle se désole : « La liberté d'expression et de dénonciation, qui est consubstantielle au rôle de député, est morte avec cette décision de basse politique politicienne. Mieux vaut être un djihadiste qui rentre de Syrie qu'une députée qui dénonce les abjections de l'EI (…) Pour avoir dénoncé les horreurs de Daech par tweets, la justice me soumet à une expertise psychiatrique ! Jusqu'où vont-ils aller ? »

Cette fois, elle diffuse l’ordonnance de l’examen psychiatrique datée du 11 Septembre émanant du juge qui instruit l’enquête. La demande de cet examen est exigée « dans les plus brefs délais ».

Décision de justice ou stratégie politique ?

Marine Le Pen n’a jamais caché son intention de boycotter la justice sur cette affaire. Dans les médias, elle avait clamé son intention de ne pas se rendre au fameux examen psychiatrique. Les juges s’appuyant sur l'article 227-24 du Code Pénal, maintenaient la sanction contre « le fait soit de fabriquer, de transporter, de diffuser par quelque moyen que ce soit et quel qu'en soit le support un message à caractère violent, incitant au terrorisme, pornographique ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine ».

Sur BMTV la Présidente du RN se défendait : « L'article pour lequel on me poursuit est un article qui sert à poursuivre des détraqués sexuels, des pervers, des prédateurs sexuels, des psychopathes ». Solidaire à sa cause Jean-Luc Mélenchon, à la tête de la France insoumise avait dénoncé sur son compte twitter une psychiatrisation de la décision politique : « Ce n’est pas avec des méthodes pareilles qu'on fera reculer l'extrême droite ».

« Je n'ai jamais vu un acharnement judiciaire de cette ampleur »

Marine Le Pen a été convoquée ce mardi 16 juillet 2019 pour un interrogatoire de première comparution, dans le cadre d'une instruction ouverte pour « publication d'actes de procédure pénale avant leur lecture en audience publique ». Elle ne s'est pas présentée, a rapporté son avocat Me Rodolphe Bosselut.

« Elle a excipé de son immunité parlementaire dans un dossier qui porte directement atteinte à la liberté d’expression », a expliqué l’homme de loi à l'AFP. « Je n'ai jamais vu un acharnement judiciaire de cette ampleur », a-t-il ajouté.

Ainsi, la juge d'instruction a désormais une autre alternative : Celle de demander de levée de l’immunité parlementaire de l’accusée, afin de poursuivre le dossier.

Enfin le député RN Gard Gilbert Collard a lui aussi fait l’objet d’une instruction qui a abouti à son renvoi en correctionnelle fin mars, pour la même infraction.


Moyenne des avis sur cet article :  3.96/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • raymond 27 juillet 15:25

    Le citoyen lambda serait lui amené par la police....


    • JulietFox 27 juillet 16:29

      @raymond
      Mains propres, têtes hautes, qu’ils disent.


    • Le421 Le421 27 juillet 17:05

      @JulietFox
      C’est quoi le métier de Sarkozy, Le Pen et Cie ??
      Avocats !!
      Et les loups ne se mangent pas entre eux...

      Selon que vous serez puissant ou misérable...

      La justice française, avec un tout petit « j », et une super ministre à sa tête.
      Sainte Nicole, priez pour nous, simples citoyens lambda !!


    • berry 27 juillet 17:19

      @raymond
      Au bon vieux temps de l’URSS, elle aurait été amenée directement à l’hôpital psychiatrique.
      Hein Raymond, de quoi se plaint-elle ?


    • sirocco sirocco 27 juillet 15:40

      On peut comprendre de ne pas vouloir se soumettre à une institution judiciaire qui, elle, est soumise et manipulée par le régime...


      • raymond 27 juillet 15:42

        @sirocco
        « tête haute et mains propres »...


      • sirocco sirocco 27 juillet 15:49

        @raymond

        Quand l’institution judiciaire sera (re)devenue respectable, les justiciables sans doute la respecteront-ils. Ce n’est pas demain la veille.


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 27 juillet 15:55

        @sirocco

        « Exiger que la justice soit juste est une idée d’anarchiste  »
        Anatole France


      • delor 27 juillet 18:05

        @raymond
        Bravo ! C’est vrai que l’institution judiciaire françaises aux ordres est actuellement « tête basse et mains sales » au point de ne pas contredire ce que dit le président Macron (cf. je juge Prêtre dans l’affaire Geneviève Legay). Il est grand temps pour elle de pouvoir porter le tête haute et avoir les mains propres !


      • foufouille foufouille 27 juillet 17:27

        @Le421
        non car ton militant lui donne le droit d’imposer sa religion aux autres et des droits supérieurs aux autres.


      • Le421 Le421 28 juillet 08:27

        @foufouille
        Même pas en rêve !!
        Sauf qu’en le répétant sans arrêt, on finit... Par se convaincre soi-même !!


      • foufouille foufouille 28 juillet 09:03

        @Le421
        ben si car cette partie indigèniste existe bien dans ton parti.


      • Esprit Critique 27 juillet 19:05

        Sous Vichy il était bien entendu interdit de parler des exactions commises par les SS.

        Quoi de plus normal aujourd’hui d’interdire de montrer des français égorgés ou écrabouillés par des camions au nom de l’Islam et du Coran.
         L’occupant fait la loi.


        • McGurk McGurk 28 juillet 01:46

          A ce prix-là, on pourrait facilement interner la plupart des représentants de l’Etat, en commençant par EM et son leader fou à lier. Avec une place toute particulière en isolement total pour Philippe, Castaner, Rugy, le député asiatique totalement cinglé et l’autre défonceur de crâne.

          Avec eux, les psys auraient du boulot à vie tellement ce sont des espèces à part. De quoi écrire une encyclopédie sur les maladies mentales, surtout à propos du syndrome de la boboïte aigüe qui touche toute la classe politique.

          On pourrait donc renouveler la classe politique et avoir peut-être le temps de faire une véritable réforme démocratique, digne de ce nom, que tout le monde attend.


          • Julien Julien 28 juillet 06:55

            Elle risque 3 ans de prison ?? C’est-à-dire à peu près autant que le terroriste lui-même ? (OK, j’exagère, mais 3 ans pour simplement montrer des images violentes, sachant que toute la société est d’une grande violence : pollution, chômage, etc.)


            • ETTORE ETTORE 29 juillet 09:49

              La justice est déjà habillée de noir

              si on recouvrait leurs perruques poudrées par un voile noir....

              Il nous resterait plus qu’à effacer le mot « tribunal » et le remplacer par « mosquée »

              De toute façon, on voit bien de quel côté penche cette foutue balance !

              Une chapelle en remplace une autre.


              • Julot_Fr 29 juillet 11:04

                La justice etant devenu injuste.. MLP montre le bon example aux citoyens qui devraient se rebeller et demanteler des institutions qui ne les representent plus


                • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 29 juillet 11:22

                  Pourquoi se rendrait-elle à une convocation d’énergumènes qui avaient affichés à l’intérieur de leur local syndical « le mur des cons »


                  https://www.huffingtonpost.fr/2013/04/26/mur-des-cons-front-national-plainte-contre-syndicat-magistrature_n_3163707.html


                  @+ P@py


                  • ZenZoe ZenZoe 29 juillet 12:10

                    L’accusation est complètement ridicule et infondée bien sûr, mais la Marine a du répondant, je ne me fais pas de souci pour elle du tout !


                    • zygzornifle zygzornifle 30 juillet 14:46

                      La Présidente du Rassemblement National est accusée d’avoir publié un document judiciaire sur Twitter

                      Et alors ? Il y avait des traces de homards et des taches de grand cru ?

                      25 œils crevés 5 mains arrachées et la police court toujours ....


                      • hans-de-lunéville 30 juillet 17:42

                        @zygzornifle
                        et 1 noyé de 24 ans....


                      • Eric F Eric F 30 juillet 21:04

                        La télévision a montré à plusieurs reprises des images d’exécutions par des mouvements terroristes en avertissant le « public sensible » que les images peuvent être insoutenables. Dans le cas présent, un parti a montré ce genre d’image non par apologie mais par dénonciation, tout comme comme on montre des images insoutenables des camps d’extermination pour dénoncer le nazisme, sans passer devant le psychiatre. La procédure est totalement politicienne.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès