• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Coronavirus : sans le Crédit Mutuel, Arkéa aurait sombré

Coronavirus : sans le Crédit Mutuel, Arkéa aurait sombré

Jean-Pierre Denis, qui cherche depuis plusieurs années à faire d’Arkéa une banque indépendante, peut aujourd’hui remercier la Confédération nationale du Crédit Mutuel sans laquelle notre banque n’aurait sans doute pas survécu à la crise actuelle.

« Ne mords pas la main qui te nourrit ». Un proverbe que Jean-Pierre Denis, notre président, serait bien inspiré d’écouter et, mieux, de suivre.

Lui qui n’a pas hésité à avoir recours à de sombres manœuvres pour tenter d’obtenir l’indépendance du Crédit Mutuel Arkéa, alors que – paradoxalement – sans la Confédération nationale du Crédit Mutuel, notre banque n’aurait pas atteint le tiers du développement qu’elle connaît actuellement, et pire, la crise financière liée au coronavirus lui aurait sûrement été fatale.

À croire qu’il le fait exprès : pour « vendre » son projet d’indépendance aux Bretons que nous sommes, Jean-Pierre Denis répète inlassablement depuis plusieurs années que de l’indépendance de notre banque dépend la santé financière de celle-ci et, plus largement, l’emploi en Bretagne (rien que ça).

Je ne vais pas détailler ici les très nombreux écueils rencontrés par notre président qui sont venus battre en brèche chacun de ses arguments, pour me concentrer sur celui-ci.

Notre banque, et nous pouvons en être fiers, connaît de très bons résultats, et ce chaque année. 2019 n’échappe pas à la règle : un résultat net de 511 millions d'euros (+17% par rapport à 2018), 7,3 milliards d'euros de capitaux propres (+ 9,6%), seul bémol, la baisse de notre ratio de solvabilité qui est aujourd’hui de 16,4 % contre 17,5% en 2018.

Oui, mais voilà, Jean-Pierre Denis et sa nouvelle complice, j’ai nommé Hélène Bernicot, qui succède à Ronan Le Moal au poste de Directeur Général, ont utilisé ces chiffres pour faire valoir leur projet d’indépendance. Nous ne sommes plus à une pitrerie près : dire que nos résultats sont excellents – en mettant habilement de côté la baisse de notre ratio de solvabilité – pour justifier leur volonté d’indépendance, alors que nous les atteignons précisément grâce à notre appartenance à la Confédération nationale du Crédit Mutuel, est pour le moins audacieux… Ou nous prennent-ils pour des simples d’esprit ?

Ce n’est pas tout. Au regard de la situation inédite que nous vivons actuellement, nous pouvons nous estimer heureux que notre banque tienne encore debout. Tel n’aurait sûrement pas été le cas si Jean-Pierre Denis était parvenu à ses fins.

Souvenez-vous, contraints par les autorités financières, nos patrons l’ont eux-mêmes reconnu en 2018 : «  le projet de désaffiliation tel qu’envisagé par Crédit Mutuel Arkéa est inédit et particulièrement complexe à réaliser. La situation liée au projet de désaffiliation du Groupe Crédit Mutuel Arkéa de l’ensemble Crédit Mutuel est complexe et des incertitudes et des risques associés existent. Par ailleurs, les éventuels enjeux commerciaux liés à la perte de la marque “Crédit Mutuel” et l’adoption par Crédit Mutuel Arkéa d’une dénomination et de marques commerciales ne reprenant pas les termes “Crédit Mutuel” doivent être pris en considération  ».

Dès lors, on ne peut que se réjouir de l’échec de Jean-Pierre Denis, et du vraisemblable abandon de ce projet.


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • babelouest babelouest 7 avril 20:30

    Espérons seulement qu’Arkéa disparaisse.... i y a bien trop de banques, une seule suffit : la Banque de France sous l’égide stricte du gouvernement. Pas de Bruxelles ÉVIDEMMENT.

    .

    Des agences ? Oui, bien sûr, il en faut pour que les USAGERS trouvent des partenaires. En revanche, le concept de banque privée est une aberration.


    • Marcus Hadock 8 avril 01:09

      Bonjour,

      Vous avez tout à fait raison sur :

      La baisse de la marge de solvabilité est dû à la recapitalisation de Suravenir Vie (sté assurance Vie du CMB) et la vente d’une des pépites du CMB pour renflouer les résultats du Groupe Arkéa ce qui n’est pas nouveau.

      En 2017, selon Les Echos, « c’est l’assureur qui avait été sollicité par Arkéa, à qui il avait versé plus de 550 millions d’euros de dividendes, dix fois plus que l’année précédente », permettant ainsi à Arkéa « d’afficher une santé éclatante afin de défendre son projet de divorce ».

      La complice Hélène Bernicot, à la solde de Jean-Pierre DENIS, fait partie de la structure Arkéa SCD, société qui payent (et non le CMB) les salaires mirobolants des 183 cadres supérieurs (complices) du Groupe Arkéa, en 2018 pour un montant de 72.023 millions d"euros.

      "Dès lors, on ne peut que se réjouir de l’échec de Jean-Pierre Denis, et du vraisemblable abandon de ce projet."

      J’aimerais être aussi optimiste que vous.

      Une petite histoire :

      Je suis rentré dans un bâtiment avec l’enseigne "Caisse de Crédit de Bretagne" et je fus totalement surpris des produits vendus par la caisse, tous « es-temps »PILLé" Arkéa, même les cartes bancaires. 

      Je fais remarquer que ce sont les Caisses qui sont « mutuelles », qui ont l’agrément bancaire et qu’Arkéa n’avait pas d’agrément et ne pouvait pas utiliser la marque« Arkéa » pour des produits bancaires. L’on m’a répondu qu’ils ne restait que quelques caisses à statut mutuelle, la quasi totalité en Bretagne sont déjà des caisses à statut « coopérative » (et donc les décisions sont prises au Relecq-Kerhuon).

      J’’ai rétorqué que le bateau Arkéa était entrain de sombrer et l’on m’a répliqué, avec une grande certitude et un sourire narquois que le projet ira à son terme d’ici 2 à 3 ans.

      J’ai aussi demandé comment se fait-il qu’un château

      https://blogs.mediapart.fr/gerard-b/blog/100120/jean-pierre-denis-un-gout-prononce-pour-le-luxe-et-les-licenciements

      acheté par le CMB en tant que placement, puisse avoir une suite (abus de biens sociaux ? ...) avec majordome appartenant à Jean-Pierre DENIS (grassement payé avec une part illégale) https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/remunerations-illegales-jean-221859 où sont invités les plus dociles et les plus complices ?

      C’est un directeur qui prend beaucoup de décisions importantes et doit donc avoir un salaire important !

      Si ce n’est pas du lavage de cerveau. (encore faut-il qu’il en ai un ou alors c’est aussi un complice).

      Je suis sorti abasourdi !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

BretonEnColère


Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité