• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Corse : Nation ou région ?!

Corse : Nation ou région ?!

L'attitude de la France face à ces territoires hors métropole ne serait-elle qu'une manifestation d'un "néo-colonialisme" inavouable ou, comme d'autres pays européens confrontés à une resurgence indépendantiste, nationaliste, la volonté de maintenir, coûte que coûte, un statu quo made in UE ?.

Corse, une colonie française !.

La Corse ne fait ni, historiquement, ni en respect des accords et conventions du droit international partie de la France, sauf à reconnaître et à figer éternellement, encore aujourd’hui, les colonies et les territoires envahis au cours des siècles passés !.

Pour rappel (extrait Wikipédia) :
Quatrième île de la mer Méditerranée par sa superficie, la Corse a été rattachée durant près de quatre siècles à la République de Gênes avant de se déclarer indépendante le 30 janvier 1735.
En 1755 elle adopte la première constitution démocratique de l’histoire moderne donnant pour la première fois le droit de vote aux femmes.
Le 15 mai 1768 elle est cédée par Gênes à la France, contre son gré car elle se considère comme indépendante.
Elle est conquise militairement par le Royaume de France lors de la bataille de Ponte-Novo, le 9 mai 1769.

Ainsi, comme on peut le constater sans pouvoir le contester, ce territoire n’est ni légalement ni volontairement une région française et ce, malgré les discours des présidents et autorités françaises dont, ironie, on soulignera le paradoxe propre d’ailleurs à tous les chefs d’états européens qui s’émeuvent du non respect de l’autodétermination des peuples à disposer d’eux-mêmes quant à leur avenir au sein ou en dehors de pays avec lesquels les occidentaux sont en désaccord géostratégique mais, par contre, intransigeants sur la stricte observance des règles de l’Etat de droit pour toute population qui, fut-ce au terme de consultations, de référendums, d’élections auraient l’outrecuidance de choisir une voie différente de celle imposée par ces apôtres de la pensée unique, la seule qui leur assure pouvoirs et privilèges d’imposer leur propagande idéologique made in UE.

Egalement plutôt affligeant d'entendre cet unique argument de la crise économico-financière que subirait ces "rebelles" en cas de sécession pour ces "élites" politico-médiatiques européennes pourtant, d'après leurs discours, tellement préoccupées par le partage de valeurs autres que le capitalisme, la course au dieu Argent.
La crainte de la perte de contrôle sur ces petits morceaux de territoires, de ces parcelles de liberté retrouvée est, à l'évidence, bien plus liée à leur seule volonté de maintenir un ensemble plus facile à gouverner, à diriger, à soumettre à l'idéologie dominante made in UE...
Ironiquement, on pourrait s'étonner de voir les autorités nationales tant accrochées à la "généreuse" nécessité d'allouer, depuis tant et tant d'années et sans beaucoup de succès, des sommes considérables à ces "néo-colonies" alors qu'en cas de retour à l'indépendance, ces budgets d'aides diverses seraient libérés et bienvenus pour les finances publiques nationales en piteux état... 

Rien ne justifie pour les uns, en nos régions, une lutte armée, des assassinats de représentants d’un Etat auquel on refuse de se soumettre mais, pour les autres, prôner la discussion pacifique constructive s’apparente le plus souvent à un dialogue de sourds, à une volonté de laisser pourrir la situation jusqu’à ce que les revendications finissent par être oubliées et que ceux qui les portent ou ceux qui les soutiennent finissent par se lasser de ce statu quo.
 

Plus généralement, surtout si l’on se dit guide du « nouveau monde », ce refus des réalités présentes, de toute évolution des droits citoyens qui risquerait de troubler cet immobilisme qui ne convient toujours qu’à une seule des parties, ne les honore pas tant il n’est lui, aussi, que le reflet du conservatisme archaïque d’un « ancien monde » basé sur les acquis des conquêtes, invasions et colonies à conserver, coûte que coûte !.


Moyenne des avis sur cet article :  1.73/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • Chourave Clark Joseph Kent 7 février 16:12

    La Corse a peut-être été conquise par la France en 1769, mais la Lorraine, elle, a été rattachée en 1766 après que toutes les p^laces fortes aient été détruites et que la population se soit opposée à plusieurs reprises à la domination du roi de France. La Lorraine mosellane n’est pas plus culturellement française que ne l’est la Corse. Or, la Moselle ne réclame pas que le Francique soit reconnu comme langue officielle, pas plus qu’une indépendance ou la reconstitution du royaume d’Austrasie dont Mets a été la capitale et Dagobert le roi ! Comment se fait-ce ?


    L’histoire éclaire beaucoup de chose, en explique certaines, mais ne justifie rien !

    • Fergus Fergus 7 février 17:26

      Bonjour, Clark Joseph Kent

      Et que dire de la Savoie et du Comté de Nice, rattachés en... 1860 ?


    • Paul Leleu 7 février 21:52

      @Clark Joseph Kent


      je suis d’accord avec vous... tout cela c’est des bêtises... mais ça plait tellment aux gens... disons à certaines gens... les vendeurs de parasols et les proprio de studettes au bord de la plage... se donner une allure patriotique à peu de frais... 

      mais en fait, si les Corses veulent être indépendants (et les Bretons, et les Alsaciens, et les Basques et les Catalans aussi), alors donnons leur vite leur indépendance, et reprenons nos billes... parce-que franchement, en dehors de l’Alsace (et encore) je pense que ces régions sont des boulets absolus... et leurs mentalités égoïstes et xénophobes ne les rendent pas sympathiques... pour info, ce sont nous, les autres français, à la gueule de qui ils crachent, quand ils conspuent la « République jacobine »... 

    • Fergus Fergus 8 février 09:23

      Bonjour, Paul Leleu

      Je ne m’exprime pas pour les Alsaciens, les Basques ou les Catalans dont je doute qu’ils ressemblent au portrait que vous en faites, notamment les premiers nommés qui sont de farouches patriotes français dont l’économie n’a de surcroît rien d’un « boulet ».

      En revanche, je trouve inacceptable et scandaleux que vous puissiez parler des Bretons comme de gens « xénophobes » et « égoïstes ». Les Bretons - je n’en suis pas un, mais je vis en Bretagne depuis 20 ans - sont tout le contraire de cela : des gens ouverts et généreux ; à toutes fins utiles, sachez que c’est en Bretagne que l’on vote le moins FN, et ce n’est pas un hasard !


    • Paul Leleu 8 février 14:34

      @Fergus


      je parlais du régionalisme breton... le régionalisme est par définition un rejet des autres citoyens du pays français assimilés à l’oppresseur... le régionalisme breton, particulièrement virulant sur ce point, n’échappe pas à la règle... il faut assumer... maintenant, je ne doute pas qu’il existe des gens biens en Bretagne comme ailleurs. 

      Sur l’économie, je mettais justement de côté l’Alsace... mais concernant les autres (Basques, Catalans, Corses, Bretons, etc.), ce sont des économies sous perfusion ... ce qui devrait conduir les régionalistes à un peu d’humilité... 

    • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 8 février 15:07

      @Fergus

      Bonjour Fergus,

      Vous pouvez ajouter la Principauté de Montbéliard, annexée par la France en 1793 ...

    • Fergus Fergus 8 février 17:00

      @ Paul Leleu

      La population de la Bretagne représente 4,88 % de la population française. Et elle contribue au PIB national à hauteur de 5,45 % ! Merci de ne pas propager de fausses informations !

      Et pour ce qui est des mouvements autonomistes bretons, sachez qu’ils ne représentent quasiment plus rien dans le paysage régional. A cet égard, pourquoi n’avez-vous pas cité les autonomistes flamands, occitans ou savoyards ? Ils existent également ceux-là !


    • Aristide Aristide 8 février 17:33

      @Fergus

      Chiffres assez fantaisistes, voilà les officiels 5,0 % de la population et 4,2 % du PIB.



      3 310,3
      Part dans la population française (%)
      5,0
      Densité de population (hab/km²)
      121,7
      PIB régional 2014 (milliards d’euros)
      89,5
      Part dans le PIB de la France (%)
      4,2
      10,8

      Voilà, voilà, ...

    • Aristide Aristide 8 février 17:38

      @Aristide
      Pour la Corse


      Part dans le PIB de la France (%)‎ : ‎0,4
      Densité de population (hab/km²)‎ : ‎38,1
      Part dans la population française (%)‎ : ‎0,5
      Taux de pauvreté monétaire en 2014 (%)‎ : ‎20,3

      Ce qui rapproche assez du taux breton en rapport de la population.

    • Aristide Aristide 8 février 17:55

      ajout

      Une précision tout de même, les idées reçues ont la vie dure, sur ce sujet, la région PACA vue par certains ici comme peuplé de rentiers et retraités à un écart beaucoup plus faible, population 7,5% et PIB de 7,1 %. Bien « mieux » que le Nord, l’Alsace, ....

      Le Nord population de 9% et PIB de 7,2%, L’Alsace population de 8,4 et 7,2 de PIB, Occitanie : population 8,7 et 7,2 de PIB, Aquitaine 8,9 et 7,9 de PIB, 

      Ce qui met à bas ces affirmations sur un Sud sous perfusion. 

    • Fergus Fergus 8 février 19:45


      @ Aristide

      Au 1er janvier 2017, la population bretonne était de 3 276 543 et celle de la France de 66 991 000, ce qui donne un ratio de 4,89 % au lieu de 4,88 %. Sacrée erreur que celle-là !

      OK pour le PIB, évalué à 4,2 % en chiffres 2014 par l’Insee et à 4,3 % par les CCI. J’avais d’autres données « bretonnes », incluant probablement la Loire-Atlantique.


    • Aristide Aristide 9 février 12:02

      @Fergus


      L’essentiel de la réponse n’était pas sur le détail de la population mais sur votre affirmation sans aucun sens sur la Bretagne qui était si on vous écoutait en excédent de PIB par rapport à sa population.

      Ce sont les chiffres 2016 de l’INSEE, assez sérieux sur les statistiques. Quelle erreur vous dites ? Je ne comprends pas comment même devant des chiffres évident vous essayez de dénigrer le simple fait que j’ai donné ces chiffres officiels. C’est vous qui pinaillez en ignorant les bases INSEE, 2016 ... 

      J’avais d’autres données « bretonnes », incluant probablement la Loire-Atlantique.

      Des sources surement assez précise pour que vous calculiez au centième le pourcentage mais vous ne savez pas si la Loire Atlantique est incluse. Pfffff....

      Le jour où vous admettrez une erreur n’est pas venu, toujours à essayer de détourner l’attention, parler de l’auteur qui relève votre erreur, ou essayer piteusement de vous défiler, ...

    • Gasty Gasty 7 février 16:15

      Malgré tout ce baratin sympathique, ça m’étonnerait que la population soit pour une indépendance.Pour preuve, la CIA n’a pas réussi à foutre le bordel pour installer des missiles et une base de Sous marins sur l’ile.Ni même d’en faire un paradis fiscal et de blanchiment d’argent. La faute à qui, je vous le demande.

      Et quand je lis « ces parcelles de liberté retrouvée »...faut pas rêver ! Diviser pour mieux régner, ça me parait plus certain.


      • Fergus Fergus 7 février 17:33

        Bonjour, Gasty

        « ça m’étonnerait que la population soit pour une indépendance. »

        Et c’est d’ailleurs pour cela que les indépendantistes de Talamoni ne disposent que de 13 sièges sur 63 à l’assemblée de Corse contre 28 aux autonomistes de Siméoni.

        Les Corses ne sont pas fous : si un référendum d’autodétermination était organisé, il est probable qu’il se solderait par un très large NON à l’indépendance.


      • gardiole 7 février 18:41

        @Fergus
        Si la Corse devenait indépendante, la France n’aurait plus aucune raison de la subventionner. Pas étonnant que les Corses y réfléchissent.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 février 19:09

        @gardiole
        Qu’ils en profitent ! Quand la Corse sera sous tutelle de Bruxelles, il y a peu de chance que ça continue...
        Il suffit de voir la Grèce sous tutelle de la Troïka....


      • aimable 8 février 18:33

        @Fifi Brind_acier
        vous êtes une tueuse de rêves pour les corses ,vous êtes méchante  smiley


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 février 20:13

        @aimable
        Demandez donc au Grecs s’ils rêvent encore !?


      • aimable 8 février 20:36

        @Fifi Brind_acier
        je pars du principe que toute région qui quitte la France doit en assumer les conséquences jusqu’au dernier centimes , c’est comme un divorce sans enfants !
        les Grecques eux n’ont quitté personne et ne veulent quitter personne, ils sont des victimes de U E et n’ont pas mérité la punition qu’on leur inflige !


      • Jason Jason 7 février 17:29

        Vous êes animé par une passion aveugle.


        Cette histoire de Corse commence à m’échauffer les oreilles. On n’entend parler que de cette ile dont Bastia est située à 160 km de Nice. Ajaccio n’est pas Nouméa.

        Car les indépendantistes sont en train de mystifier la population de cette Ile, qui n’est nullement une colonie au sens de ce terme il y a 100 ans. Même St. Pierre et Miquelon ne revendiquent pas leur indépendance.

        Donc, reprenons : les Corses veulent financer leurs infra-structures (Routes, ports, aéroports, lignes électriques), ils veulent financer les écoles, universités, les hôpitaux, les édifices publics, la Sécu, les retraites, etc. ? Eh bien qu’ils le fassent ! Il est trop facile de vouloir le beurre et l’argent du beurre.

        M. l’auteur vous remontez dans l’Histoire, mais vous ne regardez que ce qui vous arrange.

        Ce qui se passerait si la Corse était indépendante ? Il faudrait qu’elle fasse sa demande d’adhésion à l’UE. Si la Corse était indépendante, elle ne pourrait pas exiger le statut de résident exclusif pour les corses « de souche », comme elle le réclame (contraire aux règles de l’UE). Si la Corse devenait indépendante, ce serait la ruée sur le saccage du littoral, la construction sauvage de casinos, et autres lupanars, sans compter sur son statut de paradis fiscal (choses dont on parlait déjà en 1960). Et là, les sociétés (les honorables sociétés) italiennes se frotteraient les mains, avec quelques assassinats bien ciblés pour convaincre les plus récalcitrants. Mais les lois de la République étant les mêmes partout, cela gêne les affaires de certains.

        En guise de conclusion, je ne vois pas ce que les salariés corses auraient à gagner dans un territoire où régnerait l’arbitraire, l’exploitation et la terreur. Et ce ne sont pas les rodomontades sur la langue ou la liberté de se faire berner qui arrangeraient les choses.

        Les Corses veulent pratiquer un « Cors-exit » ? Qu’ils réfléchissent bien !

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 février 18:54

          @Jason
          Il ne s’agit pas d’indépendance, il s’agit d’en finir avec l’Etat français, en transférant ce qui reste de compétences régaliennes aux Régions, qui seront ensuite rattachées directement à Bruxelles...
          Il en sera fini de la France en tant qu’Etat. .


          C’est écrit dans la feuille de route de Bruxelles pour Matignon, chapitre 4 : Simplifier les échelons administratifs :

          « Traduction : voilà l’une des motivations avancées par les pouvoirs publics pour adopter une nouvelle loi de décentralisation. ( »Simplifier le millefeuille, ça coûtera moins cher").

          Il faut pourtant noter qu’aucune des lois précédentes de décentralisation n’a apporté d’économies substantielles. Bien au contraire, les coûts des collectivités locales ont généralement eu tendance à exploser [9].

          Cette injonction de réduction des échelons administratifs témoigne donc, non seulement que la République française n’existe plus comme État souverain et indépendant, mais aussi qu’en dépit de leur nom, les GOPÉ ont aussi des visées géopolitiques. Ce qu’elles visent, ce ne sont pas seulement des économies budgétaires, c’est aussi, et ni plus ni moins, que le démantèlement des grands États nations d’Europe, au premier rang desquels la France, avec des grandes régions qui traiteront directement avec Bruxelles [10]. En fidèle employé de l’oligarchie euro-atlantiste, François Hollande parle d’ailleurs lui-même de « régions à taille européenne » [11]. « 


          Comment Macron va s’y prendre ? En bavardant sur des sujets sans intérêt, et en mettant en place »des dérogations aux lois françaises, en fonction des spécificités locales ».

          C’est ce qu’il a expliqué cet après -midi. L’expérimentation est en cours, par un décret signé le 29 décembre 2017 : Décret n° 2017-1845 du 29 décembre 2017 relatif à l’expérimentation territoriale d’un droit de dérogation reconnu au préfet.

          C’est la fin de l’égalité des citoyens devant la loi, quel que soit l’endroit du territoire... C’était un acquis de la Révolution française qui disparaît. Suivront la disparition des Communes et des Départements, au profit des Communautés de Communes et « des Régions à taille européenne ».


        • Laulau Laulau 7 février 17:42

          "En réponse, Paoli enclenche une épuration des opposants à son autorité (notamment la famille Bonaparte) et prend le contrôle d’une grande partie de l’île. Une Consulte générale se réunit à Corte le 10 juin 1794, dont on peut douter de l’aspect démocratique (des partisans de Paoli ont empêché les opposants de venir voter). Entièrement entre ses mains, celle-ci l’élève au rang de Babbu di a Patria (« Père de la Patrie »), et ses représentants jurent fidélité au roi de Grande-Bretagne et à la constitution que ce prince a offerte, qui établit un Parlement et un vice-roi. Le rapprochement avec la Grande-Bretagne s’accélère pour chasser les partisans de la Terreur en Corse et fonder un royaume anglo-corse. Paoli s’adresse officiellement à la Grande-Bretagne, dont le gouvernement, saisissant avec empressement une semblable occasion d’augmenter ses possessions, envoie aussitôt dans la Méditerranée une flotte sous le commandement de l’amiral Hood, avec ordre de s’emparer de la Corse.« Extrait de Wikipedia.

          L’auteur, comme le font les indépendantistes, sélectionne dans l’histoire corse des événements »glorieux" mais occulte beaucoup d’autres qui le sont moins. La Corse a été achetée puis conquise par un roi de France ...comme la plupart des régions. Que je sache on n’a jamais demandé leur avis aux provençaux, berrichons et autres basques pour en faire des français.


          • gardiole 7 février 18:48

            @Laulau
            La conquête, c’était pour que la Corse ne devienne pas, de par sa proximité de Toulon, une base stratégique pour les Anglais.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 février 19:06

            @Laulau
            La Provence, c’est différent, elle s’est rattachée volontairement à la France.

            " Dans son testament de 1474, le roi René lègue la Provence à son neveu Charles du Maine avec promesse de succession en faveur du roi de France Louis XI. Un an après sa mort, en 1480, Charles disparaît à son tour et c’est en 1486 qu’intervient le rattachement du comté, appelé « union » au royaume de France."

            Comme, plus tard au 19e siècle, la Savoie et Nice ont choisi la France, par referendum.


          • Laulau Laulau 8 février 07:08

            @Fifi Brind_acier
            « Comme, plus tard au 19e siècle, la Savoie et Nice ont choisi la France, par referendum. »

            Après les accord entre Napoléon et le Roi du Piedmont. C’est le seul exemple de référendum, on n’a pas demandé leur avis aux provençaux.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 février 07:26

            @Laulau
            Euh... au 15 e siècle, je ne crois pas que le referendum existait...


            On peut comparer les euro-régions, au projet de redécoupage du Moyen Orient :
            « Faire éclater 5 pays souverains en 14 petits califats bien soumis ».

            " Les Etats-Unis d’Amérique réapprennent aux peuples du Moyen Orient la nouvelle géographie de leur région en publiant dans les colonnes de New York Times une « nouvelle carte de la région » !! Le Moyen Orient rêvé par les Etats Unis est composé de 14 pays issus de la dislocation de 5 pays le composant à l’origine !!« (...)


            C’est la technique : » Diviser pour mieux régner". Les Etats souverains sont une menace permanente pour la mondialisation, on le voit avec l’ Islande.

            Les Etats sont capables de mettre les banquiers en prison, de laisser les banques faire faillite, de remettre en place le contrôle des mouvements de capitaux, de dévaluer leur monnaie, de contrôler leurs frontières, de refuser les TAFTA et autres CETA, une horreur !

            C’est bien mieux de les découper en rondelles ...


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 février 07:50

            @Laulau
            Si je me souviens bien, Paoli était franc maçon et membre de « la loge des 9 muses » de Londres. D’où ses liens avec la Grande Bretagne.


            Les francs maçons ont beaucoup oeuvré pour l’indépendance des Etats Unis.
            La plupart des promoteurs étaient francs maçons, comme Georges Washington..

            D’une manière générale, les Francs maçons ont participé de manière positive au siècle des Lumières, et à la fin de la monarchie.

          • Laulau Laulau 8 février 09:25

            @Fifi Brind_acier
            Euh... au 15 e siècle, je ne crois pas que le referendum existait...

            Le vote populaire existe depuis la république athénienne.


          • gardiole 7 février 18:53

            Pourquoi les Corses ont-ils participé à la Fête de la Fédération au lieu de profiter des événements pour demander leur indépendance ? Force est de constater que c’est volontairement qu’ils ont confirmé leur adhésion à la France.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 février 19:14

              Ce qui est passé sous silence, c’est le rôle dévolu aux euro-régions, et leur objectif géopolitique.... Pour en arriver là, peu importe que les élus corses aient du sang sur les mains...


              • bob14 8 février 05:54
                La Corse est à 100Km de la côte...comme St Raphael de Nice.. ?
                Nous emmerdent ces mafieux... !

                • kirios 8 février 07:59
                  De Bredevan marc (L’INFOTOX)

                  Bonjour ,

                  je vous remercie de cet article très juste et très honnête totalement vrai .(il recueillera un maximum vote critiques )

                  je voudrais faire remarquer que cette situation conflictuelle permanente (l ’ essentiel des commentaires , ici et ailleurs la mette en évidence) a été accentuée par la visite du président de l’état colonial qui , entouré d’un aréopage sélectionnés d’ennemis déclarés de la Corse , est venu , profitant de l’anniversaire de l’assassinat du préfet Erignac , rappeler par ses comportements insultants , son dédain , ses discours , qu’il était le maître d’un état qui n’ était pas tenu par l’expression démocratique « locale »


                  • Lugsama Lugsama 8 février 10:43

                    @kirios

                    Regardé l’histoire des colonies française et trouvé nous une région de métropole plus profiteuse de l’empire français que la Corse..

                    La corse es française et les corses souhaite le resté, votre verbiage ne convaicra personnes..

                  • Lugsama Lugsama 8 février 10:42

                    « La Corse ne fait ni, historiquement, ni en respect des accords et conventions du droit international partie de la France »


                    Selon quel idiot ? Parce que les instances internationales disent le contraire.

                    « L’attitude de la France face à ces territoires hors métropole » smiley smiley smiley

                    Vous ne savez même pas la base de votre sujet, la métropole est délimité par le droit internationale et la Corse fait partie de la métropole, comme on l’apprend à l’école primaire normalement..

                    En 2009 seulement 10% des corses souhaitaient l’indépendance, autant dire que les indépendantistes peuvent rêver, il ne l’a connaitrons jamais, en tout cas de leur vivant.

                    • astus astus 8 février 11:47

                      MANIFESTE

                      Dans l’esprit des mouvements indépendantistes de Catalogne ou d’autres régions d’Europe, il est grand temps de donner enfin au peuple corse opprimé par les français depuis si longtemps une indépendance définitive totale et irrévocable. 

                      Il est en effet devenu absolument nécessaire de tirer un trait définitif sur le tyran Napoléon qui a fait plusieurs millions de morts dans toute l’ Europe et rétabli un esclavage qui avait pourtant été aboli, tout en conservant la position infantile donnée aux les femmes dans le Code Civil mais non sans avoir prudemment casé par népotisme toute sa nombreuse famille à des postes élevés. 

                      Le « peuple » corse pourra alors maintenir sur ce territoire enfin libre des élections truquées avec les voix d’outre tombe, attiser des incendies criminels à répétition dès que le vent se lève, encourager des mafieux cagoulés et les bases arrières du grand banditisme, et continuer ses rackets ou crimes d’honneur qui prolongent avec bonheur diverses vendettas parfois mâtinées de racisme pour pallier une animation de l’île souvent défaillante. 

                      Il est en effet indispensable au nom du respect de la diversité des cultures que l’Unesco puisse continuer à protéger ce communautarisme grand guignolesque unique et ses magouilles en tous genres réalisées dans le silence bruyant de la majorité si vaillante de ses habitants qui servent chaque été avec profit des charcuteries authentiques complètement falsifiées aux touristes naïfs. 

                      La France pourra faire alors l’économie du coût faramineux de ce département qui a souvent oublié de payer ses impôts mais non point de maintenir ses avantages indus et passe droits divers qui volent l’État français depuis toujours, notamment pour l’exemption des droits de succession , sans oublier ses nombreux emplois fictifs ou protégés mais totalement inutiles. 

                      Ce nouveau pays, protégé par un visa d’entrée sur son territoire, et peut-être par un mur autour de l’île avec une police spéciale armée de fusils d’assauts pour que ses habitants ne soient point tentés de courageusement s’enfuir pour échapper aux invasions touristiques pourtant devenues plus rares, pourra alors collecter ses impôts, créer librement ses emplois et sa propre monnaie (le napoléon ?) avec tout le dynamisme qu’on lui connait pour prendre en Europe et dans le monde une place économique de tout premier plan qui lui revient de droit grâce à ses nombreux mérites. 

                      Pour instituer un partenariat « gagnant-gagnant » entre ces deux grands pays que sont la Corse et la France il est donc absolument nécessaire d’organiser immédiatement un référendum pour la liberté parce que le peuple corse le vaut bien ! Vive l’indépendance de la Corse ! 

                       Collectif des indépendantistes corses 


                      • eddofr eddofr 8 février 13:40

                        Donnez l’indépendant à la Corse !!!!


                        S’il vous plait, et renvoyez tous les Corses de France dans leur nouveau pays.

                        ça nous fera des vacances !

                        Et qu’on les oublient.

                        Ils m’emmerdent les Corses avec leurs caprices d’enfants gâtés !!!!

                        • Elliot Elliot 8 février 14:10

                          Il me semble indiscutable que la Corse est une terre de particularismes affirmés et partagés par un grand nombre des habitants indigènes.

                          Les élections ont accordé à deux reprises aux défenseurs de la spécificité corse une majorité parlementaire. 

                          Est-ce suffisant pour réclamer un statut d’indépendance ?

                          Droit du sang contre droit du sol ?

                          En raison du nombre de citoyens dont l’origine n’est pas corse ou alors très lointainement, il paraît quasi impossible que dans un scrutin dont les lois de la république ne peuvent les exclure, une telle option pût être choisie un jour d’autant que l’île, sans réelle industrie ni richesses minérales, est quasi exclusivement dépendante de transferts financiers venant de la métropole.

                          Elle n’a pas réussi à implanter un tourisme de masse, pourvoyeur de devises, et c’est heureux car les autorités en charge de l’île n’ont pas fait le choix de mettre en place des infrastructures qui auraient à tout jamais dégradé le caractère de l’île en en faisant un Las Vegas ou une réplique d’Ibiza ou de Majorque.

                          Ce qui ne signifie pas qu’il ne devrait pas être répondu à la volonté exprimée par les électeurs en donnant à l’île un statut d’indépendance contrôlée, croupion en quelque sorte qui donnerait les apparences de l’indépendance mais soumettrait les moyens de la gouvernance au crédit de la France.

                          D’un autre côté, chacun sait que les langues régionales ont été extirpées du cerveau des Français par des moyens peu démocratiques mais à une époque où c’était vital pour affirmer l’unité territoriale des territoires réunis par la république.

                          On assiste un peu partout au retour, certes très confidentiel dans certains endroits, des langues régionales.

                          Et contrairement au breton ou au flamand qui restent limités en nombre de locuteurs, le corse est revendiqué par une grande masse de la population de l’île ;
                          Aussi bien tordre la constitution pour lui accorder un statut de langue officiellement reconnue à parité avec le français et donc enseignée ne me semble pas extravagant comme revendication et la République pourrait facilement s’en remettre..


                          • eddofr eddofr 8 février 14:56

                            @Elliot


                            M’est avis que les Corses, si on leur donne la main, ils voudront le bras.

                            Ils sont comme des enfants trop gâtés. 

                            A un moment il va falloir les mettre au coin !

                            Je propose déjà de supprimer toutes les subventions et spécificités accordées à la Corse.

                            Et qu’il se démerdent les sales gosses gâtés pourris !

                            Nous, les « continentaux », on bosse pour qu’ils se la coulent douce sur leur « Île de beauté ».

                            J’ai passé quelques mois en Corse, sur la base aérienne de SOLENZARA.
                            Et, à part les barbelés et les champs de mine, la seule chose dont je me souvienne vraiment, c’est que de prétendus concitoyens FRANÇAIS voulaient me faire péter la gueule, juste parce que je faisais mon service militaire sur leur Île de merde !

                            Alors, si vous le voulez bien, qu’on leur écrase la gueule ou qu’on leur accorde leur indépendance et qu’on en finisse avec ces chieurs !

                          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 8 février 15:32

                            NON, LA CORSE N’EST PAS FRANÇAISE ET NE LE SERA JAMAIS !


                            Comme tous les territoires dits « d’outre-mer » que la France continue à occuper, à coloniser et à exploiter ! 

                            Je dois rappeler les paroles d’Albert Einstein : « La faute n’est pas en général celle de ceux qui font le mal mais celle de la multitude qui ne dit rien et ne fait rien » !

                            L’ONU ET L’ENSEMBLE DE SES SUCCURSALES ne valent rien ! Le bla bla hypocrite mondial pue l’hypocrisie et la trahison ! 

                            La France impérialiste, historiquement et fondamentalement terroriste a toujours développé une idéologie nuisible et néfaste au genre humain, mais le genre humain justement n’a jamais remis la France à sa place ! 

                            La démocratie, les droits de l’homme, la liberté et tout ce que les humains ont acquis après des milliers d’années de souffrance est sali par la France !

                            • Lugsama Lugsama 8 février 16:38

                              @Mohammed MADJOUR


                              « La démocratie, les droits de l’homme, la liberté et tout ce que les humains ont acquis après des milliers d’années de souffrance est sali par la France ! »

                              Sauf que c’est la France qui leur à enseigné bien souvent, et tout ce beau monde semble bien heureux d’être français. je n’ai jamais connu la France impérialiste ou la sensation de ne pas vivre dans un pays libre, y vivez vou d’ailleurs en France pour sortir de tels annerie ? Mais je parle à un abruti qui semble se croire important vu ses écrits délirtants habituel..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès