• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Covid-19, une bordée avant l’estocade finale ?

Covid-19, une bordée avant l’estocade finale ?

Les décisions prises au sujet du COVID-19 avant d’être sanitaires et d’intérêt public, sont avant tout stratégiquement économiques.

Le virus, non sans fondement, est devenu l’ennemi public n° 1, oblitérant « providentiellement » les autres problèmes, d’autres événements hautement médiatisés (rappelez-vous... avec des cartes d’identité malencontreusement oubliées par les spadassins) ont antérieurement rempli ce même rôle, nous découvrirons probablement par la suite les coups bas que notre gouvernement a ourdi.

Au sujet de l’aspect sanitaire, le confinement est hypocritement imposé comme mesure en vue de protéger notre vie, il y a d’autres aspects de notre société qui pourtant sont également dangereux comme l’alcool, le tabac, la pollution, la mal-bouffe, la drogue théoriquement interdite mais en vente libre dans les zones de non droit, certaines activités professionnelles, etc., seulement uniquement le confinement fait l’objet d’une décision autoritairement imposée point barre. 

Je ne veux pas dire pour autant que tout doit être régenté, en fait je ne veux rien, chacun est responsable de sa vie et des autres.

Alors confinement ou pas ? 

Sans entrer dans le détail, si nous attrapons le virus nous avons statistiquement une forte probabilité de l’ignorer, si la maladie se déclare, le risque d’en mourir est relativement faible et touche majoritairement des sujets fragiles et/ou âgés ; la meilleure option est de l’attraper et que des anticorps développés par notre système immunitaire nous protègent, si nous nous confinons avec une efficacité (névrotique) toute relative, nous risquons de rester jusqu’à la prochaine pandémie un sujet à risque. Il est à noter qu’actuellement il paraît impossible, sur une population donnée, de connaître le nombre de personnes statistiquement porteuses du virus, notamment parce qu’en France le dépistage systématique n’est pas à l’ordre du jour, contrairement ce qui se pratique dans d’autres pays ; le choix de répandre la peur me semble évident.

Au sujet de l’aspect économique, ce n’est pas plus clair, le gel d’une partie de l’activité va causer indubitablement des dégâts considérables, ce que nos futés dirigeants ne peuvent ignorer.

En France les TPE et les PME représentent une part importante de la richesse nationale.

Les très grandes entreprises non seulement veulent investir les activités du domaine public, bien aidées par les derniers gouvernements successifs tant de gauche que de droite qui ont vendu et vendent à l’encan la propriété publique, mais elles rêvent également de mettre dans leur giron celles qui privées ou indépendantes leur échappent encore, leur appétit insatiable va jusqu’aux petites exploitations paysannes, dans leur vision l’agriculture et l’élevage doivent connaître un développement industriel, ce qui explique pourquoi la situation des petits paysans est toujours précaire, en attendant que les gros passent aussi à la trappe.

A la reprise, les faillites seront autant d’opportunités à saisir.

Tout ce tintamarre est semblable à l’arbre qui cache la forêt, les entreprises comme l’ensemble de l’économie, comme l’ensemble des nations, comme la plupart des particuliers, ne fonctionnent que grâce à l’emprunt-dette, de ce fait ils, elles sont virtuellement la propriété des banques, ou plus exactement de la banque qui se décline en une multitude d’enseignes, toutes appartiennent à la Finance.

Le monde matériel finira par appartenir à cette pieuvre, c’est en cours de réalisation, elle sera le Maître incontesté d’une nouvelle féodalité, les TGE en seront les barons, devinez qui seront les serfs ?

J’espère sincèrement de tout cœur me tromper, et il y a toujours l’espoir que l’impondérable se produise, le monde sera toujours à la merci des puissants tant que nous accepterons leurs lois, les puissants seront toujours désarmés face à des êtres humains sains d’esprit, leur avidité ne trouvant aucune prise où s’accrocher.


Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • Je profite pour signaler de bien surveiller vos débits sur les cartes de crédits. Certaines arnaques consistant à connaître vos données bancaires en les piquant sur des sites où vous avez fait des achats.


    • Vivre est un village Vivre est un village 4 avril 10:57

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Apprendre à vivre heureux dans un monde numérique est un vrai métier et il sera encore plus complexe après le probable triomphe du 5G 

      Enjeux éthiques

      Des questions éthiques nouvelles se posent, concernant de possibles effets pervers du très haut débit dans les domaines de la vitesse de l’information, de la sécurité informatique37, des flux financiers, bancaires et gestion boursière, du stockage des informations qui tendront à croitre très vite, voire d’« épidémiologie virale » et de protection des données privées (le piratage pouvant devenir quasiment instantané).

      Vie privée et contrôle social[modifier | modifier le code]

      Huawei développe et commercialise, à partir de son expérience en Chine, son concept de « Safe city », une extension de « Smart city » ou ville intelligente. Elle repose sur une infrastructure de Télécommunications de nouvelle génération(5G), la capacité de contrôler à distance des milliers de types d’objet connecté (par exemple feux de circulation, panneaux d’affichage, signalisations diverses), un déploiement de caméras de surveillances connectées au réseau et, potentiellement (car déjà déployées en Chine), des applications d’intelligence artificielle sur images (reconnaissance plaques minéralogiques, reconnaissance faciale…). Toutes ces technologies combinées peuvent mener à un contrôle social très développé mettant en péril les libertés individuelles (notation sociale base d’un système de crédit social, « pilori » numérique sur écran d’affichage). La nocivité effective des « Safe city »38 est totalement dépendante des autorités en charge et met en alerte les associations de défense des droits de l’homme39,40.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/5G#Enjeux_éthiques


    • Fergus Fergus 4 avril 11:03

      Bonjour, Jean

      « le confinement est hypocritement imposé comme mesure en vue de protéger notre vie »

      Hypocritement, en êtes-vous sûr ?

      Dans ce cas, expliquez donc pourquoi l’écrasante majorité des pays de la planète a eu recours à cette mesure ?

      Et pourquoi n’avez-vous pas mentionné dans l’article qu’en l’absence de confinement, non seulement le nombre des victimes aurait été nettement plus élevé, mais surtout que les arrivées aux urgences n’étant pas lissées dans la durée, il aurait fallu procéder à des tris entre les malades, en choisissant de sauver les uns, et de laisser périr les autres, trop vieux ou porteurs de comorbidités ?


      • Jean Keim Jean Keim 4 avril 13:35

        @Fergus

        Je ne me prononce pas sur le confinement, à chacun de faire un choix, le choix est à la hauteur de notre désarroi bien exploité par le gouvernement, sans concertation autre qu’un groupe de scientifiques qui comme tout un chacun répète une leçon bien apprise, d’après ces super savants, on peut voter le dimanche mais on doit se confiner le lundi, alors réfléchissez bien, tout le monde, donc moi, vous, répètent à l’envie ce qu’il a retenu et agréé, ce qu’il croit savoir, tout est conditionnement, propagande et manipulation, le mensonge n’est jamais loin et les stats arrangées, et ceci au niveau mondial, alors complotisme ? Je ne sais pas mais les faits sont là devant nos yeux, dans les concerts des sachants il y a de tout et son contraire.

        Le fait que la majorité des pays suit la même ligne de conduite ne prouve rien sinon qu’ils marchent ensemble en suivants les mêmes directives.


      • Fergus Fergus 4 avril 15:26

        @ Jean Keim

        « Le fait que la majorité des pays suit la même ligne de conduite ne prouve rien sinon qu’ils marchent ensemble en suivants les mêmes directives »

        Directives de qui ? Ces pays qui ont opté pour le même type de solution sont de droite, de gauche, et même illibéraux  !


      • Bertrand Loubard 4 avril 15:35

        @Fergus
        Depuis toujours, les urgences (quelles qu’elles soient) génèrent « malheureusement » un tri. C’est ce qui, finalement, définit bien la notion de tri. Ne dit-on pas : « Chaque chose en son temps, l’une après l’autre, chacune à son tour » ? Naturellement, pour ce qui est du domaine médical on craint, normalement, d’arriver, personnellement, dans la file, au mauvais moment du tirage au sort ... mais certains n’ont-ils pas déjà signé, courageusement ou lucidement, une demande de non - harcèlement thérapeutique ? Je pense que l’approche des techniques d’eugénisme et d’euthanasie (dans l’ordre chronologique) devront encore faire de grands progrès dans le domaine de la « communication » et donc dans les façons qu’on a, nous tous, de les aborder (difficilement) en dehors de position culturelle et religieuse. La condamnation de l’objection de conscience a été à la « guerre » (c’est-à-dire à la mort portée à autrui) ce que sont les interdictions actuellement imposées par l’adhésion réflexe et le consentement fabriquée » à une contingence supérieure et donc à une « guerre sacro-sainte ».
        Bien à vous.


      • Fergus Fergus 4 avril 17:16

        Bonjour, Cadoudal

        « Il n’y a plus que leurs ONG qui ont le droit de quitter le pays pour aller soigner les kouffars »

        En l’occurrence, les médecins et infirmières des ONG ne sont pas autorisés à aller ailleurs soigner les « kouffars », mais à dégager pour ne pas être en mesure de contredire la communication présidentielle et les statistiques officielles.


      • Jean Keim Jean Keim 4 avril 18:05

        @Fergus

        Décidément Fergus vous m’étonnerez toujours par votre consensus.

        Vous croyez encore à ces engagements nationaux qui se disent de droite, de gauche, voire « illibéral », certains se disent républicains (la belle affaire) et même démocratiques, ça ne mange pas de pain n’est-ce-pas.

        Directives de qui ? Ben il n’y a que l’embarras du choix, lobbys pharmaceutiques, ONU, OMS, le comité scientifique de Macron qui a bien dû pour avoir des idées en piquer ailleurs, en d’autres temps j’aurais dit le Pape..., probablement que le FMI est de la partie, les banques centrales itou, ce sont elles qui lâchent les sous, ensuite l’ordre des médecins, et toutes les éminences grises que je ne connais pas.

        Il est temps de nous demander qu’elle est l’origine de nos opinions, de nos certitudes..., sans nos savoirs, sans nos mémoires nous n’aurions rien à raconter smiley


      • Croa Croa 4 avril 23:19

        À Fergus,
        Les tris entre les malades ça existe déjà. C’est parce que nous n’avons pas les moyens (ou pas voulu mettre les moyens) sur la détection des malades que la solution du confinement s’est imposée.
        *
        Sinon Jean a peut-être raison et l’hypocrisie c’est que la maladie semble arranger le gouvernement. Commettre autant d’erreur est louche, erreur sur l’usage de la chloroquine déclaré d’avance comme un poison, rejet d’aides spontanées (cliniques, laboratoires vétérinaires) et j’en passe... 


      • picpic 5 avril 08:47

        @Fergus

        Excuse moi mais...que tu votes droite, gauche ou vert à pois jaune, tu votes toujours capitalisme...Donc, à ta question qui donne les ordres, la réponse c’est « la banque ».


      • Fergus Fergus 5 avril 09:13

        Bonjour, Croa

        Bien sûr qu’il existe déjà du « tri », croire le contraire serait être bien naïf.

        Mais la mise en oeuvre de ce « tri » toucherait, sans confinement, un nombre beaucoup plus grand de personnes, eu égard à l’arrivée concomitante massive de malades dans des structures hospitalières totalement dépassées.

        Avec à la clé une hausse vertigineuse des dépressions de soignants.


      • Fergus Fergus 5 avril 09:25

        Bonjour, CLOJAC

        Je conchie LREM, ceux qui dirigent ce parti et la politique qu’ils mènent, et vous le savez. Merci de ne pas insulter le votant de la gauche radicale que j’ai toujours été !!!

        Bien sûr que la Corée  et d’autres pays d’Asie ont agi de manière plus efficace. Qui le nie ? Pas moi. Mais dans un contexte asiatique où les mentalités, relativement aux privations de libertés et aux mesures contraignantes, ne sont pas du tout les mêmes qu’en Europe. 

        C’est pour ces raisons que l’Allemagne mise à part, à peu près partout dans les pays occidentaux les mêmes types de mesures ont été prises, et avec le même retard, lié aux hésitations politiques et aux discours contradictoires des scientifiques.

        Vous évoquez « Big Pharma », et là vous me faites carrément marrer tant vos obsessions politiques relèvent du fantasme ! La recherche et la mise en oeuvre de vaccins juteux pour les laboratoires n’a rien à voir avec le confinement ou pas : dans les deux cas, les recherches auraient eu lieu, et dans les deux cas, les profits auraient atterri dans les poches des actionnaires des labos !!!


      • Fergus Fergus 5 avril 10:52

        @ CLOJAC

        « le rire n’est efficace et convaincant que partagé »

        Partagé, il l’est : ce regard sur les fantasmes complotistes du web, je l’ai eu, et je continue de l’avoir, avec d’autres personnes, elles aussi effarées par les « délires »  je cite de la toile.

        A cet égard, l’apostrophe « Apprenez à vous contrôler » me fait elle aussi beaucoup rire, venant d’un des piliers de la mise du message complotiste compulsif : sur ce plan, vous n’exercez aucun contrôle de votre communication !

        Sur les caractères gras, ce n’est pas pour « hurler » que je les emploie, mais pour souligner des idées force ou des mots clé.

        Pour ce qui est de la chloroquine, attendons les résultats des tests, tout en laissant la possibilité aux médecins de pouvoir l’utiliser s’ils le souhaitent. Mais il sera toujours temps de polémiquer après, lorsque les tests seront connus. Sauf erreur de ma part, la chloroquine avait déjà été testée dans le Sras-Cov1 en 2003, sans qu’il soit constaté d’effets probants. 


      • Fergus Fergus 5 avril 19:42

        @ CLOJAC

        « Vous n’aimez pas Macron mais défendez sa politique bec et ongles »

        Mieux vaut lire cela qu’être aveugle !  smiley

        Votre problème est que vous êtes sectaire et enfermé dans une idéologie de haine qui vous empêche de prendre le moindre recul sur les évènements et les hommes.

        « vous êtes un monument de suffisance »

        Sur ce plan-là, je n’arrive pas à votre cheville, vous qui ne cessez dans vos articles et vos commentaires de tenir des propos péremptoires, assénés sans la moindre nuance. Le monde pour vous est peint en noir et blanc, et vous êtes évidemment du bon côté en toutes occasions.

        La différence entre vous et moi est que j’ai des doutes sur beaucoup de sujets, vous jamais  ! Et vous me parlez de « suffisance »...  smiley


      • Fergus Fergus 5 avril 20:33

        @ CLOJAC

        Bravo pour cet autoportrait craché !
        Comme dit le proberbe « Tel on est, on voit les autres ! » smiley  smiley  smiley

        Pourquoi « prof » ? Je n’ai jamais été enseignant. 


      • Fergus Fergus 5 avril 20:40

        @ Clojac

        Un mot encore sur mon «  »inutilitésmiley

        Eh oui, nous sommes, vous et moi, deux insignifiants moucherons.

        La différence entre nous est que, contrairement à vous, j’ai parfaitement conscience que je ne suis rien. Je n’ai d’ailleurs jamais eu la moindre ambition !


      • Jean Keim Jean Keim 5 avril 20:44

        @Fergus

        Il faut arrêter de seriner la comptine officielle.

        Le confinement est avant tout une réaction irrationnelle dictée par la peur.

        Le confinement total autoritaire est une mesure extrémiste et désastreuse, dépister, mettre en quarantaine les possibles vecteurs et soigner au plus tôt les premiers symptômes de maladie sont une alternative qui réussit plutôt bien aux pays qui l’applique, et cerise sur le gâteau, leur économie est toujours en état de marche.

        Ce qui peut nous arriver de mieux est de nous coltiner avec le méchant virus, de l’estourbir et de fabriquer des anticorps, passé 14 jours, nous serons immunisés (probablement) et plus contagieux,, donc utiles et disponibles pour la communauté.


      • Aimable 6 avril 07:53

        @Cadoudal
        Entre les évangélistes contaminants d’un côté et les islamistes de l’autre , c’est vrai qu’on est mal barrés et dieu lui va être débordé pour accueillir tous ces nouveaux arrivants .


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 4 avril 11:21

        « les puissants seront toujours désarmés face à des êtres humains sains d’esprit, leur avidité ne trouvant aucune prise où s’accrocher.  »

        Pas si « désarmés » que ça !

        lien

        et si ça ne suffit pas, ils envoient les gens « sains d’esprits » dans les tranchées


        • Jean Keim Jean Keim 4 avril 18:13

          @Séraphin Lampion

          Un homme sain d’esprit ne fait pas la guerre à la demande d’un gouvernement, or pour faire une guerre il faut des soldats mais également d‘autres hommes pour la préparer, un simple refus général et la guerre disparaît comme disparaît une bulle de savon.



          • Jean Keim Jean Keim 5 avril 07:52

            @bouffon(s) du roi

            Le lien est très intéressant, comme d’autres avis réfractaires il donne un éclairage différent et relativise le problème, notamment il remet à leur place les statistiques.


          • lephénix lephénix 4 avril 14:42

            tout est dit...

            encore une fois : « la vérité c’est pas qu’on meurt, c’est qu’on meurt volé »

            le tout est de réaliser à temps qu’on se fait voler avant d’être mort...


            • troletbuse troletbuse 4 avril 14:52

              Moins de décès en 2020 qu’en 2018.

              Pourquoi pas de confinement en 2018

              La stratégie mondialiste n’était pas encore au point

              https://www.insee.fr/fr/information/4470857


              • Bertrand Loubard 4 avril 16:14

                .Je suis totalement d’accord avec vous. Je pense qu’il faut relire le livre de Naomi Klein « La stratégie du Choc ». C’est clair.

                Vous dites : « chacun est responsable de sa vie et des autres ». Mais il n’y a toujours pas de véritables justifications aux condamnations de l’objection de conscience, de l’euthanasie et de l’eugénisme.

                Quant à la catastrophe économique, financière et monétaire que la pandémie induira « indirectement », et qui portera inévitablement ses fruits sur le monde socio-culturel, on ne peut qu’en craindre les effets inéluctables .... (qui seront, peut-être, différents des effets des autres chocs de l’histoire, du moins dans leurs manifestations traditionnellement violentes). .... Il y a de quoi, cependant, avoir peur si on n’est pas trop vieux .... Bien à vous.


                • zygzornifle zygzornifle 4 avril 17:44

                  Macron n’a pas fait de selfies avec Raoult froc baissé et mains aux noisettes....


                  • BA 4 avril 21:58

                    Samedi 4 avril 2020 :


                    Demain, les années 1930 ou le Moyen Age…


                    Le spécialiste de géopolitique, François Heisbourg, conseiller à la Fondation pour la Recherche stratégique, propose deux scénarios pour les mois et les années à venir, en fonction de l’évolution de la pandémie du coronavirus et de notre capacité à la juguler. Pas très réjouissant…


                    1/ Le scénario favorable.


                    On a tous les tests possibles, on peut mettre au point des procédures de confinement raisonnées, et on aura un vaccin qui fonctionne, disons dans un an. Que se passe-t-il entre-temps ? Il faut tenir jusqu’en avril 2021. La levée du confinement sera progressive. Ce sera le cas partout en Europe, mais à des rythmes et des moments différents. Si les Européens ne se concertent pas parfaitement, s’ils ne commencent pas tout de suite, il y a un risque élevé de tension intereuropéenne très forte à venir.


                    Regardez ce qui se passe en Asie. Les Coréens et les Japonais, au fur et à mesure qu’ils relâchent leur confinement, ferment leurs frontières de façon de plus en plus hermétique. Depuis jeudi dernier, tout voyageur entrant dans l’un de ces deux pays doit être testé et mis en quarantaine, s’il est positif. La Chine, elle, a interdit toute entrée d’étranger sur son sol.


                    Mais quid de l’Europe ? Rien ne nous empêche de prendre des mesures similaires pour les étrangers non-communautaires.


                    En revanche, comment procéder à l’intérieur de l’espace UE ? Après deux mois de confinement, les Italiens du Nord voudront peut-être, par exemple, se rendre en Autriche ou en Allemagne, où le confinement sera maintenu… Et je ne parle pas de la frontière germano-polonaise, si importante et si délicate politiquement. Dans un scénario où l’on craint le retour du Covid, la tendance sera à la fermeture des pays sur eux-mêmes. Comment l’UE pourra, dans ces conditions, gérer correctement le déconfinement ? Il faudra sans doute un document médical homologué par les 27 concernant la sérologie des citoyens.


                    Sur le plan économique, l’Europe connaîtra probablement une chute de son PIB de 15 à 20 % en 2020. Il faudra donc, comme du temps de Roosevelt dans les années 1930 aux Etats-Unis, mettre en place une économie communautaire dirigée. Avec sa culture technocratique, la Commission saura bien faire cela, pour peu que les gouvernements, abandonnant les dogmes passés, le lui ordonnent. Mais si ce déconfinement se fait en ordre dispersé, il pourrait y avoir un déferlement de haine à l’intérieur de l’UE.


                    Du point de vue géopolitique que se passera t-il ? Les Etats-Unis seront les derniers grands à sortir de la vague Covid, et cela avec une mortalité très élevée, égale à celle de l’Italie. Son économie sera ravagée. Mais ils s’en sortiront, peut-être mieux que les autres, s’ils savent se mobiliser, comme souvent, comme pendant la Seconde Guerre mondiale, de façon extraordinaire. Étant donné la capacité de Trump à diviser le pays, les Américains courent toutefois le risque d’une partition intérieure, comme pendant la guerre civile ou la guerre du Vietnam.


                    La Chine ne sera pas, comme on le croit aujourd’hui, le grand vainqueur de cette crise sans précédent. Elle est très dépendante de ses exportations qui seront en chute libre. Il lui faudra donc recourir à une propagande forcenée et à un serrage de vis pour contenir la colère de sa population, maintenir la paix sociale. On voit d’ailleurs déjà que les dirigeants chinois perdent les pédales dans leur propagande. Ils ont beaucoup de mal à construire un narratif crédible pour leur population.


                    Paradoxalement, l’Afrique pourrait ne pas trop pâtir du Covid du point de vue médical, étant donné sa structure démographique largement dominée par la jeunesse. Mais la crise économique y sera catastrophique.


                    Les pays exportateurs de pétrole vont évidemment beaucoup souffrir, étant donné la chute des prix des hydrocarbures, due à la fois à la baisse de la demande mondiale et à une guerre des prix incompréhensible. L’Arabie saoudite continue de produire tellement qu’on ne sait plus où stocker le pétrole. Cela dit, ces pays, ceux du Golfe et la Russie, ont constitué des réserves financières tellement importantes qu’ils peuvent faire face à une grave crise pendant plusieurs mois sans risquer un renversement du pouvoir. Pour Poutine, ce sera d’autant plus facile à gérer politiquement, qu’il peut – à juste titre – expliquer que cette crise vient d’ailleurs.


                    Au total, ce premier scénario ressemblerait beaucoup aux années 1930, avec un chômage très fort et une démondialisation rapide. Plus personne ne voudra être dépendant des autres pour des produits stratégiques. Le commerce maritime – l’essentiel du commerce mondial – sera très fortement ralenti puisque les navires auront du mal à trouver des ports qui acceptent de les accueillir, du fait des risques de contamination. Mais globalement, les démocraties survivront. Et l’Union européenne aussi, qui aura expulsé la Hongrie, première « corona dictature. »


                    2/ Le scénario catastrophe.


                    Le vaccin tarde beaucoup. Cela est improbable, même si, souvenez-vous, nous n’avons toujours pas, quarante ans après le déclenchement de l’épidémie, de vaccin contre le sida et même si, tous les chercheurs le reconnaissent, on connaît mal ce type de nouveau coronavirus.


                    Nous serons alors dans un univers totalement inconnu, qui ressemblera peut-être, non pas aux années 1930, mais plus ou moins au XIVe siècle, au Moyen Age.


                    Le virus fait de très nombreux de morts, attaque de nouvelles populations, et surtout s’il mute. Comment vivre alors avec des pandémies à répétition ? L’être humain s’en accommodera. Il l’a déjà fait. Ce sera comme avec la peste du XIVe jusqu’au XVIIIe siècle. On avait appris à vivre avec.


                    Ces pandémies à répétition n’empêchaient pas les guerres. Elles ont même eu quelques bons côtés, si je puis dire. La Grande Peste a tué un tiers de la population mondiale. Si bien qu’après, on a eu largement de quoi nourrir la population. L’agriculture manquait de bras, du coup les salariés étaient mieux payés. C’est le début d’une certaine prospérité à la campagne, le début de la déféodalisation. Et puis, la peste n’a pas empêché la Renaissance, elle l’a peut-être même favorisée. Si bien que dans ce scénario noir, on peut se demander, pour rester optimiste, quelle sera cette nouvelle Renaissance.


                    https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200404.OBS27049/demain-les-annees-1930-ou-le-moyen-age.html


                    • ticotico ticotico 4 avril 22:59

                      @ l’auteur

                      « nous découvrirons probablement par la suite les coups bas que notre gouvernement a ourdi. »

                      Le notre n’aura pas ourdi grand chose... Les banques de leur côté sont sûrement en train de finaliser leur grand hold up.

                      Mais, le prochain développement spectaculaire (et catastrophique) sera très probablement l’invasion du Venezuela...

                      Décembre 1989, le monde entier regardait les conséquences de la chute du mur de Berlin... Pendant ce temps là, les USA envahissaient Panama et capturaient Noriega.

                      Avril 2020... Les USA ont l’air déterminés à apporter la démocratie au Venezuela.. Peut être en échange d’un peu de pétrole...

                      Les mouvements de troupes ont commencé...


                      • Jean Keim Jean Keim 5 avril 10:52

                        Le gouvernement est complice si vous préférez.


                        • Jean Keim Jean Keim 5 avril 10:54

                          A l’attention de ticotico.


                        • Julot_Fr 5 avril 10:58

                          Je suis parti de France car je voyais la crise venir, apres virus ou n’importe, ce n’est qu’une question d’enrobage, l’objectif etant le communisme global, si vous souhaitez comprendre ce que je raconte : https://redpilluniversity.org/2018/01/30/short-course-on-communist-takeover-of-the-united-states/ Sinon en ce qui concerne ce virus dans le cas des malades graves, la source suivante suggere une reaction auto-immune au virus pour ceux ayant recu un vaccin anti-sars prealablement https://www.youtube.com/watch?time_continue=16&v=qVizW1OgQZQ&feature=emb_logo


                          • Julot_Fr 5 avril 12:17

                            un autre morceau du puzzle, un medecin de NY met en evidence que la surpression des ventillateurs artificiels endommage les poumons des malades du covid19 (qui ne devraient donc pas etre traites comme les pneumonies habituelles) https://www.youtube.com/watch?v=tARyZfFSCyc


                          • Jean Keim Jean Keim 5 avril 19:28

                            Quid des statistiques du covid-19 :

                            Actuellement les chiffres sont présentés de façon alarmiste sans aucune relativisation ou pondération (donc peut-être pour nous mettre le trouillomètre à zéro et justifier le confinement ?).

                            Partons de 2 chiffres donnés par des sommité, (1) 70 % de la population sera infestée et (2) 85 % des personnes infestées n’auront aucune réaction particulière.

                            Suivant le site santepubliquefrance.fr, (3) 68605 cas confirmés (confirmés suppose qu’ils ne sont pas tous connus) donc présentant les symptômes mêmes bénins de la maladie et (4) 7560 morts soit 11 % de l’ensemble des malades.

                            En reprenant les chiffres (1) et (2) appliqués à un échantillon de 1000 personnes, – personnes infestées (1) 70 % de 1000 soit 700 – personnes infestées sans réaction particulière (2) 85 % de 700 soit 595 – personnes avec symptômes confirmés de la maladie (3) 700 - 595 soit 105 – morts (4) 11 % de 105 soit 12 personnes

                            Si on compare le nombre de morts aux personnes infestées (2) ont obtient 12 / 700 soit 1,7 %

                            Si on compare le nombre de morts par rapport à l’échantillon ont obtient 12 / 1000 soit 1,2 %

                            Quelques remarques macabres : Le dernier chiffre, pour être rigoureux, devrait tenir compte du fait que nous ne connaissons pas précisément le nombre de personnes infestées, pas plus que nous ne connaissons le profil des décédés afin de pondérer les résultats, au début de la pandémie, le taux des décès été estimé entre 0,1 et 0,2 % des personnes infestées, ce qui semblerait plus cohérent.

                            La prudence et la rigueur sont quand même de mise, 0,15 % de la population française infestée représente quand même environ 70 000 personnes, soit 0,11 % de la totalité des habitants, ou encore 11 morts pour 10 000 personnes.


                            • eau-pression eau-pression 5 avril 21:31

                              Le monde matériel finira par appartenir à cette pieuvre

                              La vie de beaucoup de gens est déjà une fiction, leurs décisions dictées par la pub et autres séries qui imposent sournoisement leurs injonctions comportementales à leurs spectateurs.

                              C’est assez effrayant, mais on est obligé d’imaginer que si le confinement est dicté par l’OMS, c’est que les multinationales et la finance qui les possèdent se sentent assez fortes pour tout rafler à la sortie. Vous me direz que je vous plagie. Sauf que Chine et Russie doivent être mises à part.

                              Je trouve qu’on parle trop peu des GAFAMS, qui ont l’occasion avec le confinement de fignoler leur profilage généralisé. D’ailleurs je profite de ce qu’il m’écoute pour un petit coucou à mon vieil ami Bilou.

                              Vous le dites aussi, mais trop vite en fin d’article : la pieuvre peut avoir beaucoup de bras, elle ne saura pas créer une nouvelle réalité. Je ne suis pas les programmes télé, mais je ne vois plus la série « La Ferme » où des people’s se ridiculisaient.


                              • Jean Keim Jean Keim 6 avril 09:23

                                @eau-pression

                                Nous partageons une même vision, c’est déjà beaucoup, je ne suis pas un érudit, ni un économiste, je crois simplement que nous ne devrions pas nous attacher trop aux détails, il y a pour cela des experts qui malheureusement s’enferment dans leur bulle et perde une vue d’ensemble, ce qui me semble essentiel est non pas de lutter contre les différents aspects négatifs du monde actuel, la lutte est sans fin, sans victoire, elle ne génère que des victimes, et pour chaque problème résolu, dix autres surgissent à la place, mais de tenter de comprendre pourquoi le monde est devenu ce qu’il est, en fait une monde inhumain.

                                Nous évoluons dans une multitude de concepts, le monde, l’État, la société, le système (ah ! le système) le parti politique ou religieux, l’ONU, l’OMS, le FMI, le capitalisme, la Finance, etc., ils restent des concepts tant que nous oublions que sans les individus qui les composent, ils n’ont aucune tangibilité.

                                Le monde est une somme d’individus, corolairement nous, moi, vous, sommes le monde, c’est de là qu’il nous faut partir, sinon nous resterons au niveau du concept, tout changement modifiera peut-être le monde mais superficiellement, sans action véritable.

                                Notre responsabilité individuelle est totale.

                                Au sujet de la Chine ou de la Russie, je vois d’emblée que ces deux nations sont dirigées par des hommes de pouvoir, rien que cela me rend dubitatif, de plus elles sont en réaction à un ordre établi qu’elles aimeraient bien supplanter, alors on peut en qq. sorte dire de ces deux pays qu’ils sont différents mais que le mouvement qui les anime lui est inchangé, ils représentent simplement un changement hégémonique.


                              • Hervé Hum Hervé Hum 6 avril 09:54

                                @Jean Keim

                                mais de tenter de comprendre pourquoi le monde est devenu ce qu’il est, en fait une monde inhumain.

                                Vous ne pouvez effectivement pas comprendre un changement qui n’existe pas, puisque le monde tel qu’il est, est le propre de l’humain, fait par lui. Si vous préférez, le monde tel qu’il est, est ce qui reflète le mieux la nature de l’homme.

                                Bref, vous cherchez les clefs dans la pénombre, parce que vous ne voulez pas les trouver sous le réverbère de peur de devoir vous en servir !


                              • Hervé Hum Hervé Hum 6 avril 09:59

                                @Jean Keim

                                autre exemple, ; vous parlez très justement que ce sont les humains qui composent les structures, mais alors, pourquoi parler de la finance ou des TGE plutôt que des financiers ou des actionnaires qui sont les individus qui les composent ?

                                Voyez Jean, le problème, c’est que vous êtes trop pris, conditionné par ce même biais cognitif que vous voulez dénoncer, tout en vous appuyant dessus De fait, il vous est impossible d’en sortir.


                              • Jean Keim Jean Keim 6 avril 10:22

                                @Hervé Hum

                                << ... le monde tel qu’il est, est ce qui reflète le mieux la nature de l’homme. Bref, vous cherchez les clefs dans la pénombre, parce que vous ne voulez pas les trouver sous le réverbère de peur de devoir vous en servir ! >>

                                L’homme de tous les animaux est le seul qui peut changer sa nature.

                                Effectivement je suis en recherche dans la pénombre, en dehors des éclairages artificiels, c’est bien vu.

                                Encore exact, je ne veux pas me servir de ce qui me semble inapproprié, je ne sais pas ce que serait un monde réellement nouveau, sinon nouveau il ne le serait pas, personne ne peut le définir, mais il est possible de distinguer le vrai du faux et le faux dans le vrai, en rejetant ce que le monde a de mauvais, il en restera bien qq. chose de meilleur.

                                Merci pour votre commentaire plutôt positif.


                              • Jean Keim Jean Keim 6 avril 10:38

                                @Hervé Hum

                                Le mot n’est pas la chose, on peut parler mettons... de la Finance, si auparavant, dans un même texte ou dans un texte antérieur, on a présenté ce vocable comme un concept, si nous réfléchissons bien, le mot financier est également un concept n’est-ce pas.

                                N’oubliez pas, comme vous l’avez un jour précisément écrit, que la pensée (toute pensée) est itérative, récursive et je rajouterai récurrente, elle n’est qu’un processus, à chacun d’en tirer le meilleur usage possible et de savoir la laisser à sa place.


                              • Hervé Hum Hervé Hum 6 avril 13:14

                                @Jean Keim

                                L’homme de tous les animaux est le seul qui peut changer sa nature.

                                Non ! l’homme est, comme tous les animaux, capable de changer sa nature lorsque les conditions l’exige.


                              • Hervé Hum Hervé Hum 6 avril 13:33

                                @Jean Keim

                                le mot n’est pas la chose, mais il la désigne et en cela, il emprisonne le cogito plus sûrement que toute prison avec des barreaux.

                                Aussi, désigner la chose plutôt que l’être, c’est désigner le marteau plutôt que la main qui le tient et donc, s’en prendre à l’outil et non à la personne qui l’utilise. Et c’est cela qu’il se passe, les gens s’en prenne aux entreprises, à la mondialisation à la monnaie, mais pas à ceux qui en font mauvais usage.

                                Un être n’est pas un concept, c’est une finalité. Le financier n’est pas un concept, c’est un être dont la finalité est l’exploitation à son profit du temps de vie d’autrui, dont le moyen passe par la maîtrise de la monnaie, qui est la mesure de la valeur du temps de vie dédié à autrui.

                                La fin ne justifie pas les moyens, elle les nécessites, ce qui n’est pas tout à fait la même chose. Sans moyens, aucune finalité ne peut être atteinte, y compris un monde différent. Autrement dit, si vous ne voulez pas des moyens pour atteindre la finalité, vous devrez renoncer à cette dernière. Si vous ne voulez pas de la mondialisation, vous devrez donc renoncer à changer le monde.


                              • Jean Keim Jean Keim 6 avril 14:49

                                @Hervé Hum

                                L’animal adapte son comportement aux nécessités de son environnement, ce qui ne change en rien sa nature.

                                Seulement tout est dit, c’est non (ou c’est oui), et comme suprême argument vous invoquerez la raison.


                              • Xenozoid Xenozoid 6 avril 15:04

                                @Jean Keim

                                faux, son adaptation peut changer sa nature, cf le panda(l’animal) qui était carnivore et est devenu vegetarien d’ailleur il n’a pas finit il conçoit toujours 2 petit mais ne peut en élever qu’un


                              • Jean Keim Jean Keim 6 avril 16:27

                                @Hervé Hum

                                Le cogito est une idée à Descartes, ce mot est-il synonyme de ego ?

                                << Un être n’est pas un concept, c’est une finalité. Le financier n’est pas un concept, c’est un être dont la finalité est l’exploitation à son profit du temps de vie d’autrui, dont le moyen passe par la maîtrise de la monnaie, qui est la mesure de la valeur du temps de vie dédié à autrui. >>

                                Si un homme décide de travailler dans la Finance, il sera appelé financier, après ce qui se passe dans sa tête le regarde, pour les autres il correspondra au concept de financier, car notre financier travaillera à acquérir un savoir en rapport avec sa future profession, quelque soit ses motivations réelles, bien gagner sa vie voire s’enrichir, œuvrer pour une institution, changer le monde, ..., il se construira une personnalité faite de concepts.

                                Il ne semble pas vous venir à l’esprit qu’une existence humaine n’est pas nécessairement orientée vers une finalité.

                                Par exemple percevoir l’urgence de l’émergence d’un monde nouveau ne peut en aucun cas se réaliser comme un objectif final, un nouveau monde ne peut pas être une finalité, c’est un commencement.

                                Encore une « dernière » chose, je ne trouve pas le monde actuel très désirable, mais pour autant je ne désir pas le changer, il doit changer c’est tout, le changement est de notre responsabilité individuelle.


                              • Hervé Hum Hervé Hum 6 avril 17:10

                                @Jean Keim

                                Tout être doit nécessairement donner un sens à sa vie, une finalité, quelle qu’elle soit, peu importe. Sans cela, c’est le vide, le néant existentiel

                                Le mot finalité pose la question du sens, du pourquoi d’une action, pas du commencement et de la fin d’une action, les deux faisant partie intégrante de la finalité. Autrement dit, la finalité ne pose pas obligatoirement un objectif final qui serait la fin de l’action, même si cela ne l’exclut pas, sauf d’une manière absolue.

                                Maintenant, si on s’en tient à la définition du mot « concept » vous avez raison ! enfin, si on s’en tient à l’être humain...

                                Pour finir, le propre de la nature humaine, c’est de concentrer en elle même toutes les autres formes que sont les carnivores, charognards, parasites, herbivores et toutes les formes d’organisations sociales que l’on peut rencontrer dans la nature. Ce qu’il lui manque, c’est de trouver le point d’équilibre !

                                Je le connais, mais comme dit le proverbe, on ne fait pas boire un âne qui ne veut pas boire.


                              • Jean Keim Jean Keim 6 avril 18:32

                                @Xenozoid

                                Le changement concerne-t-il l’animal en l’occurence le panda ou plus exactement l’espèce ?

                                Un être humain peut lui changer en une vie, autrement au cours de SA vie en cours.

                                Pour en revenir au panda, de mémoire d’homme connaissons-nous le panda carnivore ?

                                Si j’en crois wiki, le panda est un ursidé, donc un animal omnivore, le passage au régime végétarien n’est pas vraiment un changement de nature radical, le changement d’une espèce sur le long terme est (souvent ?) la venue d’une nouvelle espèce. Ainsi la vie serait apparue sous la forme d’espèces adaptées au milieu océanique, aurait migré et évolué vers une vie terrestre (en créant d’autres espèces) et pour finir un retour vers l’océan tels les différentes espèces de cétacés.


                              • Xenozoid Xenozoid 6 avril 19:08

                                @Jean Keim

                                on peux parlé sous espece ou espece, ou bien de division d’espece en 2 il y a toujours mutation . non ?, les insects apparament sont les seuls qui s’adaptent depuis 400 millions d’annees en taille ou les requins en formes,les dinosaures ne sont pas mort on a les oiseaux,un etre humain peux s’auto domestiqué comme il a domestiquer d’autres especes, et il a falut que le loup accepte l’homme et vice versa,un chien peut redevenire une espece a part aussi en 2 ou 3 générations, comme l’homme il doit s’adapter a la genération zero du moment, on parle de la meme chose non, le temps et l’adaptation sont peut etre un plus de l’homme(un chien redevenu sauvage dans sa vie ne sera jamais un caniche) mais rien ne prouve qu’il le puissent a long terme


                              • Jean Keim Jean Keim 7 avril 08:07

                                @Xenozoid

                                Je ne dis pas qu’une espèce animale ne peut pas muter, cela sur un temps long, je dis simplement qu’au cours d’UNE EXISTENCE, me semble-t-il, seul l’espèce humaine peut changer de nature, par nature j’entends p.ex. le fait que je sois carnivore et que je décide de devenir végétarien, ou encore que je crois aux vertus de la religion et qu’ensuite j’embrasse la croyance athée.

                                Soyons rigoureux et n’ergotons pas. Un animal fait partie d’une espèce (p. ex. Le loup), classée en genre, famille, etc. Les animaux d’une même espèce ont la propriété de se reproduire entre eux mais pas que..., l’espèce est un concept flou donnant lieu à une foultitude de définitions, nous savons reconnaître un loup, d’un chacal, d’un coyote, d’un dingo, mais distinguer un loup gris d’un loup arctique est déjà plus difficile.

                                Un animal au cours de sa vie (une vie) ne change pas sa nature mais adapte son comportement aux pressions de l’environnement, prenons les chiens sauvages d’Australie, les dingos, ils descendraient de chiens domestiques retournés à la vie sauvage et regroupés en bande, néanmoins chaque animal d’une meute restera toute sa vie un dingo, se comportera comme tel, sur un laps de temps suffisamment long, les dingos pourraient disparaître ou muter vers une autre forme animale radicalement différente, bien que la nature fonctionne à l’économie, les mammifères retournés dans la vie océanique ont adopté une forme qui ressemble à celle du poisson, ce changement de nature s’est réalisé probablement sur des millions d’années, en tout cas c’est le message officiel.


                              • eau-pression eau-pression 7 avril 09:45

                                @Jean Keim

                                Vos expressions « somme d’individus » et « responsabilité individuelle » sont cohérentes, et le côté provoc de la première ne me choque pas.

                                Je crois que la solitude du chef n’est supportable que par une dose de perversion, un plaisir sadique de voir les autres suivre des consignes. Sans ce sadisme, la pyramide se délite. Et figurez-vous que ça me ferait plaisir (chacun son sadisme ?).

                                Le côté provoc de votre « somme », c’est d’écarter les liens émotionnels et les dépendances physiques nécessaires à notre survie. Ce mot nous rappelle l’individualisme ambiant, ses défauts, mais il faut accepter qu’au fond personne ne veut réellement s’en défaire.

                                L’individualisme m’apparaît comme une étape dans la condition humaine. C’est dans la solitude difficilement soutenable qu’on éprouve quand on réalise la perte de cohésion sociale, que la nécessité d’être son propre maître émerge.

                                Pour la Chine, il m’est revenu une discussion avec un jeune français qui y vivait depis 18 mois et comptait y revenir. Il y donne des cours de français, et me disait qu’il avait beaucoup d’élèves, venus à lui par curiosité de notre culture. D’après lui (et d’autres me l’ont confirmé) quand on leur demande « c’est quoi Dieur pour vous », ils répondent « l’argent ». Réponse réfléchie a priori, vu que je b’imagine pas que ce soient des débiles qui s’intéressent à notre langue.


                              • Hervé Hum Hervé Hum 7 avril 10:42

                                @Jean Keim

                                l’humain aussi adapte son comportement aux pressions de l’environnement, s’il ne le fait pas, il disparaît aussi. Tant que cette pression est faible, pas de problème, mais qu’elle devienne forte voir très forte et alors il se retrouve dans le même cas qu’un animal devant s’adapter ou disparaître. Il suffit de peu de changements au niveau de l’activité tellurique de la Terre ou du Soleil pour que la vie humaine soit totalement impactée, remise en cause dans son mode de vie voir sa survie. Certains ne jure que par cela et d’autres ne veulent surtout pas en entendre parler, mais qui en décide ?

                                Quant à changer de nature d’être, je peux au moins vous citer le cas d’une chienne que nous avons récupérée, qui est passée d’une certaine agressivité envers les autres chiens à une totale passivité, c’est à dire, réagissant par l’agressivité au début et aujourd’hui, réagissant par la fuite. Mais ce n’est là qu’un des aspects de son changement de nature d’être. Son comportement a donc évoluée en fonction du changement de son environnement, exactement comme peut le faire un être humain. Certes à un moindre niveau selon l’espèce animale, mais par le même principe fondamental, en fonction de l’environnement.

                                 


                              • Jean Keim Jean Keim 8 avril 07:52

                                @Hervé Hum

                                Votre chienne reste un chien.


                              • Hervé Hum Hervé Hum 6 avril 10:09

                                les entreprises comme l’ensemble de l’économie, comme l’ensemble des nations, comme la plupart des particuliers, ne fonctionnent que grâce à l’emprunt-dette, de ce fait ils, elles sont virtuellement la propriété des banques, ou plus exactement de la banque qui se décline en une multitude d’enseignes, toutes appartiennent à la Finance.

                                la banque est un outil en tant que tel, aucun être humain n’est sa propriété, mais peut être seulement son aliénation. C’est du banquier que vous pouvez seulement être la propriété.

                                Ceci étant dit, ce n’est pas l’emprun-dette qui est le problème, mais d’une part l’intérêt et d’autre part, la propriété matérielle par laquelle tout profit et exploitation passe.

                                L’économie repose sur la double offre/demande, c’est à dire, où chacun a une offre et une demande à formuler qui rencontre une offre et une demande jugée équivalente. Le simple rapport de l’offre/demande étant le rapport entre le don et le vol. C’est à dire, que s’il y a offre sans demande, c’est le principe du don et s’il y a demande, sans offre, c’est le principe du vol. Pour qu’il y ait donc équilibre de l’échange, il faut la double offre/Demande. Ce principe d’équilibre est le fondement de toute la réalité physique, partant du niveau atomique !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité