• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Covid-21 terminus Mort ! Renaître ! Tu dois changer ta vie !

Covid-21 terminus Mort ! Renaître ! Tu dois changer ta vie !

 

JPEG 0) Ayant fini par entrer au cœur des mécanismes virologiques, j’ai cru comprendre que la situation de l’épidémie est assez sombre ; et du reste la tonalité pessimiste semble gagner la plupart des observateurs, même les plus réservés. Disons pour faire simple que l’avenir ne va pas être facile et qu’il ne faut pas se leurrer. Il va falloir tenir bon et faire les bons choix accompagnés de courage et d’intelligence. Confiner et éteindre la vie sociale serait à mon sens le pire des choix.

 

 1) C’est mort comme on dit vulgairement pour signifier qu’une partie est perdue, ce qui suggère d’en commencer une nouvelle. Mort ! Partie consistant à maîtriser la circulation du virus et l’épidémie. Jeu de mots ! Comme dans la chanson de Jean Guidoni, Tramway Terminus Nord qui nous conduit vers la Mort à Venise. Le Mystery Strain du Covid-19 nous mène vers une impasse. Les chiffres symboliques vont être atteints, atomisant les esprits. 100 000 morts au Royaume-Uni, bientôt 500 000 aux Etats-Unis, puis l’Italie et la France en ligne de mire ces prochains mois.

 

 2) Au Medef, quelques-uns sont de connivence avec les experts du régime sanitaire les plus stricts, croyant qu’un confinement à la dure permettra de reprendre pied définitivement. Ils ont fait un calcul de boutiquier. Un mois de confinement drastique coûterait 60 milliards alors que trois mois de confinement soft comme actuellement coûteraient à l’économie 72 milliards. Oui, sauf qu’un mois de confinement à la dure peut être prolongé de quinze jours en fonction de la situation. Et qu’après ce confinement, il est probable que les autorités s’orientent vers un confinement soft, à durée indéterminée, jusqu’en mai ou juin ou même septembre. Faites le calcul. 2021 pourrait être pire que 2020 sur le plan économique. Et sur le plan social, n’en parlons pas !

 

 3) L’épidémie a déjoué les prévisions. Je ne me suis jamais trompé, j’ai tout simplement construit des scénarios en utilisant des hypothèses. Les faits ont donné tort à mes hypothèses, ce qui permet de progresser dans les savoirs. Avant le second confinement de novembre, j’avais proposé trois scénarios. Atténuation et cinétique saisonnière, 15 000 décès au plus. Ce scénario optimiste ne n’est pas réalisé. Restaient en lice deux scénarios. Une réplique de la première vague ou bien un modèle catastrophique à double détente, réinfection, aggravation. Les faits penchent vers une seconde vague plus mortelle. Disons une sorte de marée haute à durée indéterminée. Déjà plus de 40 000 décès contre 30 000 pour la première vague. Et ce n’est pas terminé, au rythme de 2000 décès hebdomadaires. Les nouvelles données imposent d’esquisser de nouveaux scénarii.

 

 4) En cette fin janvier, les nouvelles ne sont pas bonnes avec ces variants censés être plus contagieux et peut-être plus mortels pour ce qui concerne le variant britannique. Je n’ai pas d’avis sur cette question, je m’en remets aux scientifiques. Un scénario du moins pire se dessine avec la perspective d’une vaccination préventive permettant de retrouver une vie normale, et du stop and go soft. Je ne crois pas à ce scénario à moyen terme. Confinement ou pas, la vie sociale risque d’être bloquée jusqu’en juin, sauf une sorte de sursaut collectif. Les autorités sont capables de maintenir le couvre-feu jusqu’en juin, assorti de la fermeture des bars, salles de sport, restos, musées, cinéma, théâtres. Et les Français sont devenus obéissants pour accepter ces sacrifices. Les Lumières eurent le principe de Raison suffisante énoncé par Leibniz. Elles s’achèvent avec le principe d’obéissance suffisante, qui consiste à se donner une raison pour accepter une restriction des libertés et des contraintes en échange d’une sécurité sanitaire et de belles paroles moralisantes sur la protection des plus fragiles.

 

 5) Un scénario plus sombre est envisageable. Supposons que le vaccin n’aura pas les effets escomptés et sera moins efficace qu’attendu (Nous saurons d’ici deux à quatre mois ce qu’il en est dans les pays ayant pris une avance, le Royaume-Uni et surtout Israël). Supposons que les variants se multiplient, avec la diffusion massive du virus et les mutations accumulées depuis la D614G. Ces variants risquent d’échapper au vaccin. Une virulence accrue est plausible mais pas certaine et pour l’instant improbable. En revanche, la contagiosité pourrait être multipliée par 10 voire 100 selon les dires du virologue marseillais Jean-Michel Claverie. La létalité rapportée au décompte des cas se situe autour de 1.5 %. Mais les porteurs du virus sont plus nombreux et les asymptomatiques passent sous les radars sanitaires. On estime à 0.7% la létalité, chiffre devenu officiel. Au bout de trois à cinq ans, de 2021 à 2026, nous pouvons craindre 150 000 à 300 000 décès au Royaume-Uni, ou en France, en supposant que pratiquement toute la population finisse par être infectée. Stopper la propagation du virus est impossible sauf en bloquant les sociétés pendant des années. La mort et le tragique sont revenus frapper à la porte de l’histoire. Rien ne s’oppose à l’émergence d’autres variants en Allemagne, Iran, France, Argentine, Zimbabwe ou Russie. Un variant californien vient d’être observé. En février 2020, les autorités de l’OMS décidèrent de ne pas désigner la pandémie actuelle comme pneumonie de Wuhan ou alors chinoise, comme il y eut la grippe de Hong Kong en 1968. En revanche, on parle de variant britannique, brésilien, sud-africain et si cela continue, dès qu’un variant suspect apparaîtra, il sera affilié à un pays qui pourrait se voir placé en quarantaine, accentuant de ce fait les mesures de contrôles aux frontières déjà actées et dont on ne perçoit pas la fin.

 

 6) L’optimisme est devenu intenable. Si les autorités sanitaires tentent de contenir l’épidémie et de soigner les malades, la société doit se demander comment elle doit vivre avec le virus. En sachant qu’il ne faut pas espérer qu’il cause à moyen terme un banal rhume. Il n’a aucune raison de perdre son tropisme pulmonaire puisque le code trypsine est conservé dans la protéine S. Sauf miracle de la nature, le virus devrait persister, peut-être indéfiniment, comme le H-CoV-229E qui circule depuis 60 ans au moins. Sauf que le SARS-CoV-2 occasionne des pathologies sévères avec un code trypsine et quelques protéines accessoires laissant penser qu’il ne perdra pas son tropisme pulmonaire ainsi que sa capacité à hacker les voies de signalisation double, leurrer d’une part le système de veille immunitaire et d’autre part dévier la réponse inflammatoire.

 

 7) Il nous faut des décisions philosophiques et politiques pour se donner un horizon praticable et sortir de cette stratégie inefficace et dommageable du stop and go. Pour s’ancrer dans le présent, il nous faut des certitudes sur l’avenir et mettre en place un retour à la vie normale, en gérant au mieux la crise sanitaire. D’aucuns pensent qu’on peut tenir comme ça pendant des années, à force de résilience, mais la question n’est pas là. Devons-nous, voulons-nous changer nos modes de vie en reprenant un contrôle sur nos vies, en mobilisant le courage et en affrontant les peurs ? Cette crise devrait être transformatrice mais l’on peut craindre que les sociétés acceptent la politique du contrôle sociale et sanitaire. Auquel cas c’est mort, un long dépérissement en vue. Nous avons le certainement le choix entre deux approches de l’existence. La circulation permanente du SARS-CoV-2 doublée d’une relative impuissance vaccinale invite les nations à prolonger les mesures de distanciation sociale pendant une durée indéterminée, pouvant s’étaler sur une période de cinq à dix ans. Ce serait une mutation profonde dans nos vie et à n’en pas douter, un abandon de la démocratie et de la civilisation fondée sur les libertés. 

 

 8) Tu dois changer ta vie ! Cette formule empruntée à Rilke est le titre d’un ouvrage édité en 2009 par Peter Sloterdijk. Cet essai était quelque peu prophétique dans la mesure où il nous place face à notre destin occidental. Allons-nous sombrer dans le pathos et le médical, avec un fond de morale ascétique revisité, un humanisme du soin, du care, ou bien reprendre le fameux projet Antiquité, repris à la Renaissance, explicité par Nietzsche et parachevé par Sloterdijk ? Choisir la vie, la grande santé, la jeunesse, le spectre de Thucydide, auquel j’ajoute un élan néo-chrétien. Je ne pense pas que l’explication entre Nietzsche et le christianisme ait mis un terme au défi théologique proposé à l’Occident. Chaque civilisation est face à son destin théologique.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.79/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Francis, agnotologue Francis 26 janvier 18:39

    ’’ Un scénario du moins pire se dessine avec la perspective d’une vaccination préventive permettant de retrouver une vie normale, et du stop and go soft. Je ne crois pas à ce scénario à moyen terme. Confinement ou pas, la vie sociale risque d’être bloquée jusqu’en juin, sauf une sorte de sursaut collectif.’’

     Je suppose que vous voulez dire : vaccination ou pas, la vie sociale risque d’être bloquée jusqu’en juin, sauf une sorte de sursaut collectif.  ?

     

    ’Et les Français sont devenus obéissants pour accepter ces sacrifices.’’

     On a le choix ?

     

     ’’Choisir la vie, la grande santé, la jeunesse, le spectre de Thucydide, auquel j’ajoute un élan néo-chrétien. Je ne pense pas que l’explication entre Nietzsche et le christianisme ait mis un terme au défi théologique proposé à l’Occident. Chaque civilisation est face à son destin théologique.’’

     

    La grande menace ce n’est pas le virus, c’est le totalitarisme.

     

    Litre, écouter à ce sujet : Le totalitarisme et le choix de la vie héroïque, Anne Bilheran (son site), interviewée par Pierre Barnérias

     

    Vidéo de l’interview et des commentaires

    Transcription



    • Pierre Régnier Pierre Régnier 26 janvier 18:48

      Il n’y a ni défi ni destin théologique.

      Ce sont des hommes qui écrivent le « discours de Dieu »

      Actuellement, ce discours est relancé dans sa conception criminogène. C’est cette conception qu’il faut combattre et détruire.

      Mais pardon, l’auteur, j’ai bien lu tout l’article, et vous en remercie.


      • alinea alinea 26 janvier 20:30

        On paye l’infantilisation des masses, la désinstruction, la rupture avec nos racines, et notre inconscient, le consumérisme comme seul épopée réaliste, l’eau sale, l’air pollué, la nourriture insane, la paresse physique qui crée le stress, la juxtaposition de millions de uns plutôt que le bien commun... eh bien, l’incompétence élue comme leurre, l’arrogance individuelle comme seul charisme nous mèneront là où nous nous sommes laissé mener : nulle part, dans la détresse.

        Les gens comme moi s’isoleront, les autres divagueront...et qui mourra premier, on s’en fout.


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 26 janvier 20:43

          @alinea .

          Tout à fait et on bouffera ton cheval.


        • alinea alinea 26 janvier 21:53

          @Aita Pea Pea
          Fallait y penser !! avant lui, il y a des milliards de cochons en batteries, de poulets torturés, de vaches, de lapins... pour satisfaire votre appétit décadent !
          Je ne t’avais pas imaginé,le couteau dans la poche, tuer, pour survivre un jour !
          ou bien, le mot mauvais, pour venger je ne sais quelle détresse.


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 26 janvier 22:09

          @alinea . T’as raison . Faut bouffer ton poney ...et pis ça sert à rien les poney , a part faire croire aux gamins qu’ils pourraient être cowboys et aux puces indiennes genre Poca ce que tu veux.


        • alinea alinea 26 janvier 22:30

          @Aita Pea Pea
          Et faire croire qu’on s’en sortira, eh ben, c’est un crime ! alors d’ac, on se bouffe tous !


        • BA 26 janvier 20:58

          Mardi 26 janvier 2021 :

          En France, la troisième vague est arrivée : les quatre courbes montrent que nous n’échapperons pas au troisième confinement.

          https://raw.githubusercontent.com/rozierguillaume/covid-19/master/images/charts/france/dashboard_jour.jpeg

          Pour en savoir plus, le site « covidtracker » est très intéressant :

          https://covidtracker.fr/covidtracker-france/


          • Jean Keim Jean Keim 27 janvier 09:21

            Je vous cite << Je ne pense pas que l’explication entre Nietzsche et le christianisme ait mis un terme au défi théologique proposé à l’Occident. Chaque civilisation est face à son destin théologique. >>

            Il n’y a pas de défi théologique et encore moins de destin du même nom, ce sont des inventions, il n’y a qu’un mode de vie sain ou malsain, sans demi mesure, sans tergiversation, si mon mode de vie est délétère je dois le changer, les livres sacrés ne propose que leur contenu.

            J’ai le sentiment, contrairement aux fléaux inventés par les humains, que le virus machin est qq. chose qui appartient à un ordre naturel, il doit circuler, vouloir l’enfermer ou l’éradiquer est un non sens, il trouvera quand même un moyen de se propager, ce qui ne veut pas dire qu’on ne doit pas se soigner si on l’attrape et qu’on tombe malade, on doit également prendre des mesures préventives mais uniquement pour les personnes fragiles, avec leur consentement.

            Quand une espèce devient néfaste pour son environnement, elle mute ou disparaît.


            • Jean Keim Jean Keim 27 janvier 20:46

              @Jean Keim

              Tant que l’espèce humaine n’était nuisible que pour principalement elle-même et faiblement pour son environnement, la nature nous tolèrait, mais depuis environ deux siècles et demi, notre impact sur la planète dans sa progression est de plus en plus dévastateur, notre habitat est considéré par une minorité d’êtres humains comme avant tout une source de profit, et la majorité des autres suit docilement en espérant recevoir des miettes.

              Notre espèce est nuisible.


            • Sylv1 27 janvier 09:44

              la situation de l’épidémie est assez sombre

              Hein ? L’épidémie (s’il y en a eut une un jour) est terminée depuis l’année dernière. Où est la grippe ? => Mystérieusement disparue pour laisser place à la pandémie médiatique.

              Où sont les morts ? => Pic de mortalité due au confinement + baby boomers. Les stats sur euromomo sont claires : France et Belgique sont les pires, dans les autres pays, rien ne s’est passé.

              Pourquoi changer d’indicateur à chaque instant ? => Pour avoir une épidémie de « cas » asymptomatiques.

              1 nouveau variant ? => Celui-ci est bien trouvé pour pouvoir continuer le délire. Ils ont tout fait pour étouffer les recherches scientifiques qui annonçaient déjà l’année dernière une multitude de variants.

              Voilà ce que je retiens, le reste sur les virus y tutti quanti, je crois qu’il faut arrêter sérieusement ce délire mortifère.


              • philippe913 27 janvier 11:45

                @Sylv1
                sources ?

                parce que c’est rigolo mais dès qu’on cherche sur des sources un peu fiables, on a pas du tout ce que tu annonces :

                https://fr.statista.com/statistiques/1091585/morts-infections-coronavirus-monde/


              • Sylv1 27 janvier 15:09

                @philippe913
                Prendre un chiffre brut sans le ramener au contexte ne démontre absolument rien en effet, sauf à faire des effets d’annonce et jouer sur la peur. La source que vous indiquez est peut-être de bonne foi mais inutile.

                1. Il faut ramener le nombre de morts au nombre d’habitants pour que le « rang » veuille dire quelque chose.
                2. Il faut regarder les stats « toutes morts confondues » car malheureusement le nombre de morts COVID ne veut rien dire vu que tout et n’importe quoi à été labellisé COVID.
                3. Il faut comparer ces stats avec les années précédentes, sinon ça ne veut rien dire non plus.
                4. Il faut prendre en compte la démographie actuelle
                Sur les analyses (honnêtes et non orientées, ou du moins indépendantes), il y en a à foison sur internet. Sinon ce site fiable, et officiel peut vous aider à comprendre : https://www.euromomo.eu/graphs-and-maps/



              • Jacques_M 27 janvier 13:02

                Et dire que simplement respirer de l’air chaud permettrait de résoudre le problème !

                L’étude suivante donne des résultats intéressants, mais concerne l’inhalation de vapeur :
                Thermal inactivation of SARS COVID-2 virus : Are steam inhalations a potential treatment ?

                Respirer de l’air sec et chaud serait plus intéressant que l’air humide et chaud :
                - respiration plus confortable permettant un temps de traitement plus long,
                - température plus élevée, d’où un effet plus rapide,
                - pénètre dans une plus grande partie de l’appareil respiratoire.



                • Jacques_M 27 janvier 13:36

                  @Francis
                  Excellente video ! A faire circuler.


                • alinea alinea 27 janvier 15:13

                  @Francis
                  Je n’ai pas cherché dans mes commentaires, mais je conseille l’inhalation depuis le début de cette affaire !
                  J’ai toujours pensé que ce que les anciens savaient valait mieux que ce que nos contemporains ignorent !


                • Léon 27 janvier 13:39

                  On peut émettre beaucoup d’hypothèses, développer de nombreux scénarios, penser que le meilleur soin c’est le masque pour les uns, la xhloroquinepour les autres voire le vaccin , je ne vois pas comment on peut prétendre lutter contre l’épidémie et protéger les humains tout en continuant à fermer les lits d’hôpital si ce ne sont. des hôpitaux comme cela se prépare pour Bichât par exemple 


                  • Francis, agnotologue Francis 27 janvier 15:31

                    Une explication sur les raisons de repousser un nouveau confinement ?

                     

                    Argumentaire scientifique contre la vaccination en période d’épidémie et de confinement


                    • I.A. 27 janvier 15:54

                      Le SARS-COV-2 tel que vous le décrivez ressemble à un être doué de raison, à un individu maléfique et tout-puissant...

                      Itou pour l’épidémie.

                      Ce qui revient à nous dire que Dieu existe parce les églises, les basiliques, les chapelles et les cathédrales existent, de même que les guerres de religions, si vous voyez ce que je veux dire...

                      Il faudrait lever le secret médical, une fois les patients décédés, pour que cesse une bonne fois pour toute cette immonde mascarade mondiale.

                      Vous vous apercevriez, tous, que ces « décès Covid » étaient malades de bien d’autres pathologies, autrement plus sérieuses que votre coronavirus !!


                      Grand âge, obésité morbide et pathologies pleuro-pulmonaires préexistantes, la voilà, votre fameuse hécatombe mondiale - pays riches s’entend.

                      Sinon, vous avez raison sur un point : si ce virus était si dangereux qu’il décimerait vraiment la population, y compris et avant tout les soignants... ARRÊTERIONS-NOUS DE VIVRE ? Et à ceux qui répondent « oui » : COMMENT ??


                      • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 27 janvier 16:16

                        L’article ni les commentaires ne parlent de traitement, de soins et de prévention. Pourtant c’est la première réponse à préconiser et une fois qu’elle sera admise, ce virus ne sera qu’une étape virale après bien d’autres et avant bien d’autres.

                        Quatre avis de décès ce matin (et oui, dans ma petite ville on les affiche encore) :

                        95 ans, 87 ans, 82 ans, morts de vieillesse, je les connaissais, ils étaient au bout du rouleau. Philippe : 49 ans, cancer du poumon. « C’est ça la réalité ! »


                        • Goldored Goldored 27 janvier 16:52

                          « Je ne me suis jamais trompé »

                          Vous ne manquez pas d’aplomb !

                          N’est-ce pas vous qui parliez de grippette, de truc psychosomatique ?

                          Honte à vous !

                          Honte à vous !

                          Et aux guignols qui vous croient encore !


                          • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 28 janvier 21:26

                            Très bonne conclusion, ajoutez-y personnellement du néo-christianisme si ça vous chante : vous parlez de l’antiquité, c’est donc au polythéisme, qu’il faut aller, sans historicisme. Nombre de mes articles sont là pour en parler, et ce n’est pas fini.


                            • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 28 janvier 21:27

                              Le tarot qui vous sert d’illustration, ne contient pas une Papesse pour rien.


                            • Citoyen de base 28 janvier 22:44

                              Soufflez M. Dugué, et déconfinez votre cerveau, organe de loin le plus touché par cette « plandémie » !  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité