• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Crise de l’Ukraine  : Le scénario occidental

Crise de l’Ukraine  : Le scénario occidental

JPEG

Au-delà de la réflexion russe sur la conduite de l’effort de guerre actuel en Ukraine, certains signes traduisent un changement dans la vision occidentale de cette crise. Il ne s’agit plus seulement d’un soutien militaire direct à l’Ukraine. Il s’agit aussi des positions politiques, des lois et de la législation occidentales nécessaires pour gérer cette crise.

Au premier rang de ces mesures figure un projet de loi récemment adopté par le Congrès américain visant à accélérer l’aide à l’Ukraine. Cette législation est vieille de 80 ans. Sa première version a été adoptée pendant la Seconde Guerre mondiale pour s’opposer à Hitler.

Le Ukraine Democracy Defense Lend-Lease Act of 2022 a été approuvé par la Chambre des représentants des États-Unis par une majorité de 417 voix contre seulement 10, après avoir été adopté à l’unanimité par le Sénat. Cette loi relance un programme qui permet aux États-Unis de prêter ou de louer des équipements militaires à leurs alliés.

Elle peut être utilisée pour aider les pays d’Europe de l’Est qui se sentent menacés par la Russie et l’Ukraine. Les entreprises américaines sont autorisées à réapprovisionner rapidement les pays partenaires sans passer par des obstacles bureaucratiques, avec la possibilité d’un paiement différé.

Le projet de loi représente la couverture d’un montant supplémentaire de 33 milliards pour l’Ukraine demandé par la Maison Blanche. Cela comprend plus de 20 milliards de dollars pour les armes, les munitions et d’autres aides militaires. Le projet de loi ajoute 7 milliards de dollars à l’aide européenne et aux résultats d’une conférence internationale des donateurs.

Les observateurs considèrent cette législation comme une participation officielle des États-Unis à la guerre. Mais d’autres y voient un reflet de la stratégie américaine pour vaincre la Russie dans une guerre par procuration. La littérature publiée par la suite en Occident montre clairement que des convictions se forment quant à ce que les experts considèrent comme l’impératif de vaincre la Russie.

Certains voient la guerre en Ukraine comme un défi et une opportunité de défendre la civilisation libérale occidentale. Toutes les pertes réelles et potentielles pour l’Europe ne sont pas équivalentes à une victoire dans ce qu’ils considèrent comme «  une question beaucoup plus importante.  »

Un éditorial du journal britannique The Independent, par exemple, est intitulé  : «  Comme les vrais nazis du passé, la Russie ne doit pas gagner.  »

Le journal affirme que les forces armées russes «  se sont déshonorées en Ukraine,  » estimant qu’un sentiment de désespoir pousse la Russie à se concentrer sur la terreur des civils et à menacer d’utiliser des armes nucléaires, notant que l’escalade de l’Occident en réponse aux «  atrocités  » en Ukraine réduit les chances de victoire de la Russie.

Plusieurs journaux occidentaux sont allés dans le même sens, cherchant des moyens de soutenir l’Ukraine et de fournir les ingrédients de sa victoire sur la Russie. Certains sont même passés à la discussion de ce qu’ils ont appelé les conditions pour accepter de mettre fin aux hostilités et sauver la face de la Russie.

D’autres ont considéré que la victoire était inévitable pour toute l’Europe si elle voulait vivre en paix, mettre fin «  à l’ère et à la doctrine Poutine  » et tourner la page sur la prétention de la Russie à dominer de nombreux pays de sa sphère vitale  ; une «  victoire  » de l’Ukraine permettrait d’éviter de nouvelles guerres dans la région à l’avenir.

D’autres encore ont plaidé en faveur d’un soutien à l’Ukraine pour qu’elle gagne la guerre, énumérant d’autres facteurs tels que la contribution au rééquilibrage de la sécurité alimentaire mondiale, la prévention de la faim potentielle dans le monde et l’évitement du fardeau résultant de l’hébergement de quelque 5 millions d’Ukrainiens dans d’autres pays européens.

Donc, évidemment, l’hypothèse selon laquelle la guerre actuelle est entre la Russie et l’Ukraine ne tient plus — elle se transforme progressivement en une guerre Russie-Occident. En d’autres termes, ce qui, il y a quelques semaines encore, était une sorte d’exagération, ressemble désormais davantage à la réalité.

En tant qu’observateur, j’ai tendance à n’avoir ni l’un ni l’autre point de vue, autant que j’essaie de saisir les faits et de comprendre ce qui se passe. Certains hauts responsables occidentaux admettent franchement que nous nous préparons à une nouvelle guerre mondiale.

Pire, la situation risque de se détériorer davantage si la Finlande et la Suède sont acceptées dans l’OTAN, où la Russie devrait subir une pression stratégique accrue. De son point de vue, elle pourrait obtenir une excuse pour une nouvelle escalade et éventuellement des actions aux conséquences incertaines.

La crainte est que les choses s’aggravent en raison d’erreurs de calcul dans l’attitude et la réaction. Une telle guerre par procuration pourrait déboucher sur un conflit nucléaire mondial. Pas d’exagération analytique ici.

La Russie n’a pas qu’une seule fois brandi des menaces nucléaires. Ses avertissements ne doivent pas être minimisés. Cela intervient dans un contexte de soutien militaire américain rapide et décisif à l’Ukraine.

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a déclaré que vaincre les troupes russes ne serait pas suffisant. «  Nous voulons que la Russie soit si faible qu’elle ne puisse plus faire ce qu’elle a fait, comme envahir l’Ukraine,  » a-t-il déclaré.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a également déclaré au Parlement que «  nous devons simplement faire tout ce que nous pouvons collectivement pour nous assurer que Vladimir Poutine échoue, et échoue complètement.  » Il y a aussi la position de la France, qui a elle-même rompu le silence qu’elle s’était imposé sur les armes qu’elle fournit à l’Ukraine.

Paris a annoncé qu’elle avait prêté 12 systèmes de canons Caesar et envoyé des dizaines de milliers de missiles et d’obus antichars à l’Ukraine. Cela a mis fin au silence officiel de la France afin de maintenir les canaux de communication avec Moscou, annonçant un front occidental uni pour soutenir l’Ukraine.

Autant dire qu’un règlement politique ou négocié qui mettrait fin à la guerre semble difficile à atteindre, l’Occident voyant que Poutine ne peut pas réussir à «  déplacer les frontières de l’Ukraine par la force.  » En fin de compte, le dénouement de la crise ukrainienne n’est plus aussi simple qu’il semblait l’être au début de la crise, il y a environ deux mois.

Au contraire, le cycle du conflit est devenu plus compliqué sur le terrain, ainsi qu’en termes conceptuels, politiques et stratégiques. Il n’est plus facile de trouver des alternatives et des propositions qui mettent fin à la confrontation sur le plan militaire et politique. L’engagement stratégique est devenu plus complexe, difficile et profond que le conflit sur le théâtre de guerre ukrainien.


Moyenne des avis sur cet article :  2.08/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • Joséphine Joséphine 27 mai 16:24

    Une « crise en Ukraine » ou une guerre de l’OTAN mondialiste contre la Russie ? Dans cette « crise » il faut être résolument du côté de la Russie qui déterminera la survie de notre civilisation ou son anéantissement définitif par le mondialisme sorosien LGTBQ.


    • paulau 30 mai 09:47

      @Joséphine
      Pas faut.


    • sylvain sylvain 27 mai 19:42

      Donc, évidemment, l’hypothèse selon laquelle la guerre actuelle est entre la Russie et l’Ukraine ne tient plus — elle se transforme progressivement en une guerre Russie-Occident.


      c’est une question de point de vue .Historiquement, on ne parle pas de la guerre du vietnam, ou de la guerre (russe ) d’afghanistan comme de guerres entre la russie et les etats unis . C’est pourtant a peu près la même situation .


      • yakafokon 29 mai 11:48

        @sylvain
        Ce ne sera pas une guerre Russie contre Occident, seulement une guerre Russie contre Union Européenne !
        Les Etats-Unis n’y participeront jamais ( on ne fait pas la guerre à la Russie, ce pays qui vous livre du gaz naturel liquéfié depuis le terminal du gazoduc Yamal-Europe, et 538.000 barils de brut Urals par jour ).
        Je suis sûr que vous ne le saviez pas !
        Les sanctions anti-russes, c’est seulement pour ces cons d’européens, qui n’ont toujours rien compris au schmilblick !
        Les américains feront la guerre à la Russie...jusqu’à la mort du dernier européen !
        Ce sont toujours les esclaves qui se battent pour défendre les intérêts des maîtres !



        • Martin 29 mai 22:05

          @samy Levrai


          Mon cher Samy, la nuance n’est pas votre fort.

          En Ukraine les hommes politiques néonazis seraient :

           

          Oleksandr Sych

          Ihor Tenyukh

          Andriy Parubiy 

          Andriy Mokhnyk

          Ihor Shvaika

          Oleg Mokhnytsky 

          Seulement voilà, la plupart de ces extrémistes n’ont été qu’en fonction (dans le gouvernement de Iatseniouk qui n’est aucunement un extrémiste mais un pro-européen progressiste) qu’en 2014 et pour seulement quelques mois. Tous, sauf un, on dut démissionner. Seul Andriy Parubiy   sur lequel la propagande pro-russe se focalise  a continué à avoir un rôle. Néanmoins celui-ci a changer de bord depuis longtemps, il est du centre droit et je vous défie de trouvez une seule phrase de lui qui soit de l’ordre du nazisme.


          Par ailleurs : 

           En 2004, le parti Svoboda (Liberté) rejette officiellement le nazisme, mais continue à afficher des portraits du nationaliste devenu collaborateur Stépan Bandera. Mais selon Alexandra Goujon, politologue qui a travaillé 25 ans sur l’Ukraine, Svoboda est devenu au fil des ans « de moins en moins radical » et cherche aujourd’hui à adopter des positions respectables, « même si certains cadres, dans l’ouest du pays, restent très virulents ». Aussi, dans l’esprit d’une partie des Ukrainiens, Stepan Bandera s’était allié aux nazis pour des raisons tactiques, le but étant l’indépendance de l’Ukraine. D’ailleurs, il est entré en conflit contre les Allemands par la suite.

          Quand à Oleg Tiagnibok, le dirigeant de Svoboda, ne pèse rien en Ukraine, puisque personne ou presque personne ne vote pour lui.


          Bien à vous et en vous souhaitant de mieux vous informer.




        • Martin 30 mai 09:16

          @samy Levrai
          Correction : « ont dû » à la place de « on dut ».


        • V_Parlier V_Parlier 27 mai 22:29

          Les émiratis font vraiment eux aussi partie des valets US. Même rhétorique, mêmes expressions...


          • A l’époque de Sarkozy il y avait une bande de crétins qui ont fait la Une des médias en proposant un livre blanc de réforme de l’armée française, orienté guerre asymétrique .
            Ces foireux ou taupes Atlantistes ont juré qu’en Europe il n ’y aurait plus de guerre de Masse ou d’état à état .

            Aujourd’hui ces charlots sont aux abonnés absents . depuis ils ont encaissé une forte rétribution ....

            Au choix ;la vérité s’oriente vers

            un Complot U S.
            ou

            les Complotistes qui avaient dénoncé la manoeuvre.


            • https://reseauinternational.net/la-pologne-vient-de-se-faire-rouler-par-lallemagne/

              La froide réalité est en train de se faire jour : tout le monde profitait de la nostalgie impériale des dirigeants polonais pour les manipuler et les amener à faire leur travail en Ukraine.

              La Pologne continue d’accumuler des pertes stratégiques dans les jours qui ont suivi sa fusion dans une confédération de facto avec l’Ukraine. Tout d’abord, Zelensky a déclaré aux participants au sommet de Davos de cette semaine qu’ils pouvaient littéralement prendre le contrôle de n’importe quelle « région particulière de l’Ukraine, ville, communauté ou industrie » qu’ils voulaient, ce qui suggère qu’il ne se sent pas à l’aise avec ses alliés polonais contrôlant complètement son pays. Le Premier ministre polonais Morawiecki a alors exigé que la Norvège subventionne partiellement le projet géopolitique de son pays avec l’Ukraine, probablement parce que Varsovie s’est rendu compte qu’il est peu probable que l’Occident dirigé par les États-Unis lui donnent l’un des quelques 300 milliards de dollars d’actifs étrangers de la Russie qu’ils ont saisis, mais utiliseront plutôt ces fonds pour acheter plus d’influence à Kiev via le plan que Zelensky vient de proposer.





                    • https://twitter.com/AdresanSoso/status/1529783164058669057

                      Ils arrivent à #Davos en jets privés avant de monter dans leurs grosses limousines pour nous expliquer qu’il va falloir que nous les gueux soyons plus vertueux en matière d’écologie.


                        • Com une outre 28 mai 00:22

                          Une 3ème guerre mondiale serait la fin de l’Occident parce que les peuples européens ne suivront pas leurs dirigeants dans ce conflit. Elle déclenchera une autre guerre parallèle qui sera sociétale et le monde occidental actuel n’y survivra pas. Qui de nos jours, parmi les peuples européens, a envie de servir de chair à canon pour défendre un pays comme l’Ukraine, dirigé par un fou complètement mégalo ? Si guerre il devait y avoir, quel qu’en soit le vainqueur, l’Europe serait dans tous les cas la grande perdante. Ce ne serait d’ailleurs peut-être pas plus mal, tellement un coup de balai dans la caste politique actuelle devient urgent et indispensable partout en Europe.




                            • Massada Massada 28 mai 08:31

                              Les Etats-Unis s’apprêtent à approuver l’envoi de système de missiles avancé en Ukraine.
                              Le Multiple Launch Rocket System, or MLRS. Il s’agit d’un lance-roquettes multiple développé aux États-Unis pouvant lancer jusqu’à 12 missiles en une minute. Ces systèmes peuvent aussi tirer des roquettes sur des centaines de kilomètres, bien plus loin que tous les systèmes dont dispose déjà l’Ukraine. Selon les Ukrainiens, cela pourrait changer la donne dans la guerre contre la Russie.

                                

                              Et pour cause : le pays serait en mesure de bombarder les positions russes sur une longue distance, jusqu’à 300 kilomètres. Il pourrait également viser la marine russe qui tire des missiles de croisière depuis la mer Noire et bloque les ports ukrainiens.

                                

                              Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a averti ce jeudi que faire cela serait un « grand pas vers une escalade inacceptable ».
                              Il y a donc urgence d’en fournir aux ukrainiens.


                              • Captain Marlo Captain Marlo 29 mai 10:05

                                @Massada
                                Il y a donc urgence d’en fournir aux ukrainiens.

                                Pepe Escobar : "L’OTAN contre la Russie : la suite des événements. À Davos et au-delà, le discours optimiste de l’OTAN joue comme un disque rayé, tandis que sur le terrain, la Russie accumule les victoires qui pourraient faire sombrer l’ordre atlantique."

                                Le schéma général est immanquable, quel que soit le barrage de l’OTAN. Les pertes ukrainiennes deviennent exponentielles – jusqu’à 1500 morts ou blessés par jour, tous les jours. S’il y a 50 000 Ukrainiens dans les différents chaudrons du Donbass, ils auront disparu d’ici la fin juin.

                                L’Ukraine a dû perdre jusqu’à 20 000 soldats dans et autour de Marioupol seulement. C’est une défaite militaire considérable, qui surpasse largement Debaltsevo en 2015 et précédemment Ilovaisk en 2014. Les pertes près d’Izioum pourraient être encore plus élevées qu’à Marioupol. Et maintenant viennent les pertes dans le coin de Severodonetsk.

                                Nous parlons ici des meilleures forces ukrainiennes. Peu importe que seulement 70% des armes occidentales envoyées par l’OTAN arrivent sur le champ de bataille : le problème majeur est que les meilleurs soldats partent… partent… partent, et ne seront pas remplacés. Les néonazis d’Azov, la 24e brigade, la 36e brigade, diverses brigades d’assaut aérien – ils ont tous subi des pertes de plus de 60% ou ont été complètement démolis.

                                La question clé, comme l’ont souligné plusieurs experts militaires russes, n’est donc pas de savoir quand Kiev « perdra », comme un point de non-retour, mais combien de soldats Moscou est prêt à perdre pour y parvenir.

                                L’ensemble de la défense ukrainienne repose sur l’artillerie. Les principales batailles à venir impliquent donc l’artillerie à longue portée. Il y aura des problèmes, car les États-Unis sont sur le point de livrer des systèmes M270 MLRS avec des munitions guidées de précision, capables d’atteindre des cibles à une distance de 70 kilomètres ou plus.

                                La Russie, cependant, dispose d’un contre-poids : le petit complexe opérationnel et tactique Hermes, qui utilise des munitions de haute précision, la possibilité d’un guidage laser et une portée de plus de 100 kilomètres. Et ils peuvent fonctionner en conjonction avec les systèmes de défense aérienne Pantsir déjà produits en série.etc"


                              • yakafokon 29 mai 11:31

                                @Massada
                                A raison de 37.000 km/h, combien de temps faudrait-il aux ogives hypersoniques Kinjal ou Sarmat pour s’abattre sur les Etats-Unis, et transformer ce pays de tarés en un petit tas de gravats ?
                                Mach 30, ça fait tout-de-même 10,28 kilomètres par seconde !
                                Et tout dépend d’où ils sont tirés !
                                Le Sarmat et un missile balistique équipé de 10 ogives hypersoniques à trajectoires basses indépendantes, mais il ne peut être tiré que de Russie.
                                Par-contre, le Kinjal peut être tiré d’un sous-marin ( 16 silos verticaux ) et Dieu seul sait où sont positionnés ces sous-marins appelés « trous noirs » !
                                Quand on voit le temps qu’ils ont mis à réaliser qu’ils étaient attaqués, à Pearl Harbor, ou le 11 Septembre 2001, je paraderais un peu moins, si j’étais à la place de Rambo !


                              • Kharkov. Warning, execution on camera. Extremely hard footage.
                                The killer stabs the victim in the neck and the face several times.

                                “In the video, a representative of the Ukrainian army executes a person in the most cruel way, accusing the person of having links with Russia (!). At the end of the video, the killer says "Glory to Ukraine, death to enemies".” Source Gonzalo Lira.


                                • Donbass Insider

                                  ⚡️ Excerpts from the Briefing of @mod_russia_en on the results of the analysis of documents related to the military biological activities of the United States on the territory of Ukraine

                                  &#128073; Due to the investigation of US military and biological activities on the territory of Ukraine, we have analysed the documents sent by these states to the UN. <…> There are numerous inconsistencies in Ukraine’s reporting.

                                  The question arises : Why did the US and Ukraine’s reporting documents to the UN not include work under the joint military-biological projects codenamed UP ? Such secrecy is another reason to think about the true goals of the Pentagon in Ukraine.

                                  &#128196; The official documents confirm that the Pentagon, represented by the US Defense Threat Reduction Agency (DTRA), is organising work with a clear military-biological focus.

                                  ☝️ We would also like to draw attention to the numerous breaches of safety requirements in Ukrainian laboratories. The Security Service of Ukraine noted the preconditions for the emergence of biological threats due to systematic violations and poor quality of work in the reconstruction of biolaboratories.

                                  ❗️ It should be noted that all violations occurred during the period of the US bio-threat reduction programme. This demonstrates that Washington’s officially declared goals are merely a screen for the implementation of illegal military-biological activities in Ukraine.

                                  &#129440; As part of the special military operation, materials of US instructors training Ukrainian specialists in emergency response to smallpox outbreaks were discovered in biolaboratories in Ukraine.

                                  ◼️ We know that by now 98% of those affected are men over the age of 20 of non-traditional orientation. Earlier, Dr David Hermann, who heads WHO’s emergency department, told the American press that sexual transmission was the main cause of the spread of the disease.

                                  ◼️ According to a WHO report, the West African strain of monkeypox originated in Nigeria, another state in which the US has deployed its biological infrastructure. <…> According to available information, there are at least four Washington-controlled biolaboratories operating in Nigeria.

                                  ❗️ Against the backdrop of multiple US biosafety violations and the negligent storage of pathogenic biomaterials, we call on the World Health Organisation leadership to investigate the US-funded Nigerian laboratories in Abuja, Zaria, Lagos and inform the global community of the results.

                                  Full text


                                  • cevennevive cevennevive 28 mai 09:41

                                    Bonjour à tous,

                                    Voici le site que j’ai reçu aujourd’hui :

                                    Un peu « désorientée » après lecture. Des camps de concentration ? Pour enfants ?


                                    • troletbuse troletbuse 28 mai 11:30

                                      L’OMS, quelle hypocrisie, demande l’arrêt des recherches sur les virus en Ukraine.

                                      https://crowdbunker.com/v/XeaZzHViB2


                                      • André 28 mai 12:02

                                        @ Dr. salem alketbi

                                        Pourquoi produire et publier de telles radotages sur AgoraVOX ?

                                        Quel genre de sagesse et de nouvelles cet article était-il censé apporter, par rapport à la propagande omniprésente des pays de l’OTAN ? L’auteur de l’article a voulu montrer qu’il n’est pas plus stupide que les autres ?

                                        L’auteur n’est probablement ni plus ni moins stupide que les spécialistes de la production de la propagande des pays de l’UE.  Et c’est censé satisfaire l’auditeur ?

                                        C’est une perte de temps de lire ces balivernes...


                                        • I.A. 28 mai 18:32

                                          Faire une analyse juste de la situation tout en restant objectif, ça mérite d’être salué par les temps qui courent – bravo et merci.

                                          Je dois vous avouer que la partialité et le mimétisme de nos journalistes me pousse inévitablement à prendre fait et cause pour les Russes (non sans quelques lectures préalables).
                                          Hystérie, menaces, cynisme et fanfaronnades ressemblent par trop à ce qui nous a été donné de subir avec la gestion du covid. Le journalisme, comme la politique et la médecine, ne ressemblent plus à rien, sauf rares exceptions.

                                          L’Amérique non plus ne ressemble plus à rien. Elle m’épuise, cette Amérique-là, à continuellement faire parler d’elle, à sans cesse se mettre sur le devant de la scène, à toujours parler plus fort que les autres, et à tout le temps désigner des ennemis à sa meute de chiens. L’Union Européenne n’est désormais plus qu’une collusion canine aussi belliqueuse que son maître américain.

                                          Le scénario occidental, vous l’avez compris, privilégie le spectacle et la gesticulation participative : émotions fortes à la pelle, des tonnes de fric, des armes à gogo et puis tout plein de promesses ou de menaces, avec des morts en veux-tu en voilà — sauf que la guerre totale ne pourra pas être conventionnelle.

                                          L’agitation va donc durer et enfler en même temps... et puis un jour, plus rien.


                                          Juste l’A-fric.


                                          • yakafokon 28 mai 18:35

                                            Je viens juste de visionner le bulletin n° 85 de Stratpol, avec Xavier Moreau qui revient précisément du Donbass, et qui nous donne carte à l’appui, la progression de l’armée russe, avec des précisions sur les points de résistance des nazis ukrainiens ( festungen ).

                                            A l’évidence, cette présentation ne correspond pas à celle des stratèges de BFM-TV, qui nous expliquent que l’Ukraine est en train de gagner la guerre contre des troupes russes inexpérimentées, grâce au courage des vaillantes milices du bataillon Azov !

                                            C’est tout juste si ces « généraux Gamelin » ne nous disent pas que l’armée ukrainienne est aux portes de Moscou, et que la guerre est bientôt finie !

                                            Malheureusement pour eux, la réalité est toute-autre et elle est confirmée par de nombreux témoignages de civils qui ont vécu l’enfer pendant 8 ans, et qui ont vu arriver les russes comme des libérateurs.

                                            Ceux-ci leur ont apporté soins et nourriture, se séparant parfois de leurs rations de combat pour leur venir en aide !

                                            Dans le Donbass, il y a maintenant de nombreux journalistes occidentaux ( des vrais ), qui se trouvent du côté Est de la ligne de front pour recueillir le maximum de témoignages ( pour les procès ultérieurs de crimes de guerre ).

                                            Sur BFM-TV, seuls les journalistes qui sont loin des combats prétendent nous informer, et je les vois plutôt comme des commissaires politiques ! https://stratpol.com/&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;                               




                                              • J’ai été directeur de la CIA et nous avons menti, triché, volé. C’était comme si nous avions eu des stages entiers de formation pour apprendre à le faire.


                                                • eau-du-robinet eau-du-robinet 29 mai 04:56

                                                  Bonjour SPQR audacieux complotiste chasseur de complot,
                                                  .

                                                  John Perkins, les confessions d’un assassin économique

                                                • eau-du-robinet eau-du-robinet 29 mai 04:52

                                                  Zelinsky interdit tous les partis d’opposition en Ukraine : silence en Occident ... Dans la nuit de samedi à dimanche, le président ukrainien a annonce la fermeture des 11 partis d’opposition en Ukraine, on appréciera à juste valeur le silence total des propagandistes (dit « journalistes ») occidentaux ....
                                                  .
                                                  https://www.chroniquepalestine.com/zelinsky-faire-ukraine-second-israel-violent-raciste-segregationniste/


                                                  • Captain Marlo Captain Marlo 29 mai 10:10

                                                    Les soutiens de l’Otan oublient que la Russie mène une guerre hybride.

                                                    « La Russie mène une guerre hybride, militaire & économique. »

                                                    1/ Le gouvernement des États-Unis veut à tout prix faire échouer l’enquête russe détaillée – et l’accumulation de preuves – sur les laboratoires américains d’armes biologiques en Ukraine, comme je l’ai souligné dans une chronique précédente.(...)

                                                    2/ L’hystérie des sanctions occidentales en série a fini par déclencher les contre-mesures financières de la Russie, jusqu’à présent plutôt réussies. La guerre hybride se déroule principalement sur le champ de bataille économique/financier – et le cadran de la douleur pour l’Occident collectif ne fera qu’augmenter : inflation, hausse des prix des matières premières, rupture des chaînes d’approvisionnement, explosion du coût de la vie, appauvrissement des classes moyennes et, malheureusement pour de grandes parties du Sud, pauvreté et famine.

                                                    3/ C’est en fait le principal champ de bataille de la guerre hybride où l’Occident collectif est mis en échec. L’une des prochaines étapes clés sera l’élargissement des BRICS, qui coordonneront leur stratégie de contournement du dollar.

                                                    4/ Le « récit » occidental mythique sur les héros combattants de la liberté imposé depuis février par les médias de l’OTAN s’est effondré d’un seul coup.(...) Ce qui s’est passé, en substance, c’est que la crème de la crème des néo-nazis formés par l’OTAN, « conseillés » par les meilleurs experts occidentaux, armés jusqu’à la mort, retranchés dans de profonds bunkers antinucléaires en béton dans les entrailles d’Azovstal, a été soit pulvérisée, soit forcée à se rendre comme des rats acculés.etc


                                                    • Captain Marlo Captain Marlo 29 mai 10:18

                                                      La prochaine réunion des pays qui souhaitent rompre avec le $, se tiendra à St Petersbourg en Juin : "Le Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF).


                                                      • Olivier Perriet Olivier Perriet 30 mai 16:38

                                                        @Captain Marlo

                                                        François Asselineau sera invité ?


                                                      • yakafokon 29 mai 10:59

                                                        Il faudrait respecter la chronologie des évènements, si vous voulez comprendre ce qui se passe en Ukraine !
                                                        D’abord, il y a eu le coup d’état du Maïdan à Kiev, organisé, financé, et armé par les Etats-Unis, avec la complicité de la milice nazie ukrainienne Pravy Sektor qui a tiré indistinctement sur la police fédérale ( les berkuts ) et les manifestants, depuis le 9ème étage de l’hôtel Ukrainia ( prouvé par une enquête balistique allemande ).
                                                        Ensuite les massacres à Kiev, Odessa, Marioupol, Debalsevo, de tous les ukrainiens qui avaient le malheur de parler russe.
                                                        Enfin, toutes les milices nazies se sont attaquées au Donbass, où elles sont tombées sur un os : les civils russophones du Donbass n’avaient pas-du-tout l’intention de se laisser massacrer sans résister !
                                                        Tandis que les plus vulnérables d’entre-eux fuyaient vers la Crimée , tous ceux qui pouvaient se battre infligeaient déculottée sur déculottée aux nazillons ukrainiens !
                                                        Les habitants russophone de Crimée, se sentant menacés, ont demandé l’aide des marins de la base navale russe de Sébastopol, qui a désarmé les quelques militaires ukrainiens présents, sans qu’un seul coup de feu ne soit tiré !
                                                        Le référendum ( basé sur la Charte de l’O.N.U. sur le droit des peuples opprimés à disposer de leur destin ) a été un OUI massif à l’indépendance, même chez les tatars musulmans !
                                                        Mais ça n’a pas calmé le goût du sang des nazis ukrainiens, qui se rapprochaient de plus en plus de la Crimée, ce qui a incité les habitants à demander leur rattachement à la Russie continentale.
                                                        Même dans ses rêves les plus fous, Vladimir Poutine ne s’attendait pas à pareil cadeau : la Crimée lui était offerte sur un plateau d’argent !
                                                        Inutile de vos dire qu’il a accepté ce don du ciel sans se faire prier, et donc la Crimée est redevenue russe, tout en respectant les règles de l’O.N.U.
                                                        Conclusion : si les Etats-Unis n’avaient pas foutu la merde en Ukraine, il n’y aurait eu aucun massacre à Kiev, Odessa, ou dans le Donbass ( 15.000 morts en 8 ans ), le Donbass ne se serait pas soulevé, la Crimée serait toujours ukrainienne avec la base navale de Sébastopol louée à la flotte russe de la Mer Noire jusqu’en 2042, et la Mer d’Azov serait accessible aux navires ukrainiens sans aucune réserve !
                                                        Alors Volodymyr Zelensky, qu’est-ce qu’on dit à l’Oncle Sam ?
                                                        Merci Patron ! Merci Patron ! Ah quel plaisir de travailler pour vous, on est heureux comme des fous ! ( chanson des Charlots ).
                                                        Ce qui prouve une fois de plus l’intelligence des stratèges de la C.I.A. et des experts du Pentagone, qui leur a fait perdre toutes les guerres à l’extérieur, en dépensant des fortunes en armements !
                                                        Mais le complexe militaro-industriel ne va pas s’en plaindre !


                                                        • Olivier Perriet Olivier Perriet 30 mai 16:36

                                                          @yakafokon
                                                          Il faudrait respecter la chronologie des évènements, si vous voulez comprendre ce qui se passe en Ukraine !

                                                          Cette chronologie depuis 2014 n’excuse, ne justifie et n’explique en fait rien de la guerre d’agression sur trois fronts lancée le 24 février.

                                                          Si vous les poutiniens, trouvez que « la guerre c’est très très mal », il fallait y penser avant. Ou il fallait se douter que l’armée russe ne serait pas accueillie avec des fleurs.

                                                          Mais la cohérence n’est pas votre fort. à force de prendre les autres pour des cons, vous vous embourbez dans vos « victoires »



                                                          • https://www.donbass-insider.com/fr/2022/05/29/les-soldats-du-bataillon-sparta-racontent-la-bataille-de-aeroport-de-donetsk-huit-ans-apres/

                                                            Le 26 mai 2014, la guerre civile déclenchée par l’Ukraine contre le Donbass qui s’est soulevé contre le coup d’État du Maïdan, a atteint la capitale de la RPD (République Populaire de Donetsk), et plus particulièrement son aéroport. La bataille de l’aéroport de Donetsk venait de commencer par la prise de contrôle de son terminal par des membres du bataillon Vostok, suivie d’un bombardement de la zone de l’aéroport par l’aviation ukrainienne.

                                                            Les combats pour le contrôle de l’aéroport de Donetsk se poursuivent pendant plusieurs mois. L’armée ukrainienne utilise au mieux les bâtiments pour maintenir sa position et empêcher l’avancée de la milice populaire de la RPD. Elle s’en sert aussi pour bombarder les quartiers résidentiels de Donetsk, faisant de nombreuses victimes parmi les civils.

                                                            Mais le 22 janvier 2015, l’Ukraine admet officiellement sa défaite, l’aéroport de Donetsk est désormais sous le contrôle de la RPD, et l’armée ukrainienne se replie sur le petit village de Peski, qui se trouve au bout de la piste.


                                                            • B Gates pollue presque tout même les IMAC , là ça devient curieusement inquiétant ...
                                                              Elon Musk n’est pas à ce stade .



                                                                • Olivier Perriet Olivier Perriet 30 mai 16:38

                                                                   En fin de compte, le dénouement de la crise ukrainienne n’est plus aussi simple qu’il semblait l’être au début de la crise, il y a environ deux mois.

                                                                  Moi je n’ai jamais trouvé que le dénouement de la crise était facile depuis 2014, mais j’ai dû mal voir.


                                                                  • Bernard Grua Bernard Grua 31 mai 13:46

                                                                    @ l’auteur

                                                                     

                                                                    Merci pour cette intéressante revue de presse.

                                                                     

                                                                    Je comprends que vous avez voulu présenter l’image d’une certaine neutralité, qui ne vous est néanmoins pas créditée à lire les commentaires du lobby pro-poutine ci-dessous. Car on ne peut rien y faire, il y a des faits dont l’exposé dérange.

                                                                     

                                                                    Je pense que votre titre parlant de « crise ukrainienne » est inadéquate. De fait, personne ne l’utilise. Car ce que nous avons, c’est une guerre russe en Ukraine. Si vous voulez malgré tout parler de crise, alors parlez de « crise russe ». Il s’agit d’une crise de la décolonisation, comme en ont vécu les Etats occidentaux au milieu du 20e siècle. Jusqu’à aujourd’hui, la Russie n’a pas connu les circonstances ou n’a pas bénéficié d’un homme politique au charisme suffisant pour l’amener à renoncer à son impérialisme, seul gage de modernité et de développement. Au contraire, depuis 22 ans, c’est l’effort inverse a été mené. Comme le dit Galia Ackerman, le problème pour Poutine, ce n’est pas l’OTAN, ce n’est pas l’UE. Le problème, c’est l’Ukraine. Poutine en est littéralement hanté. Il veut reconstruire l’Union Soviétique (sans le communisme) et, pour ça, il a désepséremment besoin de l’Ukraine. Sans l’Ukraine, son projet n’est qu’un chiffon de papier. Si bien que, comme le disait Volodymyr Zelensky à Sciences Po, l’Ukraine est conduite à mener sa guerre d’indépendance. Il rappelait que la plupart des indépendances ont été gagnées dans la douleur. Celle « acquise » pacifiquement par l’Ukraine il y a trente ans, et aujourd’hui remise en question, était une anomalie historique. Finalement, cette guerre a bien lieu. Elle n’est pas lancée par le peuple qui a voulu se libérer, mais par l’ancienne puissance coloniale qui ne veut pas renoncer.

                                                                    Donc si, au lieu de crise, vous ne voulez pas parler de Guerre russe, alors faudrait dire Guerre d’indépendance ukrainienne.

                                                                     

                                                                    Ensuite, j’ai quelques questions de détail. Vous écrivez :

                                                                    Elle (la loi « Ukraine Democracy Defense Lend-Lease Act ») peut être utilisée pour aider les pays d’Europe de l’Est qui se sentent menacés par la Russie et l’Ukraine.

                                                                    Je ne vois pas quel pays européen se sentirait menacé par l’Ukraine. Bien sûr, on connaît le discours russe parlant de la menace ukrainienne. Mais je ne pense pas que cette loi prévoit, un jour, de livrer des armes à la Russie.

                                                                     

                                                                    La citation suivante mérite, elle aussi, des explications

                                                                    Pire, la situation risque de se détériorer davantage si la Finlande et la Suède sont acceptées dans l’OTAN, où la Russie devrait subir une pression stratégique accrue. De son point de vue, elle pourrait obtenir une excuse pour une nouvelle escalade et éventuellement des actions aux conséquences incertaines.

                                                                    C’est la Russie qui pousse la Finlande et la Suède à rejoindre l’OTAN. Elles la voient comme une menace. La Russie pourrait proposer de se désengager de l’Ukraine en échange du renoncement de la Suède, la Finlande et l’Ukraine à rejoindre l’OTAN. Mais elle ne le fait pas et ne le fera pas. Car, comme je le disais, c’est l’Ukraine qui hante Poutine. Il la veut dans sa néo-URSS. Vous dites : « elle (la Russie) pourrait obtenir une excuse (adhésion à l’OTAN) pour une nouvelle escalade ». Mais de quelle escalade parle-t-on ? Nous avons toute la panoplie des crimes de guerre : bombes à fragmentation, bombes thermobariques, viols, déportation de population, torture, pilonnage des bâtiments civis dont hopitaux, écoles, maternités .. Même si Macron et Scholz finassent, on bien parle de risque génocidaire, voire de génocide. Il n’y a plus rien de « classique » à escalader.

                                                                     

                                                                    Alors, il ne reste que la menace nucléaire. Les Ukrainiens en sont conscients. Mais ils n’ont pas le choix. Eux, qui ont renoncé à leur armement nucléaire en vertu du protocole de Budapest de 1994, selon lequel la Russie s’était engagée à garantir leur intégralité territoriale, sont très exposés. Ils sont le dos au mur. Ils arrêtent de se battre et l’Ukraine disparaît. Il n’y a pas d’alternative. Pour ce qui est des Occidentaux, la situation est différente. Si l’on prend le cas de la France, une première frappe pourra vitrifier une grande partie de notre pays et détruire l’Ile Longue ainsi que le SNLE qui s’y trouve en IPER. Mais nous avons, exceptionnellement, mis nos quatre autres SNLE à la mer. Ils ne peuvent pas être touchés par une première frappe. Ils riposteront. Poutine, qui serait en fait de vie, peut caresser la tentation d’un suicide apocalyptique. Ce n’est certainement pas le cas de Valeri Guerassimov et de Sergueï Choïgou, voire de leurs éventuels remplaçants. Pour résumer, le chantage nucléaire n’a aucun effet sur la poursuite de la résistance de l’Ukraine. Pour les Occidentaux, la mise en œuvre de ce chantage détruirait la Russie.


                                                                    • placide21 31 mai 18:16

                                                                      Les USA ont planifié de longue date la guerre contre la Russie ( vidéo explicite :https://www.voltairenet.org/article217091.html ) Le sachant ,Poutine a mis en acte sa philosophie : « Lorsque le combat est inéluctable , frapper le premier »  ; son action peut être considérée comme humanitaire car il a sauvé les populations Russophones d’un génocide.Il est incroyable que les médias Français n’aient rien dit des actions de l’armée Ukrainienne dans le Donbass depuis 8 ans.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité