• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Crise financière : humbles conseils aux puissants et bien-pensants...

Crise financière : humbles conseils aux puissants et bien-pensants...

La lecture et l’écoute de l’immense majorité des média me rendent chaque jour de plus en plus perplexe. Les puissants et bien-pensants sont-ils à ce point sourds et aveugles ? Je me permets, humblement,  de soumettre à leur haute compétence, et suffisance, trois conseils.

Sortir de la quantophrénie (tendance excessive à introduire les statistiques dans les sciences de l’esprit) et écouter. Qui ? Les consommateurs aux caisses des temples de la nouvelle religion : les centres commerciaux. La crise réelle est là bien présente et pas depuis quelques mois. Perte de revenu, perte de pouvoir d’achat, perte d’emploi, perte de confiance...et même parfois une question : de quoi avons-nous vraiment besoin ? Ils pourront alors mesurer (mot fétiche) l’ampleur de la bêtise des dirigeants d’un système qui détruisent, peut-être définitivement, son moteur, très polluant : la consommation.

Sortir de la quantophrénie et observer les marchés et écouter les traders. Chaque étape du plan, chaque centaine de milliards supplémentaires « injectée » accroît la défiance et accentue la crise. Ce qui provoque un nouveau plan, une nouvelle injection pour ramener la confiance qui...

Sortir de la quantophrénie et (re)lire Paul Watzlawick[1] : Changements, Le langage du changement, La réalité de la réalité, trois livres disponibles en poche (Points/Seuil). Ils y verront notamment comment en cherchant l’ultrasolution (Plan Paulson, Plans d’aide aux banques, réforme du système financier,...et dernière trouvaille, refondation du capitalisme) ils ne font pas que tenter de se débarrasser de la crise mais aussi de tout le reste –selon cette vieille plaisanterie de carabin : opération réussie, patient décédé ».

Mais ces personnes sont très prises, occupées qu’elles sont à sauver le monde. Deux petits livres, écrits avec un ton très humoristique, du même Paul Watslawick, pourraient, très rapidement, les éclairer ou, au moins les faire rire (sur eux-mêmes ?)  : Faîtes vous-même votre malheur, Comment réussir à échouer[2] ?

Bonne écoute et bonne lecture !



[1] Docteur en philosophie, a exercé la psychanalyse à Zurich. Psychothérapeute, il est une des figures principales de l’« Ecole de Palo Alto ».

[2] Editions du Seuil


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 25 octobre 2008 14:35

    Ce nom me dit quelque chose. N’est-ce pas lui qui avait introduit la notion de "double bind" il y a 30 ans ?


    • TTO TTO 25 octobre 2008 15:44

      Tout à fait.


    • surfeur 25 octobre 2008 20:30

      B’jour,

      Le Philosophe WATZLAWICK reprend le concept découvert par l’anthropologue Gregory Bateson.

      J’aime également l’humour de WATZLAWICK :)


    • Abraracoutrix 25 octobre 2008 16:17
      Réfléchissons, si nous le pouvons encore…
      C’est donc la crise. Quelle crise ?
      Crise financière. Elle a débuté parait-il avec cette affaire de subprimes, mais peut être bien avant quand a commencé la course à la consommation tous azimuts avec son cortège de prêts et autres crédits revolving, vous savez, ces crédits que l’on vous accorde en deux clics de souris et dont vous reconstituez soi-disant le capital par mensualités à votre rythme et au taux…de 20.50% -à ce jour pour 6500 euros empruntés ! J’en connais autour de moi qui ont plusieurs de ces crédits… en portefeuille, en lieu et place d’argent sonnant et trébuchant, et qui sont littéralement étranglés.
      Les subprimes sont de la même espèce, sauf que là les banques ont joué avec le feu.
      Panique sur le Titanic de la finance (virtuelle) internationale.
      Elles ont joué, elles ont perdu, et avec elle les péculateurs (immobiliers) et les assurances.
      Je ne verserai pas une larme… On nous avait dit que le « marché » réglerait tous les problèmes et que demain serait mieux qu’hier, alors laissons le marché à ses affaires de mauvais maquignons, et récoltons la mise (nous, c’est-à-dire la Nation) en rachetant pour quelques euros symboliques ces soi-disant piliers de la finance et de l’économie, pour en refaire ce qu’elles n’auraient jamais du cessé d’être (les banques), des gestionnaires avisés faisant fructifier les dépôts des épargnants (en soutenant véritablement les entreprises) et rémunérant cette épargne convenablement.
      Point besoin de centaines de millions d’euros, de dollars, de yens, nationalisations immédiates et définitives, avec sièges éjectables sans parachutes pour tous ces cols blancs sans scrupules.
      Crise économique. Oui bien sur, si on reste dans la logique de ce marché pourri, si l’on continu dans la voie de la surconsommation et des dépenses hors budgets (vous, moi, tout un chacun). Dans cette logique, il faut sans cesse produire plus (c’est ce que l’on nous dit) pour que les usines fonctionnent et que les travailleurs…travaillent ! Sauf que, en période dite de croissance, les usines délocalisent et les travailleurs sont au chomdu, et que la crise financière entrainant une baisse d’activité, les usines (ce qu’il en reste) ferment, et les travailleurs restant rejoignent leurs copains au chomdu…
      Sauf que, si l’on sort de la logique du marché et du sauvetage des banques (ne pas le faire, est ce passible d’une procédure judiciaire pour non assistance à personne en danger ?), point d’aide financière, donc plusieurs millions ou milliards d’euros, dollars, yen, roubles etc… à disposition des Nations –et pour partie de ce Trésor, la Nation Française) pour « nos » vieux, « nos » retraités, « nos » ouvriers, « notre » pouvoir d’achat, « nos » écoles, « nos » hôpitaux, « nos » pêcheurs, « nos » chercheurs (et même déclinaison pour les Allemands, les Anglais, les Américains etc , etc…

      • maharadh maharadh 25 octobre 2008 16:56

        L’avantage, quand on tape les pauvres, c’est qu’ils ne risquent pas de partir à l’étranger.


        • chmoll chmoll 25 octobre 2008 18:15

          Docteur en philosophie, a exercé la psychanalyse à Zurich. Psychothérapeute, il est une des figures principales de l’« Ecole de Palo Alto 

          vas t’en voir l’doc a écrit un livre, comment reussir à échouer

          doc a ta naissance, l’toubib a du taper sur ta tète au lieu de ton cul


          • ZEN ZEN 25 octobre 2008 19:29

            Bonjour TTO

            Intéressant de lire un ancien trader faire maintenant la critique de la quantophrénie(terme inventé par le sociologue Gurvitch, je crois) en économie, qui a contribué à produire l’aveuglement et la déroute que l’on sait...

            -"Plus la finance est mathématisée, plus c’est du baratin"-

            Nassim Nicholas Taleb



            • ZEN ZEN 25 octobre 2008 19:35

              Merdum,ça marche pas...Je reproduis une partie de son discours iconoclaste :

              LaTribune.fr - Nassim Nicholas Taleb : "Plus la finance est mathématisée, plus c’est du baratin" 			 			 			 			 Nassim Nicholas Taleb : "Plus la finance est mathématisée, plus c’est du baratin" 			 			 			 									

              Votre ouvrage "le Cygne noir" est assez distrayant. Parfois un peu méchant. Quels enseignements peut-on en tirer ?
              L’enseignement numéro un est d’identifier les situations dans la vie où on a tendance à être le dindon de la farce. Vous connaissez peut-être l’histoire de la dinde et du boucher. Pendant mille jours, la dinde va être nourrie tous les jours. Le mille et unième jour, juste avant Noël, ou Thanksgiving pour les Américains, la dinde ne sera pas nourrie. Cela sera une surprise pour la dinde, mais pas pour le boucher. Je voudrais éviter d’être la dinde, ou plutôt me rapprocher de la connaissance du boucher. Nous avons en nous un mécanisme qui nous rend particulièrement dupe devant un monsieur qui porte un habit. Quand on regarde l’histoire de la médecine, on s’aperçoit que l’Académie a été la plus dangereuse pour les patients, pas les petits chirurgiens qui accompagnaient les soldats. Personne n’a osé contester l’autorité du grand médecin en habit qui ordonnait des saignées.

              En tant qu’ancien praticien des marchés, avez-vous aujourd’hui identifié des hommes en habit dans la finance ?
              En numéro un, les économistes. Les standards scientifiques des économistes sont tellement faibles que leurs papiers ne sont généralement pas réplicables. Cela va de pair avec les gens qui font du risque mathématique, qui appliquent des méthodes d’ingénierie mathématique aux risques des marchés. Ils pensent pouvoir donner une mesure de risque comme on mesure une température, et ils sont convaincus de la pertinence de leur modèle. Votre grand-mère pourrait faire aussi bien sur les mêmes instruments financiers !

              En décembre 2007, l’Ecole supérieure de commerce de Paris vous a engagé pour parler devant le comité exécutif d’une grande banque française. Vous ne voulez pas la nommer, mais ses couleurs sont rouge et noir. Que s’est-il passé ?
              J’ai exposé ma thèse, puis j’ai demandé à l’assistance, au comité exécutif combien d’entre eux utilisaient les méthodes charlatanesques comme le ratio de Sharpe et la valeur en risque ("value at risk"). Ils ont presque tous levé la main. Après leur avoir donné mon avis, j’ai senti une certaine hostilité envers ma personne. On voyait facilement qu’ils pensaient maîtriser leur risque. C’est le symptôme classique d’une organisation qui ne comprend pas ses risques. Lors du dîner, personne ne voulait s’asseoir à côté de moi.

              Quand on lit les rapports annuels des banques, on découvre 5, 10, 15 pages, voire plus, d’explications sur le contrôle des risques. Est-ce du baratin ?
              C’est du baratin. Quand vous avez un fort effet de levier, si vous basez vos risques sur des méthodes scientifiques, c’est du baratin. Plus la finance est mathématisée, plus c’est du baratin. Moins c’est prestigieux, moins c’est du baratin. La comptabilité, ce n’est pas du baratin. La statistique financière, c’est du baratin. Les gens ne le perçoivent pas car, pour faire des statistiques financières, il faut porter un habit.

              Pourtant, certains chercheurs ont formalisé le contrôle des risques...
              Ce sont plus que des charlatans, le premier d’entre eux étant Harry Markowitz. J’ai montré que tout ce qui dépend du calcul d’inspiration gaussienne ne marche pas. Je l’ai dit en 1998 (crise financière russe, après la crise financière asiatique), et je l’ai redit depuis : Harry Markowitz et Myron Scholes sont des charlatans.

              Existe-t-il des méthodes permettant aux banques de contenir le risque ?
              Oui. Avant le krach de 1987, les gens étaient plus prudents et pragmatiques. Ils ne se basaient pas sur des estimations d’événements rares, et cela marchait très bien. En 1987, on a commencé à donner aux traders des méthodes basées sur une évaluation des probabilités. En octobre, on a eu un krach. Par la suite, Markowitz a reçu le prix Nobel et cela a renforcé sa crédibilité. Le problème aujourd’hui est que sa théorie du portefeuille est enseignée à 150.000 personnes chaque année. Par ailleurs, dans les universités, ceux qui enseignent ne sont pas des praticiens de marché. Vous obtenez une situation où un prof de 35 ans enseigne Markowitz à des étudiants parce que c’est plus facile que de passer par une approche empirique.

              Faut-il tout jeter dans l’enseignement financier ?
              L’Europe est mieux lotie que les Etats-Unis, car on y apprend encore l’économie politique, qui est un enseignement basé sur des choses pratiques. Certains enseignements basés sur le calcul probabiliste du risque sont à jeter, et cela représente 80 % de la finance moderne. En revanche, il faut conserver l’enseignement concret de la comptabilité.

              Comment qualifier la gestion des risques dans les banques ?
              C’est un mirage. Les gens font des projections théoriques à partir d’événements qui doivent n’avoir lieu que tous les mille ans ou les dix mille ans, alors que la finance moderne n’a que quinze ans d’existence ! Dans les produits dérivés, 90% du compte de résultat d’un trader peut être réalisé en un jour. Les banques ont 2 comptes de résultat : celui qui vient de la marge d’intérêt du compte courant de votre belle-mère et celui qui vient de la gestion du risque. En 1982, les banques américaines ont perdu en un seul mois tout l’argent gagné dans leur histoire. Elles l’ont encore fait en 1990-1992 et elles viennent de perdre 1.400 milliards de dollars, soit beaucoup plus que ce qu’elles ont gagné au cours de toute leur histoire...

              Les méthodes mathématiques de calcul des risques ont-elles des propriétés aveuglantes ?
              La chose la plus dangereuse que j’aie découverte auprès des banques est que plus un établissement possède de risk-managers mathématiques et plus il est en risque. Comme ces méthodes ne marchent pas, les gérants vont quand même se sentir à l’aise parce qu’ils auront l’impression d’avoir quantifié le risque. Je démontre dans mon livre que lorsqu’on donne un chiffre à quelqu’un, il se sent automatiquement à l’aise. Or, si vous n’êtes pas sûr de ce chiffre, vous allez causer une montée de la prise de risque de cette personne qui ne sera pas compensée par le chiffre que vous lui avez donné....."



            • finael finael 25 octobre 2008 20:25

              Je suggère l’ablation de tout !


              • JONAS JONAS 26 octobre 2008 20:58

                Finaël,

                Vous vous êtes trompé d’article dans votre réponse ?

                Vous parlez sûrement des violeurs récidivistes… !

                Bonne soirée.


              • Lisa SION 2 Lisa SION 2 ( le retour ) 25 octobre 2008 22:52

                " Votre grand-mère pourrait faire aussi bien sur les mêmes instruments financiers ! avez vous écrit,

                Nos grands parents, c’est vrai spéculaient avec la terre du potager. Si j’installe ma haie de haricots au nord, elle ne fera pas d’ombre aux tomates qui pourront ainsi profiter pleinement du soleil, si derrière la haie, il y a une allée et un mur de pierre, il va restituer toute la chaleur accumulée dans la journée. Mais surtout, ils n’étaient pas sensibles au baratin, comme le décrit très bien le lien de Zen. Pourtant, on peut trouver les deux extrèmes, la grand mère qui baratine sa petite fille à faire un emprunt pour équiper la maison d’un écran plat, et le petit fils qui profite de sa grand mère jusqu’à lui voler des chèques...


                • morice morice 25 octobre 2008 23:11

                   En fait, on nous vend du vent. On le constate avec cette histoire d’épargnant qui a voulu tout retirer en petites coupures . il n’a pas pu. La banque n’avait pas ses sous, et pire encore : ne pouvait assurer le transport jusque chez lui de la cinquantaine de kg de papier que ça faisait..  trop drôle je trouve. Le mec est Charentais : il attendait ses sous dans ses pantoufles ?  il attendra Noel !


                  • Pourquoi ??? 26 octobre 2008 08:11

                    Moi j’y comprends toujours rien.

                    J’ai entendu hier que le gouvernement allait emprunter aux milieux financiers pour prêter aux banques.

                    Ah bon ? C’est pas les mêmes ?

                    Qui aura enfin pitié de moi et écrira "les solutions de Tsarkomondialissimo expliquées aux nuls" ?


                    • Claude Simon Tzecoatl 26 octobre 2008 10:02

                      C’est assez simple, hum :

                      L’état n’a pas le droit d’émettre d’argent, donc afin de redonner confiance aux banques, empruntent auprès de celles-ci puisqu’elles sont les seules à avoir droit d’émettre de la monnaie, et rentrent dans leur capital afin d’améliorer leur ratios prudentiels. Ainsi, les situations des banques sont solides de retour, peuvent recommencer à prêter.

                      C’est une belle manip, je dois l’avouer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès