• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Crise ultime sur fond d’écran...

Crise ultime sur fond d’écran...

Les jours de la « société marchande » sont-ils comptés une bonne fois pour toutes ? Pour avoir questionné le « travail » et l’insuffisance systémique de revenus qu’il assure face au poids mort du « capital fictif » qui ne produit que de la souffrance, Robert Kurz en était convaincu.

 

Le philosophe allemand Robert Kurz (1943-2012) a été jeté au monde non pour y « faire carrière » ou s’y faire une « place au soleil » mais pour balancer ses pavés - dont L’Effondrement de la modernisation (1991) et Le Livre noir du capitalisme (1999) - contre la vitrine clinquante de notre société - ou plutôt le côté sombre de ce qui est censé « faire société ».

Mais pourquoi diable, se demandait-il, les hommes se sacrifient-ils à des abstractions comme « le travail » ou « l’argent » ? Surtout dans une « société du travail » qui n’a plus ni « travail » (vraiment payé...) ni « argent » à leur offrir ? Ne faudrait-il pas commencer par se libérer du « travail », au lieu de s’imaginer en dépendre, puisque celui-ci, non seulement ne permet plus de vivre mais ne donne plus sens à l’existence – et, parfois, tue ?

Toute sa vie, Robert Kurz a recensé les impasses de la « pensée de gauche » comme du marxisme traditionnel qui prétendaient « offrir une alternative au système économique dominant ». Le « travail » lui paraissait une « valeur » si abstraite qu’il n’y a jamais touché. Mais il a beaucoup écrit sur la question- enfin sur le processus « capitaliste de destruction du monde ». S’il n’a pas consenti à une « carrière » universitaire, il a été chauffeur de taxi ou travailleur de nuit en imprimerie pour mener à bien sa grande affaire jusqu’à sa mort prématurée, due à une erreur médicale (?) : la critique de l’économie politique.

Les éditions l’échappée éditent La substance du capital, un essai publié sous forme d’un article en deux parties dans les deux premiers numéros de la revue Exit ! (2004 et 2005). Pour le philosophe de Nuremberg, le travail n’est rien d’autre que la « substance du capital » - enfin, « le côté abstrait du travail », sans contenu, qui « donne sa valeur aux marchandises ». Dans sa préface, Anselm Jappe rappelle : « La valeur prend une forme visible dans l’argent. Le fait, facilement observable, que la production ne sert pas essentiellement à satisfaire les besoins humains mais à augmenter la quantité de valeur investie – ce qui crée le profit – n’est pas dû d’abord à « l’avidité » de la classe dominante, mais à la logique de la valeur médiatisée par la concurrence sur les marchés ».

 

L’avenir a-t-il besoin de nous ?

 

En son temps, Karl Marx (1818-1883) annonçait « l’effondrement du capitalisme » sous le poids de ses inconséquences et de ses contradictions. Quelques « crises », krachs, dépressions et guerres plus tard, il serait vain de s’illusionner davantage sur la fin de « l’horreur économique » par le seul effondrement du taux de profit : « Les êtres humains pourraient en principe s’émanciper sans attendre que le capitalisme s’effondre  ». Car enfin, cet effondrement-là tant annoncé « n’a rien d’une incontournable condition préalable à l’émancipation ». Mais le sursis qui perdure peut « constituer un environnement social propice au penser et à l’agir émancipateurs si jamais la transformation émancipatrice tarde trop et donne au capitalisme l’occasion d’un plein développement de ses contradictions internes  ».

En d’autres termes, le « capitalisme » a atteint ses « limites absolues » et suit une pente descendante que plus aucun artifice ni « innovation » ne lui permettront de remonter – les licornes ne font plus fantasmer... Et pourtant, il faut continuer à « faire comme si » la substitution du « capital fictif » (le crédit) à « l’économie réelle » pouvait distribuer de vrais revenus pour assurer un débouché à la production de biens et services : peut-on emprunter à son avenir ? D’ailleurs, l’avenir a-t-il besoin de nous ?

Quand le « capitalisme » ne peut plus réaliser ses « profits » que par une « simulation » c’est-à-dire par la spéculation, « l’argent » n’est plus qu’une « anticipation de profits futurs espérés » basée sur la « confiance » d’ « acteurs économiques » trop nombreux à toucher sans produire... Autant dire que la prolongation artificielle d’une « société du travail » sans plein emploi et de « consommation » sans vrais revenus ne résistera pas à un prochain « événement de crédit »...

On peut toujours rêver du « Grand Soir » mais tant que la « société humaine n’aura pas pris conscience de sa nature d’ « association d’individus libres » pour mener une réflexion collective sur les conditions et les conséquences de son agir social et décider librement, consciemment, de la réalisation de ses possibilités, les systèmes d’engrenages continueront à se durcir en schémas d’action aveugles, en la matrice d’une « nature seconde » qui s’autonomise face aux individus et leur apparaît comme une « chose là dehors »...

Anselm Jappe éclaire la pensée de Kurz dans un brillant exercice de haute fidélité rappelant « la fin de la politique » : « Dans une société basée sur le fétichisme de la marchandise, le pôle politique n’a pas d’autonomie face au pôle économique  »... Les individus de notre postmodernité désenchantée n’ont-ils pas intériorisé les « contraintes capitalistes » jusqu’à les trouver « naturelles » jusque dans l'élimination de la "concurrence" ?

S’il est évident que la technosphère tue la biosphère, pourquoi ce matraquage d’éco-alarmisme et ces invocations à la « morale » écologique si c'est pour poursuivre à marche forcée « l’extension de l’espace-temps gestionnaire et de sa logique réductionniste à tous les domaines de la vie » ? Pourquoi consentir à la transformation de la biosphère et de la « civilisation » en un désert livré à une « intelligence artificielle » dominant un monde « réduit à ses propriétés physico-chimiques » ?

Pour Kurz, « l’anticivilisation capitaliste se montre fascinée par la planète Mars au point d’en faire la cible privilégiée de ses expéditions spatiales ». Car la planète rouge « représente exactement le désert physique en quoi le travail abstrait et son espace-temps s’apprêtent à changer la Terre  ».

Il a vécu juste assez longtemps pour voir la prolifération des étendues de terres mortes et d’eaux mortes et écrire sa part d’un récit d’émancipation, au-delà de l’universelle difficulté d’être en vie et du choix de la gagner, sa vie - ou pas.

Robert Kurz, La Substance du capital, éditions l’échappée, collection « versus », 288 p., 19 €


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • kimonovert 21 octobre 08:59

    Vous reprendrez bien un p’tit délire du lundi matin ! Un peu court le Kurz...


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 octobre 09:27

      Robert Kurz a recensé les impasses de la « pensée de gauche » comme du marxisme traditionnel qui prétendaient « offrir une alternative au système économique dominant ».

      Je ne vois pas très bien ce que ce grand penseur Robert Kurz propose comme alternative au capitalisme ?? Critiquer, c’est bien, proposer, c’est mieux.

      Il me semble pourtant que la Chine, avec son « communisme -capitalisme d’état », a bien trouvé "une alternative au système économique dominant », qui ne marche pas si mal que ça. Démocratie locale mise à part.

      Cuba et le Venezuela, sans les sanctions américaines, pourraient servir d’exemples aussi. Chavez avait réussi à sortir son peuple de la faim.

      La participation de la population aux décisions au Venezuela pourrait servir d’exemple aussi : « La Commune, coprésidente du Venezuela »


      • Arogavox 21 octobre 09:52

        @Fifi Brind_acier
        « Démocratie locale mise à part. »  !!
        « communisme -capitalisme d’état » ?  non ! : ce n’est de l’aveu-même des successeurs du « Grand Timonier » (sur-apparatchik céleste en chef) qu’une étape à durée limitée planifiée pour une durée à l’échelle de ce pays-continent ; durée rouge qui outrepasse largement les petits « plan quinquennaux » sans envergure de l’horizon à court terme de nous-autres occidentaux !


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 octobre 11:31

        @Arogavox
        Je n’ai pas tout compris dans les étapes dont vous parlez.


      • lephénix lephénix 21 octobre 19:17

        @Fifi Brind_acier
        certes, il s’est d’emblée situé en-dehors et préconisait de ne pas attendre sa chute pour se mettre à créer des noyaux de redémarrage vers d’autres « utopies » réalistes et praticables  il a juste consenti à quelques jobs alimentaires d’infortune pour ne pas avoir à « faire carrière » dans ce système-là...
        la tragédie actuelle du Venezuela est d’avoir du pétrole en sus d’un régime peu « coopératif » avec la doxa  la France en avait certes aussi jusqu’en 70 mais elle vivait une parenthèse enchantée depuis la Libération et semble se résigner à ce qu’elle se referme...


      • Paul Leleu 21 octobre 19:41

        @lephénix

        sur la France des 30 glorieuses...

        concernant la vie en interne : on l’idéalise aujourd’hui... cette nostalgie tient en partie au vieillissement massif de la population... les jeunes actuels sont minoritaires... il s’agit surtout de la nostalgie de leur jeunesse de la part de baby-boomeurs et pré-baby-boomeurs... et qui infusent leur nostalgie dans le discours dominant.

        concernant la situation géopolitique : la France de 1945 a bénéficié d’un contexte historique particulier. Elle avait encore un empire colonial, une puissance militaire, industrielle, démographique, intellectuelle a négocier. En outre, elle apportait son apoint au bloc occidental (malgré les rodomontades très surjouée du père De Gaulle). La nomination de la France au Conseil de Sécurité donna la majorité de fait à l’ONU.

        Le sommet de la France est passé dépuis longtemps. La France super-puissance c’est entre Louis XIV et Napoléon, Révolution comprise. C’est l’époque où les historiens la classent superpuissance. C’est aussi l’époque des « lumières » où nos philosphes refont le monde, et où tous les bobos d’Europe causent en français. Mais dès le 18ème siècle la natalité stagne. La France est le premier pays du monde à faire sa transition démographique. Au cours du 19ème siècle, elle est dépassée par l’Angleterre et surtout par l’Allemagne. En 1904, la France renverse son orientation séculaire, en signant l’Entente avec l’Angleterre. Désormais, les français serviront de chair à canon aux anglo-américains dans leur lutte contre l’Allemagne (ce sont les 2 guerres mondiales). Cette position de « premier valet » nous a valu certains privilèges, mais c’est tout.


      • Arogavox 21 octobre 21:13

        @Fifi Brind_acier
        les étapes du plan à long terme des nouveaux timoniers de l’empire du Milieu ?
          la fin de ce que vous appelez « communisme -capitalisme d’état »  a été planifiée avant même que cette période ne commence ; l’étape d’après (je ne me souviens plus de l’année exacte donnée à la TV française par un de ces Très-Haut chinois) sera une reprise en main inflexible de l’idéologie communiste de base !


      • lephénix lephénix 21 octobre 21:29

        @Paul Leleu
        c’était aussi le contexte de la reconstruction  de l’aveu de fourastié, son expression « les trente glorieuses » était bancale  après un cycle de « destruction schumpeterienne »...mais les guerres royales et impériales n’ont pas fait rayonner la France outre mesure...
        oui, « chair à canon » et puis « chair à spéculation » depuis, « variable d’ajustement »  en espérant que ce cycle de « chair à canon » ne revienne plus, rêver reste permis...


      • Djam Djam 21 octobre 22:36

        @Fifi Brind_acier

        Kurz n’a jamais la prétention de proposer une « alternative », il a essentiellement décrit ce qui se déroule sous nos yeux : un lent mais inexorable effondrement du capitalisme artificiel totalitaire. Certes, cette hydre a encore quelques années devant elle, mais c’est juste une question de temps.

        Quant à la Chine, bien que cet immense pays peuplé de milliards d’individus dont la mentalité n’a strictement rien à avoir avec celle de l’occident, je vous suggère de lire le dernier livre d’un certain Kai-Fun LEE, ex Dirigeant de Google China (« I.A. La Plus Grande Mutation de l’Histoire » (Ed. Les Arènes).

        L’auteur y décrit comment vit réellement la Chine et les chinois depuis qu’ils se sont emparé des avancées technologiques pour les développer selon un mode de travail qu’aucun occidental ne peut intégrer. Ce qui permettra à très court terme à la Chine de devenir inévitablement le géant de demain en terme de vitesse de développement.

        Ce qui se déploie en Chine n’est en aucun cas une alternative mais plus prosaïquement la prolongation super efficace d’un système de techno-capitalisme qui fascine complètement les chinois.

        C’est l’implosion globale, inévitable à présent, qui neutralisera cet enfer. La question n’est pas de savoir si elle va se produire, mais quand.



      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 octobre 08:29

        @Djam
        C’est l’implosion globale, inévitable à présent,


        Implosion monétaire, sans doute.

        Si je suis d’accord avec la baisse tendancielle des taux de profits, je constate que le capitalisme a appris à survivre, et plutôt bien.

        Quand les marchés ont été saturés, il a inventé la mode : on achète et on jette.

        Puis l’obsolescence programmée : on achète et on jette encore plus vite.

        Maintenant, il s’est entiché du CO2, et s’est repeint en vert :
        jetez votre voiture et achetez en une électrique et modifiez tous vos modes de consommation : jetez et achetez écolo. IKEA est champion à ce jeu là.

        Et si cela ne suffit pas, il a recours à la guerre : on détruit et on reconstruit.
        En plus, ça supprime des bouches à nourrir, tout bénéfice !


      • Arogavox 21 octobre 09:35

        « Ne faudrait-il pas commencer par se libérer du « travail », au lieu de s’imaginer en dépendre, puisque celui-ci, non seulement ne permet plus de vivre mais ne donne plus sens à l’existence – et, parfois, tue ? »

        Cela avait pourtant été détaillé, de façon claire et concise par le logicien auteur de « éloge de l’otium » (Bertrand Russell)

        « Ainsi, il est assuré que le loisir inévitable causera la misère partout, au lieu d’être une source universelle de bonheur. Que peut-on imaginer de plus fou ?.. »


        • kimonovert 21 octobre 10:51

          On nous a gonflé pendant mes études au long des années 60...(Après j’ai fait métro, boulot, dodo...)...pendant les cours de « français/philo » d’un concept en vogue « société des loisirs »...un livre à la couverture rouge...bref un peu avant 68 ! En étant pragmatique, 8 heures de boulot ça occupe à autre chose que la contemplation émue de son nombril... Faites « Pascal » puis « travail » sur Google et vous avez la réponse...

          https://la-philosophie.com/philosophie-de-pascal https://la-philosophie.com/pascal-le-divertissement

          400 ans ont passé...c’est toujours vrai, mon Blaise ! https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Blaise_Pascal


          • Ruut Ruut 21 octobre 15:45

            @kimonovert
            Sans temps libre ou salaire confortable pas de loisir.
            Le reste c’est du vent.
            Dans les faits nous avons rarement les 2.
            Et lorsque nous sommes encore en vie et en pas trop mauvaise santé pour l’avoir (pension) tout est fait pour nous l’interdire (repousser l’Age de la pension ou son montant).


          • Raymond75 21 octobre 11:12

            Effondrement de ceci, effondrement de cela, fin de ceci, fin de cela ... Depuis le temps que des intellectuels nous prédisent l’effondrement de la société, les seules choses qui se sont effondrées sont les idéologies qui prétendent bouleverser les sociétés et le comportement humain.

            Ne subsistent encore que les plus répressives, ce qui ne fait que signifier leur fragilité.

            Il y a quelques contres exemples, ce sont des micro-sociétés fermées et de volontaires qui partagent la même vision du monde et sont prêts à se soumettre à une forte discipline collective, tel les monastère ou les Hamishs. Je n’ai pas envie de vivre dans un monastère ...


            • lephénix lephénix 21 octobre 19:10

              @Raymond75
              les chroniqueurs romains se sont répandus en considérations sur l’effondrement et la chute de rome bien avant l’arrivée d’alaric en 410  ce sont des choses qu’ils sentaient à partir du sentiment d’abandon du peuple par ses élites, la falsification de la monnaie, etc
              une fin de cycle, ça se sent toujours et sa durée s’étale sur deux à trois générations avant l’effondrement annoncé si longtemps à l’avance  pas besoin d’être voyant pour constater que nous sommes arrivés au bout de ressources vitales près d’un demi-siècle après les avertissements du Club de Rome...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès