• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Critique du livre « La Laïcité, une exception menacée » de Jean-François (...)

Critique du livre « La Laïcité, une exception menacée » de Jean-François Chalot

Critique du livre "La Laïcité, une exception menacée" de Jean-François Chalot

JPEG

à l'heure où j'écris ces lignes on peut aisément parler d'un vent de folie qui s'empare des médias, en rapport avec l'affaire de Trappes (les menaces contre un professeur de philosophie dénonçant l'emprise de l'islamisme sur les élèves) et ses incidences diverses (position politique très schématique et manichéenne de JL Mélenchon, spectacle de clown du maire de Trappes, gros titres sur le séparatisme sur les écrans, chasse aux sorcières contre "l'extrême-gauche", etc.). On en arriverait presque à oublier le chaos gouvernemental sur le traitement de l'épidémie de COVID et les nombreuses atteintes, au nom de cette même épidémie, au droit du travail et aux acquis des travailleurs...

Dans ce contexte, le livre de JF. Chalot et co-auteurs, vient nous rappeler à juste titre, que le problème central aujourd'hui, le fil à plomb pourrait-on dire, n'est pas le "séparatisme" (vague concept évoquant tout et son contraire) mais bien le respect de la laïcité, ce bien incontournable et consubstantiel à nos valeurs républicaines, quel que soit notre camp politique. Dans ce sens, il est bon de revenir aux sources et de comprendre ce qu'est notre histoire et son enseignement démocratique, pouvant profiter à tous, aussi bien croyants que non-croyants. La conception du livre, par ailleurs aisé à lire, aux polices et au format agréables, découpé en chapitres clairs, repose sur l'écriture de textes à plusieurs voix, ce qui permet au lecteur critique de co-construire son propre point de vue à la lumière des consonances ou des dissonances des différents articles.

Car cet ouvrage collectif fait cohabiter des dissonances dans ce livre, volontaires cependant,  mais elles sont intéressantes car elles conditionnent la réflexion et participent du nécessaire débat entre nous, les gens "de gauche", laïques, républicains et militants ouvriers ;

On sent bien, en parcourant les articles des uns et des autres, que le processus pour mieux comprendre et mieux agir, face à l'islamisme et à sa remise en cause de la laïcité, est lancé et que nous arrivons au point où nous devons confronter notre analyse avec le processus actif d'islamisation et de division qui se pose à l'ensemble de la société, au risque de nous mener vers la guerre civile.

 

J'ai beaucoup aimé ce livre, tout en en relevant deux positions de certains auteurs qui, pour moi, font débat :

- "l'islam n'est pas l'islamisme"... certes mais le lien est direct, l'affaire Samuel Paty et la récente affaire de Trappes nous le démontrent aisément, me semble-t-il. le "bon cœur" de mon camarade JF Chalot et sa positivité psychologique face aux musulmans dits "ordinaires" que je salue au passage ne doivent pas nous faire oublier que beaucoup de musulmans auraient tout à gagner à se dégager de l'emprise du salafisme et des thèses coraniques via le retrait du voile, symbole fort ; aider un musulman c'est d'abord l'aider à retirer ce signe vécu souvent comme une sorte de pénitence obligée (être conforme à sa "communauté"). Le voile chez les musulmans c'est un peu comme la tête de l'autruche dans le sable pour nos concitoyens non musulmans de la majorité française... Il ne s'agit pas de "changer" la tête des gens mais bien, par une position non ambigüe de l'Etat, de construire des rapports sociaux facilitant le dégagement individuel des tutelles morales, religieuses ou idéologiques.

- "les accompagnatrices scolaires peuvent être voilées". Comment souscrire à cette sorte de marché de dupes consistant à ne pas "stigmatiser" les mères musulmanes et à oublier que les enfants non musulmans sont encadrés par des personnes connotées religieusement. Ce débat du reste ne provient que du fait que l'on n'a jamais mis en avant la seule revendication qui permette d'empêcher le prosélytisme (fût-il inconscient) : les accompagnants scolaires devraient être des agents publics rémunérés et qualifiés à cet effet !

 Jean-Marie Bonnemayre, à travers son article "la laïcité et le CNAFAL" se prononce pour l'interdiction du voile, contrairement à JF Chalot ou C. Fourest. Tous cohabitent dans un même esprit : défendre la laïcité, c'est là l'essentiel.

Guylain chevrier nous rappelle à juste titre, à propos de la curieuse complicité entre des féministes et des militants de l'islam politique, dont le refus de notre république est le seul lieu commun, qu'on "monte les uns contre les autres pour nous faire oublier que le conflit fondamental demeure celui entre le capital et le travail". Ce rappel est indispensable autant pour lutter contre la division sociale que pour la défense de la laïcité qui demeure un principe révolutionnaire.

On aura loisir, aussi, dans ce livre d'aller au-delà des "idées" et des "points de vue" pour réviser l'histoire et les textes relatifs à la "guerre scolaire" (Eddy Khaldi). D'autres articles seront aussi intéressants à découvrir (il y en a 18 !).

 

Ce livre, abordable en prix (15€) est une bonne référence pour un militant laïque intellectuellement honnête ; je vous le recommande !

Patrick Loiseau


Moyenne des avis sur cet article :  2.65/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 15 février 10:38

    Vous auriez surement plus de profit en lisant la bible, et en plus vous risquez d’attraper la vie éternelle sans pouffer rire.


    • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 15 février 12:24

      @Daniel PIGNARD
      L’ennui, c’est qu’à une certaine époque il était interdit de lire la Bible sans le truchement des prêtres soumis au Vatican. Des protestants ont appris douloureusement ce qu’il en coûte de lire la Bible seul à la maison !


    • Pascal L 15 février 18:05

      @Jean J. MOUROT
      La première Bible traduite en Français est largement antérieure à la réforme protestante et était possédée par un laïc. Il faut dire qu’avant l’invention de l’imprimerie, l’accès à une Bible n’était pas à la portée de toutes les bourses. Les prêtres avaient au moins l’avantage d’avoir fait des études et rendait cette connaissance accessible. Dire qu’il étaient soumis au Vatican nous montre une profonde méconnaissance des mécanismes de contrôle dans l’Eglise. Le Vatican a pour mission principale de maintenir l’unité de cette Eglise et le contenu des dogmes est l’expression de la communauté des Evêques qui décident par consensus. Il ne s’agit en aucun cas d’un pouvoir absolu mis entre les mains d’une oligarchie. Les Evêques n’étaient pas tous des saints, en particulier ceux que l’Etat français a nommé, mais les mécanismes mis en place permettait de compenser le risque d’absolutisme. Le consensus limite bien plus les risques de déviation qu’un vote majoritaire.
      Si les protestants ont été les premiers à utiliser les possibilités offertes par la technologie pour mettre la Bible à la portée de tous, ils ont aussi fait des erreurs qui ont été exploitées dans toutes les luttes de pouvoir de l’époque. Tous les pouvoirs temporels ont cherché et cherchent encore à posséder le pouvoir spirituel pour durer.


    • Yann Esteveny 15 février 19:37

      Message à Monsieur Pascal L ,

      Les commentaires d’Agoravox m’on permis de comprendre pourquoi la lecture de la Bible ne fut pas laissé aux laïcs pendant plusieurs siècles où schismes et hérésies menaçaient l’unité de l’Eglise.
      Lorsque l’on lit la somme de bêtises écrites sur les religions sur ce site à une époque où les accès à des savoirs encyclopédiques sont possibles, il est possible de comprendre que la Parole de Dieu se mérite avant de pouvoir être entendue. La Bible n’est pas un livre qui s’ouvre à tous.

      Respectueusement


    • Eric F Eric F 16 février 10:15

      @Jean J. MOUROT
      Les textes bibliques lus pendant les offices étaient une sélection sans les redondances, anecdotes, préceptes de droit anachronique, violences... Finalement un peu comme le Bible de Jefferson.


    • jocelyne 15 février 10:40

      On a dèja eu 4/5 articles sur ce livre, attendons l’intervention de CF à moins que ce ne soit celle-ci ?


      • Étirév 15 février 10:50

        « La Laïcité, une exception menacée », peuchère !
        Ce que cache, historiquement, la lutte entre laïques et religieux est la lutte pour le pouvoir.
        Pendant que les plus audacieux s’emparaient du pouvoir religieux, d’autres formaient un parti d’opposition, un pouvoir laïque, en perpétuelles luttes avec les premiers, et toujours leurs discordes avaient pour prétexte « la Vérité » que ni les uns ni les autres ne possédaient.
        Les Prêtres prétendaient l’enseigner, en se basant sur une tradition qu’ils avaient altérée. Les laïques leur montraient leurs erreurs et voulaient substituer à leurs dogmes des dogmes nouveaux, fondés sur des hypothèses forgées de toutes pièces dans leur imagination et qu’ils enseignaient au nom de la raison, quoique ces dogmes laïques, instables du reste, n’avaient pas plus de valeur que ceux des Prêtres. Ils en avaient même moins parce que, au fond du dogme religieux, on retrouvait la science antique, l’Absolu féminin, tandis que dans la science des hommes cet Absolu, quand on l’apercevait, était condamné au nom de la raison de l’homme qui créait le relatif. En réalité, ces luttes n’avaient qu’un but : conquérir le pouvoir en dirigeant l’Instruction publique et en enseignant aux jeunes générations que le gouvernement des vainqueurs était le meilleur des régimes.
        Pour répandre l’histoire ainsi écrite, ces vainqueurs créaient un enseignement obligatoire dans lequel ils ne manquaient pas d’avilir leurs ennemis, ceux qu’ils avaient vaincus et qu’ils représentaient toujours comme des barbares ou des gens de mauvaises mœurs. Eux-mêmes se représentaient comme des sauveurs apportant tous les progrès.
        Et il faut bien remarquer que c’est toujours quand la Vérité est altérée, cachée, quand l’erreur triomphe, qu’on en impose l’étude à la jeunesse.
        L’histoire du XXème siècle en est l’exemple le plus récent et le plus criant.
        L’histoire, qu’elle soit enseignée par des Prêtres ou par des laïques, n’est qu’un tissu de mensonges. C’est ce que Michelet a compris quand il a dit :
        « L’Histoire tombera et se brisera en atomes dans le courant du XXe siècle, dévorée jusque dans ses fondements par ceux qui rédigent ses annales. »


        • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 15 février 12:26

          @Étirév
          S’il est vrai qu’historiquement le combat laïque a été pour une bonne part une lutte pour le pouvoir, la laïcité ne s’appuie sur aucun dogme et c’est pourquoi les laïques peuvent avoir des opinions divergentes sur certains problèmes (le voile des accompagnatrices scolaires par exemple)


        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 15 février 12:39

          @Jean J. MOUROT

          Faux ! La laïcité s’appuie sur plusieurs dogmes antichrétiens que sont l’antiracisme, l’anti-homophobie, la promotion de l’avortement et de la pilule, le sémitisme, la lutte contre le négationnisme, la théorie de l’évolution et l’anti-créationnisme qui va avec, l’anti-nationalisme, le cosmopolitisme, etc…


        • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 15 février 14:51

          @Daniel PIGNARD
          Tout ce que vous dites n’a rien à voir avec la laïcité !


        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 15 février 15:56

          @Jean J. MOUROT
          Bien sûr que si puisque la laïcité dit en substance : Il n’y a pas de religion plus élevée que les autres, ou autrement dit, il n’y a pas de vérités, ou autrement dit, il n’y a pas de mensonges et tout est à égalité en valeur.
          Ceci ne peut évidemment être vraie, donc la laïcité préfère les ténèbres à la lumière.


        •  C BARRATIER C BARRATIER 15 février 17:57

          @Étirév
          « Lhistoire enseignée par des Prêtres ou par des laïques » Pourquoi ce « ou », un prêtre peut en même temps être un laïque, dans le livre examiné par Loiseau il y en a des exemples, et même celui du primat des Gaules Barbarin qui était laïque et doit le rester maintenant qu’il a quitté Lyon.
          Pour quoi ce P majuscule à prêtres qui est un nom commun ?
          Les détails de l’écriture ont leur importance. Souvenez vous en Etirrév quandvous écrirez à votre tour un livre


        • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 15 février 18:12

          @Daniel PIGNARD
          Et pour vous, bien sûr, la vérité se trouve dans les évangiles...
          On peut la chercher – et peut-être la trouver – ailleurs !


        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 15 février 19:33

          @Jean J. MOUROT
          Eh bien citez-nous un livre qui explique mieux que la bible la création du monde avec ses grands faits (déluge, dérive des continents, arrêt de la terre par deux fois, écartements de la Mer Rouge) et ses dates ?


        • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 17 février 02:38

          @Daniel PIGNARD
          Il n’y a que la foi qui sauve ... au moins ceux qui ne font confiance ni à la science, ni à la raison. Vous pouvez lire aussi les prophéties de Nostradamus toujours vérifiées mais après la réalisation de ses annonces ou encore l’horoscope de votre hebdomadaire. 


        • cyrus Le Canard Déchainé 17 février 02:42

          @Danièle Dugelay


          Danièle Dugelay 7 décembre 2007 15:59

          Vous avez tout à fait raison. Je n’ai pas classé ces informations par leur gravité, mais simplement noté ce qui me semblait relever d’une atteinte à la loi de séparation des Eglises et de l’Etat, au moins en ce qui concerne la France. En ce qui concerne la citation de Nicolas Sarkozy, j’ai volontairement écrit entre guillemets le mot « croyances », car quand une croyance n’est pas une religion, je pense que cela ne peut être que le fait d’une secte. Quant aux obsèques de Lustiger, n’importe quel individu a le droit d’y assister à titre personnel. En l’occurence, le fait qu’une ministre ait été tancée par le Chef d’Etat pour ne pas y être allée m’amène à penser que les autres membres du gouvernement étaient présents es-qualité et, dans ce cas, je crois que c’est différent. Bien cordialement. Danièle Dugelay.


          > tu sort les vieux tromblon donatien furtif ... plus de munition en stock ?

        • Bendidon ... voila l'Ankou ! Bendidon 15 février 11:11

          Le dessin de première de couverture réalisé par ce Nagy est pleutre

          En haut de la porte sont dessinés les « logos » des trois grandes religions monothéistes : Islam, Christianisme et judaïsme

          Sauf que pour cette dernière le dessinateur a dessiné une étoile 5 branches au lieu d’une à 6 branches !

          PEUR du CRIFF ?

           smiley


          • Eric F Eric F 16 février 10:12

            @Bendidon
            « le dessinateur a dessiné une étoile 5 branches au lieu d’une à 6 branches »

            A mon avis, ce n’est pas un pleutre, mais un ignorant


          • Bendidon ... voila l'Ankou ! Bendidon 16 février 11:25

            @Eric F
            Et par voie de conséquence l’éditeur et les auteurs aussi car aucun d’eux n’a vu l’erreur avant le BAT (bon à tirer) ?
            Et après, tout ce beau monde vient nous parler de laïcité sans rien connaitre aux religions !
            CONSTERNANT smiley


          • simplesanstete 15 février 11:31

            Folie=faux liens ...l’oiseau, oui çà se propage rapidement & la gôchiasserie n’en peut met...encore des livres


            • Francis, agnotologue Francis 15 février 11:56

              @simplesanstete
               
               quand on veut faire savant il faut savoir orthographier correctement les expressions soutenues qu’on emploie.


            • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 15 février 12:29

              @simplesanstete
              C’est quoi la « gôchiasserie » ? Une insulte gratuite ? Vous feriez mieux de lire le livre pour le démolir ensuite si vous juger que ce qu’on y trouve est erronné.


            • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 15 février 12:30

              @Jean J. MOUROT
              ... Si vous jugez. Avec un z ! Au concours d’orthographe nous ferions match nul !



            •  C BARRATIER C BARRATIER 15 février 18:01

              Comme le souligne Loiseau, « la laïcité, une exception menacée » il y a l’expression d’avis opposés de personnes qui s’estiment réciproquement, ..c’est aussi cela la laïcité.


              • Eric F Eric F 15 février 19:09

                Le concept de laïcité étant purement français, l’islamisme politique serait donc un problème spécifiquement pour notre pays ? En fait, il s’agit davantage d’usages coutumiers en tant que marqueurs d’une identité exogène que d’une question vraiment religieuse. C’est la cohésion nationale plus que la laïcité qui est en jeu.


                •  C BARRATIER C BARRATIER 15 février 19:52

                  @Eric F
                  Bien sûr que le concept de laïcité est indépendant de la question religieuse qui n’intéresse pas pas exemple les athées majoritaires dans notre pays, mais qui sont loin d’être tous laïques ! L’islamisme politique est un problème qui dépasse la France, d’ailleurs il y a des islams politiques opposés.
                  La laïcité peut concerner les algériens, qui ont souffert de leurs intégristes musulmans qu’ils récusent majoritairement.
                  Une coutume suppose des actions particulières à un groupe, des vêtements, des régimes alimentaires. La laïcité ne présente rien de coutumier. Elle se place ailleurs, au delà.


                • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 16 février 10:19

                  @Eric F
                  Un embryonnaire mouvement pour la laïcité existe en Mauritanie...
                  https://afrique.le360.ma/mauritanie/societe/2019/10/05/28095-mauritanie-un-mouvement-lance-le-debat-sur-la-laicite-28095

                  et en Algérie :

                  "L’Algérie, en particulier, et les pays musulmans en général, représente un grand corps malade en tournant le dos à la laïcité, mais espère atteindre la modernité à reculons, comme une marche vers l’impossible. Combattre pour sauver l’âme du pays nécessite une refondation de la nation pour aller vers un meilleur avenir.

                  La laïcité est une morale dans toute sa splendeur, une valeur qui rend la société vivante et optimiste.

                  La laïcité est une chance pour l’Algérie, l’une des meilleures certainement. Et il n’y a que les rentiers de la religion qui refusent la laïcité, il n’y a que les salafistes, les forces de la décadence en somme pour refuser la sécularisation du droit civil et rendre la foi à la seule appréciation du cœur humain."

                  Tarik Djerroud , Auteur et éditeur

                  https://www.elwatan.com/edition/culture/la-laicite-une-chance-pour-lalgerie-19-05-2019


                • pierrot pierrot 16 février 15:34

                  Voici quelques « belles »paroles du dénommé Jésus telles que rapportées par la Bible :

                  La Paix : Luc 12.51 « Jésus dit » je suis venu apporter le feu sur la terre, pas la paix, mais la division« .

                  Féminisme : Paul Corinthiens 1.1 et 14 : »Malheur aux femmes qui sont enceintes et à celles qui allaitent , heureuses les stériles« .

                  Le pardon : Marc 12.32 : »le blasphème contre l’esprit ne sera pas pardonné«  

                  Marc 16.16 : »celui qui ne croira pas sera condamné« .

                  Luc 12.27 : Amenez moi mes ennemis et vous les égorgerez en ma présence ».

                  ETC des paroles abominables insupportables.


                  • Passante Passante 16 février 15:41

                    @pierrot

                    arrête je suis chockée smiley


                  • eau-pression eau-pression 16 février 15:47

                    @Passante

                    Vite au défibrillateur. Ou au gérant du stock de coke.



                  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 16 février 16:57

                    @pierrot

                    « des paroles abominables insupportables »

                     

                    Pour ceux qui sont perdus, oui, mais combien réconfortantes pour ceux qui sont sauvés.

                     

                    « Nous sommes, en effet, pour Dieu la bonne odeur de Christ, parmi ceux qui sont sauvés et parmi ceux qui périssent : aux uns, une odeur de mort, donnant la mort ; aux autres, une odeur de vie, donnant la vie. Et qui est suffisant pour ces choses ?- Car nous ne falsifions point la parole de Dieu, comme font plusieurs ; mais c’est avec sincérité, mais c’est de la part de Dieu, que nous parlons en Christ devant Dieu. » (2 Cor 2 :15-17)


                  • pierrot pierrot 17 février 16:26

                    @Passante
                    Mon propos est de montrer que les paroles « dites saintes » de divers prophètes existants ou mythiques (Jésus, Mohamed, Moïse etc.) sont pour l’essentiel le reflet de leur époque où l’esclavage, les meurtres, la torture de ses ennemis ou voleurs étaient admises.

                    Heureusement à la suite entre autres, de la philosophie des Lumières (Diderot, Rousseau, Voltaire, Kant ...) et la laïcité ont permis de sortir enfin de l’obscurantisme religieux.


                  • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 17 février 02:58

                    La messe est dite ! Les morts sont morts ou vivants ? Qui est perdu, qui est sauvé ? Pourquoi ? Le principal dans une phrase, c’est sa signification, même quand on parle en Christ devant Dieu.

                    Ne vous fatiguez pas à apprendre les livres sacrés par coeur puisque toutes les religions sont mortelles, comme les mythologies et toutes les croyances qui les ont accompagnées.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

LOISEAU

LOISEAU
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité