• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > D’Idlib à Karabakh : la Turquie allumera-t-elle une nouvelle mèche de (...)

D’Idlib à Karabakh : la Turquie allumera-t-elle une nouvelle mèche de la guerre dans le Caucase ?

La guerre est inévitable, elle ne peut qu'être retardée – au profit de votre ennemi. Malheureusement, cette thèse du penseur italien Nicolas Machiavel est applicable aux réalités actuelles autour du conflit dans le Haut-Karabagh.

L'Azerbaïdjan et l'Arménie mènent des négociations sans efforts et sans espoir de trouver un compromis politique. Cela fait longtemps que les belligérants se concentrent sur la préparation pour un nouveau conflit militaire d'envergure dans cette zone, et non sur les négociations.

L'atermoiement au profit de l'ennemi est perçu différemment à Bakou et à Erevan. La capitale arménienne est d'avis que le rival azerbaïdjanais renforce sa puissance de feu, gonfle son arsenal d'attaque avec des armements de longue portée et de précision dans l'espoir d'une blitzkrieg, d'une opération éclair au moment le plus inattendu pour l'adversaire.

Alors que Bakou pense que le profit de cet ajournement de guerre pour la partie arménienne est militaro-politique. D'un côté, Erevan a réussi en quatre ans, depuis la guerre des quatre jours (2-5 avril 2016), à renforcer significativement sa puissance d'attaque (les missiles tactiques Iskander-E, les lance-roquettes multiples Smertch, les chasseurs polyvalents Su-30SM). De l'autre grandit le soutien de la Russie, allié de l'OTSC, compte tenu de la situation actuelle dans le Sud du Caucase et autour.

Toutefois, l'Azerbaïdjan prend de plus en plus appui sur l'aide de la Turquie, qui surveille de plus en plus de près le Karabakh à chaque cycle de sa confrontation "douce" avec la Russie au Moyen-Orient. La région syrienne d'Idlib génère actuellement une escalade impliquant Ankara et Moscou.

Pour la Turquie l'escalade dans le Karabakh est intéressante à la fois à titre de ressource et d'argument dans le "troc" militaro-politique avec la Russie. Idlib se trouve près de la frontière Sud de la Turquie, et à chaque cycle d'activités militaires des dizaines de milliers de réfugiés affluent vers ses frontières. Ce dernier bastion de combattants islamistes irréconciliables et "modérés" protégés par la Turquie sans faire de distinction est devenu pour le président Recep Erdogan un point pour défendre de manière intransigeante sa position dans le dossier syrien. A ses yeux tout est très clair : il existe un ennemi en la personne de Bachar al-Assad, et il existe l'opposition armée syrienne qu'il faut maintenir en état opérationnel afin de préserver la grande zone-tampon entre Ankara et Damas à la frontière Sud.

Quant au Karabakh (un "Idlib transcaucasien" du point de vue turc), tout n'est pas aussi évident pour la Russie. En cas d'escalade majeure dans la zone du conflit dans le Haut-Karabakh, la Russie se retrouverait dans une situation extrêmement délicate, quand le "choix" d'un camp ou d'un autre risque d'entraîner de lourdes conséquences. De ce fait, la ressource et l'argument de Recep Erdogan mentionnés dans le Sud du Caucase passent d'un état de conservation à l'état opérationnel à chaque nécessité de rappeler à Moscou ce point délicat et la vulnérabilité russe qui en découle dans le Karabakh en y lançant un scénario militaire.

La semaine dernière, le président azerbaïdjanais Ilham Aliev, en opposition au premier ministre arménien Nikol Pachinian, en marge de la Conférence de Munich sur la sécurité, a conclu la conversation par une thèse déjà connue. Selon lui, les Arméniens devraient chercher sur la carte politique une autre place que l'Azerbaïdjan pour réaliser une nouvelle fois leur droit à l'autodétermination. De plus, de nouveau le dirigeant azerbaïdjanais a publiquement rejeté le modèle de règlement "paquet" proposé par Erevan, en pointant "l'absence d'alternative" du processus de paix par étapes.

Consciente de cela, l'Arménie en la personne de Nikol Pachinian pointe la nécessité pour les grandes puissances mondiales de déclarer fermement qu'il n'existe pas de solution militaire au conflit, que cette solution est exclue. La position d'Erevan est claire, et elle a déjà été approuvée par les présidents de la Russie, des Etats-Unis et de la France – pays-coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE. Il serait très opportun de rafraîchir la mémoire de Bakou concernant cette thèse, ainsi que d'envoyer à la Turquie un signal clair quant à l'inadmissibilité de saper le statu quo du Haut-Karabakh. Mais Washington et Paris ont actuellement autre chose à faire que de s'occuper du Karabakh.

Des hypothèses avaient déjà été émises auparavant concernant la période de l'éventuelle escalade autour du Karabakh. Si Bakou optait pour le scénario militaire, la décision de lancer l'offensive dans le Karabakh pourrait être annoncée dans les mois, voire dans les semaines à venir.

Le printemps de 2020 semble marquer une étape importante dans la détermination de l'avenir du pouvoir en Azerbaïdjan. Cette période pourrait également devenir déterminante dans la confrontation entre l'Arménie, le Haut-Karabakh et l'Azerbaïdjan. Le 31 mars, dans le Haut-Karabakh se tiendront la présidentielle et les législatives. L'idée d'empêcher le "régime d'occupation" (comme appelle Bakou les autorités de Karabakh) d'organiser sa campagne électorale et d'affirmer les réalités sur le terrain via une procédure démocratique dans le Karabakh est très tentante pour l'Azerbaïdjan. Le choix de l'instrument militaire pour ce faire sous le slogan du "rétablissement de l'ordre constitutionnel sur l'ensemble du territoire de l'Azerbaïdjan" s'invite. Et ce choix pourrait être vivement soutenu par Ankara, qui tente actuellement d'élaborer un nouvel algorithme dans les relations avec Moscou par rapport à la Syrie.

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1389


Moyenne des avis sur cet article :  2.13/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Dantonq 19 février 14:15

    Erdogan devrait être éliminé euh pardon « neutralisé » comme on dit aujourd’hui.

    Au lieu de s’en prendre à Solemani, les chiottes de l’Amérique aurait dû régler son compte au dictateur turc, ce type fout le bordel non seulement en Syrie, mais aussi en Lybie et maintenant au Caucase...c’est une menace qui doit être éliminée. 


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 février 00:28

      @Dantonq

      il faudrait parler de votre idée à son nouvel ami, Vladimir P


    • ZXSpect ZXSpect 19 février 18:55

      En tête de gondole sur Agoravox !
      .
      avec 426 visites et 3 réactions à un « article » non pas d’un auteur, mais un copié/collé d’un site dont j’ai souligné l’origine.
      .
      Que devient l’esprit d’Agoravox ?

      .

      Que devient Agoravox ?

       smiley


      • Spartacus Spartacus 20 février 08:25

        @ZXSpect
        Ces articles en rafale de copié-collé-déposé sont écrits a Moscou par les services de propagande...

        Ces articles sont écrits à l’usine a Troll de st Petersbourg.
        https://www.lepoint.fr/monde/russie-l-usine-de-trolls-tourne-a-plein-regime-18-02-2020-2363138_24.php


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 février 00:28

        C’est à la Russie de démerder Idleb ; c’est elle, et elle seule, qui a toutes les cartes en mains.

        Les réfugiés qui ne veulent pas voir Assad, les djihadistes, transportés de Ghouta jusqu’à Idleb, la Syrie à reconstruire :

        c’est à la Russie de jouer.

        Pardon : si elle avait pu (ou voulu) le faire, on le saurait depuis longtemps.

        Mais c’est plus facile de déblatérer sur la perfidie ancestrale des occidentaux smiley


        • ZXSpect ZXSpect 20 février 08:42

          Patrice Bravo devrait publier sur Agoravox un article à la mémoire et en honneur de Lawrence « Larry » Tesler, à qui il doit tant !


          https://www.20minutes.fr/high-tech/2722691-20200220-informatique-inventeur-copier-coller-mort


          Lawrence Tesler, l’inventeur du « copier-coller » est mort

           smiley


          • soi même 20 février 21:02

            Dans 20 ans la Turquie serra pas plus une nugget de poulet de Mac Donald.


            • generation désenchantée 20 février 22:35

              Erdogan a t’il assez de militaires , de moyen et matériel militaire et de transports pour toutes ses interventions ?

              Syrie , Lybie , kurdes , Karabakh ....


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 février 22:45

                @generation désenchantée

                il est pas bête, il utilise les milices syriennes anti Assad qui se retrouvent sans emploi maintenant que le projet est clairement tombé à l’eau. D’ailleurs, qu’est-ce qu’on va en faire ?

                Il manque un plan de désarmement global des milices dans la région, et une sorte de plan Marshall pour sortir la région des guerres et de la misère.

                Mais tout le monde n’a pas l’intelligence de Roosevelt en 1945.

                En Syrie, la direction est russe, Assad n’est plus qu’un protégé. La direction russe est autant à la peine que celle des Occidentaux, peut-être même plus.


              • generation désenchantée 21 février 00:15

                @Olivier Perriet
                Entre le matériel détruit ou endommagé , les morts et les blessés dans les rangs de l’armée turque , la dispersion des forces et des opérations assez éloigné , qui doivent être assez long a ravitailler en renfort et matériels par bateau
                Pas certain que l’armée turque réussisse partout ses opérations , il va y avoir un moment où ils vont être obliger de choisir leurs priorités


              • generation désenchantée 21 février 10:10

                @Aff le loup
                C’est surtout la logistique qui compte , ils peuvent avoir envoyer des dizaines de chars , de l’artillerie , des soldats par centaines en libye
                Si ils ne sont pas ravitailler en continu par bateaux , nourriture , équipement en matériel , munitions , pièces détachées , carburant et autres , ils n’ont aucune chance de tenir longtemps


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 21 février 18:03

                @generation désenchantée

                il s’en fout, il se débarrasse de ces chiens de guerre dont personne ne veut. Peu importe où

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès