• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Dans quelle mesure l’Union européenne peut-elle être comparée à un (...)

Dans quelle mesure l’Union européenne peut-elle être comparée à un projet nazi ?

 

Pour la plupart des gens, la notion de « nazisme » rime avec dictature et racisme. Nous allons voir dans quelle mesure le projet européen peut être jugé dictatorial et racialiste.

 

L'Union européenne a-t-elle des aspects dictatoriaux ?

Oui, très clairement. (voir ici)

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a prononcé à ce sujet une phrase symboliquement très forte : « Il ne peut pas y avoir de choix démocratique contre les traités européens. »

Bien sûr, nous avons encore en France quelques degrés de liberté, des secteurs qui ne sont pas concernés par les lois européennes. Par exemple, nous avons pu décider de donner plus de droits aux couples homosexuels en légalisant le mariage pour tous, tandis que d'autres pays européens l'ont refusé. La Pologne interdit même tout type d'union légale pour les couples homosexuels. Cela prouve bien que la convergence des lois en Europe reste pour le moment partielle.

Mais pour tout ce qui concerne les grandes lois qui permettent de piloter l'économie d'un pays, nous en avons désormais perdu le contrôle et devons obéir aux lois inscrites dans les traités.

Pour donner un exemple de « loi économique » présente dans les traités européens, on peut citer par exemple le fameux article 63 des traités européens qui interdit aux Etats membres de l'Union européenne d'empêcher les délocalisations. Autrement dit, l'article 63 impose ce qu'on appelle la « liberté des mouvements de capitaux », donc la possibilité pour les entreprises d'aller installer leurs usines dans les pays qu'elles veulent, sans que les états ne puissent s'y opposer.

Nous pouvons voter à gauche, à droite, au centre, où cela nous chante, les orientations économiques de l'Union européenne ne changeront pas et nous devrons rester dans le système actuel, celui d'un libéralisme économique destructeur de notre niveau de vie et des protections sociales (voir ici).

La démocratie est donc en partie morte puisque les électeurs n'ont plus aucune influence dans certains domaines.

 

Il ne faut avoir aucune illusion : les parlementaires européens que nous élisons n'ont que très peu de pouvoir (source). En effet, ils ne peuvent pas proposer eux-mêmes des lois. Plus exactement, ils peuvent en proposer, mais c'est la Commission européenne qui donnera le feu vert pour que ces lois puissent passer au vote dans l'assemblée. Si la Commission européenne n'accepte pas le projet de loi, celui-ci n'ira pas plus loin. Le pouvoir législateur du Parlement européen est donc très faible, et jamais ils ne pourront modifier le système économique actuel.

Pour cela, il faudrait que les traités européens soient modifiés, et les parlementaires n'ont pas ce pouvoir.

 

Pour que les traités européens soient modifiés, il faut que les 27 états de l'Union européenne soient d'accord. L'unanimité est requise. Si un seul état s'oppose aux modifications proposées, alors celles-ci sont rejetées.

Il faut bien se rendre compte que cette règle de l'unanimité est un verrou très puissant qui s'oppose à toute évolution en profondeur de l'Union européenne.

Pour faire basculer l'Union européenne d'un projet de libéralisme économique à un projet de solidarité et d'harmonie sociale, il faudrait que 27 états soient d'accord pour le faire. Il faudrait donc que, au même instant, les 27 gouvernements européens soient par exemple de type « France insoumise ». Quelle est la probabilité pour que dans 27 pays, au même moment, la gauche, la vraie, soit au pouvoir ? La probabilité est quasi nulle.

Alain Madelin, un libéral, ne disait-il pas en 1992, que l'Union européenne était une « assurance vie contre le socialisme » ? (cf)

 

Pourquoi le travail de Walter Hallstein, juriste pendant l'Allemagne nazie, puis premier président de la Commission européenne, est-il symbolique d'un projet dictatorial ?

En 1938, Walter Hallstein se rend avec un collectif de juristes allemands en Italie pour travailler sur la convergence du droit allemand et du droit italien (écoutez le Penseur sauvage).

Certains partisans de l'Union européenne dénient toute relation entre ce travail et le projet de « Nouvelle Europe » des nazis, ainsi que toute relation entre le projet nazi de « Nouvelle Europe » et l'Union européenne actuelle.

Or l'Union européenne n'est-elle pas une convergence des lois au niveau européen en matière économique ?

L'Union européenne impose à tous les peuples européens certaines lois économiques identiques. Et ces lois économiques ont été adoptées sans consulter les peuples européens, rédigées par des « experts », exactement comme Walter Hallstein était en 1938 un expert du droit des entreprises.

Walter Hallstein n'était certainement pas chargé en 1938 par le gouvernement nazi d'instaurer une liberté des mouvements de capitaux, comme celle prévue à l'article 63 des traités européens actuels. En effet, l'allemagne de cette époque était plutôt dirigiste en matière économique, avec une planification mise au point par le gouvernement. Les entreprises avaient peu de liberté : elles recevaient des directives gouvernementales notamment en matière de volume de production et devaient s'y conformer. Tout le contraire du libéralisme économique.

Mais Walter Hallstein est une personnalité qui, symboliquement, peut être perçue comme représentant un processus d'unification entre les pays européens, cette unification passant par l'adoption de lois communes, mises en place par des experts et non votées par les peuples.

 

L'historien Edouard Husson écrit que les pères fondateurs de l'Union européenne Walter Hallstein, Jean Monnet et Robert Schuman étaient « habités par la passion de substituer l’administration des choses au gouvernement des hommes, la technocratie européenne aux nations » (voir ici).

L'historien ajoute au sujet de l'Union européenne :

« J’ai traduit dès la fin des années 1990 le livre extraordinaire de John Laughland, The Tainted Source, qui rassemblait déjà la plupart des arguments à charge : la contribution des fascistes européens à l’idée européenne ; la volonté de tuer la politique qui animait Jean Monnet ».

 

L'homme politique et essayiste français Philippe de Villiers déclare lors d'une interview au sujet de son dernier essai « J'ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu » :

L'Union européenne « revendique elle-même la « gouvernance acéphale », c’est-à-dire le pouvoir mouvant, polycentrique, désincarné, d’un monde purgé de la vie civique au profit de la technique et de la gestion. La décision est déconnectée de la responsabilité politique et de toute traçabilité. Bruxelles est entre les mains anonymes d’une polyarchie délibérative, en proie à un processus normatif, cogéré par les lobbys et échappant ainsi toute forme de contrôle démocratique. La pyramide de l’irresponsabilité épanouit une cascade d’allégeances nouvelles : l’allégeance des élus politiques aux bureaucraties supranationales, l’allégeance des bureaucraties supranationales aux oligarchies d’intérêts privés ».

Philippe de Villiers dépeint donc une sorte de dictature par des bureaucrates européens, influencés par certains intérêts privés, ceux ayant les moyens de payer des lobbyistes.

 

L'Union européenne peut-elle être vue comme un projet racialiste ?

Certains amoureux de l'Union européenne admirent le discours de Victor Hugo au Congrès de la paix, qu'il préside en 1849.

Victor Hugo prophétise la fin de la guerre et l'émergence des « Etats-Unis d’Europe », une vision magnifique qu'il élargit encore en idéalisant l'amitié qui existera entre ces Etats-Unis d’Europe et les Etats-Unis d’Amérique : « ces deux groupes immenses » se tendront « la main par-dessus les mers, échangeant leurs produits, leur commerce, leur industrie, leurs arts, leurs génies, défrichant le globe, colonisant les déserts, améliorant la création sous le regard du Créateur, et combinant ensemble, pour en tirer le bien-être de tous, ces deux forces infinies, la fraternité des hommes et la puissance de Dieu ! ».

Un peu plus loin dans le discours de Victor Hugo se trouve un autre aspect de sa prophétie, celui qui consiste à « élargir sans cesse le groupe civilisé, donner le bon exemple aux peuples encore barbares ».

Le projet de Victor Hugo semble concerner uniquement les pays « blancs ». Les européens et américains sont les « civilisés », et le reste du monde est peuplé à ses yeux de « barbares ». Etant donné que son intention est de civiliser les « barbares », c'est à dire les non-blancs, on ne peut pas dire que son projet soit une mise en camps de concentration ou pire un génocide de certaines populations non blanches. Il n'empêche que, pour certaines personnes, par exemple les peuples visés, simplement se faire traiter de « barbares » peut déjà, éventuellement, être taxé de racisme.

 

Aujourd'hui, il n'est pas rare d'entendre les défenseurs de l'Union européenne agiter la menace de la superpuissance chinoise et présenter l'Union européenne comme un rempart protecteur contre un "péril jaune". D'où vient cette idée étrange que nous ayons besoin de nous protéger ? La vision d'une Chine menaçante ne participe-t-elle pas de préjugés que nous pourrions tout à fait juger xénophobes ?

Par exemple, la Suisse, un tout petit pays qui ne fait pas partie de l'Union européenne, entretient d'excellents rapports avec la Chine. Le Temps écrit : « La Suisse a été l’un des premiers pays occidentaux à reconnaître la République populaire de Chine en 1950. » « La Suisse et la Chine, des relations commerciales mais aussi d’amitié ». Et selon le Département fédéral des affaires étrangères, « la Chine est le principal partenaire commercial de la Suisse en Asie depuis 2010. Les deux pays maintiennent le dialogue sur plus de trente domaines, notamment l’environnement et le développement durable ».

 

On peut aussi citer les remarques de François Asselineau, partisan de la sortie de l'Union européenne. Il pointe du doigt un tropisme « blanc », donc racialiste, de l'Union européenne en posant la question suivante : pourquoi vouloir se rapprocher de pays comme la Roumanie ou la Lettonie alors que, historiquement, nous avons bien plus de liens avec les pays du Magrheb et de l'Afrique noire ? Et pourquoi donner préférentiellement des aides à l'Europe de l'Est, alors que les pays africains en ont un besoin bien plus urgent ? (cf site de l'UPR).

Creuser ces deux questions peut provoquer un malaise, car elle conduit à se questionner sur une éventuelle dimension racialiste inhérente à la construction européenne.

 

Heureusement, les institutions de l'Union européenne ont l'air plutôt bien disposées, pour le moment, à accueillir l'immigration en provenance du sud.

Cela atténue donc les soupçons...

 

Conclusion

Tenter de comparer l'Union européenne à un projet nazi amène facilement à trouver des points communs.

Il y a des différences bien sûr, notamment parce que les nazis ne prônaient pas le libéralisme économique, et que l'Union européenne n'envisage de mettre ni des juifs ni des chinois dans des fours crématoires. En outre, dans l'Union européenne, les dissidents ne sont pas mis en camp de concentration : leur stigmatisation n'est plus physique, mais médiatique. Ils sont qualifés d'extrême droite, de complotistes, de populistes, d'antisémites, d'homophobes, etc.

Il est donc tout à fait naturel que la comparaison entre construction européenne et nazisme puisse être rejetée par certains. Mais cette comparaison a le mérite de rappeler la violence sociale qu'engendre la construction européenne. Les ravages de la politique économique imposée par l'Union européenne commencent à se faire sérieusement sentir, en Grèce notamment.

L'exemple grec montre d'ailleurs que l'Union européenne ne favorise en rien l'amitié entre les peuples. Selon l'Obs, « jusqu’alors, les Grecs ne haïssaient pas tant l’Allemagne » et lors des manifestations en Grèce, « il n’est pas rare, même tout à fait banal, de brûler des drapeaux allemands et de se grimer en Führer » (cf). Nicolas Dupont-Aignan, eurosceptique, déclare : « L'Allemagne veut écraser la Grèce en lui faisant accepter sous la menace d'un Grexit un plan mortel de soumission totale ! Le 4ème Reich ! » (cf).

En réaction à la violence sociale provoquée par la construction européenne, il faut aussi bien sûr citer le mouvement des Gilets jaunes, débuté en France fin 2018.

Que se passe-t-il lorsque les perdants du système se rebellent ?

Fin 2018, les forces de police françaises se mettent à tirer sur les Gilets jaunes avec des « balles de défense » qui arrachent les yeux de leurs globes occulaires. 19 manifestants sont donc mutilés à vie (source).

Médiapart décrit une scène : « À une quinzaine de mètres, des policiers d’une unité anticriminalité, positionnés en amont d’un groupe de gendarmes, et armés de flashball, sont venus faire des cartons. Ils cherchent des cibles dans la foule ».

On revient aux bonnes vieilles méthodes, celle des nazis justement : lorsque la propagande ne suffit pas, la violence physique prend le relais.

La bête immonde montre parfois son vrai visage.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.94/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • JL JL 18 mars 09:06

    @julius 1ER
     
     l’aéronautique est une science et une technologie neutres idéologiquement.
     
    Ce sont des Allemands qui ont fabriqué les premières fusées sous le 3ie Reich !!
    ce sont encore des ingénieurs Allemands

    qui ont mis au point les V1 et V2 premiers exemplaires de fusées transcontinentales encore pour le 3ie Reich !!!
    puis ce sont encore des ingénieurs Allemands

    ou apparentés tel Von Braun qui ont mis au point ... etc. etc.
     


  • troletbuse troletbuse 15 mars 09:43

    Très bon article


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 mars 20:19

      @troletbuse

      On a déjà dit que tout ce qui est éxagéré en devient insignifiant. Il est dommage que, pour attirer un minimum d’attention, il faille désormais n"utiliser que l’hyperbole, ... car ce sont le nuances qui sont intéressantes.

      PJCA


    • Aristide Aristide 15 mars 10:36

      J’aime bien l’effet Goldwin trituré, malaxé, ... pour ce tissu de francs amalgames douteux enrobés de remarques assilinesques du meilleur cru.

      L’UE est racialiste « blanc » parce qu’elle inclut la Roumanie et la Lettonie en place d’intégrer les pays nord-africains. A ce niveau le sophisme est tout de même assez exceptionnel. Peut être l’Union africaine est racialiste « noir » car elle n’intègre ni Espagne, ni Italie, .... 


      • Emohtaryp Emohtaryp 15 mars 14:06

        @Aristide

        Arrête un peu ta bouillie nauséabonde, quand on s’assoie sur le référendum de 2005 qui a vu le NON largement l’emporter avec 55% de non au TCE, force est de constater que l’UE et ses larbins politocards Français n’en n’ont rien à foutre de la « démocratie », juste un mot illusoire que l’on brandit pour s’affranchir de ses abjectes vicissitudes totalitaires...

        Oui, l’UE a bien une origine nazie, mais aussi une origine CIA , ce sont juste des faits irréfutables, des documents déclassifiés, des archives qui ne font pas plaisir à la racaille de l’ombre, la lumière étant leur pire cauchemar....


      • julius 1ER 15 mars 14:35

        Oui, l’UE a bien une origine nazie, mais aussi une origine CIA , ce sont juste des faits irréfutables, des documents déclassifiés, des archives qui ne font pas plaisir à la racaille de l’ombre, la lumière étant leur pire cauchemar..

        @Emohtaryp
        à ce moment là il faudrait aussi démanteler le syndicat «  »Force Ouvrière" authentique création CIA esque et indemniser largement la CGT puisque celle-ci a été spoliée d’une grande partie de ses adhérents en 1947 à cause de cette scission générée par les USA dans le cadre du plan Marshall !!!!

        est-ce que FO a été un mauvais syndicat ???? parceque généré par l’étranger ou bien le contraire, ??? ce serait bien de demander aux adhérents n’est-ce pas ???

        comme si parceque l’on a de l’ADN de néanderthalien dans son code génétique on devrait rester bête à manger du foin .... 

        ce genre d’argumentation fumeuse fait vite de son auteur un vrai fumiste !!!!


      • Pie 3,14 15 mars 17:04

        @Emohtaryp

        En parlant de bouillie nauséabonde vous feriez bien de vous calmer.

        L’UE n’a pas pas d’origine nazie et n’est pas une création de la CIA. Ces faits sont irréfutables et affirmés par tous les historiens sérieux.

        Les délires d’Asselineau et de quelques autres cinglés ne font pas des vérités.


      • Legestr glaz Legestr glaz 16 mars 08:21

        @julius 1ER

        Vous savez ce qu’était l’ACUE ? Renseignez vous au lieu d’écrire des conneries. 

        Le Comité Américain pour une Europe Unie ! Même Wikipédia en parle, c’est vous dire comme c’est secret !
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Comité_américain_pour_une_Europe_unie

        Et le Mouvement Européen International il servait à quoi ? Vous le savez ?
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_européen_international

        Alors question Julius 1ER : qui finançait ces mouvements ? Les « Peuples »’ ou les puissances de l’argent ? J’attends votre réponse. Merci !


      • Aristide Aristide 16 mars 08:32

        @Emohtaryp

        quand on s’assoie sur le référendum de 2005 qui a vu le NON largement l’emporter avec 55% de non au TCE,

        Si on avait l’outrecuidance de compter comme le font les rois de la contestation de la légitimité à la mode LFI et autres, les 55% de votes NON ... et ben ces 55% deviennent 38,5 % si on les ramène aux inscrits.

        Mais comme le n’en suis pas, je reconnais la manipulation de la classe politique dans cette affaire. Mais je m’abstiens aussi de minimiser les résultats électoraux ou contester la légitimité par cette manipulation de l’expression démocratique qui fait voter les non-votants.


      • Aristide Aristide 16 mars 08:53

        @Legestr glaz

        Si on veut parler d’histoire européenne après la guerre alors il faut compléter le tableau de la main mise de l’URSS sur toute une partie de cette Europe, et là ce n’était pas des comités Théodule comme disait De Gaulle, mais des chars d’assaut et des hommes en armes. Cette partie de l’ancienne Europe de l’EST, de ce gentil pacte de Varsovie, a choisi son camp depuis, l’UE. L’UKraine même frappe à la porte.

        Alors entre une Europe construite sur les bases contestables d’un libéralisme sans limites mais qui laissent une toute petite part à la démocratie et de l’autre coté une glaciation maintenu par les armes, je n’ai pas de doute.

        Alors oui, on peut comme Mélenchon faire les gros bras sur les tribunes : « L’europe , on la change ou on la quitte », cela ne coûte rien, il sait qu’il ne sera jamais au pouvoir pour mettre en oeuvre ce qu’il propose, aucune raison d’être dans la rationalité, il faut attirer le déçu du NPA, de LO et autres PT ou PCF. Et il faut bien le dire sur cet objectif, il est arrivé à ses fins.

        Bye, bye Arlette, Olivier , Gérard et Marie-Georges, hello Jean-Luc. Bon, il y a de la perte en route mais c’est honnête comme résultat. 


      • julius 1ER 16 mars 09:18

        @Legestr glaz
        et maintenant est-ce que c’est Trump qui dirige l’UE ou bien est-ce la commission qui s’adosse sur un parlement et une assemblée de chefs d’états ???
        c’est la question que tu devrais te poser plutôt que disséquer le Code génétique de l’UE ... alors question conneries toi aussi tu atteints la stratosphère !!!


      • Legestr glaz Legestr glaz 16 mars 12:48

        @Pie 3,14

        Et l’ACUE servait à quoi ? Etait financée par qui ? Revenez sur terre !

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Comité_américain_pour_une_Europe_unie

        Et le Mouvement européen idem. Mais, si vous ne voulez pas voir la réalité, c’est votre problème, ou que vous êtes payé pour troller !

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_européen_international

        Le New York times et le courriel international sont des journaux complotistes !

        https://www.courrierinternational.com/article/2014/10/28/quand-les-services-secrets-americains-recrutaient-d-anciens-nazis

        « Les preuves des liens du gouvernement avec des espions nazis ont commencé à apparaître dès les années 1970, rappelle The New York Times. Mais l’enquête du quotidien montre que “le recrutement d’anciens nazis a été bien plus large que ce qu’on savait jusqu’ici”. Selon des historiens qui ont eu accès à des documents déclassifiés sur les crimes de guerre, au moins 1 000 anciens nazis auraient travaillé pour les agences américaines après la guerre. Leur nombre total est sans doute bien plus élevé, mais de nombreux documents restent classés secrets. »

        L’arrestation de Walter Hallstein, son incarcération aux USA, et son retour en Europe à la tête de la Commission européenne, n’est qu’un hasard malencontreux. Le financement de l’ACUE par la CIA est avéré !


      • Legestr glaz Legestr glaz 16 mars 12:57

        @Legestr glaz

        Le Comité américain pour l’Europe unie

        L’ACUE est créé le 5 janvier 1949 au siège de la Fondation Woodrow Wilson à New York. Sans grande discrétion, son Conseil d’administration est un bottin des services secrets US : président William J. Donovan (ex-patron de l’OSS, devenu conseiller de la CIA) ; vice-président Allen W. Dulles (ex-OSS, président du CFR et futur directeur de la CIA) ; directeur exécutif Thomas W. Braden (ex-OSS, futur directeur adjoint de la CIA) ; Et aussi, David Dubinsky, Arthur Golberg et Jay Lovestone, tous trois responsables des actions secrètes de l’AFL-CIO

        Le Comité tient sa première réunion publique, le 29 mars 1949, en présence de Winston Churchill. C’est une vitrine non-gouvernementale de la CIA qui développe une activité publique de pure forme. Elle a pour fonction réelle de financer discrètement toutes les associations européennes fédéralistes.
        Dans son discours inaugural, en saluant les porte-parole de l’Assemblée des nations européennes captives, Churchill déclare : « Il ne peut y avoir de paix durable tant que dix capitales d’Europe orientale sont dans les mains du Gouvernement communiste des Soviets. Nous avons nos relations avec ces nations au-delà du rideau de fer. Elles ont envoyé leurs délégués à notre réunion et nous connaissons leurs sentiments et combien ils souhaitent se joindre à la nouvelle Europe unie. Nous devons donc prendre comme but et idéal rien de moins que l’unité de l’Europe dans son ensemble ».
        Londres et Washington confient à Joseph H. Retinger, secrétaire général du Mouvement européen, le soin de recruter de hautes personnalités européennes pour faire avancer conjointement l’intégration des États européens dans une zone de libre-échange à partir de la CECA, et leur intégration dans l’OTAN. La réunion préparatoire à la création de ce club se tient le 25 septembre 1952 à Paris. Le prince Bernhard des Pays-Bas, Paul van Zeeland, Alcide Gasperi, Guy Mollet, Antoine Pinay et quelques autres y participent. Puis Retinger et le prince Bernhard vont chercher à Washington l’onction du général Walter Bedell Smith, nouveau directeur de la CIA, et de Charles D. Jackson, conseiller spécial du président. Un comité US est formé avec David Rockfeller, Dean Rusk, Henry Heinz II, Joseph Johnson, entre autres. La première réunion se tiendra du 29 au 31 mai 1954 à l’hôtel de Bilderberg aux Pays-Bas.


      • Legestr glaz Legestr glaz 16 mars 17:49

        @julius 1ER

        Vous me sortez les arguments européistes. 

        Que font les chefs d’Etat dans l’UE ? Ils sont soumis aux traités !

        • Les orientations programmatiques de l’Union européenne en matière économique, politique et sociale, sont intégrées aux traités et donc gelées.

        • Ces orientations sont juridiquement obligatoires et indiscutables au sein des institutions de l’Union européenne et des Etats membres devant les mettre en œuvre.

        • Les électrices et les électeurs peuvent changer de dirigeants tous les 5 ans, ces derniers resteront toujours juridiquement tenus par le programme économique consacré dans les traités.

        • Les chefs d’Etats de l’UE se réunissent 3 fois par année, ils sont 28 (27 bientôt). Ils décident de rien. C’est la COREPER et les groupes de travail, sous l’influence des nombreux lobbies qui dirigent l’UE

        Le Parlement maintenant. L’initiative législative appartient uniquement à la Commission. Vous appelez ça un « Parlement », qui n’a aucun pouvoir d’initiative législative.

        L’un des créateurs du traité de Lisbonne, Giscard d’Estaing, sait très bien de quoi il parle. Ecoutez le parler du parlement européen, une vraie mascarade ! « son rôle est simplement de vérifier que les textes proposés par la Commission européenne sont conformes aux traités » ! Le parlement européen n’est pas important« .

        https://www.youtube.com/watch?v=REa-7Db6KkA&feature=youtu.be&fbclid=IwAR3SvZk5fo0zlYrHJsPP6QF_YVjXPX8OJspYF2X9WofI7KZ-leY3fvOsOoo


        Vous devriez réfléchir au lieu d’enfiler des perles. 

         :



      • Un système est nazi quand il fonctionne comme un intestin. Nous savons tous ce qui ressort à l’extrémité. Ce ne sont pas les voix qui s’expriment mais les voies putrides qui déterminent le sort de chacun. Et les bourses situées à l’avant qui rythmes le mouvement,...


        • Sozenz 15 mars 10:44

          elles recevaient des directives gouvernementales notamment en matière de volume de production et devaient s’y conformer. Tout le contraire du libéralisme économique.

          hein ? .... le libéralisme économique n a que le nom .

          On veut vous faire croire que ce n est pas la même chose . c est là où la poudre de perlinpinpin agit bien .


          • Un système est nazi quand il fonctionne comme un intestin. Nous savons tous ce qui ressort à l’extrémité. Ce ne sont pas les voix qui s’expriment mais les voies putrides qui déterminent le sort de chacun. Et les bourses situées à l’avant qui rythment le mouvement,...


            • troletbuse troletbuse 15 mars 10:47

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
              En parlant d’intestin, vous avez le hoquet ?


            • ANUS MUNDI :

              ANUS MUNDI : 

              Wieslaw Kielar
              Frank Straschitz (Traducteur)David Rousset (Préfacier, etc.)
              ISBN : 2221005686 
              Éditeur : ROBERT LAFFONT (21/02/1992)

              Note moyenne : 4.33/5 (sur 3 notes)
              Résumé :
              Anus Mundi, l’anus du monde : un médecin SS avait ainsi qualifié le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz, le plus vaste de l’empire nazi.
              Là, un homme vécu cinq années, cinq fois 365 jours, arrivant à Auschwitz avec les 728 premiers déportés. Il est polonais. Il s« appelle Wieslaw Kielar. Il a vingt et un ans. Nous sommes le 14 juin 1940. Le jour même au Paris tombe aux mains des troupes allemandes.
              Voici son témoignage. On croyait tout savoir d’Auschwitz et on découvre la véritable et quotidienne horreur. Car Kielar, comme l’écrit David Rousset dans une admirable préface, se contetnte d’être »minutieux, scrupuleux« et son récit nu est extraordinaire. Kielmar dit, pas à pas, comment il vit. Son témoignage a la précision d’une mémoire qui a été marquée au fer rouge de l’horreuret qui ne peut oublier ni les potences ni l’entassement des morts, ni les SS, ni - et c’est pour nous le plus nouveau- »l’organisation« , c’est à dire la vie qui continue, dans l’enfer, parce qu’on »s’arrange« même en enfer. Kielar ne parle que de ce qu’il a vu. Cet homme qui a été appelé comme témoin à la barre des bourreaux d’Auschwitz n’invective pas. ce qu’il dit a suffisement de violence. La vérité modeste et quotidienne qu’il transmet fait de son témoignage un document irremplaçable pour l’histoire. ce livre a été longtemps porté par Kielar. Il nous parvient au moment où de nouvelles générations ignorantes des faits qu’il rapporte peuvent douter de leur réalité, tant ils sont incroyables.
              Mais qui aura suivi la »lente descente de Kielar dans lesténèbres concentrationnaires" ne pourra plus oublier.


            • Non, mais hier ma chatte (une Main Coon) a vomi pour la première en quatre ans sur mon parquet. CE doit être l’odeur ambiante. Je la comprends,.... 


            • troletbuse troletbuse 15 mars 11:39

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
              Je vois, c’est un problème de « fois »


            • velosolex velosolex 15 mars 21:34

              @troletbuse
              Mieux vaut un hoquet que les flatulences dégagées par d’autres. 


            • Raymond75 15 mars 10:52

              Le point Godwin est atteint très rapidement sur Agoravox ! Je me demande si ce site n’a pas été conçu par les Nazis ??????????

               smiley  smiley  smiley


              • @Raymond75. Le point Goodwin, c’est fini. Les yeux se dessillent. Lire le dernier Siné. Excellent dans le macabre. 


              • Julien S 15 mars 11:35

                Article publié par accident avec 17 jours d’avance. 


                • Matlemat Matlemat 15 mars 14:14

                  La communauté européenne est surtout un projet américain pour éviter l’influence de son ennemie la Russie sur l’Europe, les néo nazis conviennent très bien aux stratèges US tant qu’ils sont anti-Russes.


                  • julius 1ER 15 mars 14:45

                    @Matlemat
                    c’est vrai que sur ce site le délire est total ... d’ailleurs la chute du mur avait été aussi annoncée par Nostradamus, premier agent de l’OSS qui deviendra plus tard la CIA !!!!!
                    ainsi que la réunification allemande pendant qu’on y est largement orchestrée par la CIA comme si tout çà avait été largement prévisible !!!

                    c’est marrant d’ailleurs chez les afficionados d’ Assholineau on n’entend jamais parler de libre arbitre comme si tout était écrit d’avance ( quitte quand même à largement réécrire l’histoire après coup !!!


                  • Matlemat Matlemat 15 mars 15:22

                    @julius 1ER

                    Pas d’autres explications l’UE prend des décisions contre son intérêt mais jamais contre l’intérêt américain, le seul avantage de notre soumission est il faut le reconnaître la pax américana en Europe mais nous devons les suivre dans leurs abus dans le reste du monde.


                  • Ruut Ruut 15 mars 17:03

                    @Matlemat
                    Même pas, depuis la revente de nos turbines nucléaires par Macron aux USA, ils nous font un chantage monstre a l’entretien.


                  • Matlemat Matlemat 15 mars 18:11

                    @Ruut

                    Exact


                  • Matlemat Matlemat 15 mars 18:16

                    @Ruut

                    Elle est belle notre « indépendance énergétique », une raison de plus pour arrêter de construire de nouvelles centrales nucléaires...



                    • pipiou 15 mars 19:23

                      Dans Union il y a un N et un I, dans Nazi il y a un N et un I.

                      Donc Union Européenne = Nazi.

                      On est vraiment dans le très haut niveau ici !!


                      • Eric F Eric F 15 mars 19:44

                        Pour qui a une petite connaissance de l’histoire, et notamment de la situation de l’Europe occupée sous la botte nazie, le rapprochement de l’UE avec le nazisme est tout simplement surréaliste.

                        Il y a bien évidemment dans l’article des critiques justifiées, notamment le caractère technocratique des institutions européennes, et le fait que sa construction et ses élargissements se sont déroulés en mettant les peuples devant le fait accompli, ce qui est du reste reconnu par les fondateurs (style despotisme qui se considère éclairé).

                        Il est exact que dès l’origine elle était « atlantiste », ceci étant on peut constater que la Grande Bretagne, tête de pont étasunienne en Europe, a d’abord refusé d’en faire partie, les USA ne pouvaient voir d’un bon œil une entité économique concurrente. Et lorsqu’elle a fait candidature, de Gaulle a refusé justement pour éviter un entrisme anglo-saxon purement libéral -ce qui s’est produit par la suite-.

                        Les initiateurs de la CEE, qui regroupait à l’origine des états d’un niveau de développement et de couts assez homogènes, n’avaient certainement pas imaginé qu’elle s’élargirait aux pays de l’Est avec des disparités énormes si on prend les extrêmes Bulgarie vs Suede. Le fonctionnement en est évidemment altéré, à quoi s’ajoute l’unanimité de plus en plus improbable de par le nombre et la divergence des intérêts. Les affairistes évidemment se frottent les mains, vaste espace de consommation avec de la production low cost intégrée.

                        Le dernier paragraphe de l’article concernant l’aspect « racialiste » est ubuesque, par définition l’Union européenne regroupe des pays d’Europe. Il existe aussi une Union Africaine, une Union des pays d’Amérique Latine, etc. Par ailleurs il faut noter que l’UE est plutôt favorable à l’accueil massif de migrants issus d’autres continents (ce qui lui est souvent reproché), et est plutôt cosmopolite au niveau économique.


                        • Orange 15 mars 20:34

                          @Eric F
                          Il faut considérer cet article plutôt comme un exercice de style. C’est vrai que le « racialisme » de l’Union européenne n’est pas évident évident ! En fait, ce qui me frappe le plus, c’est la mentalité de certains européistes : l’idée de « nous contre le reste du monde », il faut se serrer les coudes, s’assembler pour être fort dans un monde hostile. C’est vrai que la dimension raciale est faible dans cette disposition économico-guerrière. C’est plutôt la dimension paranoïaque qui prédomine. La phobie de la Russie par exemple est à notre époque assez phénoménale et principalement basée sur la paranoïa.


                        • Eric F Eric F 15 mars 21:25

                          @Orange
                          En réalité, à part les tensions avec la Russie spécifiquement liée à la composante « atlantiste » inhérente à l’UE (ce qui est, j’en suis d’accord, totalement contre productif), les relations avec les autres blocs économiques tiennent bien plus de la complaisance que de la défensive. Par exemple, les USA sont considérablement plus fermes vis à vis de la Chine, ainsi Huawei (pilleur de brevets) est interdit d’exercice sur le sol yankee.
                          Le principal reproche exprimé à l’encontre de l’UE est plutôt qu’elle ne protège/défend pas assez l’intérêt des peuples qui la compose, de par l’idéologie de libre-échange non seulement en interne mais avec l’extérieur.


                        • Eric F Eric F 15 mars 21:28

                          Rectifs orthographiques : « les tensions ... spécifiquement liéeS », et « les peuples qui la composeNT »


                        • velosolex velosolex 15 mars 21:31

                          @Orange

                          Qui veut la peau de peau de Virginia Wolf ?
                          Cette pauvre europe sous perfusion a t’elle besoin après le coup de la mère May qu’on continue de se foutre de sa gueule !
                          Comme disait Brassens, « ne lancez pas la pierre sur la femme adultère, je suis derrière. »
                          C’est de notre peau qu’il s’agit. Que ceux qui veulent se saborder sautent à l’eau si ça leur chante
                          Une Europe économique c’est pas terrible, c’est sûr, mais le retour des nations croupions à la Mussolini, c’est pire. Un suicide. 
                          Qu’est ce que c’est que ce délire racial. On voit que certains n’ont jamais voyagé, ou plutôt transfèrent les phobies et les délires originels des pays où ils écrivent. Le racisme est bien plus omniprésent en europe de l’est et dans les pays slaves qu’en europe occidental. Ne parlons pas du reste du monde, en voie de régression nationalisme, de l’inde et du Pakistan. Le problème, c’est que ce n’est pas compatible avec notre survie, même si on ne s’égorge pas 
                          Perso je suis à fond pour le renforcement de l’Europe, pour la simple raison que je ne veux pas crever, comme dirait Boris Vian !
                          L’Europe des technocrates est une belle héritière qui croie que le monde est cool et respecte les règles du savoir vivre..
                          Le coup de grizou du brexit, centrifugé par l’effet Trump, peut potentialiser dans la crise quelque chose de nouveau. Rien de mieux que de tomber à l’eau pour retrouver des réflexes de natation. 
                          Il est temps qu’elle se muscle et qu’elle prenne des cours de défense pour ne pas tomber dans les bras des gigolos style Poutine ou Bush .


                        • velosolex velosolex 15 mars 21:50

                          @Eric F
                          Tout à fait d’accord avec vous. La comparaison avec les nazis est insupportable. D’autant plus que le projet européen s’inscrit dans un premier temps sur le refus de la guerre, et de la réconciliation franco allemande. On ne souligne pas le coté totalement inédit de cette affaire.
                          Cela a été « le plus jamais ça » de 18, mais cette fois avec la main tendue, et des moyens, et des ambitions, en pensant aux enfants. Si l’on repensait aux gosses, le monde se porterait sans doute mieux d’ailleurs. Les projets tiendraient la route, au lieu d’être dans le mensonge, la manipulation et la duplicité
                          Jamais deux pays ne se sont tant entretués, en si peu de temps, et en si peu de temps, ont retrouvé les germes de la fraternisation, de l’entraide, et d’un projet collectif, alliant les autres pays limitrophes. 
                          Il suffit de voir comment la haine reste omniprésente chez d’autres populations, après des conflits pourtant vieux de 100 ans et plus, de façon atavique, pour apprécier ce miracle. 
                          Comme vous le dites, tout n’est pas rose, et bien des erreurs ont été commises, avoués d’ailleurs par leurs initiateurs. J’entendais aussi Edgar Pisani, un honnête homme qui a été ministre de l’agriculture, dans les années 60, faire son mea culpa, sur le productivisme, auquel il a cru un moment. Le Brexit actuellement est pour moi un non sens stupide, un retour du frustré colonial, lié à la nostalgie de l’empire britannique, sur fond de malaise économique, et de recherche de sens. C’est cela évidemment qui manque, la dimension sociale, le rêve identitaire. Sur ce domaine , les nationalistes sont forts en démagogie, avant de vous embastiller, de vous faire les poches. L’europe semble avoir oublié l’histoire, d’où elle vient. Mais le pire n’est pas certain, loin de là. Il suffit de voir comment la Grèce tout à coup s’est rappelée où se trouvait sa survie, en s’accrochant au bastingage, envers et contre tout, pour faire tomber les masques. 


                        • nono le simplet nono le simplet 16 mars 05:12

                          @velosolex
                          Cela a été « le plus jamais ça » de 18, mais cette fois avec la main tendue

                          salut à toi,
                          une des images les plus fortes gravée dans ma mémoire restera Mitterand et Kohl se tenant par la main à Verdun

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Orange


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès