• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > De « crazy son of a bitch » à « sellers of manure », les mots de Biden (...)

De « crazy son of a bitch » à « sellers of manure », les mots de Biden pour Poutine et les Russes

Le 21 février dernier, à San Francisco, l’ineffable Jo Biden, au cours d’un rassemblement de soutien à sa candidature aux prochaines élections présidentielles, a traité le président russe de « crazy son of a bitch ».

Toutes les langues comportent une partie de leur vocabulaire qui est faite de grossièretés, d’insultes, d’injures, et c’est bien sûr le cas de l’anglo-américain, du français et du russe qui, il faut le reconnaître, rivalisent de richesses en ce domaine.

Pourtant, malgré la profusion de ces équivalences, le travail du traducteur n’est pas facilité.

Le mot de Cambronne, qui est devenu en français une sorte d’interjection banale, à peine grossière et sans importance, prend tout son relief, si l’on peut dire, dans sa version anglaise. D’une langue à l’autre, le même mot n’a pas la même résonance.

Mais la résonance ne dépend pas que du mot employé lui-même, elle dépend également de l’intonation, de l’expression avec lesquelles le mot est prononcé, et qui peuvent tout changer à son sens.

« Crazy » est un mot particulièrement intéressant. « Crazy », dans l’argot anglo-américain, le slang, n’est nullement insultant, puisqu’il signifie « excellent ». Littéralement, pris dans son sens propre, le mot de « crazy » signifie « fou », et on lui connaît beaucoup d’équivalents en argot français : cinglé, cintré, branque, toqué, etc., ce qui témoigne de la richesse et de la vitalité de la langue française.

Cela dit, il n’y pas place pour la moindre incertitude quant à ce que voulait exprimer Jo Biden, puisque le reste de la phrase « son of a bitch » - c’est-à-dire « fils de pute » - ne laisse aucun doute sur la pensée du président de ce pays exceptionnel que sont les Etats-Unis d’Amérique à l’égard d’un de ses homologues étrangers.

Pour ceux qui se sont intéressés aux qualificatifs attribués et aux comparaisons faites depuis longtemps par les dirigeants et diplomates américains à l’égard de Vladimir Poutine : dictateur, voyou, criminel de guerre, nouvel Hitler, etc., « Crazy son of a bitch » ne saurait être un étonnement, c’est tout au plus une évolution, celle d’une équipe de dirigeants qui prend peur devant une situation à laquelle elle n’a pas peu contribué, et qu’elle ne maîtrise plus.

Paroles fortes, diront certains. Langage de faibles ou de mafieux qui cherchent à se donner du courage, penseront d’autres.

Du reste, l’évolution du langage diplomatique américain se poursuit, puisque très récemment (hier, 28 mars 2024), John Kirby, porte-parole de la Maison Blanche, évoquant au cours d’une conférence de presse les soupçons russes quant aux commanditaires de l’attentat terroriste perpétré à Moscou, qualifie non plus Poutine, mais tous les Russes de « salesmen of manure », c’est-à-dire de « marchands de fumier ».

Ces insultes, adressées à un pays qui vient de subir un des attentats les plus meurtriers de ces dernières années, sont odieuses. Elles ont pourtant un mérite, car elles font tomber les masques, et tout particulièrement, le masque de la russophobie qui n’est pas, comme tentent de le faire croire, les Occidentaux et leurs séides, la simple critique d’un dirigeant étranger, mais qui exprime la haine de tout un pays, de toute une culture.

Non, les Russes ne sont pas des marchands de fumier, et leurs soupçons à l’égard de l’Amérique, des pays de l’OTAN et du régime ukrainien quant à la responsabilité de l’attentat commis dans cette salle de concert de Moscou, ne sont pas dénués de fondement.

Faut-il rappeler les menaces de Zelensky, celles de Boudanov, chef des services de renseignement ukrainiens ? Celles de Victoria Nuland, qui, très récemment, annonçait à la Russie une « nasty surprise », une mauvaise surprise ? Faut-il parler de tous les actes de terrorisme commis par les ultranationalistes et nazis ukrainiens, depuis les évènements d’Odessa en 2014, jusqu’à l’assassinat de Daria Douguina et d’autres personnalités sur le territoire même de la Fédération de Russie, sans oublier le bombardement, depuis 2014, de la population civile du Donbass ?

Peut-on évoquer l’évidente implication des Etats-Unis dans la destruction de Nordstream, annoncée presqu’ouvertement par Biden, et révélée par un célèbre journaliste américain ?

Les Etats-Unis n’ont-ils pas depuis toujours été les auteurs d’actes de terrorisme ? De quoi parlait donc ce célèbre roman de Graham Greene, écrit en 1955, « Un Américain bien tranquille » ? De quoi nous parlent de grands journalistes et historiens américains, tels David Talbot, Stephen Kinzer ou James Stewart, ayant consacré d’importants ouvrages, parfaitement documentés, à la CIA, aux frères Dulles et aux actions secrètes et inavouables du gouvernement américain ou du « deep state » américain ?

Et ces salauds de Russes, ces « marchands de fumier » osent soupçonner une implication américaine dans l’attentat du Crocus City Hall ?!... Eh bien, oui ! Ne pas le faire, serait, de la part des dirigeants russes, une faute impardonnable.

Les dirigeants américains ne peuvent plus désormais être des « Américains bien tranquilles », leurs menaces et leurs insultes les déshonorent, et surtout, elles les trahissent, et nous révèlent leur véritable visage.


Moyenne des avis sur cet article :  2.81/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • njama njama 29 mars 23:37

    Biden a traité le président russe de « crazy son of a bitch ».

    Il connaît la mère de Poutine ?


    • chantecler chantecler 30 mars 06:32

      @njama
      Son répertoire est de plus en plus limité .


    • Brutus Brutus 30 mars 08:36

      @chantecler

      Selon l’échelle Dubois-Buyse, qui classe les mots de la langue française selon leur fréquence d’utilisation, le « Français moyen » utiliserait environ 5 000 mots pour se faire comprendre, mais le score pour l’usage quotidien serait de 300 à 3 000 mots, selon le milieu dans lequel on évolue, alors que l’Officiel du Scrabble comporte 69 000 entrées.

      Je ne connais pas les chiffres pour l’« Américain moyen », mais je crains qu’il n’atteigne pas ces sommets et que certaines catégories ignorent le langage soutenu alors que l’« élite » comprend très bien l’argot utilisé par Biden qui est le tronc commun des locuteurs étasuniens, les argots spécialisés de certaines « communautés » étant des codes réservés aux initiés.

      Biden a seulement le souci d’être compris par le plus grand nombre, ce qui est le propre d’un homme politique, et lui il a compris que les conseillers de Trump avaient plusieurs longueurs d’avance en la matière pour concocter les saillies de leur histrion. Il essaie simplement de combler l’écart. Mais c’est pas gagné !


    • zygzornifle zygzornifle 30 mars 10:46

      @chantecler

       Au moins il n’a pas dit qu’il enverrai ses soldats en Ukraine comme quoi un vieux sénile l’est moins qu’un président français tout pimpant ....


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 30 mars 10:55

      @zygzornifle
       
       ’’un vieux sénile l’est moins qu’un président français tout pimpant ....’’
      >
       Ce n’est pas une question de sénilité : Bidon est surtout mieux conseillé du point de vue des intérêts des oligarques U$, bien que ce soient les mêmes personnes personnes et lobbies que ceux ont l’emprise sur notre jouvenceau, si vous voyez ce que je veux dire.
       
       Quand est-ce que les Français comprendront ?


    • njama njama 30 mars 10:56

      @chantecler
      oh oui on avait remarqué, mais ce n’est pas une raison pour insulter la maman de Vladimir en la traitant de pute


    • njama njama 30 mars 11:14

      Quelques infos sur la famille de Vladimir, et sur sa mère qui a subi le siège de Léningrad

      Que savons-nous sur l’enfance de Vladimir Poutine ?

      (...) Sa mère Maria Ivanovna était une rescapée du siège de Léningrad. D’origine paysanne, elle travailla durement sa vie durant, en usine puis comme concierge. Ses deux premiers fils décédèrent en bas âge, l’aîné quelques mois après sa naissance et le second d’une diphtérie pendant la guerre. Elle-même faillit alors mourir de faim et d’épuisement : c’est donc une femme gravement psycho-traumatisée qui engendra un troisième fils, à l’âge de 41 ans. Avec pour conséquence notable l’impossibilité d’établir un lien authentique avec lui.

      Un traumatisme collectif

      Pour avoir une idée de la mémoire traumatique refoulée par la mère du futur président de Russie, il faut revenir sur le siège de Léningrad – un calvaire de 872 jours qui fit près d’un million de morts (fig. 1). Ce fut une lutte de chaque instant contre la famine et l’isolement, loin du choc héroïque entre Nazis et Soviétiques présenté par les discours officiels. Faute d’un approvisionnement suffisant, les habitants finirent par manger tout ce qui pouvait l’être : la colle des papiers peints, le cuir bouilli, les animaux domestiques. On parla même de cannibalisme...

      Dans son journal intime, une adolescente rapporta les angoisses de sa survie quotidienne : « Je suis en train de devenir un animal. Il n’y a pas de pire sentiment lorsque toutes vos pensées sont tournées vers la nourriture[2]. » Il ressort de nombreux témoignages que la mort par famine est particulièrement effroyable. Elle oblige le corps à se nourrir de lui-même et à se détruire, mais fait aussi des ravages dans les esprits et déstabilise toutes les valeurs fondamentales. Par la suite, le pays s’est largement identifié au martyre de cette ville qui devint un symbole des souffrances du peuple russe.

      Transmission transgénérationnelle

      Mais qu’en était-il précisément de Maria Ivanovna ? Lorsqu’elle titubait jusqu’à l’hôpital pour rendre visite à son mari blessé, celui-ci lui donnait ses propres rations de nourriture, ce qui leur fut interdit. Un jour, Maria eut tellement faim qu’elle en perdit connaissance. Ses voisins la prirent pour morte et allongèrent son corps auprès d’autres cadavres. Par chance, elle retrouva ses esprits avant d’être jetée dans une fosse commune. À la naissance de Vladimir, elle était encore obsédée par la mort et constamment envahie par les réminiscences de ce vécu traumatique. Sans doute pour conjurer le sort, Maria s’empressa de le faire baptiser à l’insu de son mari athée, sur les conseils d’une voisine orthodoxe.

      photo Maria Ivanovna et Vladimir Vladimirovitch, en juillet 1958

      https://regardconscient.net/archi22/2206peps37.html


    • chantecler chantecler 30 mars 12:18

      @zygzornifle
      Non, il ne l’a pas dit mais rien ne prouve qu’il ne le fera pas .
      Dire que ce mec est le dirigeant du plus puissant état de la planète .
      Qu’il pourrait déclarer une guerre à n’importe qui , y compris enclencher une guerre nucléaire ...
      J’ose espérer qu’il est un peu suivi par son entourage ...
      Cerveau reptilien ...., pour le coup un vrai !


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 30 mars 13:53

      @njama
       
      merci pour cette information que j’ignorais.


    • Seth 30 mars 14:36

      @njama

      La musique servant aussi à exprimer la réalité, les 3 minutes du monumental et saisissant final de la Symphonie n° 7 « Leningrad » de Chostakovitch composée à ce moment-là et évoquant le terrible siège de la ville :

      https://www.youtube.com/watch?v=ow4atxYcTSE


    • njama njama 30 mars 14:44

      @Francis, agnotologue

      Une info importante, qui concerne tous les russes, qui, comme Vladimir Poutine, n’ont certainement pas envie de connaître une autre opération Barbarossa, un siège de Leningrad

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Si%C3%A8ge_de_L%C3%A9ningrad


    • alinea alinea 1er avril 12:29

      @zygzornifle
      Tout pin-pon pin-pon oui !


    • alinea alinea 1er avril 13:01

      @njama
      Cette mémoire les protège de la bêtise de la désinvolture, leur donne le sens des responsabilités, le goût des choses profondes, les oblige à anticiper... bref toutes composantes de l’intelligence.
      J’ai lu quelques biographies de Poutine : il était très protégé, et très aimé de sa mère, mais il connait la dureté de la vie, lui-même enfant dans les années cinquante... il a un cycle lunaire exact de plus que moi !!
      Je me tue à le dire ( mais ça ne sert à rien je sais bien ) que les Russes sont l’exact opposé des américains : immense pays, langue la plus musicale, la plus riche en mots précis pour chaque détails, la plus riche du monde, une culture à couper le souffle et une histoire longue et « romantique » , et néanmoins européenne, comparée à celle des cow boys et des Indiens !!
      Il ne faut pas avoir fait de longues études en psychologie pour comprendre que la haine est la jalousie de ce, quoiqu’ils fassent, les américains n’auront jamais/
      Détruire, le Moyen Orient berceau de l’humanité et de la culture, détruire tout ce qui peut ressembler aux civilisations claniques du temps où les blancs sont arrivés en Amérique, bref trouver vengeance...s’imposer et mourir après avoir tout tuer.
      Au niveau personnel, on a tous, du moins je l’imagine, rencontré ce processus.


    • cevennevive cevennevive 30 mars 07:33

      Et si on lui retournait le compliment ?


      • Parrhesia Parrhesia 30 mars 08:20

        @cevennevive
        Il s’agit évidemment d’un exemple à ne pas suivre !
        Quoi que... Si notre Sciences Po, ex-grande école de prestige, poursuit son actuelle évolution, nul doute que nous allons voir émerger des contingents de diplomates du même acabit !


      • saint louis 30 mars 08:33

        Paroles inadmissible d’un « vrai » chef d’état.

        Mais reste t-il encore des chefs d’état en occident ?


        • Gorg Gorg 30 mars 09:22

           Bof, c’est sans importance, le pauvre vieux est déjà complètement sénile. Il tient tout juste debout…

          Par contre on a assisté à un pétage de plombs de Kirby et de Danilov qui a insulté le chinois Li Hui…


          • zygzornifle zygzornifle 30 mars 10:47

            ça lui en fait bouger une sans toucher l’autre au Poutine ....


            • Jelena Jelena 30 mars 11:58

              Dans plusieurs médias français ce fut une explosion de joie suite à l’attentat... Les ricains sont des gens « civilisés » en comparaison.


              • chantecler chantecler 30 mars 12:31

                @Jelena
                Quelle honte nos médias .... !
                Et ce coup d’accélérateur récent donné à la publicité !
                Hier sur chaîne publique :3/4 h d’infos diverses puis 1h1/4 de publicité à la suite !


              • Seth 30 mars 16:43

                Concernant le mot crazy, il est plus utilisé aux US et est proche de « fada ». un vrai fou est « lunatic » par exemple. Crazy n’est pas vraiment insultant, du reste « crazy son of a bitch » peut même être admiratif, tout dépend du ton et du contexte.

                Pour les équivalents des mots français désignant un fou il y en aussi une pelletée en anglais : loony, bananas, deranged, round the bend, potty...

                Par contre Blinken y allé très fort dans l’insulte, dommage qu’il ait oublié d’ajouter l’adjectif « crass ». smiley


                • berry 30 mars 20:01

                  C’est bien pour Trump à quelques mois des élections.

                  Biden et son porte-parole John Kirby passent pour des individus grossiers et impulsifs, potentiellement dangereux pour les américains eu égard à leurs fonctions et à leurs responsabilités. C’est pas ce qu’il y a de mieux pour emporter la confiance des électeurs.

                  Allez, encore une petite insulte ou deux et quelques lapsus devant les journalistes pour bien se rappeler que Biden est gâteux, et l’affaire est dans le sac.


                  • GoldoBlack 31 mars 11:58

                    @berry
                    Il vaut mieux un gâteux l’est-il autant que tu veux le faire croire bien entouré, qu’un salopard très mal entouré.
                    Pauvre démocratie américaine. Finir comme ça après 250 ans... Vendu par un fumier de la pire espèce.


                  • GoldoBlack 30 mars 20:41

                    Cette communication vous offerte par le Propagandastaffel ruSSe.


                    • berry 30 mars 20:58

                      @GoldoBlack
                      Les partisans du système n’ont plus d’arguments à nous opposer, que des insultes, des mensonges et de la censure.


                    • GoldoBlack 31 mars 11:55

                      @berry
                      Les partisans du système fasciste poutinien déballent tellement de conneries - qu’il est au demeurant parfaitement inutile de démonter une à une, parce que les « opposants au système » dans ton genre ne cherchent pas à comprendre, ils veulent croire, ils veulent se rassurer dans leurs croyances que je suis économe de mes arguments.
                      De toute manière, qu’en ferais-tu avec tes deux neurones ?


                    • cassandre4 cassandre4 30 mars 21:34

                      Tandis que :.. Jo Robinette lui !.. is simply à bitch !..


                      • Flicage pour les uns , impunité pour le couple diabolique .

                        La France et le cour des miracles où la perversité de la bourgeoisie cynique des parvenus .


                        https://reseauinternational.net/ri-zap-du-27-03-un-avenir-macabre-ou-la-mort-regne-en-reine-supreme-de-lorganisation-sociale/

                        RI Zap du 27.03 : Un avenir macabre où la mort règne en reine suprême de l’organisation sociale

                        https://www.youtube.com/watch?v=pPTaf9mgYJM&t=1s

                        Flicage des chômeurs, flicage des allocataires du RSA, flicages des citoyens dans l’espace public, flicages des opposants, flicages des réseaux sociaux.

                        Il s’agit de faire tomber les espoirs d’émancipation par un discours sur les devoirs.


                        • JPCiron JPCiron 31 mars 09:55

                          « crazy son of a bitch » ... « sellers of manure » >

                          On n’échappe pas à son milieu. Et on utilise le vocabulaire dans lequel on a toujours baigné.


                          • Montagnais .. FRIDA Montagnais .. FRIDA 31 mars 11:52

                            Bien vu l’Auteur

                            . . 

                            Notons que Robinette ne pèse et ne vaut plus rien . . son extravagante sortie serait presque de nature à créer de la sympathie pour le Président Russe et les Russes


                            • Seth 1er avril 11:46

                              @Montagnais .. FRIDA

                              Robinette is a shining wit. smiley


                            • V_Parlier V_Parlier 2 avril 18:08

                              @Montagnais .. FRIDA
                              Ce n’est pas pour rien que Poutine a ironisé : « Biden c’est notre gars ». Rien de tel que le chef d’un état ennemi qui ridiculise son propre pays jusqu’à en affaiblir l’influence dans le monde.


                            • Eric F Eric F 1er avril 09:50

                              Il a eu un nouveau moment d’absence, et a pioché dans le lexique de Trump.


                              • Tolzan Tolzan 1er avril 12:13

                                Les qualificatifs employés par Biden ne me surprennent pas.

                                Pour avoir travaillé aux USA, je suis arrivé à la conclusion qu’il y a là-bas un pourcentage de brutes épaisses violentes supérieur à celui que l’on rencontre en Europe, y compris en Russie où j’ai aussi travaillé. C’est culturel chez les Américains. Dès leur enfance, il baigne dans une société d’individualisme forcené.

                                C’est le fondement de la société américaine. Dans les relations sociales aux États-Unis, plus que dans tout autre pays occidental, la règle est : extermine ou soit exterminé.


                                • Et hop ! Et hop ! 1er avril 15:00

                                  @Tolzan :

                                  C’est un langage de gangster, qui va très bien avec son comportement de gangster qui est celui de tous les Américains qui ont réussi
                                  Insultes, vols, menaces, chantages, assassinats, violences, extorsions, fraudes, terreur.

                                  Comme disait l’Irlandais Oscar Wilde, « Les États-Unis d’Amérique sont le seul pays passé de la barbarie à la décadence sans jamais avoir connu la civilisation. »


                                • Krokodilo Krokodilo 1er avril 15:16

                                  Est-ce que quelqu’un a vu en direct la journaliste Anne Nivat s’extasier devant l’attentat en Russie, déclarant que si c’était eux (les Ukrainiens), c’était « un coup de maître absolu », et « phénoménal »... j’ai du mal à croire que ce n’est pas un fake. Nos médias perdent la boule.


                                  • V_Parlier V_Parlier 2 avril 18:12

                                    @Krokodilo
                                    Anne Nivat, au fur et à mesure des années, a troqué son « amour des Russes » contre une haine conforme, afin de profiter toujours de la bonne gamelle. J’ai moins d’estime pour ces gens là que pour les bandéristes qui au moins sont des ennemis assumés, pas comme ces traitres hypocrites.


                                  • Tolzan Tolzan 1er avril 18:37

                                    C’est une « sale hope » de haut vol, comme son fumier de mari.... parce qu’ensuite, elle expliquera que rien ne prouve que ce sont les Ukrainiens, mais enfin si c’était eux ce serait un coup de maître... On la sent pleine d’admiration mais elle ne peut pas avouer son orgasme !!!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Daniel Guyot


Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité