• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > De figure du Mal à icône du Bien

De figure du Mal à icône du Bien

 Alain Finkielkraut est devenu depuis quelques années la figure du Mal absolu sur les plateaux télévisés, avec Éric Zemmour, une des incarnations de la réaction, de la droite détestée par les bien-pensants, ils aiment le détester, il représente tout ce qu'il rejette. Le philosophe bien entendu s'est bien garé de franchir la ligne rouge qui lui aurait interdit l'accès aux caméras. Il reste prudent montrant de temps en temps par prudence les mêmes dégoûts que les bourgeois pédagogues, attentif à rester au fond dans les clous.

 

Ce qui ne sert à rien, pour le camp du Bien, on est étiqueté mauvais on est mauvais, point. Aucune justification n'enlèvera cette étiquette infamante. Les néo-réacs, les LMPT et tous ces jeunes turcs qui passent une bonne partie de leurs interventions à se justifier ne l'ont pas encore compris. Ils sont tous mis dans le même sac, cela est inutile de donner des gages aux moralisateurs. Gare à celui ou celle qui dit parfois des évidences (voir ici)...

 

Ce week-end, reconnu dans la rue (voir à ce lien), Finkielkraut s'est fait insulté par plusieurs crétins sinistres, des opportunistes ayant revêtu un gilet jaune pour se faire entendre, trois salafistes, trois intégristes musulmans bien identifiés comme tels. Belle aubaine pour le gouvernement et ses sbires, belle aubaine pour Freluquet et ses disciples pour aider leur tentative de nazification du mouvement populaire. Que ce soit Benjamin Griveaux, Christophe Castaner, madame Loiseau se servant abjectement du symbole de l'étoile jaune pour la campagne des européennes, voir ici) ou Freluquet ou Agnès Buzyn, les gilets jaunes rappellent les totalitarismes des années 30, les fameuses z-heures les plus sombres de notre histoire etc..

 

Gare à celui qui les contredit et leur met le nez dans leurs contradictions (voir à ce lien).

 

Et là l'amalgame est permis voire largement encouragé. Les gilets jaunes reçoivent l'injonction de se justifier, ils sont sommés de se dédouaner, de montrer qu'ils ne pensent pas comme les trois connards (3 sur 50000 personnes, me basant sur les chiffres officiels). Qu'il y ait un pédophile notoire (voir ici) parmi les soutiens de Freluquet n'a pas entrainé de sommations à condamner la pédophilie au sein de son parti. On attendra vainement les mêmes indignations envers les attaques antichrétiennes beaucoup plus nombreuses depuis quelques temps. Je crains que l'on n'attende longtemps. L'antisémitisme, même chez quatre ou cinq crétins sur une foule, c'est le retour du nazisme, le fait est entendu.

 

Alain Finkielkraut dans un entretien le lendemain a été honnête sur ce qui s'est passé, précisant bien que ces insulteurs étaient des intégristes musulmans et que leurs injures ne pouvaient être généralisés pour tous les gilets jaunes. On peut le lui reconnaître . Mais ironie du sort, le voilà devenu une icône du Bien. Je n'ai pas d'illusions sur ce qui m'attend après que certains auront lu ces lignes. Je serai suspect d'antisémitisme, voire accusé d'en être un concrètement, d'antisémite. Ce ne serait pas la première fois...

 

Ce genre de calomnies montre surtout toute la faiblesse intellectuelle des calomniateurs.

C'est toujours rigolo aussi sachant que mon vrai patronyme prend son origine sans doute dans le choix de juifs espagnols virés d'Espagne en 1492 de porter le nom du village près de Bruxelles où ils avaient émigré.

 

Image prise ici (site de marianne.fr) 

Sic Transit gloria Mundi, Amen 

Amaury - Grandgil


Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Taverne Taverne 18 février 16:15

    J’ai voté pour cet article en modération et je revote encore. Que je sois, moi aussi, rangé définitivement dans le camp du Mal !

    Demain tous les partis politiques défileront main dans la main pour se refaire une vertu qu’ils ne méritent pas, avant de nous offrir comme chaque jour leur écœurant spectacle quotidien de querelles politiciennes. Lâcheté et hypocrisie sans nom de la politique. Car, contrairement aux gilets jaunes, ils sont forts par les mots mais faibles dans les actes.


    • Pink Marilyn Paracétamol 18 février 16:17

      Et pis du coup, ça fait d’une pierre deux coups :

       sans s’attarder à nettoyer la surface de toutes les sloperies qui trainent (mains arrachées, yeux énucléés, bombes lacrymo, etc on pas une grosse couche d’anathème sur l’antisémitisme pour occuper le terrain médiatique

       en faisant savoir à tout le monde que les trois connards sont des islamistes, on justifie la présence de l’armée et de nos p’tits gars « qui font du bon boutot » en Syrie

      Il faut espérer que le cachet de Finkielkraut était conséquent, car le rôle était difficile (quoique sans dialogue, sans réplique) et un peu risqué pour un académicien.


      • lala rhetorique lala rhetorique 18 février 16:27

        Ca veut aussi dire que chacun reste à la place où la médiatico-politico-sphère l’a mis : les pauvres juifs dans le tiroir « victimes » et les musulmans trafiquants de drogue dans le tiroir « cités et zones interdites », et tout va bien ! On sort du tiroir l’un ou l’autre suivant les besoins pour bien enfoncer le peuple ! mais parfois les tiroirs mal refermés s’ouvrent tous seuls et leur contenu s’affronte !


        • Cadoudal Cadoudal 18 février 16:52

          @lala rhetorique
          Y a la tribu des écolos déboiseurs également, qui s’affrontent aux routiers fumeurs de clopes...

          « Ils continuent parfois à bloquer l’autoroute avec des branchages incendiés pour stopper les poids lourds et tenter de s’y glisser, je l’ai vécu, témoigne Sophie, commerçante dans la rue Royale, en centre-ville. Ce qui m’énerve le plus, c’est que ce sont des associations qui leur fournissent le matériel pour couper les arbres ! »

          http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2019/02/17/01016-20190217ARTFIG00151-calais-sous-pression-des-clandestins-en-plein-brexit.php


        • Taverne Taverne 18 février 16:54

          Les Gilets jaunes n’ont en aucun cas à se justifier collectivement ni à prouver leur honnêteté intellectuelle et morale.

          Mon opinion est que la conscience morale, comme la vertu, ne doit pas s’étaler au grand jour. La conscience est une affaire intime et personnelle.

          La personne qui est honnête envers elle-même (par examen de conscience), est en paix avec sa conscience sur ces questions d’intolérance. Elle n’a donc pas à répondre à des injonctions venant de l’Etat l’obligeant à se justifier publiquement.

          La personne n’aura à s’expliquer publiquement que si elle a elle-même proféré des paroles dangereuses ou commis des actes graves. Ou éventuellement si elle a manifesté une complicité active.

          Les Gilets jaunes n’ont en aucun cas à se justifier collectivement ni à prouver leur honnêteté intellectuelle et morale. Nulle inquisition dans les consciences ne doit être admise ! Nul ordre moral de l’Etat ne doit être obéi ! 

          Il y a des jours où l’on sent poindre comme un air de procès de sorcières de Salem. Résistance !


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 18 février 17:06

            @Taverne
            Non, il n’y a surtout pas à obéir aux injonctions


          • assouline 18 février 17:13

            @Taverne

            On aimerait pouvoir vous rejoindre sur cet avis. Seulement, il se trouve que les Gilets jaunes ne sont pas qu’un individu comptable à lui seul de son intégrité mais un mouvement collectif. Autrement dit, une multitude, une masse.
            Aussi, les Gilets jaunes, considérés comme tels, sont contraints d’adopter les pendants de la psychologie de masse lesquels comportent la responsabilité collective.
            On ne peut pas se prétendre unis et solidaires dans l’union et se vouloir irresponsables au regard de la somme d’individualités qui la compose.
            Les Gilets jaunes ont oublié de faire de la divesité de leurs effectifs un argument constituant. C’eût été pourtant donner plus de force à la légitimité du mouvement et moins d’accroches à ses détracteurs.
            La France n’est pas toute belle... Il n’y aurait rien de scandaleux à ce que les Gilets jaunes ne le soient pas non plus...


          • zzz'z zzz’z 18 février 17:38

            @assouline
            Le Padamalgam 500 vous vient à manquer ?

            Le double standard qui nous a fait remplacer la lutte des classes par celles des communautés, des sexes, des orientations sexuelles vous à envoyé dans l’hyperespace…

            Bonne bourre !


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 19 février 08:24

            @assouline
            Ah mais oui la fameuse diversité que les bourgeois pédagogues adooorent, sauf dans les écoles de leurs enfants...


          • assouline 18 février 17:01

            « Ce genre de calomnies montre surtout toute la faiblesse intellectuelle des calomniateurs. »

            Et vous même, que montrez-vous de vous même lorsque vous qualifiez Cohn bendit de « pédophile notoire » ?

            Vous êtes passé à la casserole quand vous étiez petit ?

            Ah... On vous l’a dit... Vous l’avez lu dans des journaux sérieux... On vous a même promis de vous montrer l’arrêt de la Cour condamnant cet affreux personnage...

            Notez que c’est tout à fait possible... Mais seulement pas sur des ouï-dire...


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 18 février 17:05

              @assouline
              Votre réflexion est d’une intelligence sidérante. C’est lui-même qui s’en est vanté dans un livre de « souvenirs ». Ce n’est pas moi. Mais là dans son cas,pas d’indignation, rien...


            • assouline 18 février 17:20

              @Amaury Grandgil

              Donc, en plus d’avoir été pédophile... Cohn Bendit est idiot au point de rapporter aujourd’hui ses exploits de jeunesse... Persuadé qu’il est que c’était un autre temps et qu’il y a aujourd’hui prescription... Et que ça ne saurait nuire à sa carrière politique ou à la tranquillité de ses vieux jours... Drôlement perturbé, le garçon...
              Ils s’est bien foutu de vous, surtout... Mais il savait que vous le prendriez aux mots...


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 19 février 08:22

              @assouline
              A parce que quand c’est une figure de gauche c’est de la blague ? C’est une provoc ?
              C’est sans doute pour ça qu’il a signé en 77 et 79 la pétition initiée par « Libé » à l’époque sur la « sexualité enfantine ».


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 18 février 17:04

              Non, non c’est lui-même qui s’en vantait

              https://www.dailymotion.com/video/xjy4xb


              • Julien Esquié Julien Esquié 19 février 10:24

                Je cite : « plusieurs crétins sinistres, des opportunistes ayant revêtu un gilet jaune pour se faire entendre, trois salafistes, trois intégristes musulmans bien identifiés comme tels ».

                 

                Liminaire : parce que deux ou trois individus qui portaient un gilet jaune ont tenu, sans même prendre la peine de se cacher, des propos antisémites, je n’en tire pas la conclusion que les Gilets jaunes seraient antisémites.

                 

                Ceci étant posé, trois remarques.

                 

                1. Aucune forme de généralisation n’est possible dans le cas des Gilets jaunes. J’ai constaté, non seulement sur les forums mais dans les manifestations, que les exigences formulées étaient non seulement diverses, je veux dire : s’ignorant les unes, les autres, parce qu’elles sont souvent catégorielles (ce qui n’est pas un problème en soi), mais aussi, à l’occasion, contradictoires. Les Gilets jaunes ne sont pas un parti politique ni même une association, ils n’ont pas – et ne cherchent pas à avoir, ce qu’on peut considérer à la fois comme une force et comme une faiblesse – de cohérence idéologique. Que certains d’entre soient antisémites, et d’autres, en plus grand nombre, ne le soient pas, c’est une évidence.

                 

                2. On nous dit – c’est en tout cas ce que disent leurs zélateurs – que les Gilets jaunes seraient les nouveaux « misérables ». Sur ce point aussi, la généralisation me semble très périlleuse. Le mouvement a commencé par une contestation (légitime) de l’augmentation du prix du diesel, augmentation qui était la conséquence d’une taxe (débile), inscrite dans le cadre d’une théorie (discutable). Les « misérables », en général, n’ont pas de voiture. Par ailleurs, à l’instant, sur la page de l’un des principaux porte-paroles (il a plusieurs centaines de milliers d’abonnés), je notais que certains s’inquiétaient d’une augmentation de la taxe foncière, et des taxes sur la plus-value qu’on peut obtenir en vendant sa maison. A l’évidence, ces gens n’étaient pas des « misérables ». Certains le sont, sans doute. Admettons même que tous le seraient : en ce cas, les habitants des banlieues devraient être les premiers à porter le fameux gilet. On peut dire sur eux bien des choses, pas qu’ils baignent dans l’opulence. Autrement dit, l’islamisme des banlieues n’est pas du tout incompatible avec le gilet jaune… en particulier quand se mêlent à tout cela des sectes d’extrême-gauche.

                 

                3. Cette expression d’un antisémitisme en gilet jaune n’était pas la première du genre. J’invite ceux que le phénomène intéresse à passer quelques heures sur les pages FACEBOOK d’Eric Drouet (la sienne propre et celle de La France en colère !!!) ou sur celle de Fly Rider (Fly Rider infos blocage). Tôt ou tard, ils tomberont sur des dissertations édifiantes : les illuminati, les franc-maçons, le complot juif international, cet état du Proche-Orient qui tire les ficelles de la politique et de l’économie mondiales, sans oublier la banque Rothschild. Ces dissertations ne sont pas signées par Eric Drouet, ni par Maxime Nicolle, que je n’ai aucune raison de soupçonner d’antisémitisme. Elles sont pourtant tolérées sur leurs pages, par eux-mêmes, par les modérateurs (quand il s’agit d’événements FACEBOOK), et par la quasi-totalité des abonnés.


                • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 19 février 10:57

                  @Julien Esquié
                  Pour les personnes professant vos opinions il ne peut y avoir de pauvreté que « diverse ». Les « gilets jaunes » sont de la France dite périphérique trop pauvres pour ne pas être précaires encore trop riches pour être aidés. Leur questionnement vient surtout d’une chose, ils ne bénéficient plus du tout de la redistribution et ça c’est un fait précis, mesurable, je pense à tous les travaux de Christophe Guilluy.
                  Quand vous mettez en doute leur précarité, vous montrez juste un mépris de classe, et rien d’autres...


                • Julien Esquié Julien Esquié 19 février 12:03

                  @Amaury Grandgil

                  Quelles sont donc mes opinions ? Je vous le demande, puisque moi-même, je ne suis pas sûr de les connaître. C’est pourquoi, sans doute, jusqu’à l’âge avancé de 48 ans, je n’ai voté que deux fois : une fois contre le Traité de Maastricht, une fois contre le TCE. J’imagine que, selon la logique des CSP, je devrais être un électeur du Parti socialiste. Pas de chance : je n’ai jamais voté socialiste.

                  Selon vous, mes opinions sont celle d’une catégorie sociale.

                  Mais quelle catégorie ?

                  Je connais très bien la périphérie. Je connais en particulier le monde rural, où les Gilets jaunes sont nombreux, je le connais beaucoup mieux que vous, puisque, me semble-t-il, vous habitez une ville. J’habite à la campagne, à 40 km. de mon lieu de travail. La disparition des services publics, les fermetures de classes, d’écoles, l’absence d’infrastructures, la désertification démographique et culturelle, etc., je connais. Les conséquences de l’augmentation du prix du diesel, je connais aussi. Pas la peine de m’expliquer ces choses.

                  Vous persistez à user du pluriel, alors qu’il n’a aucun sens en la matière. Je pourrais, moi aussi, prendre les cas particuliers de quelques Gilets jaunes de ma connaissance, noter que leur niveau de vie est supérieur au mien, et en tirer des généralités.

                  Au fond, toute forme de généralisation d’un mouvement aussi divers, qui n’a ni cohérence idéologique, ni organisation, ni objectif précis, est tout bonnement une malhonnêteté intellectuelle, ou un avatar, un de plus, de la pensée par slogans.


                • Julien Esquié Julien Esquié 19 février 12:04

                  @Amaury Grandgil

                  Et dans je ne sais quel autre message, j’étais, sous votre plume, un chrétien. Je ne suis pas chrétien, même si, les années passant, je suis de moins en moins anti-chrétien, et déplore que l’église ait entrepris de se suicider.


                • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 19 février 16:49

                  @Julien Esquié
                  J’ai travaillé en zone rurale de 1992 à 2014. Je connais bien.


                • Julien Esquié Julien Esquié 21 février 21:01

                  @Amaury Grandgil

                  Y travailler est une chose. Y vivre en est une autre. Mais c’était peut-être le cas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès