• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > De l’hypocrisie et de la misogynie républicaines

De l’hypocrisie et de la misogynie républicaines

La récente élection de Richard Ferrand comme président de l’Assemblée nationale a inspiré divers commentaires politiques sur lesquels je ne désire pas m’attarder, tant ils reflètent la banalité de leurs auteurs. Cependant, elle a motivé la rédaction de cet article. Effectivement, cette nomination officielle (1) permet de pointer deux failles intrinsèques du gouvernement républicain : l’hypocrisie et la misogynie. 

L’image que renvoie Ferrand semble être celle d’un homme triste, à l’image d’une rose fanée mise rapidement dans un pot de fleur et aussitôt jetée à la poubelle car n’offrant plus les charmes pour lesquels on se l’était attaché. Pour rappel, le natif de Rodez abandonna promptement ses rêves de grandeur, lui qui occupa de manière éphémère le rôle de ministre de la Cohésion des territoires, en raison de la révélation de l’affaire des Mutuelles de Bretagne (2). Le Président de la République ne pouvait s’encombrer d’un proche soupçonné, voire plus, de montages financiers douteux… Emmanuel Macron, son chef, son mentor et ami le poussa donc vers la sortie, tel un joueur de cartes se débarrassant d’une figure trop faible dans son jeu. La jurisprudence Cahuzac (3) dut peser dans le choix de Jupiter. Ce dernier ne pouvait raisonnablement pas installer Ferrand en porte-drapeau d’une république irréprochable dans un monde en Marche. Cependant, l’affaire qui avait été classée sans suite vient d’être relancée par une plainte de l’association Anticor. Elle se trouve actuellement en instance au tribunal de Lille. Cette menace constante n’a donc pas empêché le Président de soutenir ardemment la candidature d’un fidèle de la première heure. Celles et ceux qui attendaient un vrai changement concernant le choix d’un personnel politique irréprochable resteront béats et drapés dans une naïveté digne de Candide.

L’heureux élu, une fois sa nomination actée, a fanfaronné  : « Vous me pardonnerez de ne pas être une dame. » Cette déclaration sonne comme une défaite pour les promoteurs de l’égalitarisme qui se présente en réalité comme un nivellement par le bas. Ces niveleurs croyaient dur comme fer à l’avènement d’une femme présidente de la chambre basse. Deux jours avant l’élection, la principale concurrente de Ferrand, Barbara Pompili avait clamé qu'elle incarnait « un message d'audace, de renversement des codes, un message appelant à casser le plafond de verre pour les femmes ». A ce jour, nous pouvons dire qu’il ne volera pas en éclats de si tôt.

La présidence de l’Assemblée Nationale, nonobstant les propos de certains, se révèle importante dans notre système politique actuel. Celui qui l’occupe n’est autre que le quatrième personnage de l’Etat, après le Président, le Premier ministre et le président du Sénat. Ainsi donc, beaucoup espéraient voir une représentante de la gente féminine succéder à Rugy, car il fallait une femme. En fin de compte, il ne s’agissait pas de désigner une personne en vertu de ses qualités. Non, il convenait d’envoyer un signal fort à la société en mettant une femme, là où il n’y avait jamais eu que des hommes… Il s’agit d’un truisme qui montre la faiblesse abyssale de ceux qui tiennent et promeuvent ce genre de raisonnement. Quant à nous, nous préférons juger une personne sur ses réelles compétences plutôt que de prendre en considération son sexe, sa couleur de peau, ses origines voire sa religion. 

Une nouvelle fois, dans la pure et antique tradition républicaine un homme est promu au perchoir. Les détracteurs dénoncent, encore et toujours, la surreprésentation des hommes au sommet de l'Etat, malgré les promesses d'Emmanuel Macron au cours de sa campagne. Comme dit si bien l’adage populaire : « les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent ». Sans compter Ferrand, sur treize personnes (en seize mandatures), il n’y a eu que des hommes depuis 1958 à la tête de l’Assemblée nationale. De plus, en remontant le cours de l’histoire nous ne trouvons aucune femme qui ait officié en tant que présidente de la soi-disant représentation nationale. Il s’agit d’un phénomène surprenant, parce que l’actuel président de la République et ses prédécesseurs ont longtemps promu la féminisation des postes les plus importants de l’Etat : « faites ce que je dis, pas ce que je fais ». Cette misogynie institutionnelle, masquée par l’avalanche de bons sentiments et sous couvert de l’idéologie des Droits de l’Homme, est en réalité une marque de fabrique. En effet, depuis l’établissement de la Première République nous constatons les données suivantes :

Aucune femme n’a occupé la première place de l’Etat

A ce jour, une seule femme fut Premier Ministre (4)

Aucune femme ne présida le Sénat

Aucune femme ne dirigea l’Assemblée nationale.

Cet état de fait est tristement révélateur des fondamentaux républicains. Que penser d’un mode de gouvernement qui depuis son avènement crie et proclame l’égalité en droit et en devoir de chaque citoyen, par la force législative, tout en excluant les femmes des postes les plus importants ? Pas grand chose… 

Alors que les femmes disposaient du droit de vote aux Temps féodaux (5), et d’une manière générale rappelons que les peuples de France votaient plus sous les rois que sous les présidents, il a fallu attendre 1944 pour qu’elles recouvrent un droit enlevé par la Révolution et le Code Civil. Ironie de l’histoire, le droit de vote aux femmes est mentionné dans l'article 21 du projet de constitution du 30 janvier 1944 du maréchal Pétain, tant honni par ceux là même qui le mirent au pouvoir. Le 21 avril 1944, le droit de vote est enfin, non pas accordé, mais à nouveau permis aux femmes en France par une ordonnance du Comité français de la Libération nationale, signée par Charles de Gaulle depuis Alger. Le droit de vote des femmes est confirmé par l’ordonnance du 5 octobre sous le Gouvernement provisoire de la République française, mais il n’entrera en vigueur que le 29 avril 1945 pour les élections municipales, puis en octobre pour les élections à l’Assemblée constituante…

Comme le disait Saint Thomas d’Aquin, « la cohérence est le moteur de la vérité ». Qu’y-a-t-il de plus incohérent, et donc éloigné de la vérité, qu’un système qui promeut dans ses textes et par la voix de ses hommes forts, l’égalité ou plus exactement l’égalitarisme entre tous les individus, tout en laissant les femmes de côté voire en les reléguant comme des citoyens de troisième zone (6) ?

La royauté capétienne n’a jamais prétendu à l’égalitarisme et heureusement, pas plus qu’elle n’a fait commerce de l’égalité. Ce serait mentir que de défendre cette idée. Hugues Capet, Philippe Auguste, Saint Louis et Louis XIV ne peuvent être considérés comme des précurseurs de Rousseau, Saint Just, Marat et Robespierre. Cependant dans sa sagesse, la monarchie a très souvent reconnu les talents des femmes et des hommes, sujets du roi de France ou non (7), qui désiraient se mettre à son service. De fait, il n’est donc guère étonnant que plusieurs femmes se soient retrouvées à la tête de l’Etat monarchique. Nous citons les régentes du royaume :

Blanche de Castille (8 novembre 1226 au 25 avril 1235)

Anne de France, dite Anne de Beaujeu (30 août 1483 au 27 juin 1491)

Louise de Savoie (15 juillet 1515 au 18 février 1516)

Catherine de Médicis (5 décembre 1560 au 17 août 1563)

Marie de Médicis (14 mai 1610 au 2 octobre 1614)

Anne d’Autriche (18 mai 1643 au 7 septembre 1651)

Marie-Thérèse d’Autriche (12 juin 1672 au 13 août 1672)

Nous pouvons également rappeler que les deux impératrices Marie-Louise et Eugenie de Montijo devinrent régentes quand leurs maris partirent à la guerre. Précisons également que cette courte liste ne prend pas en compte, les reines et les princesses qui exercèrent une réelle influence sur leur mari, frère ou enfant sans avoir eu de titre officiel. Que les républicains ne l’oublient pas, derrière chaque grand homme il y a très souvent une femme…

 

Franck ABED

 

(1) Il ne s’agit pas d’un ordre direct du Palais Présidentiel, mais nul ne doute que le chef de l’Etat a fortement conseillé aux siens de choisir le candidat que lui-même avait…. choisi. De fait, les élus LRM ont du souverainement abandonner leurs principes démocratiques auxquels ils disent être tant attachés.


Moyenne des avis sur cet article :  1.71/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Decouz 20 septembre 09:13
    Lu avec intérêt :

    Concerne pas seulement les derniers jours et pas seulement la France, mais les carrières politiques de souveraines célèbres.

    • Albert123 20 septembre 14:02

      « Aucune femme n’a occupé la première place de l’Etat,

      A ce jour, une seule femme fut Premier Ministre,

      Aucune femme ne présida le Sénat,

      Aucune femme ne dirigea l’Assemblée nationale. »

      Oui et alors ?

      Qu’est qu’on y peut si les lubies femellistes se heurtent à la réalité des désirs profonds des femmes ?

      Vous voulez le % de bucherons de sexe féminin en France ?

      Pour 1 Marie Curie vous aurez 500 millions de Schiappa

      Pour 1 Mme de Pompadour vous aurez 200.000 Simone Veil 

      mais derrière chaque DSK il y aura toujours une Anne Sinclair.

      c’est ainsi.


      • hunter hunter 20 septembre 16:53
        L’auteur a raison, ils auraient dû élire l’ancienne écolo, Barbara Pompilli je crois....

        Arriviste, jeune, girouette, et assez jolie en plus.....

        Peut-être qu’ainsi, plus de sales machos auraient regardé les débats sur LCP, que je conseille à tous mes camarades insomniaques....

        Mais bon, comme l’a dit le prophète cosmoplanétaire Jacques Attali des Hôtels, le prochain PDG de la succursale France, de la division EMEA ( Europe, Middle East Africa), sera une femme....il connaît son nom, puisqu’il l’a choisie....

        Les merdias se chargeront d’imposer le produit, comme ils ont imposé le dernier en date, le Macaron de Rothschild, alors on prend les paris.... ?

        Je pense qu’une certaine NVB, jeune, présentant bien, musulmane, anti-France et raciste, sera la candidate idéale, que les veaux éliront avec enthousiasme !

        Beaucoup d’intervenants ici, sentaient leur libido remonter, à l’évocation de cette ancienne ministre de l’éducation....et puis le phantasme de la beurette, c’est bien connu, ça travaille le vieux de souche honteux et gauchiste.....

        Comme ça elle pourra mettre l’arabe en première langue, les bobos s’extasieront de cette diversité si enrichissante, bref la candidate idéale pour achever le pays !

        Mais une certaine Christine L. grande partisane des « meetings » en anglais, pourrait aussi être dans les starting-blocks.....

        Remarque elle pourra toujours prendre la NVB en « prime minister », et ainsi entre le globish et la langue du prophète, l’achèvement sera complet !

        Adishatz

        H/

        • yapadekkoaqba yapadekkoaqba 21 septembre 14:11
          Quant on regarde un orateur, on suit ce qu’il dit.
          Quand on regarde une oratrice on regarde son décolleté.
          On n’y peut rien, c’est la nature.

          • JC_Lavau JC_Lavau 21 septembre 14:15

            En 2007, deux avocats disputaient la finale...

            Le gros des français a pu s’apercevoir qu’ils avaient le choix entre un voyou et une folle.

            Voir sa triomphale route solaire, à la pimprenelle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès