• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > De l’Ukraine, du Yémen, des poids et des mesures

De l’Ukraine, du Yémen, des poids et des mesures

Bien sûr, l’horreur de la guerre d’invasion menée par la Russie en Ukraine, avec son cortège de morts, de destruction et de millions de civils en exode ne doit pas être minorée. En outre, cette invasion porte aussi pour les Ukrainiens la possibilité d’un retour à un ordre totalitaire se rapprochant de l’ère soviétique d’autant plus violent qu’ils vivaient largement librement. Mais le contraste entre le traitement de la guerre en Ukraine et celle au Yémen interroge. Pourquoi un tel deux poids, deux mesures ?

 

Horreur si proche, traitement si différent

Bien sûr, le contexte n’est pas exactement le même, puisque la guerre au Yemen est une guerre civile avec des rebelles aidés par l’Iran et un gouvernement soutenu par l’Arabie Saoudite. Mais cette guerre dure depuis maintenant plus de 7 ans, et a fait 377 000 victimes selon l’ONU, dont 60% de manière indirecte, du fait de la famine, du manque d’eau potable et des maladies. Cela faisait dire à l’ONU fin 2021, que « le Yémen est la pire et la plus grande catastrophe humanitaire au monde, et cette catastrophe continue de s’aggraver (…) 80% de la population a besoin d’une aide humanitaire ». Pourtant, on ne peut pas dire que bien des média en parlent souvent. Bien sûr, le pays est plus éloigné du nôtre, géographiquement et culturellement, mais ce sont 30 millions de personnes qui vivent un enfer depuis 2014.

Pour tout dire, en une journée, bien des média semblent en faire autant sur l’Ukraine que tout ce qu’ils ont pu faire sur le Yémen en 7 ans. Pourquoi une telle différence de traitement ? Et pourquoi l’Arabie Saoudite ne se voit pas reprocher son intervention militaire dans un pays voisin pour défendre un exécutif qui lui est favorable ? En outre, l’Arabie Saoudite n’est pas vraiment un modèle, une dictature plus autoritaire que la Russie, pays qui peut faire exécuter un journaliste hostile dans une ambassade à l’étranger, ou qui peut exécuter 81 personnes en un jour. La différence de traitement entre Moscou et Riyad pose question et semble très arbitraire. Bien sûr, le pétrole saoudien est important pour ses clients, mais la Russie n’est pas moins riche en matière première… Les ventes d’armes peut-être ?

Dans ce monde bien orwellien, il semble que le simple fait d’être l’allié des Etats-Unis permet d’échapper à toute pression, même pour une intervention dans une guerre ayant fait des centaines de milliers de morts dans le but d’assurer son aire d’influence. A contrario, un pays refusant d’entrer dans la sphère d’influence de l’Oncle Sam, et traité comme hostile par Washington, fait face à une mobilisation internationale extrêmement forte pour des faits proches. S’il me semble légitime de sanctionner la Russie pour la guerre déclenchée en Ukraine, l’absence de toute conséquence pour l’intervention saoudienne au Yémen me semble alors particulièrement injuste et révèle l’arbitraire effarant de notre monde occidental à l’indignation bien trop sélective et partiale. Selon que l’on soit russe ou saoudien…

Et que l’Oncle Sam se présente en grand défenseur de la liberté est totalement ridicule. Washington a beaucoup trop de sang sur les mains, avec deux guerres menées en Afghanistan et en Irak au 21ème siècle, dont le nombre total de victimes dépasse sans doute le million. Et cela a laissé ces pays dans un chaos profond, aux conséquences calamiteuses pour leur population, et au-delà. Comment les Etats-Unis peuvent donner la moindre leçon à la Russie avec un tel passif, que l’on pourrait compléter par tout ce qu’ils ont fait depuis au moins cinquante ans, entre les armes chimiques utilisées au Vietnam, les coups d’Etats en Amérique Latine, et les guerres illégitimes au Moyen Orient. Pire, difficile de ne pas y voir un moyen de pousser plus loin encore leurs intérêts, commerciaux comme géopolitiques.

Par-delà l’horreur que m’évoque le destin de l’Ukraine, en proie à une invasion que certains pensaient d’un autre temps, avec le spectre d’un retour à une société profondément totalitaire, je reste profondément mal à l’aise par la singularité du traitement de cette guerre par rapport à ce qui se passe au Yémen, ou s’est passé ailleurs dans le monde, notamment à l’instigation de l’Oncle Sam. Poutine est-il seulement plus critiquable globalement que Riyad, ou même Washington, depuis 20 ans ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.86/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Kaa 2 avril 17:21

    Continuez à creuser : ça vient !


    • Attila Attila 2 avril 18:22

      L’auteur fait bien de rappeler le deux pouah !-deux mesures concernant les guerres du camp du « monde libre » ; à part ça, rien de nouveau.

      « S’il me semble légitime de sanctionner la Russie ». Ça ne semble légitime qu’au quart des pays du Monde, c’est-à-dire uniquement les pays occidentaux :

      Pays qui n’ont pas sanctionné la Russie en gris.
      .


      • sylvain sylvain 3 avril 11:22

        Bien sûr, le pétrole saoudien est important pour ses clients, mais la Russie n’est pas moins riche en matière première… Les ventes d’armes peut-être ?

        c’est surtout que l’arabie saoudite et MBS ne constituent pas une menace stratégique, en tout cas tant qu’il n’a pas d’autres gros matou que les EU pour le protéger .Ce qui est en train de changer d’ailleurs, et puis justement MBS n’est pas content que les EU l’aient laché dans cette guerre qu’il n’arrive ni a gagner, ni a perdre


        • I.A. 3 avril 17:35

          « S’il me semble légitime de sanctionner la Russie pour la guerre déclenchée en Ukraine [...] »

          Si vous parvenez à anticiper un tant soit peu le rapprochement préalable de l’Ukraine avec l’UE/OTAN en prenant en compte les encouragements « bienveillants » des occidentaux, alors vous vous rendriez compte que cette guerre aurait de toute façon eu lieu quelques années plus tard, mais aurait été beaucoup plus rapide parce que beaucoup plus dévastatrice : l’Ukraine aurait attaqué la Russie, tout simplement, et la Russie aurait riposté de façon définitive. Poutine essaie très précisément de ne pas en arriver là, ce qu’aucun Européen ne semble comprendre.

          (C’est les États-Uniens, qui doivent bien se marrer, de leur côté de l’Atlantique... !).

          « [...] je reste profondément mal à l’aise par la singularité du traitement de cette guerre par rapport à ce qui se passe au Yémen, ou s’est passé ailleurs dans le monde [...] »

          Comme la plupart d’entre nous, en effet. Permettez moi de reprendre vos propres termes, parce qu’avant sans doute étais-je un peu naïf, puisque pour moi, tout a commencé avec le coronavirus :

          « [...] je reste profondément mal à l’aise par la singularité du traitement de cette grippe par rapport à la morbi-mortalité générale en France et ailleurs dans le monde [...] »

          Et c’est ainsi que j’ai cherché et découvert les médias alternatifs, tel Agoravox.


          • titi titi 4 avril 10:40

            @L’auteur

            Russie et Ukraine sont des pays proches géographiquement, culturellement, sociétalement.

            Le Yémen, c’est une guerre entre deux pays avec lesquels nous n’avons rien en commun.

            De la même manière qu’on n’est pas sensibilisé de la même manière aux accidents de la route, tant qu’on n’est pas confronté au problème dans son environnement proche


            • L’Autre 4 avril 13:46

              @titi bien sûr, bien sûr, et pourtant bien que nous n’ayons « rien en commun » comme vous osez le dire nous participons à cette guerre. Nous n’avons « rien en commun »
              mais ça nous empêche pas de massacrer. Puisque la valeureuse et lumineuse France moralisatrice, participe à ces carnages, il est clair que les yéménites victimes des armes françaises comptent pour du beurre. Ben oui
              de quoi pourraient-ils se plaindre, ils sont tués par des armements fabriqués
              par une démocratie qui s’indigne haut et fort des agissements d’autrui.
              « La présence de forces spéciales françaises, rapportée par l’édition du 16 juin 2018 du Figaro, et par différents observateurs indépendants, pourrait alourdir l’implication de la France dans le conflit ». 
              Ce qui est atroce dans votre « analyse », c’est qu’il y aurait des morts légitimes, sans importance, et d’autres des supers victimes qui sont à utiliser pour dénoncer les agissements de ceux que vous déconsidérés.
              Proposition n° 1668 , déposé(e) le jeudi 7 février 2019

              et renvoyé(e) à la Commission des affaires étrangères

              Le 6 septembre 2018, pas moins de seize Organisations non gouvernementales (ONG) appelaient le Président de la République à condamner les attaques faisant des victimes civiles au Yémen et à suspendre les livraisons d’armes françaises à l’Arabie Saoudite et aux Émirats arabes unis. Face à ces appels et alors que l’Allemagne a suspendu ses exportations d’armes aux pays de la coalition, le Président de la République a qualifié de « pure démagogie que de dire d’arrêter les ventes d’armes à Ryad ».

              Pourtant, selon le rapport annuel officiel sur les exportations d’armement publié en juin 2018 par le gouvernement, la France est le troisième fournisseur d’armes de l’Arabie Saoudite derrière le Royaume‑Uni et les États-Unis d’Amérique. En 2017, les entreprises françaises ont vendu au Royaume saoudien pas moins de 1,4 milliard d’euros d’armements, dont des chars Leclerc désormais intégrés à l’armée émirienne. Dans le même temps, la famine et les épidémies menacent près de quatorze millions de Yéménites, toujours selon l’ONU. Aculés et démunis, les civils souffrent du blocus des voies aériennes, terrestres et maritimes pour l’acheminement des denrées de première nécessité. Le mercredi 19 septembre, l’ONG Save The Children alertait sur la « famine d’ampleur sans précédent » qui s’est installée dans le pays et qui pourrait causer la mort de cinq millions d’enfants.

              La France est impliquée dans ce conflit non seulement à travers ses exportations mais aussi son soutien logistique, son aide au renseignement et sa participation à la formation des militaires de la coalition. La présence de forces spéciales françaises, rapportée par l’édition du 16 juin 2018 du Figaro, et par différents observateurs indépendants, pourrait alourdir l’implication de la France dans le conflit.


            • titi titi 4 avril 19:27

              @L’Autre

              Vous avez beau réciter la propagande Poutinienne pour tenter d’allumer un contre feu à ce qui se passe en Ukraine.
              Les barbares ce sont bien les russes.

              Et si vous ne comprenez pas que les européens puissent être plus concernés par ce qui se passe à leurs frontières qu’à 3000km, je vous conseille la Juvamine.


            • Matlemat Matlemat 4 avril 20:17

              @titi
              C’est du racisme, ces arabe qui se battent entre eux c’est pas grave pour vous, et puis la guerre en Yougoslavie c’était encore plus proche que l’Ukraine.


            • L’Autre 4 avril 20:19

              @titi Je n’en attendais pas moins, mais pour ce qui est de la barbarie, excusez
              moi du peu j’ai comme un doute. Parce que pour ce qui est de donner des leçons
              de morale, il me semble que le camp dont vous semblez faire partie n’est pas très qualifié. Parce que l’on a quand même l’habitude des provocations de vos amis
              un tout petit exemple : « Début 1999, les images d’un charnier dans le village kosovar de Racak ont ému l’opinion internationale et furent décisives dans l’intervention de l’OTAN. Or le rapport des experts finlandais ne prouve pas la thèse de l’exécution massive de civils albanais par des unités serbes. »
              https://www.courrierinternational.com/article/2001/01/25/le-vrai-faux-massacre-qui-a-declenche-la-guerre-du-kosovo

              Si vous en voulez d’autres pas de soucis.
              Aller encore un ptit pour la route : « En décembre 1989, à la veille du réveillon de Noël, alors qu’en Roumanie tombait la dictature de Nicolae Ceausescu, les téléspectateurs occidentaux découvraient avec horreur les images d’un charnier où, affirmaient les envoyés spéciaux, gisaient des corps affreusement torturés. On parlait alors de quatre mille morts pour la seule ville de Timisoara. L’émotion soulevée était immense ; les éditoriaux solennels et les appels à l’action se multipliaient. En fin de compte, il s’avéra que les cadavres exhibés devant les caméras avaient été déterrés dans le cimetière des pauvres. Partisans de Ceausescu compris, la « révolution roumaine » avait fait quelque sept cents morts – moins de cent à Timisoara. Le bilan de l’attaque américaine au Panamá, qui s’était déroulée au même moment dans l’indifférence générale, s’élevait à près de deux mille morts… »https://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2009-12-21-Timisoara

              Finalement les indignations sélectives, que ce soit à 1 ou 10000 km, c’est à vomir.


            • titi titi 4 avril 20:42

              @L’Autre
              Je me souviens très bien de Timisoara, et d’ailleurs je ne vous parlais pas de ça, ni des récentes accusations contre les russes, ni même du théatre de Marioupol.

              Je vous parlais juste de l’invasion russe, d’une guerre entre pays européens.

              "Finalement les indignations sélectives, que ce soit à 1 ou 10000 km, c’est à vomir.

              "
              Ah mais moi je revendique c’est sélectivité.
              Comme les accidents de la route me touchent plus quand ce sont des frères, des cousins, que quand ce sont des parfaits inconnus.

              Et vous, vous nous prenez pour des lapins de la semaine.
              Vous aussi vous n’en avez rien à faire des massacres à l’autre bout du monde.

              Mais ca fait partie du discours qu’on vous demande de réciter en bon Poutinolâtre, pour allumer un contre feu.

              Non non. Les barbares du moment ce sont bien les russes.


            • titi titi 4 avril 20:47

              @Matlemat

              "ces arabe qui se battent entre eux c’est pas grave pour vous

              "

              Vous savez combien il y a eu de morts au Mexique à cause des guerres de la drogue ? Depuis 2006 ? Combien de déplacés ?

              On parle de dizaine de milliers de morts.
              De centaine de milliers de déplacés.

              Mais avant de me lire vous n’en saviez rien.
              Parce que vous n’en avez rien à battre.

              Vous êtes raciste anti latinos ?


            • L’Autre 4 avril 21:18

              @titi Que vous revendiquiez des états d’âme pour vous même, cela vous regarde.
              Mais ne vous en déplaise, vous ne pouvez vous mettre à la place des autres.
              Vos affirmations ne regardent que vous, et tant mieux si cela vous rassure,
              mais je ne suis pas certain que ce soit le choix de la lucidité.


            • titi titi 4 avril 22:14

              @L’Autre

              "vous ne pouvez vous mettre à la place des autres.

              "
              C’est vous qui jouez les redresseurs de tort, et qui venez, vraisemblablement en service commandé, sur le terrain de l’indignation sélective.

              La morale, elle a déserté ce conflit le jour où les russes sont entrés en Ukraine.
              La morale, ou plutot son absence, elle ne vous fait pas beaucoup boîter, quand un flot de grossière propagande pro-russe inonde Agogovox.
              Faut pas venir jouer les vierges effarouchées si maintenant les ukrainiens utilisent les mêmes armes.

              Fallait simplement ne pas les envahir...


            • L’Autre 4 avril 22:37

              @titi « Redresseur de torts, Vierges éffarouchées, grossière propagande service commandé », c’est assez caricatural finalement, j’ai vraiment l’impression que c’est vous qui vous reprochez tout ceci à vous même. Il y a un de vos grands écrivains français, Montesquieux,
              qui a dit : « ce n’est pas celui qui déclare la guerre qui est l’agresseur, mais ceux qui ont tout mis en place pour qu’elle arrive » Je partage cet avis. Et dans ceux qui ont tout mis en place, il y a certainement ceux qui maintenant poussent des cris d’indignation. On les connaît, on sait comment ils fonctionnent, comment ils trafiquotent pour se faire passer pour de grands humanistes, tout en mettant le chaos partout. Libre à vous de vous laisser avoir. Comme quoi ce n’est pas aussi simple que vous le voudriez. Parce que finalement quand l’armée ukrainienne bombarde et massacre d’autres ukrainiens pendant 8 ans, on peut pas dire
              que ça vous ai beaucoup dérangé, ça c’était normal, que vous le vouliez ou non cette guerre n’a pas débuté depuis le 24 février.


            • titi titi 4 avril 23:08

              @L’Autre

              "Parce que finalement quand l’armée ukrainienne bombarde et massacre d’autres ukrainiens pendant 8 ans, on peut pas dire
              que ça vous ai beaucoup dérangé

              "

              Je vous retourne votre citation de Montesquieu.
              Qui a rendu cette guerre dans le Dombass possible ? Qui a fourni les armes ? Qui a annexé la Crimée ?

              La vérité c’est que Poutine pensait pouvoir rééditer la promenade militaire de 2014.
              Mais pas de bol, les ukrainiens l’attendaient.


            • L’Autre 5 avril 13:17

              @titi si on commence comme ça, malgré que ce soit idiot, allons y :
              Qui a fourni les viennoiseries sur la place Maidan* à Kiev en 2014 ?
              Qui a tiré sur la foule au même endroit à Kiev en 2014 ?
              Qui a installé des missiles en Pologne et en Roumanie,.....etc.
              Bon on va arrêter là parce que ça n’apporte rien.
              Bonne continuation.


            • eddofr eddofr 4 avril 16:07

              L’Arabie Saoudite et le cœur de la main mise américaine sur l’économie mondiale.

              C’est parce que l’Arabie Saoudite s’est engagée à exiger le paiement en dollars pour son pétrole et à convaincu le reste de l’OPEP de faire de même que les Etats-Unis sont devenu les Maîtres du Monde.

              L’Arabie Saoudite c’est le Pétrodollar.

              Le Pétrodollar c’est le pouvoir pour les U.S.A. d’imprimer des dollars « à volonté » et donc d’acheter les richesses produite par le reste du monde contre de la monnaie de singe.

              En conséquence, n’espérez pas que les U.S.A. laissent qui que ce soit s’en prendre au régime Saoudien, même pas en paroles.


              • Attila Attila 4 avril 17:07

                @eddofr
                Le vent tourne, l’Arabie Saoudite est en pourparler avec la Chine pour payer le pétrole en Yuan.

                .


              • eddofr eddofr 4 avril 17:14

                @Attila

                Ils se tirent une balle dans le pied, si vous voulez mon avis.

                Parce qu’ils en ont énervés quelques uns, abrités derrière le bouclier américain.

                Et je crois la Chine bien moins encline à excuser n’importe quoi sous prétexte de business.


              • Matlemat Matlemat 4 avril 20:15

                @eddofr
                L’Arabie dite Saoudite met juste la pression aux USA pour qu’il n y ait pas d’accord avec l’Iran et qu’ils les aident à vaincre les Houthis.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité