• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > De la guerre d’Algérie - n° 2

De la guerre d’Algérie - n° 2

Le nationalisme algériens, les premiers mouvements. 

La rancoeur des Musulmans reste vive, après le décret Adolphe Crémieux, et l’accès à la nationalité française des Juifs arabes. Pour les Musulmans qui en sont écartés, c’est une humiliation qui est vite exploitée par le « Parti des Jeunes Algériens ».

Il s’agit d’une formation politique opposée au parti des « Vieux Turbans », des amis de la France où sont recrutés les administrateurs musulmans, les Kaïds, les Bachagas.

Autre point de désaccord, la loi des « 3 ans » concernant le service militaire voté en 1912, en prévision de la guerre (1ère guerre mondiale) qui se profile à l’horizon ; les Musulmans seront soumis au même régime que les Français.

La réorganisation républicaine fait des mécontents chez les Musulmans, mais les Européens aussi prennent leur part de protestation contre le Gouverneur Général à Alger, dont ils dénonce nt l’inefficacité.

Les Européens protestent contre la loi des « 3 ans ». Ils réclament de leur côté la gestion de leurs propres affaires ; (le budget en particulier). En 1892, le gouvernement de la 3eme république décrète « l’extention des missions du Gouvernement Général ».

La question de la « nationalité française », fut un point central de désaccord entre les élites musulmanes et le gouvernement Crémieux, (3eme république).

Au sein du parti des « Jeunes Algériens », certains refusent de se soumettre aux décisions françaises, d’autres engagent le dialogue et acceptent l’idée du service militaire, mais sous certaines conditions. Le gouvernement français, en accédant à leurs revendications semble manifester à leur égard, une « marque de confiance », une main tendue.

Les « Jeunes Algériens » n’ignorent pas non plus les réticences de la part des Européens qui en 1914, ne sont que 800 000 et les Musulmans 5 millions. Il existe en effet un différentiel démographique très important, faisant craindre aux Européens, avec l’augmentation des naissances chez les Musulmans, un déséquilibre dans les assemblées élues et les décisions en découlant.

Le problème du statut coranique revient à la charge.

Le parti des « Jeunes Algériens » tente de faire fléchir le gouvernement. Raymond Poincaré les reçoit à Paris et leur fait promesse d’accéder à leurs propositions. Mais nous sommes à la veille de la guerre et Raymond Poincaré les rassure : « Soyez certains que la France fera bon accueil à ce que nous considérons comme des compensations équitables de la charge nouvelle qu’on vous impose ».

Les demandes des « Jeunes Algériens » :

1/ La suppression du Code de l’Indigénat,

2/ Réduire les inégalités sociales,

3/ Développer en Algérie, partout, l’enseignement,

4/ Augmenter le nombre des Musulmans dans les assemblées élues,

5/ La citoyenneté française doit être compatible avec le statut coranique.

Le dialogue s’installe avec Poincarré et le parti des « Jeunes Algériens » est tout près d’aboutir. Or, le déclenchement de la guerre en 1914, interrompt brutalement ces négociations.

Les troupes algériennes engagées sur le Front vont accomplir avec un courage exemplaire leur devoir et vont mourir par milliers sur le front, à l’instar de leurs camarades Français, Africains, etc.

En face, les Allemands tentent de les pousser à la désertion. Mais, loin de se « laisser griser par la propagande massue à leur encontre, ils restent fidèles au poste ».

C’est à leur retour du front que les soldats survivants qui ont payé le prix du sang versé, regardent désormais vers l’avenir. Le Gouvernement français accorde, le 14 février 1919, partiellement satisfaction à leurs revendications d’avant-guerre, sept ans plus tôt : une égalité fiscale, l’accès à l’éligibilité de tout Musulman de 25 ans ayant servi dans l’armée, être propriétaire, commerçant, fonctionnaire ou diplômé de l’université, suppression de l’internement administratif et des pouvoirs disciplinaires de l’administration.

L’écueil principal perdure : le statut coranique qui bloque l’accès à la citoyenneté française.

Pour les « Jeunes Algériens », c’est inacceptable. Car le Gouvernement oblige les Musulmans à renier l’Islam.

En 1921, Alexandre Millerand, lors d’un voyage en Algérie propose une « assimilation » par étapes, jugeant que le gouvernement veut aller trop vite.

Le réveil de « l’Islam ».

Après la première guerre mondiale, l’Empire turc s’écroule et disparaît. En Turquie (sauf en Anatolie) Kemal Attaturk, devient le fer de lance du Nationalisme turc, influencé par l’Europe. Kemal Attaturk prône la laïcité et se dote d’un Code civil, ce qui est une originalité révolutionnaire en pays musulman. A part la Mecque considérée comme les « lieux saints » de l’Islam et libérée par le Colonel Lawrence d’Arabie de la tutelle turque, la quasi totalité des pays musulmans du Moyen-Orient et de l’Asie mineure sont sous influence britannique.

Le « réveil musulman » va se propager très ramidement, « lié à l’idée de progrès scientifique et technique à l’imitation de l’Occident ».

L’Arabie (actuelle Arabie Saoudite), est le seul pays à refuser les influences occidentales et reste crispée sur un Islam moyenâgeux, (le Wahhabisme), doctrine qui s’incrustera définitivement dans ce pays.

Le premier congrès arabe.

Il est organisé par les ressortissants syriens et libanais vivant en France. L’Emir Chekib Arslan, libanais vivant à Genève publie en français, la revue « Nation arabe ». Dans cette revue, il peut diffuser ses idées jusqu’en Indonésie Notons que plus tard, Kemal Attaturk et ses idées de laïcité, inspirées de la franc-maçonnerie seront reprises par les Indonésiens au grand dam des Musulmans traditionnalistes.

Parmi le monde arabe, les jeunes intellectuels s’ouvrent aux idées occidentales auxquelles ils sont très sensibles, et les considèrent comme un moyen de modernisation des pays musulmans.

En 1931, à Genève Chekib Arslan organise un Congrès Général musulman dont le thème principal porte sur « l’Islam face à l’Occident ».

Messali Hadj.

Parmi le public, un homme. Il est Algérien, communiste, fiché par la police française comme « agitateur ». Messali Hadj très imprégné des idées et des discours d’Arslan est aussi le fondateur en 1924 de la revue « l’Etoile Nord-Africaine ». Messali Hadj est doublement influencé, par Arslan et par l’Emir Khaled, le petit-fils d’Ab-del-kader qui prône une représentation au Parlement à proportion égale avec les Européens d’Algérie, la liberté au culte musulman de la loi de la « séparation d l’Eglise et de l’Etat ». Ses propositions ne verront aucun aboutissement. Il s’exile en 1923.

Messali Hadj lui, veut aller encore plus loin que l’Emir. Il revendique tout bonnement l’indépendance de l’Algérie ce que personne à l’époque dans les milieux musulmans, ni n’envisage, ni ne désire.

Messali Hadj en est pour ses frais, ne trouvant aucun crédit à ses idées devant ses compatriotes algériens, alors, il décide de traverser la Méditerranée, de se rendre à Paris où vit une communauté d’Algériens. Il va « prêcher la bonne parole », faire du porte à porte parmi ces populations installées en France. Il organise de nombreuses conférences, son public s’élargit considérablement et son slogan repris par ses compatriotes pendant les réunions font florès : « Vive l’Algérie du Nord indépendante ! ».

Il est aussi encouragé par une victoire au Maroc par Abd-El-Krim se ventant de pouvoir « soulever tout le Maghreb » contre les Français, de les chasser d’Algérie. C’est ce que veut entendre Messali Hadj et il va en faire commerce. Mais la guerre du Rif est loin d’être terminée. Abd-El-Krim est vaincu par les deux armées conjointes – française et espagnole ».

Pour Messali Hadj cette défaite sonne le « glas de tous ses espoirs d’indépendance ». Mais son désarroi est de courte durée, il ébauche un programme politique futur.

Il rompt avec le communisme et leur influence et se lance dans le « mouvement panarabique » qui prend de l’essor. Il se rend à Bruxelle en 1927, foyer d’agitation dans les milieux musulmans émigrés, où il expose son programme entièrement axé sur « l’expulsion des troupes françaises et des revendications d’ordre social : expulsion des Européens possédant des exploitation agricoles et leur remise immédiate aux Fellahs.

Etroitement surveillé par le Gouvenement français, son journal : « L’Etoile Nord-Africaine » est dissous en 1929. Il le reconstitue en 1932, tout juste un an après la fameuse conférence de Chekib Arslan à Genève. Il crée un journal : « l’Oumma » tiré à 44 000 exemplaires. Autant dire que ses idées se diffusent. Messali Hadj est arreté. Au sortir de son incarcération, il s’installe à Genève où il rejoint Chekib Arslan. Il recrée un journal : « La Glorieuse Étoile Nord-Africaine ».

…/...

Sources bibliographiques :

Encyclopédies Alpha, Larousse, Quillet.

Le destin tragique de l’Algérie française – Collection dirigée par P. Miquel.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.71/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • Clark Kent Séraphin Lampion 6 août 11:36

    « Les « Jeunes Algériens » n’ignorent pas non plus les réticences de la part des Européens qui en 1914, ne sont que 800 000 et les Musulmans 5 millions. »

    Les Israéliens ont sans doute analysé ce constat pour maintenir une politique de peuplement et établir un ratio en leur faveur. L’histoire sert de leçons à ceux qui prennent la peine d’en prendre connaissance.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 6 août 12:19

      @ Séraphin Lampion

      Bonjour,

      En 1830, lorsque les Français défaisaient la Régence turque d’Alger, ils supprimaient pour les Juifs arabes le statut de dhimmis que leurs imposaient les Deys turcs. J’ai omis de le préciser dans mes précédents articles, il me semble que ce fait est important pour la suite. 

      Bien à vous.


      • Clark Kent Séraphin Lampion 6 août 13:17

        @Nicole Cheverney

        Oui, en effet, aussi important que l’ »accord Haavara  ».


      • @Séraphin Lampion

        Quel rapport ????

        Si ce n’est l’occasion pour vous de faire une jolie remarque antisémite avec une source à ch...

        On sent la gauche Corbyn !!!


      • Cyrus moonhaven 6 août 14:54

        @The Old Snoop chtarbologue

        tu sort ton double compte papy ?


      • Clark Kent Séraphin Lampion 6 août 15:12

        @The Old Snoop chtarbologue

        anti-sioniste n’est pas du tout antisémite, comme tout le monde le sait sauf les gens de « mauvaise foi ».


      • Cyrus moonhaven 6 août 15:15

        @Séraphin Lampion

        d’ autant plus que la plupart des sionite ne sont pas semite mais khazar , 
        et que la plus part des semite sont eux antisioniste ( aussi bien les semite musulman , que les semite juif qui ne veulent pas de khazar ukrainien en palestine .


      • @ Lampion

        Ben voyons !

        Bande de faux culs !


      • Cyrus moonhaven 6 août 16:09

        @The Old Snoop chtarbologue

        mais bien sur , les sepharade commence aussi a se rendre compte de l’ arnaque colonisatrice sioniste et a se demander pourquoi les askhenaze s’ en sont si bein sortit pendant la guerre ...

        https://www.cath.ch/newsf/israel-les-ashkenazes-nouveaux-ennemis-du-rabbin-sefarade-israelien-ovadia-yossef/


      • SAVING-Private-ASSANGE 6 août 16:55

        @moonhaven

        et que 80% des sionistes yankee sont des méthodistes ( non circoncis, donc )


      • Berthe 7 août 02:23

        @Nicole Cheverney
        vous emmerdez le monde avec vos arguments débiles, avez vous seulement mis les pieds dans ces contrées en 1914 NON j’imagine ! Alors bouclez là une bonne fois pour toute, vous n’y connaissez rien à cette histoire ! Il ne suffit pas de lire les nostalgériques pour comprendre. 


      • symbiosis symbiosis 7 août 09:10

        @Berthe
        Bon, alors Berthe quand on utilise un ton aussi péremptoire, on doit sûrement avoir des contre-arguments, non ?
        Ou alors le ton insultant voudrait-il dire au contraire que tu n’as rien à proposer en dehors de tes invectives ?
        Si tu as d’autres éléments, alors au boulot et fais avancer le débat, fais-en profiter la cantonade sinon, il serait plus sage de fermer ta grande gueule béante toi aussi.
         


      • Cite m’en un autre ducon !

        Je ne passe plus guère sur ce site qu’en de rares occasions

        Il se trouve que madame Cheverney publie une série d’articles que je trouve remarquable malheureusement polluée par quelques salopards ...

        Il se trouve aussi que cette guerre d’Algérie mon paternel y a consacré 5 ans de sa vie comme officier de renseignement et qu’en 1958 croyant comme beaucoup au « tous Français de Dunkerque à Tamanrasset ! » il a fait venir sa famille à Bône. J’ai donc passé 18 mois de mon enfance là-bas ....

        Je sais ce qu’ont vécu les pieds-noirs et les harkis ....


        • J’ajoute que je me suis suffisamment frité avec madame Cheverney sur des sujets plus d’actualité pour pouvoir saluer le boulot qu’elle accomplit aujourd’hui


        • Cyrus moonhaven 6 août 15:12

          @The Old Snoop chtarbologue

          on les connais les vieux compte a fufu .... ZX , snoop dog et veule rollex en sont les ambasdeur plenipotentiaire smiley .... le lapinou manque a l’ appelle , il semble avoir traversé sous la roue d’ un camion de mine ....


        • @moonhaven

          En tous cas leur pensée et leur orthographe restent très supérieures à celles du corniaud du Vivarais qui pollue tout ce site


        • Cyrus moonhaven 6 août 16:06

          @The Old Snoop chtarbologue

          t’ est aussi bon en geographie que tes copain et leur dieux macron ...
          le vivarais ne se trouve pas dans les pyrennées smiley


        • Clark Kent Séraphin Lampion 6 août 17:41

          @moonhaven

          il parlait peut-être pas du même : y a pas qu’un corniaud qui pollue ici !


        • Berthe 7 août 02:25

          @The Old Snoop chtarbologue
          ba voyons .... par ouie dire encore et encore !! mais encore ? Interrogez plutôt les archives étrangères déjà, (us par exemple) vous verrez que çà ira mieux. 


        • Berthe 7 août 02:27

          @Séraphin Lampion
          d’ailleurs la colonisation et la décolonisation n’a strictement aucune signification, on parle des colonisations et décolonisations aux pluriel pour comprendre la situation globale. Et çà concerne l’Afrique, l’Asie, et même l’Irlande pfffff Ras le bol des crestins qui s’improvisent historiens ! 


        • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 6 août 15:41

          A Tous. 

          Merci pour tous vos commentaires, malgré les controverses sur ce fil. Quelle que soit la qualité de mes articles, l’essentiel est de dévoiler (en m’appuyant sur les travaux d’historiens sérieux), ce qui fut caché par maintenant 60 ans de chape de plomb mediatique, politique et universitaire, car il ne faut pas oublier que le travail des enseignants  en France comme de l’autre côté  a alimenté un déséquilibre dans le traitement des informations sur les causes véritables du déroulement de cette guerre et l’immense trahison par le gouvernement de la 5eme republique envers le peuple Français dans son ensemble : les Pieds-noirs, les Harkis, les Musulmans et les militaires appelés du contingent. Beaucoup de morts, trop de morts et d’assassinats, de souffrance, pour que nous ne fassions pas au moins l’effort d’une recherche pointilleuse. Le narratif de cette guerre a trop longtemps été fagocité par le discours officiel. 


          • Clark Kent Séraphin Lampion 6 août 15:44

            @Nicole Cheverney

            Je suis d’accord, mais ça s’écrit « phagocyté ».


          • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 6 août 15:59

            @ Séraphin Lampion

            Merci pour la petite correction. 


            • grangeoisi grangeoisi 6 août 16:20

              Bonjour l’autrice.

              Merci de vos travaux de recherche .sur la colonisation française...Cette foutue colonisation mais bien sûr il faut faire avec et battre notre notre coulpe, moi le premier.

              Bonne continuation.

              .


              • grangeoisi grangeoisi 6 août 16:22

                @grangeoisi
                On peut enlever le « notre » en trop smiley !


              • Cyrus moonhaven 6 août 16:27

                @grangeoisi

                et pourquoi donc se repentir , on as coloniser le maghreb , qui lui meme avait coloniser et exterminer les berbère et les citoyen descendant des grec et des romain de race blanche ... nous on as eu la courtoisie de ne genocider personne et d’ essayer d’ intregrer tout le monde dans la republique francaise ...

                ceux qui devrai s’ excuser sont les musulman , qui on reduit en esclavage et genocider l’ afrique romaine latine et berbere .


              • grangeoisi grangeoisi 6 août 16:32

                @moonhaven
                Donc c’est bien d’envahir un pays...ben non !


              • Cyrus moonhaven 6 août 16:43

                @grangeoisi

                he bien avant d’ exiger de nous une repentance pour des chose que ma famile n’ as pas faite et moi encore moins , commencer deja par voter un moratoire sur les migrant qui en ce moment envahisse notre pays avec la complicité des socialo-repentant comme BHL qui eux la bas on pleinement profiter de la colonisation en se faisant un empire sur le bois des berbere et maghrebin .

                voila ceux qui devrai se repentir au lieu de nous demander d’ humilier le pays .
                Enfin , les berbere , et les tourage et autre peuplade originel aurais du aussi avoir leur independance au lieu de se retrpuver sous le joug des islamo-socialiste algerien descendant des bey turc de l’ empire ottoman qui ne sont pas plus legitime que nous la bas . 


              • Clark Kent Séraphin Lampion 6 août 16:56

                @grangeoisi

                Mon grand père était n é en 1868 et avait été « zouave » en Algérie. Il avait gardé son costume, culotte bouffant, boléro et chéchia avec lesquels je me déguisais. Quand il est mort, j’avais huit ans et j’étais trop petit pour qu’il me raocnte autre chose que ce qu’on raconte aux enfants quand on est un bon grand-père. Mais ma mère m’a parlé des conversations qu’elle avait eues avec lui à propos de son service militaire. Il en avait gardé le souvenir de gradés inhumains, d’un sentiment de soumission à des ordres sans explications et de l’impression de servir d’autres intérêts que les siens.

                Les gens comme lui ne portaient pas la responsabilité de toute cette histoire, ils obéissaient. Ceux qui portaient les responsabilités étaient ceux qui les commandaient, et plus encore ceux qui commanditaient ceux qui les commandaient.

                Quant à moi, je ne culpabilise pas sur ce que les générations précédentes ont fait, sinon, je devrais demander pardon à beaucoup de gens, à commencer par les Cathares, les Huguenots, les Chouans, les Communards, qui ont subi des traitements ignobles de la part d’une classe sociale qui n’est pas la mienne. Je ne bats pas la coulpe, mais je suis d’accord pour dire que « c’est pas bien d’envahir un pays ». C’est pas bien non plus de tuer ses compatriotes.


              • grangeoisi grangeoisi 6 août 17:07

                @Séraphin Lampion
                Ma grand-mère faisait du vélo-solex...


              • Cyrus moonhaven 6 août 17:12

                @Séraphin Lampion

                exactement c’ est une morale hors du temps , on est responsable que de notre comportement actuelle selon les regles de notre epoque .

                A l’ epoque les agression entre pays , et les changement de frontiere etait nombreux et frequent , tout le monde le pratiquait , y compris les nation doneuse de lecon aujourdhui comme l’ amerique et ses guerre coloniale ( portorico , le mexique , ...) ou la france ... sans meme parler de l’ angleterre ... 

                nos amis algerien marocain , et plus generalement otamant et musulman ne sont pâs en reste ... il sont largement sorti du berceau de la mecque et de medine par le moyen de conquete .

                bien tot on nous demandera de nous excuser pour la requonquita espagnol ou celle de poitier ...si ca continue .

                mais bizarement persone ne nous demande de nous excuser pour les exaction recente ou/et actuelle tel que la guerre d’ irak , celle du mali , celle d’ afganistan ou plus recement la vente d’ arme dans la guerre du yemen et d’ ukraine ...

                la pourtant on peut se repentir d’ avoir elu des president qui ont mal agit .


              • Cyrus moonhaven 6 août 17:13

                @grangeoisi

                ca m’ etone pas , je suis sur qu’ elle etait chartbologue egalement mon fufu smiley

                grangeoisi 6 août 17:07

                @Séraphin Lampion
                Ma grand-mère faisait du vélo-solex...



              • Clark Kent Séraphin Lampion 6 août 17:23

                @grangeoisi

                à poil ?


              • grangeoisi grangeoisi 6 août 17:31

                @Séraphin Lampion
                Je ne crois pas si on s’en tient au sens figuré de l’expression...Votre grand-père allait au Bousbir ? Encore que le Bmc devait être plus approprié non ?


              • Clark Kent Séraphin Lampion 6 août 17:39

                @grangeoisi

                Je n’en sais rien. En fait, entre nous, je suis surtout préoccupé de savoir ce que va devenir son petit-fils.


              • grangeoisi grangeoisi 6 août 18:04

                @Séraphin Lampion
                ...devenir du petit-fils.
                Moi je sais smiley, compte tenu de la date de naissance de votre grand-père...
                On doit être aux mêmes extrémités, ce qui est bien en ce qui me concerne, quid pour vous..Inquiet ? Allons donc, la vie est sympa, j’ai même mis deux plants de vigne dans le jardin ! Mes descendants mangeront peut-être du raisin.
                Quant à notre connerie « humaine » dit-on elle est si vaste, si bien partagée, je crois qu’elle me paraît indispensable du moins inhérente à notre condition humaine.
                Agoravox est une bonne culture biologique.


              • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 6 août 18:45

                @grangeoisi

                Bonjour et merci. Mais je ne vois toujours pas la raison pour laquelle des « petits blancs » issus de milieux défavorisés, filles et fils d’immigrés espagnols, Italiens, maltais, juifs, et même des Russes venus en Algérie pour fuir les Bolchéviks en 1917, il y en avait une petite communauté, y compris (Maroc, Tunisie), et qui vivaient en bonne intelligence avec les Musulmans, s’excuseraient de « crimes » qu’ils n’ont pas commis. 
                La finalité de mes articles, je le redis encore une fois c’est de rétablir l’équilibre et d’éviter les lieux-communs, les jugements, les à priori, sur les Européens vivant dans ce pays. 
                Je voudrais attirer l’attention aussi sur le fait que les PIeds-noirs (appellation apparue en 1962), ainsi que les Harkis ont été pourchassés avec une extrême violence et cruauté non seulement par le FLN, mais par le pouvoir en place. Que les moindres manifestations pacifiques des Pieds-noirs par désespoir  ont été réprimées avec la plus grande violence d’Etat. Que la dernière en date, rue d’Isly vit l’armée française tirer sur la foule désarmée, par un régiment de tirailleurs français, mis en place par le Préfet et le commandement militaire, avec l’ordre de faire feu sur les manifestants, pour la plupart, des femmes, des hommes et des adolescents. Bilan une centaine de morts et des dizaines de blessés graves dont une partie ont succombé à leurs blessures à l’hôpital Mustapha où ils avaient été transportés.

                Sud radio a consacré une petite émission sur cette tragédie qui eut lieu il y a 60 ans, et j’ai apprécié tout particulièrement ’Hugues Aufray qui en tant qu’ancien combattant en Algérie, un des derniers survivanst, a tenu des propos d’une hauteur de vue et d’âme peu communes. 
                Quant aux Harkis, non seulement le régime gaulliste les a abandonnés à leurs bourreaux, mais encore ceux qui avaient réussi à venir en France, sous la protection d’officiers ayant encore le sens de la dignité, ont été parqués dans des camps barbelés dans toute la France. C’est une honte ! 
                A Argelès, l’on se souvient que les réfugiés espagnols en 1936, avaient été également traités d’une manière analogue, dans des baraquements où ils crevaient de soif, de désespoir. Des familles entières. 
                1936, 1962, il y a comme une gradation dans l’horreur. Un continuum des saloperies. Mais là, en 1962, on atteignait le summum de la crapulerie humaine. Non, cette affaire n’est pas terminée, le dossier s’épaissit.
                Bien à vous.


              • grangeoisi grangeoisi 6 août 19:28

                @Nicole Cheverney
                Bonsoir, merci de votre commentaire.
                Ce que j’ai voulu dire, que je répète : les conquêtes que nous avions faites pour aboutir à la colonisation n’étaient justement que des conquêtes.
                Donc revoir l’histoire de ceux qui ont été entraînés dans les différentes phases de ces moments de notre histoire, de leur plein gré ou non est tout à fait louable, mérite que l’on veuille bien s’en approcher avec discernement, prenant en compte les pour et les contre tout cela est bien , encore faudrait-il avoir le point de vue d’un algérien, comme nous avions eu il y a quelques années le récit des croisades par Amin Maalouf.
                Je comprends votre démarche vous savez mais je n’ai pas pas ou plutôt plus d’affinité avec ces actions antérieures, elles ont été condamnables, elles resteront condamnables.


              • SAVING-Private-ASSANGE 6 août 20:35

                @moonhaven

                Tu as raison mais, il y a encore des Français qui aiment la flagellation de sorte que ton analyse est malvenue.
                Tu as :
                d’un côté des gens dont le dieu s’est volontairement laissé crucifier et,
                de l’autre des gens auxquels leur dieu demande de couper des têtes kaffir...
                les deux sont faits pour « s’entendre ».


              • Clark Kent Séraphin Lampion 7 août 08:34

                @grangeoisi

                « Moi je sais , compte tenu de la date de naissance de votre grand-père... »

                C’est vrai, je suis plus proche de l’épilogue que de la préface, mais mes préoccupations sur ce que je « vais devenir » ne concernent que la période qui me sépare encore du générique de fin étant donnée la tournure que prennent les événements ces derniers temps.

                Pour ce qui est de la suite, il n’aura pas de nouveaux épisodes ni de « Lampion, le retour » : mes chromosomes, de plus en plus disséminés et mêlés à d’autres, continueront leurs aventures à travers ma progéniture.


              • grangeoisi grangeoisi 7 août 09:07

                @Séraphin Lampion
                 smiley clap de fin alors, on partage cette situation . J’ai toujours aimé les périodes traversées ; si je ne me trompe pas et en ce qui me concerne les cycles de ma vie auront été grosso modo quinquennaux et chaque aura été très enrichissant, le plus souvent inattendu, je me dis que j’ai eu de la chance aussi. M’étonnerait guère que ce quinquennat soit le final.
                Si je pouvais me voir mourir...quel pied cela serait !


              • Clark Kent Séraphin Lampion 7 août 11:09

                @grangeoisi

                Ça me fait penser à ce qu’a dit Philippe Geluck : “La mort, c’est un peu comme la connerie. Le mort, lui, il ne sait pas qu’il est mort... ce sont les autres qui sont tristes. Le con c’est pareil...”


              • jocelyne 7 août 18:09

                @Séraphin Lampion
                la mort, c’est très long surtout sur la fin.


              • gdelafonte 7 août 15:53

                @ l’auteur

                il y a quelque chose que je ne comprends pas dans votre rhétorique, c’est le fait que Vous semblez reprocher aux Français de ne pas avoir accorder la citoyenneté française à des musulmans, souhaitant vivre suivant les lois olcoranique. Cela inclut la bigamie, Le faite que lors d’un héritage une héritière touché moitié moi que ses frères, etc. 

                Au même moment, et depuis la révolution française qui avait accordé le statut de citoyen français ou juif, la France s’est rendu compte que les autorités religieuses juives acceptaient d’adapter leurs dogmes aux lois de la république.

                Et donc, il y avait d’un côté des musulmans ne voulait pas renoncer aux lois coranique, et de l’autre côté des juifs qui avait renoncé à toutes les parties du Talmud qui allaient à l’encontre des lois de la république.

                je ne vois donc pas la matière à être choqué, a fortiori pour vous, une femme.Éclairer moi…


                • gdelafonte 7 août 15:54

                  J’écris depuis mon téléphone, excusez les fautes d’orthographe…


                  • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 7 août 16:45

                    @gdelafonte

                    Bonjour, et merci de votre commentaire. Je ne suis pas choquée, je cite des faits qui ont eu une grande incidence sur la suite des événements. Il était difficile pour les Musulmans de renoncer à leur religion qui mêle le temporel et le spirituel et régit chaque acte de leur vie. 
                    D’autre part, mon article n° 3 en modération en ce moment relate un épisode peu connu de l’influence des Oulémas qui ont dans le premier quart du XXeme siècle développé les « écoles coraniques » (250 ) de façon à mailler le territoire algérien. Ces écoles sont rentrées en concurrence directe avec le programme d’alphabétisation de la France, qui débloquait des financements et accélérait la formation d’instituteurs. Il semblerait que les Algériens préféraient inscrire leurs enfants dans les écoles coraniques. Bien à vous. 


                  • gdelafonte 7 août 20:03

                    @Nicole Cheverney

                    Je vous remercie pour votre réponse, qui amène une autre question de ma part. Tout d’abord je salue votre démarche, l’histoire permet effectivement d’éclairer le présent. Personnellement je suis amateur d’histoire et je me suis intéressé comme vous à la guerre d’Algérie.

                    Ma question est la suivante ? Vous dites :
                    Il était difficile pour les Musulmans de renoncer à leur religion qui mêle le temporel et le spirituel et régit chaque acte de leur vie. 

                    Hors les Algériens ont été « colonisés » par les Arabes comme ils l’ont été par les Français, c’est à dire que l’Islam leur a été imposé. D’où ma question : pourquoi mettez-vous sur des plans différents la culture française et l’Islam ? les deux ne sont pas une culture « originelle » mais le produit d’une colonisation.
                    A la différence de vous, je pense que la raison pour laquelle les musulmans ont refusé de renoncer à l’Islam est pour ne pas perdre leurs prérogatives (bigamie, héritage plus important par rapport aux femmes, possibilité de répudier leurs épouses, etc.) et je ne vois rien de sprituel là dedans.

                    Je crois qu’il est possible de vivre en accord avec les lois françaises sans justement renier la dimension spirituelle de l’Islam (et je connais plusieurs amis musulmans qui s’en accommodent fort bien).

                    Pour citer un exemple, l’émir Abdel Kader a été décoré de la légion d’honneur, et sa trajectoire (que vous pourriez raconter) constitue un bel exemple de cet Islam spirituel et non coercitif.


                  • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 7 août 20:42

                    @ gdelafonte

                    Effectivement l’Islam leur a été imposé.

                    Ibn Kaldoun dans le livre des Prolégomènes écrit au sujet de la « colonisation » arabe : 

                    « Au 5eme jour de l’Hégire, les Béni-Hilal et les Soleim y firent irruption et, pendant trois siècles et demi, ils ont constinué à s’acharner sur ces pays, aussi la dévastation et la solitude y règnent encore. Avant cette invasion, toute la région q ui s’étend depuis le pays des Noirs jusqu’à la Méditerranée était bien habitée, les traces d’une ancienne civilisation, les débris des monuments et d’édifices, les ruines de villes et de villages sont là pour l’attester. »

                    L’Algérie qui fut une terre d’invasions permanentes, depuis la plus haute antiquité, a vu l’Islam s’incruster et devenir pérenne dans ce pays. Avec Kaldoun, il faut se replacer dans le contexte de son époque, il a la dent un peu dure contre les Arabes, mais l’Islam a laissé des traces durables. L’arrivée des Français, certainement a opéré sur les Musulmans, à la chute de la Régence, un repli identitaire profond, qui a perduré. Je pense, mais cette question est à creuser bien évidemment, que pour la République laïque, le statut coranique posait problème vis à vis du statut des femmes, des lois du commerce, de l’enseignement, etc...) 

                    Vous le soulignez, bien des Musulmans vivent en plein accord avec les lois françaises sans renier l’Islam. Mais le contexte des XIXe et XXe siècles étaient différent, à mon sens. La République était pointilleuse pour les questions de laïcitél avec la séparation de l’Eglise et de l’Etat. D’ailleurs, et ce n’est que mon humble avis, à partir de 1905, elle a eu avec le catholicisme la même attitude du méfiance qu’elle avait avec l’Islam. Et je dirai même, intransigeante.

                    Il est très dommage que nos aïeux n’aient pas sû composer. Pour eux ils n’y avaient que deux voies possibles. Une troisième voie, celle de la conciliation n’a pas été suffisamment exploitée et le résultat fut le désastre de la guerre d’Algérie. 

                    Pour Abd-El-Khader, j’ai parlé du personnage dans mes premiers articles sur la conquête. Très incomplet, mais il y avait beaucoup de choses à dire sur ces événements.

                    Bien à vous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité