• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > De Lisbonne à Vladivostok

De Lisbonne à Vladivostok

Lors de sa récente visite en Corée du Nord, le président russe, Vladimir Poutine, a signé un partenariat stratégique d’assistance mutuelle en cas d’agression par un pays tiers, une sorte de mini OTAN, avec le président nord-coréen Kim Jong-Un. Parfois, les contrecoups de l’Histoire sont cruels. (1)

Les réactions outrées, voire désobligeantes, de la presse européenne et américaine ne se sont pas fait attendre. Toujours est-il, le rêve de Zbigniew Brzeziński, une communauté de « valeurs occidentales », américaines en l’occurrence, s’étendant de Lisbonne à Vladivostok (2) a fait Pschitt !

Néanmoins, les Etats-Unis, un empire en déclin, continuent à poursuivre cette chimère, coûte que coûte, buvant le calice jusqu’à la lie, fixant son attention sur le continent asiatique, comptant surtout sur son vassal, les Philippines, pour fomenter un conflit avec la Chine, dans un but, illusoire, de reprendre la main, du coup abandonnant l’Union Européenne sur le bord de la route, tout en lui laissant le soin de régler l’ardoise de cette stratégie ruineuse. Et l’Europe s’exécute.

En effet, l’OTAN, L’Organisation du Traité de l’Atlantique du Nord, demande un « effort supplémentaire » de la part de ses pays membres, exigeant une augmentation de leurs budgets de défense à 2 % du PIB, produit intérieur brut, dans le but de les faire acheter made in America. Une stratégie qui, depuis Bretton Woods, avait fait ses preuves, du moins dans les pays vassaux du « Sud Global ». Etant donné que ceux-ci marchent de moins en moins dans la combine, c’est l’Europe qui reprendra le flambeau.

Rappelons que l’économie américaine est entièrement basée sur l’emprunt public, et privé, rendu possible par la création monétaire sans lendemain (3) par la Réserve Fédérale, une institution privée, occasionnant des déficits budgétaires exorbitants, année après année, 1,7 billions USD en 2023 ou 1'700 milliards USD (4), s’additionnant à une dette souveraine qui s’élève actuellement à 35'000 milliards USD (Lors de l’entrée en fonction du président Ronald Reagan en 1981 celle-ci s’élevait à 738 milliards USD) dette, financée entièrement par les surplus commerciaux de ses « partenaires » (5) et, jusque récemment, les revenus pétroliers de l’Arabie Saoudite, les pétrodollars.

En effet, l’accord entre les Etats-Unis et l’Arabie-Saoudite, datant d’il y a cinquante ans, le recyclage des revenus pétroliers de la monarchie du golfe en actifs, libellés en USD, n’a, jusqu’à nouvel avis, pas été renouvelé. La presse européenne et américaine s’est d’ores et déjà empressée de taxer cette nouvelle de « fake news », la preuve du renouvellement n’ayant toutefois pas été fourni par ladite presse, pour l’instant.

Ainsi, comme le relève le journaliste allemand Werner Rügemer dans un article sur le site d’information allemand, « Nachdenkseiten » (6), les Etats-Unis font miroiter aux membres de l’OTAN un engagement financier disproportionné dans l’effort de guerre en Ukraine, en gonflant délibérément les chiffres, afin de les inciter à augmenter leur « contribution ». Selon certaines estimations 80 % à 90 % des sommes autorisées par le Congrès américain pour la défense de l’Ukraine ne quitteront jamais les Etats-Unis.

Du programme d’aide de 60 milliards USD, décidé par le Congrès américain, 10 milliards iront effectivement en Ukraine, seront toutefois remboursables rubis sur l’ongle. Compte tenu de la situation financière de l’Ukraine, ceci se soldera par des privatisations à la grecque.

7,3 à 11,5 milliards USD sont réservés aux activités du personnel des forces armées américaines en Europe, ainsi que salaires et primes en faveur des soldats stationnés en dehors des Etats-Unis. 

Une partie importante du train de mesures est réservée à la protection de l’ambassade américaine à Kiev ainsi qu’aux autorités civils hors US et certains médias, dans le but de parer aux « interférences chinoises ».

Sont comptés également, les chars d’assaut « Abrams » dépassés, et réformées par l’armée américaine, livrés en Ukraine, ainsi que les subventions, promis à l’industrie de l’armement américaine pour le développement de nouveaux modèles, plus performants.

Une autre partie importante du paquet est réservée aux subventions en faveur des entreprises de défense américaines, ou étrangères qui souhaitent étendre leurs activités sur sol américain, pour y créer de l’emploi, comme l’allemand « Rheinmetall », dont le plus important actionnaire est la maison « Black Rock », le plus important gestionnaire d’actifs au monde, 10 billions USD.

La Vice-présidente américaine, Kamala Harris, l’a bien rappelé aux participants du sommet suisse pour la paix en Ukraine. « Ce n’est pas par altruisme que les Etats-Unis sont engagés en Ukraine, c’est par intérêt stratégique, » et au président polonais, Andrzej Duda, d’ajouter : « Il faut décoloniser la Russie et la découper en 200 petits états ethniques. » Brzeziński sort de ce corps ! On a du mal à comprendre, pourquoi la Russie n’a pas souhaité participer au festin.

Depuis fin 2022 le gestionnaire « Black Rock » s’est vu attribuer le rôle, officiel, de coordinateur pour la reconstruction de l’Ukraine et la banque d’investissement JP Morgan le véhicule de financement ce celle-ci. Il va sans dire qu’il est dans l’intérêt de tous les participants que la guerre dure encore un peu. Il y aura davantage à reconstruire. En tout cas l’Ukraine, en tant que site de production est absolument idéal. Le salaire horaire minimal légal y est de 1,21 Euros, une aubaine.

Du coup, le ministre des finances allemand, Christian Lindner, est prêt à faire une entorse au dogme de la rigueur budgétaire et d’assouplir le « frein à l’endettement », la condition sine qua non pour la création d’un fonds spécial de 100 milliards euros, destiné au réarmement de la Bundeswehr. Et dans la précipitation de l’urgence, la présidente de la Confédération helvétique, Viola Amherd, ministre de la défense, hôtesse du sommet pour la paix en Ukraine presse actuellement le parlement suisse de faire autant. Quitte à sacrifier le CHF sur l’autel de l’OTAN. 

 

  1. https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-logique-logique-de-kim-jong-un-195868
  1. https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/toi-aussi-brutus-243899
  1. National Deficit | U.S. Treasury Fiscal Data
  1. https://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/monetarisme-231734
  1. https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/nouvel-ordre-mondial-236780
  1. US-„Ukraine-Hilfe“ : Selbsthilfe für die USA (nachdenkseiten.de)

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/shadow-banking-217959


Moyenne des avis sur cet article :  2.46/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Gérard Luçon Gérard Luçon 22 juin 14:28

    -les normes « techniques » de l’OTAN imposent d’acheter du matériel militaire américain, quel hasard ... donc on fourgue aux ukrainiens nos matériels vieillots et avec nos 2% on achète selon les normes OTAN ...

    -le crois que l’accord Russie - Corée du Nord existait mais était devenu caduc, donc il a été actualisé...

    -n’oublions pas que ces deux pays ont une frontière commune, petite certes, mais ...


    • Nicolas36 22 juin 15:48

      @l’auteur

      Constat réaliste : cette guerre est essentiellement une affaire de gros sous. L’Ukraine c’est du gâteau et pas seulement les salaires mais des ressources minières et agricoles considérables. 

      Ceci explique le « quoiqu’il en coute » du financement de ce conflit par les Occidentaux. Ils espèrent un gros retour sur investissement et qu’il y ait 2 millions de tués Ukrainiens est le cadet de leurs soucis. (Un sénateur US Lindsay Graham l’a déjà dit ouvertement comme Kamala Harris ). 

      Il est joli le « camp du bien ». 

      Le problème est que si les Russes cassent l’armée Ukrainienne , adieu veaux , vaches, cochons et couvées. 

      Le réarmement des Etats de l’OTAN ne compensera jamais un fait sociologique : personne en Europe ne veut aller se faire tuer pour l’Ukraine. 

      L’affaire est perdue d’avance . C’est une affaire de temps. 


      • titi titi 22 juin 20:00

        Suite à l’annonce de cet accord entre la Russie et la Corée du Nord, Séoul a annoncé que la Corée du Sud ne s’interdisait désormais plus de fournir des armements à l’Ukraine.

        Le Mozart de la stratégie s’est encore pris un boomerang dans la figure.

        Entre l’enlisement en Ukraine, l’entrée de la Finlande et de la Suède dans l’OTAN, le fait que certaines anciennes RSS profitent de la situation actuelle pour sortir de la zone d’influence russe, le résultat des décisions de Poutine est catastrophique pour la Russie.

        Poutine laissera la Russie, dans l’état où il l’avait trouvé en entrant, après l’ère Elstine.


        • Phil 23 juin 08:57

          @titi
          Vous resserrez l’histoire à l’aulne de votre conditionnement, ça ne marche pas comme ça.

          Avec votre cerveau français, occupez vous plutôt de l’état dans lequel se trouve votre pays et dans l’état ou l’ont mis ses dirigeants. Il est assez prétentieux, synonyme d’une certaine catégorie de français, de projeter ses propres interprétations pour expliquer ce que ferait ou ce que serait autrui. Avoir les capacités d’analyser quoique ce soit en ce qui concerne les affaires de la Russie ou d’autres, ne peut se réduire à l’expression franchouillarde d’une certaine condescendance. Vous ne savez rien, comme moi, de ce qui se passe dans la tête des russes et surtout pas dans la tête de leurs dirigeants, ils ne sont pas comme vous. Un peu d’humilité serait nécessaire si nous voulons comprendre ce qui est réellement en jeu, et pour aller éventuellement sur le chemin de la paix. Ce n’est pas en étalant la faiblesse d’un orgueil qui n’a pas lieu d’être que nous pourrons avancer vers une résolution d’un conflit.


        • titi titi 23 juin 12:23

          @Phil

          Il n’y a ni humilité, ni condescendance.

          Juste un constat.

          L’opération spéciale de 3 jours dure depuis 28 mois.

          Poutine voulait contenir l’OTAN, elle a gagné 2 membres.
          Poutine menaçait depuis des années sur les anciennes RSS qui ne devaient se rapprocher ni de l’UE, ni de l’OTAN. Elles profitent de la situation pour prendre le large.

          "Avec votre cerveau français, occupez vous plutôt de l’état dans lequel se trouve votre pays et dans l’état ou l’ont mis ses dirigeants.

          "

          Ca fait depuis 1956 que nous n’avons pas envahit un voisin.
          J’en suis très satisfait.


        • Nicolas36 24 juin 10:15

          @titi

          Il faut vous mettre à jour.
           
          La Corée du Sud fournit des obus de 155 mm à l’Ukraine via les USA depuis plus de 1 ans. Le dernier lot était de 500 000 obus. 

          Les Polonais achètent massivement des matériels militaires Corée du Sud , blindés et avions. Ce qui permet de « donner » leur bazar du pacte de Varsovie aux Ukrainiens depuis 2 ans. 

          Donc en terme de retour du bâton c’est plutôt le contraire qui arrive. 

          Les Américains sont en rage de voir les Chinois , les Coréen du Sud et l’Iran fournir des armes aux Russes en fait. 
          Le Viet Nam ne vas pas tarder à suivre. Tout ces pays sont fortement militarisés à la sauce Russe donc vite efficaces. 

          Pour ce qui est de la ruine : c’est plutôt pour l’UE que c’est bien parti ! L’essentiel du Monde est avec les Russes. 

          Il faudrait vous réveiller . 



          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 23 juin 10:21

            @zygzornifle
             
             merci pour cette super chanson que je ne connaissais pas.


          • JPCiron JPCiron 23 juin 22:09

            « Il faut décoloniser la Russie et la découper en 200 petits états ethniques. »


            C’est toujours et encore le même plan de déstabilisation déjà utilisé pour mettre à feu et à sang le Moyen Orient  :

            Cela fait presque un demi-siècle que le Plan est clair : déstabiliser le Moyen Orient, afin de laisser Israël jouer le rôle de régulateur au MoyenOrient (en conjonction avec les USA). Voir ces plans pour le Moyen Orient :

            https://www.agoravox.fr/commentaire5761242

            Les « États Voyous », les Terroristes (et même les Terroriste financés par des États-amis) il y en a plein.


            Là où c’est TRÉS gênant, c’est quand des États qui sont nos Alliés qui se prétendent être aux avant-postes de la Démocratie et des Droits de L’Homme et, dans le cas d’Israël dont le Symbole Biblique, issu de l’antique Arbre Sacré Oriental, est (en principe) porteur de Valeurs millénaires ; là où c’est très gênant donc, c’est quand ces États transgressent tous ces Principes et Valeurs dans le cadre de Plans de déstabilisation du Moyen Orient, qu’ils ont (conjointement ou séparément) détaillé dans la Presse.


            Ainsi, dès février 1982, parait un article dans le journal israélien ’Kivunim’ (Directions), signé par un obscur journaliste (plus probablement un pseudonyme), qui mettait en avant deux idées puissantes :

            A > La survie d’Israël exige qu’Israël devienne une puissance régionale incontournable.

            B > Pour ce faire, les États Arabes de la région doivent être ’’fragmentés’’ en États plus petits/ plus nombreux. Chacun ayant une certaine homogénéité ethnique ou religieuse.

            .

            Suivront bientôt, venant essentiellement des États Unis, un certain nombre de « Plans » pour redessiner les frontières au Moyen-Orient.

            Citons :

            >2004 – « Greater Middle East Initiative » de George W. Bush, pour exporter le modèle démocratique vers le monde Arabe et Islamique)

            >2006 – « New Middle East » Plan Américain pour revoir les frontières en fonction des ethnies/ cultures.

            >2009 – « A Clean Break » expose la stratégie israélienne pour un État Juif fort.

            >2013 – « Plan Wright » prévoit des modifications et éclatements en Syrie et Irak, Arabie Saudite, Yemen, ...

            >2016 –« Plan « B » John Kerry évoque la fragmentation de la Syrie comme un des éléments d’un plan « B ».

            > 2019 – « Plan du Siècle » pour les Palestiniens, préparé par le team USA-Israel, présenté par Trump. Plan qui vise ’’en même temps’’ à déstabiliser la Jordanie.

            .

            Dès lors, il devient très difficile pour les représentants de bien des États Occidentaux, alliés tant des USA que d’Israël, de ne pas émettre des condamnations à l’ONU (par des ’’effets de manches’’ qu’ils savent resteront sans effet, et qu’ils ne veulent pas non plus traduire en sanctions) ou par des prises de position publiques (pour rassurer et tranquilliser leur propre population qui ne comprend plus... et les faire ainsi patienter jusqu’à constatation ’’impuissante’’ de l’état de fait).

            .

            En résumé, mon opinion est que les dirigeants des États Occidentaux, ’convaincus’ ou menés par les actifs Lobbies ad-hoc, en sont venus à accepter cette politique régionale hégémonique et colonisatrice, et donc ils laissent faire le ’’team’’ USA-Israel au Moyen-Orient. Mais, comme ce-faisant ils piétinent les Valeurs dont ils se prétendent dépositaires et renient les promesses faites autrefois aux ’’Arabes’’ (sacred Trust of Civilization), alors ils vont condamner ’’pour la forme’’.


            • zygzornifle zygzornifle 24 juin 09:18

              Un des deux se fera baiser par l’autre, les paris sont ouverts .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité