• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > De Mai-Juin 68 aux Gilets jaunes

De Mai-Juin 68 aux Gilets jaunes

26 mai 1968 rue de Lyon. C'était une des dernières grandes manifs de mai 1968. J'avais animé la construction de la barricade comme la mouche du coche. Tant et si bien que nous avions oublié les trottoirs... Mais n'avais-je pas la jeunesse comme excuse ? Les CRS controlaient nos mains : si elles étaient sales cela prouvait que nous avions lancé des projectiles... Ayant choisi des petits pavés convenables et non pas des morceaux d'asphalte crasseux, les miennes étaient relativement propres. J'en réchappais, une fois de plus...

I. Les fleurs de la révolte et de la colère en un si beau jardin...

« La France s'ennuie » titrait alors « Le Monde ». On écoutait placidement « Salut Les Copains » sur nos transistors (1). Mon seul « souci » en ce début mai : un retard dans la remise de ma dissertation de français. Cet après-midi-là il fallait donc mettre les bouchées doubles, ouvrant de temps à autres le poste de radio pour prendre une bouffée de musique... Enervant ! On y entendait des bruits d'explosion et des cris de journalistes... Quelle drôle d'idée de repasser des bandes de docu sur la Guerre d'Algérie, me disais-je.

Car côté barricades de rue c'était la référence historique la plus proche dont on pouvait avoir des enregistrements. Mais quand on fit allusion au Boulevard Saint-Michel j'ai quand même fini par comprendre que cela se passait sur l'instant... à Paris ! J'étais plutôt studieux et ponctuel. Je fermai le poste et, plutôt content de moi, achevai mon devoir. Le lendemain, traversant en « caddy » (2) la triste banlieue ouvrière, j'arrivai au lycée un peu en retard mais la conscience petite-bourgeoise tranquille. Surprise ! Dans la classe, le prof, assis sur une chaise, discutait au milieu des élèves. Grève ! Les élèves, hier encore moutons accomplis, devenaient chiots turbulents, semblaient ailleurs, comme envahis par une étrange stupéfaction. Ma dissert' en retard ? Le prof et tout le monde s'en foutait...

On connaissait le hamburger comme un met exotique mais à la maison on consommait déjà de l'avocat. Le Parti Communiste espérait gagner les prochaines électioons. Toutes nos vies étaient organisées. Le lycée, le quartier, la ville, celles des alentours, étaient politiquement sous l'influence des communistes. La plupart des associations en dépendaient par le biais des municipalités. Pas si mal : loisirs, vacances, voyages, clubs et activités diverses... Tout cela était gratuit ou presque. Et, prêts à cracher dans la soupe, nous trouvions cela normal. Il restait quand même quelques bidonvilles, le Smic à 650 francs, les allocations chômage peu recherchées because plein emploi ou presque, des polices ou des services parallèles comme le SAC (3). Thorez et De Gaulle charmaientt mon père, même s'il restait opposé à ce dernier (« un dictateur »), et même si nous étions discrètement anticommunistes....

Etait-ce le 3 mai ? Piqué par la curiosité, j'arrivai à Paris en sens inverse d'une manifestation qui franchissait le Pont Neuf avec à sa tête un gars en costard qui brandissait un drapeau noir étrangement orné d'un petit ruban rose. C'était Ramon Finster. J'étais curieux, excité. J'apprenais sur le tas, des mots et du vocabulaire, que la société était injuste et les flics pas toujours gentils... Je m'enflammais. Ah j'y voyais plus clair à présent ! C'était parti... Ma mère détestait les anarchistes et mes parents, ouvriers, anciens déportés, essayaient de me raisonner.... .

Mais la France, contrairement à aujourd'hui, à celle de Macron l'Augustule, était un pays de jeunes. C'était la génération du baby-boom née après-guerre. Même si en 6e, j'avais été le seul fils d'ouvrier de la classe, collèges et lycées, mais aussi universités, s'ouvraient à plus grand nombre... Des centaines de milliers de jeunes, âgés d'une vingtaine d'années déferlaient bientôt dans les rues de Paris et des grandes villes françaises. Mais « Jeunes », on le sait, ne signifie pas forcément « Clairvoyants ». C'était fascinant de voir certains copains, des copines, auparavant si sages, devenir maoïstes, brandir le petit livre rouge de Mao, proférant de mystérieuses malédictions contre de mystérieux personnages orientaux, nous vantant la « Révolution Culturelle ».

Un journaliste du Monde, Alain Jacob, tenait un public d'intellos en haleine, en dressant des tableaux mirifiques de ce qui s'avéra un véritable enfer pour des millions de gens. Mais il faut dire qu'on nous avait déjà fait le coup avec le « paradis soviétique », déjà décati alors. Le paradis maoïste ne tint pas le coup lui non plus et maints thuriféraires de ce régime totalitaire, devinrent, comme Serge July, de braves chefs d'entreprises bourgeois.…

N'empêche. Compte tenu du nombre, de notre furia dans les manifestations, de la panique dans les rangs du pouvoir, chez les forces de l'ordre, on peut dire que Macron, aujourd'hui, a de la chance de se retrouver avec en face de lui une majorité de Gilets Jaunes papis ou quadragénaires. Car face à la jeunesse en révolte de mai-juin 1968, il n'aurait pas tenu dix jours. En tête, dans la rue, nous étions certes des intellos mais c'est une grève générale de millions de travailleurs qui paralysa pendant plusieurs semaines complètement le pays. Face au boniment des journalistes fidèles défenseurs du pouvoir en place, il y avait des têtes, du répondant et la gouaille populaire pour faire mouche et les tourner définitivement en ridicule. Certains ne s'en remirent jamais.

Face à la tournure des évènements, la rumeur se répandit ainsi que le secrétaire du Parti Communiste, Waldeck-Rochet en était tombé malade.

Les ministères se vidaient. Certains, en désespoir de cause, s'en remettaient discrètement à la gauche, Mendès ou Miterrand, pour « sauver les meubles », entendez le régime voire le système capitaliste. La Bourse plongeait. Malgré les pourparlers de Matignon, tous les nouveaux acquis et les incitations des syndicats à la reprise, les ouvriers refusaient de retourner au boulot. Et surtout le chef de l'Etat lui-même s'était évanoui. En son absence, Pompidou et son secrétaire d'état, Jacques Chirac, géraientt avec habileté. Les capitalistes leur doivent une fière chandelle...

Le Général n'avait plus qu'à revenir et froncer le sourcil. La dissolution de l'Assemblée et l'organisation de nouvelles élections avaient suffi pour rétablir « l'ordre républicain ». Le troupeau, un moment affranchi, rentrait à l'étable. Vieille méthode que l'on ressort aujourd'hui, lors des crises sociales, consistant à faire passer les élections et le vote pour la quintessence de la démocratie. Alors que le vote est pratiqué avec ostentation dans toutes les dictatures (4).

II. Une société où il y avait du grain à moudre...

On connait l'antienne répétée en 1936, en 1945, en 1968 : « il n'y a pas d'argent pour satisfaire vos revendications ; tout ce que vous allez arriver à faire, c'est foutre le pays en faillite ». Ne servons pas encore une fois le couvert avec un nouveau débat sur les conséquences d'un meilleur niveau de vie... Constatons simplement qu'en 1945, il fut possible de mettre sur pied notre système de Sécurité Sociale actuel dans un pays exangue, affaibli par 5 ans de guerre et d'Occupation. Même si bien sûr il s'agit de choix politiques, remarquons ici surtout les évolutions inexorables du système capitaliste :

- De 1945 à 1973 : période de reconstruction et vision keynésienne où le crédit permet de relancer l'économie. Faibles salaires constamment rongés par l' inflation et chômage peu élevé (5). On peut se permettre d'augmenter lesdits salaires puisque, dans la logique keynésienne, l'inflation les bouffera de toutes façons. On vit « à crédit » dans une perspective de Progrès continu dont la société libérale est l’unique pourvoyeuse. Les débits d'aujour'hui seront comblés par les profits de demain. Mai 68 entre dans cette période.

- A partir de 1973 avec la première crise pétrolière, confirmée par la seconde de 1979, on doute de plus en plus des politiques keynésiennes de relance (6). La dernière tentative de ce genre en France, de 1981 à 1983 est considérée comme un échec. Place donc aux néo-libéraux, aux politiques de la TINA de Thatcher et de Reagan plus que jamais à l'ordre du jour. Car les possibilités de profits s'amenuisent, sont fragiles, même s'ils semblent devenir monstrueux par la surexploitation « indispensable » du plus grand nombre. Le capitalisme entre clairement dans un stade financier, son ultime étape si l'on se réfère à Lénine... et à Macron ! (7) Seule le spéculation financière peut rapporter gros, plus que l'investissement dans la production de biens réeels (8). Et ensuite les capitalistes vous l'insinuent sur tous les tons : il n'y a plus de grain à moudre !... C'est à dire rien pour le Peuple...Mais tout pour eux... et plus encore si possible !

A moins que le Peuple comprenne enfin qu'il faut en arriver à casser la baraque !

De toutes façons le chaos est déjà là et il vaudrait mieux penser à construire un autre futur où l'on s'attachera à satisfaire les besoins et non pas à faire du profit. De Gaulle avait eu l'intelligence de dissoudre l'Assemblée Nationale et d'en appeler à de nouvelles élections législatives (les précédentes ne dataient pourtantque d'une année...).

Mais, par ailleurs, le peuple français, dans son ensemble, restait controlé par des organisations ouvrières puissantes comme le Parti Communiste ou la CGT, qui avaient renoncé depuis longtemps à remettre en question le système capitaliste. Elles savaient manipuler, contrôler les manifestations et les débats (« pas de provocations, camarades ! ») où c'était toujours les mêmes ténors qui faisaient reprendre le refrain. C'est différent aujourd'hui car en même temps que le capitalisme affaibli croûle sur lui-même, institutions, syndicats, partis s'affaissent logiquement eux aussi. De plus en plus nombreux sont ceux qui se rendent compte de cet effondrement en cours tentant trop souvent de se raccrocher à la branche vermoulue des populistes.

Exibant les ministres en clowns blancs,le dérisoire cirque itinérant de l'Augustule, inutile, coûteux, permettra t-il de faire oublier les centaines de personnes sans toit, qui en ce moment crèvent de froid dans les rues, la misère à la maison, quand on en a une, sans chauffage, sans rien à bouffer !

Honte à toi Paillasse !

Derrière l' « inacceptable » slogan « Macron Démission » se profile à présent une condamnation radicale et logique du capitalisme, ainsi que le souhait d'une nouvelle société de Démocratie Directe. On n'en était pas vraiment arrivé là en mai-juin 1968...

Mais maintenant ça urge !

Paul Mattick, militant conseilliste, penseur et homme d’action rappelle que « Marx ne prévoyait pas, quant à lui, un effondrement "automatique" ou "économique" du système capitaliste. Seule la puissance des actions révolutionnaires de la classe ouvrière était apte, selon lui, à montrer si la crise du système à un moment donné en constituait ou non la "crise finale". » .

Mais où est resté mon gilet ?!

 

Notes

(1) « Salut les Copains » était à la fois un magazine pour les jeunes et une émission de radio quotidienne qui débutait dans l'après-midi.

(2) Le « caddy » était un petit cyclomoteur grenat se voulant le rival du solex... Solex ? Ah oui : demandez à votre grand-père...

(3) SAC : Service d'Action Civique, organisation parallèle au service du pouvoir gaulliste dans les années 1960-1970 - « Rapport de la Commission d'Enquête Sénatoriales sur les activités du Service d'Action Civique » Editions Alain Moreau, 1982. A côté de De Gaulle et de Pasqua, Macron et Benalla sont des poussins !...

(4) Le vote, pendant la Révolution Française, ne concernait qu'un peu moins de trois millions d'habitants. En Angleterre, pays du libéralisme, au XVIIe siècle, il ne concernait qu'environ 400000 hommes. Tout au long du XIXe siècle ou presque il resta censitaire – il fallait être contribuable imposable pour avoir le droit de voter – et les organisations ouvrières, prônant la Démocratie Directe, préchèrent l'abstention pratiquement jusqu'au début du XXe siècle . Le Parti Communiste ne participait qu'aux élections municipales jusqu'au début des années 1930...

(5) Voir la « Théorie Générale » du pragmatique Keynes... et mon petit ouvrage en ligne « Krachs, spasmes et crise finale » https://lachayotenoire.jimdo.com/nemo/

(6) Retour au libéralisme pur et dur car on se doit de conforter ses profits sous peine de faillite https://lachayotenoire.jimdo.com/nemo/

(7) Le 31 décembre 2018 dans son show de fin d'année il évoque « la fin du capitalisme financier ». S'il ne faut pas sous estimer l'intelligence du Président il ne faut pas non plus y distinguer ici une véritable clairvoyance... Mais les cercles de Bildenberg ou de Schtrunkmunch ont anticipé, c'est vrai la crise à venir, décidant de laisser aller la faillite à son terme... Mais c'est encore une autre histoire.

(8) « Du fer à la finance : l'empire de Wendel https://blogs.mediapart.fr/patrick.../documentaire-du-fer-la-finance-lempire-wendel. Une reconversion réussie !


Moyenne des avis sur cet article :  4.34/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

74 réactions à cet article    


  • nocob 26 janvier 21:02

    Allez,

    Mai 68 ? Vous croyez pouvoir m’acheter avec 300 ou 400€ ? Une belle déclaration a la TV ? Que ce sois clair, les impunis doivent payer maintenant.

    Donnez moi juste la tête de Macron Colomb Banquier, sarko et vals, Fabuis, Balkani Copé et Estrosy, en signe de bonne foi.

    Et j’accepte de négocier la tonte, l’exile ou la prison, pour les autres. Qu’il sois clair que la Justice n’est pas morte, je n’ai vue marcher dans paris !

    Couic !


    • Paul Leleu 26 janvier 22:13

      @nocob

      avec Eric Drouet en nouveau Cohn-Bendit, les gilets-jaunes vont finir par nous faire une révolution orange... !

      plus de partis, plus de syndicats, plus d’élections, plus d’élus, plus de médias... juste des gilets-jaunes sur Facebook, qui se tirent la bourre à-qui-mieux-mieux...

      on supprimera le méchant BFM TV et on aura à la place le gentil Facebook...

      En attendant, les gilets-jaunes sont en train de renverser le capitalisme mondial en cassant des abris-bus le samedi après-midi ... c’était si simple que personne n’y avait pensé !! ...


    • nocob 27 janvier 00:06

      @Paul Leleu

      J’ai l’air si con que je ne pourais rien trouver de plus stratégique qu’un abri bus ? 

       smiley


    • V_Parlier V_Parlier 27 janvier 00:48

      @Paul Leleu
      En effet vous ne croyez pas si bien dire : https://www.huffingtonpost.fr/2019/01/02/gilets-jaunes-winter-on-fire-ce-documentaire-sur-lukraine-qui-inspire-ces-deux-figures-du-mouvement_a_23632137/ .

      Finalement c’est peut-être pour ça que les médias mainstream les ménagent (envers et contre l’avis de certains), eux qui étaient de grands adorateurs de Maïdan... Situation caucasse tout de même : L’oligarchie qui se prend un bon coup de boomerang de sa révolution colorée dans la tronche : https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/france-en-feu-un-effet-boomerang-79700 .


    • JulietFox 27 janvier 14:45

      @V_Parlier
      Situation caucasse

      dans le Caucase ?


    • V_Parlier V_Parlier 27 janvier 18:38

      @JulietFox
      Pas cette fois. (Ca s’éait du temps où les USA négociaient tranquillement avec les terroristes du « Califat du Caucase » au Daghestan et en Tchétchénie.


    • nocob 26 janvier 21:04

      Et vous me tondez le vieux Giscard, le plus gros cumulard de l’histoire de la république qui coûte a lui tout seul autant que 400 fonctionnaires.


      • Paul Leleu 28 janvier 00:54

        @nocob

        Pompidou et Giscard sont la conséquence de Mai 68... paye ta révolution... !

        et cette fois-ci on aura quoi ? la suppression des corps intermédiaires, au profit d’une gestion en direct par Facebook ???


      • Kapimo Kapimo 28 janvier 10:26

        @Paul Leleu
        La suppression des corps intermédiaires, elle a déjà été réalisée par Sarko et Macron. 


      • Paul Leleu 28 janvier 17:50

        @Kapimo

        ah oui... mais là il y en a qui veulent vraiment les supprimer : « plus d’élections pièges à cons »... plus de syndicats, plus d’élus, plus de médias... juste le « liberté Facebook » intégrale ?

        Mai 68 a déjà servi à supprimer les corps intermédiaires « étouffants », « non représentatifs », réformistes« , »vendus« et »démodés"... On sait ce qu’il en a été...

        une révolution maximaliste qui ne débouche pas sur un régime communiste autoritaire (type Lénine ou Mao), est un bouvelard pour le Capitalisme... en effet, la nature a horreur du vide... Ou alors il faut mettre au pouvoir un réformiste du genre Asselineau, qui peut correspondre à la nouvelle situation, et éviter le chaos...

        Je sais que ça ennerve tous les idéalistes d’A-vox qui croient déjà au Père-Noël Jaune... mais il faut voir un peu plus loin... pas pour être malveillant... juste pour éviter de se faire entuber encore une fois...


      • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 26 janvier 21:22

        2019 :

        La musique à la radio est pourrie, le cinéma c’est essentiellement de la merde

        Les élites sont devenus des opportunistes sans honneur

        Les médias distraient pour ne pas informer

        Les jeunes décervelés s’imaginent une vie sur Instagram

        80% de notre confort est importé

        La bonne bouffe simple c’est devenu du luxe

        Le choix politique simpliste de la droite ou de la gauche n’existe plus

        Les riches resquillent et les moins riches paient, en parfaite légalité.

        Sans vouloir faire mon rabat-joie, les gilets jaunes vont échouer. On aura jamais un R.I.C tant qu’on ira pas l’arracher. On est tout simplement pas assez nombreux, on n’aura pas l’adhésion nécessaire tant que la plupart seront convaincus d’avoir un petit quelque chose à perdre. Néanmoins, cela distille des vérités et coule des questions fondamentales que le commun des mortels ne commence à peine à saisir. C’est pas pour demain, mais pour après demain. Il ne faut pas compter sur un Mai 68 aujourd’hui.

        Entre le fait que les gens aient l’intuition que quelque chose cloche et la conviction de problèmes précis nécessitent des solutions précises cela prendra des années surtout si l’on considère que ces solutions seraient à supposer sans peine, gratuites et sans conséquences sur notre vie quotidienne.

        Faisons semblant.


        • Paul Leleu 26 janvier 22:23

          @La Voix De Ton Maître

          mai 68 a debouché sur Pompidou et Giscard... tu parles d’une révolution !!! et ils veulent nous la refaire ? Non merci !

          en attendant, les français plébicitent massivement la « merde » que vous évoquez à juste titre... ils adorent ça... même les gilets-jaunes en fait, qui eux-aussi écoutent la « musique de merde à la radio » et le « cinéma » qui est par définition de la merde américaine...

          Si les gilets-jaunes voulaient récupérer de la thune, ils ont qu’à économiser sur leur tabac, leur shit, leur alcool et leurs loto... ça fera déjà un bon début... à la limite, leur appauvrissement risque de les rendre un peu plus intelligents, car ils ne pourront plus s’acheter les disques de Johnny... ça va leur rafraichir le cerveau...

          les gilets-jaunes sont complètement scotchés sur Facebook... ils ne causent à personne... ça les intéresse pas.. ce qu’ils veulent c’est se monter le bourrichon entre eux sur internet... dans ma petite ville de province, ils sont une poignée en marge d’un rond point à la sortie de la ville, et ils ne causent même pas aux automobilistes qui passent... ils ne font rien en ville... ils se contentent de rester entre eux, en attendant d’aller avec des pancartes customisées à la manif du samedi à Paris en covoiturage...

          le peuple français est tellement infesté de cellophane, qu’il lui faudra encore du temps avant de sortir quelque chose de crédible... et encore... le monde a basculé vers l’Inde et la Chine, et la Maison de Retraite Européenne sombre dans son propre chaos narcissique...


        • alinea alinea 26 janvier 22:30

          @Paul Leleu
          Plutôt que cracher votre aigre mépris parce que le peuple n’est pas à votre goût, peut-être pourriez-vous les rejoindre et plutôt que compter sur eux, qu’ils puissent compter sur vous ?


        • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 26 janvier 22:40

          @Paul Leleu

          Oui, en un sens vous avez raison, on se rejoint dans la conclusion : je pourrai économiser sur le tabac et surtout sur l’alcool (je tourne au rhum ce soir,c’est pas donné)

          Mais accrochez vous si vous avez un petit Pinel ou autre niche fiscale : le malheur va arriver vers vous ! Vous repenserez aux cons comme moi qui squattaient les rond points.

          Si vous avez pas de Pinel, pourquoi vous chipotez et pourquoi vous ne prenez part à ce qu’il y a à venir ? Vous êtes trop pur ?


        • Paul Leleu 26 janvier 23:06

          @La Voix De Ton Maître @ alinea

          je pense que « l’aigre mépris », pour le moment c’est les gilets-jaunes qui en balancent une bonne couche... parce-qu’ils ont méprisé les gens comme moi pendant des décennies, et que maintenant c’est eux qui se retrouvent dans la mouise... moi je sais à quoi m’en tenir... je sais par où je suis passé dans ma vie, et j’ai appris à le connaitre ce peuple bien pensant... Et justement, je disais que la confiance et la fraternité ça se décrète pas, ça se gagne... alors si ils commencent à y travailler, eh bien tant mieux... c’est un début !

          La Voix De Ton Maître : effectivement, si tu veux que je me batte pour ton rhum et tes clopes, ben tu peux aller te faire cuire un oeuf ! quant à ton « Pinel », je te rassure je suis certainement aussi pauvre que bien des gilets-jaunes, j’ai rien de tout ça... eh oui...

          je vais te dire un truc à méditer sur ton rond-point ce soir : « le malheur est venu vers toi ! pense aux gars comme moi qui squattaient ici et là dans la vie pendant des années pendant que tu fumais tes clopes et buvais ton rhum »... essaye juste d’y penser ce soir...


        • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 26 janvier 23:53

          @Paul Leleu

          T’inquiète pas, mon rhum et mes clopes te coûteront rien. T’as aucune raison de te battre pour.

          quant à ton « Pinel », je te rassure je suis certainement aussi pauvre que bien des gilets-jaunes, j’ai rien de tout ça... eh oui...

          bin alors, pourquoi tu t’en prend à moi ?

          je vais te dire un truc à méditer sur ton rond-point ce soir : « le malheur est venu vers toi ! pense aux gars comme moi qui squattaient ici et là dans la vie pendant des années pendant que tu fumais tes clopes et buvais ton rhum »... essaye juste d’y penser ce soir...

          té fou, en quoi je suis responsable de mon malheur ? j’ai participé au PIB jusqu’à ce qu’on me jette, tu me prend pour un clodo ?


        • kalachnikov kalachnikov 26 janvier 23:58

          @ La Voix De Ton Maître

          Cherche pas, c’est le discours ordurier macronien typique : fumeur de clopes, pauvre qui déconne, etc.

          Le plus consternant, c’est que c’est la servilité qui le fait gerber comme ça, il ne fait pas partie de la caste.


        • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 27 janvier 04:16

          @La Voix De Ton Maître

          tant qu’on ira pas l’arracher,,,
          tant qu’on ira pas l’imposer par la force à l’assemblée nationale


        • Eric F Eric F 27 janvier 10:35

          @La Voix De Ton Maître
          Macron lâchera du lest sur le RIC. Il ne pourra pas refaire le coup du RIPartagé de Sarko, dont tout le monde voit qu’il est inopérant, mais tentera de le canaliser -un peu comme en Suisse, où il y a filtre parlementaire-. Financièrement ça ne mange pas trop de pain, et ça ne changera pas le système économlique mondio-libéral.


        • Cadoudal Cadoudal 26 janvier 21:32

          Et ils s’en prennent a Foufouille maintenant ?

          « Un handicapé en fauteuil roulant insultait la BAC, puis la BAC est arrivée et lui a mis des coups de pied, de bouclier et l’ont matraqué. Ma mère et moi sommes allées l’enlever, et à ce moment-là, ils nous ont mis des coups de matraque et nous ont tirées dessus au Flash-Ball. Elle en a reçu un dans le sein et moi dans le bras. Ils étaient à 3 mètres, à bout portant, ils n’ont pas le droit, et ils nous ont bien matraquées derrière. »

          https://www.youtube.com/watch?v=iP9tL5NsKVc&feature=youtu.be


          • Paul Leleu 26 janvier 22:27

            @Cadoudal

            OK... mais ça date pas d’aujourd’hui que les flics cognent sur la population française qui manifeste... je comprends pas la différence avec d’habitude...


          • microf 26 janvier 22:59

            @Cadoudal

            Bonsoir cher ou chère Cadoudal, alors foufouille se plaint maintenant ?

            Voilá des années que je me plains dans ce Forum de l´exploitation de l´Afrique par « ceux qui ont des dents » et par « ceux qui sont quelque chose », j´ai été traité de tous les noms. Je disais toujours que le système est comme un Ogre qui mange les enfants des autres et que lorsqu´il aura terminé de manger les enfants des autres en Afrique, viendra manger ses propres enfants en Occident ( France ), n´y sommes nous pas ? Et ce n´est qu´un début, bientôt, ce sera encore plus violent qu´en Afrique. 

            Bienvenus seulement au Club des exploités, des sans dents et de ceux qui ne sont rien.


          • pipiou 26 janvier 21:45

            Et en 68 on critiquait la société de consommation, aujourd’hui on veut pouvoir consommer toujours plus, vive le pouvoir d’achat !


            • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 26 janvier 22:19

              @pipiou

              T’oublie le nombre d’exclus de la philosophie du pouvoir d’achat : regarde les caddies quand tu fais la queue dans ton hypermarché : de ceux qui n’ont plus rien à perdre on est pas beaucoup mais on est plus nombreux que tu le pense.


            • Paul Leleu 26 janvier 22:32

              @La Voix De Ton Maître

              oui... mais @pioupiou a raison... la base de la révolte c’est juste le manque de consumérisme... il n’y a aucune remise en question...

              bon... c’est peut-être le début d’une prise de conscience pour vous... mais personnelllement, comme des millions de français, j’ai pas attendu le 17 novembre 2018 pour comprendre ces choses et me bouger le cul...

              donc c’est quoi le but ? pouvoir refaire le plein de Johnny Hallyday et de Marlboro comme avant ? Et c’est pour ça que vous demandez la mobilisation du peuple et la destitution du président ?

              Faudrait peut-etre apprendre à parler à vos concitoyens... parce-que pour le moment, les gens vous écoutent de moins en moins en dehors de vos forums internet...

              les gilets-jaunes se vantent de se « politiser pour la 1ère fois » et de n’appartenir à « auncun syndicat et aucun parti »... OK... donc ils étaient où depuis 40 ans que ça part en sucette ? Devant leur télé ? Et maintenant ils viennent donner des leçons à tout le monde et jouer les victimes ?


            • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 26 janvier 23:38

              @Paul Leleu

              oui... mais @pioupiou a raison... la base de la révolte c’est juste le manque de consumérisme... il n’y a aucune remise en question...

              C’est pas vrai, j’veux pas faire pleurer dans les chaumières mais j’ai eu plein de temps pour absolument tout remettre en question ces 6 dernières années ou j’ai été bien plus bas que le seuil de pauvreté. Je suis certain que je ne suis pas le seul.
              Ouais j’avoue j’ai jamais vraiment été politisé, une fois Chirac, une fois Mélenchon, une fois UPR pour la forme. Maintenant grâce au temps de cerveau disponible dont j’ai hérité sans vraiment rien demander j’ai accumulé le capital intellectuel qui permet d’écraser sans effort quiconque ose répondre à mon avis.
              Je parle 5 langues je peux créer ma blockchain en moins de 20 minutes, et je compte le nombre grossissant de quadra plein d’expérience et de haine d’avoir étés virés avant leur heure pour une simple raison de coût ou de variable macroéconomique.

              Peut-être pense tu faire le poids aujourd’hui Paul, mais demain ? Tu crois que j’écoute Johnny ? Tu crois que je suis seul ? Tu crois que je fais un caprice ?

              Tremble, Paul Leleu, tremble


            • Paul Leleu 28 janvier 01:03

              @La Voix De Ton Maître

              ben moi, j’ai été jeté dès le début de la vie... alors ça forge le caractère... les « quadras enragés » que tu évoques, ça amène de l’eau à mon moulin... il suffit pas d’être vénèr’... et on peut tomber encore plus bas dans la vie, ce qui m’est arrivé...

              je m’en suis pas sorti avec l’aide des gilets-jaunes, car à cette époque ils se complaisaient encore dans le consummérisme...

              et voilà maintenant qu’ils arrivent comme les ouvriers de la 11ème heure, et ils veulent que tout le monde soit comme eux...

              pour commencer, si tu es sincère, pose-toi cette question : pourquoi tu me menaces, alors que je suis pauvre depuis plus longtemps que toi ? Juste parce-que je me permets d’apporter un avis nuancé ? Est-ce qu’il n’y a pas là un problème ?

              quel est ton but ? renverser le système et rétablir la justice ? ou bien purger dans la violence (même sur le premier venu) ta frustration ?


            • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 28 janvier 22:22

              @Paul Leleu

              Je me suis occupé pendant 5 ans de ma mère qui avait Alzheimer, elle est décédée il y a trois mois, avec les droits de succession (d’ici 3 mois) je vais devoir vendre la maison dans la quelle j’ai grandi.

              Aucune aide, aucune médaille merci au revoir. Macdo, Starbucks et tous les autres ne paient pas d’impot.

              Tu la sens ma frustration devant la justice fiscale, la justice tout court ? Elle pèse rien ta nuance.


            • nocob 26 janvier 22:32

              Acte 11 : Tout le monde en Prison !

              Mais quel pays de Merde !


              • Paul Leleu 26 janvier 23:08

                @nocob

                va essayer de voir en Chine ou en Ouganda pour comparer.


              • nocob 26 janvier 23:40

                @Paul Leleu

                On y vient, on y vient.

                J’ai passé 4h a la gendarmerie, j’ai rien fait, j’ai 6 accusations.


              • Raymond75 27 janvier 00:23

                Mai 68 a été deux choses :

                une révolte, une insurrection, des ’jeunes urbains instruits’ comme disait le criminel Mao Tse Tung, contre une société figée, qui avait engendré la deuxième guerre mondiale et les guerres coloniales. Ces jeunes étaient une minorité dans la société d’alors, très influencée par la lutte des droits civiques américains et de la contestation de la guerre du Vietnam, un peu romantique (Che Guevarra), mais qui a réussi a débloquer la société, notamment pour les femmes.

                une grève générale, conduite par les syndicats, réelle et totale : la France fut totalement bloquée plusieurs semaines. Elle a abouti a de grandes conquêtes sociales.

                Décembre 2018 ? la classe moyenne inférieure (sans mépris), qui avait cru au rêve américain (le pavillon loin de la ville, la voiture qui rend libre, le supermarché où l’on trouve tout), qui découvre qu’elle a du mal à finir le mois, et que son rêve s’évanouit ... Moins d’impôts, moins de taxes, fin des limitations à 80 km/h, Macron démission ! Cela ne fait pas un projet de société ! Pas d’organisation, pas de revendication structurée, pas de représentants, des ’exigences’ qui partent dans tous les sens, et quelques milliers de manifestants bordéliques dans Paris chaque samedi : c’est quand même plutôt dérisoire !

                Ce qui est important, c’est que la France dite périphérique, la France des ’gens qui ne sont rien’, a pu se faire entendre, et a obtenu un ’grand débat national’, probable foutage de gueule, mais qui sera archivé pour les historiens ...

                Macron, homme jeune, très brillant, cultivé, d’une intelligence exceptionnelle, est apparu pour ce qu’il est : un petit singe savant, qui ne connait strictement rien de la réalité vécue par les Français ’moyens’, qu’il méprise. Il y a eu une volonté populaire de mettre fin à la politique traditionnelle, figée, soumise aux lobbies, aveugle aux injustices, servile à l’égard de la finance internationale. Macron a incarné ce ’dégagisme’, très vite il a montré qu’il n’est qu’un usurpateur.

                Si ce ’grand débat national’ n’aboutit à rien, alors le pire peur arriver.


                • CN46400 CN46400 27 janvier 08:25

                  @Raymond75
                  Assez juste comme vision. Macron est le dernier produit de l’écurie bourgeoise. Il n’est pas pire que les autres, juste un peu plus méprisant. Enfin, disons que chez lui le mépris de classe se détecte assez vite. Il est, incontestablement le champion, largement devant Pompidou, et peut-être aussi Giscard, de ce domaine. Le pire, c’est la vitesse à laquelle cela déteint sur le personnel de la cour...


                • nemo3637 nemo3637 27 janvier 09:54

                  @Raymond75
                  Dans l’ensemble vous avez raison. Une vision plutôt négative très française cependant correspondant sans doute aux échecs des révoltes...
                  Une seule remarque : les révoltés, au départ, n’ont pas de projet de société. En 1789, en 1848, en 1871, en 1917 il n’y avait pas de « feuille de route »...
                  Une seule exception : la Révolution espagnole de 1936 vaincue par les fascistes.


                • Eric F Eric F 27 janvier 11:34

                  L’un des éléments déclencheurs du mouvement est la trop grande différence entre l’insolente prospérité des très nantis (bien plus de 10 fois le salaire moyen), et la stagnation ou régression de la situation du reste de la population (y compris cadres moyens, enseignants, commerçants, petits entrepreneurs...). Cela s’est accentué avec les mesures fiscales macroniennes en faveur des revenus financiers dont justement les très nantis ont le plus profité, alors que les taxes étaient augmentées pour le reste de la population alors que certains revenus ne sont plus alignés sur l’inflation (les grands perdants étant les retraités, voir dernier diagramme ci après https://img.lemde.fr/2018/10/12/0/0/534/914/688/0/60/0/fdcbe46_zpyLlSXEctIfO jMH-vyEd_Mc.png


                • Paul Leleu 28 janvier 01:12

                  @Raymond75

                  oui... je suis assez d’accord avec votre analyse... le problème, c’est que les gilets-jaunes ne veulent entendre aucune critique... pour eux, faut que ça marche au pas et en ligne... la moindre critique les rend agressifs et hystériques... c’est un vrai problème...

                  ils sont un peu comme Georges Bush : « soit t’es avec eux, soit t’es contre eux »... et alors ils peuvent te massacrer la gueule en toute bonne conscience... je trouve que ça fait un peu court...

                  en gros, soit tu t’alignes sur le cerveau, les moeurs, les émotions et la culture d’un mec de cette classe moyenne en perdition... soit tu es un « ennemi du peuple »...

                  derrière une cause juste, ils ont tous les stigmates de l’intolérance... ça va être difficile pour eux de rallier la masse de la population à leur action... les gens ont très peur (à juste titre) de ce sectarisme ...

                  les gilets-jaunes ne sont pas habitués à vivre dans la pauvreté et l’humiliation... c’est tout nouveau pour eux... mais pour des gens comme moi qui sont habitués depuis leur jeunesse à vivre ainsi, on s’est forgé des « anticorps », et un certain relativisme social... on a appris à vivre ainsi...


                • Eric F Eric F 27 janvier 10:04

                  "faire passer les élections et le vote pour la quintessence de la démocratie. Alors que le vote est pratiqué avec ostentation dans toutes les dictatures"

                  Sauf que dans les dictatures, il n’y a pas de pluralisme de choix et il n’y a pas transparence dans le dépouillement. Dans les démocraties, toutes relatives qu’elles soient, il y a des listes multiples (en France on a même l’éventail politique le plus large qui puisse exister), et les dépouillements et résultats sont contrôlés, il peut y avoir recours en cas de doute, annulation si la différence est faible, etc.

                  Pour que tout ceux qui le souhaitent puissent exprimer leur choix, il n’existe strictement aucune autre solution que le vote

                  mais il y a plusieurs types et modes de scrutin (uninominal/de liste ; sélection/notation ; élection/referendum ; initiative gouvernementale/citoyenne ...)

                  Généralement, les courants qui contestent le principe de voter sont ceux qui ne parviennent pas à recueillir un nombre significatif de suffrages.


                  • nemo3637 nemo3637 27 janvier 12:15

                    @Eric F
                    C’est vrai. Il y a un pluralisme de choix qui n’existe pas dans les dictatures. Néanmoins les listes contestant le bien fondé du capitalisme, et du libéralisme sont soigneusement ostracisées par les médias. Pour aller au fond des choses, certains dénoncent la dictature néo-libérale qui donne le pouvoir à l’Argent.
                    Le libéralisme est un système génial basé sur les trois pouvoirs, exécutif, législatif, judiciaire, qui fait croire à la liberté de tous dans le meilleur des mondes. On s’aperçoit qu’il défend avant tout une élite il était fait pour ça à l’origine en laissant sur le carreau une grande partie de la population.


                  • CRICRI59 CRICRI59 27 janvier 12:29

                    @Eric F

                    Bonjour il faut simplement changer le mode de scrutin pour prendre en compte les bulletins nul, vierge et les abstentions, c’est comme cela que macron a été élu avec moins de 20% des inscrits, nous somme dans une république bananière


                  • Raymond75 27 janvier 12:41

                    @CRICRI59

                    A ce sujet, il y a une proposition intéressante : remplacer le scrutin uninominal à deux tours par le ’jugement majoritaire’ à un tour :

                    Chaque candidat fait l’objet d’une appréciation, de ’très mauvais’ à ’excellent’, celui qui l’emporte est celui qui emporte la meilleure note globale. Si il y a une majorité de bulletins blancs ou nuls, on revote avec d’autres candidats.

                    L’intérêt est de passer du ’vote utile’ (je vote B parce que je ne veux pas de A) au choix d’intérêt général. Par exemple, dans un camp il y a trois candidats, actuellement je dois en choisir un et rejeter définitivement les autres. Avec ce nouveau mode de suffrage, je peux noter ’excellent’ le candidat A, ’bon’ le B et ’très mauvais’ le C. Ainsi un candidat qui regroupe le plus de ’bon’ pourrait être vainqueur par rapport à un candidat qui aurait plus de ’excellent’ mais moins d’avis favorables au total.

                    Et le fait qu’il n’y a qu’un seul tour évite les magouilles entre les deux tours.

                    Et personnellement je serai favorable au vote obligatoire, ce qui évite à des gens fiers de ne pas avoir voter de brailler ’Macron démission’ deux ans après les élections !


                  • CN46400 CN46400 27 janvier 13:26

                    @nemo3637
                    Le « libéralisme » n’a rien a voir avec la liberté, c’est la formule, plus vendeuse, que la bourgeoisie utilise pour désigner son système. Le capitalisme n’a pas d’élite, juste des profiteurs....


                  • nemo3637 nemo3637 27 janvier 17:02

                    @Raymond75
                    Et si on s’est trompé, si l’élu une fois élu nous fait un bras d’honneur ?


                  • nemo3637 nemo3637 27 janvier 17:14

                    @CN46400
                    Une élite...de profiteurs ou de gens à leur service, si l’on peut dire.
                    La liberté est quelque chose de relatif correspondant plutôt à des intérêts de classe. Cela dit entre Staline et Truman, sans langue de bois, je choisis Truman. C’est ce qu’on fait mes parents....


                  • CN46400 CN46400 27 janvier 18:09

                    @nemo3637
                    Les élites ont toujours, sinon des compétences, du moins un zeste de mérite. Les profiteurs profitent, en général du travail d’autrui. Staline et Truman faisaient, comme la plupart des gouvernants de pays importants partie d’une élite qui tremble peu quand se pose la question de la vie ou de la mort (Katyn, Hiroshima, Nagazaki...)


                  • Eric F Eric F 27 janvier 18:54

                    Les propositions pour avoir un mode de scrutin plus représentatif sont à examiner, mais il n’existe de toutes façons pas de système parfait (par exemple le scrutin de liste sert souvent à recaser les perdants des scrutins nominatifs).
                    La partialité des média existe effectivement, mais ce n’est pas ça qui disqualifie les principes ou les institutions en elles-mêmes -au contraire, cela les détourne. Mais désormais existe un débat et une réinformation citoyenne sur internet, la manipulation médiatique a du sable dans les engrenages.
                    Le pouvoir de l’argent est un problème, mais pire encore dans les dictatures que dans les régimes pluralistes. Il y a une prise de conscience citoyenne et des débats d’opinion (même indépendamment de celui organisé institutionnellement), nous verrons si cela fera maturer les choses pour les prochains scrutins, mais il faudrait une recomposition politique, alors qu’il y a actuellement plutôt une tendance à l’éclatement et au morcellement.


                  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 27 janvier 10:39

                    1968-------2018 Et entre les deux il y a les « 50 Glorieuses de la honte, de la trahison et de la destruction nationale » !


                    Les peuples sont bredouilles : ILS N’ONT PLUS RIEN !!!


                    • Paul Leleu 28 janvier 01:18

                      @Mohammed MADJOUR

                      il faut dire qu’une « révolution » qui a débouché sur Pompidou et Giscard, ça donne à réfléchir... moi je croyais que les révolutions ça débouchait sur Lénine ou Castro... il y a un truc qui m’échappe...

                      quant à 2018, nous verrons ce que c’est ... difficile de le savoir pour le moment...

                      la « Société du Spectacle » peut avaler bien des contestations... SKYROCK a remplacé l’ORTF...


                    • nemo3637 nemo3637 27 janvier 17:08

                      Devant les mairies flottera le drapeau arc en ciel ?

                      Vous me faites penser à un certain homme politique du sud-ouest qui aimait se déguiser en soubrette en des scénarios improbables... C’était finalement son seul côté sympa et humain.


                      • pepe 27 janvier 19:35

                        jerome a marque le debut de la guerre civile il y aura des centaines de milliers de morts malheuresement mais il est trop tard pour arreter le massacre a venir exception si macron demissionne


                        • Paul Leleu 28 janvier 01:26

                          @pepe

                          regardez ce qu’ont vécu les soviétiques quand leur état s’est effondré...

                          3 millions de morts et 10 millions de disparus (chiffres ONU) dans les années 1990... massacres inter-ethniques, mafias, rixes, crime organisé, déculturation, chaos, drogue, explosion du taux de suicide et effondrement du taux de natalité, effondrement de l’espérance de vie...

                          presque 30 ans après, des pays comme l’Ukraine sont dans un état de décomposition totale...

                          Même en Russie, Poutine n’a fait qu’enrayer la chute (et les russes lui en savent gré), mais il n’a pas rétabli la situation profonde... (il vient d’ailleurs de leur niquer leurs retraites)...

                          je veux juste dire que c’est pas les idéalistes qui vont ramasser la mise en cas d’effondrement... ni les guignols survivalistes... ce seront les pires crapules et les pires réseaux... il faut aussi penser à cela, le méditer...


                        • Kapimo Kapimo 28 janvier 11:38

                          @Paul Leleu
                          "c’est pas les idéalistes qui vont ramasser la mise en cas d’effondrement...

                          "
                          Effectivement, dans l’éffondrement de la France que nous vivons actuellement, ce sont les pions affairistes de l’empire occidental (la classe compradore des Sarko et Macron) qui ont récupéré le pouvoir.


                        • pepe 28 janvier 15:45

                          @Paul Leleu
                          Bonjour
                          c etait l objet de mon commentaire il faut pas gerer l apres effondrement mais l eviter comment ? vous avez une reponse
                          merci


                        • Paul Leleu 28 janvier 17:57

                          @pepe

                          éventuellement mettre un réformiste comme Asselineau (Frexit+RIC), qui peut conjuguer les intérêts d’une partie assez importante peuple et de la bourgeoisie...

                          je suis pas fan dans l’absolu... mais le « face à face » morbide entre les G-J radicaux et la Police macroniste devient malsain... il n’y a plus de débat, juste des invectives... dans la réalité, le Peuple dans sa masse est tenu à l’écart de cet affrontement, où chacun règle ses comptes personnels... il y a un intérêt commun entre les radicaux des deux camps : la tentation nihiliste de gens qui n’ont plus rien à perdre, et qui veulent entrainer la société dans leur chaos...

                          le peuple a besoin d’air et de changements... mais les radicaux G-J ne peuvent pas apporter cela... ni bien sûr le pouvoir macroniste... il faut donc trouver un nouveau compromis social rapidement... même si c’est loin d’être idéal, c’est mieux que le chaos...

                          les personnes qui ont un peu vécu la fin du Bloc de l’Est savent ce que c’est que l’effondrement d’une Société et d’un Etat... c’est le règne des mafias nihilistes, et l’enfer pour les gens ordinaires. A un moment donné, il faut faire un compromis.


                        • Paul Leleu 28 janvier 18:01

                          @Kapimo

                          pour le moment la France n’est pas effondrée !! Hélas !! vous ne vous rendez pas compte !! Pour le moment « ça va bien » si j’ose dire !! ...c’est de cela que j’alerte... certes, la vie est dure, mais ce n’est rien en comparaison des « états-faillis » que l’on peut trouver dans certains pays du monde...

                          mes voyages professionnels dans certains des pays les plus pourris du monde, m’ont donné à réfléchir... les « sociétés effondrées » ne profitent nullement aux gens ordinaires, bienveillants, travailleurs et cultivés... ils se retrouvent pris en sandwitch entre l’oligarchie et les bandes de truands... C’est vraiment pas une expérience agréable à vivre. Voilà pourquoi j’appelle à une prise de conscience, par exemple pour un type raisonnable et stable comme Asselineau (ou un autre dans le genre qui pourrait faire concenssus).


                        • Durand Durand 27 janvier 19:46

                          .

                          Selon moi, la meilleure interview de Chouard... Il nous livre des précisions utiles sur le RIC et sur le cadre de sa mise en place...

                          Malheureusement, plus ce RIC se précise, dans les termes et dans les esprits et plus le gouvernement s’y opposera...

                          La départ de Macron redevient la seule issue à cette crise...

                          https://m.youtube.com/watch?v=MbJPdpAe41Y#fauxfullscreen

                          .


                          • Paul Leleu 28 janvier 01:20

                            @Durand

                            mais le départ de Macron pour quoi faire ? Pour en mettre un autre à la place ? je comprends pas !

                            et sinon, alors, expliquez nous pour quoi faire...

                            parce-que regardez un peu ce qu’ont vécu les soviétiques quand leur état s’est effondré... c’est ce qui nous pend au nez...


                          • nemo3637 nemo3637 27 janvier 20:12

                            10000 manifestants de Foulards Rouges à Paris. De quoi faire espérer dans le blokhaus en une armée fantôme de secours...et faire perdurer un calvaire.


                            • Eric F Eric F 27 janvier 22:05

                              @nemo3637
                              Disons que c’est le jeu, mais la ficelle est un peu grosse d’une manifestation « apolitique » où participent des députés de la majorité. Et puis le chiffre « qui parle » : près de 10 000 participants.
                              Mais il est vrai que pas mal d’urbains sont plutôt hostiles aux samedis mouvementés, et par ailleurs sur les millions d’électeurs qui ont déposé un bulletin Macron dans l’urne, il est normal qu’il en reste quelques milliers pour le soutenir. J’ai lu dans la presse qu’il y avait pas mal de retraités dans ce défilé : gel des pensions et augmentation de la CSG, certains en redemandent, quelle abnégation ! smiley


                            • lloreen 27 janvier 20:26

                              CNTF:Création d’une police au service du peuple.

                              La souveraineté du peuple français est retrouvée grâce au conseil national de transition.

                              https://www.conseilnational.fr/

                              Création de la Néo-Pol.

                              Les explications du porte-parole du conseil national de transition de France.

                              https://www.youtube.com/watch?v=f-5bAr-FaxY&t=168s


                              • Bichau 27 janvier 22:03

                                Quand vous aurez vu quelques vidéos de foulards rouges macronistes interrogés par des journalistes, vous verrez ce qu’est la véritable haine. Trois vidéos tournent, dans lesquelles ont voit, pour l’une un taré vraiment, dont on a du mal à comprendre ce qu’il dit, on le croirait drogué, tant sa haine, son mépris et son cynisme déforment sa voix ! La seconde est une noire avec de beaux foulards, mais de rouge, complètement hystérique, qui crient si fort qu’on ne comprend pas un seul mot de ce qu’elle dit, à part qu’elle n’a pas l’air d’aimer les gilets jaunes ! Quant au troisième, c’est plus simple, car lui parle plus calmement, il rappelle qu’au Vénézuela, la révolte a fait 27 morts, et s’il ne le dit pas, il laisse entendre qu’en France il n’y a pas assez de répression envers les gilets jaunes et que peut-être l’exemple du Venezuela les feraient rentrer dans le rang....

                                Je ne pense pas avoir entendu de la part des GJ, autant de haine, à en bégayer, et la voix cassée par le dégout, hormis envers Macron ou Castaner, mais pas ce cynisme, cette fureur (sans doute accumulée au fil des semaines, et qui demandait à être enfin éjectée) cette hargne, qui m’a carrément fait peur !

                                Les gilets jaunes représentent toute la diversité d’un peuple, des beaufs sans doute, des paumés peut-être, des gens très modestes, mais je discute avec certains d’entre ceux qui manifestent, à Paris, à Lyon ou ailleurs,, beaucoup de personnes cultivées, et même on y trouve des français sans problèmes d’argent smiley, qui veulent juste que Macron s’en aille, et faire tomber un peu de ces passe-droits, privilèges, et à défaut de les faire disparaître, dénoncer les magouilles et la corruption généralisée au sommet de l’Etat, et de tout ceux qui en bénéficient par copinage.

                                Les foulards rouges, les nantis, bobo gaucho ou de droite, eux, craignent seulement de perdre un tout petit peu de leur privilèges, si par hasard les contestataires jaunes venaient à faire tomber le pouvoir.


                                • Eric F Eric F 27 janvier 22:23

                                  @Bichau
                                  je ne pense pas que ce soit vraiment des privilégiés, car les très riches sont discrets en ce moment, mais des conservateurs qui réprouvent le désordre, des commerçants dont les ventes sont perturbées (et parfois les vitrines brisées), certains avaient soutenu les protestations anti-taxes, mais auraient voulu alors l’arrêt du mouvement. Il y a un certain retour à la case politique de départ, la cote de Macron a repris 7% parmi les électeurs de centre-droit.


                                • Cadoudal Cadoudal 27 janvier 22:52

                                  @Eric F
                                  Ce qu’il faut espérer, c’est que les élites se rendent compte que les peuples occidentaux sont encore relativement paisibles.

                                  https://www.atlantico.fr/decryptage/3564536/christophe-guilluy—les-gilets-jaunes-ont-gagne-la-bataille-les-elites-ne-pourront-plus-faire-comme-si-cette-france-n-existait-pas-


                                • nemo3637 nemo3637 27 janvier 22:52

                                  @Eric F
                                  Oui c’est la loi du genre. Le seul évènement qui pourrait vraiment faire pencher la balance serait la grève générale. Mais une décantation devra se faire auparavant chez les Gilets Jaunes. Le 5 février sera bien sûr un test. Mais la CGT ne semble pas avoir la force d’une telle mobilisation et se méfie desdits GJ. Et les salariés sont sans fric pour tenir une longue grève. Gamble ...


                                • Eric F Eric F 27 janvier 23:45

                                  @nemo3637
                                  Les syndicats ont été longtemps réticents vis à vis des GJ. Initialement, le mouvement était perçu comme plutôt poujadiste style bonnets rouges. Puis le soutien ostensible du RN et la personnalité de certains animateurs du mouvement classés -à tort ou à raison- proches de l’extrême droite on conduit les syndicats à rester à l’écart du mouvement. Ceci dit, des sections locales participent à des défilés GJ dans certaines villes, et l’appel convergent à la grève par la CGT et des leaders GJ constitue un élément nouveau. Mais les autres syndicats ne suivront pas, la CGT n’est plus prépondérante dans les entreprises, et certains courants GJ sont réticents à une grève couteuse. De manière générale, les grèves dans le privé sont plutôt pour des conflits spécifiques à une entreprise, et le public est enclin aux grèves pour des questions de statut et droits spécifiques, donc la probabilité de large participation à une grève « politique » (ou à revendications tous azimuts) semble mince.


                                • Cadoudal Cadoudal 28 janvier 00:09

                                  @Eric F
                                  La CGT va geticuler un peu mais ne peut plus reculer pour tenter de se rapprocher des prolos indigènes, trop compromise dans la collaboration avec la politique migratoire du MEDEF...

                                  http://www.reveilcommuniste.fr/2015/04/en-1991-avant-la-boboisation-du-pcf.html

                                  Après la perte de leur dernier bastion, la SNCF, le temps qu’ils le comprennent, ils seront déjà morts.

                                  Quand les GJ indigènes arrêtent un camion de clandos, c’est la CGT des douanes qui les relâchent..

                                  « Au contraire, dans les années 60, les syndicats étaient résolument opposés à l’ouverture des frontières afin de protéger les salaires et le marché de l’emploi, dit-il. C’est le patronat qui a fait pression pour qu’on laisse entrer des travailleurs étrangers. Et nous, on a plié. »

                                  https://www.ledevoir.com/monde/europe/530579/le-virage-de-la-social-democratie

                                  "Le peuple italien est notre ami et mérite des dirigeants à la hauteur de son histoire

                                  « 

                                  https://www.lepoint.fr/politique/gilets-jaunes-macron-prend-tres-au-serieux-le-grand-debat-27-01-2019-2289276_20.php

                                  La CGT, Macron et les autres partiront avec l’eau du bain, ils n’ont même pas encore saisi la puissance des révoltes indigènes.

                                  Sont pas bien équipés avec leurs vieux logiciels Sorosiens...

                                   »Surnommé « la Bête » pour sa capacité à maîtriser d’énormes quantités d’informations, le logiciel permet au parti d’adapter sa communication en ligne aux réactions du public, en individualisant les questions du moment, les positionnements politiques les plus avantageux, ainsi que les sujets qui engagent le plus les internautes et garantissent la circulation des messages. Véritable usine à like, la Bête a contribué à l’extraordinaire popularité de Matteo Salvini sur les réseaux sociaux : ses 3,4 millions de followers en font aujourd’hui l’homme politique européen le plus suivi sur Facebook.

                                  "

                                  https://www.lepoint.fr/europe/italie-pourquoi-matteo-salvini-est-populaire-12-01-2019-2285212_2626.php


                                • Eric F Eric F 28 janvier 10:31

                                  @Cadoudal
                                  si l’aspect ethnique est poussé en avant -ce qui n’est pas (ou peu) le cas jusqu’ici-, alors le soutien de gauche (LFI principalement, et potentiellement CGT) se retirera du mouvement.


                                • nemo3637 nemo3637 28 janvier 18:47

                                  @Cadoudal
                                  Comme au « bon » vieux temps d’Adolf et de Benito...
                                  C’est vrai qu’en décimant l’humanité certains se disent qu’il y aura encore plus de miettes pour ceux qui restent !



                                  • zygzornifle zygzornifle 28 janvier 08:38

                                    A chaque œil de crevé a l’Élysée on fait venir un traiteur et du champagne et on fête l’événement en se disant a samedi prochain, on va laisser BFMacron faire le sale boulot en disant que le mec s’est essuyé l’œil avec un mouchoir sale et qu’il s’agit en réalité d’une infection ....


                                    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 28 janvier 10:09
                                      @Paul Leleu 28 janvier 01:18

                                      @Mohammed MADJOUR

                                      il faut dire qu’une « révolution » qui a débouché sur Pompidou et Giscard, ça donne à réfléchir... moi je croyais que les révolutions ça débouchait sur Lénine ou Castro... il y a un truc qui m’échappe...


                                      Comme celle de 1789 qui avait dévié vers la contre-révolution de la terreur et du terrorisme et qui avait coupé des têtes qu’il ne fallait pas couper ! 

                                      Pompidou de Rothschild ou missié Macron de Rothschild ...Même idéologie, même politique, même objectif, même lutte : Le pouvoir de l’argent contre le pouvoir des valeurs Valeur humaines !!!


                                      Ce qui vous échappe est qu’une révolution ne débouche pas sur un personnage, elle débouche sur une nouvelle situation du pays qui entreprend cette révolution !


                                      Concernant la sourde revendication des Gilets jaunes, je dis bien « sourde » car elle ne dit pas à haute voix ce que ressent le Français d’aujourd’hui, elle condamnera définitivement la lâcheté des intellectuels et des politiciens qui refusent de prendre leur responsabilité ! 

                                      Jamais, la mort du Pendule Gauche-Droite de tous les méfait n’aurait dû permettre à ce Zigoto de Macron d’arriver à l’Elysée ! C’est le vacarme médiatique, ce sont les journalistes criminels, c’est la Maison du Sondage de Marianne qui avaient endormi le peuple et intronisé missié qui va en finir avec la Ve république du coup d’Etat sans permettre une nouvelle république démocratique et légitime ! 

                                      La France aura tout le temps pour méditer son hypocrisie : On ne refuse pas les fondements de la Nation tout en se donnant aux dissertations traîtresses sur l’intérêt national ! Où on est un pays souverain qui vit avec ses moyes et son intelligence, ou on est dissout dans une coalition qui vide les esprits et le territoire national !


                                      Le français d’aujourd’hui n’est rien, il est « Allemand », « Bruxellois », « Otaniste », « mondialiste », « néo-africain », « laic », « islamiste », « chrtétoche » : Un débris de l’histoire sans histoire et sans avenir ! Et pourtant le Français avait un « Rêve », dois-je vous le rappeler ?


                                      • Durand Durand 28 janvier 15:16

                                        @Mohammed MADJOUR

                                        .

                                        La révolution de 1789 va se terminer en 2019 avec le RIC en toutes matières...

                                        Voici selon moi, la meilleure interview de Chouard... Il nous livre des précisions utiles sur le RIC et sur le cadre de sa mise en place...

                                        https://m.youtube.com/watch?v=MbJPdpAe41Y#fauxfullscreen

                                        De plus, le RIC en toutes matière peut réconcilier les Français avec l’Islam en faisant du 14 Juillet la grande fête où l’on égorge les moutons-Rothschild !^^

                                        .


                                      • Paul Leleu 28 janvier 18:09

                                        @Durand

                                        attention... par exemple, la fin de l’ORTF a débouché sur SKYROCK... le mantra de l’époque c’était les radios libres... on voit ce que ça a donné...

                                        je dis pas que je suis contre le RIC... mais un RIC en soit, sans un projet de société qui va avec, une certaine culture humaine, et une souveraineté à peu près réelle, alors c’est la porte ouverte au despotisme...

                                        je dis juste que pour le moment, le mouvement des G-J est bien incomplet... un projet révolutionnaire doit donner un avenir et un cap à la société... pour le moment, on n’en est pas encore là... les invectives sur Facebook ce n’est pas un cap ni un avenir pour 68 millions d’individus libres et égaux... c’est d’ailleurs la raison pour laquelle le mouvement des G-J reçoit à la fois la sympathie de la large majorité du peuple (dont moi), mais ne dispose pas d’un soutien très au-delà de son noyeau dur...

                                        Mais ça peut changer... non pas en accentuant la vindicte contre les « mous », mais en approfondissant son projet... c’est pas une honte... mais peut-être que les G-J vont devoir se réformer culturellement, pour accepter de s’ouvrir à l’autre... en fait, sortir du « solipsisme » narcissique post-moderne qui nous guette tous...


                                      • Eric F Eric F 28 janvier 19:07

                                        @Paul Leleu
                                        C’est un mouvement protestataire spontané et très diversifié entre poujadistes, réformistes, ouvriéristes, souverainistes, etc. Les tentatives de formalisation (il y a diverses listes de propositions) et de structuration provoquent des ruptures entre les courants. Il y a des points communs sur le partage équitable des fruits de l’économie entre capital et travail, ou encore la demande de participer plus directement aux décisions politiques. Mais ça part un peu dans tous les sens (les plus radicaux veulent changer le monde, vaste programme). J’aurai préféré une focalisation sur des thèmes concrets d’impact général et non pas catégoriel, comme la réindexation des revenus sur l’inflation, l’application des mêmes taux d’impôt sur les revenus quelle que soit leur origine (la flat tax profite aux revenus financiers), et la suppression de TVA sur produit de première nécessité...


                                      • Durand Durand 28 janvier 21:48

                                        @Paul Leleu

                                        .

                                        « je dis pas que je suis contre le RIC... mais un RIC en soit, sans un projet de société qui va avec, une certaine culture humaine, et une souveraineté à peu près réelle, alors c’est la porte ouverte au despotisme... »

                                        .

                                        Non, c’est la porte ouverte à la souveraineté populaire, un ingrédient indispensable à la démocratie.

                                        Mais je comprends que ça puisse faire peur... Pensez-donc, faire confiance au peuple !

                                        Et le syndrome de Stockholm risque de faire traîner les pieds à pas mal de monde... L’esclavage résiste longtemps dans les esprits...

                                        Mais c’est trop tard..., l’idée à déjà fait le tour du monde...

                                        .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès