• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > De quoi Macron est-il le signifiant ?

De quoi Macron est-il le signifiant ?

On l’aura tous compris, plus les élus et médias emploient le mot « démocratie » et moins on y est. Pirouette devenue extrêmement commode, ce mot permet aux sus mentionnés de se draper habilement dans un voile sémantique pour se donner bonne conscience ce qui permet de s’épargner toute question pertinente sur la réalité de cette bonne vieille démocratie citée à tour d’émissions avec l’aplomb des arracheurs de dents. En clair, on peut toujours user et abuser de ce joli colifichet de la modernité en déliquescence avancée, on aura jamais assisté à tant de distorsions langagières, au point qu’il n’est plus exagéré de parler de « démocrature » plutôt que de démocratie… on cherche toujours le peuple et quand on le trouve c’est tous les cinq ans et pour l’enfumer davantage à chaque fois.

En « démocrature », les élus et leurs bailleurs de fonds oligarchiques s’en tirent souvent très bien. On peut ainsi continuer à affirmer vivre dans « des grandes démocraties  », tout en s’asseyant dessus grâce à des acrobaties dignes des « ripoubliques » bananières dont, avouons-le, nous avons allègrement emprunté les méthodes. On a même vu, souvenez-vous, surgir une poupée vaudou à l’époque du petit énervé Sarkozy, que l’on trouva dans le commerce pendant quelques semaines ! Le commerce sans entrave c’est le recyclage du pire.

Donc, plus on invoque le mantra « démocratie » dans les salons des biens peignés moins on en voit la couleur et plus on fait gober des couleuvres à ce peuple encombrant. Comme dirait un certain M’bala M’bala, elles ont comme un petit goût de pisse mais on les avale quand même parce que, paraît-il, « nos grands parents se sont battus gravement pour… etc etc… ». Pas sûr qu’ils se soient battus pour cette sodomisation de masse, mais passons…

Revenons à nos candidats-produits-démocratiques et voyons de quelle mission ils sont porteurs en réalité…

Les années DSK…

Nous rappelerons rapidement qu’on nous avait déjà préparé un paquet cadeau estampillé DSK il y a une petite poignée d’années. Censé faire oublier l’hystérique petit Sarko, le DSK nouveau s’apprêtait à monter les marches d’un Elysée où se vautrent, depuis l’après De Gaulle, des rois petits et nus, et… patatras !, l’oligarchie, contrariée par quelques débuts de promesses pas tout à fait dans l’alignement mondialisant, décida de cramer le candidat pas assez bon élève. Car, de vous à moi, et sans tomber obligatoirement sous le coup des chasseurs de complotistes, on ne nous fera pas avaler cette couleuvre-là ! Trop grosse mon seigneur ! On connaît bien trop d’élus libidineux pervers qui ont quand même assuré leur mandat pour croire un instant au scénario hollywoodien pondu à l’époque. Mais ne nous égarons pas et avançons. Donc, suite à cette storytelling X bien torchée, nous eûmes le très prévu DSKexit !

Les années Hollande…

Dans la débâcle française des médias de l’époque, l’oligarchie pourtant toujours bien équipée en matière de cons de service en stock, n’eut plus qu’une carte à sortir du chapeau : Hollande. Un petit grassouillet qui faisait marrer ses potes et en qui personne n’aurait parié un kopek. Raté encore une fois, le mec s’est avéré être non seulement un queutard en scooter mais de surcroît un 1er prix de cynisme, car même un Mitterrand n’aurait pas osé un « mon ennemi, c’est la finance ». Un entubage que, tenez-vous bien, les zélateurs du PS n’hésitèrent pas à illustrer du geste ad hoc  ! (double pénétration pratiquée par toute la fine équipe de l’époque et son fan club. Et la masse (ou la « base » comme disait un poil condescendante feu Mme Giroud) goba l’anaconda. Inconscience freudienne totale ou aveuglement des esprits massifiés ? Je dirai, les deux mon colonel !

Et comment on débarrasse la table…

Toujours est-il qu’avec Sarko, la mission fut d’achever les résidus de Gaullisme. Ce qu’il fit impeccablement puisque même le sort lui vint en aide avec la mort soudaine de Seguin, l’un des derniers éveillés de la 5ème république. Ensuite, il lui a suffi de fouiller la corbeille à papiers de MAM pour la sortir du gouvernement. Enfin, il y eut la liquidation des prétentions du sieur De Villepin en remuant bien l’eau boueuse de la fameuse affaire Clearstream et le grand en costume gris perle bu la tasse jusqu’à la lie. Des restants du programme du CNR et du gaullisme ne restait plus que les commémorations bidons et les citations zemmouriennes à tour d’émissions de bla bla polémiqueux-mon-cul-sur-la-commode. Comme dirait mon fils : ça, c’était plié !

Avec Hollande le flan, la mission a consisté à rediriger à peu près tout vers du sociétal, comme disent les experts de la « spécialitude sociologique »… Une fois la marque gaullienne remisée au grenier de l’Histoire, la table étant quasiment débarrassée, on allait pouvoir enfin lancer l’avènement du nouvel homme déraciné cher à Attali, l’Attila des plateaux de la vacuité, le sherpa de tous les gouverneurs de la future Grande Région France. Et Hollande fut sélectionné pour cette mission par les officines ad hoc, les manipulations médiatiques, les magouilles de clans politiques et les sectes qu’on évitera de nommer.

La Hollandie nous infligea donc la tapiolitude pour tous, la femme barbue, la femmhainitude hystérique et le Charlie obligatoire pour tous. Infichu de damer le pion aux crimes terroristes au risque de gêner les saloperies magouilleuses du MI6, du Mossad, de la DGRI et de la CIA réunis, on le pria donc de continuer d’agiter le sociétal. Faites pleurer les foules, imprimer du Charlie partout, allumer des bougies et coller des post-its d’amour sur les murs mais surtout, laissez-nous nous occuper des choses sérieuses, c’est-à-dire de la dilution totale d’une France singulière et pas assez flexible. La France de Hollande devenue rien.fr sombra lentement dans un chaos social propice au plus efficace détournement d’attention. Les films catastrophes hollywoodiens en bas de chez vous ça a de la gueule et ça la fait fermer à tous ceux qui auraient eu l’outrecuidance d’évoquer les notoires responsabilités de Washington, de ses « partenaires » et de leurs manipulations criminelles du faux et du feu.

La mission dura 5 années pour notre petit flan en scooter, 5 années qui furent sans aucun doute difficiles à tenir vu que le sociétal, hormis d’être une invention totalement creuse mais utile dans les démocratie d’opérette, ça ne vous tient pas l’estomac. Le peuple a faim de justice, de dignité, de moyens, de vision et ce n’est pas avec le « sociétal » qu’on gouverne. Pour Hollande, si ! Mais le rondouillard à deux roues eut l’idée (ou bien on la lui souffla) de trouver un doublon plus flatteur qui puisse causer comme lui afin de poursuivre en mode ventriloque ce que les français rejettent depuis des années : la dilution de la France dans le grand n’importe quoi qu’ils appellent l’UE et la névrose capitalistique consommatrice perpétuelle de l’american way of no future. Je rappelle en passant que le TAFTA est toujours en embuscade et que selon les résultats du prochain représentant du commerce de l’Empire, on pourrait bien se le prendre définitivement sur la gueule.

Enfin, se pointèrent les élections présidentielles. Ecoeuré par un Sarko fasciné par les acteurs américains et se prenant pour un cow boy, effaré par un Hollande cynique qui s’avéra doué en multi sodomie, le peuple français, divisé, humilié, insulté, manipulé, mis en compétition à tous les étages, racketté, surveillé est à présent invité par les mêmes maquereaux à choisir son prochain « mac » de gouvernance du protectorat ricain qu’est devenu la france@rien.fr.

Et on imposa à ce peuple en totale souffrance, à la façon d’un « Alex » (Malcolm Mcdowell) dans Orange Mécanique, le visionnage du plus ahurissant des jeux télévisés : la ronde des 5 « grands » candidats parmi lesquels ce peuple d’âmes perdues devait trouver celui qui ne sentait pas la naphtaline. Fastoche… avec son petit costume et son sourire de jeune comptable d’auto entrepreneur, le Macron fut vite repéré. Mais au fait, quelle est donc la mission de ce produit exnihilo ? Une fois sur le trône de rien.fr, si toutefois il y parvenait, quelle feuille de route lui sera donc remise ?

Et c’est là que resurgit le fameux GOPE (Guide des Orientations des Politiques Européennes). Un pavé duquel a été sorti le Rapport National de Réformes 2015. On le trouve sur le net assez facilement.

 

Ce rapport a été pondu par un groupe de technocrates installés à Bruxelles qui travailla dès 2012 pour rédiger, entre eux, les programmes de « réformes » à imposer aux pays de l’UE sans aucune concertation ni discussion avec les peuples… comme il se doit. Ce rapport fut publié en 2015. Pour la France, il faut aller en page 160 de ce pavé pour trouver l’Annexe 4 et ses 3 pages divisées en 3 colonnes : la 1ère mentionne les thèmes à « réformer », la 2ème l’état actuel de la mise en place de ces réformes et la 3ème indiquant les suggestions appuyées pour achever les réformes qui traînent.

La mission pour laquelle l’acteur d’opérette Macron que l’oligarchie a sorti de son chapeau consiste exactement en l’application de ces 3 pages, c’est à dire :

1/ l’achèvement, de gré ou de force, de ces « réformes » (dé tricotage du contrat de travail, privatisation de la sécu, ubérisation d’un certain nombre de professions considérées comme « trop protégées », entérinement du programme ubuesque des écoles...)

2/ le maintien impératif de la France dans l’UE, l’€uro et l’OTAN mais, à terme, transformation forcée du pays sous forme de grandes régions directement soumises à la commission européenne et non plus à un quelconque état national.

3/ la transformation de l’Etat en simple Bureau National de Gestion des Petits Problèmes Régionaux, avec un… gouverneur à la tête comme au bon vieux temps des protectorats coloniaux.

Macron est le symbole parfait d’une époque où l’homme doit être :

- acteur (qui séduit, qui fait dans l’affectif, qui pose, qui relationne avec aisance et avec tout le monde)

- qui exécute sans broncher et en utilisant toute la panoplie du manager actuel (user de psychologie de bazar pour convaincre et manipuler)

- qui adore le monde entier, qui rêve de voyage, qui baragouine le globish (ce dialecte qui contracte toute nuance et évacue la complexité), qui embrasse tout le monde et s’auto proclame citoyen du monde).

Payé très grassement par ceux qui l’ont fabriqué et propulsé, Macron doit pouvoir générer des millions de petits macrons partout en future france@rien.fr. Voilà pourquoi, sa porte-parole de dernière minute : Laurence Haïm, revenue de sa mission journalistique aux USA bien formatée par les méthodes de la pop-corn land, ne cesse de dire à propos du faux phénomène : « à En Marche, on casse les codes, on est libre, on avance  ».

Ben c’est ça ma cocotte… c’est exactement ça le cœur nucléaire de la phase finale de la (dés)intégration des pays d’Europe : achever de casser absolument tous les codes supposés être ringards, dépassés, pas modernes, pas assez progressistes, pas tendance, pas assez européen pour brouiller tous les repères. Sur ce chaos culturel et civilisationnel, les gueux envisagent ensuite la mise en place du Nouvel Ordre Mondial sous forme d’un gros bloc nord atlantique censé empêcher le multilatéralisme et permettre le renforcement de l’empire !

Pour qu’advienne enfin l’Homme d’Attali, ce nomade sans racine, sans mémoire, sans couleur, sans langue propre, sans culture singulière et surtout… sans plus aucune limite, il faut effectivement casser TOUS les codes. Il s’agit ni plus ni moins des méthodes de l’ex-URSS et de tous les régimes dictatoriaux recyclés et qui avancent derrière le masque de la « démocratie », avec sa religion du progrès, du tout techno, de la non-filiation, de l’indistinct, du neutre, bref… de ce qu’ils appelle prétentieusement la post-modernité.

C’est cela dont Macron est le nom et sa mission est d’enclencher l’étape ultime de la mise à mort d’un pays, le nôtre, destiné paraît-il à n’être plus qu’un dominion dirigé par des fous.

PS : Hollande vient justement de donner son feu vert pour rejouer l’infanterie exécutrice en Syrie pour le compte de Washington. Et les mêmes mensonges, les mêmes saloperies meurtrières dévastent sous nos yeux effarés les lambeaux sanguinolents d’un Moyen Orient voué par des fous délirants à disparaître dans cet autre plan du « Grand Moyen Orient »…

 

Cherchez les erreurs… nous sommes tous responsables de ces horreurs qui n’en finissent plus, sauf si nous nous redressons… mais ça, c’est une autre affaire.

 

PDF - 4.4 Mo
PROGRAMME NATIONAL DES REFORMES 2015
Page 160 : Annexes pour les réformes en France

Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Laurenzola Laurenzola 9 avril 07:53

    Vu comme c’est parti, la bulle Macron est en marche pour exploser en vol au premier tour, laissant place à un duel Le Pen <-> Fillon ou Le Pen <-> Mélenchon.


    • Louve de France Louve de France 9 avril 13:09

      @Laurenzola


      Marron, une baudruche qui va se dégonfler comme Balladur en 1995 ? 

      Il parait que Balladur aussi était encensé par la majeure partie des médias de l’époque , et était désigné vainqueur dès le premier tour de l’élection présidentielle par le quotidien vespéral et imbécile , Le Monde.

    • Louve de France Louve de France 9 avril 13:10

      Je voulais dire « Macron » et mon correcteur a écrit Marron...


    • JL JL 9 avril 09:15

      Très bon article, et sur la forme et sur le fond. Bravo Djam.

       
       ’’il n’est plus exagéré de parler de « démocrature » plutôt que de démocratie’’
       
       La gouvernance est à la politique ce que la démocrature est à la démocratie.
       
       Macron c’est l’extrême Centre, le niveau zéro de la politique, la gouvernance dans sa plénitude ubuesque, pour le plus grand bonheur des marchés et du IVè Reich..

      • Daniel Roux Daniel Roux 9 avril 12:45

        Les Français sont désemparés.

        Ils réagissent comme s’ils étaient orphelins. Orphelins de qui ? Du Grand Homme !

        « On veut un roi ! » Criaient les grenouilles.

        Dieu leur envoya un bout de bois que les grenouilles méprisèrent pour son immobilité.

        « On veut un vrai roi qui agisse ! » Exigèrent les grenouilles.

        Dieu leur envoya un héron.

        D’où vient cette image collective du Grand Homme ? De Clovis ? De Louis le Grand ? De Napoléon ?
        de de Gaule ?

        Tous ceux là nous ont bien menés à la baguette et tous, sauf de Gaule, qui limita les tueries aux rétablissement de l’ordre colonial, sont de grands massacreurs de peuples.

        Les Français seraient-ils maso ? En fait, pas plus que les autres.

        Nous avons l’intuition que notre mode de vie ne va pas durer aussi longtemps que les impôts et cela nous angoisse.

        « Recherche Grand Homme pour guider un peuple à traverser. »


        • Djam Djam 9 avril 13:32

          @Daniel Roux
          Il n’y a pas que les français qui sont désemparés, ce sont pratiquement tous les peuples bafoués de l’hémisphère nord qui le sont. Une partie de ma famille est américaine, ce sont de vrais gens de la base, pauvres ou peu friqué Beaucoup de chômage, de l’alcool et de la drogue circulent dans ces familles pourtant blanches ou métissés censées représenter le « miracle américain ». Leur réalité est majoritaire dans ce faux grand pays construit sur un mythe : la liberté individuelle absolue protégée par les armes à la maison. Un non civilisation, un laboratoire pour les prédateurs comme les gros banquiers de la FED et les malveillants comme Soros

          Quant à l’europe, cette fiction inventée de toute pièce pour et par les oligarques de la mondialisation financière totale, elle charrie de la colère partout, même chez les anglais qui sont majoritairement ravis d’avoir quitté le Titanic Eupréen mais qui recommencent à trembler à l’idée que l’Ecosse puisse s’arrache de la couronne... le Royaume Unis n’est pas plus unis que les Etats du même nom. A terme, une fiction ça éclate.

          La France est aussi une construction mais au lieu d’avoir été construite sur le mythe du veau d’or ($$$), mais le fut sur une idée (universaliste et non mondialiste) et sur un langue, le français, qui a permis de structuré ce qu’on appelle l’esprit français. Ce petit rappel permet de mieux comprendre pourquoi Soros et son Open Society (qui financent largement les flux d’émigrés et non pas de « migrants ») ont tout intérêt effectivement à diluer cet esprit qui résiste plus que partout ailleurs...


        • Djam Djam 9 avril 14:15

          Pas spécialement fan d’Onfray, loin de là, mais je poste quand même cette vidéo car son analyse me semble assez pertinente pour le coup :
          https://www.youtube.com/watch?v=gA0q14vF004


          • Raoul-Henri Raoul-Henri 9 avril 16:44

            @Djam
            Pas mal l’enfilage de perles à l’envers (Valls —> Mac Ronds ---> Zoo Land ---> Mites errantes —> gauche moderne) ; technique d’association d’idée que Onfray dénonce par ailleurs dans l’autre sens (lutte des classes -> gauche -> humanisme -> Palestine -> antijudaïsme -> ... ).

            Mac Ronds est le signifiant de : proxénète du prolétariat.


          • Djam Djam 9 avril 20:46

            @Raoul-Henri
            Je prends votre jeu de mot avec délice smiley
            Initialement j’avais titré : De quoi Macron est-il l’insignifiant... au fond, c’eut été plus juste !


          • rogal 9 avril 20:28

            Le titre, jeu de mot très subtil ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès